AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le deal à ne pas rater :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin rosé de Languedoc-Roussillon
59.99 €
Voir le deal


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Jeu 17 Déc - 19:05
❝ couleurs diluées. ❞
-- (maki 1).


L’air est doux ces temps-ci. Le téléphone à la main, on le voit d’ici Mathias : marquant et démarquant son existence à travers des milliers d’autres. Les yeux dans le vide dès qu’il redresse la tête, son attention vive à ce qui n’existe pas pour les autres. Il traverse la rue, sans même jeter un coup d’œil sur les voitures : klaxons qui brisent le silence et les insultes qui fusent d’entre ses lèvres. Inutilité profonde de bruits incessants : voilà ce qui lui passait par la tête. Habiller en noir de la tête au pied, on pouvait admirer sous son jean, cette bosse honteuse qu’il trainait depuis des mois maintenant : le bracelet électronique. Son passe-droit pour la vie commune, pour être comme tout le monde : à quelque chose près. 8h du matin, 20h du soir : 12 heures de presque liberté, qu’il aimait à consacrer à quelques personnes triées sur le volet. Ou juste à lui-même : ce qui, manifestement, lui plaisait tout autant. Il sourit un peu, quand il sent son téléphone vibré : il sait qui est à l’autre bout de l’objet. Et ça lui plait. Un peu. Enormément : même s’il aime à dire le contraire. Il tourne à un angle, prends quelques escaliers deux à deux. La brise s’est levée alors qu’il débarque à Manhattan : lui, le taulard, le mec qui sent la mort, dans un quartier si beau, si vivant. Il ferait presque pitié au milieu des gens. Mais Mathias, il s’en branle de tout ça : du paraître, d’apparaître au milieu de la foule. Que les gens le dévisagent, alors qu’il s’allume une clope et qu’il crache dans l’air une toxine mortelle. On se décale pour ne pas le toucher et ça lui va bien. L’horreur pure pour lui, que de se faire toucher par des inconnus. Seulement peu de personnes avaient pu connaître et reconnaître les stigmates de son corps. Et lui, Mathias, il grimpait les marches pour pénétrer dans le bâtiment surplombé de quelques lettres : PALETTE. Il a poussé la porte. A vu le monde à l’intérieur, et s’est dit que Minki devait forcément en valoir la peine, pour se donner tout ce mal à le voir. Il se pose contre le mur, une jambe relevée, à regarder la foule se déplacer autour de lui. Jusqu’à le voir lui. Discuter avec quelqu’un. La tête se penche, le regard se plisse et le sourire s’évanoui alors qu’il pianote sur le téléphone : qui est cet homme avec qui l’asiatique parle ? Une étrange sensation vient envahir l’estomac du brun alors qu’il regarde Minki dégainer son téléphone. Quelque secondes après, et c’est celui de Mathias qui vibre. Un coup d’œil à l’écran : mensonge. La paranoïa. Alors il range son téléphone, ne réponds plus. Et sans même prévenir qui que ce soit, il porte son pouce et son index à sa bouche. Souffle. Et un bruit strident de sifflement vient percer le bruit de la foule. Et les yeux fixent l’asiatique. Prêt à en découdre.
(c) TORTIPOUSS.


Minki Hwang
Minki Hwang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

couleurs diluées (maki) 9nw1 couleurs diluées (maki) Wjht couleurs diluées (maki) 36p4 couleurs diluées (maki) L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
couleurs diluées (maki) Hmys
  • United Earth
couleurs diluées (maki) 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12520
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
couleurs diluées (maki) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Jeu 17 Déc - 22:48


couleurs diluées


L’entre-deux a toujours été ce qui représentait Minki. Cette oscillation entre la froideur dont il fait preuve et la colère sourde qui surgit à de rares occasions, la légalité que l’on retrouve dans ses occupations et l’illégalité dans laquelle il baigne… la stabilité n’a jamais été son fort et pourtant, il aime ça. Récemment, s’est ajouté un élément dans sa vie, fort appréciable malgré sa réticence à l’admettre. Mathias fait partie de ces personnes qui, justement, lui procure des sentiments mitigés. Son silence qu’il aime autant qu’il déteste, son regard sombre qui peut l’intimider et le fasciner… tant de mystère autour de cet homme, qu’il aimerait un jour percer. Cependant, il y a bien autre chose qu’il aimerait trouer et ce n’est certainement pas seulement sa carapace obscure. Cette tension au sein de leur relation, qu’il devine être prochainement toxique, il l’aime terriblement. Difficile de l’avouer. C’est pour ça que les deux reviennent à chaque fois telles des fleurs, comme si rien ne s’était passé ; alors que, souvent, ils se sont échangés des mots acerbes avant de se laisser. Ou alors, lorsque Mathias ne donne plus de nouvelles, l’indifférence de Minki devient vite une obsession. Ce dernier, d’ailleurs, extirpe son téléphone, ses doigts pianotant un message au plus jeune. Il écoute son employé, bien entendu, parce que le travail avant tout, mais son attention se focalise aussi sur ces écrits qui l’incitent à esquisser un faible sourire. Tellement intriguant, ce garçon. Il aurait aimé plonger ses iris sombres dans les siennes, bien plus glaciales et bleutées. Ses questions, cependant, le perturbent un peu, l’agaçant même. Il redresse son visage et entame une conversation plus profonde avec son vis-à-vis. Perdu entre son mobile qui vibre et la discussion entamée, il s’apprête à intérieurement ronchonner quand il remarque le « vu » qu’il s’est pris. Soudain, un bruit strident. Il fend l’air, brise l’harmonie dans le hall, certains se retournent vers la source, autant surpris qu’incompréhensifs. Lorsque Minki pose son regard sur la silhouette au loin, il comprend. L’apparence différente des autres, elle se démarque profondément des costards cravates que l’on trouve ici. Tout en noir, tel un loup au pelage sombre, qui attend sa proie. Mathias est dans son lieu de travail, son terrain de jeu, il s’immisce dans sa cour, impose sa présence. Le malaise se mélange à la frustration, il tente de deviner la raison de sa venue, en vain. Le visage déjà autoritaire du journaliste se creuse encore plus, son poing se serre, son cœur se met à battre rapidement et lourdement. Sa mâchoire se crispe, il soutient son regard. Mais il est timbré celui-là, que grommelle son collègue. Sans se rendre compte, il jette un coup d’œil agacé vers lui. Pourquoi est-ce que ça l’énerve que quelqu’un d’autre se permet de mal parler de lui ? Minki se réserve ce droit. Au lieu de lui répondre quoi que ce soit et surtout, à la place d’appeler la sécurité, il observe tout le monde. Vous avez que ça à faire de rester plantés là ? qu’il scande. Des murmures, puis enfin, ils se dispersent. Il entame de grands pas vers Mathias, le dos droit, jusqu’à se placer en face de lui. Les bras croisés, il l’analyse, ses yeux dessinant le contour de son faciès. C’est pas mal comme technique, de siffler pour attirer mon attention. Ma présence dans tes messages ne te suffit plus, Mathias ? Il s’attend à un silence, possiblement un grognement, mais il serait surpris d’entendre une réponse, et surtout : une raison. Parce que, quoi qu’il en dise, le mystère semble l’habiter.


(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



couleurs diluées (maki) 1213081277  couleurs diluées (maki) 3751872206
Spoiler:
 
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Ven 18 Déc - 23:25
❝ couleurs diluées. ❞
-- (maki 1).


Pénétrer dans une sphère sans y être invité : à croire qu’il aimait ça, les vagues dans les relations humaines. Comme si le calme ne lui suffisait pas. Comme s’il avait besoin de quelques regards sauvages, de quelques paroles un peu acide pour se rappeler à quel point le feu ça brûle. Alors oui, il siffle à travers la foule, le regard posé sur l’homme qu’il convoite : qu’importe les regards dédaigneux, les remarques à voix basse qu’il devine tout sauf bienveillantes ; il croisait bientôt le regard de Minki et c’est ce qui le faisait sourire, gentiment. La tête se penche sur le côté, avide de savoir quelle sera sa réaction : briser la glace pour laisser se déverser un peu d’intimité dans un monde professionnel. Mathias, il se régalait d’avance du spectacle qu’il donnait. La voix de l’asiatique s’élève pour refaire tourner la Terre dans un bon mouvement. Alors seulement, il se décide à quitter le mur pour se poser sur ses deux pieds, alors que le costard humain se déplace jusqu’à lui. Toujours ce sourire insolent sur le visage et le regard perdu entre ses yeux et ses lèvres. Peut-être lui faudrait-il une boussole pour retrouver le chemin ? Quoi qu’il en soit, il aimait la façon dont avait Minki de se mouvoir à travers une foule de gens : comme si sa personne était plus importante que tout le reste. Si importante d’ailleurs que les gens s’écartaient à mesure qu’il s’approchait. Et bientôt, son odeur fendit l’espace vital de Mathias, laissant un goût amer dans la bouche du brun : ainsi, il n’était pas le seul à avoir l’honneur de sentir et ressentir la présence de l’asiatique ; et cela le gênait péniblement. La phrase qu’il lance à tout hasard -ou pas, le fait grincer des dents, la mâchoire serrée. Une main passe sur la mâchoire alors que le regard quitte l’être pour se poser un peu derrière. Il fusille du regard quelques personnes avant de retrouver l’attention de Minki. Il détestait être confronter à sa propre dépendance affective. Et le bureaucrate savait comment s’y prendre pour le mettre dans un tel état. Les bras se croisent de nouveau, le sourcil se lève et finalement, le sourire hautain et prétentieux réapparaît, avant de laisser place à la voix qui brise le silence, grave et intense. « Peut-être que j’ai envie de plus que d’un écran interposé, effectivement. » L’aveu qui suffira sans doute à satisfaire le double, l’être convoité. Et un haussement d’épaule plus tard, il reprend la parole, un peu moins légère. « On reste planté là, à la vue de tous, ou tu m’emmènes dans un endroit plus discret ? » Et le regard devient plus intrusif. Les envies plus charnelles. Et le sourire se transforme bientôt en un rictus joueur, désireux, fiévreux à l’idée de se retrouver à deux.
(c) TORTIPOUSS.


Minki Hwang
Minki Hwang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

couleurs diluées (maki) 9nw1 couleurs diluées (maki) Wjht couleurs diluées (maki) 36p4 couleurs diluées (maki) L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
couleurs diluées (maki) Hmys
  • United Earth
couleurs diluées (maki) 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12520
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
couleurs diluées (maki) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Sam 19 Déc - 14:53


couleurs diluées


Ce mouvement délicat de tête qu’il entreprend, ce sourire qu’il esquisse, ça le perturbe autant que ça lui plaît. Mathias semble apprécier le chaos qu’il a provoqué, mais est-ce la même chose pour Minki ? Ce dernier n’aime pas que l’on s’introduise dans son terrain de jeu de la sorte, surtout pour semer la pagaille. Sans grandes cérémonies, il se faufile à travers le hall, de son pas assuré et de sa posture digne d’un commandant militaire. On s’écarte, on lui jette des coups d’œil intimidés. Sa réputation n’est plus à refaire, ici. Il se poste devant le garçon, lance une phrase pour l’embêter : à son tour d’être inquisiteur. De ses iris sombres, il le transperce de toutes parts, analysant le moindre détail. Mathias paraît regarder derrière lui, croise les bras et sa risette devient plus agaçante. Enfin, il parle. Surpris, le journaliste l’écoute, ignorant difficilement les frissons ; sa voix profonde en est la cause. Pourquoi est-elle terriblement magnétique ? La raison qu’il donne le satisfait plus ou moins, alors qu’il hausse brièvement un sourcil. Il ne lui offre qu’un silence pour l’instant, l’aveu le plongeant dans un état de curiosité presque malsaine. Puis, Mathias reprend. Cette fois, il est moins irritant. Il repère un changement dans son regard, dans son ton. Son myocarde un peu plus lourdement, se déchaîne dans sa cage thoracique. Un mince sourire se dessine sur les lèvres du brun, l’on pourrait même croire que c’est carnassier. C’est vrai que si tu désires plus qu’un écran interposé, il vaudrait mieux que l’on soit seuls pour ça. Mon bureau fera l’affaire, suis-moi. Un ordre donné, comme il le fait toujours. Sans attendre de réponse, parce que de toute façon c’était dit autoritairement, il se retourne et entreprend la marche, le guidant à travers la foule. Autant ignorer les regards incompréhensifs qu’on leur lance. Sa carte dans sa main, il fait biper les portes électroniques, l’amenant à l’ascenseur privé. A l’intérieur, il ne dit rien, laissant un silence s’instaurer, sans lui jeter un seul coup d’œil. Et enfin, ils arrivent dans la pièce, qu’il referme derrière lui. Sa veste retirée, les manches de sa chemise retroussée, il défait un peu sa cravate pour se mettre à l’aise. Il s’adosse contre la table, croisant les bras pour longer sa silhouette de ses prunelles emplies d’intérêt. Il est vrai que je suis agréablement surpris de te voir là, mais… si tu veux revenir, ne siffle pas dans le hall. Je laisse passer cette fois, sinon je risque de réellement m’énerver. Un avertissement, mais en réalité… a-t-il vraiment envie qu’il obéisse ?


(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



couleurs diluées (maki) 1213081277  couleurs diluées (maki) 3751872206
Spoiler:
 
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Sam 19 Déc - 23:47
❝ couleurs diluées. ❞
-- (maki 1).


Et personne ne peut nier ce qu’il se passe à ce moment précis : là, les deux corps qui se rapprochent, inévitablement. S’attirant comme deux aimants à l’opposé, dans une pièce. L’un de feu, l’autre de glace : et ces regards sur les deux âmes, attirées, attirantes. Les sourires échangés, quelques paroles même, laissant paraître cette tension à faire mouiller les culottes des gamines en chaleur. Et Mathias, qui se délecte de peser chacun de ses mots, sachant pertinemment quel effet ils auraient sur l’asiatique. Ne lâchant jamais le regard, le laissant penser maître d’une situation que le taulard a déjà bien anticipé. Alors cet ordre, il ne le conteste pas : parce que se retrouver seul, avec lui, c’est la raison de sa venue. Le pourquoi il avait passé le cap d’un simple message pianoté sur un écran, à une visite en chair et en os dans l’enceinte même d’une intimité jusque-là protéger de la mauvaise graine. L’ascenseur se présente à vous, et dans un silence mortuaire, vous entrez à l’intérieur. Les portes se ferment, tu te retrouves légèrement à l’arrière de Minki. Tu penches un peu la tête vers lui, laissant ton souffle s’échouer sur sa nuque, respirant calmement son odeur. « Le musc te va à ravir. » Qu’il murmure à son oreille, avant que les portes ne s’ouvrent. Pour stopper l’attraction, l’espace d’un instant, d’un moment. Les corps se séparent pour prendre la direction d’une pièce inconnu au brun. Mais il l’aime déjà, rien qu’à l’idée qu’il se fait de cette entrevue privée. A peine la porte refermée, Minki se décharge de sa veste, remontant les manches de sa chemise. Et Mathias, il reste là, à le regarder se mouvoir dans la pièce, comme si elle s’adaptait à lui et non le contraire. Et ça le fait doucement sourire, d’imaginer que les meubles puissent se dégager, juste pour laisser l’espace vital de l’asiatique intact. Il retire sa veste en cuir Mathias, la dépose sur un porte manteau pas très loin. Dos à l’homme qu’il convoite, il ne peut s’empêcher d’afficher un air amusé en l’entendant. Se retournant pour faire volte-face et se rapprocher de sa proie. Doucement. « Sinon quoi ? » Qu’il fait semblant de ne pas comprendre, s’approchant dangereusement de l’homme cravate. Se plantant devant lui, les nez se touchant pratiquement, les lèvres à quelques millimètres. Et les azurs qui se plantent dans ses marrons. « Je n’ai pas très bien entendu. » A quelques secondes près de s’embrasser, la gaule qui pointe le bout de son nez, l’épiderme qui se parsème de quelques frissons à l’idée d’un peu plus qu’une banale conversation.
(c) TORTIPOUSS.


Minki Hwang
Minki Hwang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

couleurs diluées (maki) 9nw1 couleurs diluées (maki) Wjht couleurs diluées (maki) 36p4 couleurs diluées (maki) L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
couleurs diluées (maki) Hmys
  • United Earth
couleurs diluées (maki) 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12520
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
couleurs diluées (maki) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Lun 21 Déc - 1:12


couleurs diluées


Imprévisible au possible, Minki s’attend à tout et à rien à la fois aujourd’hui. Un échange charnel, ou qui sait… hostile aux milles mots acerbes. En réalité, il aime les deux options, elles lui procurent des émotions qu’il ne saisit pas encore. L’adrénaline se creuse en lui, son cœur bat à tout rompre, pourtant son visage demeure sévère. Cependant, si l’on observe bien ses plis faciaux, on peut apercevoir de l’amusement. Mathias l’égaye. Oh que oui. Il en a besoin, de leurs interactions – même si ô grand jamais il ne l’admet. La tension dans l’ascenseur est palpable, discernable d’une facilité déconcertante. La présence obscure du garçon derrière lui fait vibrer chaque parcelle de son corps, il manque de déglutir quand il sent son souffle chaud près de sa nuque. Malgré lui, sa peau frémit, ses poils se hérissent. Maudit soit Mathias et sa compagnie magnétique. Les quelques mots sont soufflés, un compliment. Merci, qu’il répond simplement. Il le guide à travers le couloir, s’engouffrant dans son bureau. Il se mouve à l’intérieur avec minutie, ne sachant pas pourquoi il mesure chaque pas qu’il entreprend. Les tissus de trop retirés, il sent ses iris se poser sur lui, perçoit de justesse le sourire qu’il esquisse. Pendant un instant, il a l’impression d’être une proie dans une cage. C’est son bureau, effectivement, mais pourquoi a-t-il la sensation qu’il n’en est pas le lion, là tout de suite ? Ses pulsions de dominant reviennent toutefois brusquement, c’est lui qui a le contrôle ici. Alors, (( dans l’espoir )) d’instaurer une supériorité, il parle en premier. Les mots fusent, autoritairement pour ne pas changer, et à peine a-t-il le temps de parler que Mathias se retourne, posté près du porte-manteau. Sinon quoi ? que le garçon questionne. Silencieux, il plisse un peu les yeux, son corps se figeant à l’approche de Mathias. Il est proche… très proche… encore un peu et il peut repérer la noirceur de son âme, la violence dans son regard, la sensualité dans ses mots et ses gestes. Sa peau ne cesse d’être parcourue de frissons qu’il tente d’ignorer et à la deuxième phrase, il se mord inconsciemment la lèvre. Il pourrait craquer, l’attraper, le retourner sur ce bureau, lui faire la misère et l’entendre gémir… mais pour l’instant, il a envie de jouer. A son tour de paraître amusé, un sourire joueur se dessine sur son faciès. Tu n’as pas bien entendu, vraiment ? Quel dommage, Mathias… Le prénom roule lascivement sur sa langue, ses doigts montent, jusqu’à s’arrêter sur son haut. Il titille son haut, dessinant quelques formes abstraites sur sa peau, avant de toujours grimper. Sa main s’arrête à sa joue, son pouce venant frictionner sensuellement l’épiderme, le regard toujours ancré dans le sien. Il brûle de défi, il a envie de le laisser croire qu’éventuellement, ils pourraient aller plus loin. Il faudrait peut-être que je réitère dans ce cas… qu’il minaude d’une voix basse. Sur ces mots, il se penche, encore plus, jusqu’à venir se coller près de son oreille, à son tour de jouer avec son souffle sur sa nuque, il susurre alors : La prochaine fois que tu siffles dans le hall, je vais te punir sévèrement…


(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



couleurs diluées (maki) 1213081277  couleurs diluées (maki) 3751872206
Spoiler:
 
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 21 Déc - 1:39
❝ couleurs diluées. ❞
-- (maki 1).


Peut-être qu’il voulait simplement paraître dur, sans sentiment, sans ressentiment. Mais Minki, il se trahissait tout seul : à coupe de frisson sur l’épiderme, faisant germer tout un tas de picotements que Mathias se délectait d’apercevoir alors que le souffle se posait dans son cou. Se voiler la face avec un simple remerciement formel : et la mine réjouie du taulard qui savait que ce n’était qu’une façade. Dans le bureau, la tension n’est pas retombée, au contraire : les vêtements de trop enlever, la discussion n’a pas tardé à se lancer pour juste menacer d’un peu de réprimande face à un comportement sauvage. Il a souri, encore amusé, Mathias de cette situation qu’il savait plaisante pour l’asiatique : mais Minki, il était comme ça. Il ne dirait rien, n’avouerait rien. Même sous la contrainte, ses sentiments valaient bien la peine de se faire buter pourvu qu’ils ne les gardent que pour lui. Mais Mathias n’a pas perdu la face, face à ce ton autoritaire et à cet ordre lancé. L’air électrique autour des deux corps ne tardent pas à faire quelques étincelles : ne restait qu’à voir si le feu allait prendre ou bien seulement faire de la fumée. C’est qu’ils étaient dangereux, les deux, à leurs façons : Minki aimait dominer. Mathias détestait les ordres. Et pourtant, pour la petite gueule du bureaucrate, il pourrait être amener à aimer ça. Alors il s’approche, le boiteux, lentement près de sa proie. Dément comprendre les paroles pour voir s’il va oser se répéter, les lèvres à quelques centimètres des siennes, dans un duel annoncé sanglant, prenant : le regard planté dans le sien, sans sourire maintenant, il attend. Et la réponse fuse, presque malgré Minki. Le nom de l’autre roulant entre ses lèvres, faisant baisser le regard sur les lippes de l’asiatique, un peut trop attractives. Et finalement, la tête se penche après quelques murmures, alors que Mathias restait silencieux : il voulait voir à quel point son congénère était fou. Jusqu’où il pourrait aller pour rendre ce moment encore plus violent : cette trique dans le pantalon de savoir où ça mène. Soit en enfer, menant à des mots plus arrogants les uns que les autres ; soit au paradis, goûtant la peau de l’autre et explorer les reins, l’intimité. La dernière phrase est susurrée dans l’oreille, faisant dresser l’épiderme de Mathias, au garde à vous, prêt à accueillir les mots. Et dans un automatisme probablement dérangeant pour la plupart des gens, sans même savoir comment Minki allait réagir, les mots punir sévèrement ont provoqué un excès de rage chez le brun : si bien que sa main s’est saisie de la gorge de l’asiatique pour serrer un peu plus sa prise sur lui. La tête se penche alors que les regards se croisent. Et Mathias approche son visage. Encore. Encore. Serrant sa prise. « Et maintenant, qui va être punit à ton avis ? » Qu’il susurre à quelques millimètres de ses lèvres, les azurs plantés dans celles de son double.
(c) TORTIPOUSS.


Minki Hwang
Minki Hwang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

couleurs diluées (maki) 9nw1 couleurs diluées (maki) Wjht couleurs diluées (maki) 36p4 couleurs diluées (maki) L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
couleurs diluées (maki) Hmys
  • United Earth
couleurs diluées (maki) 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12520
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
couleurs diluées (maki) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Lun 21 Déc - 12:32


couleurs diluées


Il n’a jamais compris pourquoi Mathias l’a tant intrigué et ce, dès leur première rencontre. Peut-être est-ce son regard électrisant, ses mots mesurés, sa voix grave ou alors, cette aura de mystère qui l’enveloppe. A travers ses gestes, il y a toute une histoire à décortiquer, un autre univers à explorer, il s’agit de là d’un humain attirant, fascinant. Encore et toujours malgré lui : impossible d’avouer que sa compagnie lui devient… indispensable. Les rebelles ne sont pas ce qu’il préfère pourtant, il en est même répulsé, ne pouvant s’empêcher de grommeler face à leur existence. Non, décidément, il est perdu. Le garçon s’approche, de son pas boiteux (sans pour autant lui retirer, ne serait-ce qu’une once, de charme). Leurs corps s’attirent, la flamme existante de désir se ravive, l’ambiance le rend dingue : dans le bon sens du terme. Mais Minki, il se retient de lui sauter dessus, contre toute attente. Des chaînes l’arrêtent de justesse, celles de la folie. Il a envie de l’embêter. Son épiderme parcouru de frissons se réchauffe, il en viendrait presque à trembler d’amusement. Tel un démon narquois, il se penche vers lui, insufflant quelques mots révoltants près de son oreille. Le punir sévèrement : le prendre contre un bureau, le secouer contre le meuble, jusqu’à ce que ses cordes vocales s’en effritent. La réaction est… saisissante, littéralement. A peine a-t-il le temps de lui murmurer ces phrases emplies de dominance, qu’il sent sa respiration se bloquer. Mathias vient de lui empoigner le cou, d’une brutalité sans nom. Cependant, si la douleur ne lui parvient aucunement, la pression, elle, est bien existante. Son souffle s’hachure, il est choqué, surpris… mais qu’est-ce qu’il aime ça. Il enfouit ce dernier sentiment avec grand soin, néanmoins son faciès ne peut pas mentir : il esquisse un sourire en coin, surtout en remarquant que le garçon penche la tête sur le côté. Dans ses iris, il y voit toute la noirceur, cette tornade de vices, cette rage. Son myocarde se déchaîne de plus en plus, sa main vient se poser sur son poignet, sans exercer trop de force dessus. De nouveau, il est proche, ses lèvres proches des siennes, ses pupilles s’y attardant. Le contraste entre son murmure et la sauvagerie de sa main sur son cou en est excitante. Désolé… mais… toujours toi. A ces mots, son poing percute brusquement contre son ventre, pour le déstabiliser (et aussi parce que son sadisme n’est jamais trop loin). D’un geste vif, surtout sec, il parvient à se défaire, le forçant à échanger sa place avec lui. Désormais, c’est lui qui le plaque contre le bureau, ses traits faciaux peints d’une férocité qui lui correspond bien. Qui a dit que tu pouvais avoir le contrôle ? qu’il grogne presque.


(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



couleurs diluées (maki) 1213081277  couleurs diluées (maki) 3751872206
Spoiler:
 
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 21 Déc - 14:46
❝ couleurs diluées. ❞
-- (maki 1).


La tension dans la pièce, qui pourrait sans aucun doute alimenter une centrale électrique. Et vous, vos deux corps jouant d’une situation qui, à tout moment, peut vous faire exploser, vous envoyant au Septième Ciel : de la meilleure comme de la pire des manière. Qu’allez-vous choisir ? Suspense. On ne peut deviner, anticiper vos réactions, vos mouvements, vos mots : si bien qu’au final, même le destin a jeté les dés en fermant les yeux. Il n’est plus de son ressort de vouloir vous contrôler, de vouloir faire en sorte que vous deveniez quelqu’un de précis. Electrons suffisamment libres pour être plus puissants encore que les Dieux. Le corps de Mathias se déplace dans l’espace avec une aisance de félin : prêt à bondir sur sa proie, à n’importe quel moment, attendant juste le signal. Et Minki, figé, qui n’en reste pas moins le loup dans la bergerie. Et c’est là toute la complexité de votre relation, de la situation : si deux prédateurs se rencontrent, qui pensez-vous va se changer en proie ? Le premier qui flanchera, faiblira sous la pression du feu, constant autour de vos âmes chargées d’électricité. C’est ainsi, par la force des choses, que vous vous êtes retrouvés à quelques millimètres. Des murmures échangés, des provocations sous forme de mots. Et finalement, la violence fait son apparition, se chargeant d’attraper Minki par la gorge face à des paroles trop voluptueuses. Le regard se change, devient clair-obscur, pour se poser dans celui du loup : et un éternel sourire de satisfaction collé sur la face de Mathias, qui continue de bouleverser l’équilibre des choses. Et peut-être que le fait que Minki soit si sûr de lui l’a déboussolé : il s’est retrouvé bloquer à la place qu’occupait l’asiatique quelques secondes avant. Et ça gronde, dans la gorge du taulard, qui déteste se sentir vulnérable, à la portée d’un bureaucrate. Il grogne face à la froideur extrême de l’autre, miroir presque de sa propre violence. Mais le sourire revient, pour toujours plus de provocation. Vouloir faire exploser l’asiatique entre ses mains, pour dévoiler un semblant de sentiments. « Pendant combien de temps penses-tu avoir le contrôle, hein Minki ? »
(c) TORTIPOUSS.


Minki Hwang
Minki Hwang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Min, Minmin, Mint (par son ex), Minkiki (par Leslie), petit Minki, ainsi de suite.
Âge : 31
Origines : coréennes.
Occupation : reporter local pour la NBC News (il a été un envoyé spécial jusqu'en 2019, puis journaliste télé et reporter pour la CNN, récemment encore il était un reporter pour VICE) + directeur de l'agence d'escortes "Palette", tout au-dessus se trouve "Canvas", organisation criminelle qu'il gère en secret avec l'élite de la société, les contrats d'assassinats se multipilant
Lieu de résidence : une penthouse à Manhattan, immeuble n°666.
A New York depuis : ses douze ans, il est venu ici après la mort de ses parents. il a été à LA pour son bachelier en journalisme de 2008 à 2012.
Situation Amoureuse : en couple avec son petit loup ((Ace)) depuis le dix février.
Orientation sexuelle : pansexuel, il a encore du mal à s'assumer en public.
Trigger Warning : violence (excessive) physique et mentale + relations toxiques + personnage toxique + corruption + addictions (travail) + mention de maladie (analgésie congénitale /!\ il ne ressent donc aucune douleur physique) + pression psychologique + burn out

couleurs diluées (maki) 9nw1 couleurs diluées (maki) Wjht couleurs diluées (maki) 36p4 couleurs diluées (maki) L295
This is the winter of my d i s c o n t e n t
couleurs diluées (maki) Hmys
  • United Earth
couleurs diluées (maki) 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 12520
Faceclaim : park jinyoung (got7)
Crédits : (s) siren charms (a) mooncalf (i) ???
Inscription : 07/08/2020
Multicomptes : leith park
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
couleurs diluées (maki) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Mar 22 Déc - 15:19


couleurs diluées


Ce jeu lui plaît autant qu’il le perturbe : lui, un homme si autoritaire, qui a tendance à éviter les rebelles comme la peste… se retrouve à en amener un dans son bureau. Ô grand jamais Minki Hwang accepterait un tel comportement dissipé d’habitude ; siffler dans le hall, pour attirer son attention ? Quel affront. Pourtant, le voilà, au fond de lui, à en être amusé. Il se délecte des réactions de Mathias, ses iris scrutant la moindre expression faciale. Il n’apprécie assurément pas les ordres, le garçon. Ça se voit. Après tout, il n’aurait pas un bracelet électronique à la cheville dans le cas contraire. Il prend une note mentale de pousser ses limites, lui un dominant et l’autre un indocile. C’est sûrement pour ça qu’il le force à échanger sa place avec lui. Il entend le tonnerre qui gronde dans sa gorge, perçoit son mécontentement. Son regard se voile de violence, percutant celui de Minki empli de glace. Les lèvres du rebelle se redressent en un sourire provocateur, un détail qu’il n’apprécie aucunement (ou peut-être que si ?). Ses traits faciaux se crispent, encore plus à sa question. Il ricane et, de nouveau, ses doigts viennent se glisser à sa joue. Une douceur presque perturbante, mais cela ne dure pas. Sa main se parsème jusqu’à sa nuque, avant de monter jusqu’à sa touffe qu’il saisit. Il le tire en arrière et c’est à son tour d’afficher un rictus : celui qu’il aborde quand il laisse sa brutalité s’extirper de sa carapace glaciale. Oh, donc tu admets que j’ai sûrement le contrôle. Il ne sait pas ce qui le pousse réellement à agir de la sorte, à être si emprunt de sadisme, il aime le voir encerclé de son emprise. Cependant, il le sait, il n’aura effectivement pas toujours le dessus. Il hausse légèrement un sourcil, reprenant sa moue sérieuse. Pour répondre à ta question : aussi longtemps qu’il le faudra. Un temps de pause, juste pour laisser la tension s’amplifier dans la pièce. C’est comme si le temps s’est arrêté, comme s’ils n’étaient plus qu’eux dans tout ce gratte-ciel. Mais ça ne te dérange pas tant que ça, pas vrai ? Je serais déjà mort sous tes poings si c’était le cas, et ton petit bracelet s’en verrait enserrée plus longtemps à ta cheville… Une hypothèse susurrée, un peu comme un secret, la phrase roule sur sa langue tandis que ses pupilles s’incrustent dans celles de Mathias. Un combat qui semble perdurer, il s’en délecte avidement.


(c) MORNING RAIN



I said my face bomb, ass tight
Racks stack up Shaq height
Jewelry on me, flashlight
I been lit since last night



couleurs diluées (maki) 1213081277  couleurs diluées (maki) 3751872206
Spoiler:
 
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum