AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment :
Aspirateur eau et poussières KARCHER WD1 Compact
Voir le deal
34.30 €
Le Deal du moment : -15%
SSD interne 2.5″ Crucial BX500 – 480Go
Voir le deal
39.99 €


Clark V. Lewis
Clark V. Lewis






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19649-clark-lewis-dane-dehaan?nid=7#1090749
Surnom : Doc, Clay, Vlad.
Âge : 34
Origines : Américaine, Coréenne & Russe
Occupation : Psychiatre, professeur de psychiatrie à Columbia & Profiler.
Lieu de résidence : Brooklyn.
A New York depuis : 7 ans.
Situation Amoureuse : Divorcé, célibataire.
Orientation sexuelle : Se laisse vivre.
Trigger Warning : \\Attention// sujets controversés abordés : meurtre - maladie mentale - maladie physique - dépression - idées noires - auto-sabotage - drame familiaux - homosexualité - sexe (rp hot). Si ces sujets vous touchent et que vous voulez tout de même écrire avec moi avec ce personnage, merci de me le préciser <3 !



A trop regarder le ciel, je suis tomber amoureux d'une étoile. // Feat. Yuri Tchekov 00b163c469584e9391f0a581747a74365bdfd46f
A propos de Clark

Né à Détroit, il est d'origine Américaine, Russe et Coréenne Il a vécu une grande partie de sa vie en Russie et y a fait médecine ◊ Il a rencontré sa femme au théâtre, elle était danseuse au Bolchoï ◊ Sa femme a assassiné leur bébé de six mois ◊ Il a quitté la Russie pour fuir ce drame ◊ Dépressif lui même depuis la mort de sa fille, il est cependant psychiatre, profileur et professeur de psychiatrie à Columbia ◊ Bourreau de travail, il ne vit que par lui, le reste de sa vie n'a aucun sens ◊ Il a un chat, Roy, qu'il a sauvé de la rue ◊ Il vit actuellement chez Yuri Tchekov, une connaissance d'enfance pendant que son appartement est en travaux.
“Les deux sciences les plus tristes : la psychiatrie et l'histoire ; l'une étudie les faiblesses de l'individu, l'autre les faiblesses de l'humanité.”
A trop regarder le ciel, je suis tomber amoureux d'une étoile. // Feat. Yuri Tchekov 0f3v
  • Aucune association
A trop regarder le ciel, je suis tomber amoureux d'une étoile. // Feat. Yuri Tchekov VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : NC
Messages : 512
Faceclaim : Lee Dong Wook
Crédits : Mask
Inscription : 16/11/2020
Multicomptes : Diego Parra & Betty Blue Williams
Nombre de mots par RP : min. 300, Max. +1500
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
A trop regarder le ciel, je suis tomber amoureux d'une étoile. // Feat. Yuri Tchekov UNXkCDab_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 31 Mar - 21:56:27
A trop regarder le ciel, je suis tomber amoureux d'une étoile.


L’horizon fusant à travers les espaces laissés par les buildings, Clark observait ce magenta flamboyant, captivé par ce spectacle annonciateur d’un temps bien moins clément le lendemain. Il était presque vingt-heure et le médecin pressa le pas pour ne pas risquer d’avoir une seconde retard au rendez-vous qu’il avait lui-même fixé à Yuri Tchekov, son ancien camarade de classe et hôte qui l’hébergeait depuis le mois de janvier. Cette rencontre en dehors de l’appartement de l’acteur se dessinait sous les traits d’un repas dans un restaurant réputé et intimiste de la Grande Pomme au centre de Manhattan. La raison de ce dîner ? Le remercier, lui, cet ancien camarade de classe tyrannique qui s’était changé en un ami inébranlable au fil des mois, quelqu’un que le grand brun tenait hautement en estime. Peut-être même trop en estime… Et ce, pour son propre bien. Chassant cette idée de son esprit déjà bien trop encombré par le travail, il sortit du taxi qui l’avait conduit jusqu’au-devant de l’établissement choisi : un restaurant italien, chic mais discret.

Le grand brun ne tarda pas à voir arriver son hôte et lui adressa un sourire sincère quand il croisa son regard. Une pointe de nervosité pointa alors le bout de son nez alors qu’il lui tenait la porte pour le laisser entrer, retirant sa veste de costume bleu indigo dans le même temps. Pourquoi es-tu nerveux, Clark ? Tu dînes avec lui depuis des mois. Il n’y a rien de différent cette fois-ci. Ne te laisse pas aller à ces suppositions qui reviennent bien trop souvent dans ton esprit, celles où vous n’êtes pas seulement des amis. Encore une fois, l’homme de science fut tenté d’écarter cette idée parasite de son esprit mais cette dernière revint en flèche à l’instant même où il croisa son regard . Le myosotis de ses prunelles accrocha les siennes alors qu’il prenait place sur cette petite table ronde, se sentant soudainement perdu face cette certitude qui faisait peu à peu le chemin jusqu’à son cœur. Tu l’aimes bien, Clark. Et c’est une mauvaise chose. Un serveur vint leur porter le menu et le psychiatre attendit qu’il s’éloigne pour murmurer : « J’ai choisi ce restaurant parce qu’il est discret mais très bon. J’espère que ça te plaira. » Désignant la carte, il ajouta : « Commande ce que tu veux, je t’invite. » Conscient que l’autre ne serait peut-être pas en accord avec cette idée, il prit les devants : « Laisse-moi t’inviter, je n’apprécierais pas que tu ne me laisses pas au moins te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi, Yuri. »

Reportant son regard sur la carte, il choisit lui-même une spécialité de lasagne au bœuf, accompagné d’épinard et il prendrait probablement une bouteille de vin rouge pour accompagner le tout. Doucement, Clark délaissa le menu pour observer son ainé, caressant son visage concentré de son regard. Tu as remarqué que le moment où il a l'air le plus sérieux c'est lorsqu'il est question de nourriture? Bien sûr qu'il l'avait remarqué. Comme il avait également appris ce qu'il aimait manger le matin, ses routines matinales, du soir, les sujets de discussion qu'il appréciait et ceux qu'il répugnait. Tu sais aussi que cet attachement est dangereux, Clark, que sa présence finira par te manquer quand votre colocation forcée sera révolue. Oui, il le savait, mais que pouvait-il bien y faire de toute façon ? Ils ne se verraient jamais autant qu'à cet instant et peut-être ne chercheraient-ils pas à le faire, peut-être même qu'ils finiraient par perdre peu à peu le contact jusqu'à redevenir des inconnus pour la seconde fois de leur vie. Cette perspective le peinait, réellement, lui qui avait pourtant l'habitude de ne considérer autrui qu'avec réserve, ne les laissant pas s’immiscer suffisamment pour que leur absence vienne à le toucher. Tu t'es bien chier, sur ce coup-là. Oui... Beaucoup trop. « Qui aurait cru qu’un jour je t’inviterai au restaurant, hein ? » demanda-t-il alors, ne quittant pas ses iris charbonnées de ce visage auquel il pensait trop souvent.

Oui, qui l’aurait cru ? Certainement pas toi, même si ton regard s’était fait curieux lors de vos années d’école commune, tu n’aurais jamais envisagé cette issue. Clark avait voulu être son ami autrefois, puis il était devenu son souffre-douleur avant d’être son ennemi. Finalement, ils avaient fini par devenir deux amis. Deux amis qui ne se comprenaient pas toujours mais qui, d’une certaine façon, se compléter harmonieusement bien. Peut-être même trop bien… Ainsi, à force de regarder le ciel pour ignorer le reste du monde, Clark avait fini par tomber amoureux d’une étoile. Une étoile aux yeux azurés et au cœur bien trop grand, bien trop tendre, pour l’homme qu’il était devenu. Ces sentiments dont tu commences à prendre doucement conscience ne sont pas raisonnables, pas après tout ce que tu as vécu. Pas alors que tu n’as plus rien à offrir. Une sensation de culpabilité omniprésente brûlait alors en lui, le défendant de s’attacher de nouveau à un être fait de chaire et de sang. Mais cette flamme ravivée par ses yeux n’est-elle pas plus forte que cette culpabilité ? Non. Ou du moins pas encore. Plantant son regard abyssal dans celui de l’autre, il ajouta : « Peut-être après tout que je crois au destin ? » Le serveur vint alors prendre leur commande et salua Clark familièrement. « Bonjour Billy. » répliqua-t-il avec un léger sourire : « Merci pour la table de ce soir. » L’homme blond de grande taille, aux cheveux longs et bouclés regroupés dans un épais chignon lui rendit son sourire, son regard anis se plantant dans le sien : « Avec plaisir, tu ne me présentes pas ton ami ? » Le grand brun observa un silence quelques secondes, sondant le blond avant de désigner le russe : « Billy, voici Yuri, un ami de longue date. » Il se tourna alors vers Yuri : « Yuri, voici Billy, une connaissance. » Ce dernier ricana alors et marmonna : « Une connaissance? Ahaha, t'es rude ! Alors dans ce cas là on se connait vraiment très très bien toi et moi. » Le grand brun le dévisagea suffisamment pour qu’il prenne la commande et ne demande pas son reste, laissant les deux compagnons seuls à seuls : « Alors, comment était ta journée ? » questionna le médecin, accordant toute son attention à son ainé.

(c) AMIANTE + Poésies Cendrées. (icons)
@Yuri Tchekov






Another Day



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum