AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-20%
Le deal à ne pas rater :
Charmast Batterie Externe 23800mAh 4 Sorties et 2 Entrées
23.99 € 29.99 €
Voir le deal


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 1 Fév - 21:45:15
TW : VIOLENCE, INSULTES



L O S T
« in the end, will you sink or swim ? »

FAOUZIA,, 'TEARS OF GOLD'
1:43 ━━━━●━━━━━━━━━ 4:08
⇆ㅤㅤㅤㅤ◁ㅤ❚❚ㅤ▷ㅤㅤㅤㅤ↻

and i don’t want to get attached to anyone anymore, it only destroys me in the end ] les mots résonnent comme le déclic de toute une vie. vérité qui pourtant, embrase l’âme d’une souffrance indélébile, celle qui ravage le cœur, éteint l’espoir d’un futur entouré. le souffle s’échappe de ses lèvres en un soupir tremblant. la main s’accroche à la rambarde, peine à se maintenir debout. le palpitant fissuré par l’image d’une vie brisée. les paupières se ferment, suhee, ô douce suhee, elle refuse de faire face à la réalité. c’est une perle salée qui roule sur sa joue. brûlante, comme une révélation, une f i n a l i t é; celle qu’elle s’était longtemps fredonnée comme une promesse, lorsque la lune se faisait la seule lueur d’espoir dans la nuit noire. celle qu’elle a brisée lorsque l’image fût faussée par des sourires et des rires - suhee, pauvre suhee.


« A S S E Z »

le bout de sa langue se glisse entre ses lippes pour parcourir timidement les chaires malmenées par le stress de ces derniers jours. les prunelles sont dilatées par le manque de sommeil; longues sont les dernières journées passées à tout retaper, souvent seule. parfois, accompagnée. aide précieuse qu’elle ne quémandait pas, cependant. sûrement, parce qu’elle refusait de mettre à profit l’aide de ses amis quand le résultat était le gain de son manque d’attention. le palpitant s’étreint trop fort dans la cage, si fort que le souffle en est coupé. [ pause ] c’est plongée dans une sorte d’arrêt sur image, qu’elle est submergée par ses propres pensées - les paupières se ferment, voile sur la réalité. l’oreiller glisse de ses doigts pour s’effondrer à ses pieds, les bras qui tombent le long du corps. puis, c’est elle tout entière qui s’échoue sur le lit - regard rivé sur le plafond du premier étage. les doigts s’accrochent aux draps et c’est l’ombre d’un sanglot qu’elle sent monter. elle est épuisée suhee, les traits sont marqués lorsqu’elle ne prend pas la peine de les masquer - qu’importe, l’image qu’elle adorait est ternie. un grognement s’échappe de ses lèvres. le temps est long, pourtant, l’impression qu’elle manque de temps est grondante. se redressant avec un peu de mal, elle ramasse l’oreiller pour le mettre à sa place. les orbes parcourent la pièce, inspectent le moindre recoin pour n’oublier aucun détail. l’ouverture est prochaine et elle ne peut se permettre de la louper pour une futilité. se levant du lit, elle s’arrête en chemin, détour. les sourcils se froncent pour ouvrir la baie vitrée, terrasse malheureusement laissée à l’abandon. c’est un gémissement mi-peiné, mi-énervé qui résonne alors que ses doigts glissent dans ses cheveux. elle est exténuée, épuisée - à chaque fois qu’elle a l’impression de sortir la tête de l’eau, éternelle est cette main qui appuie sur sa tête. le visage se baisse, une moue blasée se dessine et c’est soulée qu’elle liste les dégâts causés par ce mois d’inattention. trop, c’est trop. après, une bonne vingtaine de minutes, la jeune femme se promet de revenir demain à la première heure pour faire une liste et acheter ce qu’il faut directement. tête baissée, épaules affaissées. elle reprend le chemin des escaliers. presque satisfaite. alors qu’elle pense pouvoir retrouvé l’ami en bas, ce sont des voix qui résonnent. grondent une colère qui fait froid dans le dos. l’instinct s’éteint, elle se fige. incapable de bouger. mâchoire crispée, comme un sentiment de déjà-vu.

l’enfer s’est éveillé -

les mots résonnent plus distinctement et quelque chose vrille; s’éveille en elle. colère naissante; brûlante lorsqu’elle s’immisce en ses sillons. timide sont les pas qui dévalent les marches. durs sont les coups donnés par le cœur affolé et c’est une scène macabre qui se peint sous les yeux innocents —

« J'AI DIS ASSEZ ! »

mais les mots n’ont pas d’importance lorsque les coups pleuvent comme ses larmes - lorsque la haine est chef d’orchestre de cette mélodie. « ELI ! NASH ! » et il y a la frustration de ne pas être entendue. manque de tomber sous l’émotion trop vive, trop pure. « arrêtez de vous battre ! »

je vous en prie


crédit code, wonderland,, ne pas reprendre
// crédit image, pastel breathing
Eli Jiang
Eli Jiang






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t17599p20-eli-jiang-o-min-yoongi https://www.disjointedsocieties.com/t17620-eli-jiang-prive#960323
Surnom : Eli, c'est tout, bye.
Âge : 26
Origines : Coréennes et Vietnamienne
Occupation : Il a fait des études en infographie, du théâtre, il a abandonné. Il passe ses journées à apprendre à hacker avec son père, à jouer à la guitare et à suivre les cours de théâtre
Lieu de résidence : Manhattan, une nouvelle maison avec un espace encore plus grand... Avec toute sa famille
A New York depuis : Qu'il est né.
Situation Amoureuse : Bof bof, hein. Pas trop son truc, il dirait quand même pas non à une fille s'il peut dormir chez elle un temps avant de la plaquer.
Orientation sexuelle : Pan
Trigger Warning : mort / racisme / homophobie / enlèvement / Addictions / Vol

*
“I love the rich life of the asshole.“
(TW) [ TEARS OF GOLD ]  4a049d87f6fba395a9aad8c674457953ba117fb4
  • Aucune association
(TW) [ TEARS OF GOLD ]  VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Leahn - Mr Turtle
Pronom : La flemmarde, celle qui a la méga flemme de faire des efforts. (oui elle)
Messages : 7666
Faceclaim : Min Yoongi ((Suga))
Crédits : ©Winter ((avatar))
Inscription : 11/07/2020
Multicomptes : Le paresseux Cheung et l'extraverti Ed
Nombre de mots par RP : 200 - 900
Fréquence de RP : Yolo ?
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
(TW) [ TEARS OF GOLD ]  Wh9lQgGX_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 1 Fév - 22:34:00


TEARS OF GOLD
Je ne te le pardonnerai jamais.
Jamais.

Et il a appuyé sur le bouton bloquer. Bloquant ainsi son ami, qui était son coup du soir, d’un angry sex.

Eli se pince les lèvres, il marche sans regarder où il va. Il fait confiance à ses pieds, il connaît automatiquement le chemin pour retourner au café de Suhee. Pourquoi elle ferait ça ? Pourquoi elle enverrait ces messages là ? Ce n’est pas elle, ce n’est pas son genre. Elle ne ferait pas semblant de l’écouter et d’ignorer qu’il vient de… juste rompre avec Kitty ?

J’ai pas vraiment écouté… Je pensais qu’à tes lèvres :((

Non, lui il pense aux lèvres de Kitty.
Ces lèvres qui s’étirent en un sourire, les yeux qui se plissent de joie, qui peuvent tout d’un coup changer en un regard provocateur, intense. Ses pupilles qui sont comme une planète, une toute nouvelle planète dont Eli ne se lasserait pas d’observer.

J’aurai aimé continuer de t’aimer comme jamais.

Et il continue toujours. 
Juste qu’il ne peut pas être avec elle, parce qu’il a peur des conséquences, d’en finir comme Leith. Il ne veut pas être un FO. Il ne veut pas décevoir ses parents, encore plus les inquiéter, il ne veut pas leur infliger ça, ce dont à quoi ils se sont battus pendant toute leur jeunesse…

Tient Eli, l’adresse pour aller commencer tes cours de guitare, ça va te détendre. C’est dans le Queens.

C’est son père qui lui a passé l’adresse, avec un petit sourire au coin des lèvres, fier de voir Eli se laisser aller, s’emporter dans des petits plaisirs, d’apprendre qu’il a enfin un boulot: serveur dans le café de Suhee. Non, il y a de quoi être fier du petit Eli. Il est gentil, c’est un chat, il n’est pas fait pour la violence. Il est un ami fidèle, il est cette personne dont on pense qu’il ne ferait pas de mal. Il est trop gentil pour faire de vilaines choses. Il est cette personne qui accourt inquiet pour Suhee, et ses messages qui ne lui ressemblent pas. Il est sympa ce Eli, un grand frère que Barbie adore, qui exaspère Siwan. Le chat de sa mère et de Kitty.

Pourquoi les choses tournent ainsi de cette façon ? Pourquoi il a du mal à faire un véritable sourire, face à Suhee qui l’a accueilli dans le café, à qui il a aidé à faire du ménage, pour que le café reprenne l’activité.

Mais il voit là, à la rue voisine, la vitrine, et cette personne assise face à la table, tenant un téléphone bien trop caractéristique: celui de Suhee. Le visage de Eli s’assombrit et alors qu’il était en pleine conversation avec Tomoaki, à dire qu’il est fatigué, qu’il en peut plus. À qui il allait lui raconter son histoire d’amour digne d’un Roméo et Juliette. Il lui a juste envoyé un message:

Pause à mon histoire qui a pas commencé. Je dois défoncer quelqu’un

Et Eli le gentil, il est plus là. Il ne regarde pas les voitures, il traverse directement, avec le sac qui contient sa guitare, à son épaule. Il traverse d’une traite et entre dans la boutique tout de suite. Il entre tout simplement, en retirant le sac de son épaule pour le garder à la main. Il lui lance un regard noir, ses jambes tendues, sur ses gardes. « Pourquoi tu es là fils d’enculé ? » dit-il, le coeur battant. Il sent qu’il perd le contrôle, qu’il est sur le point de faire une grosse connerie, il devrait se raisonner, mais il n’y arrive pas qu’il se met à hurler. « À ENVOYER DES MESSAGES EN TE FAISANT PASSER POUR UNE MEUF QUE T’ES PAS ?! T’AS PAS MIEUX À FAIRE COMME CHERCHER KITTY QUI A DISPARU FILS D’ENCULÉ DE MA RAAAAAACE !!!! » sur ces derniers mots Eli charge vers Nash, en hurlant, en lui envoyant son sac de la guitare avant de lui sauter dessus pour lui donner des coups de poings. Les renversant à terre. « D’OÙ TU TE MÊLES DE LA VIE SEXUELLE DE MA POTE ET ENVOIE DES MESSAGES CHAUD À TOUS SES AMIS ?! TU CHERCHES À L’ANÉANTIR ?!!!!!! » Il continue de le frapper, encore et encore. Il s’en fiche qu’il se fasse mal, il s’en fiche qu’il frappe mal, il veut lui faire le plus mal possible, que cet enculé se noie dans son sang. Qu’il lui casse le nez, il récupère le sac de la guitare qui est juste à côté pour le soulever et être prêt à le frapper. « T’ES VRAIMENT UNE SOUS-RACE DE MERDE !!!! »

J’AI DIS ASSEZ !

Il se fige, un peu sonné par le hurlement de Suhee. Il l’a trop rarement entendue hurler, mais ça a suffi pour qu’il se fige en vrai. Il l’entend appeler son prénom, mais c’est comme un écho, c’est assez lointain. Trop lointain. Qu’il doit arrêter de se battre ? Eli n’est pas un gentil garçon, ce n’est pas un chat avec les griffes coupés, il n’a rien d’un chat d’intérieur. Il est fait pour la violence, il a grandi là-dedans, dans cette injustice de cette vie: la pute de vie. Il est trop méchant pour faire de gentilles choses. Il est cette personne qui détruit un coin du café de Suhee, qui retarde son ouverture. Il n’est pas sympa Eli, il dit des choses méchantes à Barbie et à Siwan. Le chat agressif que sa mère n’a pas vu grandir, que Kitty refuse de voir.

Mais une fraction de seconde suffit pour inverser la tendance, mais une fraction de seconde de pause, avant qu’il ne relâche la guitare pour continuer à frapper Nash, comme s’il n’a jamais entendu Suhee, comme s’il n’a pas réalisé sa présence. À frapper au visage, à ses côtes, à ignorer ses coups (s’il y en a).

Parce que Eli est un vilain garçon. Un voleur.




(c) MORNING RAIN



@Kit Hi Pyo






Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 8 Fév - 12:28:18


tears of gold


Sourire géant.
Sourire d'enfant.
Sourire vide de sens.


Existence entourée de néant. Le coeur battant, l'homme cherche une raison de continuer, de se marrer. Mais le rire qui s'échappe de ses lèvres est sans valeur. Parce qu'il le sait, tout va encore lui retomber dessus. Sa connerie sera découverte, les voix s'élèveront, et les excuses se feront, fausses. Parce que rien n'importe dans ce brouillard qu'il traverse. Et dans cet enfer qui l'entoure, il n'a aucun repère, se perd.

Si vous traversez l'enfer, continuer d'avancer.

Mais lui stagne, ne sait quelle direction prendre, et si en fait la sortie n'existait pas ? Et si le bonheur était un mythe, un conte de fées raconté aux gosses turbulents ? Sois gentil et tu seras heureux. La mâchoire se serre, la main tremble. Les souvenirs affluents, les coups de son père pleuvent. Et le bruit du portable qui tombe le sort de ses songes.

Le silence est pesant.
Le climat lourd.
Le calme avant la tempête.

Les opales se croisent, et c'est une tornade qui débarque dans le café. Nash se lève, effrayé. Les hurlements lui parviennent et pourtant il ne discerne aucun mots. Juste la violence du regard. Et bientôt la douleur. La chaleur du sang qui s'écoule sur son visage. Mais surtout la haine. Celle qui le prend aux tripes, qui écorche son palpitant, qui le laisse sans voix. Celle qui l'emporte à des années de là.

Tu frappes vraiment fort cette fois, papa.
J'ai tué maman.
Tu vas me tuer aussi ?

Pause. Le calme. Son nom parvient à ses oreilles, une voix de femme. Mais qui ? Où est-il ? Est-ce que c'est maman qui est revenue à la vie ? Mais la paix est éphémère, fragile. La haine retrouve son trône, domine à nouveau. Et la douleur revient, la vision se floue, sous les larmes ou la violence des coups, Nash ne saurait dire. L'homme est redevenu enfant, et dans son mutisme, il n'a qu'une seule certitude.

Rien n'est plus vivant qu'un souvenir






(c) MORNING RAIN

Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum