AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment : -47%
-47% sur SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo ...
Voir le deal
22.99 €


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mar 2 Mar - 22:52:28
first meeting ft. Clark
Si tu veux mon avis il n’est jamais trop tard ou dans mon cœur trop tôt. Pour être ce que tu as envie d’être. Il n’y a pas de limite de temps, c’est quand tu veux. Tu peux changer ou rester la même. Il n’y a pas de règles pour ça. On peux en tirer le meilleur ou le pire.

▼▲▼

Encore une longue nuit sans réussir à trouver le sommeil, a se tourner et se retourner dans ce lit qu'elle trouvait à présent bien vide. Fixant tantôt le plafond, tantôt les faibles faisceaux lumineux qui passaient a travers les stores. Quatre.. puis cinq heures du matin, la rousse poussa un profond soupir, elle se redressa. Les pieds nus sur le carrelage froid, elle déposa ses coudes sur ses cuisses. Sa tête entre ses mains, elle avait mille et une pensées qui lui traversaient l'esprit. la seule solution qu'elle avait trouvé : voir quelqu'un peut être que cela l'aidera-t-elle a retrouver le sommeil la nuit? Elle n'en savait que trop rien. Toutes ces histoires la stressaient et la rendaient plus anxieuse qu'elle ne l'était déjà. Catriona n'avait jamais été d'un nature très zen, a toujours rechercher la perfection même dès son plus jeune âge. Et aujourd'hui a presque quarante-cinq ans, le revers de la médaille faisait l'effet d'un coup de massue en plein sur le crâne. Elle était a deux doigts de craquer, Cat', bien que pour elle craquer signifiait que l'échec toquait à sa porte. ça elle se le refusait, échouer ne faisait pas vraiment partie de son vocabulaire. Skywalker fini par se relever, de toute façon ici elle n'arriverait pas à dormir alors à quoi bon persister. Dans deux heures ses enfants allaient se réveiller et si elle parvenait au moins à dormir deux petites heures le miracle serait considérée. C'est ainsi qu'elle prit place dans le canapé, pour enfin négocier avec Morphée.

L'odeur de la caféine lui fit ouvrir un oeil à la productrice, devant elle se tenait une tasse du doux breuvage encore fumant qu'elle affectionnait tant. Elle se redressa, replaçant ses mèches rousses qui étaient en bataille, a côté d'elle se trouvait son fils. Ce dernier les jambes croisés sur la table basse, grignotait un bagel tout en fixant son smartphone. "Salut m'man" lui fit l'ado ne quittant pas l'écran des yeux. la rousse émit un grognement, attrapant la tasse de café avant de se lever du canapé. "Les pieds pas sur la table" qu'elle marmonna dans sa barbe, avant de tapoter légèrement le mollet du brun. Ce dernier s'exécuta, râlant alors que la mère passa devant lui. "Va t'habiller, Dustin. Tu vas être en retard à l'école et réveille ton frère!" Qu'elle lui ordonna, alors qu'elle se dirigeait vers la salle de bain. Les plaintes du jeune homme se firent entendre alors qu'elle éttoufait un petit rire.

Trente minutes plus tard, Catriona avait retrouvé son brushing impeccable et cette petite robe noire qui l'a caractérisait si bien. Perchée sur des talons aiguilles, cette autre facette d'elle refaisait surface. Celle qui la protégeait , d'après elle. "Dustin! Marlon ! On va pas tarder à partir." Prévint elle alors qu'elle accrochait ses boucles d'oreilles tout en s'avançant dans le couloir. Les deux garçons firent leur apparition, sacs sur l'épaule tous les deux. La productrice ne put s'empêcher de sourire. "Oh mes bébés ! Je vous aime tellement" elle les attrapa tous les deux pour leur faire un câlin, sous les plaintes des deux, elle ne put s'empêcher de rire avant de les lâcher. Tous les trois se dirigeant vers l'ascenseur, le chauffeur devait déjà être entrain de les attendre au pied de l'immeuble.

Une fois tout le monde déposé, l'américaine souffla. En l'espace d'une demi heure, son téléphone avait déjà sonné pas moins de vingt fois. Distraite, elle refusait tous les appels, préférant observer les gratte ciels de la grosse Pomme. Le chauffeur finit par s'arrêter devant un d'eux, Skywalker lui fit un petit signe de tête avant de sortir du véhicule. Elle pénétra dans l'immeuble, ses talons claquant sur le marbre beige. Elle s'adressa dans un premier lieux à la jeune femme à l'accueil, cette dernier lui indiqua l'étage et la direction a prendre. La productrice suivit ses instructions à la lettre, arrivant devant une porte cernée d'une plaque dorée. Signe qu'elle ne s'était pas tromper. Elle s'avança dans le cabinet, afin d'apercevoir une tête brune derrière un desk. Catriona lui adressa un fin sourire, considérer pour beaucoup comme un rictus, mais l'image devait être parfaite. "Bonjour, j'avais rendez vous à 9h30, Madame Skywalker.." la brune fixa l'écran de son ordinateur pendant quelques instants. "Bonjour, oui vous pouvez vous installer, le Docteur Lewis va vous recevoir" joignant la parole au geste, la jeune femme lui désigna les fauteuils. L'américaine la remercia d'un signe de tête avant d'aller s'installer.

CODAGE PAR AMATIS

Clark V. Lewis
Clark V. Lewis






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19649-clark-lewis-dane-dehaan?nid=7#1090749
Surnom : Doc, Clay, Vlad.
Âge : 34
Origines : Américaine, Coréenne & Russe
Occupation : Psychiatre, professeur de psychiatrie à Columbia & Profiler.
Lieu de résidence : Brooklyn.
A New York depuis : 7 ans.
Situation Amoureuse : Divorcé, célibataire.
Orientation sexuelle : Se laisse vivre.
Trigger Warning : \\Attention// sujets controversés abordés : meurtre - maladie mentale - maladie physique - dépression - idées noires - auto-sabotage - drame familiaux - homosexualité - sexe (rp hot). Si ces sujets vous touchent et que vous voulez tout de même écrire avec moi avec ce personnage, merci de me le préciser <3 !



(Clark) first meeting 00b163c469584e9391f0a581747a74365bdfd46f
A propos de Clark

Né à Détroit, il est d'origine Américaine, Russe et Coréenne Il a vécu une grande partie de sa vie en Russie et y a fait médecine ◊ Il a rencontré sa femme au théâtre, elle était danseuse au Bolchoï ◊ Sa femme a assassiné leur bébé de six mois ◊ Il a quitté la Russie pour fuir ce drame ◊ Dépressif lui même depuis la mort de sa fille, il est cependant psychiatre, profileur et professeur de psychiatrie à Columbia ◊ Bourreau de travail, il ne vit que par lui, le reste de sa vie n'a aucun sens ◊ Il a un chat, Roy, qu'il a sauvé de la rue ◊ Il vit actuellement chez Yuri Tchekov, une connaissance d'enfance pendant que son appartement est en travaux.
“Les deux sciences les plus tristes : la psychiatrie et l'histoire ; l'une étudie les faiblesses de l'individu, l'autre les faiblesses de l'humanité.”
(Clark) first meeting 0f3v
  • Aucune association
(Clark) first meeting VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : NC
Messages : 512
Faceclaim : Lee Dong Wook
Crédits : Mask
Inscription : 16/11/2020
Multicomptes : Diego Parra & Betty Blue Williams
Nombre de mots par RP : min. 300, Max. +1500
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
(Clark) first meeting UNXkCDab_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 3 Mar - 22:33:00
First Meeting...?


Un rayon de soleil fila l’espace, venant s’échouer sur le sol du salon de ce loft New Yorkais qu’occupait Clark Lewis. L’outrageuse lumière, qu’il ne semblait pas attendre si tôt, le tira d’un profond et douloureux sommeil. Ouvrant péniblement ses yeux charbonneux, le grand brun poussa un long et profond bâillement. Se tournant sur le côté, rejetant la couverture qui enveloppait son corps, il attrapa son téléphone portable branché sur la table basse : 6h03 du matin. Grognant, le trentenaire s’extirpa du canapé en cuir brun appartenant à son hôte et se planta sur ses longues jambes, s’étirant de toute sa hauteur. Sa première consultation était à 8h et il avait environ une demi-heure de trajet, calculant rapidement le futur temps qu’il pourrait accorder à sa préparation personnelle, il estima avoir le temps de cuisiner son lunch et celui de son compatriote.

Marchant d’un pas las vers la cuisine, il mit en marche la machine à café et fit chauffer de l’eau. Reniflant, pas encore réellement réveillé, il adressa un coup d’œil au frigo où était affiché le planning de l’acteur avec lequel il partageait – ou plutôt dont il squattait – le loft. Yuri commençait le travail à 8h30. Considérant le temps infini que son compatriote passait à prendre son petit-déjeuner et à se doucher, il ne devrait pas tarder à se lever. Faisant griller du pain complet, Clark consulta son agenda en attendant de pouvoir servir le petit-déjeuner : il commençait la journée avec Mrs Wright, une femme aux tendances mythomanes. En général, les consultations avec cette patiente duraient une bonne heure, si ce n’était une heure et demie, puisqu’elle avait tendance à se perdre dans ses mensonges et à ne plus savoir ce qui était réel et ce qui n’était que le fruit de son imagination. Cela prenait un temps infini, en réalité, de démêler le vrai du faux et les rencontres avec Mrs Wright se soldaient souvent en crise de larmes. S’armant de courage, Clark fut coupé dans sa prévision par le signal de la machine à café et par le bouillonnement de l’eau. Se servant une tasse de café noire et versant un thé noir à la rose pour l’acteur, il disposa le tout sur le bar accompagné de quatre tranches de pains grillées. Le psychiatre consulta une nouvelle fois l’heure et leva les yeux au ciel, se dirigeant déjà vers l’étage où se trouvait la chambre de son hôte. Ne prenant même pas peine de toquer – déjà trop habitué à ce rituel depuis presque deux mois – il fixa la silhouette du plus âgé enroulé sous sa couette. Le fixant quelques secondes, hésitant à le laisser dormir un peu plus, il finit toutefois par dire d’une voix encore un peu enrouée : « Yuri, lève-toi, tu vas être en retard. » Il marcha vers la fenêtre de son hôte et ouvrit les rideaux, entendant déjà l’endormi grogner : « Le petit déjeuner est prêt, traines pas. » dit-il, quittant la pièce sans plus de cérémonie.

Son propre petit déjeuner avalé, il profita de croiser son colocataire de fortune pour monter à la salle de bain. Faisant rapidement sa toilette, il se lava les cheveux et appliqua sur sa peau nacrée sa lotion hydratante avant d’enfiler son costume gris. Descendant les marches, il trouva encore l’autre homme planté devant sa tasse de thé, peinant visiblement à émerger de sa nuit. Ne faisant aucun commentaire, trop conscient que Yuri n’était pas opérationnel pour une discussion avant d’avoir bu ses deux tasses de thé, Clark commença à cuisiner leur repas du midi. Disposant des courgettes, des tomates et du tofu sur le plan de travail, il mit de l’eau à chauffer pour faire cuire le riz. Vingt minutes après, les deux gamelles étaient remplies et soigneusement rangées dans les lunch-bag des deux hommes. Un petit coup d’œil à sa montre et Clark attrapa sa veste, souhaita une bonne journée à son hôte et quitta l’immeuble.

Il ne mit pas plus de cinq minutes à atteindre le métro et en ressorti exactement dix minutes plus tard. A l’autre bout de Manhattan, il pressa le pas en constatant qu’il était presque l’heure de son premier rendez-vous. Le psychiatre arriva dans son bureau, il eut tout juste le temps d’ouvrir son ordinateur portable et de relire le compte rendu de sa dernière consultation avec Mrs Wright. Sa secrétaire lui indiqua sur l’interphone de son bureau que sa patiente était là et il prit cinq minutes supplémentaires pour la faire entrer, se préparant psychologiquement pour cet échange. Comme lors des consultations de ces six derniers mois, Clark commença par démêler le vrai de la fabulation, invitant sa patiente à réaliser les exercices qu’ils avaient mis en place ensemble. A savoir, dire une vérité d’ordre général, puis une autre moins évidente jusqu’à revenir aux propos de Jane Wright, pour qu’elle puisse identifier ce qui était vérité et ce qui n’était que mensonge. La plupart du temps, les prises de conscience de cette patiente en profonde phase de dénie la secouait, l’amenant à se vider de ses émotions et à vider le paquet de mouchoir de l’homme. Ils n’avançaient pas vite, dans leur thérapie, mais chaque pas en avant, aussi petit soit-il, permettait à la trentenaire de mieux vivre son quotidien et de peu à peu retrouver une certaine stabilité personnelle et professionnelle. Bientôt, elle pourrait probablement contrôler ses crises de mythomanie jusqu’à les réduire au minimum, jusqu’à ce qu’elles puissent disparaître. Ce jour-là, Mrs Wright ne dérogea pas à la règle et ressortit du cabinet les yeux rougis et l’air épuisé.

Le médecin se prit un bon quart d’heure pour rédiger le bilan de leur échange, n’omettant aucun détail ni données chiffrées et passa au dossier suivant, voulant préparer son nouveau rendez-vous. Il réalisa alors qu’il n’avait pas encore de dossier, puisqu’il s’agissait d’une toute nouvelle patiente. Adressant un regard à l’horloge qui trônait sur le mur de son bureau aux couleurs sobres et au style épuré, il constata qu’il était déjà 9h35. Cinq minutes de retard, cela commence bien, Clark. Sortant de son bureau d’un pas calme, il passa le couloir et rejoint le bureau de son assistante : « Voici le dossier de Mrs Wright, Amanda. Qui vient ensuite ? » demanda-t-il de sa voix profonde. La jeune femme d’une vingtaine d’année lui désigna alors la pièce adjacente : « Il s’agit de Mrs Skywalker. Voici le dossier préalable qu’elle a rempli en vous attendant Docteur Lewis. » Le grand brun hocha la tête, la remerciant et passa la porte pour faire face à sa toute nouvelle patiente : « Mrs Skywalker ? » demanda-t-il.

Une seule personne était présente dans cette salle d’attente : une femme, dont il n’arrivait pas réellement à estimer l’âge. Quand son regard clair se posa sur lui, Clark sentit son échine frissonner. Perdant contenance, l’espace de quelques secondes, il déglutit avant de s’écarter pour laisser la rousse passer : « Bonjour, je vous prie de me suivre. » dit-il, ne laissant pas apparaître son trouble. Regagnant son bureau, il referma la porte derrière elle et l’invita à s’installer sur le fauteuil en cuir faisant face à son bureau. Lui laissant le temps de prendre place à son aise dans ce nouvel environnement, le grand brun la détailla quelques secondes. Juste quelques secondes, le temps qu’il puisse identifier d’où lui venait cette impression déjà-vu, ce sentiment de familiarité, cette impression désagréable qui remontait le long de son dos : « Je suis le Docteur Clark Lewis. » dit-il une fois que sa patiente eut finalement posé son regard sur lui : « Que puis-je faire pour vous, Mrs Skywalker ? »





(c) AMIANTE




Another Day
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mar 9 Mar - 13:43:26
first meeting ft. Clark
Si tu veux mon avis il n’est jamais trop tard ou dans mon cœur trop tôt. Pour être ce que tu as envie d’être. Il n’y a pas de limite de temps, c’est quand tu veux. Tu peux changer ou rester la même. Il n’y a pas de règles pour ça. On peux en tirer le meilleur ou le pire.

▼▲▼

Elle avait prit place dans la salle d'attente, jambes croisées et le regard vagabondant dans la pièce aux couleurs claires. Catriona laissa son esprit divaguer quelques instants avant d'être ramener j'enterre par la jeune secrétaire du professionnel qu'elle venait voir. Cette dernière lui tendit un formulaire à remplir, le temps que le médecin puisse finir son rendez vous tranquillement. Formulaire d'informations, pourtant une question la fit sourire un peu amer. Situation familial. Que pouvait elle répondre à tout ça? Elle baissa alors les yeux sur cette bague qu'elle n'avait toujours pas put se résoudre à enlever. Doux souvenir qui s'était écaillée avec le temps. La quadra déglutit avant de finalement terminer de remplir le questionnaire. Elle se redressa alors pour retourner déposer les papiers sur le desk, adressant un sourire poli à la brune.
Elle s'assit à nouveau dans le siège qu'elle occupait quelques minutes auparavant, son regard fut à nouveau attiré par la bague qu'elle portait. Son index et son majeur jouant avec distraitement. Une voix masculine la sorti de ses songes, c'est alors qu'elle déposa ses deux émeraudes sur la personne qui venait de l'interpeller. Skywalker, Madame Skywalker, c'était bien elle enfin pour quelques semaines encore, ça aussi elle allait devoir s'y faire, nom auquel elle s'était habituée au fil des années. Laissant son regard détaillé pendant quelques secondes la silhouette, grand aux cheveux foncés, il avait elle se redressa, passant sa main sur un pli imaginaire de sa robe. L'homme l'invita à le suivre, donc par déduction c'était lui le praticien qu'elle allait consulter. La rouquine acquiesça, souriant doucement, le suivant alors jusqu'au bureau de ce dernier, situé une porte plus loin.

Ce dernier prit place derrière son bureau, alors qu'il lui indiqua la place qu'elle pouvait prendre. Elle s'installa dans le fauteuil en cuir, touchant du bout des doigts la matière. La rousse croisa les jambes alors que l'homme face à elle se présentait. Docteur Clark Lewis. Cette dernière releva alors la tête, le détaillant quelques secondes à nouveau pas franchement a l'aise dans cet environnement qu'elle ne connaissait pas. Il lui demanda alors ce qu'il pouvait bien faire pour l'aider elle. Elle sourit doucement, tout un tas de choses mais faire des miracles ne devaient pas faire partie de ces atouts "Catriona Skywalker, mais vous pouvez m'appeler Cat" elle s'était présenté alors qu'il avait déjà du voir toutes ces informations sur la fiche de renseignements,ses parents avaient toujours insisté sur le fait qu'elle devait se montrer polie et avenante, mais là elle n'avait pas la moindre idée de comment elle devait se comporter. Oui devait, elle ne montrait que très rarement son vraie visage. L'image. Toujours et encore. La seule personne aussi loin qu'elle ne s'en souvienne a l'avoir déjà vu sans masque et sans faux semblant, ça devait être Ohanzee. Et au vu de la tournure de cette Histoire, l'américaine y réfléchissait a deux fois. Mais là? La situation n'était-elle pas différente cette fois ci ? c'était un professionnel de la santé , donc était lié au secret professionnel. Autant jouer là dessus et de pouvoir enfin dire ce qu'elle ressent. Elle se tortille légèrement sur son siège, cherchant pendant quelques secondes ses mots. "J'ai des problèmes pour dormir en ce moment, enfin ça fait.. quelque mois déjà. Depuis que j'ai.." elle hésite se mord rapidement la lèvre sa voix se met à trembler. Elle n'en avais au final parler à personne, elle avait juste prétexter une mésentente pour justifier le divorce. L'image.. " J'ai appris que mon mari m'avait trompé" elle s'arrête de parler pendant un instant, jouant à nouveau avec cette bague. Elle redressa la tête, se redressant lâchant son alliance. " On m'a conseillé votre cabinet, on m'a aussi dit que de parler à quelqu'un pourrait me faire du bien" la rousse sourit faiblement, l'acceptation était déjà un commencement à ce qu'il paraît.

CODAGE PAR AMATIS




@Clark Lewis
Clark V. Lewis
Clark V. Lewis






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19649-clark-lewis-dane-dehaan?nid=7#1090749
Surnom : Doc, Clay, Vlad.
Âge : 34
Origines : Américaine, Coréenne & Russe
Occupation : Psychiatre, professeur de psychiatrie à Columbia & Profiler.
Lieu de résidence : Brooklyn.
A New York depuis : 7 ans.
Situation Amoureuse : Divorcé, célibataire.
Orientation sexuelle : Se laisse vivre.
Trigger Warning : \\Attention// sujets controversés abordés : meurtre - maladie mentale - maladie physique - dépression - idées noires - auto-sabotage - drame familiaux - homosexualité - sexe (rp hot). Si ces sujets vous touchent et que vous voulez tout de même écrire avec moi avec ce personnage, merci de me le préciser <3 !



(Clark) first meeting 00b163c469584e9391f0a581747a74365bdfd46f
A propos de Clark

Né à Détroit, il est d'origine Américaine, Russe et Coréenne Il a vécu une grande partie de sa vie en Russie et y a fait médecine ◊ Il a rencontré sa femme au théâtre, elle était danseuse au Bolchoï ◊ Sa femme a assassiné leur bébé de six mois ◊ Il a quitté la Russie pour fuir ce drame ◊ Dépressif lui même depuis la mort de sa fille, il est cependant psychiatre, profileur et professeur de psychiatrie à Columbia ◊ Bourreau de travail, il ne vit que par lui, le reste de sa vie n'a aucun sens ◊ Il a un chat, Roy, qu'il a sauvé de la rue ◊ Il vit actuellement chez Yuri Tchekov, une connaissance d'enfance pendant que son appartement est en travaux.
“Les deux sciences les plus tristes : la psychiatrie et l'histoire ; l'une étudie les faiblesses de l'individu, l'autre les faiblesses de l'humanité.”
(Clark) first meeting 0f3v
  • Aucune association
(Clark) first meeting VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : NC
Messages : 512
Faceclaim : Lee Dong Wook
Crédits : Mask
Inscription : 16/11/2020
Multicomptes : Diego Parra & Betty Blue Williams
Nombre de mots par RP : min. 300, Max. +1500
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
(Clark) first meeting UNXkCDab_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 12 Mar - 21:28:50
First Meeting...?
En pénétrant dans son bureau, Clark sentit son souffle se couper. Pourquoi es-tu si perturbé, Clark ? Tu en as des tas de nouveaux patients chaque semaine. Oui. C’était vrai. Mais quelque chose en particulier se dégageait de cette femme au corps frêle et à l’air bien trop familier. Familier ? Pourquoi te serait-elle familière ? Faisant fi de cette sensation inédite – ou peut-être oubliée – il invita la rousse à prendre place dans le fauteuil en cuir brun siégeant face à son bureau. La détaillant quelques secondes, il finit par se présenter de manière concise, demandant à sa nouvelle patiente l’objet de sa venue. Cette dernière entreprit alors de se présenter et Clark nota mentalement le diminutif. « Enchanté, Cat. » Répliqua-t-il, la fixant de son regard ébène, avant d’ajouter : « Si vous êtes plus à l’aise, vous pouvez également m’appeler Clark. » proposa-t-il de sa voix profonde, avant de remarquer quelques signes subtils de stress provenant de la belle quarantenaire. Il la vit remuer sur son siège et cela confirma ses suppositions. Non seulement elle n’était pas à l’aise mais elle n’avait vraisemblablement aucune envie d’être là. Peu importait, aucun de ses patients, les premières fois, n’avaient réellement envie de participer à ses consultations. C’est d’ailleurs à cela que l’on reconnaissait les personnes qui avait le plus besoin d’aide : celles qui freinaient des quatre fers à l’idée de voir un professionnel de la psyché humaine.

Finalement, Cat’ parla. S’armant de son stylo plume, Clark prit en note cette informations. Une insomnie chronique – puisqu’un phénomène qui se répétait de manière consécutive était considéré comme chronique – pouvait trouvé sa source à plusieurs points d’eaux. S’apprêtant à la question, voulant lui demander si elle connaissait l’origine de ce manque de sommeil, la rousse le devança et lui révéla que cela avait commencé quand elle avait appris l’adultère de son époux : « Pardonnez-moi la question, Cat, mais est-ce quelque chose qui vous touche ? » demanda-t-il, souhaitant affiner le plus possible son diagnostic préliminaire : « Entendez-moi bien, une tromperie n’est jamais agréable. Mais elle peut-être tolérée ou même accepté dans certaines situations et donc ne pas être l’origine du trouble des individus. » La belle sembla faire une fixette sur son alliance et Clark voulut, lui aussi par réflexe – un souvenir tenace d’une situation pourtant bien dépassée par les années - jouer avec la sienne. Mais il ne portait pas d’alliance. Non, il n’en portait plus. Plus depuis qu’il avait quitté la Russie, l’abandonnant à la douane de manière délibérée. Comme si, à l’instar des liquides corrosifs ou autres matières interdites, il avait considéré que cette bague était un danger pour lui et qu’il n’était pas autorisé à l’emporter en Amérique. La bague est restée là-bas, Clark, mais ton souvenirs sont bien présents, régissant ton esprit et le torturant à la première occasion. Il capta le sourire de sa patiente et lui en adressa un léger également, dévoilant deux fossettes se formant de part et d’autre de son sourire : « Vous avez bien fait de franchir ce cap. Nous allons trouver l’origine de ces insomnies ensemble pour vous faire avancer et… » il jeta un coup d’œil à ses notes où une supposition était inscrite : « De vous permettre d’être le plus à l’aise possible avec vous-même. »

Se rajustant dans son propre siège, le psychiatre demanda : « Et si vous me parliez un peu de vous ? Pour que je puisse vous aider du mieux possible, il me faut vous connaître et nous devons nous faire mutuellement confiance. » Captant un léger signe d’inquiétude de la part de la belle, il ajouta : « je vais commencer, si vous voulez. » Jouant avec la peau de sa gencive – vestige de la précédence d’un piercing à la lèvre lors de son adolescence – il continua : « Je m’appelle Clark, j’ai trente quatre ans et je suis à New York depuis un peu moins de huit ans. Je suis né à Détroit et j’ai passé la majeure partie de ma vie en Russie. » Il lui fit un signe de tête : « A vous. » Légers détails qu’il donnait là, des informations que n’importe qui pourrait trouver en faisant un tant soit peu de recherche à son sujet. Il procédait toujours ainsi, se livrant de manière minime pour établir un climat de confiance, un semblant de familiarité, s’accordant à lui-même cette humanité dont il lui semblait pourtant parfois être dénué.
(c) AMIANTE




Another Day
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum