AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-23%
Le deal à ne pas rater :
-300€ sur ce PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
999 € 1299 €
Voir le deal


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Jeu 17 Déc 2020 - 22:33
playing with fire


enveloppée dans la douceur des draps de soie, et la tendresse de morphée qui berce la poupée fragile entre ses bras. les rayons de l'aurore se faufilent entre les rideaux fins pour chatouiller les traits apaisés et faire papillonner maintes fois les cils. le visage caressé par le halo lumineux d'un soleil qui lui susurre un bonjour de douceur, la réveillant délicatement des jolis rêves sucrés. le jour qui fleurit sur un cœur fébrile et des désirs tassés à la lueur de la lune. azur aux lippes qui font déjà fondre un sourire candide aux souvenirs d'une soirée veloutée, dont elle ne garde qu'un beau parfum boisé, ancré à son épiderme et sur les draps froissés, étrangement froids parce qu'il n'y a que sa silhouette au cœur du linceul qui avale son âme pour en faire un tas de cendres. parce que le sourire solaire s'est déjà évanoui, azur toute frêle qui s'est réveillée dans l'espoir de danser encore entre ses bras, entendre le soupir de sa voix lui murmurer qu'elle est aussi belle que la lune. lui, le beau parleur qui sait la faire valser au souffle de ses désirs en venant la baigner de phrases candides, seulement pour qu'elle sombre encore plus dans l'une de ces spirales tourbillonnantes, qui rythment son âme fragile et le cours de son existence. poupée porcelaine vouée à tomber au cœur des monstruosités avides de la déchiqueter, et elle avide de leurs crocs sur son cœur et sur sa peau. elle se réveille seule, azur, le sourire triste. le derme aux milles frissons qui vient vêtir le satin d'une robe de chambre d'un cérulé délicat, tandis qu'elle se lève malencontreusement des draps de miel, renonçant aux doux rêves bercés d'un soupçon de mélancolie. les doigts qui tirent sur les rideaux pour éblouir la chambre des premiers rayons de la journée et venir réchauffer le grain de la peau. le soleil vient tout juste de surplomber la grosse pomme, alors où peut-il bien être ? et sans songer plus, l'âme vagabonde se perd déjà à la chasse de son prince d'une nuit. à fouler à petites enjambées le marbre blanc glacial sous ses pieds, de ses jambes frêles au sein de la belle demeure dorée. à se confondre dans les pièces éclatantes, à la recherche de young-jae. jusqu'à venir surplomber la pièce principale en haut des escaliers, glissant discrètement ses doigts contre la barre métallique pour s'y accrocher. trouvé. le souffle lent, à l'entente de la voix résonner dans un écho qui se veut discret. young-jae, sans doute trop obnubilé par son téléphone, à se perdre dans des mots bruts qu'il n'en aperçoit la poupée qui tend curieusement l'oreille, jonchée en haut de la tour pour écouter ce qu'elle ne devrait.

(c) tortipouss.


Young-jae Ferrero
Young-jae Ferrero






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Jae
Âge : 31
Origines : Coréenne
Occupation : Titulaire d'un master en business et management à Harvard. Philanthrope international en plus d'être le nouveau vice-président de Ferrero USA, la filiale américaine du groupe Ferrero
Lieu de résidence : Manhattan
A New York depuis : quelques semaines.
Situation Amoureuse : Célibataire, il est marié au travail
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Trigger Warning : mort / violence excessive (voir même torture) / maladies mentales / racisme / RP hot cru / Addictions / automutilation / discrimination

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.Lorem ipsum dolor sit amet,
"La meilleure stratégie est celle qui permet d'atteindre ses objectifs sans avoir à se battre."
playing with fire (ft. young-jae) Tumblr_pceehfZpzR1v4zbe1o9_500
  • United Heart
playing with fire (ft. young-jae) 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : Kalriiel
Pronom : Il
Messages : 917
Faceclaim : Park Seo-Joon
Crédits : soeurdarmes
Inscription : 13/06/2020
Multicomptes : Arié l'architecte et Min-Ho l'héritier
Nombre de mots par RP : 500 environ, pas beaucoup plus en ce moment.
Fréquence de RP : Pour le moment je dirais 1 rp par semaine, le temps de se remettre dans le bain. Mais j'espère pouvoir rp tous les jours ensuite.
Je suis plutôt : dark et chill.
Carbon Burst
playing with fire (ft. young-jae) IlS4Rd8l_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 22 Déc 2020 - 12:06
playing with fire


Je me souviens de mes premiers émois de jeune homme, petit sociopathe qui découvre tout doucement certaines de ses tares. Comment je pouvais aimer sans être capable de ressentir de l’attachement pour une personne. J’ai cru pendant une période, pouvoir m’attacher à une femme, je l’ai espéré du plus profond de mon être. J’étais persuadé qu’aimer, me permettrait peut-être de vaincre cette malédiction et enfin de ressentir ce besoin de se dévouer tout entier à une personne. Pendant quelques années, pour la seule et unique fois de ma vie, j’ai haï mes parents de m’avoir transformé en monstre, car malgré des sentiments forts, il était évident, que je n’avais pas ce désir intense d’être avec cette personne à chaque instant. Quitte à être un monstre, autant l’être totalement, c’est ce que j’ai compris quand finalement, l’amour s'est envolé, un peu comme si, ces moments parfaits n’existaient plus. J’ai essayé pendant un temps de retrouver ce bonheur éphémère, d’abord dans les draps de nombreuses femmes, toute plus différente les unes que les autres, en vain. Pauvre remède à un amour perdu, le désir charnel, lui, il était là, éternel, jamais assouvi. Convaincu que jamais je ne serais capable de remplir ce trou béant dans mon cœur, j’ai décidé de tirer un trait sur tout ce qui pouvait me rappeler que je n’étais pas comme les autres. Alors pourquoi suis-je retombé dans le piège ? Pourquoi, je me retrouve à nouveau, perdu entre les cuisses de ces femmes en manque d’attention ? De nombreuses questions qui viennent à leur tour rejoindre cet immense tiroir où je loge chacune de mes interrogations. Cet homme qu’on croit avoir réponse à tout, cette image que je me donne, pauvre illusion d’une personne finalement incapable de comprendre le monde qui l’entoure. Car si c’était le cas, j’aurais dû savoir qu’entamer cette relation toxique finirait par me détruire à court terme. Pourtant, j’ai sauté à pieds joint dans ce piège à l’allure de beauté fatale. Un besoin de se savoir indispensable pour quelqu’un ? Au début, je n’y voyais qu’une simple distraction, mais maintenant ? J’aimais qu’elle se donne sans restriction à une personne telle que moi. Je me surprenais, quand le sommeil avait du mal à venir, de l’observer, de m’arrêter sur sa douce respiration, d’admirer ses courbes parfaites, épouser parfaitement les draps de satin. Dans ces moments, je me disais que ce n’était finalement pas si mal. Puis finalement, la magie se brise, avant de replonger tête la première dans cette magnifique illusion, toujours plus profondément. Pourtant, cette fois-ci, c’est la sinistre sonnerie de mon téléphone qui me ramène à la réalité. Quand je vois le numéro qui s’affiche sur l’écran, je comprends qu’il est l’heure pour le monstre de refaire surface. Sans faire attention si elle est réveillée ou pas, je quitte la chaleur des draps pour enfiler un léger jogging et c’est en possession de mon smartphone que je rejoins le salon. Voix sinistre qui s’élève de mon téléphone, je comprends que cet abruti n’a pas réussi. Je sens que la douce chaleur qui m’enveloppait après cette nuit, disparaît, remplacée par une froideur à faire pâlir un mort. « Si je comprends bien, il t’a échappé, c’est ça ? Rappelle-moi, ce que je t’ai demandé exactement ? C’était d’arranger la situation, n’est-ce pas ? Je ne crois pas t’avoir demandé de l’aggraver en tout cas. », je siffle, le ton désapprobateur. Je me lève du canapé sur lequel je me suis assis pour m’approcher de la grande baie vitrée. « Tu as une semaine pour arranger les choses. Si ce n’est pas fait d’ici là, tu sais ce qui va arriver, n’est-ce pas ? », je dis, glacial, menaçant. Il n’y avait aucune ambiguïté, s’il n’arrangeait pas les choses rapidement, c’était un homme mort. Je n’aimais pas ce sentiment d’impuissance qui semblait poindre au fond de mon être. J’étais coincé à NY et je ne pouvais pas intervenir en Italie pour régler le problème moi-même.

(c) tortipouss.




Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 28 Déc 2020 - 1:20
playing with fire


du haut de la tour jonche l'ange aux plumes immaculées, dorénavant entachées par le péché qu'est cette curiosité fervente qui s'éveille après avoir sommeillé pendant longtemps derrière ses sourires muets. le besoin de lire derrière cette allure beaucoup trop belle, franchir les nuées de l'irréel. loin de se douter que la perfection n'est en vérité que la chimère qu'il arbore pour satisfaire les yeux trop obnubilés, épris par celle enveloppe de neige qu'on en oublie de feuilleter les autres pages usées. le désir que c'est de s'immiscer dans ce nuage de brouillard, se laisser aspirer dans l'inconnu, faire du prince de sa nuit celui auquel elle pourra s'abandonner même quand le jour aura pointé le bout de son nez, et peut-être qu'ainsi il ne quittera plus les draps parfumés, demeurera à ses côtés pour la bercer des illusions tant rêvées, désespérées. azur qui porte derrière ses orbes sa crédulité, qu'elle en fût brusquée par les mots abruptement crachés des lèvres de miel. celles qui ne lui susurrent à elle que les sucreries qui nourrissent le faim de son cœur affamé. young-jae, dont le sinistre craquelle la douceur des désillusions, une pointe hautaine venant rythmer le venin de ses mots, assombrir ses prunelles. ses belles prunelles, qui ne la regardent elle qu'avec de la tendresse, quand il l'effleure de ses doigts comme on effleurerait de la porcelaine. parce qu'il n'oserait jamais la craqueler. si ? elle décèle des menaces perdues dans le rauque terne de sa voix. le philanthrope, à la façade si belle et immaculée qu'elle ne se doute toujours pas des fissures qui ensanglantent un cœur qui est en vérité plus rouillé qu'elle pourrait imaginer. azur tout bonnement égarée, le péché qui pousse le petit ange à se damner. un gémissement de douleur qui s'essouffle des lèvres pour briser l’atmosphère étouffante, quand son pied se risque à glisser sur le marbre éclatant, et que les doigts viennent s'accrocher férocement à la barre métallique. les prunelles écarquillées, le souffle ravalé entre ses lèvres pincées. à trop se suspendre pour cueillir le fruit défendu que le châtiment tombe aussitôt, exposant le petit ange aux conséquences de s'être trop laissée obnubilée par ce qu'elle ne devrait. les traits sont figés, le cœur gagné par la peur d'avoir été prise sur le fait. l'embarras a déjà teinté les joues d'un doux rosé, voilé le regard qui n'ose dorénavant plus confronter la silhouette de celui qu'elle a longtemps lorgné. et voilà que dans sa gêne et son ingénuité, elle se laisse déjà porter par ses jambes fluettes, foulant les escaliers tête baissée, lèvre mâchouillée. le souffle happé entre les lippes et l'allure docile, la douce dans ses battements de cils auréolés, comme envoûtée lorsque les pupilles se mettent à se sonder. les lèvres se risquent à laisser dessiner un léger sourire désolé à la commissure tandis que de son ongle elle s'arrache le derme de la paume. parce que la peur sifflote au lobe et coule le long de l'échine, la peur que la chimère se volatilise, et que sur les draps satinés, il ne laisse de son passage que son encens musqué. la peur de la solitude, son hantise qui n'attend que de la dévorer. (( reste à mes côtés. )) « bonjour... » un murmure semblable à un soupir fébrile. « je... je m'étais réveillée seule, alors... » et le regard qui vient aussitôt valser ailleurs, ne pouvant plus de confronter le sien.

(c) tortipouss.


Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum