AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Sam 30 Jan - 21:55:43
Together … Again ?

Assise, le dos tourné à l'unique sortie, le visage orienté vers le sien, le regard fixé sur ses paupières closes, le teint tout aussi blafard que le sien. Son cœur se serrait davantage, se faisant toujours douloureux à chaque seconde qui passait. Cela faisait des semaines qu'elles étaient ainsi, l'une plongée dans un sommeil profond dont elle ne se réveillerait peut-être jamais, l'autre assise à son chevet attendant le moment où les yeux se ré-ouvriraient, sans grand espoir. Comment pouvait-elle espérer alors qu'elle avait elle-même opéré des personnes comateuses ? Comment pouvait-elle espérer en ayant connaissance du nombre de personnes qui ne s'en réveillaient jamais ? Comment pouvait-elle espérer après avoir débranché des dizaines de personnes, avoir répété des milliers de "Toutes mes condoléances" ?

La réalité était trop présente, trop atroce pour Olivia. Elle ne pouvait pas perdre sa Li. Lili était morte depuis des années et Olivia s'était empressée de brûler le cadavre, mais, là, et pour la première fois depuis des années, Olivia était genoux à terre, des cendres pleines les mains, à suppliait un Dieu auquel elle ne croyait pas pour qu'il ramène Lili. Des suppliques qui se traduisaient en pleurs incontrôlées, en mots murmurés, en «Pitié» agonisant, en des caresses se perdant dans ses cheveux, en des yeux rougis refusant de quitter les paupières closes.

Les effusions salines avaient eû raison des yeux désormais secs de l'ancienne chirurgienne. Elle avait passé tout ce début d'année à pleurer son reflet, s'aggripant à elle dans les premiers temps, puis imbibant son oreiller dans un second. Tout faire pour ne pas s'effondrer devant Eva, parce qu'Abuela ne l'avait jamais fait devant elles, parce qu'Olivia devait se montrer à la hauteur des autres femmes de sa famille, parce qu'Olivia devait se montrer à la hauteur d'elle, parce qu'Olivia devait rattraper ses erreurs et être une bonne tante, parce qu'Olivia devait tout faire pour que la petite ne se brise pas, pas comme elle, elle s'était brisée.

Une nouvelle fois, la petite brune passait une main tremblante dans les cheveux de la Belle Endormie, réajustant sans cesse cette même mèche récalcitrante. Maniaque. Et alors que ses doigts s'activaient le long de cette mèche, un frémissement parcouru le corps de la chirurgienne. Il n'avait fallu que d'un contact, d'un effleurement de sa joue pour ressentir ce léger réchauffement de son derme. Un réchauffement de la peau, une accélération du débit expiratoire, une accélération du rythme cardiaque, des mouvements psychomoteurs à l'extrémité de ses membres. Tous les signes étaient là.

Un petit sourire se forma sur le visage d'ordinaire si renfermé d'Olivia alors qu'elle s'écartait de celui de son double pour venir prendre sa main.

«Alicia ? Tu m'entends ? Tu es à l'hôpital. Pitié, réveilles toi … Dis moi que tu m'entends et que j'ne deviens pas folle … Ali ? Lili ? Lili !»
made by black arrow

Alicia Markey
Alicia Markey






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20593-alicia-markey-o-taylor-lashae-22-01 https://www.disjointedsocieties.com/t21216-alicia-markey https://www.disjointedsocieties.com/t21213-alicia-markey https://www.disjointedsocieties.com/t21214-alicia-markey#1173019
Surnom : Lili
Âge : 34
Origines : américaine, la pointe française et colombienne pour le métissage génétique.
Occupation : profileuse pour le FBI, criminologue donnant des cours dans les facs.
Lieu de résidence : manhattan
A New York depuis : toujours.
Situation Amoureuse : le chaos entre les lignes. ((Veuve))
Orientation sexuelle : Pansexuelle.
Trigger Warning : Exemples de TW : suicide / mort / viol / violence excessive / maladies mentales / pédophilie / racisme / homophobie / transphobie / cruauté animale / inceste / enlèvement / grossesse / fausse couche / avortement / Pornographie / RP hot cru / Addictions / automutilation / bodyshaming / discrimination / (trans-)misogynie / religiophobie / classisme...

Together ... Again ? ((FT. Alicia Markey)) Ea2509dad1a260e1186045fa666164ca8fbad533 Together ... Again ? ((FT. Alicia Markey)) 4af5ba0cf7facc3d996cca7e6611dc1e994e5770 Together ... Again ? ((FT. Alicia Markey)) 0462f605957e3517efdcefe95f18ddb5e11b446d
Rien n'était immuable, surtout pas le bonheur. Fragile comme le verre, il ne devait être considéré comme un acquis, lui qui pouvait ne durer qu'un instant.
☾☾

====.====
-> olivia : twins
-> seth : thérapeute
-> gregoire : ami & collègue
-> diego : ami& collègue
-> betty : connaissance & co
-> clarke : connaissance
A présent, ma vie intérieure ressemblait à une terre brûlée, sans arbres et sans oiseaux, à jamais figée dans le froid de Janvier. Je n'avais plus d'appétit ni envie, hormis celle de me cramer quotidiennement les neurones à coups de médicaments pour diluer les souvenirs trop douloureux à affronter.
Together ... Again ? ((FT. Alicia Markey)) Tumblr_p1r11zibem1sqv1blo3_400
  • United Earth
Together ... Again ? ((FT. Alicia Markey)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : SA.
Pronom : elle
Messages : 669
Faceclaim : Taylor Lashae
Crédits : GM (av) & stardustedit (icns)
Inscription : 06/09/2019
Multicomptes : Blanche 'Stiletto' Bauer, Bambi Beckman
Nombre de mots par RP : Entre 400 et 2000.
Fréquence de RP : Selon mes jours de travail.
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
Together ... Again ? ((FT. Alicia Markey)) UNXkCDab_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modératrice ✧
(#) Mar 2 Fév - 17:09:36

“the cosmic childs ” & @Olivia Valliant
Il avait suffit d’un instant. Le mauvais endroit, au mauvais moment. Pour que tout s’écroule. Une pluie de coups. Douleur atroce marquée dans le derme, l’envie que tout s’arrête, suppliant le tout puissant d’arrêter le massacre, même s' il y avait tant à perdre. L’épreuve bien trop houleuse malgré cette vie de souffrance. Mais ce qui a marqué ton esprit Alicia, c’était le revolver pointé dans ta direction. Et même si t’avais eu le visage tuméfié, t’as bien vu le calibre 9 en face de toi. Et la détonation. Bruit strident. L’adieu silencieux à ces personnes que tu aimais tant, cette dernière pensée pour elles. Juste elles. Et le silence.

Parfois apaisant. Parfois angoissant. Mais le silence.
De l’âme.
Du cœur.
Ta défunte femme te prenant dans ses bras pour une dernière danse. Un baiser pour te ramener à la réalité.
Une respiration.
Une seule.
Et la vie. La vraie.

Des bips incessants. Des voix, la sienne. Une qu’on ne peut oublier. L’âme jumelle, l’âme duelle. Une présence, une autre, et des mouvements. Ton corps n’est qu’un tas de muscles atrophiés, et tes os sont brisés. Qu’importe les soins apportés, tu n’arrives pas à t’éveiller. Prisonnière d’une dimension qui n’est pas la tienne. Une dimension sans douleur, sans émotion, avec un silence ponctué de bruits. La solitude d’une âme oscillant entre la vie, la mort. Incapable de prendre la bonne décision. Jusqu’au jour où t’es assez forte Alicia, jusqu’au jour où sa caresse sur ta peau te réanime. Et là, t’as la force d’accélérer ton cœur, de déclencher des mouvements sur ce respirateur, et que tes doigts bougent avec délicatesse, celle qui t’appartenait. Et t’entends sa voix, ce cri dans la nuit. Ce nom qui vous correspondait. Et tu la ressens, là, tout près de toi, cette âme jumelle. Le myocarde reconstitué. Tu reviens dans la réalité, la sienne, et tes yeux s’ouvrent sur elle, et tu fixes ce regard qui est le tien, qui est le sien, et tu hoches la tête légèrement pour acquiescer à ses mots.
Oui, je suis là.
Oui, je t’entends.
Et putain ce que ça fait du bien de t’avoir près de moi.
Mais tu sens la prison de ton corps, la douleur revenir, les images te hanter, et surtout, tu te sens oppressée. Car c’est ce respirateur qui respire pour toi, qui t’empêche d’être libre. Alors tu tousses Alicia, t’essayais de retirer la sonde d’intubation de ta toux, pour enfin vivre.
Pour enfin t’ancrer dans l’amertume de cette vie.

code by solosands





LA CHAIR EN REMPARTS
le squelette en étendard





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum