AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment : -47%
Sosh Abonnement Internet Fibre 300Mbits/s + Livebox 4 ...
Voir le deal
15.99 €


Hanseol Bakh
Hanseol Bakh






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t11546-hanseol-bakh-o-kim-taehyung https://www.disjointedsocieties.com/t739p130-hanseol-bakh https://www.disjointedsocieties.com/t995-hanseol-bakh https://www.disjointedsocieties.com/t701-hanseol-bakh
Surnom : Hans, le mauvais prince.
Âge : 25
Origines : la Corée du Sud pour mère patrie, les grandes Amériques pour foyer.
Occupation : employé en tant que serveur et barista au Winter Flower Café.
Lieu de résidence : studio n°18, immeuble 3. la poussière et le manque d'espace, l'odeur de tabac et l'obscurité pour domicile au cœur du Queens.
A New York depuis : huit ans ; le temps défile, les jours se ressemblent, et un jour le soupir franchit les lippes au regard en arrière.
Situation Amoureuse : célibataire malchanceux en amour, portant sur ses épaules le deuil d'une femme-enfant et l'abandon brutal d'un mauvais choix.
Orientation sexuelle : hétérosexuel. les cheveux longs et les rires fluets font battre son cœur ; le ravissent entièrement lorsqu'en plus de ça, elles plissent le nez.
Trigger Warning : mutilation, violence excessive, violence, pornographie, drogues, alcool, mort, sexe, body-shaming.

b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko7_1280 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko6_400 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko5_500 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pg5ufgoRgI1xxgo0ko6_400

WHEN SHE FALLS ASLEEP
WHEN SHE CAN'T THINK


SHE CALLS ME
M O N S T E R
。☆゚・:,。゚・:,。★゚


b r e a t h ((momeol)) 4pg9Cnxx_oH A N S » to all my dear deadly sins » aquarius » TATTOO ONE » TATTOO TWO » TATTOO THREE » worker at the winter flower café but prefers summer iced teas » childish smile for a broken heart » i'm a fool, i'm a weirdo » daddy's jokes for a better mood » don't be silly, Billie » they don't see the monsters under my bed, waiting for the bloody moon » i wish i was special, you're so fuckin' special.
A C H I L D I S H SMILE WITH SHARP F A N G S .
b r e a t h ((momeol)) 26c72ea14c46107fbf8169e0a82a38b1619f25a4
  • United Heart
b r e a t h ((momeol)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : ekolta(queen).
Pronom : elle/she.
Messages : 37718
Faceclaim : kim fxckin'taehyung.
Crédits : soleilplein (avatar).
Inscription : 07/01/2019
Multicomptes : none.
Nombre de mots par RP : 150-1200 mots.
Fréquence de RP : le soir souvent, selon mon emploi.
Je suis plutôt : dark et chill.
Keep Talking
b r e a t h ((momeol)) HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur et Vice-Président de la CSF ✧
(#) Mar 26 Jan - 1:39:53
BREATH

la nuit est chaude ; elle est sauvage - la nuit est belle ((la nuit est belle)) pour ses otages.



— what are you doing tonight ?
would you like to take a walk with me ?

you won't bear with me
but why not ?


les doigts se resserrent autour de la canette entamée ; le sucre et la taurine se répandent et dilatent les pupilles pourtant si usées, lasses, des visions quotidiennes. la capuche couvre les mèches corneille, confère une sensation éphémère, fugace, d'un confort oublié. les sons sont faibles ((infimes)) ; perceptibles comme des éclairs furieux ((insupportables)). à l'arrière de son siège, l'homme ivre ne cesse de donner des coups qui meurtrissent le dos - - tout au fond, l'adolescent se mure dans son silence et enfonce les écouteurs dans ses oreilles tandis que le son s'échappe pourtant du portable abîmé. la femme tout à gauche sanglote ; les yeux sont cerclés de noir et le manteau ne suffit pas à cacher les peintures bleues et mauves sur le corps.

et il détaille tout, hanseol
n'en perd pas une miette,
fasciné par LA V I E qui les anime.

les onyx achèvent leur chemin sur le visage à côté du sien. et ((pour la première fois depuis longtemps)) ; vient-il fuser. ce sourire presque teinté de timidité, qui creuse une fossette et dévoile une canine imperceptible sous les gerçures. celui qui, de son mutisme, laisse entendre les rires trop longtemps refoulés.



M O M O K A
qui l'eut crû


et sous les réverbères qui défilent comme les jours de supplice, sous les sursauts d'un bus aussi vieux que leur rancœur contre le monde, sous les arcanes d'un sort qu'ils n'ont jamais compris - H A N S E O L se sent mourir d'une vie intense. ❝ merci d'être venue — le murmure est un écho dans le brouillard, un clapotis dans l'océan - - criant d'une vérité poignante emplie de détresse, là où les masques sont tombés.
( c ) ekoltaqueen











Spoiler:
 
Momoka Mikitani
Momoka Mikitani






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : momo
Âge : 24
Origines : japonaise et coréennes
Occupation : secrétaire générale RAKUTEN & influenceuse
Lieu de résidence : loft manhattan
A New York depuis : 4 ans
Situation Amoureuse : célibataire
Orientation sexuelle : hétérosexuelle
Trigger Warning : TW concernant momoka : suicide / mort / violence psychologique / harcelement

and then i saw the ocean.
uc
b r e a t h ((momeol)) 04b7db5dcdbf1e9d970b4630ad656e0a7442b8a2
  • United Heart
b r e a t h ((momeol)) 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : pikachon
Pronom : elle/she
Messages : 5041
Faceclaim : park sooyoung
Crédits : okamisleys
Inscription : 06/11/2019
Multicomptes : bae
Nombre de mots par RP : 300
Fréquence de RP : hebdomadaire inshallah
Je suis plutôt : dark !
Ticket to Heaven
b r e a t h ((momeol)) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administratrice ✧
(#) Mar 26 Jan - 2:58:41
BREATH

la nuit est chaude ; elle est sauvage - la nuit est belle ((la nuit est belle)) pour ses otages.


— tell me you're not fooling me
I'm never sure when it comes to you

— it hurts you know.


Et ça cogne de toutes parts, et ça hurle dans ton âme.  Parce que rien était prévu. Parce que tu avais perdu le contrôle ce soir. Et qu' il il avait le don de te faire lâcher prise comme peu en ont la capacité sur New York City. Peu tout court peut être même. Vous ne vous parliez pas. Jamais. Et sûrement pour toi vous ne le devriez pas. Car tu étais vulnérable.  Tes doigts entremêlés manquent de se déchirer sous la pression exercée par tes mains pourtant si fragiles tes pieds battent au rythme de tes tourments et rien n'avait de sens.

Était-ce réel ?
Cette odeur nauséabonde (( des désespérés )), ces nuisances dissonances (( des misérables )) c'était fou comme au final lui comme toi, vous étiez à votre place.
Enfin.

Les lippes d'habitude figées, glacées depuis si longtemps ? (trop longtemps) s'étirent timidement, tout doucement à cette pensée ridicule qui peinait à s'imprégner encore totalement dans ce brouillard qu'était ton esprit tandis que, crispée comme rarement auparavant tu t'efforceais de regarder droit (( très loin)) devant toi.

Et ce sourire là était-il réel  ?
Ses yeux se posent sur toi, tu le sens et tu ne détournes pas tes opales de cette route pleine de promesse. Et ça cogne encore plus car toi Momoka et lui Hanseol comment vous pouviez vous trouver à côté ? Ici ce soir dans ce bus miteux à la conduite pittoresque réunissant tous les clichés d'un film dramatique. Et toi Momoka comment allais-tu l'affronter ce soir ? Celui qui avait réussi à te faire bouger brusquement de ton lit ( ta vie morose) pour emprunter ce bus miteux à la conduire pittoresque ? Et toi hanseol tu allais faire quoi ce soir ? Pourquoi toi tu t'étais retrouvé dans ce bus miteux à la conduite pittoresque?

Et toi?
H A N S E O L
Étais-tu réel ?


En cette soirée où les chemins s'ouvraient pour vous vers les possibles, ,où les murmures seraient des secrets à peines audibles qu'il fallait garder précieusement sous peine d'en effacer petit à petit les mots (( gribouillés)) comme deux enfants en pleine aventure. Tu ne réponds pas à son merci mais tu peines à stopper ce sourire qui continue tout doucement de s'étirer toujours plus loin, encore plus loin . Tu ne lui réponds pas simplement par peur d'en devenir encore plus faibrile - friable - sous le mélange des émotions qui s'intensifiaient chaque kilomètre parcouru plus loin de New York. ❝ excuse moi pour tout à l'heure.— parce que tu l'avais blessé et que bizarrement tu le connaissais pas et pourtant tu n'aimais pas ça. Tu detournes enfin tes yeux de la route pour oser affronter les siens perçants.

Et le bus termine sa danse, sous les grognements des différents individus. Les lumières se font plus brutales te faisant prendre conscience que tu es effectivement loin de chez toi sans possibilité de retour. C'était un aller simple pour frôler pourquoi pas ce soir le bonheur dont tu partageais le ticket avec un pur inconnu.

  ❝ es-tu prêt ? —  Es-tu prêt hanseol à me supporter ? Le temps d'une nuit, juste une nuit et le lendemain nous serons à nouveau comme des inconnus.
( c ) ekoltaqueen



Hanseol Bakh
Hanseol Bakh






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t11546-hanseol-bakh-o-kim-taehyung https://www.disjointedsocieties.com/t739p130-hanseol-bakh https://www.disjointedsocieties.com/t995-hanseol-bakh https://www.disjointedsocieties.com/t701-hanseol-bakh
Surnom : Hans, le mauvais prince.
Âge : 25
Origines : la Corée du Sud pour mère patrie, les grandes Amériques pour foyer.
Occupation : employé en tant que serveur et barista au Winter Flower Café.
Lieu de résidence : studio n°18, immeuble 3. la poussière et le manque d'espace, l'odeur de tabac et l'obscurité pour domicile au cœur du Queens.
A New York depuis : huit ans ; le temps défile, les jours se ressemblent, et un jour le soupir franchit les lippes au regard en arrière.
Situation Amoureuse : célibataire malchanceux en amour, portant sur ses épaules le deuil d'une femme-enfant et l'abandon brutal d'un mauvais choix.
Orientation sexuelle : hétérosexuel. les cheveux longs et les rires fluets font battre son cœur ; le ravissent entièrement lorsqu'en plus de ça, elles plissent le nez.
Trigger Warning : mutilation, violence excessive, violence, pornographie, drogues, alcool, mort, sexe, body-shaming.

b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko7_1280 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko6_400 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko5_500 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pg5ufgoRgI1xxgo0ko6_400

WHEN SHE FALLS ASLEEP
WHEN SHE CAN'T THINK


SHE CALLS ME
M O N S T E R
。☆゚・:,。゚・:,。★゚


b r e a t h ((momeol)) 4pg9Cnxx_oH A N S » to all my dear deadly sins » aquarius » TATTOO ONE » TATTOO TWO » TATTOO THREE » worker at the winter flower café but prefers summer iced teas » childish smile for a broken heart » i'm a fool, i'm a weirdo » daddy's jokes for a better mood » don't be silly, Billie » they don't see the monsters under my bed, waiting for the bloody moon » i wish i was special, you're so fuckin' special.
A C H I L D I S H SMILE WITH SHARP F A N G S .
b r e a t h ((momeol)) 26c72ea14c46107fbf8169e0a82a38b1619f25a4
  • United Heart
b r e a t h ((momeol)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : ekolta(queen).
Pronom : elle/she.
Messages : 37718
Faceclaim : kim fxckin'taehyung.
Crédits : soleilplein (avatar).
Inscription : 07/01/2019
Multicomptes : none.
Nombre de mots par RP : 150-1200 mots.
Fréquence de RP : le soir souvent, selon mon emploi.
Je suis plutôt : dark et chill.
Keep Talking
b r e a t h ((momeol)) HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur et Vice-Président de la CSF ✧
(#) Mer 27 Jan - 20:24:38
BREATH

la nuit est chaude ; elle est sauvage - la nuit est belle ((la nuit est belle)) pour ses otages.



Les onyx accrochent les pierres jumelles ; les précieuses aux milles facettes - - celles qui luisent du lacrima lorsque la nuit tombe, lorsque les chiens se font loups et que les hommes sont fauves. celles dont le silence hurle son écho aux brûlantes tempêtes, et qui se parent de couteau pour défendre le cœur qui bat en rouage enraillé. et il voit en cette femme une sœur d'arme ; et il voit cette femme qu'il n'avait jamais regardée. ❝ merci — un mot noyé dans les abîmes du néant, du silence, que seules les lippes miment sans prononcer. encore ((parce qu'il est bien trop b o n de ne pas être s e u l)).

le m o n s t e r excite les papilles ((la boisson des monstres)). la canette noire et verte, levée avec nonchalance, reflète cette ville qui défile et qu'ils laissent derrière eux sans regret.




si j'avais du courage,
au moins autant que je n'en prétends,
voilà déjà si longtemps
que j'aurais fui cette ville-orage.




la lèvre supérieure se relève en un rictus similaire à une grimace ; l'air qu'il expire s'engouffre dans la canette, simule un feulement amusé. les longs doigts calleux d'une main gauche motrice glissent sous la capuche, éclatent les cheveux noirs d'un mouvement machinal. ❝ t'es la première à me poser cette question, c'est un peu étrange — les mots coulent avec une saveur étrange. une sucrosité acide s'accroche à la gorge quand les pupilles luisent, animales. ce sont toujours les paroles les plus anodines qui éveillent les monstres qui logent sous le lit ((les plus imprévisibles des paroles, celles que l'on ne s'attend pas à entendre)).

qui s'est un jour soucié
de savoir si j'étais prêt ?


alors les défenses s'érigent d'un naturel instinctif ; le regard décroche du sien, se porte sur New-York qui n'est déjà plus. le sourire est arrogant lorsqu'il est peinturluré sur les lèvres gercées et fendues de morsures régulières. la main gauche plonge dans la poche de sa veste et, sous ses doigts, le briquet qui y est logé roule par série de trois. réflexe nerveux, étrange, bizarre, mais c'est comme ça.

❝ je t'ai menti — l'aisance de ses mots peuvent faire froid dans le dos ; son détachement est irritant. pourtant, aussi soudain que les rayons du soleil ou que les poussières d'une nébuleuse en chute, les dents se dévoilent et fendent le visage d'un sourire éclatant. sincère ; incompréhensible ((imprévisible h a n s e o l)). ❝ on va pas à Cold Spring. J'ai pris un bus au hasard et je propose qu'on descende à un arrêt quelconque — ronronne-t-il avec l'engouement d'un enfant qui propose le plus intrépide de ses plans. et il se penche vers elle, heureux de sa confidence, l'haleine glacée et sucrée du menthole qui a explosé contre la taurine.




[ FAIS LE GRAND SAUT AVEC MOI,
RIEN QUE CE SOIR ]
( c ) ekoltaqueen











Spoiler:
 
Momoka Mikitani
Momoka Mikitani






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : momo
Âge : 24
Origines : japonaise et coréennes
Occupation : secrétaire générale RAKUTEN & influenceuse
Lieu de résidence : loft manhattan
A New York depuis : 4 ans
Situation Amoureuse : célibataire
Orientation sexuelle : hétérosexuelle
Trigger Warning : TW concernant momoka : suicide / mort / violence psychologique / harcelement

and then i saw the ocean.
uc
b r e a t h ((momeol)) 04b7db5dcdbf1e9d970b4630ad656e0a7442b8a2
  • United Heart
b r e a t h ((momeol)) 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : pikachon
Pronom : elle/she
Messages : 5041
Faceclaim : park sooyoung
Crédits : okamisleys
Inscription : 06/11/2019
Multicomptes : bae
Nombre de mots par RP : 300
Fréquence de RP : hebdomadaire inshallah
Je suis plutôt : dark !
Ticket to Heaven
b r e a t h ((momeol)) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administratrice ✧
(#) Mar 2 Fév - 0:11:07
BREATH

la nuit est chaude ; elle est sauvage - la nuit est belle ((la nuit est belle)) pour ses otages.


— m e r ci

Il te remercie. Ces mots semblent telles de milliers d'aiguilles dans ton âme meurtrie par la froideur héritée là où le soleil effleure la mer secrètement avant le reste du monde dans une étreinte éphémère. Merci il te dit. Ces quelques lettres murmurées au détour d'un voyage crasseux n'était pas pourtant rien, mais elles avaient comme une étincelle réchauffé une petite partie frêle, qui a ((tellement peur d'être brisée)), toujours plus brisée. C'était celle qui y croyait encore, à tout ce merdier. C'était cette partie de toi qui espérait encore, qu'on puisse te remercier comme ça, sans que cela tue amèrement la personne prononçant ces mots.


Tu sais Hanseol,
peut-être que si j'avais pris ta main,
en ce jour d'automne,
je n'aurais jamais pu la lâcher.


Pourquoi était-ce lui, en cette soirée? La question te taraudait, tambourinait dans ta tête et se répétait comme un disque rayés par les peu de fois où tu avais croisé sa route, ((suffisantes))que tu te ressassais durant le chemin. Alors que la lumière perturbant le noir profond -c a l m e - dont seuls les murmures osaient s'aventurer, s'abandonner devenait insupportable, tu fermes les paupières, te forçant ainsi de détourner tes iris dissidents de l'ange déchu dont l'haleine dégageait étrangement l'excitation montante, d'une boisson un peu trop sucrée mais beaucoup trop à point.
Et tu inspires cette effluve M O M O K A Tu l'inspires en espérant si fort capter cette essence sirupeuse et qu'elle puisse te donner de la force à toi aussi.

— je t'ai menti

Ces mots durs comme du plomb, te font revenir la ta réalité, ((ta réalité)) dont tu avais pourtant réussi à échapper, juste un instant, là où le temps s'était échappé, et où la distance était si salvatrice. Et il sourit H A N S E O L , il est fier de lui. Et il jubile hanseol, car c'est si bon. Et tu lui réponds par un sourire tout aussi sincère qui crève les yeux d'un éclat soudain. Parce que ce qui t'irrite finit par t'amuser. ❝ — Pas de plan foireux hm ? C'était tellement ironique en fait. Et tellement risible.

Bon vous baisez ou quoi ? Sortez de mon bus je veux prendre ma pause y en a ras le cul des gens comme vous.

La myocarde s'accélère, ce rappel à l'ordre ne t'enchante pas plus qu'il te gêne profondément. Fidèle à toi même C'était l'évocation sexuel qui pouvait te braquer en un claquement de doigts. Qui fermait tes traits si soudainement, avec l'envie de fuir qui montait en toi, envie jaillissante dont tu étais l'esclave qui s'empressait de mettre à exécution l'ordre qui avait été donné. Récupérant ton sac et ton manteau, tu décides rapidement de laisser l'homme derrière toi sans un regard, et de partir à l'inconnu afin de calmer tes pulsions anxiogènes qui, grandissaient encore, jusqu'à couper le souffle et troubler ta vision.

Aveuglée par les fonds
Tu te lasses, tu coules
Le reflet de la lune te caressant les joues.

Le souffle court, la tête prise au pièges par ces millions de question c'est le vent qui t'accueille alors et sa froideur si douce, c'est les vagues qui t'appellent dans cet inconnu sans nom. Aucun panneau environnant pour te donner une indication sur l'endroit où vous aviez atterri autre celui de la plage sauvage qui te criait de la rejoindre. Tu t'empresses alors de courir vers celle-ci, comme le plus cadeau que la terre t'offrait en son simple appareil, arrivée jusqu'au moment fatidique où tu enlèves rapidement tes deux chaussures pour que la terre et toi vous retrouviez à nouveau, telle une enfant qui s'était perdue trop longtemps. La froideur du sable sur tes plantes t'apaise instinctivement et, tu te retournes enfin pour faire face à Hanseol qui, tu l'ésperais n'avait pas raté une miette de spectacle ridiculeusement secret. ❝ — HANSEOL, C'EST LA MER REGARDE. Ta voix monte dans les aigües, tu le sens, tu le sais et tu n'avais jamais crié auparavant. Mais tu n'as pas la force ce soir de te contenir.

Crie, Momoka crie.
C'était ce que tu percevais dans les onyxs de l'ange déchue.

❝ — REGARDE.
Tu respètes, de peur que le vent ne fasse pas atteindre ta voix, pour crier encore plus fort.

❝ — Rejoins-moi. Tu lui dis, comme un supplice car tu ne voulais pas être seule, (car tu ne voulais plus être seule.)

Attrape ma main maintenant Hanseol, s'il te plait, car c'est maintenant
ou jamais.


( c ) ekoltaqueen



Hanseol Bakh
Hanseol Bakh






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t11546-hanseol-bakh-o-kim-taehyung https://www.disjointedsocieties.com/t739p130-hanseol-bakh https://www.disjointedsocieties.com/t995-hanseol-bakh https://www.disjointedsocieties.com/t701-hanseol-bakh
Surnom : Hans, le mauvais prince.
Âge : 25
Origines : la Corée du Sud pour mère patrie, les grandes Amériques pour foyer.
Occupation : employé en tant que serveur et barista au Winter Flower Café.
Lieu de résidence : studio n°18, immeuble 3. la poussière et le manque d'espace, l'odeur de tabac et l'obscurité pour domicile au cœur du Queens.
A New York depuis : huit ans ; le temps défile, les jours se ressemblent, et un jour le soupir franchit les lippes au regard en arrière.
Situation Amoureuse : célibataire malchanceux en amour, portant sur ses épaules le deuil d'une femme-enfant et l'abandon brutal d'un mauvais choix.
Orientation sexuelle : hétérosexuel. les cheveux longs et les rires fluets font battre son cœur ; le ravissent entièrement lorsqu'en plus de ça, elles plissent le nez.
Trigger Warning : mutilation, violence excessive, violence, pornographie, drogues, alcool, mort, sexe, body-shaming.

b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko7_1280 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko6_400 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pdxgctwtB71xxgo0ko5_500 b r e a t h ((momeol)) Tumblr_pg5ufgoRgI1xxgo0ko6_400

WHEN SHE FALLS ASLEEP
WHEN SHE CAN'T THINK


SHE CALLS ME
M O N S T E R
。☆゚・:,。゚・:,。★゚


b r e a t h ((momeol)) 4pg9Cnxx_oH A N S » to all my dear deadly sins » aquarius » TATTOO ONE » TATTOO TWO » TATTOO THREE » worker at the winter flower café but prefers summer iced teas » childish smile for a broken heart » i'm a fool, i'm a weirdo » daddy's jokes for a better mood » don't be silly, Billie » they don't see the monsters under my bed, waiting for the bloody moon » i wish i was special, you're so fuckin' special.
A C H I L D I S H SMILE WITH SHARP F A N G S .
b r e a t h ((momeol)) 26c72ea14c46107fbf8169e0a82a38b1619f25a4
  • United Heart
b r e a t h ((momeol)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : ekolta(queen).
Pronom : elle/she.
Messages : 37718
Faceclaim : kim fxckin'taehyung.
Crédits : soleilplein (avatar).
Inscription : 07/01/2019
Multicomptes : none.
Nombre de mots par RP : 150-1200 mots.
Fréquence de RP : le soir souvent, selon mon emploi.
Je suis plutôt : dark et chill.
Keep Talking
b r e a t h ((momeol)) HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur et Vice-Président de la CSF ✧
(#) Mar 2 Fév - 22:29:05
BREATH

la nuit est chaude ; elle est sauvage - la nuit est belle ((la nuit est belle)) pour ses otages.



le mensonge découle des lippes et longe le menton, se désagrège aux bords de ses lèvres dont la courbe est presque extatique. hanseol, l'enfant-corbeau, le mensonger-messager ; ça n'est pas si grave, de ne pas dire toute la vérité, quand la recherche du bonheur est à la clé. les prunelles sombres pétillent de ces arcanes inexplicables. et elle pourrait le laisser seul, à s'insurger et se défaire - - mais elle aussi, elle sourit.


( c'est précieux. )


❝ après, c'est pas vraiment foireux — qu'il justifie, conscient d'avoir usurpé les mots injustes pour la convaincre. l'unique fossette devient moins perceptible à mesure qu'il ne craint l'avoir malgré tout froissée ((à mesure qu'il s'enfonce, pathétique, dans une justification qui ne l'est que plus)). ❝ c'est pas vraiment que j'ai menti, j'ai juste peut-être pas dit toute la v... — le sursaut est brutal, vient presque dévisser ses vertèbres et ravager le dos par une fureur électrique.

Bon vous baisez ou quoi ?
Sortez de mon bus je veux prendre ma pause
y en a ras le cul des gens comme vous.


les lippes s'entrouvrent, le coin des yeux se plisse dans une expression h i l a r e. les dents se dévoilent ((encore)) et le dos s'affale contre le siège aux teintes bleutées - - le rire est coincé dans la gorge, juste sous la pomme d'adam. mais alors que les premiers gloussements lui échappent, elle s'en va. elle qui attrape son manteau de tissus et revêt celui de sa pudeur, délaisse le bus des souffrances pour s'enfuir vers sa prison de préjugés. alors le sourire s'affaisse, et il roule des yeux, ((h a n s e o l)) ; il relève la canette à ses lèvres et sa capuche glisse sur sa nuque lorsqu'il se redresse sur ses jambes. ❝ tu pourrais m'attendre, au moins — qu'il siffle entre ses dents, dans un souffle si bas qu'il n'est pas certain qu'elle l'ait entendu ; dans un souffle si rauque qu'il n'est plus qu'un rugissement félin. ❝ je t'ai payé le bus, quand même, c'est la moindre des choses que de m'attendre... — bougon, les doigts caleux se referment autour de son sac à dos qu'il lance contre son épaule. la mine est renfrognée - - momoka au sourire aussi précieux que les étoiles, et à la négativité aussi contagieuse que la grippe.





















mais je m'en moque,
les yeux face à la mer,
tout prend formes et couleurs.

la joie qui t'embrase,
presque interdite,
inévitablement intime,
comme si je n'y avais pas ma place.
(( pourtant, je la prends ))

je m'en moque,
les yeux face à la mer,
j'ai trouvé l'une des définitions de la vie,
en regardant la tienne s'articuler.






















sa voix ne l'atteint qu'à l'énième appel ; c'est le corps qui se meurt, se réveille et frémit ((sorti d'une transe passée en autre galaxie)). ❝ je regarde — la confidence est presque un murmure, les prunelles sont attachées à l'étendue d'eau qu'elle domine d'une présence bien trop naïve pour sa prestance. et plus rien ne compte alors que le présent. plus rien n'a de sens si ce n'est la brutalité de l'instant fragile, la violence de ces secondes éphémères. à lui à qui l'on avait arraché passé, présent et futur - - c'est en terre inconnue qu'il retrouve les fragments du puzzle, qu'il résout l'énigme d'un avenir auquel on ose candidement croire. parce que le présent est beau quand on prend la peine de le regarder sans méfiance.

la veste est abandonnée sur le sable, le sweater vole quelques centimètres plus loin. les doigts agrippent avec énergie les bordures du tee-shirt pour le retirer à la hâte. la morsure du froid vient givrer les articulation, glacer l'épiderme et dévaster les peurs les plus intimes dont il est affublé. lui dont le corps n'est jamais que la toile maudite d'un artiste, le tableau le plus honteux d'une carrière - - dont l'absence de muscle provoque les complexes et les tatouages couvrent les plaies du cœur. rien ne compte, tout viendra à disparaître comme les preuves de l'existence de cet instant.

la main gauche s'aventure dans la poche du jeans pour en retirer le paquet de cigarettes bien entamé. l'une d'elle coincée entre ses lèvres, la pointe embrasée d'un briquet alors abandonné sur ses vêtements, la première bouffée est orgasmique. et alors qu'elle l'appelle, il franchit lui-même les limites en osant s'enfoncer jusqu'à la taille dans la mer bien trop froide. le pantalon est lourd, les pas sont difficiles, mais il ignore tout ((hanseol)). se contente de lever le bras de temps à autres pour se galvaniser de la tige de nicotine, captivé par l'essence du paysage ; captivant par l'innocence du tableau.





la lune reflétée à ses poignets,
sur l'unique bijoux qui autrefois était au nombre de mille artifices.
la noirceur des fibres, mélange de jais et d'onyx,
que l'on oublie de teindre du bleu de l'espoir.
les tremblements d'un corps meurtri par le froid,
quand la gorge brûle d'une fumée criminelle.
plus rien n'a de sens,
quand tout trouve le sien
.



❝ tu viens ou t'attends le déluge ? — le coin gauche de la bouche s'élève, dessine encore la fossette impudente, quand la main prend son élan pour frapper l'eau, la diriger vers la Mikitani.



M O M O K A,
qui l'eut crû.
( c ) ekoltaqueen











Spoiler:
 
Momoka Mikitani
Momoka Mikitani






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : momo
Âge : 24
Origines : japonaise et coréennes
Occupation : secrétaire générale RAKUTEN & influenceuse
Lieu de résidence : loft manhattan
A New York depuis : 4 ans
Situation Amoureuse : célibataire
Orientation sexuelle : hétérosexuelle
Trigger Warning : TW concernant momoka : suicide / mort / violence psychologique / harcelement

and then i saw the ocean.
uc
b r e a t h ((momeol)) 04b7db5dcdbf1e9d970b4630ad656e0a7442b8a2
  • United Heart
b r e a t h ((momeol)) 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : pikachon
Pronom : elle/she
Messages : 5041
Faceclaim : park sooyoung
Crédits : okamisleys
Inscription : 06/11/2019
Multicomptes : bae
Nombre de mots par RP : 300
Fréquence de RP : hebdomadaire inshallah
Je suis plutôt : dark !
Ticket to Heaven
b r e a t h ((momeol)) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administratrice ✧
(#) Mar 9 Fév - 0:20:34
TW SELF- HARM


BREATH

la nuit est chaude ; elle est sauvage - la nuit est belle ((la nuit est belle)) pour ses otages.


Et il peste Hanseol, parce qu'il se complait dans ses mots à peine retenus d'une canine d'ivoire à peine aiguisée - rongée - par un gout de "trop peu" inavoué. Il grogne, (par principe ?) parce que te voilà de retour dans cette cage dorée, qui ne laisserait passer même un soupire murmuré, un souffle lent, vicieux, qui te déchire la poitrine car retenu depuis si longtemps. Et tu disparais aussi vite que tu étais arrivée dans ce bus des souffrances, en laissant derrière toi, ton espoir ravivé, secret juste pour un mot, une phrase balancée suffisante pour que tu y rentres dans ta cage, et que tu t'y enfermes de toi même, ne laissant personne y pénétrer. Et peut-être même qu'elle te rassurait en fait, qu'elle te protégeait et que ses barreaux étaient tels des piliers, ((tes piliers)) créés dans l'unique but ironique de soutenir ton corps frêle et fragilisé par ce que l'on a toujours attendu de toi.

Il peste Hanseol et pourtant, tu ne les entends pas, ses grognements. Tu es déjà loin, trop loin pour qu'il puisse t'atteindre, enfant du vent, tu rejoins instinctivement la mer dans une timide étreinte - pure - perdant toute notion du temps. Tu sens alors que tu ne t'es jamais autant sentie en vie qu'à ce moment là ou la froideur du sable chatouille te pieds, que la pénombre embrasse tes courbes dissimulées, et que la lueur de la lune révèle ton plus beau sourire.

Tu perds l'équilibre et tes barreaux fondent, s'effondrent réchauffés par ton cœur afin que tu t'y frayes un chemin, et ça te fait paniquer, tu as envie de pleurer, de hurler de toutes tes forces, de toute ton âme.

Ne pars pas, ne me laisse pas moi j'ai tant besoin de toi. S'il te plait.

Ton coeur crie, mais ta gorge se mue. Ton âme pleure, mais pourtant tu souries. Tu observes simplement le témoin de cette mise à mort pitoyable de toutes les chaines qui te retiennent sans pour autant savoir quand avais-tu réalisé qu'il t'avait rejoint entre temps et à cet instant, tu aperçois alors à quel point lui aussi, essayait de se débattre de ses propres chaînes.

Tes yeux dansent alors lentement autour de son corps, tu le regardes de toutes tes forces alors qu'il se tient face à la lune, à la fois spectatrice et amante. Tu regardes son corps, comme si c'était la première fois.
Et comme si c'était la dernière
Jouer avec le mouvement imprévisible des vagues.

Et tu es si beau H A N S E O L tu sais, quand tu es libre.

Tu l'observes simplement tendre sa main vers toi, comme si tu ne la méritais pas, car tu l'avais déjà rejetée trop de fois. (Encore un peu, juste un peu pour que tu sois enfin et complètement libre. )La myocarde hurle, en vérité, elle ne s'est jamais tût. Que fallait-il faire en cet instant?



Qu'attends-tu de moi Hanseol ? S'il te plait jure moi que seule la lune peut-être témoin de cet instant, et qu'elle seule détiendra notre secret. Jure-le.

❝ — J'arrive. Tu murmures. Tout s'accélère et tes doigts font frissonner l'échine lorsqu'il parcours timidement ton ventre à la recherche du tissue. Ton sang se glace lorsque tu l'arraches à ta peau dans une douleur salvatrice. Les masques tombent - enfin- pour te révéler devant lui dans une peinture subtile. L'épiderme se ressert et, c'est bientôt décorée que d'un léger bout de dentelle ne pouvant en dévoiler d'avantage de ton intimité, que les dernières chaines tombent face à lui laissant dévoiler les courbes fines de ton cou, les rondeur de ta poitrine imparfaite, glacée par le froid et la peur, l'inclinement de ta taille, et la grandeur de tes jambes pâles, marquées par des regrets ((punition)) d'une vie dérobée de ta main. Et c'était à la fois si dur et si bon. D'aller enfin embrasser, la m e r .
Tes premiers mouvements dans l'eau sont pénibles et tu hésites même à faire demi-tour. Mais c'est trop tard. La sentence tombe.

Tu tends alors, tremblant de tout ton corps, cette main qui n'aurait jamais dû être tendue. Et l'étreinte d'abord hésitante se fait de plus en plus forte, à en devenir brutale ;; ((douloureuse)).
Tu le rejoins sans un mot et, ferme les yeux dans un lent soupire faisant face à la lune comme unique témoin. Et ce soupire, est tel un souffle lent, vicieux, qui te déchire la poitrine car retenu depuis si longtemps.


( c ) ekoltaqueen



Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum