AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-23%
Le deal à ne pas rater :
-23% sur Ratchet & Clank: Rift Apart (PS5)
61.49 € 79.99 €
Voir le deal


Minki Hwang
Minki Hwang
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

#1 (levi) never letting you go 9nw1 #1 (levi) never letting you go Wjht #1 (levi) never letting you go 36p4 #1 (levi) never letting you go L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
#1 (levi) never letting you go Hmys
  • United Earth
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12222
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
#1 (levi) never letting you go T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Jeu 7 Jan - 17:33



never letting you go

Good men must die, but death cannot kill their names. @Levi Welch



Adam est mort. Minki qui s’est imaginé que la vie reprendrait son cours, que tout irait bien à partir de maintenant, parce que tout le monde semblait sorti d’affaire, constate qu’il se trompe lourdement. La pensée l’enserre tout comme ses doigts sur le volant, il assimile le choc de la nouvelle, car Levi aura besoin de lui. Ce n’est pas tant la disparition du défunt qui le secoue – sans passer en second plan toutefois – mais l’état de son « fils » dans lequel il doit être. Il est dans le déni, qu’a déclaré Tom. Dès qu’on s’approche de lui, il devient méchant. Ingérable, a-t-il même précisé. Il se prépare mentalement et cherche déjà un moyen pour le rassurer. Au fil des mois, il tente de mieux comprendre Levi : il sait que dorénavant, lorsqu’il ne va pas bien, ça ne sert à rien de forcer. Il a noté que lui raconter des histoires suffisait parfois à le calmer. Tel un papa concerné, il fait tout pour qu’il soit heureux, prenant son rôle très (trop) à cœur. Se documenter sur sa maladie, veiller à ce que rien ne l’atteigne, lui créer une sorte de refuge dans son appartement… il met tout en œuvre pour qu’il se sente à l’aise, pour qu’il ait enfin une famille. Parfaitement au courant qu’il commet de temps en temps des erreurs – et qu’il en fera d’autres dans le futur – désormais il se doit d’être à ses côtés pour le réconforter. L’imaginer dans le couloir, ses mains sur ses oreilles, dans l’incapacité à laisser qui que ce soit l’approcher… ça le brise, ça lui fend le cœur. Myocarde qui, d’ailleurs, se déchaîne tant l’inquiétude le saisit. Difficile de comprendre quand la transition entre « petit rebelle qui l’embête » à « l’une des personnes à qui il tient le plus » s’est faite. Néanmoins, il ne réfléchit pas à ça, il n’y a même jamais pris le temps de se focaliser dessus. Ça a été naturel, tout s’est enchaîné jusqu’à ce que Minki en vienne à vouloir être son tuteur. L’envie que sa tante déguerpisse, pour qu’il puisse prendre sa place, est de plus en plus persistante ; surtout ces derniers temps.

Le silence dans sa voiture l’étouffe un peu, ses iris un peu paniquées se plantent sur le feu rouge qui persiste malheureusement à le rester. Vite, il faut qu’il le rejoigne vite, qu’il le retrouve. Cet excès d’empathie ne l’éprend que rarement, mais aujourd’hui ça le bouscule. Il ressent sa peine, ses chagrins, il sait ce que ça fait d’être endeuillé, d’avoir le sentiment que tout est perdu ; d’être perdu, ce déni qu’il a autrefois connu, il le comprend plus que quiconque. Ce n’est pas juste maintenant qu’il va souffrir, ce sera dans les prochains jours, les prochaines semaines… une telle blessure restera jusqu’à la fin de sa vie, sans jamais partir. Enfin, il peut démarrer à nouveau et après de longues minutes à conduire – peut-être trop rapidement – il arrive devant l’hôpital. L’endroit maudit, ce lieu qui aura accueilli tant de désastres. Avant de sortir, il prend le temps de souffler, de se calmer. De reprendre son sang-froid dont il était le maître autrefois. La portière claquée dans un bruit presque dérangeant, il accoure à l’intérieur. Le premier constat qui lui traverse l’esprit, c’est qu’il ne sait pas où poser ses yeux. Des infirmiers qui bondissent de partout, des médecins qui n’ont pas l’air d’avoir le temps de respirer, il en profite pour se faufiler, préférant les escaliers plutôt que l’ascenseur. Trop de monde, trop de boucan, c’est plus rapide d’enjamber les marches comme un dératé.

Quatrième étage. La respiration qu’il calme, il s’avance de pas plus lents dans le couloir. Il cherche, Minki, la moindre silhouette qu’il pourrait reconnaître et là il le voit. Il se fige un instant, à sentir cet amas d’émotions l’éprendre, à ressentir cette peine qui distord sa réalité. Le temps s’arrête, juste assez pour qu’il comprenne à quel point Levi va mal. Il n’a pas besoin de froncer les sourcils ou de réfléchir, il le sent, il sent sa douleur. Elle le percute de plein fouet, son visage se crispe quelques millisecondes de tristesse, pourquoi est-ce que ça fait aussi mal de le voir comme ça ? Il se ressaisit, sort enfin de sa torpeur. Il s’approche de Tom, ne voulant pas foncer sur Levi trop brusquement. Et s’il lui fait peur ?

– Toutes mes condoléances, Tom… je sais que ça doit être difficile, qu’il commence, d’un ton qui se veut rassurant. Tu devrais te reposer, je prends la relève.

Il a envie d’ajouter que tout ira bien, qu’il saura gérer, mais il n’en sait rien. Loin de lui de paraître invincible, un super-héros, même s’il aimerait tellement que Levi le voit comme tel. Qu’il se dise qu’il a quelqu’un pour veiller sur lui, même s’il est assurément étouffant. Il délaisse l’ami, bien qu’il devrait le rassurer lui aussi… mais Levi est plus important. Doucement, il entame quelques pas, rien de soudain. Il va déjà mal, il ne voudrait pas paraître trop frontal.

– Levi… ? souffle-t-il, la main tendue, dans l'espoir de saisir délicatement la sienne pour la retirer de son oreille.



(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



#1 (levi) never letting you go 1213081277  #1 (levi) never letting you go 3751872206
Spoiler:
 
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

#1 (levi) never letting you go 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 #1 (levi) never letting you go 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 #1 (levi) never letting you go Cf65389082be1633e8c03014e28c458d #1 (levi) never letting you go Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
#1 (levi) never letting you go LHCIncHs_o
  • United Heart
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7481
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
#1 (levi) never letting you go HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 7 Jan - 23:37


never letting you go. @minki hwang
longue nuit plongée dans le silence, le désespoir, les heures habillées par l’urgence, la peur, l’infime espérance, les aiguilles des montres clones identiques à des lames, puis les cris, les larmes et la violence. déchaînement d’un flot d’hurlements, d’éclats brisés par l’écho de voix, lointaines, discordantes, vague de poings contre les murs, infirmier victime des élans de colère, ouragan de rage, cyclone de détresse, les âmes en peine résidaient le couloir, planant dans l’air, prédatrices du ralenti collectif, là où le temps s’était arrêté, la sienne résistait, égarée entre le réel et l’illusoire, à courir après un monde qui tournait vite, trop vite, à lutter, à éteindre la vérité pour s’enrober d’un voile de mensonge. "Je suis désolé, nous n’avons rien pu faire, toutes mes condoléances". Cinq heure cinquante-six, un pas de recul, deux, trois, quatre, des secondes statiques, les minutes immobiles, pendus aux lèvres du médecin, en quête d’un sourire, d’une parole supplémentaire qui leur soumettrait une mauvaise blague de leur ami. Rien, rien qu’un regard compatissant, des traits tirés par le sérieux, l’expression figée, rien que la vision de son dos qui s’éloignait dans le corridor et laissait les regards divaguer de l'optimisme à la désolation, terrassé par la douleur, la perdition, l’agonie des iris, l’humidité des rétines, les joues salies, irritées par les excès de perles endeuillées. Et lui, lui qui ne comprenait pas, qui ne comprenait rien, qui ne voulait pas comprendre, par facilité, par désir, noyé dans l'océan cruel du déni, dans le pacifique de l’enfer, pacifique rude dissociant l’irrémédiable de la raison du brasier de ses pensées, là où son coeur battait toujours, où il n’attendait plus qu’à le voir passer la porte, son habituel sourire communicatif tatoué sur les lèvres, là où la mort n’existait pas, où les ténèbres s’habillait de vie et laissait croire que le soleil ne s’était pas éteint, qu’il ne s’éteindrait pas, jamais.

Les veines imbibées d’incompréhension, les sourcils froncés, le poison s’étendait jusque dans son esprit, le plongeant dans un état second, un état létal pour chaque pulsation de coeur, corrosif pour chaque battement de cil. La vue troublée par une silhouette au bout du couloir, une silhouette qu’il pointait du doigt. "Adam, c’est Adam". Pourtant seul à le voir, secoué par une poigne fébrile, vision noircie par le regard rougit de Tom, par l’inquiétude de ses traits, la fatigue soulignée par les cernes brunes. "Levi, reviens sur terre, reste avec nous, c’est pas Adam, c’est fini, il est parti, tu comprends ? il est m-". Des mots interrompus par la violence du choc, l’impact de de ses phalanges contre sa mâchoire. "T’es une merde, t’es une putain d’merde pour dire des trucs pareils. Il est pas parti, tu dis des conneries, putain d’connard". Il aurait frappé encore, cogné plus fort, s’ils ne s’étaient pas mit à plusieurs pour l’arrêter, enlacé par des paires de bras qu’il ne pouvait combattre. Tentatives vaines durant lesquelles son téléphone s’était écrasé par terre, loin de lui, désormais assit à même le sol, dans un angle qui lui offrait solitude et réconfort, recroquevillé, assailli par les images qui, sous ses paupières closes, défilaient à vive allure, au gré du temps qui filait, lui aussi. "Son corps sera transféré à la morgue à quinze heure, nous ne sommes pas parvenu à trouver les informations concernant sa famille, nous n’avons pas pu mettre ses proches au courant alors si avez un moyen de les joindre je prendrais l'initiative de les prévenir, si vous souhaitez le voir une dernière fois avant qu’il soit prit en charge, il vous sera possible de le faire jusqu’à seize heure trente". Il était revenu, avec sa blouse blanche et son air indifférent, trahissant son habitude à la situation. "On est sa seule famille, on s’occupera de tout. Merci docteur". Merci, qu’avait dit Michael, merci pour quelle raison, en quel honneur, tant de formalités pour si peu, pour pas grand chose, pour rien et il aurait voulu s’imposer, crier, ne serait-ce que dire qu’il avait une mère, une mère toujours en vie, il était le seul à savoir mais le seul à ne pouvoir parler, aussi.

D’instinct, ses mains s’étaient posées sur ses oreilles, submergé par les voix, par les amas d’informations faussées, les pensées erronées, étouffé par ce mélange, emmêlé entre ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas. Il était resté là, comme ça, une heure, peut-être deux, trois, ou cinq, il l'ignorait, il ne savait plus, plus rien. Des échos lointains, familiers. "Merci Minki", étaient les seuls mots passablement audibles qu’il parvenait à discerner, égaré dans la brume des souvenirs. Adam, son premier ami, ce premier sourire chaleureux, sincère à lui avoir été adressé, le premier qui, sans jugement, avait été attentif aux déboires de son passé, premier gardien de ses secrets les plus sombres, premier baiser, aussi, celui qui, d’un geste, d’un mot, venait l’arracher de ses démons tenaces pour le ramener sur terre, lui faire la morale quand c’était nécessaire, s’abreuver de frasques lorsqu’ils partageaient une bière, rire et marcher à travers la ville en se livrant leurs désirs refoulés, leurs expériences ratées, les envies inavouées, celui qui, sans attendre d’être supplié, débarquait au milieu de la nuit pour lui jouer de la guitare et combler ses insomnies, le premier, tout premier humain qui, incontestablement, avait instauré une place considérable dans sa vie. Il est pas mort, c’est des foutaises, les crois pas, tu peux pas leur faire confiance, Adam ne partirait pas, pas comme ça, ne les crois pas, ce sont des menteurs, tous, ils mentent tous, ils veulent seulement te rendre fou. Elles l’accablaient, encore, toujours, profondément, le tiraillaient de je ne sais pas, je ne sais plus. Jusqu’à ce que le voile flou de ses pensées soit balayé par les bruits davantage proches, des pas, puis une voix, différente de celles qui logeaient sa tête, tendre à souhait, pourtant pas assez pour l’adoucir. Le regard éperdument noir, mauvais à foison, reflet de ce qu’il était véritablement, sans artifice, sans filtre, celui-ci se posait sur son aîné et d’un geste brusque, trop brutal sûrement, il éloignait cette main qui lui était tendue.

《 -Casse-toi de là, tire-toi, j’sais pas pourquoi t’es là mais j’ai pas besoin de toi, j’ai besoin de personne alors casse-toi. 》qu’il crachait sèchement, fait qu’il regretterait plus tard, sans aucun doute 《 -Si tu veux faire un truc utile alors va leur dire que Adam n’est pas- qu’il l’est pas, je l’entends, il me parle, il est pas ce qu’ils disent qu’il est alors va leur dire mais putain, fichez moi la paix, laissez moi tranquille bordel, lâchez-moi. 》



(c) MORNING RAIN



call out my name
you're on top ✻ i put you on top, i claimed you so proud and openly babe, and when times were rough, i made sure i held you close to me, so call out my name and i'll be on my way.

Levi sera dans le coma jusqu’au 10.06.
Minki Hwang
Minki Hwang
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

#1 (levi) never letting you go 9nw1 #1 (levi) never letting you go Wjht #1 (levi) never letting you go 36p4 #1 (levi) never letting you go L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
#1 (levi) never letting you go Hmys
  • United Earth
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12222
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
#1 (levi) never letting you go T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Dim 10 Jan - 14:55



never letting you go

Good men must die, but death cannot kill their names. @Levi Welch



Un chat farouche, c’est ce qui lui vient à l’esprit quand il voit Levi là, recroquevillé dans un coin, plongé dans un profond mal-être. Il imagine les poils qui s’hérissent, le regard noir empli de peine, les griffes ressorties, prêtes à érafler à la moindre tentative d’une prise de contact, à feuler au pas de trop vers lui. C’en est difficile à assister, plus que tout, il n’aime pas cette vision, a du mal à supporter cette moue attristée qu’il aborde. Aussi dur qu’il puisse admettre, Adam n’est pas le seul à s’être éteint aujourd’hui. Il y a aussi le sourire de Levi, qu’il aime tant voir, celui qui paraît prêt à soulever des montagnes et qui, désormais, semble acculé au pied d’une d’entre elles. C’est déchirant, beaucoup trop, il pense ne pas être capable de l’aider, l’espace d’un instant ; il se sent vulnérable et ça le ronge. A peine a-t-il le temps de laisser ce songe l’effleurer qu’il s’avance, prêt à tout subir, juste pour qu’il soit moins accablé. Pas le temps ni la volonté de faiblir, il retrouve vite son courage. Près de lui, il sent encore plus toute sa peine et sa colère, il comprend pourquoi Tom était si inquiet, il suffit de l’observer quelques secondes pour saisir la gravité de la situation. Le pire dans tout ça, c’est qu’il n’y a personne à blâmer, personne à tuer pour se venger, pour le libérer d’un poids. Pour une fois, depuis des mois, ce n’est que la malchance qui s’abat sur eux.

Sa main se tend lentement vers lui, dans l’espoir de lui retirer délicatement la sienne, mais Levi l’éloigne. Le geste ne blesse aucunement Minki, malgré la légère surprise qu’il aborde et, au contraire, il ne peut que compatir avec lui. Il l’écoute, silencieux, assimilant les mots fusés durement. « Lâchez-moi ». Il reste un court instant à le regarder, à se perdre dans ses paroles, à se demander s’il devrait vraiment le laisser seul, mais il n’en a pas envie. Pas pour l’embêter ou être insistant, toutefois il refuse obstinément de le lâcher. Non, il ne pourrait définitivement pas lui tourner le dos, le quitter dans sa misère. Hors de question de l’abandonner dans sa tristesse, sa rage, son incompréhension, pire encore, son deuil. Il ne pourrait pas, même si on le force, même si Levi le repousse violemment mille et une fois, même s’il déblatère les pires choses. Jamais il ne le lâcherait. Il sort de sa légère torpeur, s’accroupissant à son niveau, le genou posé sur le sol. Il ne cherche plus à ôter quoi que ce soit, il glisse tout simplement ses doigts jusqu’à ses cheveux, ne sachant absolument pas s’il compte les éjecter. Il profite pour les caresser tendrement, avec pour seul but : l’apaiser. Peut-être que ça ne fonctionnera pas, peut-être qu’il va aggraver les choses, il n’en sait rien, il veut juste lui faire comprendre qu’il est là malgré tout.

– Je suis sincèrement désolé, Levi… qu’il souffle avec empathie.

Pas de discours inspirant à l’horizon, il compte sur ses gestes en premier lieu. Alors, il décide de tenter le diable et, toujours emprunt d’une affection qu’il ne réserve qu’à peu de gens, il l’attire à lui, guidé par son instinct, aussi dangereux soit-il. Sûrement que ce n’est pas la bonne méthode à adopter, qu’il faudrait assurément le laisser tranquille, mais Minki, à l’instant présent, n’a pas réfléchi. Il ne tente pas de l’enserrer, ni de le bloquer, c’est un câlin, un vrai, celui qu’il espère aidera un peu. Son myocarde continue de se déchaîner, de palpiter dans sa cage thoracique, la situation le plongeant dans un amas d’émotions qu’il ne comprend pas forcément. Il sait juste qu’il a mal pour Levi et qu’il aimerait terriblement absorber sa douleur. Juste pour qu’il se repose un peu, au moins un peu, parmi tous les événements qui lui sont tombés dessus.

– Je suis vraiment désolé, répète-t-il faiblement. Je veux pas te lâcher, j’ai pas envie de te laisser là tout seul. Laisse-moi… juste être là pour toi, je t’en prie. Hurle-moi dessus, repousse-moi, mais… entre ces mots, il continue de cajoler ses cheveux, avant de continuer : Je resterai avec toi jusqu’au bout. Je te le promets.




(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



#1 (levi) never letting you go 1213081277  #1 (levi) never letting you go 3751872206
Spoiler:
 
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

#1 (levi) never letting you go 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 #1 (levi) never letting you go 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 #1 (levi) never letting you go Cf65389082be1633e8c03014e28c458d #1 (levi) never letting you go Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
#1 (levi) never letting you go LHCIncHs_o
  • United Heart
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7481
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
#1 (levi) never letting you go HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 26 Jan - 3:36


never letting you go. @minki hwang
Pourquoi personne ne semblait enclin à comprendre, à accepter, accepter qu’il ne voulait pas qu’on l’approche, qu’on lui parle, qu’on lui porte la moindre attention. Il n’en avait ni l’envie, ni le besoin. Peut-être ne l’avait-il pas dit assez fort, peut-être l’avait-il rêvé, imaginé, peut-être devait-il être davantage violent pour évoquer cette nécessité irrépressible de solitude, au risque de faire preuve d’une barbarie qui, une fois lucide, ne serait qu’un pacifique de remords et de regrets, un océan macabre coloré par le sang versé par ses mains, des armes plus que des poings, des armes de destruction massive qui ne désiraient plus qu’une chose ; entrer en collision. Entrer en collision, tel était le terme, adéquat pour souligner la force, la férocité et la brutalité d’un impact, comme ces voix qui, dans sa tête, hurlaient, agonisaient de cris assourdissants, discordants et lui menaient une guerre exténuante dans laquelle, il perdait à chaque fois. Aujourd’hui, il avait cessé de lutter, de se battre, laissant la folie empiéter sur le peu de raison qui l’habitait, il la laissait prendre toute la place, lui asséner des coups rudes, le noyer dans l’infinité de pensées sordides, lui lacérer les entrailles sous les flots de rires crispants, d’éclats moqueurs, de brides meurtrières. Elles voulaient le tuer, l’assassiner, pour de vrai, pour de bon et pire encore, il semblait prêt à les laisser faire. 

Une brèche infime s’ouvrait, une étincelle de lumière dans l’écrin obscurci de ses idées lorsque les doigts de Minki glissaient dans ses cheveux pour y laisser gires toute la douceur dont il faisait toujours preuve à son égard. Ne le laisse pas faire, il te manipule, comme les autres, il est comme les autres, écoute nous Levi, c’est un manipulateur, un menteur, toi-même tu ne comptes plus toutes les fois où il a menti jusque là, ne le laisse pas faire, ne le laisse pas nous réduire au silence, nous sommes tes seuls amis ici. La vision floue, ralentie, alternée, il ne parvenait plus à savoir ce qui était réel, ce qui ne l’était plus, davantage lorsque cette masse d’ombre, s’asseyait face à lui, une masse teintée de noir, imposante à foison, semblant lui dicter quoi faire, comment et pourquoi. Ses paumes appuyaient d’autant plus sur ses oreilles, priant tous les dieux pour qu’enfin, entre ses mains, sa tête cède à la pression et vole en centaines de milliers d’éclats pour qu’il n’en reste plus que des miettes, d’insignifiants lambeaux qui ne nuiraient plus, jamais, à personne, à commencer par lui-même. 《 -Là-ferme, là-ferme, là-ferme...》marmonnait-il à répétition, perdu dans cette boucle vicieuse qui ne parvenait nullement à taire ses démons les plus ancrés et c’est alors qu’il acceptait de se soumettre à leur désir commun, celui de repousser cet être bien trop cher à ses yeux. Alors, difficilement, l’une de ses paumes s’élevait pour venir abruptement saisir son poignet qu’il serrait du plus fort qui lui était possible d’étreindre, pourtant profondément conscient qu’il ne pouvait pas lui faire mal, pas vraiment, ainsi son regard gorgé de sang et de colère croisait le sien.

《 -C’est quoi ton putain de problème à toi, hein ? Je t’ai dis d’te casser, quel mot t’entrave pas, dégage, tu piges ? Retourne jouer les patrons dominants en carton, va donc mentir à tes putes ou casser des putain de vases puisque c’est les seules choses dont tu sois capable mais viens pas m’emmerder avec  tes promesses à la con pour te racheter une conscience, tu veux ? personne n’y crois, alors ferme ta- arrêtez, non, là-ferme, je veux pas dire ça, je veux pas, je veux pas, je veux pas. 》et sa main lâchait son poignet pour regagner sa place initiale, le regard désormais désespéré alors que la boucle reprenait son cycle infernal. Le combat interne qui était mené faisait des ravages et toutes ces choses qu’il avait dites ne venait pas de lui, parce qu’il ne contrôlait plus rien, il ne gérait plus, il n’y arrivait pas. 《 -C’est pas vrai, il est pas comme ça, non, c’est pas vrai, fermez-là, putain, fermez-là, fermez-là. 》il s’en voulait, c’était certain et d’une certaine manière, il ne pourrait jamais se pardonner d'avoir tenu de tels propos, pas là lui, pas à Minki, encore moins dans des circonstances pareilles, alors que celui-ci essayait seulement d’apporter son aide. Alors, l’infime lueur de lucidité enterrée dans les abysses de son âme, cette petite part toujours un brin vivante tentait de survivre au milieu du cyclone, s’évertuait à se battre, pour lui, pour son ami le plus loyal, le plus proche, le plus précieux, aussi, dans le simple et unique but de lui demander pardon. Cependant la lutte était violente et le secouait assez pour que ses paumes abîmées glissent vivement dans ses cheveux sur lesquels il tiraient férocement, la douleur était prépondérante, elle aussi, mais jamais autant que celle qui logeait ses veines et alors que des mèches cédaient sous ses phalanges, il parvenait à articuler durement, un brin maladroit ; 《 -pardon 》.





(c) MORNING RAIN



call out my name
you're on top ✻ i put you on top, i claimed you so proud and openly babe, and when times were rough, i made sure i held you close to me, so call out my name and i'll be on my way.

Levi sera dans le coma jusqu’au 10.06.
Minki Hwang
Minki Hwang
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

#1 (levi) never letting you go 9nw1 #1 (levi) never letting you go Wjht #1 (levi) never letting you go 36p4 #1 (levi) never letting you go L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
#1 (levi) never letting you go Hmys
  • United Earth
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12222
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
#1 (levi) never letting you go T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Mar 2 Fév - 17:08



never letting you go

Good men must die, but death cannot kill their names. @Levi Welch



Il y a quelques mois, jamais il n’aurait été là, face à l’accablement flagrant de quelqu’un, à essayer désespérément de trouver un moyen de l’aider. Une méthode, n’importe laquelle, pour montrer la lumière. Jamais Minki Hwang se serait mis en tête de tendre sa main, ce manque d’humanité et cette empathie cruellement absente le peignant comme un homme froid… distant… robotique. Pourtant, là aujourd’hui, il tente douloureusement de saisir l’occasion rêvée pour réconforter Levi. A cet instant précis, plus que tout, c’est la peine d’une autre personne qu’il ressent. Il se met à sa place, le chagrin le lacérant, lui qui comprend parfaitement ce qu’il traverse. Cet afflux de sentiments, cet amas de ressentis, ça le saisit de toutes parts. Il tient bon, étrangement bien trop, probablement parce qu’il veut paraître « fort » à ses yeux, refusant de laisser passer la moindre faiblesse. Son corps ramené contre le sien, dans l’espoir de lui apporter une chaleur rassurante, une présence à laquelle s’accrocher, il entend de justesse les quelques murmures. Dans ses bras, il a l’impression de tenir un enfant, un être trituré par son passé et son présent, si fragile qu’il se demande si c’est une bonne idée de le tenir – au risque de le briser et de le froisser. Fort heureusement, à défaut de ne pas connaître la notion de douleur, il peut encore ressentir la pression exercée sur sa peau ; par exemple, comme celle de la main posée sur son poignet, qui l’incite à se redresser. « Aïe » n’a jamais fait partie de son vocabulaire, cependant s’il y a bien une chose qui fait réellement mal, c’est le regard de Levi. A en faire frissonner d’horreur les plus courageux, à en faire fuir ceux qui tentent de rester, mais Minki ne bouge pas, ne dit rien, ne peut que plonger ses iris dans les siennes, à la recherche de la moindre lueur. Du moindre espoir.

Puis, soudain, le choc. La surprise se lit entre les plis de son visage, son cœur s’enserre inévitablement, sa moue s’arquant un peu plus. Les mots s’ensuivent, tous aussi douloureux les uns que les autres, empreints d’une hargne qu’à peine dissimulée. Pendant un instant, il le prend pour lui, à cogiter sur ça, à se dire qu’il a raison ; personne ne croit ses promesses. Encore pire, il se dit que c’est vrai, qu’il n’est bon à rien, mis à part pour briser des vases sous la colère, il n’y a qu’à voir sa famille qui confirme ses crises de rage. Pendant un instant, il se remet en question, se demandant s’il n’est pas la pire personne pour Levi, si son existence ne le fait juste pas souffrir… s’il est réellement un bon père. Finalement, il parvient à se ressaisir, à s’accrocher à la moindre espérance. Je veux pas dire ça. Son poignet lâché, ses sourcils se haussent, sa respiration se coince un moment, comme s’il comprenait. Ce n’est pas sa faute, ni celle de quelqu’un d’autre, ce sont juste les démons de Levi qui tentent de l’accaparer, sans qu’il ne puisse y faire quelque chose. La douleur qu’il a ressentie se transforme en une profonde tristesse, se sentant terriblement mal pour lui.

– Levi… qu’il déclare faiblement, incapable de vraiment réagir sur son discours.

Impossible de lui en vouloir, même s’il le voulait, même s’il se forçait, il ne pourrait jamais lui en vouloir. Blessé brièvement, il reprend le cours de ses pensées en main, incapable de se focaliser sur ça : l’état de Levi est plus important que ses paroles, dites inconsciemment, sans qu’il ne le veuille. Il ne sait pas ce qui se passe dans sa tête, a du mal à saisir la gravité de sa maladie à l’instant même, mais il voit bien sa bataille actuelle avec lui-même. Figé sur place, hésitant à l’idée de le reprendre dans ses bras, sûrement au courant qu’il a besoin d’air, il reste là à l’observer. Pardon. Son myocarde se met à se déchaîner en lui, il ravale difficilement les larmes qu’il monte, lui qui s’était promis à de nombreuses reprises de ne pas pleurer. Sans répondre tout de suite, ses doigts, à nouveau, se tendent vers ses mains, celles qui arrachent ses mèches sans le moindre scrupule. Il ne sait pas à quel point ça fait mal, mais il n’a pas envie qu’il s’inflige une quelconque punition. Délicatement alors, il tente de l’arrêter dans ses gestes, sans savoir s’il va être repoussé.

– Ne t’excuse pas… murmure-t-il, un peu comme un secret rien que pour eux deux, loin des oreilles indiscrètes, dans l’espoir que ce soit aussi loin des voix que Levi pourrait entendre dans sa tête. C’est pas ta faute, d’accord… ? Je le vois bien que ça doit être difficile dans ta tête maintenant… de sa voix tremblante de sanglot qu’il essaye désespérément d’empêcher, il ajoute : Tu dois être tellement fatigué… je suis vraiment désolé, Levi…

D’une de ses mains, il essaye d’arranger une de ses mèches, espérant qu’il arrête de se faire mal. En toute sincérité, de la douceur dont il fait preuve avec lui, il ajoute :

– Je suis là, maintenant. Tout ira bien… tu n’as pas à t’en faire, je te protégerai toujours. Parce que tu es ma famille, pas vrai ?





(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



#1 (levi) never letting you go 1213081277  #1 (levi) never letting you go 3751872206
Spoiler:
 
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

#1 (levi) never letting you go 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 #1 (levi) never letting you go 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 #1 (levi) never letting you go Cf65389082be1633e8c03014e28c458d #1 (levi) never letting you go Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
#1 (levi) never letting you go LHCIncHs_o
  • United Heart
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7481
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
#1 (levi) never letting you go HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 12 Fév - 17:42


never letting you go. @minki hwang
Dans le brouillard, c'était l'impression que ça donnait, déambuler dans la brume épaisse, ramper dans le nébuleux, dans la fumée, sombre, trop, un brouillard qui l'aveuglait assez pour rendre illusoire tout ce qui l'entourait. Égaré entre le réel et l'hallucinatoire, là où les monstres existaient bel et bien, des monstres porteurs de masques, sans visages, des créatures féroces, aux griffes acérées, assoiffées de violence, nourrit à la force du chaos, par l'étendue des dégâts, perdu entre deux mondes, il luttait. C'était difficile, pour lui, mais nettement plus pour les autres, il le savait. Rien n'était plus dur à gérer que les foudres imprévisibles d'un esprit enclin à tout saccager, à tout bousiller, un esprit prêt à lâcher prise, à laisser ses bourreaux prendre le dessus pour terrasser tout ce qu'il avait longtemps prit le temps de construire. Il refusait d'être un poids, un poids trop lourd à porter, alors il taisait ses tempêtes pour les engouffrer dans les abysses de son âme, là où elles ne blessaient que lui et n'éclaboussaient personne, personne jusqu'à aujourd'hui. Incontrôlables, elles s'étaient libérées de leurs chaînes pour ravager tout ce qu'il avait tenté de préserver, en vain. Là où lucidité et contrôle ne résidait plus, le vilain, le mauvais, la bête luciférienne qui sommeillait, paisiblement endormie, s'éveillait pour s'emparer du pouvoir, pour écraser, par des gestes, par des mots et Minki faisait les frais de ce qu'il ne pouvait contenir.

En plein vol, alors que les éclats d'une franchise erronée coulait le sang des plaies qu'il ne pouvait panser en réduisant à néant tous les efforts faits jusque là, en assénant des coups létales par le biais de paroles cinglantes, Levi parvenait à récupérer un soupçon d'emprise, juste assez pour arrêter le diable sur sa lancée, pour qu'il cesse d'abattre ses cartes sur son ami, sa famille, l'ultime personne pour qui il trouvait encore la force nécessaire de puiser, de creuser, de se faire violence pour ne pas le blesser plus qu'il ne l'aurait jamais voulu. Ainsi, dans son monologue effréné, il s'arrêtait, brusquement, le désir de faire le bien nettement plus ancré que celui de répandre le mal. Alors, lorsque sa voix se mêlait à toutes les autres pour lui faire savoir que ça n'était pas de sa faute, la colère qui coulait dans ses veines et imbibait sa peau s'atténuait, les vagues sombres des maux s’adoucissaient assez pour taire les échos discordants. Ses doigts relâchaient faiblement la pression sur ses cheveux et quand bien même ses paupières daignaient restées closes, il pouvait sentir la présence de cette masse diabolique se fondre dans le décor, s'évaporer dans l'air qu'il avait du mal à inhaler.

Le contact de de son aîné le connectait à la triste réalité, une réalité qu'il avait indéniablement voulu repousser et à contre coeur, il ouvrait les yeux, des yeux livides cernés de noir, éteints et promit à ne jamais plus connaître la lumière. Ses paumes écorchées retombaient lentement sur ses oreilles, réflexe simple qui se voulait sécuritaire, terrifié par tout ce que cet événement inattendu qu'était le malheureux décès d'un proche signifiait, terrorisé par tout ce que ça impliquait, tout ce que ça engendrerait, peu certain d'être apte à passer outre, outre le deuil, outre tout ce qu'il perdait en le perdant lui. L'esprit embrumé par les songes, sa voix le ramenait sur terre à nouveau, avant qu'il ne reparte sans savoir comment revenir. Le coeur pulsant à vive allure, il tournait enfin la tête vers son semblable, saisissant maladroitement son col pour l'attirer contre lui et l'étreindre de ses bras, sûrement fort, peut-être trop, mais jamais assez selon lui. Accroché à Minki, profondément déterminé à ne pas lâcher, les vapeurs qui l'avaient noyées jusque là, le quittaient enfin. 《 -Je suis désolé, je pensais pas ce que je disais, c'était pas moi, je voulais pas, je suis désolé. 》 qu'il marmonnait, terriblement confus et éprit d'une culpabilité qu'il ne pourrait sans doute pas taire, 《 -T'es ma famille, pardon, je voulais pas, je suis désolé Minki, je suis désolé. 》 réitérait-il, persuadé qu'il lui en voulait très certainement. 《 -S'il te plaît, ne pars pas comme Adam, ne pas pas pour toujours, s'il te plaît Minki, reste, ne pars pas, jamais, reste avec moi, s'il te plaît, pardon, je suis désolé, ne pars pas. 》





(c) MORNING RAIN



call out my name
you're on top ✻ i put you on top, i claimed you so proud and openly babe, and when times were rough, i made sure i held you close to me, so call out my name and i'll be on my way.

Levi sera dans le coma jusqu’au 10.06.
Minki Hwang
Minki Hwang
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

#1 (levi) never letting you go 9nw1 #1 (levi) never letting you go Wjht #1 (levi) never letting you go 36p4 #1 (levi) never letting you go L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
#1 (levi) never letting you go Hmys
  • United Earth
#1 (levi) never letting you go 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12222
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
#1 (levi) never letting you go T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Mer 17 Fév - 16:49



never letting you go

Good men must die, but death cannot kill their names. @Levi Welch



Dans les méandres de son cerveau, le trop-plein d’émotions se bouscule, le charcutant à vif. Les peines du plus jeune s’immiscent en lui d’une brutalité sans nom, ne lui laissant pas le temps de respirer et pourtant, il tient bon. Pour lui. Ce garçon aux milles répliques provocantes, aux sourires rayonnants, à la personnalité complexe. Il sait pertinemment la douleur que c’est, de ne pas être compris. Étrangement, aux yeux de Minki, il trouve qu’ils se ressemblent bien plus qu’ils ne le croient. La colère qu’ils peinent à maîtriser, celle qui détruit tout sur son passage, la culpabilité qui s’ensuit : cette culpabilité terrible à éprouver. La sensation de se sentir seuls au monde, parce que tout le monde attend d’eux l’irréprochabilité. Cette impression que libérer leur rage est un acte illégal, grave, qui devrait être puni : elle est horrible, pesante. Minki compatit, car c’est aussi son quotidien. Perdre le contrôle fait partie de leur vie et c’est pour ça qu’il ne pourrait jamais lui en vouloir. Il préfère même que Levi s’exprime de la sorte plutôt que de refouler ce qu’il ressent, par peur que ce soit la dernière fois qu’il s’ouvre, même si les paroles sont parfois blessantes et dures à avaler. Il préfère tout encaisser, juste pour qu’il puisse libérer ses peurs, sa colère, sa tristesse. Peut-être est-il trop dévoué pour une seule personne, mais selon lui, ce ne sera jamais assez, ayant même cette crainte que ce ne soit pas suffisant.

Alors, c’est sûrement pour ça qu’il s’en veut. De ne pas être à la hauteur, d’avoir menti tant de fois. Il s’était imaginé le protéger, mais en fin de compte il a été la cause de toutes ces blessures internes, qui s’accumulent encore et toujours, jusqu’à ce que ce soit trop à gérer. Trop à porter. Il décide de ne pas s’attarder sur ça, ne voulant pas ruminer maintenant, tandis qu’il se focalise de nouveau sur Levi. Ce dernier qui paraît si brisé, tel un chat blessé, enserre pourtant son col de toutes ses forces. Pendant un instant, il se demande s’il est revenu à leur réalité, si ses démons l’ont laissé tranquille (du moins, temporairement, il le conçoit). Difficile à dire, quand ses propres sentiments s’entremêlent douloureusement, quand ses pensées s’entrechoquent, pour ne laisser qu’un amas désarticulé et bordélique. Il se laisse attirer, même volontiers, encerclant sa silhouette de ses bras. Instinctivement, sa main rejoint de nouveau ses cheveux, qu’il caresse tendrement dans l’espoir de l’apaiser un peu plus. L’étreinte paraît si désespérée et lancinante, l’un refusant de lâcher l’autre, par peur que tout se détruise encore. Pour la deuxième fois, le brun ravale difficilement ses larmes, menaçant de s’écouler à tout moment. Ses paupières se ferment, son souffle devient plus stable, il se perd dans leur câlin.

Il l’écoute, son cœur s’enserrant une énième fois. Automatiquement, il rétorque doucement, refusant de le laisser porter le blâme.

– Non, non… arrête, s’il te plaît… je sais que ce n’était pas toi et que tu ne voulais pas, ce n’est pas ta faute, murmure-t-il à son tour, déglutissant. Je ne partirai jamais, je resterai toujours à tes côtés, même si tu me repousses mille fois, même si… il se tait un moment, tentant bien que mal de ne pas pleurer, la voix soudainement tremblante. Même si tu ne veux plus de moi un jour, je resterai là pour toi.

Il l’enserre un peu plus, prenant le temps pour se calmer un peu, alors qu’il essaye à tout prix d’encager ses propres émotions ; comme s’il n’avait pas compris qu’il devait lui aussi se libérer de tout ça. Mais le voilà à réprimer le moindre débordement. De sa main, il vient la frotter contre le dos du plus jeune, un geste qu’il espère rassurant.

– Je te comprends, plus que tout. C’est douloureux, tout ça… je sais que ça fait de perdre le contrôle, de tout détruire sur son passage, sans le vouloir. Mais je suis là pour réparer tout ça, d’accord ? Je ne te laisserai pas seul. Jamais.






(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



#1 (levi) never letting you go 1213081277  #1 (levi) never letting you go 3751872206
Spoiler:
 
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum