AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment : -48%
[Offre Prime] Sonnette vidéo connectée ...
Voir le deal
49 €


Yuri Tchekov
Yuri Tchekov






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20168-yuri-petrovovitch-tchekov-o-finn-wittrock https://www.disjointedsocieties.com/t20210-yuri-tchekov#1114648 https://www.disjointedsocieties.com/t20208-yuri-tchekov#1114644 https://www.disjointedsocieties.com/t20209-yuri-tchekov#1114647 https://www.disjointedsocieties.com/t20236-yuri-tchekov#1116311
Surnom : Yuri déteste que l'on ne respecte pas son prénom, refusant tout diminutif ou toute américanisation. Mais cela n'empêche pas ses amis les plus provocateur de l'appeler Yuyu, Riri ou encore Ducky, moquerie comparant son élocution à celle de Donald Duck. Les médias parlent souvent de lui comme étant Le Russe.
Âge : 35
Origines : Russe, né en Russie, de parents russes. Sa généalogie est complexe, croisant de multiples origines, européennes comme outre Atlantique, des croisements qui ont, pour la plupart, eût lieu en temps de guerre.
Occupation : Yuri est acteur. Et quel acteur ! Un acteur de renom ! Il est LE méchant du cinéma, toujours là pour tabler sur les clichés infligés à la Russie. Il est LE vilain russe, celui qu'on s'imagine armé d'une kalashnikov, la clope au bec et une flasque de vodka en poche.
Lieu de résidence : Il s'est installé dans un loft industriel, niché en plein Manhattan
A New York depuis : Yuri est arrivé aux Etats Unis au courant de l'an 2010. Il a résidé 5 ans à Los Angeles avant de s'installer à New-York en 2015, motivé par une simple envie de changement.
Situation Amoureuse : Célibataire, volage
Orientation sexuelle : Le genre de ses partenaires n'a aucune importance pour lui, du moment qu'ils savent faire ce qu'il y a à faire
Trigger Warning : Il est possible que je parle de maladie (type cancer, sida), de racisme, d'homophobie et de transphobie. Certains RPs risqueront d'être violent, des violences aussi bien psychologiques que mentales. D'autres encores pourraient être HOOOOOOOOOOT.
En bref, je suis une joueuse qui aime les dramas et qui est prête à tout pour faire vivre l'enfer à ses créations. Oui, c'est du sadisme. Mais ce n'est pas pour autant que je ne m'adonne pas aux RPs fluff ! ;-)

Généralités & Banalités

Homme cisgenre || Acteur, il est LE méchant du cinéma. Il n'est casté que pour des rôles de méchant russe dans des film d'action, de bras droit dans des films mafieux et de meurtriers dans les thriller. Cette avalanche de cliché lui a permis de faire son trou et de profiter de sa célébrité et de son argent || A une grosse carence en tendresse qu'il cherche à combler avec les mots doux des autres. || Gaucher || Il déteste l'odeur du tabac. Un comble pour un acteur condamné à jouer des personnages accros à la nicotine. || Il passe beaucoup de temps sur NYC, essentiellement pour sortir des blagues nulles. || Il a un fort accent russe, il pense qu'il ne le perdra jamais. Son frère constate avec regret qu'il a déjà commencé à disparaitre. || Lorsqu'il ne veux pas répondre à une question ou désire aborder quelqu'un, il fait souvent semblant de ne pas comprendre langue. En réalité, il est quasiment bilingue. || Tatoué, il a une manchette au bras droit. Le bras gauche est entièrement couvert. Des ronces montent le long d'une de ses chevilles alors qu'un pin-up campe sur sa chute de rein. Ses tatouages sont dans un style American Old School. Il se les ait tous fait aux États-Unis, première dépense ostentatoire qu'il s'est permis. || Il ne conduit pas et n'a pas le permis D'abord amateur de marche à pied, il fait désormais appel à une entreprise de chauffeur privée. || Extrêmement dépensier, Yuri déteste voir son argent s'accumuler sur son compte. Il le dépense à outrance et en profite pour faire des dons à des oeuvres caritatives. || Il a horreur des enfants. Il dit qu'il n'a pas la patience de s'en occuper. Mais leur tendance à réclamer en permanence de l'affection et de l'attention l'énerve. Il refuse de se retrouver avec eux, ne voulant pas remettre en question son enfance
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne ut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous.
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2abaef45b89fb74865313c528659043f6d98d210
  • Aucune association
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : Aurore
Pronom : Elle
Messages : 460
Faceclaim : Finn Wittrock
Crédits : Avatar par Visenya, icone par Alwaystuffs (Tumblr ×2)
Inscription : 11/12/2020
Multicomptes : Ash (VS Evil Dead) Miller & Adam "Le-Patricide-c'est-cool" Skywalker
Nombre de mots par RP : Je ne tiens pas de compte ... Mais j'appartiens déjà à un forum qui a un minimum de 300 mots par post.
Fréquence de RP : Je RP le plus souvent en semaine, le soir. J'essaie de répondre dès que je le peux.
Je suis plutôt : dark et chill.
Carbon Burst
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 8z7wjfs4_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 28 Déc - 18:28:14
SOS d'un terrien en détresse
L'après-midi était déjà bien entamée et le ciel s'assombrissait à vue d'œil alors que Le Russe s'apprêtait à quitter le Centre. Il y avait passé l'après-midi et avait été plus que surpris de voir l'endroit quasiment vide, la plupart des bénévoles étaient absents, sans doute étaient-ils occupés à préparer les fêtes de fin d'années. Des préparatifs qui ne concernaient nullement l'homme, à quoi bon ? Noël était une fête de famille et la sienne se fichait éperdument de lui. Alors il n'y faisait pas attention, il resterait seul chez lui et regretterait de ne pas avoir d'animal à cajoler. Il fêterait sûrement le Nouvel An, il irait dans une boîte de nuit avec ses amis, offrirait des bouteilles de champagne hors de prix, et finirait au lit avec un parfait inconnu. Ou une parfaite inconnue. Ou bien les deux.

Yuri avait passé sa journée à préparer le Centre, dans l'optique d'une future représentation. Il en avait aussi profité pour prendre des photos qu'il posterait plus tard sur son Community. Il passait une bonne journée, il était satisfait de son travail et s'apprêtait à quitter l'endroit lorsqu'on le téléphone sonna et qu'on lui assigna d'urgence une nouvelle mission. Un jeune avait appelé. Il était terrifié et disait qu'on allait s'en prendre à lui, qu'il avait à tout prix besoin d'aide et qu'il était désespéré. Il disait être poursuivi, il disait qu'il avait réussi à trouver refuge dans le hall d'un immeuble mais qu'il n'était qu'une question de temps avant que ses agresseurs ne l'y retrouvent. Yuri était déboussolé, il n'avait jamais été chargé de ce genre de mission et était convaincu qu'il aurait été plus pertinent d'appeler la police. 

L'homme se plia tout de même aux ordres, conscient de l'urgence de la situation. Il fut vite rejoint par un autre bénévole, un homme qu'il avait déjà croisé à quelques reprises sans pour autant l'aborder. Et le voilà parti en direction de l'appel à l'aide, aux côtés d'un presque inconnu.

Yuri était agité. Il craignait d'arriver trop tard. Il craignait de se retrouver face à un cadavre. Il craignait de ne pas pouvoir arrêter les agresseurs. Il s'en voudrait à jamais, lui qui avait souvent eût l'occasion de discuter avec le jeune en question. Il s'appelait Markus White, vivait à Brooklyn, n'était pas encore majeur et avait une situation familiale et sociale plus que complexe. Le garçon venait souvent se réfugier au Centre, déclarant qu'il craignait ou venait d'être agresser. Et Yuri compatissait. Il se disait que s'il retournait à Moscou, il recevrait certainement un traitement semblable. C'était sûrement ce facteur d'identification qui faisait autant angoisser le Russe. White avait dit être poursuivi par deux garçons, ils avaient son âge et semblaient le connaître personnellement. Yuri le savait, son acolyte de fortune, un dénommé Lugos, et lui n'auraient pas grand mal à sauver White. Et puis, l'autre était agent de police … Il pourrait sans doute suivre l'affaire et s'assurer que rien d'autre n'arrive à White … Non ?

«Que des petits cons.», finit par marmonner Le Russe de sa voix grave à l'accent rauque. «Il faut vraiment que ce petit change de quartier, ça devient grave.»

(c) AMIANTE

Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// EuYxyPzq_o
  • United Heart
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 29 Déc - 18:39:41
" s.o.s d'un terrien en détresse "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Yuri Tchekov

La journée est passée à une allure folle. Je n’ai même pas eu l’occasion de jeter un coup d’œil à mon portable depuis mon arrivée, sept ou huit heures en arrière. Très matinal, comme à mon habitude, je m’étais engagé à accorder de mon temps à centre momentanément délaissé après un petit passage par la case silence radio. New-York et le début d’un mois de décembre qui voit toujours bondir le taux de criminalité à l’approche des fêtes de fin d’année et qui nous donne un sacré paquet de travail à abattre sans pour autant renforcer les effectifs au commissariat. Je ne vais pas m’en plaindre pour autant. Consciencieux et jamais aussi productif que lorsqu’on me surcharge, là où bon nombre de mes camarades auraient tendance à craquer et tout abandonner à cause de la pression, d’un sentiment de noyade incontrôlable. Nous le sommes parfois, complètement engloutis sous des affaires qui n’avancent malheureusement pas aussi vite que nous l’aimerions, mais certaines bonnes journées aident à s’accrocher et à aller de l’avant. J’ai passé les deux dernières semaines à cravacher comme un dingue, à peine capable de me dégager des créneaux horaires afin de continuer à me rendre à la salle de sport tous les jours. Tes collègues te taquinent à ce sujet, pointent du doigt cette nécessité que tu as de vouloir être ce beau gosse aux muscles taillés au couteau qui en impose avant même d’entrer dans le vif de ses fonctions… Ils sont loin d’imaginer qu’il n’est aucunement question d’apparence, mais plutôt d’un besoin vital… D’une parenthèse exigeante qui te permet de te défouler, d’évacuer la pression, parfois même la frustration, sans laisser toute cette nocivité qui s’accumule quotidiennement dans ton travail contribuer à faire bondir une aigreur qui t’insupporte tout autant quand tu vois la manière dont bossent certains flics autour de toi.

« Je ne saurais comment vous remercier, Lieutenant Wolf. Vous nous sauvez la vie ! » Une voix s’élève et fait s’empourprer mes joues, jamais autant gêné que lorsqu’on me complimente. Je ne suis pas habitué à cela. « Je vous en prie, c’est la moindre des choses ! J’aimerais pouvoir en faire davantage pour vous aider ! » À croire que je ne suis jamais satisfait, bien trop conscient des difficultés que rencontre le Centre depuis quelques mois et du nombre conséquent de jeunes et d’adultes qui trouvent refuge ici lorsque leur monde s’écroule, tout cela à cause de leur orientation sexuelle ou de leur genre. « Oh et… Par pitié Linda… Appelez-moi Lugos ! Je ne suis pas en service et, ici, je ne représente pas la loi… » Je lui adresse un large sourire, jamais très à l’aise avec cette fonction qui colle à la peau et fait reculer d’un pas toutes les personnes qui connaissent mon identité comme si le fait d’être flic ajoutait une certaine dose de danger à une équation pourtant très basique. Avant d’être lieutenant de police ou ancien capitaine de bataillon à l’armée, tu demeures un homme comme les autres. Un homme à qui son père refuse de parler depuis qu’il lui a avoué sa bisexualité. La culpabilité prend à nouveau le dessus sur la satisfaction de rendre service à ma communauté. Tu n’as rien à faire d’autre. Toi, pour qui les fêtes de fin d’année sonnent comme une journée traditionnelle. Personne ne t’invitera à partager un copieux repas autour de cadeaux accumulés sous le sapin. Tu es seul, et c’est bien pour cela que tu viendras ici le jour de Noël, pour donner un peu de sens à une tradition familiale qui fait constamment se serrer ton cœur dans ta poitrine. Je termine de classer ces quelques documents apportés tout à l’heure par un autre bénévole lorsque Linda vient à nouveau m’interrompre. « Je suis embêtée de vous demander cela, mais je ne sais pas à qui faire appel et… Je… » L’intonation de sa voix m’interpelle, la pâleur de ses traits également. Quelque chose ne tourne pas rond. « Je vous écoute ! »

Le silence règne dans la voiture depuis que nous avons pris la route lui et moi. Petit brun, la trentaine à vue d’œil. Un garçon que j’ai déjà croisé plusieurs fois ici, au Centre, sans pour autant lui adresser la parole. Ses traits ont pourtant souvent retenu mon attention, mais j’ai rarement le temps de m’arrêter quelques minutes pour aborder les uns ou les autres, toujours en action, sur le qui-vive, prêt à mouiller le maillot afin de rendre service. Yuri, tel que me l’a présenté Linda tout à l’heure, est nerveux. Je n’ai pas besoin d’utiliser mes nombreux réflexes pour m’en apercevoir, déformation professionnelle inspirée par une quantité bien trop importante d’interrogatoires menés avec les années, que ce soit dans le cadre de mes fonctions New-Yorkais depuis moins d’un an ou à l’étranger, là où j’exerçais auprès d’un public potentiellement bien plus compliqué à cerner. Ses doigts s’emballent le long de son volant, flirtent fébrilement avec son levier de vitesse en une manœuvre maitrisée et maladroite à la fois. Le regard ailleurs, au même titre que son esprit, je devine qu’il doit s’inquiéter de l’état dans lequel nous trouverons ce jeune dans quelques minutes. « Ne pensez pas à ce que l’on pourrait trouver en arrivant… Ne pensez pas tout court ! Tout se passera bien ! » Je tente de lui dispenser quelques conseils de cette voix amicale qui aimerait trouver les mots les plus adaptés afin de répondre à ses angoisses. Plus à l’aise avec les gestes, je me risque à caresser le dos de sa main appuyé sur ce fameux levier. « Tout ira bien ! » J’insiste, en un sourire délicat. Tu te trompes peut-être, tu sais qu’il pourrait aisément en être autrement mais tu ne laisse rien filtrer pour autant. Mes doigts effleurent sa peau d’une tendresse délicate et très impersonnelle, respect oblige, puis retrouvent ma cuisse.

« Je ne suis pas certain qu’un simple changement de quartier parvienne à régler ce problème-là malheureusement. C’est la mentalité d’une très large portion de la population qu’il faudrait revoir à vrai dire ! » D’autant plus à notre époque. Un sourire étire mes lèvres lorsque je l’écoute et remarque cet accent résolument étranger. « Suis-je indiscret si je vous questionne sur cet accent ? Pays de l’Est ? »



icon code sleipnir.



Yuri Tchekov
Yuri Tchekov






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20168-yuri-petrovovitch-tchekov-o-finn-wittrock https://www.disjointedsocieties.com/t20210-yuri-tchekov#1114648 https://www.disjointedsocieties.com/t20208-yuri-tchekov#1114644 https://www.disjointedsocieties.com/t20209-yuri-tchekov#1114647 https://www.disjointedsocieties.com/t20236-yuri-tchekov#1116311
Surnom : Yuri déteste que l'on ne respecte pas son prénom, refusant tout diminutif ou toute américanisation. Mais cela n'empêche pas ses amis les plus provocateur de l'appeler Yuyu, Riri ou encore Ducky, moquerie comparant son élocution à celle de Donald Duck. Les médias parlent souvent de lui comme étant Le Russe.
Âge : 35
Origines : Russe, né en Russie, de parents russes. Sa généalogie est complexe, croisant de multiples origines, européennes comme outre Atlantique, des croisements qui ont, pour la plupart, eût lieu en temps de guerre.
Occupation : Yuri est acteur. Et quel acteur ! Un acteur de renom ! Il est LE méchant du cinéma, toujours là pour tabler sur les clichés infligés à la Russie. Il est LE vilain russe, celui qu'on s'imagine armé d'une kalashnikov, la clope au bec et une flasque de vodka en poche.
Lieu de résidence : Il s'est installé dans un loft industriel, niché en plein Manhattan
A New York depuis : Yuri est arrivé aux Etats Unis au courant de l'an 2010. Il a résidé 5 ans à Los Angeles avant de s'installer à New-York en 2015, motivé par une simple envie de changement.
Situation Amoureuse : Célibataire, volage
Orientation sexuelle : Le genre de ses partenaires n'a aucune importance pour lui, du moment qu'ils savent faire ce qu'il y a à faire
Trigger Warning : Il est possible que je parle de maladie (type cancer, sida), de racisme, d'homophobie et de transphobie. Certains RPs risqueront d'être violent, des violences aussi bien psychologiques que mentales. D'autres encores pourraient être HOOOOOOOOOOT.
En bref, je suis une joueuse qui aime les dramas et qui est prête à tout pour faire vivre l'enfer à ses créations. Oui, c'est du sadisme. Mais ce n'est pas pour autant que je ne m'adonne pas aux RPs fluff ! ;-)

Généralités & Banalités

Homme cisgenre || Acteur, il est LE méchant du cinéma. Il n'est casté que pour des rôles de méchant russe dans des film d'action, de bras droit dans des films mafieux et de meurtriers dans les thriller. Cette avalanche de cliché lui a permis de faire son trou et de profiter de sa célébrité et de son argent || A une grosse carence en tendresse qu'il cherche à combler avec les mots doux des autres. || Gaucher || Il déteste l'odeur du tabac. Un comble pour un acteur condamné à jouer des personnages accros à la nicotine. || Il passe beaucoup de temps sur NYC, essentiellement pour sortir des blagues nulles. || Il a un fort accent russe, il pense qu'il ne le perdra jamais. Son frère constate avec regret qu'il a déjà commencé à disparaitre. || Lorsqu'il ne veux pas répondre à une question ou désire aborder quelqu'un, il fait souvent semblant de ne pas comprendre langue. En réalité, il est quasiment bilingue. || Tatoué, il a une manchette au bras droit. Le bras gauche est entièrement couvert. Des ronces montent le long d'une de ses chevilles alors qu'un pin-up campe sur sa chute de rein. Ses tatouages sont dans un style American Old School. Il se les ait tous fait aux États-Unis, première dépense ostentatoire qu'il s'est permis. || Il ne conduit pas et n'a pas le permis D'abord amateur de marche à pied, il fait désormais appel à une entreprise de chauffeur privée. || Extrêmement dépensier, Yuri déteste voir son argent s'accumuler sur son compte. Il le dépense à outrance et en profite pour faire des dons à des oeuvres caritatives. || Il a horreur des enfants. Il dit qu'il n'a pas la patience de s'en occuper. Mais leur tendance à réclamer en permanence de l'affection et de l'attention l'énerve. Il refuse de se retrouver avec eux, ne voulant pas remettre en question son enfance
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne ut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous.
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2abaef45b89fb74865313c528659043f6d98d210
  • Aucune association
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : Aurore
Pronom : Elle
Messages : 460
Faceclaim : Finn Wittrock
Crédits : Avatar par Visenya, icone par Alwaystuffs (Tumblr ×2)
Inscription : 11/12/2020
Multicomptes : Ash (VS Evil Dead) Miller & Adam "Le-Patricide-c'est-cool" Skywalker
Nombre de mots par RP : Je ne tiens pas de compte ... Mais j'appartiens déjà à un forum qui a un minimum de 300 mots par post.
Fréquence de RP : Je RP le plus souvent en semaine, le soir. J'essaie de répondre dès que je le peux.
Je suis plutôt : dark et chill.
Carbon Burst
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 8z7wjfs4_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 31 Déc - 19:10:28
SOS d'un terrien en détresse
Une tentative de réconfort, d'encouragement qui prit d'abord l'acteur par surprise. Il frissonna au contact de cette peau inconnue. D'abord tenté de repousser cette main, il finit par se résigner et profiter de l'instant. Il y avait dans la présence de l'homme quelque chose d'apaisant, quelque chose qui calme quelque peu ses angoisses, sans pour autant les dissipés. Le Russe lança un regard en coin à l'autre homme, pile à temps pour capter le sourire amical qu'il lui tendait, mais Yuri n'y répondit pas, se reconcentrant sur la route.

L'homme poussa un long soupir et laissa échapper ces mots emprunts de colère et de peur. Il savait que l'autre mentait, il savait que ça n'irait pas bien. Il y avait un risque non négligeable, et c'était ce risque qui lui tordait les entrailles, qui le rendait nerveux au point de gigoter dans tout les sens. Il changeait de position lorsque les mots, pleins du scepticisme de son collègue, lui parvinrent. Il lâcha le levier de vitesse qu'il n'avait eu de cesse de maltraiter pour porter sa main sur le volant, alors que l'autre bras se calla contre la vitre du véhicule, ses cheveux reprenant le rôle de l'objet à maltraiter.

Son cœur se serra alors qu'il analysait les dires du policier. Ils étaient vrais, l'homophobie ne se limitait pas à un quartier … Mais ils ne pouvaient pas laisser ces actes perdurer … Pas vrai ? Il devait forcément y avoir un moyen de le contrer, de l'arrêter. Ça devait arrêter. Yuri savait qu'il était mal placé pour se plaindre, oui, sa sexualité lui serait fatale si il retournait au pays, mais il n'avait pas été l'objet de maltraitance comme l'étaient certaines personnes, comme l'était White. Il n'était pas rare qu'il reçoive des messages blessants, mais il savait que ses fans étaient là pour l'en protéger. Il devrait leur en être d'avantage reconnaissant, il était chanceux du soutien qu'il pouvait avoir et que d'autres n'avaient pas. Contraint de se plier aux évidences dictées par l'agent, Yuri se contenta de bougonner.

Encore une fois, l'étranger fut prit par surprise lorsque l'autre le questionna sur son accent. Décidément, l'homme avait le chic pour ça. Un mince sourire étira les lèvres du plus petit. Cela faisait bien longtemps qu'on ne l'avait pas questionné sur son accent, plus depuis qu'on le reconnaissait dans la rue. Il était même sûr que personne ne l'avait questionné sur ce sujet depuis son arrivée à New-York, pas même Savannah, sa désormais amie de longue date, et pourtant, la jeune femme ne l'avait jamais vu auparavant ! Il devait avouer qu'il appréciait assez ça, être méconnu, tissé une relation à l'écart de toute notoriété.

«C'est pas indiscret. Je viens de Russie, un beau pays, à visiter.»

Le pays de son cœur, le pays qu'il aimerait plus que tout revoir, le pays auquel il rêve dès qu'il met les pieds dans une agence de tourisme, son pays ! Que ne donnerait-il pas pour revoir Moscou dans sa belle robe blanche ? Parfois, il regrette d'être parti, si il avait su que cela signerait la fin de sa vie de famille …

«Toi, par contre, tu as un accent purement américain. D'ailleurs, nous n'avons pas été officiellement présenter ! Je m'appelle Yuri Tchekov. Hm, et tu es … Lugos ? C'est ça ? Ce n'est pas commun comme prénom. Ça vient d'où ?»

(c) AMIANTE

Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// EuYxyPzq_o
  • United Heart
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 3 Jan - 22:19:58
" s.o.s d'un terrien en détresse "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Yuri Tchekov

J’ai toujours été beaucoup plus à même de communiquer mes émotions à travers les gestes plutôt que par des mots qui ne sonnent jamais comme je l’entends. Ils ne parviennent jamais à avoir l’impact que j’aimerais être capable de leur apporter alors que le corps, lui, ne ment pas lorsque je décide de l’utiliser comme le véhicule qu’il est censé être en premier lieu. Qu’on se le dise, je pourrais aisément l’enfumer, user et abuser des mensonges à outrance dans le but de l’éloigner du fil de pensées qui l’anime actuellement. Il est touchant de percevoir à quel point ce garçon s’inquiète pour le jeune que nous nous apprêtons à retrouver. Tu as toujours un faible pour ces profils-là, ces hommes qui savent exprimer leurs émotions sans ressentir la moindre once de honte, d’embarras ni même le quelconque besoin de se justifier. Il embrasse son humanité et tu valorises cela de cette main que tu espères rassurante. À défaut, au moins apaisante. Il se détourne visuellement de la route pendant quelques secondes, un temps infime durant lequel nos yeux se croisent et apprennent légèrement à se dompter. Une chaleur se diffuse, plus agréable et me permet de rebondir dès que ses prunelles se reconcentrent sur la route. « Je ne suis peut-être pas en service, mais je puis t’assurer que si un seul de ces voyous pose ne serait-ce qu’un doigt sur ce gosse… Ils comprendront ce que cela veut dire, de se faire botter le cul par plus fort que soi ! » Il ne s’agit pas de paroles en l’air, mais d’une certitude. Certains mecs ont besoin de se prendre une bonne gifle dans la figure afin d’apprendre à réfléchir différemment. Tu ne t’emporteras même pas, d’un calme olympien… Comme à l’armée, lorsque tu étais encore Capitaine d’un bataillon qui comptait sur toi pour improviser dans l’urgence sans jamais céder à la peur, à l’agitation ou à l’incertitude.

Le silence s’installe, ambiance qui ne me dérange pas tout le temps mais qui, dans le cadre de ce trajet, pourrait aisément contribuer à me rendre anxieux. Je tente de le combler sans me faire prier, usant et abusant d’un sens de l’observation qui, ici, me permet seulement de mettre en exergue la singularité d’un accent que je devine affilié à un pays de l’Est sans vraiment parvenir à mettre le doigt sur l’un d’entre eux. Son sourire s’étire enfin, il entraine le mien dans la foulée. Je le préfère ainsi. « J’ai été un peu refroidi par les politiques menées en matière d’homosexualité, mais la Russie est définitivement sur ma liste ! » Comme un sacré paquet d’autres pays que je me suis promis de découvrir le temps d’un voyage, d’une escapade plus ou moins improvisée… Comme toujours. « Je confirme, américain jusqu’au bout des ongles ! » Je lève la main bêtement, comme pour attester de l’expression employée en lui présentant mes cuticules. « Enchanté Yuri. Je te tendrais bien la main pour officialiser les présentations mais ce ne serait pas raisonnable pendant que tu conduis ! Je nous réserve cela une fois qu’on sera arrivés à destination et que ce petit sera en sécurité ! » Une promesse comme une autre, que j’aurais plaisir à honorer. Il a retenu mon prénom, de quoi faire bondir mes lèvres en un sourire prononcé. « Tout à fait. Ma mère était passionnée de mythologie. Lugos fait référence à une divinité celte. Le Lumineux. » Je ne rentrerais pas dans le détail, pas vraiment d’humeur à le barber avec mes histoires de folklore, mais je garde dans un coin de mon esprit qu’il a pris soin de se remémorer mon prénom. Ça ne veut pas dire grand-chose, bien-sûr, mais tu t’en souviendras malgré tout, comme de son prénom. Yuri. « Puisque j’ai décidé d’être indiscret jusqu’à l’excès, puis-je te demander pourquoi tu as déménagé aux États-Unis ? J’imagine que tu as vécu quelques années en Russie, à en juger par cet accent plutôt prononcé ? » L’enquêteur en moi fait des siennes, analyse ses traits, ne manque pas la moindre expression qui pourrait filtrer et m’offrir des indications supplémentaires sur lui, sur son passé, sur ce qu’il est. Il m’intrigue à présent, je dois le reconnaitre.



icon code sleipnir.



Yuri Tchekov
Yuri Tchekov






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20168-yuri-petrovovitch-tchekov-o-finn-wittrock https://www.disjointedsocieties.com/t20210-yuri-tchekov#1114648 https://www.disjointedsocieties.com/t20208-yuri-tchekov#1114644 https://www.disjointedsocieties.com/t20209-yuri-tchekov#1114647 https://www.disjointedsocieties.com/t20236-yuri-tchekov#1116311
Surnom : Yuri déteste que l'on ne respecte pas son prénom, refusant tout diminutif ou toute américanisation. Mais cela n'empêche pas ses amis les plus provocateur de l'appeler Yuyu, Riri ou encore Ducky, moquerie comparant son élocution à celle de Donald Duck. Les médias parlent souvent de lui comme étant Le Russe.
Âge : 35
Origines : Russe, né en Russie, de parents russes. Sa généalogie est complexe, croisant de multiples origines, européennes comme outre Atlantique, des croisements qui ont, pour la plupart, eût lieu en temps de guerre.
Occupation : Yuri est acteur. Et quel acteur ! Un acteur de renom ! Il est LE méchant du cinéma, toujours là pour tabler sur les clichés infligés à la Russie. Il est LE vilain russe, celui qu'on s'imagine armé d'une kalashnikov, la clope au bec et une flasque de vodka en poche.
Lieu de résidence : Il s'est installé dans un loft industriel, niché en plein Manhattan
A New York depuis : Yuri est arrivé aux Etats Unis au courant de l'an 2010. Il a résidé 5 ans à Los Angeles avant de s'installer à New-York en 2015, motivé par une simple envie de changement.
Situation Amoureuse : Célibataire, volage
Orientation sexuelle : Le genre de ses partenaires n'a aucune importance pour lui, du moment qu'ils savent faire ce qu'il y a à faire
Trigger Warning : Il est possible que je parle de maladie (type cancer, sida), de racisme, d'homophobie et de transphobie. Certains RPs risqueront d'être violent, des violences aussi bien psychologiques que mentales. D'autres encores pourraient être HOOOOOOOOOOT.
En bref, je suis une joueuse qui aime les dramas et qui est prête à tout pour faire vivre l'enfer à ses créations. Oui, c'est du sadisme. Mais ce n'est pas pour autant que je ne m'adonne pas aux RPs fluff ! ;-)

Généralités & Banalités

Homme cisgenre || Acteur, il est LE méchant du cinéma. Il n'est casté que pour des rôles de méchant russe dans des film d'action, de bras droit dans des films mafieux et de meurtriers dans les thriller. Cette avalanche de cliché lui a permis de faire son trou et de profiter de sa célébrité et de son argent || A une grosse carence en tendresse qu'il cherche à combler avec les mots doux des autres. || Gaucher || Il déteste l'odeur du tabac. Un comble pour un acteur condamné à jouer des personnages accros à la nicotine. || Il passe beaucoup de temps sur NYC, essentiellement pour sortir des blagues nulles. || Il a un fort accent russe, il pense qu'il ne le perdra jamais. Son frère constate avec regret qu'il a déjà commencé à disparaitre. || Lorsqu'il ne veux pas répondre à une question ou désire aborder quelqu'un, il fait souvent semblant de ne pas comprendre langue. En réalité, il est quasiment bilingue. || Tatoué, il a une manchette au bras droit. Le bras gauche est entièrement couvert. Des ronces montent le long d'une de ses chevilles alors qu'un pin-up campe sur sa chute de rein. Ses tatouages sont dans un style American Old School. Il se les ait tous fait aux États-Unis, première dépense ostentatoire qu'il s'est permis. || Il ne conduit pas et n'a pas le permis D'abord amateur de marche à pied, il fait désormais appel à une entreprise de chauffeur privée. || Extrêmement dépensier, Yuri déteste voir son argent s'accumuler sur son compte. Il le dépense à outrance et en profite pour faire des dons à des oeuvres caritatives. || Il a horreur des enfants. Il dit qu'il n'a pas la patience de s'en occuper. Mais leur tendance à réclamer en permanence de l'affection et de l'attention l'énerve. Il refuse de se retrouver avec eux, ne voulant pas remettre en question son enfance
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne ut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous.
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2abaef45b89fb74865313c528659043f6d98d210
  • Aucune association
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : Aurore
Pronom : Elle
Messages : 460
Faceclaim : Finn Wittrock
Crédits : Avatar par Visenya, icone par Alwaystuffs (Tumblr ×2)
Inscription : 11/12/2020
Multicomptes : Ash (VS Evil Dead) Miller & Adam "Le-Patricide-c'est-cool" Skywalker
Nombre de mots par RP : Je ne tiens pas de compte ... Mais j'appartiens déjà à un forum qui a un minimum de 300 mots par post.
Fréquence de RP : Je RP le plus souvent en semaine, le soir. J'essaie de répondre dès que je le peux.
Je suis plutôt : dark et chill.
Carbon Burst
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 8z7wjfs4_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 6 Jan - 21:55:15
SOS d'un terrien en détresse
Un rictus amusé se forma sur les lèvres de Yuri, un rictus qui s'accentua à chaque mots prononcés par l'homme pour finalement laisser place à un sourire franc. Le Russe n'aurait su dire si ces frasques faisaient réellement parti de la personnalité de l'agent ou si il jouait la comédie dans l'unique but de se changer les idées. Tout ce que Le Russe pu affirmer, c'était qu'il appréciait ça. Lugos le faisait rire. Oh, ce n'était pas un exploit ! Yuri était un homme rayonnant, riant de tout, et surtout, de rien. Mais il devait avouer, qu'en ce moment précis, rire lui faisait un bien fou. Il nota dans un coin de sa tête la promesse faite par l'homme, alors que Yuri se fit celle de lui payer un café dès que tout cette histoire serait résolue. Il avait envie de faire la connaissance de cet homme, il voulait s'en faire un collègue et surtout, un ami.

Lugos, une divinité celte. Yuri savait que le folklore celtique était assez méconnu du public, préférant les mythes gréco-romains, scandinaves, ou bien même, amérindiens. La mère de Lugos devait être une femme instruite et passionnée, peut-être avait-elle elle-même des origines celtes.

L'amusement de l'étranger atteint son paroxysme avec la nouvelle "indiscrétion" de l'homme. Un ricanement s'échappa des lèvres étirées du petit brun. Il était clair que l'autre ne le connaissait pas, il n'avait même pas tiqué sur son nom de famille ! Ce qui était assez rare, même les russes avaient tendance à tiquer. Tchekov n'était pas un nom très commun, mais il était populaire et étroitement lié au cinéma, ce qui n'était pas pour déplaire à Yuri.

«Je suis né et j'ai grandi en Russie. Et moi aussi, l'homophobie de mon pays à tendance à me refroidir.»

Un refroidissement définitif accompagné d'un raidissement des membres.

«Je suis venu pour tenter ma chance à Los Angeles. Mais c'était plus lassant que prévu, alors, j'ai atterri à New-York. Je ne regrette pas. La grosse Pomme est une super ville !»

Une superbe ville, une ville animée mais un peu moins touristique que Los Angeles où il lui était impossible de faire un pas sans être prit en photo. Mais une ville qui n'équivalait pas Moscou.

«Et toi ? Tu as déjà quitté la ville ? Tu as des airs de voyageur.»

(c) AMIANTE

Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// EuYxyPzq_o
  • United Heart
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 10 Jan - 19:25:35
" s.o.s d'un terrien en détresse "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Yuri Tchekov

Je me joue de cette posture qui est la mienne. D’une profession qui inspire l’ordre, le respect et parfois la controverse ces dernières années. Je ne peux en vouloir à personne de détester les policiers, les images parlent souvent d’elles-mêmes et l’Amérique demeure profondément raciste jusque dans sa gestion de la criminalité. Par chance, le nombre de voix qui s’élève contre cela ne cesse de bondir au sein même de la profession. Les changements sont attendus avec impatience par chacun d’entre nous. Nous, qui œuvrons dans le respect des lois, de l’égalité et d’une représentation équitable. Je n’avais pas conscience de cela lorsque j’étais dans l’armée, déployé à l’étranger. Les problématiques étaient différentes, il est vrai, mais me familiariser avec de tels comportements a eu l’effet d’une immense déflagration l’année dernière. Je ne m’habituerais jamais à cela et heureusement d’ailleurs. Tolérer chacune des failles du système reviendrait à battre en retraite et je ne le ferais pas. Ce second degré que j’insuffle dans notre conversation, il est pourtant teinté de réalisme. Je n’hésiterais pas à m’interposer et à apporter une correction aux jeunes qui menacent ce pauvre gosse. Il n’y aura aucune violence physique, bien-sûr, on ne répond pas au mal par le mal, mais je saurais leur donner une bonne leçon malgré tout. Son sourire fait bondir le mien sur mes lèvres. Tu ne saurais dire pourquoi, mais tu apprécies de le voir se détendre de la sorte. Il a un joli visage lorsqu’il laisse transparaitre sa joie. Il décompresse légèrement et j’en profite pleinement, avide d’un contact bien moins anxiogène.

Mon vis-à-vis accepte de se laisser apprivoiser. Du moins, à petite dose, de ces quelques détails qu’il accepte de partager avec moi sur son passé. Il met en lumière les quelques années de sa vie qui, comme je m’en doutais, justifient cet accent russe suffisamment prononcé pour interpeler. « C’était comment ? La vie là-bas ? » J’imagine qu’elle est très largement comparable à celle que nous menons ici, à quelques exceptions près. La politique est extrêmement différente là-bas, implicitement dictatoriale depuis toujours et les esprits s’échauffent autour de sujets sur lesquels nous avons nettement progressé ces dernières décennies. Il le mentionne d’ailleurs, cette homosexualité qui peut refroidir tout étranger qui aimerait se rendre là-bas. « Tu en as souffert ? Du regard des autres ? Du statut particulier lié à l’homosexualité sur place ? » J’ose, tisse cette toile avec une délicatesse immense, n’ayant surtout pas à cœur de le blesser en ressassant de mauvais souvenirs. Je prends note d’informations qui font croitre la curiosité qui m’anime et me pousse à poursuivre sur cette lancée. « Que fais-tu dans la vie ? » Je me risquerais aisément à une supposition, à un métier en rapport avec l’industrie qui fait rêver tout le monde. Aurait-il été attiré par un rêve à la sauce américaine ? Par les sirènes hollywoodiennes ? Ses mots me font sourire et hocher la tête vivement. « J’ai énormément voyagé, oui… Mais j’ignore si le terme est adapté aux raisons pour lesquelles je me suis aventuré aussi loin des États-Unis pendant toutes ces années ! » Je marque une pause, conscient de l’ambigüité de mes propos. « J’étais militaire avant de rejoindre la Brigade Criminelle New-Yorkaise. Capitaine d’un escadron. J’ai été déployé quelques temps en Iraq, puis en Afghanistan. » Une période qui appartient à présent au passé. « Je suis revenu au pays il y a un an, presque jour pour jour ! »



icon code sleipnir.

Yuri Tchekov
Yuri Tchekov






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20168-yuri-petrovovitch-tchekov-o-finn-wittrock https://www.disjointedsocieties.com/t20210-yuri-tchekov#1114648 https://www.disjointedsocieties.com/t20208-yuri-tchekov#1114644 https://www.disjointedsocieties.com/t20209-yuri-tchekov#1114647 https://www.disjointedsocieties.com/t20236-yuri-tchekov#1116311
Surnom : Yuri déteste que l'on ne respecte pas son prénom, refusant tout diminutif ou toute américanisation. Mais cela n'empêche pas ses amis les plus provocateur de l'appeler Yuyu, Riri ou encore Ducky, moquerie comparant son élocution à celle de Donald Duck. Les médias parlent souvent de lui comme étant Le Russe.
Âge : 35
Origines : Russe, né en Russie, de parents russes. Sa généalogie est complexe, croisant de multiples origines, européennes comme outre Atlantique, des croisements qui ont, pour la plupart, eût lieu en temps de guerre.
Occupation : Yuri est acteur. Et quel acteur ! Un acteur de renom ! Il est LE méchant du cinéma, toujours là pour tabler sur les clichés infligés à la Russie. Il est LE vilain russe, celui qu'on s'imagine armé d'une kalashnikov, la clope au bec et une flasque de vodka en poche.
Lieu de résidence : Il s'est installé dans un loft industriel, niché en plein Manhattan
A New York depuis : Yuri est arrivé aux Etats Unis au courant de l'an 2010. Il a résidé 5 ans à Los Angeles avant de s'installer à New-York en 2015, motivé par une simple envie de changement.
Situation Amoureuse : Célibataire, volage
Orientation sexuelle : Le genre de ses partenaires n'a aucune importance pour lui, du moment qu'ils savent faire ce qu'il y a à faire
Trigger Warning : Il est possible que je parle de maladie (type cancer, sida), de racisme, d'homophobie et de transphobie. Certains RPs risqueront d'être violent, des violences aussi bien psychologiques que mentales. D'autres encores pourraient être HOOOOOOOOOOT.
En bref, je suis une joueuse qui aime les dramas et qui est prête à tout pour faire vivre l'enfer à ses créations. Oui, c'est du sadisme. Mais ce n'est pas pour autant que je ne m'adonne pas aux RPs fluff ! ;-)

Généralités & Banalités

Homme cisgenre || Acteur, il est LE méchant du cinéma. Il n'est casté que pour des rôles de méchant russe dans des film d'action, de bras droit dans des films mafieux et de meurtriers dans les thriller. Cette avalanche de cliché lui a permis de faire son trou et de profiter de sa célébrité et de son argent || A une grosse carence en tendresse qu'il cherche à combler avec les mots doux des autres. || Gaucher || Il déteste l'odeur du tabac. Un comble pour un acteur condamné à jouer des personnages accros à la nicotine. || Il passe beaucoup de temps sur NYC, essentiellement pour sortir des blagues nulles. || Il a un fort accent russe, il pense qu'il ne le perdra jamais. Son frère constate avec regret qu'il a déjà commencé à disparaitre. || Lorsqu'il ne veux pas répondre à une question ou désire aborder quelqu'un, il fait souvent semblant de ne pas comprendre langue. En réalité, il est quasiment bilingue. || Tatoué, il a une manchette au bras droit. Le bras gauche est entièrement couvert. Des ronces montent le long d'une de ses chevilles alors qu'un pin-up campe sur sa chute de rein. Ses tatouages sont dans un style American Old School. Il se les ait tous fait aux États-Unis, première dépense ostentatoire qu'il s'est permis. || Il ne conduit pas et n'a pas le permis D'abord amateur de marche à pied, il fait désormais appel à une entreprise de chauffeur privée. || Extrêmement dépensier, Yuri déteste voir son argent s'accumuler sur son compte. Il le dépense à outrance et en profite pour faire des dons à des oeuvres caritatives. || Il a horreur des enfants. Il dit qu'il n'a pas la patience de s'en occuper. Mais leur tendance à réclamer en permanence de l'affection et de l'attention l'énerve. Il refuse de se retrouver avec eux, ne voulant pas remettre en question son enfance
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne ut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous.
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2abaef45b89fb74865313c528659043f6d98d210
  • Aucune association
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : Aurore
Pronom : Elle
Messages : 460
Faceclaim : Finn Wittrock
Crédits : Avatar par Visenya, icone par Alwaystuffs (Tumblr ×2)
Inscription : 11/12/2020
Multicomptes : Ash (VS Evil Dead) Miller & Adam "Le-Patricide-c'est-cool" Skywalker
Nombre de mots par RP : Je ne tiens pas de compte ... Mais j'appartiens déjà à un forum qui a un minimum de 300 mots par post.
Fréquence de RP : Je RP le plus souvent en semaine, le soir. J'essaie de répondre dès que je le peux.
Je suis plutôt : dark et chill.
Carbon Burst
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 8z7wjfs4_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 14 Jan - 23:10:24
SOS d'un terrien en détresse
Les mains de Yuri s'agitèrent le long du volant alors qu'il réfléchissait aux réponses qu'il adresserait au policier. L'homme avait déjà été obligé de canaliser ses frayeurs alors Yuri ne pouvait pas lui imposer ses larmes. Il n'avait pas la moindre envie de donner cette image de lui à un inconnu, aussi altruiste soit-il. 

«Pas vraiment … Mon cas est un peu particulier. Disons que j'ai eu la “chance” d'être autant attiré par les hommes que par les femmes, alors, lorsque j'étais là-bas, je me contentais de sortir avec des femmes et d'ignorer la partie de moi qui voulait être un peu trop intime avec d'autres hommes. Je n'ai écouté cette partie de moi qu'en arrivant aux États-Unis.»

Le Russe marqua une légère pause, se demandant durant un instant s'il devait poursuivre son histoire ou la laisser en suspend, après tout, il avait répondu à la question de l'homme, alors il n'avait pas besoin de continuer à s'épancher sur sa vie privée. 

«Mon père l'a appris. Il ne veut plus me voir et à interdit à ma mère de prendre de mes nouvelles. Il pense que j'ai été pourri par les idéaux américains et que je suis un criminel. En fait … Je crois bien que … Si je retournais à Moscou, il appellerait lui-même la police.»

Un rire nerveux s'échappa de ses lèvres closes, une tentative de réconfort, une piètre tentative d'envoyer balader un sujet aussi sensible que celui-ci. La blessure était encore fraîche, beaucoup trop fraîche, il arrivait encore à Yuri de regretter, de se flageller mentalement, de se dire qu'il avait gâché sa vie pour une paire de fesses qu'il avait traîné dans la boue et traité de tous les noms avant de l'abandonner. 

Le Russe agitait théâtralement une main, comme pour chasser ses idées noires, alors qu'il changeait sagement de sujet, embrayant sur la raison de sa venue aux États-Unis. Il ne répondit pas non plus lorsque l'homme lui demanda son métier, préférant, de loin, lui renvoyer la balle. Yuri était de ce genre d'homme, de ceux qui préfèrent discuter avec les autres plutôt que de monopoliser la parole, alors, raconter les moindres détails de sa vie sans en apprendre plus sur le policier le frustrait.

Les lèvres du plus petit se pincèrent lorsque l'homme lui fit part de son expérience militaire. L'Irak et l'Afghanistan … Yuri avait entendu parler de ces pays-là, il avait entendu parler des guerres qui les bouleversaient et des impacts que celles-ci avaient sur les forces armées américaines. L'homme à ses côtés avait l'air si joyeux, il n'aurait jamais dit qu'il était exposé à autant d'horreur. Faisait-il semblant d'être aussi bien ? Juste pour se conformer aux normes sociétales ? Qui pouvait demeurer aussi joyeux après avoir traversé de telles épreuves ? 

«Les États-Unis ont dû énormément te manquer … J'espère que tu n'es pas un de ces soldats qui perdent la tête dès qu'un pot d'échappement explose et qui ont l'impression d'être de retour sur le front ! Je n'ai pas très envie de finir découper en petits morceaux puis abandonner dans un sac poubelle en plein Central Park.»

Une blague douteuse, penchant un peu trop sur l'humour noir pour un public qui pourrait aisément s'en offenser. Sur le coup, Yuri se mordit compulsivement la joue, alors convaincu que l'ancien soldat allait lui décocher la plus grosse gifle qu'il n'avait jamais reçu. Un ricanement emplit l'habitacle du véhicule alors que Yuri s'imaginait déjà les JT annoncés que lui, Yuri Tchekov, Le Russe, l'homme connu pour n'avoir incarné que des criminels, avait été victime d'un agent de police. C'était tellement … «Ironique.»

Le regard grisâtre du Russe se reposa sur l'homme à son côté, quelques secondes de plus que la première fois. Il observait rapidement ses traits et durant une brève seconde, il se demanda si le courage et l'humour de l'homme ne le rendait pas plus séduisant encore.

«Pour ma part, je suis acteur. Alors, je ne peux que te respecter pour le courage dont tu as fait et dont tu continues de faire preuve … Vraiment. Si je devais être à ta place, je pense que le stress m'aurait déjà tué.»

Feat @Lugos Wolf
(c) AMIANTE

Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// EuYxyPzq_o
  • United Heart
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 5 Fév - 22:34:25
" s.o.s d'un terrien en détresse "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Yuri Tchekov

J’observe avec beaucoup d’attention les gestes de ce garçon bien trop de fois côtoyé sans prendre la peine d’échanger davantage que des banalités. Son langage corporel en dit long sur l’état d’esprit qui le gagne, sur cette nervosité que je sens suinter à travers l’ensemble de ses pores. Il ne se trouve pas dans une posture confortable, la situation ne se prête déjà pas à une forme d’aisance acceptable, comme ce serait par exemple le cas autour d’un verre ou au refuge, mais le sujet abordé me parait tout aussi sensible. Tu te doutes qu’il y a bien plus à cette histoire, à son expérience qui confirme l’image désastreuse qu’a la Russie dès lors qu’on s’aventure du côté de l’homosexualité. Ce constat, tu pourrais l’élargir de bien des manières socialement et politiquement mais tu es bien trop peu calé sur le sujet pour oser te permettre un tel commentaire sur un pays qu’il connait probablement sur le bout des doigts, tout le contraire de toi. « On peut appeler cela une déformation professionnelle mais… Je ne peux m’empêcher de noter l’usage particulier d’un temps passé lorsque tu dis que tu as eu la chance d’être attiré par les hommes et les femmes. N’est-ce plus le cas maintenant ? » Mes réflexes ressurgissent à une vitesse affolante, le moindre détail est souvent très utile lorsque je mène un interrogatoire, ce qui n’est pas le cas ici. La suite de son récit me glace le sang, comment réagir autrement, franchement ? Je le regarde, désolé, révolté par le traitement qui lui serait réservé s’il venait à retourner là-bas. « On me dit souvent que je suis trop optimiste, que je cherche la nuance de gris, le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide… Je suppose que tes parents, au même titre qu’un sacré paquet de la population Russe, ne fait que réagir à une culture profondément ancrée en eux… Même si… Ça me révolte et me brise le cœur de t’entendre me raconter de telles choses ! J’espère qu’ils parviendront à évoluer sur ce sujet, au même titre qu’une dizaine d’autres au moins. À notre époque, ce genre de répressions ne devraient plus être au programme. » J’aimerais pouvoir le toucher à cet instant, lui communiquer une tendresse que mes mots ne sauront jamais exprimer avec justesse et pourtant je m’abstiens et laisse à mes prunelles la possibilité de compléter cette lourde besace d’un échange visuel constamment interrompu par la route. L’hésitation me gagne, puis je décide de reprendre, les prunelles rivées droit devant moi, sur la route qui défile devant mes yeux. « Mon père ne m’adresse plus la parole depuis plus d’un an maintenant. » En parler n’est jamais très agréable, au contraire. « Il était militaire lui aussi, très vieille école dans ses principes, encore plus quand tu abordes les notions de race, de genre ou de sexualité. L’homosexualité a toujours été taboue à la maison. Il a appris le même jour en deux déflagrations successives que, non seulement, son fils était bisexuel avec un penchant très prononcé pour les pénis mais, qu’en plus, il avait déshonoré son nom en quittant l’armée d’un seul coup. Il m’a mis à la porte comme un malpropre et ma mère a laissé faire sans broncher. Elle a toujours évolué dans son ombre. »

Les réponses sont rares, je ne parviens pas à percer le mystère derrière sa profession, interrogé en retour sur mes expériences passées. Les mots fuient, s’échappent avec naturel. Tu n’as jamais été du genre à te démonter face aux autres. Tu reconnais aisément la plupart des maux qui ont motivé ton retrait militaire, même si certaines ombres demeurent et nécessitent une intimité nettement plus poussée. Tu es à l’aise avec toi-même, tes bons comme tes mauvais moments. Tu as traversé tellement d’épreuves, tellement de galères que plus rien ne semble pouvoir t’atteindre de prime abord. Tu as l’air indestructible, incroyablement joyeux, lumineux et dynamique et tu l’es… C’est ainsi que tu es parvenu à survivre à tout ce que tu as traversé jusqu’à présent. Il est surpris, Yuri, je n’ai aucun mal à le déceler dans son regard. Il ne s’attendait pas à ce que je confesse un tel passé et je peux totalement le comprendre. Il n’est pas le premier à avoir cette réaction. « Étonnamment pas plus que cela. Le climat politique à part, j’ai vécu et été témoin de moments d’une profonde humanité qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire partout où j’ai été déployé. » Ce sont les à-côtés, qui ont tout gâché. Cette profession qui nécessite de devenir le méchant aux yeux d’une Nation tout entière en prenant des décisions dans l’intérêt d’une paix qu’il est parfois difficile, si ce n’est impossible, de justifier sans avoir l’air d’un clown. Son humour pourrait aisément me faire grincer des dents, j’ai même un léger moment de flottement avant que n’apparaisse ce sourire si caractéristique de ma personnalité. « Ça aurait pu être le cas, mais j’ai opté pour une reconversion dans une profession où les tirs demeurent ! Je ne suis pas dépaysé ! » Je ponctue mes propos d’un clin d’œil espiègle, bientôt rassasié à mon tour par des confidences qui font s’étirer mes lèvres, surpris. « Acteur ? En devenir ou déjà bien établi ? Je n’ai pas eu énormément d’occasions de me rendre au cinéma ces dernières années. J’étais persuadé de pouvoir rattraper le temps perdu quand je suis rentré mais… Pas vraiment ! » Je confesse, la mort dans l’âme. Ses mots me touchent, je crois même qu’ils me font rougir. « Tu n’as pas le temps de stresser, à vrai dire. Tu es immédiatement dans le feu de l’action quand une urgence se produit, c’est l’instinct qui prend le dessus et mène la danse. »




icon code sleipnir.

Yuri Tchekov
Yuri Tchekov






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20168-yuri-petrovovitch-tchekov-o-finn-wittrock https://www.disjointedsocieties.com/t20210-yuri-tchekov#1114648 https://www.disjointedsocieties.com/t20208-yuri-tchekov#1114644 https://www.disjointedsocieties.com/t20209-yuri-tchekov#1114647 https://www.disjointedsocieties.com/t20236-yuri-tchekov#1116311
Surnom : Yuri déteste que l'on ne respecte pas son prénom, refusant tout diminutif ou toute américanisation. Mais cela n'empêche pas ses amis les plus provocateur de l'appeler Yuyu, Riri ou encore Ducky, moquerie comparant son élocution à celle de Donald Duck. Les médias parlent souvent de lui comme étant Le Russe.
Âge : 35
Origines : Russe, né en Russie, de parents russes. Sa généalogie est complexe, croisant de multiples origines, européennes comme outre Atlantique, des croisements qui ont, pour la plupart, eût lieu en temps de guerre.
Occupation : Yuri est acteur. Et quel acteur ! Un acteur de renom ! Il est LE méchant du cinéma, toujours là pour tabler sur les clichés infligés à la Russie. Il est LE vilain russe, celui qu'on s'imagine armé d'une kalashnikov, la clope au bec et une flasque de vodka en poche.
Lieu de résidence : Il s'est installé dans un loft industriel, niché en plein Manhattan
A New York depuis : Yuri est arrivé aux Etats Unis au courant de l'an 2010. Il a résidé 5 ans à Los Angeles avant de s'installer à New-York en 2015, motivé par une simple envie de changement.
Situation Amoureuse : Célibataire, volage
Orientation sexuelle : Le genre de ses partenaires n'a aucune importance pour lui, du moment qu'ils savent faire ce qu'il y a à faire
Trigger Warning : Il est possible que je parle de maladie (type cancer, sida), de racisme, d'homophobie et de transphobie. Certains RPs risqueront d'être violent, des violences aussi bien psychologiques que mentales. D'autres encores pourraient être HOOOOOOOOOOT.
En bref, je suis une joueuse qui aime les dramas et qui est prête à tout pour faire vivre l'enfer à ses créations. Oui, c'est du sadisme. Mais ce n'est pas pour autant que je ne m'adonne pas aux RPs fluff ! ;-)

Généralités & Banalités

Homme cisgenre || Acteur, il est LE méchant du cinéma. Il n'est casté que pour des rôles de méchant russe dans des film d'action, de bras droit dans des films mafieux et de meurtriers dans les thriller. Cette avalanche de cliché lui a permis de faire son trou et de profiter de sa célébrité et de son argent || A une grosse carence en tendresse qu'il cherche à combler avec les mots doux des autres. || Gaucher || Il déteste l'odeur du tabac. Un comble pour un acteur condamné à jouer des personnages accros à la nicotine. || Il passe beaucoup de temps sur NYC, essentiellement pour sortir des blagues nulles. || Il a un fort accent russe, il pense qu'il ne le perdra jamais. Son frère constate avec regret qu'il a déjà commencé à disparaitre. || Lorsqu'il ne veux pas répondre à une question ou désire aborder quelqu'un, il fait souvent semblant de ne pas comprendre langue. En réalité, il est quasiment bilingue. || Tatoué, il a une manchette au bras droit. Le bras gauche est entièrement couvert. Des ronces montent le long d'une de ses chevilles alors qu'un pin-up campe sur sa chute de rein. Ses tatouages sont dans un style American Old School. Il se les ait tous fait aux États-Unis, première dépense ostentatoire qu'il s'est permis. || Il ne conduit pas et n'a pas le permis D'abord amateur de marche à pied, il fait désormais appel à une entreprise de chauffeur privée. || Extrêmement dépensier, Yuri déteste voir son argent s'accumuler sur son compte. Il le dépense à outrance et en profite pour faire des dons à des oeuvres caritatives. || Il a horreur des enfants. Il dit qu'il n'a pas la patience de s'en occuper. Mais leur tendance à réclamer en permanence de l'affection et de l'attention l'énerve. Il refuse de se retrouver avec eux, ne voulant pas remettre en question son enfance
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne ut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous.
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2abaef45b89fb74865313c528659043f6d98d210
  • Aucune association
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : Aurore
Pronom : Elle
Messages : 460
Faceclaim : Finn Wittrock
Crédits : Avatar par Visenya, icone par Alwaystuffs (Tumblr ×2)
Inscription : 11/12/2020
Multicomptes : Ash (VS Evil Dead) Miller & Adam "Le-Patricide-c'est-cool" Skywalker
Nombre de mots par RP : Je ne tiens pas de compte ... Mais j'appartiens déjà à un forum qui a un minimum de 300 mots par post.
Fréquence de RP : Je RP le plus souvent en semaine, le soir. J'essaie de répondre dès que je le peux.
Je suis plutôt : dark et chill.
Carbon Burst
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 8z7wjfs4_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 18 Fév - 16:18:44
SOS d'un terrien en détresse
Cet usage du passé, il fut instinctif. Yuri n'avait juste pas réellement réfléchi, c'était venu comme ça et il ne l'aurait sûrement jamais remarqué si l'homme à ses côtés n'avait pas mis le doigt dessus. Et il savait, le Russe, que ce temps n'avait pas été utilisé par défaut, il maîtrisait assez l'anglais pour pouvoir tourner cette phrase autrement et si il avait dû s'exprimer en russe, il aurait, là aussi, utilisé le passé. Alors, l'acteur se mit à méditer. Son esprit et son corps avaient déjà manifesté certains stimulus à la pensée et la vue de la gente aussi bien féminine que masculine. Il était unanime, il était attiré sexuellement par, au moins, ces deux genres. Non ce qui clochait ce n'était pas le sexe, c'était l'après. Les femmes étaient souvent demandeuses d'une affection que Yuri était incapable de leurs donner, d'une affection dont lui-même manquait cruellement, une affection que les hommes avaient plus de facilité à lui offrir. Mais Yuri, il avait été élevé avec l'idée que la clé du bonheur était d'avoir un bon salaire et une myriade d'enfant, et des enfants, il ne pourrait en avoir qu'avec une femme, puisque c'était ainsi que la nature avait fait les choses, puisque c'était ce qu'on lui avait expliqué durant toutes ses années, puisque c'était ainsi que l'on lui avait appris à raisonner. Alors, Yuri se contenta d'un 《C'est compliqué》 quelque peu évasif.

Il l'écouta attentivement, Yuri, il écouta le policier défendre la cause LGBT et chercher à expliquer le comportement de ses compatriotes. Il hochait la tête au fur et à mesure, le Russe avait exactement le même avis et continuait d'espérer que tout change.

《C'est pour ça que cette association est importante. Et ce sont, malheureusement, des opinions rétrogrades beaucoup trop présentes. Même dans ce pays.》

Il est touché, Yuri, par la confession de son coéquipier de fortune. Il le comprend, il compatit, il souffre pour lui. Mais Yuri, il ne sait pas quoi dire. Être démonstratif, ce n'est pas vraiment son truc. Mais Lugos a besoin de son soutien, de son aide et tout ce que Yuri trouva à faire, ce fut d'aller chercher sa main. D'aller toucher cette peau alliée, imitant le geste que le plus grand avait initié voilà de nombreuses minutes déjà. Il ne peut pas faire mieux, alors, pour apaiser les maux de l'autre alors il préfère changer de sujet. Parler de son séjour à l'armée semblait lui faire plus de bien. Yuri, il finit même par plaisanter avec lui, mettant à profit l'humour pour chasser les soucis qui viendraient les tourmenter.

Il souria davantage lorsque l'homme s'étonna de sa profession. Il aimait ça, lorsqu'on lui parlait sans le connaître.

《Disons que … J'ai acquis suffisamment de notoriété pour que ma sexualité fasse scandale. Mais pas suffisamment pour être reconnu de tous. Et ce n'est pas plus mal. Et je comprend que tu ne me connaisse pas, je joue essentiellement dans des films de gangsters ou des thrillers, pas vraiment le genre de truc qu'un policier doit aimer voir durant ses temps libres. 》

Feat @Lugos Wolf
(c) AMIANTE

Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// EuYxyPzq_o
  • United Heart
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
SOS d'un terrien en détresse //FT. Lugos Wolf// 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 28 Fév - 22:09:08
" s.o.s d'un terrien en détresse "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Yuri Tchekov

Les réflexes professionnels ne disparaissent pas comme par magie. Ils ne s’estompent pas lorsque je retire mon uniforme ou me sépare de mon badge qui, d’ailleurs, n’est jamais très loin puisque j’en ai un second constamment dans mon portefeuille, en cas d’urgence. Le flic que je suis, il m’accompagne au quotidien dans tout ce que je fais. Je n’ai donc aucun mal à presser ce que je devine être une zone d’ombre qu’il n’a surement pas envie d’aborder avec un illustre inconnu. Pourtant, l’ambiance au sein de cette voiture est suffisamment appréciable pour créer un sentiment d’aisance, d’intimité enclin à ce genre de conversations nettement plus personnelles. Ce sont généralement les histoires que vous pourriez vous raconter en fin de soirée, lorsque l’alcool a déjà fait des ravages et que vous vous lancez sur des discussions ô combien philosophiques qui remettent tout en question et pointent du doigt tout ce qui a déconné précédemment dans vos vies respectives. Je n’ai pas consommé d’alcool en quantité suffisante pour atteindre un tel état depuis des années. Je crois même ne jamais avoir été ivre depuis que j’ai obtenu mon diplôme, à l’époque du lycée. Quand aurais-tu trouvé le temps d’agir différemment ? Tu as intégré l’armée quelques jours, à peine, après ta cérémonie de remise des diplômes. Tu n’as jamais rien connu d’autre jusqu’à l’année dernière et, à présent, tu n’as plus vraiment l’impression d’être dans cet état d’esprit. Ton insouciance s’est envolée en même temps qu’un certain nombre de tes idéaux, sur la réalité d’un terrain que tu sous-estimais. Le silence gagne le véhicule pendant un temps que je devine potentiellement nécessaire à une introspection synonyme d’une réflexion nettement plus poussée en réaction à ce détail qui, pour d’autres, serait on ne peut plus anodin mais que j’ai estimé intéressant de soulever ici. Tu as bien ta petite idée des pensées qui l’accablent, tu pourrais même te livrer à une supposition au sujet de ce qu’il va te répondre, au sujet de son parcours, de son image des relations hétérosexuelles et homosexuelles… Tu pourrais faire tout un tas de choses mais tu n’en vois honnêtement pas l’intérêt. Tu n’as pas ton mot à dire là-dessus, toi, tout ce que tu désires, c’est l’entendre te parler, l’écouter et apprendre à le connaitre plus personnellement. Ce sont ces conversations-là, que j’affectionne le plus. Trop vite agacé par les histoires de pluie et de beau temps qui ne riment à rien et font état d’un manque flagrant d’audace ou, à défaut, de curiosité. Tu es tout l’inverse. Tu n’as pas peur de bousculer les gens qui parviennent à faire bondir ton intérêt à leur égard. C’est plutôt bon signe, généralement. Sa réponse me laisse véritablement sur ma faim, aucune surprise là-dessus, et j’hésite à m’élancer tête la première, à y aller avec mes gros sabots, fort heureusement rattrapé à quelques secondes d’une telle action par un sens de la réflexion au timing toujours idéal. « Je te demande pardon, je ne voulais pas te mettre mal à l’aise. Tu n’es pas obligé de me répondre si je touche à des points sensibles ! » Mes lèvres s’étirent en un sourire qui se veut amical et rassurant, peut-être même tendre. Je ne suis pas là pour l’embêter.

« À qui le dis-tu. Rien ne semble malheureusement indiquer que les choses iront en s’améliorant dans un futur proche, qui plus est. Ces derniers temps, j’ai l’impression qu’on régresse de plus en plus. » Un pas en avant, deux en arrière. Je suis surement trop sévère avec les autres, comme à mon habitude, le reflet de cette même pression que je me place constamment sur les épaules pour donner le meilleur de moi-même. Optimiste de nature, je n’ai pourtant aucun mal à reconnaitre le pessimisme qui menace de me gagner dès que des sujets aussi importants à mes yeux que celui-ci sont abordés et que les constats se ressemblent tous en dépit des années qui continuent à s’égrainer. Je me livre à mon tour sur ma relation conflictuelle, ou devrais-je dire inexistante, avec mon père. Place des mots qu’il est rare de m’entendre prononcer. Je ne parle pas énormément de mes failles, de ces blessures qui ne cicatriseront jamais vraiment, pas dans leur intégralité. J’ai toujours eu cet automatisme, celui de laisser entrer le soleil plutôt que les nuages. Tu perçois toujours le verre à moitié plein, tu n’as pas le temps de regretter, de nourrir des remords qui ne t’aident pas à avancer. Ta route, tu continues de la tracer sans jamais te retourner. Sa main rencontre la mienne contre ma cuisse, elle me fait frissonner. Tu jurerais même sentir ton cœur s’emballer sous l’épaisse couche de muscles qui le recouvre. Un fin sourire gagne du terrain et progresse de part et d’autre de mon visage. Mes doigts, eux, se joignent momentanément aux siens en une caresse surement très maladroite. À votre image à tous les deux. L’armée, puis l’acting. Je suis surpris de le découvrir sous un tel jour, étonné mais surtout emporté par la curiosité qu’un tel aveu fait naitre en moi. « Quel est ce jugement bourré de clichés sur les flics ? Je suis le premier à apprécier un bon thriller autour d’un braquage, de gangsters ou d’enquêtes criminelles… Bon… J’deviens instantanément le rabat-joie qui soulève quelques incohérences parce qu’il sait mieux que tout le monde comment tout ceci se déroule en vérité… Mais cela n’empêche ! » L’amusement perceptible jusque dans mes prunelles, je ne manque pas de surenchérir, intéressé. « Quel est ton plus beau rôle, à tes yeux ? Quel est le nom du film en question ? Je te ferais peut-être l’honneur de jeter un coup d’œil à ce long-métrage, pour la science… Pour ne pas mourir idiot. Il est disponible sur les plateformes de streaming ? »

Les kilomètres se succèdent et le GPS s’emballe. Nous sommes arrivés à destination, l’immeuble où s’est réfugié le gosse que nous venons chercher n’est plus très loin d’ici, à quelques dizaines de mètres que nous devrons parcourir à pied. Il coupe le contact et je m’élance à nouveau à la recherche de son regard, plus sérieux et concentré. « Ça va aller ? Je peux m’y rendre tout seul, si tu veux ! »



icon code sleipnir.

Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum