AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-62%
Le deal à ne pas rater :
DODO Oreiller Grand luxe Quallofil Allerban 60×60 cm
14.99 € 39.91 €
Voir le deal


Emrys Dabrowski
Emrys Dabrowski






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19599-emrys-dabrowski-o-harry-styles https://www.disjointedsocieties.com/t19635-emrys-dabrowski https://www.disjointedsocieties.com/t17105-ace-park-ouvert-isaac-t-rosewood-ouvert
Surnom : Em', un surnom court mais que tu affectionnes.
Âge : 27
Origines : Anglo-polonais, t'as vécu à Londres jusqu'à tes quatorze ans.
Occupation : Anciennement chanteur, acteur et mannequin, tu ne sais plus vraiment quoi faire de ta vie depuis que ton agence t'as viré le mois dernier.
Lieu de résidence : Tu vis depuis peu dans un nouvel appartement à Manhattan mais tu squattes régulièrement l'appartement de ton amoureux ou celui de ton garde du corps.
A New York depuis : que tu as seize ans
Situation Amoureuse : Officiellement célibataire, ton cœur est pourtant pris par un tueur au sourire charmeur à qui tu as confié ta vie entière.
Orientation sexuelle : Pansexuel
Trigger Warning : Ceux du personnage : Relations toxiques • scarification • possessivité/jalousie/obsession forte • addictions • tendances autodestructrices • viol

U.C.
If you want me, come get me.
I'm your son, motherfucker || RP SOLO 9cc1160c6f61682a42e3d0e88a5ec22873f44576
  • United Heart
I'm your son, motherfucker || RP SOLO 2StvcuH6_o
RPs : 1
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 8944
Faceclaim : Harry Styles
Crédits : firesofbeltane ((avatars)) flordecapomo ((icons))
Inscription : 22/06/2020
Multicomptes : Ace Park et Isaac T. Rosewood
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dépend du moment
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
I'm your son, motherfucker || RP SOLO T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Sam 20 Mar - 23:13:00
I'm your son, motherfucker
Solo

27 february 2021

La haine est terrible, ancrée dans le cœur lourd des découvertes faites quelques heures plus tôt. Tant de mensonges et de secrets dévoilés, une souffrance immense règne en maîtresse de l’esprit qui vagabonde à des milliers d’années lumières. La vie existait, créée sur un nid de mensonges et de douleurs que les adultes ont fait taire bien des années plus tôt pour éviter d’alourdir la conscience de l’être humain si fragile qui est né d’une union non désirée. Tout faisait sens, toutes les secondes passées sous la colère d’un homme père qui n’était finalement que le spectateur d’une tragédie qu’il n’aurait pas dû connaître. Et tout est remis en question dans ce monde qui n’est finalement qu’une vague blague dont la conséquence n’est autre que lui, Emrys.

A few hours earlier…

L’ambiance est légère dans la maison où habite l’américaine, la musique venant remplir cette demeure qui a accueilli tant de concerts improvisés par la part de l’artiste que tu es. Il se sent bien ici, il se sent chez lui. Bien plus qu'il ne l’a jamais été mais il a tant besoin d’être rassuré et passer du temps avec sa mère vient toujours l’aider à aller mieux. Il connait ses craintes et ses doutes, sait qu’elle souffre de ce qu'il a pu faire alors il ressent le besoin d’être à ses côtés pour ne plus la faire souffrir. Et il y a les demandes de la cinquantenaire, elle qui veut que l’enfant doué fasse une exploration dans le grenier où il doit aller chercher les décorations désirées pour habiller la maison de rose et rouge, l’envie de fêter l’amour avec du retard. Alors il obéit, Emrys. Il quitte le salon pour rejoindre l’étage, s’aventurant dans les pièces avant de tirer la corde qui fait descendre les marches montants à la pièce peu fréquentée. Elle est la chambre des secrets d’une adolescence peu appréciable, d’un évolution d’adolescent stupide à artiste fréquentables mais abruti. Tant de preuves d’une enfance malheureuse et maltraitée, d’un enfant au regard émeraude qui n’osaient pas lever les iris par peur du courroux paternel effrayant. Les souvenirs restent en place dans l’esprit torturé qui est sien bien qu'il refuse d’évoquer la seule pensée d’une douleur au fond de ton cœur. Il a effacé cette partie de ta vie, l’a fait disparaître derrière une dizaine de murs avec des portes cadenassées pour éviter de plonger sans le vouloir dans une chute sans fin, un peu à la Alice au pays des Merveilles qui plonge sans même un regard en arrière pour courir après le temps. C’est pourtant ce qu'il fait lorsqu'il se submerges avec toutes les drogues qu'il a à portée de main.

Les pieds se fraient un chemin dans l’immense pièce, redécouvre les cartons et la salle de jeu emménagée pour une adolescence vite remplacée par une envie d’être adulte bien trop jeune, trop tôt. Une maturité loin d’être présente lorsque ses lèvres s’étaient posées sur la première bouteille d’alcool lors d’une soirée, il avait vite compris que l’enfant innocent laissait place à une pâle copie des clichés accordés aux films américains sur leurs adolescents types. Il s'arrête enfin devant un coin où sont rangés les vieux cartons, emplis de papiers que l’on ne regarde plus depuis une décennie entière tant la douleur reste vive dans les cœurs brisés par une violence extrême. Il n’a jamais eu le droit d’y toucher, l’autorité de la reine mère ayant fait barrière sur l’envie de désobéir, mais il le pouvait enfin maintenant qu'il avait atteint un âge où il sait être maître de ses décisions. Surtout que ce n’est que pour faire une surprise à celle qui lui a donné la vie qu'il profite de son passage éclair dans les murs assombris par le temps. Le carton des décorations repéré non loin, il se concentre d’abord sur celui portant son doux prénom, cadeau de sa mère qui avait voulu que il ne prenne pas les sons forts des prénoms paternels. Si seulement il savait… Enfin, il perce le scotch de ses ongles, ouvre la boîte aux milles réponses avant de se figer lorsqu'il ne reconnait rien de ce qu’il s’y trouve. Des papiers d'hôpital, des lettres ressemblant à ce que des policiers pourraient avoir écrit et, tout en dessus, une enveloppe scellée. La mine inquiète, les sourcils froncés dans une curiosité maladive, il l’attrape et observe ce qui est écrit sur le papier jaunit avec le temps. Pour Emrys Dabrowski… Et il arrache le sceau, délivre la lettre écrite à la main dans une typographie similaire à celle de sa mère, tandis que les mots se suivent sous ses yeux avares d’informations. Mais le visage se décompose, se fige, alors que l’horrible nouvelle vient alourdir l’estomac qui ne sait pas supporter ce qu'il vient d’apprendre. Le récit d’une histoire sans fin, d’un acte barbare qu'il a vécu à son tour bien des années plus tard. Sauf qu’il y a eu des conséquences et qu'il est l’une d’entre elles.

Il est né d’un viol que sa mère a été forcée de taire.





Overwhelmed
I get overwhelmed so easily
My anxiety creeps inside of me
Makes it hard to breathe
What's come over me?
Feels like I'm somebody else



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum