AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment :
Le printemps de Comics 2021 : 10 albums à ...
Voir le deal
5.99 €


Seth Hogan
Seth Hogan






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20498-seth-o-maverick-mcconnell#1129855 https://www.disjointedsocieties.com/t20535-seth-hogan#1131914 https://www.disjointedsocieties.com/t20539-seth-hogan#1131925 https://www.disjointedsocieties.com/t20540-seth-hogan#1131926
Surnom : prénom déjà court, on l'interpelle surtout par son nom de famille, Hogan.
Âge : 29
Origines : américain, il est le fruit du sud du pays, sudiste dans l'âme. honte et acceptation se mélangeant pour donner vie à ce garçon un peu rustre.
Occupation : en poste dans un cabinet médical en tant que sexologue, mais travaille aussi comme vendeur à domicile de sextoy.
Lieu de résidence : son appartement détruit par le séisme, il squatte la chambre d'ami de Lugos.
A New York depuis : ses 23 ans.
Situation Amoureuse : célibatard ? il ne recherche rien de sérieux, profitant de sa jeunesse et surtout ce désir de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé.
Orientation sexuelle : les étiquettes ce n'est pas pour lui, il ne possède pas de préférence simplement parce que tout le monde à droit à sa chance, alors pourquoi se priver de donner du plaisir ?
Trigger Warning : sexisme / homophobie / transphobie / pornographie / pratiques sexuelles variées (hard ou non) / problème sexuel / langage cru / rp hot cru

knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Tumblr_prlubggRrK1wcpipoo2_500uc.


RPS EN COURS
www. leslie #1
www. lugos #2
www. alicia #2
www. lugos #3
www. ezeckiel #1
www. alexis #1 (à venir)

RPS TERMINÉS/ABANDONNÉS
www. lugos #1 (terminé)
www. elvedin #1 (archivé par le staff)
www. yuri #1 (archivé par le staff)
www. alicia #1 (archivé par le staff)
www. suhee #1 (abandonné)

LIENS
lugos {crush} ; alexis {bff} ; elvedin {ex-coloc} ; leslie, alicia, ezeckiel {evolution in rp}


INFOS EN VRAC
Seth sait conduire depuis qu’il a dix ans, sur les terres de sa famille il avait tendance à prendre le pick-up pour aller dans les plaines. Il lui arrivait d’aller chercher les courses sans permis de conduire. Il n’a jamais eu de ticket pour excès de vitesse et pourtant, il en a fait que ce soit en voiture, skidoo, 4 roues… Il a tout essayé comme moyen de transport et avec les années il a obtenu des permis pour voiture, bateau, et il regarde pour prendre des cours d’aviation. Il n'est pourtant pas un grand fan des vélos, consommateur d'essence, il roulerait bien en voiture, mais dans la ville qu’est New York c’est un peu casse-tête. ›› Il avait cinq ans lorsqu’il a tenu sa première arme à feu en main. Très vite son père lui a montrer à s’en servir. Il aime s’adonner à la chasse, mais aussi la pêche. Il pratique quelques sports en nature et il n’est pas rare que durant l’été il parte quelques semaines pour aller camper, se coupant de la société, aucun téléphone, rien d’électronique, seulement lui et la nature. ›› Il fume comme une cheminé environ un paquet par jour minimum. Ça le calme, soi-disant. Il lui est arrivé de tenter d’arrêter, mais il ne fait qu’accumuler les échecs. Il peut fumer autant la cigarette que le cigare, mais il a arrêté la drogue depuis quelque temps maintenant. ›› Cordon bleu, il aime bien passer son temps libre derrière les fourneaux. Il dit toujours que ça lui libère l’esprit, que ça le détend. Il ne suit jamais de recette, laissant libre court à sa créativité que lui inspire l’instant présent. Il cuisine surtout du tex-mex, cette nourriture de chez lui. Il a même fait importer un fumoir du Texas pour avoir le meilleur selon lui. Seth est carnivore, il aime la viande rouge. Pour lui la laitue c’est fait pour les lapins. ›› Peu importe ce qu’il fait chez lui, il laisse toujours un fond sonore, de la musique country majoritairement, parfois, il demande à son assistant google de changer pour du rap ou tout autre style qui lui fait envie dans l’instant présent. ›› Complètement accro à la technologie, il suit celle-ci pour avoir la fine pointe. Il en abuse sans doute beaucoup trop. ›› Sa religion ; une bière pendant un match de la NFL avec des ailes de poulet. Il aime autant profiter de ce moment entre ami chez lui ou alors dans un bar sportif, ce support, cette camaraderie le ramène chez lui, dans ce bar du village où il allait parfois fêter les victoires des Texans. Si quelqu’un a le malheur de parler en mal du football, des hot-dogs, de la voix portante des américains pendant les matchs, cette personne regrettera vite ses propos. Loin d’être violent, il suffit à Seth de bomber le torse et de déplier son corps de toute sa hauteur pour que personne ne lui cherche des noises. ›› Habitué à bosser sur une ferme, il a toujours eu la forme, malgré tout l’alcool qu’il peut ingurgiter. Aujourd’hui, il ne soulève plus des balles de foin, il va donc dans une salle de gym trois fois semaine. Il y reste environs quatre heures, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais si cuisiner lui libère l’esprit, s’entraîner le relax. ›› Il a visité des endroits comme Rangoun, Bangkok, Gênes, Bogota, Copenhague, Mumbai, Sao Paulo, Nicaragua, Sri Lanka, Séoul et bien d’autres encore. Avec tous ces voyages, il est devenu polyglotte, il ne parle pas toutes les langues à la perfection, mais il maitrise bien l’espagnol qu’il a appris au collège, l’allemand et l’italien, mais parfois ces langues sont difficiles à comprendre avec son accent Texan. ›› Lorsqu’il repasse ses chemises, il a tendance à chanter du Nikki Minaj et autant dire, les fesses à lui aussi se font aller ! ›› Il possède à son poignet la silhouette de Nessie, un tatouage qui date de son premier voyage en Écosse, lui et tous ses potes on le même. Sinon son plus vieux tatouage remonte à ses 15 ans, lorsque sa sœur pour rire a décidé de le tatouer. C’est un énorme papillon sur les reins qu’il a découvert après. Aussi ridicule que ce soit ça plait aux filles comme aux mecs. En parlant de bêtises qu’il a fait, il s’est fait percer la langue, aujourd’hui il l’a retiré, mais ce n’est pas le cas de son piercing au mamelon, à ses oreilles et celui sous la ceinture !
love me like the moon intended, all the way through the darkness
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 4b9dd5f77bfd316790f25af9b68ae8258aa351f5
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : monocle. / alice
Pronom : elle
Messages : 375
Faceclaim : maverick mcconnell
Crédits : #CHEVALISSE @avatar, CORVIDAE @gif
Inscription : 07/01/2021
Multicomptes : aucun.
Nombre de mots par RP : je m'adapte à mes partenaires, mais ça varie entre 200 et 3000
Fréquence de RP : quotidiennement.
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Ocat0f7t_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 13 Jan - 8:23

knock. knock . who's there ? justice !
La vie continuait c’est ce que se disait Seth chaque matin depuis que le séisme était survenu. Elve blessé, leur appartement ni plus ni moins ravagé, le sexologue essayait encore de voir le positif, gardant la tête hors de l’eau. C’est tout ce qu’il pouvait faire s’il ne voulait pas s’effondrer devant tant de drame. Masquant son visage d’un sourire chaleureux comme il savait le faire, il camouflait son ressenti. Il n’avait après tout pas à se plaindre, aucune blessure puisqu’il n’était pas en ville à ce moment précis. D’autres avaient tant perdu, pouvait-il se permettre de se plaindre ? Il estimait que non, donc muni de son plus beau sourire, il se levait d’un énième canapé squatté, le dos courbaturé à force de se plier dans des espaces bien plus petit que sa sature et partait travailler. Au moins son boulot permettait de s’échapper, c’est du moins ce qu’il croyait encore. Si sa thèse avançait – ayant pu retrouver Agnès et l’ayant amené dans son bureau à l’association en l’enfermant à double tours pour que personne ne la trouve dans son placard, son boulot à la clinique trouvait le moyen d’occuper de plus en plus son temps. Ce qui lui offrait tout de même le plus de challenge et qui rémunérait assez bien, sachant qu’il aurait pu réussir à vendre un frigo à un Eskimo, restait la vente de sextoy. Aujourd’hui, il n’y échappait pas, dans un luxurieux appartement de Manhattan se tenait une réunion de femme la quarantaine marquant leur trait, secrètes de se retrouver chez l’une d’elles pour assister à ce genre de démonstration. Seth arrivait mallettes en main, se présentant en bas de l’immeuble où on lui indiquait le chemin pour rejoindre l’appartement qu’il avait noté dans son téléphone. S’il pensait avoir droit à une petite réunion entre femme en mal de leur mari, il ne pensait jamais que tout partirait en vrille comme ce qui allait suivre.

Cette femme d’un blond aussi éclatant que celui du Texan, bien mise ne semblait pas être le genre de dame à faire venir un représentant de sextoy chez elle. Comme quoi, ne jamais se fier aux apparences puisque celles-ci peuvent être très trompeuse. Seth avait pourtant l’habitude de ces présentations et encore plus du visage que les femmes – ou les hommes – posaient sur lui en le découvrant derrière la porte. On lui avait tout dit, qu’il était étonnamment plus beau que ce qu’on avait pu imaginer, qu’il n’avait rien à voir avec ce à quoi on pouvait s’attendre, on lui avait déjà croire que ça aurait été une femme ou encore qu’on n’eût pas fait venir un stripper. Loin de se formaliser de ces détails, Seth faisait son boulot et cette fois, attendant les invités de la femme, il pouvait préparer sa présentation. Mallette ouverte et jouets étalés sur une table, il avait réussi à s’éclipser dans la salle de bain en sentant la femme devenir un peu trop, disons-le, insistante. Il allait en ressortir lorsqu’il entendit des voix haussés le ton, des bruits qui n’avaient rien à voir à ce qui devait avoir lieu et alors qu’il allait ouvrir la porte… un coup de feu. Ce son qu’il connaissait pour l’entendre à la chasse lorsqu’il était plus jeune. Figé, l’œil regardant dans l’entrebâillement de la porte, Seth en avait le souffle coupé. S’il n’avait pas peur des armes à feu, voir – ou du moins entendre – jamais de sa vie il n’avait été confronter à cela. Le bruit de la porte qui claquait, la force qu’il trouvait pour composer le numéro des urgences. Il n’entendait pas le son de sa propre voix lorsque la standardiste lui répondait. Il fût bref, annonçant ce qu’il pensait être un meurtre et donnant l’adresse avant de raccrocher et sortir de la salle de bain. Le tableau qu’il trouvait dans le salon avait tout d’une série policière, et pourtant, c’était réel. Pinçant ses lèvres, il s’approchait du corps l’impact de la balle semblait presque fumant. Elle gémissait à ses pieds et si l’envie lui venait de prendre la fuite, il se laissait tomber à genou près de la femme. « Ça va aller. » murmurait-il en examinant son hôte. Lui qui n’aimait pas les mensonges, mentait à présent pour offrir un peu d’espoir à cette femme. Leur regard se croisant, Seth y décelait une ombre comme si la faucheuse passait, alors que la femme lui prenait la main. L’enveloppant de douce parole, la berçant de ce qu’il espérait être des mots sécurisants, il l’accompagnait dans la mort. Il serait hanté par ce visage qui dans un dernier souffle avait semblé le remercier. Une larme avait coulé pour elle qu’il ne connaissait pas alors que la police entrait de force dans l’appartement, trouvant Seth agenouillé près de la femme désormais sans vie.

code par drake.
@Lugos Wolf & Seth Hogan
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) EuYxyPzq_o
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 13 Jan - 19:52
" Knock knock, who's there ? Justice ! "
I don’t have to draw a line in the sand. I already have one. It’s thin. It’s blue. It’s mine and if you cross it, I will protect it. | @Seth Hogan

« J’arrive tout juste sur les lieux du crime. Ne touchez à rien ! » Je n’ai même pas besoin de repréciser ce détail, les techniciens ne feront rien tant qu’ils n’auront pas reçu une directive de notre part. Les affaires s’enchainent aujourd’hui et m’obligent à survoler des dossiers qui me tiendront en haleine pour les prochaines semaines. Des photos, quelques vidéos tournées pour resituer les lieux, les objets, les alentours et des témoignages qu’il est important de recueillir sur le vif, pendant que tout est encore très chaud dans leur esprit. Tu as un mode opératoire qui porte souvent ses fruits. Tu démarres avec un interrogatoire sur le moment, lorsqu’ils sont encore en état de choc. Une base à la fiabilité, certes, discutable, qui te permet d’effectuer un premier travail de brassage, de délimitation et qui fait jaillir de nombreuses interrogations sur lesquelles tu prends ensuite le temps d’enquêter. Le tout, avant d’aboutir à une deuxième entrevue à froid, lorsque de petits détails resurgissent au détour d’une formulation anodine. Le plus gros de mon travail consiste en cela. Je compile les réactions, me base sur les retours, recherche les similarités, les différences et tente de donner vie à ces témoignages en les couplant à l’ensemble des détails retrouvés à même la scène de crime. Une affaire est toujours on ne peut plus complexe, on ne me sollicite pas dans le cas contraire. Il n’y a rien de plus satisfaisant que d’arriver à mettre le doigt sur l’élément qui fait la différence, celui qui permet de débloquer la situation et d’apporter l’éclairage nécessaire sur une situation trouble. Pour l’heure, je suis loin de tout cela, la tête rivée sur ce mail qui m’a été envoyé pendant le trajet afin de me résumer la situation. Ton doigt tapote à la hâte cet écran qui défile devant tes yeux et te permet de glaner quelques informations essentielles sur ce qui doit t’attendre là-bas. Tu préfères les escaliers à l’ascenseur, gagne un temps précieux pour poursuivre cette préparation qui te permet d’arriver serein à l’étage d’où provient un brouhaha logique. Nombreuses sont les âmes indiscrètes qui tentent de repérer un morceau de corps, les commérages fusent entre trois vieilles dames qui se confondent immédiatement dans le silence lorsque tu arrives à leur hauteur. Tu ne dis rien, rôdé face à cette ambiance insupportable, éloignée d’un respect que n’importe lequel d’entre vous serait en droit de quémander. « Lugos Wolf, Lieutenant Brigade Criminelle. Laissez passer ! » Je tends mon badge, bientôt accueilli par quelques-uns des membres de mon équipe dépêchés ici dans le but de photographier et numéroter les preuves. « Où sont les témoins ? » Je suis habitué à cette vitesse, profite de ce récapitulatif pour parcourir le salon, là où se trouve la macchabée. Allongée à même le sol, un impact sanguinolent au niveau de l’abdomen, signe, s’il était encore nécessaire de le prouver, d’une impréparation totale. Tu peux d’ores et déjà affirmer qu’il ne s’agit pas d’un professionnel. Ce meurtre est probablement le premier acte commis par l’individu en question. Un récidiviste n’aurait pas tout risqué avec autant de témoins potentiels. Que font-ils tous là, d’ailleurs ? L’explication qui m’est apportée fait s’étirer mes lèvres en un large sourire. « Cocasse ! » Une réunion autour des jouets et autres produits d’une gamme réservée aux adultes. On ne me l’avait encore jamais faite. « Isolez le groupe de témoins, de sorte à ce qu’ils ne puissent pas communiquer les uns avec les autres, je m’occupe de récolter les dépositions. »

Une bonne heure s’écoule, si ce n’est plus. Je crois avoir perdu la notion du temps, cinq personnes se sont succédées et les informations apportées coïncident. Il ne me reste à présent plus qu’un témoin à interroger alors que la scène de crime se vide et qu’enfin, le corps de cette femme est pris en charge par les services compétents afin d’être évacuée. Nous avons récupéré tout ce qui nous était nécessaire sur les lieux. Le plus gros de notre travail commence maintenant. « Monsieur Hogan, veuillez m’excuser pour l’attente ! » Je lui tends la main, aussi amical que possible, en dépit des circonstances et du suspect qu’il pourrait potentiellement être. « Je me présente, Lieutenant Wolf. Je suis en charge de cette enquête sur le meurtre de Madame Lawson. Puis-je vous poser quelques questions ? Tenez, asseyez-vous ! » Je l’invite, d’un geste de la main censé nous encourager à nous approcher de cette table, au centre de la cuisine. Mon opales se perdent sur lui, il a les vêtements tâchés de sang, la mine défaite, la peau extrêmement pale. Un état de choc potentiel, malgré les heures qui nous éloignent des événements survenus. Les traits de son visage, d’une beauté singulière, ne tardent pas à me piquer au vif. Tu le connais. Bien-sûr que tu le connais. Enfin… Façon de parler, il est le garçon à qui tu parles depuis quelques jours maintenant, si ce n’est plus. Tout devient nettement plus compliqué, à présent même si tu as instantanément envie de te dissocier de ton rôle pour lui manifester ta présence. « Pouvez-vous m’expliquer les raisons de votre présence ici, ce jour ? Quels étaient vos rapports avec Madame Lawson ? » Les éternelles questions d’usage, pour replacer un contexte et progressivement attirer l’attention sur ce qui m’intéresse vraiment. « Que s’est-il passé, Seth ? » Cette fois, j’ose prononcer son prénom, tant pis pour le professionnalisme. Mes yeux ne le quittent plus, s’il n’était pas couvert de sang, je le trouverais beau comme un Dieu, plus encore qu’en photo… À l’image du garçon amusant avec qui j’ai l’habitude de déconner par message. Tu n’aurais jamais pensé le rencontrer dans de telles conditions. Quoiqu’il arrive, tu as maintenant la certitude que tu te souviendras de lui, vous serez amenés à vous revoir tôt ou tard, et cela même si vos échanges n’aboutissent à rien.




icon code sleipnir.


Seth Hogan
Seth Hogan






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20498-seth-o-maverick-mcconnell#1129855 https://www.disjointedsocieties.com/t20535-seth-hogan#1131914 https://www.disjointedsocieties.com/t20539-seth-hogan#1131925 https://www.disjointedsocieties.com/t20540-seth-hogan#1131926
Surnom : prénom déjà court, on l'interpelle surtout par son nom de famille, Hogan.
Âge : 29
Origines : américain, il est le fruit du sud du pays, sudiste dans l'âme. honte et acceptation se mélangeant pour donner vie à ce garçon un peu rustre.
Occupation : en poste dans un cabinet médical en tant que sexologue, mais travaille aussi comme vendeur à domicile de sextoy.
Lieu de résidence : son appartement détruit par le séisme, il squatte la chambre d'ami de Lugos.
A New York depuis : ses 23 ans.
Situation Amoureuse : célibatard ? il ne recherche rien de sérieux, profitant de sa jeunesse et surtout ce désir de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé.
Orientation sexuelle : les étiquettes ce n'est pas pour lui, il ne possède pas de préférence simplement parce que tout le monde à droit à sa chance, alors pourquoi se priver de donner du plaisir ?
Trigger Warning : sexisme / homophobie / transphobie / pornographie / pratiques sexuelles variées (hard ou non) / problème sexuel / langage cru / rp hot cru

knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Tumblr_prlubggRrK1wcpipoo2_500uc.


RPS EN COURS
www. leslie #1
www. lugos #2
www. alicia #2
www. lugos #3
www. ezeckiel #1
www. alexis #1 (à venir)

RPS TERMINÉS/ABANDONNÉS
www. lugos #1 (terminé)
www. elvedin #1 (archivé par le staff)
www. yuri #1 (archivé par le staff)
www. alicia #1 (archivé par le staff)
www. suhee #1 (abandonné)

LIENS
lugos {crush} ; alexis {bff} ; elvedin {ex-coloc} ; leslie, alicia, ezeckiel {evolution in rp}


INFOS EN VRAC
Seth sait conduire depuis qu’il a dix ans, sur les terres de sa famille il avait tendance à prendre le pick-up pour aller dans les plaines. Il lui arrivait d’aller chercher les courses sans permis de conduire. Il n’a jamais eu de ticket pour excès de vitesse et pourtant, il en a fait que ce soit en voiture, skidoo, 4 roues… Il a tout essayé comme moyen de transport et avec les années il a obtenu des permis pour voiture, bateau, et il regarde pour prendre des cours d’aviation. Il n'est pourtant pas un grand fan des vélos, consommateur d'essence, il roulerait bien en voiture, mais dans la ville qu’est New York c’est un peu casse-tête. ›› Il avait cinq ans lorsqu’il a tenu sa première arme à feu en main. Très vite son père lui a montrer à s’en servir. Il aime s’adonner à la chasse, mais aussi la pêche. Il pratique quelques sports en nature et il n’est pas rare que durant l’été il parte quelques semaines pour aller camper, se coupant de la société, aucun téléphone, rien d’électronique, seulement lui et la nature. ›› Il fume comme une cheminé environ un paquet par jour minimum. Ça le calme, soi-disant. Il lui est arrivé de tenter d’arrêter, mais il ne fait qu’accumuler les échecs. Il peut fumer autant la cigarette que le cigare, mais il a arrêté la drogue depuis quelque temps maintenant. ›› Cordon bleu, il aime bien passer son temps libre derrière les fourneaux. Il dit toujours que ça lui libère l’esprit, que ça le détend. Il ne suit jamais de recette, laissant libre court à sa créativité que lui inspire l’instant présent. Il cuisine surtout du tex-mex, cette nourriture de chez lui. Il a même fait importer un fumoir du Texas pour avoir le meilleur selon lui. Seth est carnivore, il aime la viande rouge. Pour lui la laitue c’est fait pour les lapins. ›› Peu importe ce qu’il fait chez lui, il laisse toujours un fond sonore, de la musique country majoritairement, parfois, il demande à son assistant google de changer pour du rap ou tout autre style qui lui fait envie dans l’instant présent. ›› Complètement accro à la technologie, il suit celle-ci pour avoir la fine pointe. Il en abuse sans doute beaucoup trop. ›› Sa religion ; une bière pendant un match de la NFL avec des ailes de poulet. Il aime autant profiter de ce moment entre ami chez lui ou alors dans un bar sportif, ce support, cette camaraderie le ramène chez lui, dans ce bar du village où il allait parfois fêter les victoires des Texans. Si quelqu’un a le malheur de parler en mal du football, des hot-dogs, de la voix portante des américains pendant les matchs, cette personne regrettera vite ses propos. Loin d’être violent, il suffit à Seth de bomber le torse et de déplier son corps de toute sa hauteur pour que personne ne lui cherche des noises. ›› Habitué à bosser sur une ferme, il a toujours eu la forme, malgré tout l’alcool qu’il peut ingurgiter. Aujourd’hui, il ne soulève plus des balles de foin, il va donc dans une salle de gym trois fois semaine. Il y reste environs quatre heures, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais si cuisiner lui libère l’esprit, s’entraîner le relax. ›› Il a visité des endroits comme Rangoun, Bangkok, Gênes, Bogota, Copenhague, Mumbai, Sao Paulo, Nicaragua, Sri Lanka, Séoul et bien d’autres encore. Avec tous ces voyages, il est devenu polyglotte, il ne parle pas toutes les langues à la perfection, mais il maitrise bien l’espagnol qu’il a appris au collège, l’allemand et l’italien, mais parfois ces langues sont difficiles à comprendre avec son accent Texan. ›› Lorsqu’il repasse ses chemises, il a tendance à chanter du Nikki Minaj et autant dire, les fesses à lui aussi se font aller ! ›› Il possède à son poignet la silhouette de Nessie, un tatouage qui date de son premier voyage en Écosse, lui et tous ses potes on le même. Sinon son plus vieux tatouage remonte à ses 15 ans, lorsque sa sœur pour rire a décidé de le tatouer. C’est un énorme papillon sur les reins qu’il a découvert après. Aussi ridicule que ce soit ça plait aux filles comme aux mecs. En parlant de bêtises qu’il a fait, il s’est fait percer la langue, aujourd’hui il l’a retiré, mais ce n’est pas le cas de son piercing au mamelon, à ses oreilles et celui sous la ceinture !
love me like the moon intended, all the way through the darkness
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 4b9dd5f77bfd316790f25af9b68ae8258aa351f5
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : monocle. / alice
Pronom : elle
Messages : 375
Faceclaim : maverick mcconnell
Crédits : #CHEVALISSE @avatar, CORVIDAE @gif
Inscription : 07/01/2021
Multicomptes : aucun.
Nombre de mots par RP : je m'adapte à mes partenaires, mais ça varie entre 200 et 3000
Fréquence de RP : quotidiennement.
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Ocat0f7t_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 14 Jan - 6:08

knock. knock . who's there ? justice !
Tout s’enchaînait à grande vitesse, la main ensanglantée de la femme dans la sienne, Seth l’avait regardé mourir. Loin d’être fasciné par la mort, il avait simplement tenu à l’accompagner pour quitter ce monde en étant pas seule. Autour de lui, les voix montaient, mais il n’en prenait pas conscience trop occupée à jouer le rôle de Charon, passeur à l’enfer pour cette femme qui n’avait rien demandée. Des cris retentissaient, la voix grave de la police qui entrait sur les lieux et bien vite on l’écartait du corps. Il avait résisté quelques secondes se sentant impuissant de la laisser ainsi comme ça sur le sol, inerte et si seule. Pourtant, il n’insistait pas plus qu’il ne fallait dès qu’on l’interrogeait sur son lien avec la victime. Il n’était qu’un inconnu conseillé en sextoy venu pour satisfaire les désirs de ces femmes. Quelques-unes le dévisageaient comme s’il était le coupable et Seth ressentait cette boule au ventre remonter dans sa gorge. On le gardait à l’écart et de toute manière, il n’avait pas envie d’être au milieu de tout ceci. Ses mains il les avait essuyés sur son t-shirt y laissant de longue trace de sang. Le temps filait, se moquait de lui comme s’il savait quelque chose que lui ignorait. C’était long et le Texan perdait un peu de sa patience. « Quand est-ce que je pourrais partir ? » avait-il demandé à l’officier près de lui, ce dernier l’ignorant avant de lui souffler qu’on dût encore prendre sa déposition. Si Seth avait repris des couleurs progressivement, elles disparaissaient aussitôt comprenant à nouveau l’ampleur de la situation. Il se retrouvait en très mauvaise posture. L’inquiétude le gagnait, ne pouvant s’asseoir, il appuyait son dos contre un mur, appuyant l’arrière de sa tête sur celui-ci et fermant les yeux. Une mauvaise chose, il ne le réalisait que trop tard quand il revoyait le visage de cette femme comme si elle se trouvait encore devant lui. Son parfum chatouillait encore ses narines, cette odeur de sang venant s’y mélanger. Fermant plus durement ses paupières, il se mordait la lèvre jusqu’à ouvrir les yeux lorsqu’on s’adressait à lui. Se décollant du mur, ses jades se posèrent non pas sur le visage du policier, mais sur cette main tendue. Légèrement mal à l’aise, il montrait ses mains tachées de sang. « Je préfère éviter de vous serrer la main ainsi. Mais ne vous en fait pas pour l’attente. » disait-il alors qu’il remontait son regard vers le visage de l’officier. Wolf. — C’est bien ta veine Seth, pensait-il en réalisant qui se trouvait devant lui. Il ne pouvait oublier ce regard qu’il avait vu sur certaines photos de cette application. Il se souvenait de pseudonyme sur le site, et ça avait suffi et confirmer ses pensées, après tout Wolf n’était pas si commun comme nom. Il espérait qu’il n’allait pas se souvenir de lui, quelle piètre rencontre. Lui qui avait plaisanté sur le fait de l’attirer dans une ruelle… Il finirait étiqueter « détraqué » ! « D’accord. » répondait-il finalement après avoir laissé son regard chuter sur le sol.

Prenant place à la table, il glissait ses mains sous la table, triturant la chair entourant l’ongle de son pouce gauche. Son regard revenait sur l’homme près de lui, sa voix posée qui avait tout de la voix rassurante. Il ne l’avait pas imaginé ainsi, peut-être plus sévère, plus dure. Il n’avait pas besoin de mentir, il n’y était pour rien, mais toute la situation lui échappait, il dérapait sur une pente glissante qui pouvait le mener directement en enfer s’il merdait. Combien de personne pouvait être bouclé sans avoir rien commis ? Beaucoup trop, la justice avait ses failles. Toisant le châtain, il ne cachait pas son étonnement en voyant qu’il se rappelait son prénom. Il savait donc qui il était, la pente devenant de plus à plus abrupte. Un petit rire lui échappait, un son nerveux tout en baignant d’une certaine dose de plaisir. Posant son coude sur la table, il passait sa main dans ses mèches blondes. « Tu te souviens de moi… » Il réalisait que sa main était toujours tachée de sang et pestant il retirait ses doigts s’essuyant le front et les quelques mèches du devant que sa main avait touché avec son avant-bras. Il se sentait bête, poussant un soupir, il regardait ce mec qui prendrait sans doute la fuite dès lors qu’il saurait sur lui, Seth ayant bien entendu éviter de parler de cet accoté qu’il avait sans compter qu’ils se rencontraient sur une scène de crime… Charmant ! « Je ne la connaissait pas, c’est la première fois que je la rencontrais… » Il marquait une pause. « C’est moi qui étais là pour présenter les jouets sexuels. » Son regard cherchait à déceler les réactions de son vis-à-vis, mais il continuait. « J’étais à la salle de bain quand c’est arrivé… je n’ai rien vu. Seulement entendu des voix, ça semblait être un homme. » Il se figeait dans ses paroles, pourquoi n’avait-il rien fait ? Il aurait dû sortir de cette pièce, faire quelque chose au lieu de rester caché comme un lâche. Ses orbes plonger dans celles de son match, il laissait couler des perles qui venaient rouler sur ses joues. — Mais reprends-toi Seth t’as rien de sexy là… Quoi qu’il doit déjà se dire qu’il supprimera votre conversation dès que tu ne seras plus devant lui… T’as le droit de pleurer, t’as déjà tout perdu. « J’aurais dû faire quelque chose. » Son côté macho s’égrenait doucement alors que tout le stresse s’évacuait sur ses joues, tant pis…

code par drake.
@Lugos Wolf & Seth Hogan
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) EuYxyPzq_o
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 14 Jan - 19:35
" Knock knock, who's there ? Justice ! "
I don’t have to draw a line in the sand. I already have one. It’s thin. It’s blue. It’s mine and if you cross it, I will protect it. | @Seth Hogan

Le scénario de cette affaire pourrait tout à fait être cousu de fil blanc. Un coupable parfait, fraichement désigné. Lui, seule figure inconnue au centre d’une enquête qui ne fait que démarrer. Rien n’est jamais aussi évident, au contraire, ce sentier est très régulièrement emprunté par des officiers qui veulent aller vite, la plupart du temps à tort. On se concentre toujours davantage sur un suspect idéal, que tout pourrait pointer du doigt, la faute à une formation qui nous pousse à foncer vers l’évidence afin de l’écarter au plus vite. Un gain de temps qui se discute car en réalité, les meurtriers se trouvent souvent du côté des proches, ceux qu’il est difficile de soupçonner de prime abord, ceux sur lesquels mes yeux se perdent à présent constamment. Je les observe, de mon air habituel de ne pas y toucher. Je contemple la cohue créée par un événement traumatique de cet acabit. Le mélange d’émotions qui macère dans l’air en réaction à un assassinat brutal. Telle une œuvre policière, j’analyse les uns après les autres chacun des profils, chaque individu qui défile, s’installe et compose avec la brutalité maitrisée de questions vouées à les mettre dans la difficulté. C’est ainsi que tu parviens à les faire craquer, à obtenir d’eux les informations qui te permettent de progresser et cela, sans même qu’ils réalisent la teneur des propos tenus. Tu repères au préalable quelques zones d’ombres avec lesquelles tu sais être en capacité de jouer pour heurter. Leur réaction est toujours la même, ils stressent, peinent à déglutir, transpirent puis s’emportent face à des accusations teintées d’un ridicule que j’insuffle sciemment, dans le simple but de révéler les personnalités de chacun. Fort de ces informations que d’autres qualifieraient de superficielles, le plus gros du travail commence. Les visages se sont succédés, les questions se sont multipliées et j’ai déjà noirci un sacré amas de feuilles sur mon carnet qu’aucun autre ne serait en capacité de déchiffrer à cet instant. Mes notes sont brouillonnes, je le sais, mais j’ai également la certitude de pouvoir m’y retrouver. La clarté viendra plus tard, avec le travail d’exploitation de ces informations qui se fait plus tard, à froid, lorsque tous les éléments primaires ont été récoltés. La journée se termine pour n’importe quel quidam et pourtant la mienne pourrait ne faire que commencer. Tu ignores encore si tu resteras au commissariat toute la nuit, à investir les tableaux mis à disposition dans ton bureau. Tu as l’habitude d’afficher les documents liés aux enquêtes tu mènes. Ici, tu aurais matière à le faire pour les trois affaires que tu te dois d’élucider en illustrant le plus visuellement possible les connexions entre chacun des témoins, des suspects et de la victime. Un travail que tu sais colossal, et pourtant très utile. Tout te parait toujours plus lisible sur un tableau. Avant d’oser songer à une telle possibilité, il me reste un garçon à interroger, et pas des moindres. Le seul homme identifié, le seul qui correspondrait au tueur décrit par chacun des témoins qui l’ont précédé. Je ne m’attends pas à le trouver lui, pris au dépourvu sur mon propre terrain. Le monde est sacrément petit, tu hais déjà férocement l’univers pour ce mauvais coup. Lui, tu n’envisageais pas le rencontrer en chair et en os de la sorte, pas dans ces conditions, pas dans ce rôle pas avec autant de vête- TA GUEULE, Lugos. Tu n’es pas Lugos, en cette fin de journée, mais Lieutenant Détective Wolf. Mon rôle, je m’y accroche et laisse de côté tout le reste. Tu agis dans le respect des règles, pas du genre à te laisser parasiter même si…

L’un en face de l’autre, séparés par cette table sur laquelle d’autres pensées auraient pu m’animer dans d’autres circonstances à ses côtés, je recueille ses pensées, son ressenti, son alibi… Tout ce qui me permet de conforter cette idée préalable selon laquelle le pauvre était juste présent au mauvais endroit, au mauvais moment. Tu n’as pas eu besoin de découvrir son visage pour le savoir, pas eu besoin de le reconnaitre pour effectuer ce constat. Tu en étais persuadé avant même de croiser son chemin. Sa surprise est amusante, elle marque une première incartade de ma part, loin du professionnel irréprochable que je suis habituellement. Je ne peux tout bonnement pas m’en empêcher, c’est impossible. « Il est difficile de t’oublier ! » J’assume cette remarque, pas le moins du monde inquiété à l’idée qu’il puisse prendre le melon. Il n’est pas en position de le faire, de toute manière. Il ne s’agit ni plus ni moins que de la vérité, il a attiré mon attention dès ce premier cœur rouge assumé, synonyme d’un désir amoureux ou purement sexuel. Seconde hypothèse nettement plus probable à en juger la discussion qui s’en est suivie ces derniers temps et me donne parfois chaud, très chaud. « Tiens ! » Je lui tends un mouchoir, espérant qu’il soit suffisant pour un temps, qu’il lui permette de se débarbouiller au mieux, en attendant de retrouver le confort d’une intimité qui lui permettra de se débarrasser de tout cela, de tout ce sang séché, de vêtements qu’il ne pourra jamais complètement détacher. Je me mordille la lèvre très fort pour ne pas laisser filtrer ce sourire qui n’en fait qu’à sa tête et ne tarde pas à me trahir. C’est donc lui, le vendeur d’objets sexuels. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu n’es même pas surpris de l’apprendre. Ça lui correspond plutôt bien, il a le grain de folie pour ! « Je comprends mieux certaines remarques, à présent ! » La désacralisation du lit comme espace principal d’expression du plaisir charnel, par exemple. « Tout le monde semble effectivement s’accorder à dire qu’il s’agissait d’un homme. Que pourrais-tu dire sur cette voix ? Que disait-elle ? Qu’as-tu entendu exactement ? » Le moindre petit détail, insignifiant ou non, peut en révéler des tonnes au sujet de notre suspect principal et de son motif. « Qu’as-tu fait ensuite ? » Question essentielle, qui précède une nécessité absolue. « Mon collègue, là-bas, te prendra tes empreintes dans le but de démontrer, ou non, la présence de poudre et de résidus liés à l’arme utilisée. » Une manière comme une autre de le rapprocher d’une innocence qui me persuade déjà. Des larmes noient ses prunelles et font s’emballer mon cœur malgré moi. Tu fais toujours preuve d’humanité, c’est un fait, mais la carapace que tu parviens à revêtir au travail te protège de ce genre de réactions. Pas cette fois, tu crèves d’envie de lui prendre la main, de le réconforter malgré ta position, malgré toutes tes obligations. Tu avances la paume, à quelques millimètres à peine de ses doigts et te ravise. « Qu’aurais-tu fait de plus ? Tu aurais pris une balle, toi aussi… » Peut-être aurait-il sauvé cette femme en le mettant en fuite, mais il y aurait laissé la vie à sa place et cela… Tu ne veux pas l’imaginer. « As-tu quelqu’un à appeler pour venir te chercher après la prise de tes empreintes ? Une personne de confiance, un membre de ta famille ? »



icon code sleipnir.

Seth Hogan
Seth Hogan






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20498-seth-o-maverick-mcconnell#1129855 https://www.disjointedsocieties.com/t20535-seth-hogan#1131914 https://www.disjointedsocieties.com/t20539-seth-hogan#1131925 https://www.disjointedsocieties.com/t20540-seth-hogan#1131926
Surnom : prénom déjà court, on l'interpelle surtout par son nom de famille, Hogan.
Âge : 29
Origines : américain, il est le fruit du sud du pays, sudiste dans l'âme. honte et acceptation se mélangeant pour donner vie à ce garçon un peu rustre.
Occupation : en poste dans un cabinet médical en tant que sexologue, mais travaille aussi comme vendeur à domicile de sextoy.
Lieu de résidence : son appartement détruit par le séisme, il squatte la chambre d'ami de Lugos.
A New York depuis : ses 23 ans.
Situation Amoureuse : célibatard ? il ne recherche rien de sérieux, profitant de sa jeunesse et surtout ce désir de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé.
Orientation sexuelle : les étiquettes ce n'est pas pour lui, il ne possède pas de préférence simplement parce que tout le monde à droit à sa chance, alors pourquoi se priver de donner du plaisir ?
Trigger Warning : sexisme / homophobie / transphobie / pornographie / pratiques sexuelles variées (hard ou non) / problème sexuel / langage cru / rp hot cru

knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Tumblr_prlubggRrK1wcpipoo2_500uc.


RPS EN COURS
www. leslie #1
www. lugos #2
www. alicia #2
www. lugos #3
www. ezeckiel #1
www. alexis #1 (à venir)

RPS TERMINÉS/ABANDONNÉS
www. lugos #1 (terminé)
www. elvedin #1 (archivé par le staff)
www. yuri #1 (archivé par le staff)
www. alicia #1 (archivé par le staff)
www. suhee #1 (abandonné)

LIENS
lugos {crush} ; alexis {bff} ; elvedin {ex-coloc} ; leslie, alicia, ezeckiel {evolution in rp}


INFOS EN VRAC
Seth sait conduire depuis qu’il a dix ans, sur les terres de sa famille il avait tendance à prendre le pick-up pour aller dans les plaines. Il lui arrivait d’aller chercher les courses sans permis de conduire. Il n’a jamais eu de ticket pour excès de vitesse et pourtant, il en a fait que ce soit en voiture, skidoo, 4 roues… Il a tout essayé comme moyen de transport et avec les années il a obtenu des permis pour voiture, bateau, et il regarde pour prendre des cours d’aviation. Il n'est pourtant pas un grand fan des vélos, consommateur d'essence, il roulerait bien en voiture, mais dans la ville qu’est New York c’est un peu casse-tête. ›› Il avait cinq ans lorsqu’il a tenu sa première arme à feu en main. Très vite son père lui a montrer à s’en servir. Il aime s’adonner à la chasse, mais aussi la pêche. Il pratique quelques sports en nature et il n’est pas rare que durant l’été il parte quelques semaines pour aller camper, se coupant de la société, aucun téléphone, rien d’électronique, seulement lui et la nature. ›› Il fume comme une cheminé environ un paquet par jour minimum. Ça le calme, soi-disant. Il lui est arrivé de tenter d’arrêter, mais il ne fait qu’accumuler les échecs. Il peut fumer autant la cigarette que le cigare, mais il a arrêté la drogue depuis quelque temps maintenant. ›› Cordon bleu, il aime bien passer son temps libre derrière les fourneaux. Il dit toujours que ça lui libère l’esprit, que ça le détend. Il ne suit jamais de recette, laissant libre court à sa créativité que lui inspire l’instant présent. Il cuisine surtout du tex-mex, cette nourriture de chez lui. Il a même fait importer un fumoir du Texas pour avoir le meilleur selon lui. Seth est carnivore, il aime la viande rouge. Pour lui la laitue c’est fait pour les lapins. ›› Peu importe ce qu’il fait chez lui, il laisse toujours un fond sonore, de la musique country majoritairement, parfois, il demande à son assistant google de changer pour du rap ou tout autre style qui lui fait envie dans l’instant présent. ›› Complètement accro à la technologie, il suit celle-ci pour avoir la fine pointe. Il en abuse sans doute beaucoup trop. ›› Sa religion ; une bière pendant un match de la NFL avec des ailes de poulet. Il aime autant profiter de ce moment entre ami chez lui ou alors dans un bar sportif, ce support, cette camaraderie le ramène chez lui, dans ce bar du village où il allait parfois fêter les victoires des Texans. Si quelqu’un a le malheur de parler en mal du football, des hot-dogs, de la voix portante des américains pendant les matchs, cette personne regrettera vite ses propos. Loin d’être violent, il suffit à Seth de bomber le torse et de déplier son corps de toute sa hauteur pour que personne ne lui cherche des noises. ›› Habitué à bosser sur une ferme, il a toujours eu la forme, malgré tout l’alcool qu’il peut ingurgiter. Aujourd’hui, il ne soulève plus des balles de foin, il va donc dans une salle de gym trois fois semaine. Il y reste environs quatre heures, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais si cuisiner lui libère l’esprit, s’entraîner le relax. ›› Il a visité des endroits comme Rangoun, Bangkok, Gênes, Bogota, Copenhague, Mumbai, Sao Paulo, Nicaragua, Sri Lanka, Séoul et bien d’autres encore. Avec tous ces voyages, il est devenu polyglotte, il ne parle pas toutes les langues à la perfection, mais il maitrise bien l’espagnol qu’il a appris au collège, l’allemand et l’italien, mais parfois ces langues sont difficiles à comprendre avec son accent Texan. ›› Lorsqu’il repasse ses chemises, il a tendance à chanter du Nikki Minaj et autant dire, les fesses à lui aussi se font aller ! ›› Il possède à son poignet la silhouette de Nessie, un tatouage qui date de son premier voyage en Écosse, lui et tous ses potes on le même. Sinon son plus vieux tatouage remonte à ses 15 ans, lorsque sa sœur pour rire a décidé de le tatouer. C’est un énorme papillon sur les reins qu’il a découvert après. Aussi ridicule que ce soit ça plait aux filles comme aux mecs. En parlant de bêtises qu’il a fait, il s’est fait percer la langue, aujourd’hui il l’a retiré, mais ce n’est pas le cas de son piercing au mamelon, à ses oreilles et celui sous la ceinture !
love me like the moon intended, all the way through the darkness
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 4b9dd5f77bfd316790f25af9b68ae8258aa351f5
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : monocle. / alice
Pronom : elle
Messages : 375
Faceclaim : maverick mcconnell
Crédits : #CHEVALISSE @avatar, CORVIDAE @gif
Inscription : 07/01/2021
Multicomptes : aucun.
Nombre de mots par RP : je m'adapte à mes partenaires, mais ça varie entre 200 et 3000
Fréquence de RP : quotidiennement.
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Ocat0f7t_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 14 Jan - 22:20

knock. knock . who's there ? justice !
Un sourire étirait la commissure de ses lèvres alors qu’il entendait ces mots de la part de son vis-à-vis. Il ne pensait pas marquer l’esprit ainsi, plutôt humble sur sa propre personne, il ne pouvait imaginer l’impact qu’il pouvait avoir sur les gens. Pour lui, il était simplement le mec sans barrière qu’on croisait et qu’on oubliait aussitôt, une chose qu’il faisait aussi en général. Loin de rechercher l’attachement, il avait eu envie de ce blond, une envie primaire. Son corps, cette sculpture taillée dans le marbre, ce regard perçant, il en avait salivé. Voyait-il autre chose qu’une baise ? Pas le moins du monde, son cœur, il ne le laisserait plus jamais s’attacher à qui que ce soit. Il profitait donc de cette envie charnelle, une fois peut-être deux ou même plus, mais tout prendrait fin comme c’était venu, aussi inattendue que possible. Le texan sortirait de sa vie comme il était apparu, simplement parce que c’était ce qu’il faisait toujours. Abonné au plan cul et non à l’attachement, il ne cherchait rien d’autres. Et malgré cette vie qu’il avait l’habitude de mener depuis son arrivé à New York, il se surprenait à sourire doucement lorsqu’il lisait les messages de cet homme. Un petit plaisir dans ses jours sombres qui s’accumulaient depuis quelques temps, cette lumière qui lui gardait la tête hors de l’eau. « Hum. » Une réponse si brève et pourtant, les lèvres de Seth brûlaient d’envie de lui soutirer des informations sur cette affirmation. Pourquoi était-il si inoubliable ? Ce n’était pas l’heure ni l’endroit pour le questionner sur le sujet alors qu’il était là pour faire son boulot, soit l’interroger et Seth se perdait dans cette raison qui l’empêchait de se rapprocher du policier. Il ne refermait pas la porte contrairement à ce qu’on pourrait croire, il la laissait entrebâillée faisant simplement quelque pas de reculons pour ne pas y entrer. Ses doigts prenaient le mouchoir non pas sans effleurer les siens sous une pulsion incontrôlée qui lui donnait des frissons. Entre ses doigts, il torturait celui-ci, l’écrasant sans même en prendre conscience bien loin d’essuyer cette peau halée immaculée de sang séché. « Merci. » Il pouvait être poli, c’était après tout la moindre des choses qu’il puisse faire. Ça ne chassait pas cette sensation poisseuse qu’il ressentait sur sa peau, ce contact brûlant d’une vie envolée. Dévoilant cet autre emploi qu’il avait voulu tenir secret, ne cherchant pas à ce qu’il l’étiquette comme ce qu’il n’était pas, Seth laissait un sourire pondre sur ses lèvres charnues. « Désolé de ne pas t’avoir dit dès le départ. Je n’ai pas honte, mais je ne trouvais pas pertinent de le préciser surtout pendant nos conversations. » Salut, je vends des sextoys, on baise ? Ça ne le faisait pas en règle générale, et puis ça pouvait faire fuir plus d’une personne de savoir qu’il faisait cela. Il en connaissait le fonctionnement, il les avait tous testés pour la plus part. Ses expériences sexuelles étaient variées, parfois déroutantes, mais il ne cherchait pas à les afficher non plus. C’était inutile d’en faire par à des personnes qu’il ne reverrait jamais. Revenant à leur mouton, Seth fronçait les sourcils cherchant dans ses souvenirs ce qui s’étaient réellement passés. Il poussait un soupir en bout de ligne. « Je ne sais pas trop, je n’y portais pas vraiment attention. » Il n’osait pas mentionner qu’il avait été dans cette salle de bain pour échapper aux ritournelles de cette cliente qui espérait un peu plus qu’une simple présentation alors qu’elle lui susurrait des mots loin d’être appropriés. C’était mal connaître le Texan, s’il avait une facilité avec le sexe, ça restait son travail, il n’avait rien d’une catin ou tout autre rôle pouvant offrir des faveurs sexuelles. « Quand j’ai entendu le coup de feu, je suis resté figé. » Il en avait honte, terriblement. « J’ai appelé les urgences et je suis sorti de la salle de bain, il n’y avait plus personne… » Il posait son regard sur l’endroit où le corps de la femme avait reposé quelques instants plus tôt. « Je l’ai trouvé étendu sur le sol… Je savais qu’il ne lui restait que peu de temps, donc je suis resté avec elle. » Il ramenait son regard vers Wolf. « Personne ne devrait mourir seul. » Il ne la connaissait pas, elle n’était qu’un nom sur son agenda ni plus ni moins et pourtant, il s’était refusé à la laisser seule. Il fermait les yeux, revoyant ce visage, il resterait éternellement marqué dans son esprit. Si elle ne vivait plus aujourd’hui, elle vivrait dans son esprit. Les yeux clos, il écoutait tout de même les paroles du policier, hochant la tête. Il comprenait, il savait que ça faisait parti du travail et qu’il ne pouvait y échapper. Il n’avait rien fait, il s’en voulait, mais il était humain. Loin du chevalier, il avait été faible. Ouvrant à nouveau ses prunelles, les perles de la culpabilité coulaient sur sa peau se perdant dans sa barbe. Son regard se perdait sur ce visage qu’il aurait aimé connaître d’une toute autre façon et sans comprendre pourquoi son index venait effleurer cette main qu’il avait approché de la sienne. Un contact léger qui ne dura qu’une fraction de seconde pour mourir aussitôt. « Peut-être pas… » Passant son avant-bras devant ses jades brillantes de larmes, il les essuyait comme il pouvait. « Non. Ma famille n’est pas d’ici et je ne saurais pas qui appeler… En ce moment, c’est un peu le bordel avec le séisme, je ne veux pas gêner plus que je ne le fais déjà en squattant des canapés. » Il tentait un sourire avant de se lever de sa chaise, n’attendant pas vraiment que l’homme lui donne le feu vert, mais il était épuisé et s’il restait assit devant lui, il s’effondrait entièrement entre le fait qu’il venait de vivre cette épreuve, qu’il était sans doute suspect et en prime il ne possédait toujours pas un toit sur sa tête… Il s’arrêtait néanmoins avant de rejoindre le collègue qu’il lui avait désigné pour ses empruntes. « J’en déduis que mon matos sont des preuves à convictions et donc que je pourrai pas les récupérer ? » demandait-il en pointant les jouets de son doigt, certain couvert de sang. Il allait devoir se charger de tout ça et sans doute que ses supérieurs lui retireraient de sa paye… Génial.

code par drake.
@Lugos Wolf & Seth Hogan
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) EuYxyPzq_o
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 25 Jan - 23:13
" Knock knock, who's there ? Justice ! "
I don’t have to draw a line in the sand. I already have one. It’s thin. It’s blue. It’s mine and if you cross it, I will protect it. | @Seth Hogan

Ma mémoire me fait rarement défaut, à quelques exceptions près, et un visage comme celui de Seth ne peut tout bonnement pas être oublié. Pas alors que, quelques semaines à peine en arrière, il occupait une partie de mes soirées jusque très tard dans la nuit. Je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis quelques jours maintenant, rien de très alarmant puisqu’on ne communique pas quotidiennement l’un avec l’autre. Les occasions sont régulières, malgré tout, et il est une compagnie que j’apprécie. Une présence différente, très fraiche, à l’égard d’une franchise qui fait toute la différence et doit clairement contribuer à faire glisser des tonnes de boxers devant son lit. Tu n’as aucunement honte de reconnaitre qu’il a su te charmer, et cela dès qu’il a osé reconnaitre et affirmer ses intentions vis-à-vis de ce fameux match sur les réseaux que beaucoup préfèrent atténuer au maximum, moi le premier, plutôt que d’avouer les véritables espérances qui les animent. Dans d’autres conditions, me serais-je tôt ou tard intéressé à lui sexuellement ? J’étais surement déjà à deux doigts de le faire, mais les circonstances ne s’y prêtent plus du tout maintenant qu’il occupe ce statut de témoin, potentiel suspect d’une affaire qui parait nettement moins compliquée que ce qu’elle en a l’air. Le paysage est déjà très largement meublé, les suspects de moins en moins nombreux à présent que les dépositions sont terminées. Il est l’ultime protagoniste de cette affaire à être interrogé et ses mots, son attitude, le rapport qu’il a à ce sang collé qui orne ses vêtements… Une foule impressionnante d’éléments me permettrait presque de statuer à l’aveugle et d’affirmer son innocence sur un coup de tête. Tu es, cependant, un bien meilleur flic que cela et tu sais que les apparences sont parfois trompeuses. Tu restes donc sur tes gardes, tantôt très attiré et tantôt très méfiant, à l’affut, prêt à recueillir le moindre petit indice dans ses réactions qui pourrait faire la différence. « Hum ? » Je l’interroge à mon tour, de ce grand sourire qui ne devrait pourtant pas être de la partie dans un tel contexte. Il est bien trop pur pour renfermer une telle noirceur, bien trop souriant pour être sadique à ce point. Il ne ferait pas de mal à une mouche, c’est une évidence pour toi mais tu sais aussi à quel point tu es déjà partiellement lésé dans le jugement que tu lui porte. Des cœurs, il doit en briser des tonnes au petit-déjeuner. Tu observes ses dents, d’une perfection agaçante, ce regard qui aguiche et attise et tu sais… Tu sais au fond de toi qu’il est exactement comme tu l’imaginais, peut-être même un peu mieux encore. Le plan cul idéal ? L’idée me traverse parfois l’esprit… Il n’y a généralement pas que l’idée, qui s’exprime, d’ailleurs, à en juger par les bosses qui me surprennent systématiquement et me poussent à m’adonner à des programmes jugés peu catholiques par certains ! Tu mets au défi n’importe lequel d’entre vous d’agir différemment face à lui, de ne pas succomber au moins en partie à ce charme diabolique. Il est un autre type de prédateur, avide d’une peau qu’il ne collectionne pas physiquement comme trophée mais qu’il accumule sexuellement en un tableau de chasse surement tout aussi impressionnant et effrayant.

Nos doigts s’effleurent et c’est une décharge d’électricité très agréable qui me traverse. Une sensation momentanée, bien trop à mon goût, mais complètement inadaptée à ce contexte dans lequel nous nous rencontrons. Tu ne sors pas de chez toi pour aller le pécho, tu es le lieutenant de police dépêché pour affronter une réalité traumatique qui semble, malgré tout, profondément l’avoir secoué ! Je le découvre différemment, vendeur de jouets censés accroitre le plaisir. Comment ne pas s’en amuser ? Ne pas laisser filtrer un sourire tout bonnement incontrôlable ? « Tu n’as pas à te justifier. J’aurais surement fait bon usage de cette information, cela dit… Je suis prêt à mettre ma main à couper que je serais devenu insupportable à te taquiner sur les vibromasseurs et autres gels supposément aphrodisiaques. » Je plaisante, comme d’habitude, conscient qu’il ne crachera pas sur une distraction après un tel enchainement d’événements sur l’ensemble de la journée, mais au fond… Je me serais surtout montré très curieux vis-à-vis de cette profession, de ses produits. Tu t’intéresse à tout et n’importe quoi, tu pourrais littéralement tenir une conversation pendant plusieurs minutes sur un grain de sable. Les autres te captivent, quoiqu’ils puissent faire, tu trouves toujours matière à t’intéresser, à les mettre en valeur. C’est ton petit truc à toi, celui qui fait la différence derrière tes airs de flic sévère. Une image à laquelle il ne pourra jamais croire puisqu’il a immédiatement fait fondre ce masque que j’ai pourtant l’habitude de porter lorsque je revêts mon badge. Ton insigne, celle qui te pousse à l’interroger à présent, à lui quémander des données essentielles à ton investigation. Je ne manque pas une miette de son récit, attentif à la moindre hésitation, à la moindre fluctuation dans sa voix. Je suis l’auditeur privilégié d’une narration primordiale. « Cette femme n’est pas morte seule, tu es resté auprès d’elle, tu as pu l’accompagner dans ses derniers instants ! Peut-être que grâce à toi, elle est partie un peu plus en paix. » Il ferme les yeux, les mots étouffés au fond de sa gorge et ses larmes font s’animer en moi une tristesse que je ressens systématiquement, mais pas à cette intensité-là. J’ai ce réflexe idiot d’approcher ma main, de favoriser un contact qu’il accepte du bout de cet index, pour un temps infiniment court. Une présence suffisante pour l’aider à se reprendre. « Tu ne peux pas risquer ta vie à penser de telles choses. Peut-être, c’est déjà beaucoup trop ! Ton instinct a pris le dessus pour garantir tes meilleures chances de survie. Les gens censés agissent ainsi, loin, très loin des imbéciles dans mon genre. » Je termine, les lèvres fendues par un léger sourire, en une volonté de revenir à une teinte plus légère, moins tristounette pour l’aider à se remettre, à chasser les pensées qui l’assaillent et le rendent coupable d’avoir été trop intelligent. Toi, tu as appris à flirter avec la mort à chaque instant, lorsque tu étais capitaine dans l’armée. Sans cette adrénaline, ton quotidien n’aurait surement jamais été le même. Tu en es en partie revenu à présent. En partie, seulement ! Puisque ton poste de lieutenant ne te préserve pas, loin de là, de moments où tout pourrait capoter et t’emporter tout droit au cimetière. « Tu n’as pas d’endroit où loger ? J’veux dire… De chez toi ? » Les informations tiltent immédiatement dans mon esprit, forcément. Il se redresse et j’hésite, putain de cas de conscience. « Ils le sont. Je pense que tu ne pourras jamais en récupérer une partie, à moins de faire les démarches nécessaires et, qu’on se le dise… Ça te prendra des années ! » Il a meilleur temps d’en commander de nouveaux, des jouets. « Je… Et si tu venais au poste plutôt, pour prendre tes empreintes ? Tu seras plus au calme et… Prendre l’air ne te fera pas de mal, même si celui du commissariat est guère mieux que celui-ci. » Je m’inquiète, malgré moi, de le savoir seul, sans personne à contacter.




icon code sleipnir.

Seth Hogan
Seth Hogan






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20498-seth-o-maverick-mcconnell#1129855 https://www.disjointedsocieties.com/t20535-seth-hogan#1131914 https://www.disjointedsocieties.com/t20539-seth-hogan#1131925 https://www.disjointedsocieties.com/t20540-seth-hogan#1131926
Surnom : prénom déjà court, on l'interpelle surtout par son nom de famille, Hogan.
Âge : 29
Origines : américain, il est le fruit du sud du pays, sudiste dans l'âme. honte et acceptation se mélangeant pour donner vie à ce garçon un peu rustre.
Occupation : en poste dans un cabinet médical en tant que sexologue, mais travaille aussi comme vendeur à domicile de sextoy.
Lieu de résidence : son appartement détruit par le séisme, il squatte la chambre d'ami de Lugos.
A New York depuis : ses 23 ans.
Situation Amoureuse : célibatard ? il ne recherche rien de sérieux, profitant de sa jeunesse et surtout ce désir de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé.
Orientation sexuelle : les étiquettes ce n'est pas pour lui, il ne possède pas de préférence simplement parce que tout le monde à droit à sa chance, alors pourquoi se priver de donner du plaisir ?
Trigger Warning : sexisme / homophobie / transphobie / pornographie / pratiques sexuelles variées (hard ou non) / problème sexuel / langage cru / rp hot cru

knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Tumblr_prlubggRrK1wcpipoo2_500uc.


RPS EN COURS
www. leslie #1
www. lugos #2
www. alicia #2
www. lugos #3
www. ezeckiel #1
www. alexis #1 (à venir)

RPS TERMINÉS/ABANDONNÉS
www. lugos #1 (terminé)
www. elvedin #1 (archivé par le staff)
www. yuri #1 (archivé par le staff)
www. alicia #1 (archivé par le staff)
www. suhee #1 (abandonné)

LIENS
lugos {crush} ; alexis {bff} ; elvedin {ex-coloc} ; leslie, alicia, ezeckiel {evolution in rp}


INFOS EN VRAC
Seth sait conduire depuis qu’il a dix ans, sur les terres de sa famille il avait tendance à prendre le pick-up pour aller dans les plaines. Il lui arrivait d’aller chercher les courses sans permis de conduire. Il n’a jamais eu de ticket pour excès de vitesse et pourtant, il en a fait que ce soit en voiture, skidoo, 4 roues… Il a tout essayé comme moyen de transport et avec les années il a obtenu des permis pour voiture, bateau, et il regarde pour prendre des cours d’aviation. Il n'est pourtant pas un grand fan des vélos, consommateur d'essence, il roulerait bien en voiture, mais dans la ville qu’est New York c’est un peu casse-tête. ›› Il avait cinq ans lorsqu’il a tenu sa première arme à feu en main. Très vite son père lui a montrer à s’en servir. Il aime s’adonner à la chasse, mais aussi la pêche. Il pratique quelques sports en nature et il n’est pas rare que durant l’été il parte quelques semaines pour aller camper, se coupant de la société, aucun téléphone, rien d’électronique, seulement lui et la nature. ›› Il fume comme une cheminé environ un paquet par jour minimum. Ça le calme, soi-disant. Il lui est arrivé de tenter d’arrêter, mais il ne fait qu’accumuler les échecs. Il peut fumer autant la cigarette que le cigare, mais il a arrêté la drogue depuis quelque temps maintenant. ›› Cordon bleu, il aime bien passer son temps libre derrière les fourneaux. Il dit toujours que ça lui libère l’esprit, que ça le détend. Il ne suit jamais de recette, laissant libre court à sa créativité que lui inspire l’instant présent. Il cuisine surtout du tex-mex, cette nourriture de chez lui. Il a même fait importer un fumoir du Texas pour avoir le meilleur selon lui. Seth est carnivore, il aime la viande rouge. Pour lui la laitue c’est fait pour les lapins. ›› Peu importe ce qu’il fait chez lui, il laisse toujours un fond sonore, de la musique country majoritairement, parfois, il demande à son assistant google de changer pour du rap ou tout autre style qui lui fait envie dans l’instant présent. ›› Complètement accro à la technologie, il suit celle-ci pour avoir la fine pointe. Il en abuse sans doute beaucoup trop. ›› Sa religion ; une bière pendant un match de la NFL avec des ailes de poulet. Il aime autant profiter de ce moment entre ami chez lui ou alors dans un bar sportif, ce support, cette camaraderie le ramène chez lui, dans ce bar du village où il allait parfois fêter les victoires des Texans. Si quelqu’un a le malheur de parler en mal du football, des hot-dogs, de la voix portante des américains pendant les matchs, cette personne regrettera vite ses propos. Loin d’être violent, il suffit à Seth de bomber le torse et de déplier son corps de toute sa hauteur pour que personne ne lui cherche des noises. ›› Habitué à bosser sur une ferme, il a toujours eu la forme, malgré tout l’alcool qu’il peut ingurgiter. Aujourd’hui, il ne soulève plus des balles de foin, il va donc dans une salle de gym trois fois semaine. Il y reste environs quatre heures, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais si cuisiner lui libère l’esprit, s’entraîner le relax. ›› Il a visité des endroits comme Rangoun, Bangkok, Gênes, Bogota, Copenhague, Mumbai, Sao Paulo, Nicaragua, Sri Lanka, Séoul et bien d’autres encore. Avec tous ces voyages, il est devenu polyglotte, il ne parle pas toutes les langues à la perfection, mais il maitrise bien l’espagnol qu’il a appris au collège, l’allemand et l’italien, mais parfois ces langues sont difficiles à comprendre avec son accent Texan. ›› Lorsqu’il repasse ses chemises, il a tendance à chanter du Nikki Minaj et autant dire, les fesses à lui aussi se font aller ! ›› Il possède à son poignet la silhouette de Nessie, un tatouage qui date de son premier voyage en Écosse, lui et tous ses potes on le même. Sinon son plus vieux tatouage remonte à ses 15 ans, lorsque sa sœur pour rire a décidé de le tatouer. C’est un énorme papillon sur les reins qu’il a découvert après. Aussi ridicule que ce soit ça plait aux filles comme aux mecs. En parlant de bêtises qu’il a fait, il s’est fait percer la langue, aujourd’hui il l’a retiré, mais ce n’est pas le cas de son piercing au mamelon, à ses oreilles et celui sous la ceinture !
love me like the moon intended, all the way through the darkness
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 4b9dd5f77bfd316790f25af9b68ae8258aa351f5
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : monocle. / alice
Pronom : elle
Messages : 375
Faceclaim : maverick mcconnell
Crédits : #CHEVALISSE @avatar, CORVIDAE @gif
Inscription : 07/01/2021
Multicomptes : aucun.
Nombre de mots par RP : je m'adapte à mes partenaires, mais ça varie entre 200 et 3000
Fréquence de RP : quotidiennement.
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Ocat0f7t_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 26 Jan - 7:07

knock. knock . who's there ? justice !
Cette rencontre officielle qui laisserait une marque sur son ardoise. Elle blessait l’esprit de l’homme innocent, de celui qui par un mauvais coup du sort se retrouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Dure réalité qui prenait forme, l’enveloppant d’un voile sombre alors que lui était si lumineux en général. Il brillait de ses sourires chaleureux qui s’éteignaient à cet instant. Il aurait dû avoir le cœur s’emballant dès qu’il entendit que le lieutenant se rappelant de lui. De ces quelques conversations échangées jusqu’à tard dans la nuit, ces moments plaisantins, ceux plus révélateurs de ce désir qu’il pensait réciproque entre eux. Il restait que Seth ne pensait pas qu’il le reconnaîtrait aussi vite, dans une circonstance si peu encline à une rencontre entre deux personnes qui s’exposaient à une tentation palpable dans cette conversation qui vivait encore dans leur téléphone respectif. Certes éludée depuis quelques jours, mais aussi ardente que son envie d’un jour laisser ses doigts découvrir chaque ligne de ce corps. Délice fantasmé qui hantait parfois ses nuits solitaires ou non, inaccessible devenant ainsi un véritable attrait pour le Texan. Il voyait néanmoins tout cela partir en fumé entre ses doigts, désormais impossible à envisager, une droiture à tenir, un professionnalisme à respecter. Relevant cette petite onomatopée qui avait franchi ses lèvres, Seth les pinçait se disant qu’il valait mieux ravaler ses questionnements qui affluaient dans sa gorge. Curieux de nature, sans filtre, il était pour lui bien plus difficile de retenir ses mots que de les laisser filer. « Je me demande simplement ce qui peut faire de moi quelqu’un de difficile à oublier. » Un haussement d’épaule, ça pouvait ressembler à de la mauvaise modestie, qu’il se jouait de lui en sachant très bien qu’il avait ce je-ne-sais-quoi qui attirait l’œil. Seulement, il n’en était rien, il se savait loin d’être moche à regarder, mais il n’avait rien d’exceptionnel non plus – si ce n’était peut-être que son fort accent Texan qui roulait encore sur sa langue même s’il ne résidait plus dans le Sud du pays. Peut-être sa dégaine de cowboy typique de sa région.

Les barrières tombaient dévoilant la corde secrète de l’arc du sexologue qui se retrouvait avec un sideline. Sans doute celui qui rapportait le mieux, qui l’aidait dans ces moments les plus difficiles. Il n’avait rien dit et d’une certaine façon, il regrettait puisque maintenant il le découvrait d’une manière qui allait marquer les esprits. La prochaine plaisanterie au poste, le meurtre pendant la séance de présentation de jouets érotiques. D’une façon, Seth était heureux qu’aucun de ses jouets n’aient servi à ce meurtre… Il aurait eu un peu de mal à les prochains gros titres : Femme tuée chez elle par un godemichet ! Était-ce mieux si on l’accusait ? Un vendeur de sextoy tue une cliente insatisfaite ! Chaque idée semblait toute aussi abracadabrante que possible lorsqu’il y pensait quelques secondes. « S’il n’y avait que cela. » disait-il sans prendre le temps de se taire, son regard toujours porté sur ses mains sur qui malmenait ce mouchoir de papier. Il avait un catalogue tellement rempli que même ce qu’il avait amené aujourd’hui n’était que la pointe de l’iceberg. Il relevait ses jades sur le blond devant lui. « En d’autres circonstances, je t’aurais sans doute fait découvrir bien des choses. » Maintenant, il ne serait plus question de tout ce plaisir qu’ils auraient pu s’imaginer vivre ensemble. Sans doute que son regard aurait brillé d’une toute autre soif, ce désir de le sentir entre ses doigts qui cette fois mourait avant même d’en arriver là. Tout plaisir laissant place à ce flot de souvenir qui se perdait en lui, désireux de les oublier, mais se forçant à rejouer les dernières heures dans sa tête. Spectateur de sa propre vie, il avait sans doute fait au mieux, mais ça ne le satisfaisait pas lui laissant un goût amer. La voir mourir une nouvelle fois laissait son cœur s’égrainer, rongé par la faiblesse. Il aurait aimé pouvoir faire plus, mais la peur avait paralysé ses gestes, ses pensées. Il cherchait à s’évader quelques secondes, fermant les yeux pour se retrouver seul dans la noirceur de son esprit, mais ce regard bleuté qui perdait la vie marquait ses songes. Gravé sur sa rétine, il savait que désormais elle serait un compère l’accompagnant pas à pas pour vivre un peu plus. Immortelle dans la tête de l’homme au cœur pur, présente, conscience, doux rappel d’une vie ne pouvant s’échapper d’un esprit. Son index ne manquait pas d’effleurer à nouveau cette peau, il ne s’éternisait pas dans ce genre qu’il aurait de loin préféré laisser traîner. Sa phalange dessinant les traits de cette main près de lui, mais il n’en faisait rien. Une opportunité perdue que jamais plus il ne retrouverait, mais qu’il oubliait comme toutes ces fois où il estimait que ça valait mieux. Un sourire naissait sur ses lèvres. « Tu es plus réfléchis que tu tente me le faire croire. Mais des coups de feu ce n’est pas le premier que j’entends. Je suis Texan tout le monde à une arme à feu là-bas, ça arrive qu’un vieux trop éméché de mette à tirer pour le plaisir en fin de soirée. Qui n’a jamais dégommer les bouteilles dans un champs ou chasser… Mais… » Venait-il de donner des informations qui le rendait encore plus suspect ? « Tuer quelqu’un… C’est simplement impensable. » Et même s’il n’avait pas chassé depuis des années, ni tenu une arme depuis des années entre ses mains même s’il avait son port d’arme et qu’il en possédait une chez lui, il n’aurait rien eu à gagner à tuer cette femme. Il regrettait quelque peu ses mots, parler trop vite c’était un don chez Seth. Révélant un peu plus encore sur sa vie privée, il se retrouvait acculé au mur, ne cherchant pas à y déceler de la pitié. « Non, pas pour le moment. » disait-il en se levant épuisé par tout ceci. Il sentait la fatigue, l’adrénaline et les larmes le tirer vers un sommeil qu’il espérait sans rêve. S’assurant d’un détail, il pinçait ses lèvres, mordillant légèrement sa lèvre de ses dents, il hochait la tête. « Je m’en doutais, ce sont mes patrons qui seront contents… » Il jetait un coup d’œil vers sa marchandise que des flics empaquetaient et où un malaise se lisait sur les traits de leur visage. Dans une autre situation, aucun doute que Seth aurait rit à gorge déployée face à un tel spectacle, mais il n’en trouvait tout simplement pas la force. Ses émeraudes revenant sur le lieutenant, il se perdait un instant dans les orbes de ce dernier. « Ce n’est pas une façon détourner de me faire aller là-bas pour en ensuite m’accuser ? » Peut-être n’aurait-il pas dû être aussi direct dans sa supposition, mais tous les coups pouvaient être permis. Posant ses index sur ses tempes, il les massait en fermant. « Désolé. Je me doute que tu tente d’être gentil avec moi malgré la situation… Mais je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée que tu agisses de cette manière. » Il rouvrait ses yeux pour les poser sur le jeune homme. « Être sympa avec un suspect ce n’est jamais la meilleure des idées. » Il laissait un sourire prendre place sur ses lèvres, il ne voulait pas être déplacé dans ses propos, mais il cherchait à le protéger lui et sa carrière de ce qu’il pouvait lui amener. C’était sans doute le mieux à faire. « Parce que c’est bien ce que je suis ? Vous n’avez personne d’autres. »

code par drake.
@Lugos Wolf & Seth Hogan
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) EuYxyPzq_o
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Sam 6 Fév - 17:53
" Knock knock, who's there ? Justice ! "
I don’t have to draw a line in the sand. I already have one. It’s thin. It’s blue. It’s mine and if you cross it, I will protect it. | @Seth Hogan

Tu contemples le garçon qui se trouve face à toi, en partie recouvert par le sang de cette femme allongée non loin d’ici et recouverte d’une bâche en attendant d’être transportée par les services funéraires. Au mauvais endroit, au mauvais moment, le mauvais jour pour une première rencontre qui restera dans les annales. Je ne m’attendais pas à le trouver ici, dans un cadre aussi peu enclin à ce rapprochement peu subtilement initié ces dernières semaines, par le biais de nombreuses salves de messages échangés à grand renfort de sous-entendus. Cet homme que tu interroges, il a animé plusieurs de tes rêves, été l’acteur privilégié de nombreux fantasmes que tu as su assouvir à ta manière, dans l’intimité d’une masturbation savamment exécutée et maitrisée d’un bout à l’autre. Tu te voyais déjà le rencontrer au détour d’un rencard et ne pas tenir plus de quelques dizaines de minutes avant de le déshabiller complètement et d’initier un rapprochement à l’horizontal. Rien de tout ceci ne se produira à présent, pas dans l’immédiat en tout cas puisqu’une dimension professionnelle s’érige comme un rempart entre nous deux, pourvue d’un rapport évident de force qui joue très largement en ma faveur. Tu pourrais le découvrir coupable d’une seconde à l’autre, mettre la main sur un indice capital et le condamner à une quinzaine d’années de réclusion. Tous les doutes sont permis même si ton instinct est toujours au rendez-vous et qu’il ne cesse de te dicter qu’il est innocent. Il ne peut pas en être autrement. Je me refuse à considérer un autre scénario. Le regard plongé dans le sien, je ressens toute l’émotion qui le traverse, l’incertitude qui martèle ses pensées et cette électricité qui, malgré lui, malgré moi, malgré nous continue à chanceler et à faire s’éveiller nos êtres même si le contexte ne s’y prête pas le moins du monde. Je ne le quitte pas des yeux, ne le lâche pas une seule seconde. Je pourrais jouer la subtilité, éviter le sujet et me recentrer sur mes obligations actuelles, mais la tentation est bien trop forte et cette petite voix dans ma tête me dicte de le mettre à l’aise pour pouvoir rebondir et recueillir son témoignage plus simplement. « Ton charme, tout simplement. Il est redoutable à l’écrit. » Et pas que, à en juger par les quelques photos postées sur son profil et cette bouille que je découvre en présence malgré le sang et le contexte on ne peut plus horrifique. Les trouvailles s’enchainent et ne se ressemblent pas puisqu’il porte à présent une nouvelle étiquette, vendeur de produits réservés aux adultes. Je ne suis pas complètement surpris, ce petit job colle plutôt bien à sa personnalité quand on y pense, il est suffisamment exubérant et beau parleur pour convaincre n’importe qui d’acquérir n’importe quel item censé faire des merveilles. Tu n’as jamais rien testé de tel, les vibromasseurs, anneaux vibrants et autres jouets censés faire grimper au Septième Ciel en un rien de temps. Toi, tu as tes menottes et tu sais faire la différence sans même avoir à utiliser le moindre accessoire. Ton corps est une arme orgasmique massive que tu utilises avec parcimonie. « Je n’en doute pas une seule seconde ! Que d’actes manqués ! » Je relève, résilié, en haussant les épaules, pas du tout gêné à l’idée que mes collègues puissent capter certaines bribes de cette conversation improbable. L’heure n’est plus à la séduction, mais à l’interrogation. Il est le dernier témoin, suspect potentiel, d’une longue liste qui me permet déjà d’envisager plusieurs pistes concrètes. Un large tableau bourré d’informations gribouillées prend place dans ton esprit.

J’écoute son récit, annote quelques détails, exige quelques précisions supplémentaires lorsque cela est nécessaire en gardant en tête que tout ceci est éprouvant pour lui. Ces souvenirs que je titille, il aimerait surement les oublier au plus vite mais ce sont eux qui me permettront d’avancer plus rapidement. Ce processus est lourd, très douloureux mais ô combien nécessaire. Tu n’as pas peur de bousculer, d’insister et de faire mal. Sans cela, tu t’avouerais vaincu la moitié du temps. Une enquête ne peut pas démarrer sans une salve de témoignages à mettre en perspective comme je le fais depuis plusieurs heures maintenant. Son faciès en relève nettement plus que les termes savamment employés, je ne l’écoute quasiment plus à présent, bien trop occupé à l’étudier, le cœur serré par une émotion plus vive, que je vois déborder sous mes yeux sans pouvoir y faire quoique ce soit. Cette souffrance, elle devra malheureusement l’accompagner pour un temps, jusqu’à ce qu’il trouve la force et les mécanismes adaptés pour moins y penser, à défaut de complètement occulter la journée que je devine interminable pour lui. Tu décides qu’il est temps de mettre fin à cette torture que tu lui impose. Il en a déjà assez bavé et tu as tout ce qu’il te faut ou presque. Il ne pourra rien t’apporter de plus, pas maintenant. Tu reviendras peut-être à la charge plus tard, si certaines zones d’ombres apparaissent et nécessitent de revenir sur un détail ou deux mais pour l’heure, tu en as terminé avec lui. « Ah… Ces texans ! Que deviendraient-ils sans une bonne bouteille d’alcool, un flingue et un chapeau de cowboy ! » Je reprends, espiègle, en une volonté appuyée de l’arracher à l’inquiétude qui le gagne à l’idée de s’être embourbé en me révélant avoir déjà utilisé des armes à feu par le passé. Je me serais peut-être interrogé davantage s’il m’avait été donné de repérer des traces de poudre sur ses doigts mais ce n’est pas le cas. Les analysées préconisées après cet entretien achèveront de l’innocenter une bonne fois pour toute. « Que comptes-tu faire ? Quelles sont tes options ? » Je m’inquiète, nettement moins professionnel lorsqu’il avoue ne plus avoir de chez-lui à rejoindre. Sa détresse est douloureuse à observer, tout comme cette vulnérabilité à laquelle j’aurais tôt fait de répondre en temps normal, sans même avoir besoin d’y réfléchir ne serait-ce qu’une seconde mais qu’il m’est impossible de mettre en œuvre à cause de cette maudite enquête. Du pain béni pour tous les détracteurs de la police, la presse en première ligne, qui n’hésiteraient pas à se jeter là-dessus pour pointer du doigt la proximité entre un flic et son suspect sur une enquête. Le manque d’objectivité et tout ce qui va avec. Il n’en est pourtant rien. Il se redresse, branlant, et me questionne sur l’éventuel motif caché derrière une telle proposition. « Tu n’as, à priori, rien à craindre. N’est-ce pas ? À moins que mon instinct me fasse cruellement défaut ! Ce serait une première ! Je suis généralement bon pour cerner les gens qui m’entourent. » Je marque une courte pause, le temps de le regarder, de sombrer pour ce regard ô combien appréciable, plus encore que dans mon imaginaire fantasmé. « Dis-moi, Seth. Crois-tu réellement pouvoir être suspect dans cette enquête alors que tu étais dans la salle de bain quand l’individu en question s’est présenté, vêtu d’une tenue essentiellement faite de cuir, et a tiré sur la victime ? Tu es arrivé en trombe d’après l’intégralité des témoignages recueillis juste après, ce qui ne laisse pas suffisamment de temps pour te changer, si tel avait été le cas. Je suis tenté d’affirmer qu’aucun d’entre vous n’est coupable ici. Vous étiez tous présents au mauvais endroit, au mauvais moment ! C’est sur ce constat sans appel que démarre le plus gros de mon travail, à présent ! » La pulpe de mes doigts se fraie un chemin le long de ma nuque en réponse à l’inconfort provoqué par de telles heures passées à tous les interroger, les fesses collées à cette chaise vraiment peu confortable. « Le reste n’est qu’une formalité, te concernant ! Sauf si tu as d’autres choses à te reprocher, bien entendu ! » Je joue avec le feu, et je le sais très bien.



icon code sleipnir.

Seth Hogan
Seth Hogan






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20498-seth-o-maverick-mcconnell#1129855 https://www.disjointedsocieties.com/t20535-seth-hogan#1131914 https://www.disjointedsocieties.com/t20539-seth-hogan#1131925 https://www.disjointedsocieties.com/t20540-seth-hogan#1131926
Surnom : prénom déjà court, on l'interpelle surtout par son nom de famille, Hogan.
Âge : 29
Origines : américain, il est le fruit du sud du pays, sudiste dans l'âme. honte et acceptation se mélangeant pour donner vie à ce garçon un peu rustre.
Occupation : en poste dans un cabinet médical en tant que sexologue, mais travaille aussi comme vendeur à domicile de sextoy.
Lieu de résidence : son appartement détruit par le séisme, il squatte la chambre d'ami de Lugos.
A New York depuis : ses 23 ans.
Situation Amoureuse : célibatard ? il ne recherche rien de sérieux, profitant de sa jeunesse et surtout ce désir de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé.
Orientation sexuelle : les étiquettes ce n'est pas pour lui, il ne possède pas de préférence simplement parce que tout le monde à droit à sa chance, alors pourquoi se priver de donner du plaisir ?
Trigger Warning : sexisme / homophobie / transphobie / pornographie / pratiques sexuelles variées (hard ou non) / problème sexuel / langage cru / rp hot cru

knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Tumblr_prlubggRrK1wcpipoo2_500uc.


RPS EN COURS
www. leslie #1
www. lugos #2
www. alicia #2
www. lugos #3
www. ezeckiel #1
www. alexis #1 (à venir)

RPS TERMINÉS/ABANDONNÉS
www. lugos #1 (terminé)
www. elvedin #1 (archivé par le staff)
www. yuri #1 (archivé par le staff)
www. alicia #1 (archivé par le staff)
www. suhee #1 (abandonné)

LIENS
lugos {crush} ; alexis {bff} ; elvedin {ex-coloc} ; leslie, alicia, ezeckiel {evolution in rp}


INFOS EN VRAC
Seth sait conduire depuis qu’il a dix ans, sur les terres de sa famille il avait tendance à prendre le pick-up pour aller dans les plaines. Il lui arrivait d’aller chercher les courses sans permis de conduire. Il n’a jamais eu de ticket pour excès de vitesse et pourtant, il en a fait que ce soit en voiture, skidoo, 4 roues… Il a tout essayé comme moyen de transport et avec les années il a obtenu des permis pour voiture, bateau, et il regarde pour prendre des cours d’aviation. Il n'est pourtant pas un grand fan des vélos, consommateur d'essence, il roulerait bien en voiture, mais dans la ville qu’est New York c’est un peu casse-tête. ›› Il avait cinq ans lorsqu’il a tenu sa première arme à feu en main. Très vite son père lui a montrer à s’en servir. Il aime s’adonner à la chasse, mais aussi la pêche. Il pratique quelques sports en nature et il n’est pas rare que durant l’été il parte quelques semaines pour aller camper, se coupant de la société, aucun téléphone, rien d’électronique, seulement lui et la nature. ›› Il fume comme une cheminé environ un paquet par jour minimum. Ça le calme, soi-disant. Il lui est arrivé de tenter d’arrêter, mais il ne fait qu’accumuler les échecs. Il peut fumer autant la cigarette que le cigare, mais il a arrêté la drogue depuis quelque temps maintenant. ›› Cordon bleu, il aime bien passer son temps libre derrière les fourneaux. Il dit toujours que ça lui libère l’esprit, que ça le détend. Il ne suit jamais de recette, laissant libre court à sa créativité que lui inspire l’instant présent. Il cuisine surtout du tex-mex, cette nourriture de chez lui. Il a même fait importer un fumoir du Texas pour avoir le meilleur selon lui. Seth est carnivore, il aime la viande rouge. Pour lui la laitue c’est fait pour les lapins. ›› Peu importe ce qu’il fait chez lui, il laisse toujours un fond sonore, de la musique country majoritairement, parfois, il demande à son assistant google de changer pour du rap ou tout autre style qui lui fait envie dans l’instant présent. ›› Complètement accro à la technologie, il suit celle-ci pour avoir la fine pointe. Il en abuse sans doute beaucoup trop. ›› Sa religion ; une bière pendant un match de la NFL avec des ailes de poulet. Il aime autant profiter de ce moment entre ami chez lui ou alors dans un bar sportif, ce support, cette camaraderie le ramène chez lui, dans ce bar du village où il allait parfois fêter les victoires des Texans. Si quelqu’un a le malheur de parler en mal du football, des hot-dogs, de la voix portante des américains pendant les matchs, cette personne regrettera vite ses propos. Loin d’être violent, il suffit à Seth de bomber le torse et de déplier son corps de toute sa hauteur pour que personne ne lui cherche des noises. ›› Habitué à bosser sur une ferme, il a toujours eu la forme, malgré tout l’alcool qu’il peut ingurgiter. Aujourd’hui, il ne soulève plus des balles de foin, il va donc dans une salle de gym trois fois semaine. Il y reste environs quatre heures, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais si cuisiner lui libère l’esprit, s’entraîner le relax. ›› Il a visité des endroits comme Rangoun, Bangkok, Gênes, Bogota, Copenhague, Mumbai, Sao Paulo, Nicaragua, Sri Lanka, Séoul et bien d’autres encore. Avec tous ces voyages, il est devenu polyglotte, il ne parle pas toutes les langues à la perfection, mais il maitrise bien l’espagnol qu’il a appris au collège, l’allemand et l’italien, mais parfois ces langues sont difficiles à comprendre avec son accent Texan. ›› Lorsqu’il repasse ses chemises, il a tendance à chanter du Nikki Minaj et autant dire, les fesses à lui aussi se font aller ! ›› Il possède à son poignet la silhouette de Nessie, un tatouage qui date de son premier voyage en Écosse, lui et tous ses potes on le même. Sinon son plus vieux tatouage remonte à ses 15 ans, lorsque sa sœur pour rire a décidé de le tatouer. C’est un énorme papillon sur les reins qu’il a découvert après. Aussi ridicule que ce soit ça plait aux filles comme aux mecs. En parlant de bêtises qu’il a fait, il s’est fait percer la langue, aujourd’hui il l’a retiré, mais ce n’est pas le cas de son piercing au mamelon, à ses oreilles et celui sous la ceinture !
love me like the moon intended, all the way through the darkness
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 4b9dd5f77bfd316790f25af9b68ae8258aa351f5
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : monocle. / alice
Pronom : elle
Messages : 375
Faceclaim : maverick mcconnell
Crédits : #CHEVALISSE @avatar, CORVIDAE @gif
Inscription : 07/01/2021
Multicomptes : aucun.
Nombre de mots par RP : je m'adapte à mes partenaires, mais ça varie entre 200 et 3000
Fréquence de RP : quotidiennement.
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) Ocat0f7t_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 9 Fév - 5:59

knock. knock . who's there ? justice !
Un charme redoutable à l’écrit, voilà qui le laisse pantois, Seth et sa modestie mal placé à son égard. Séducteur dans l’âme et pourtant, assit à cette table, il n’avait pas la sensation d’en mener large. Si rencontré Lugos était un plaisir inespéré, cette façon, ce moment, ressemblait à un fantasme virant au cauchemar le plus sadique. Ou alors ça pouvait ressembler à un vieux porno merdique à souhait où toutes les raisons sont bonnes pour étaler le soumis sur la table. Une punition, les menottes et hop c’était bouclé dans un film qui aurait fini sur les tablettes d’un centre de location vidéo un peu douteux. Seth aurait préféré être à un tout autre endroit, loin de cette situation qui lui échappait, qu’il n’arrivait plus à contrôler et qui le terrifiait. Son chez lui manquait, pas cet appartement du Queens, mais cette ferme dans le comté d’Hidalgo au Texas. Là-bas c’était paisible, jamais vraiment d’histoire de ce genre pour combler les ragots de l’endroit. Au moins, l’avantage c’était qu’à New York, les gens aurait tôt fait d’oublier cette histoire, contrairement à chez lui où il en aurait entendu parler pendant cinquante ans au minimum – autant dire le temps d’une vie. S’il remarquait l’attention du lieutenant pour détendre l’atmosphère, il commençait à avoir hâte qu’on en arrive aux questions. Il poirotait depuis des heures et l’épuisement se faisait sentir, même si l’adrénaline coulait encore dans ses veines.

Les mots coulaient sans retenus, signe d’une aisance qu’il avait déjà remarquer entre eux avec ces quelques sms envoyés ici et là. Il ne cachait rien, même si certains détails se cachaient sous une épaisse couche de brume. Tout venait naturellement, comme ses larmes qui noyait son visage, ces regrets qui foulaient cette langue. Seth parlait sans reculer devant la crainte de trop en dire, sauf à un instant. Était-ce ce qu’il venait de faire ? Trop parler avec son naturel déconcertant… C’était du moins ce qu’il croyait avant que le blond ne souligne quelques traits souvent utilisé pour illustrer les texans. Le prenait-il mal ? Pas le moins du monde, étant fier d’où il venait, Seth n’avait jamais cherché à changer sa nature et ses santiags à ses pieds le démontrait bien. « Mmmh… Il serait comme moi. » Sans flingue. Sans bouteille d’alcool. Sans chapeau de cowboy. La troisième cependant, il en avait un placard plein relique d’une vie laissé derrière, mais d’une fierté de toujours les posséder. Il en avait retrouvé quelques-uns après le séisme, certains avaient malheureusement rejoint le cimetière des chapeaux de cowboy. Debout, ses doigts encore rougis par le sang se posait sur la table, son regard quant à lui rivé dans les prunelles du lieutenant. « Aucune idée, je vais tenter de voir si je n’aurais pas quelqu’un qui peut me prendre sur son canapé pour cette nuit. » Comme les dernières nuits et les nuits suivantes, rien qui ne s’annonçait très intéressant en soit. Un programme de recherche lourd et épuisant qui lui laissait des courbatures à chaque matin. Souvent trop grand pour les canapés, débordant de la tête et des pieds. Des réveils inattendus ou encore des nuits à tenter d’ignorer que certain faisait comme s’il n’était pas dans le salon pendant leur partie de jambe en l’air. Suspicieux, il observait un peu plus le blond qui se trouvait devant lui, alors qu’il s’était arrêté avant de rejoindre l’endroit qu’il lui avait indiqué. Un hochement de tête, plus ou moins certain. Il avait beau être un honnête homme, les crasses de la police, il en avait déjà subi même si ce n’était pas ici. Méfiant, il le restait toujours. Il l’avait écouté, ne perdant pas un mot de ce qu’il lui disait, toujours incertain alors qu’une part de lui, lui disait de lui faire confiance. Pinçant ses lèvres, il tentait à son tour de dédramatiser, se donner confiance, en lui, en le lieutenant, en eux. « Je peux me reprocher d’être charmé. » Des mots qui filaient comme l’éclair, alors qu’il laissait naître un sourire au coin de ses lèvres avant de prendre la direction de la sortie. Il s’arrêtait tout de même deux pas plus loin, se tournant. « C’est toi qui m’amènes ou je vais voir le flic là ? » demandait-il en pointant un mec qui semblait perdu dans sa paperasse.

code par drake.
@Lugos Wolf & Seth Hogan
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) EuYxyPzq_o
  • United Heart
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
knock. knock . who's there ?  justice ! ((lugos)) 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 9 Fév - 15:53
" Knock knock, who's there ? Justice ! "
I don’t have to draw a line in the sand. I already have one. It’s thin. It’s blue. It’s mine and if you cross it, I will protect it. | @Seth Hogan

Les mots s’évadent et ne s’arrêtent même plus du côté de ma conscience pour établir un protocole entre désir, impulsivité et raison. Ils sont là, à jaillir de mes lèvres chaque seconde davantage et tracent leur propre chemin avec une facilité déconcertante. Je ne me sens plus vraiment acteur de tout cela, témoin dans le meilleur des scénarios, victime dans le pire d’entre eux. Loin, très loin du professionnalisme que j’ai à cœur de toujours conserver, et cela en dépit des circonstances. Tu te sens quelque peu coupable, et à la fois pas totalement fautif de te retrouver là, face à ce garçon à qui tu parles depuis des semaines et sur lequel tu fantasmes sans même t’en cacher. Il sait très bien l’effet qu’il parvient à te faire dès qu’il commence à sous-entendre ce dont il a envie à tes côtés, l’inverse se vérifie également. Les règles du jeu viennent pourtant d’être changées et tu ne t’attendais pas à un tel retournement de situation. Cette hiérarchie qui s’installe entre vous, tu sais très bien que tu te dois de la respecter si tu ne veux pas perdre ton travail et pourtant… Pourtant tout ce dont tu as envie quand tu le regarde, c’est de lui manifester à quel point tu as attendu avec impatience cette première rencontre en vrai. Un acte manqué supplémentaire sur lequel je décide de ne pas me concentrer pour le moment, captivé par cette nouvelle enquête et les réponses que je devrais très bientôt être en mesure d’apporter à mes supérieurs pour mener l’affaire à son terme. Le coupable n’est pas tout désigné, loin de là, et le plus gros du travail reste à faire pour le moment. Tant que tu n’auras pas élucidé ce mystère, lui et toi… Vous ne serez que cela : un flic et son témoin.

L’interrogatoire est un passage difficile, ô combien douloureux et pourtant nécessaire pour le laver des soupçons qui pourraient naturellement s’abattre sur lui. Il était le seul homme présent sur les lieux du crime au moment des faits. Un coupable tout désigné si un mobile pouvait être établi, ce qui n’est pas le cas, ou si les nombreux témoignages apportés n’allaient pas dans une toute autre direction. Ce garçon est innocent, j’en ai la certitude, au-delà de l’instinct ou de la pensée subjective. Les résultats d’expertise devraient nous permettre de confirmer cette hypothèse et d’aller de l’avant. Tu as déjà ta petite idée d’où chercher. Tu te dois juste d’éliminer les variables les plus évidentes avant cela. Un entonnoir qui fait toujours ses preuves. « Et comment serait-il, s’il était comme toi, justement ? » Ce Texan que j’ai face à moi, à l’accent suffisamment prononcé pour être reconnaissable parmi des dizaines d’autres. « Qu’ont à dire les texans sur les vendeurs de godemichets et autres jouets classés X ? » Je le taquine ouvertement, les yeux rivés sur un sachet de preuves où ont été réunis plusieurs des articles qu’il comptait exposer à sa clientèle cet après-midi. Détendre l’atmosphère me semble essentiel après tout cela, il s’agit d’une tentative comme une autre de faire disparaitre les larmes qui boursouflent ses yeux sans pour autant avoir à les conjurer frontalement. Il est charmé, tu l’es tout autant et ton sourire en dit déjà beaucoup trop long sur le fil de tes pensées. « Regardez-le, ce monsieur, qui tente de séduire le flic qui l’interroge pour l’éloigner d’une piste savoureuse ! Je vous ai à l’œil, monsieur Hogan ! » Je termine, le clin d’œil jamais très loin dans ce genre de situations alors qu’il se questionne sur la suite des événements. « Tu vas être pris en charge par mon collègue, là-bas ! Il va t’escorter jusqu’au poste de police et mener les examens nécessaires. Je te rejoindrais là-bas pour t’informer de ce que nous aurons trouvé, ou non ! » Je lui adresse un ultime sourire et le laisse ici afin de me replonger dans mes observations. Une très large quantité de travail me reste à abattre. Tu es plusieurs fois tenté de retourner et tu perds ce combat après quelques dizaines de secondes à peine. Tu le cherches brièvement du regard, incapable de ne pas lui sourire, bientôt happé par la finesse que demande ton analyse de la scène de crime. Dès lors, tu ne vois plus personne, pas même lui, emporté par ta passion pour un travail qu’il est essentiel d’effectuer à tête reposée, lorsque le moindre détail ne risque pas de passer à l’as.

Tu as passé les quatre-vingt dernières minutes à étudier cette propriété, à en capturer de nombreuses images abreuvées de notes complémentaires. Le plus gros de ton travail préalable est à présent terminé et l’enquête démarre sérieusement. À quelques secondes à peine de rejoindre le commissariat, c’est un SMS qui m’interrompt et me pousse à marquer un rapide temps d’arrêt pour prendre connaissance des résultats communiqués par le laboratoire. Un large sourire étire mes lippes, satisfait… Rassuré. Comme un signe, il est là lorsque je relève les yeux, il s’apprête à quitter l’immeuble, libéré par mes collègues. « Nous n’avons retrouvé aucun résidu de poudre sur tes doigts. Tu es donc officiellement innocenté ! »



icon code sleipnir.

Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum