AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-30%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Rafraîchisseur 4 en 1 – Ventilateur – Brumisateur – ...
79.99 € 114.95 €
Voir le deal


Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
(chapter one), informer EuYxyPzq_o
  • United Heart
(chapter one), informer VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
(chapter one), informer 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Sam 12 Déc - 23:56:39

" the wait is over "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Leith Park

Tu peux arrêter de jouer ta Mariah Carey une seconde ? Je poireaute depuis un bon quart d’heure au commissariat… Tu es en retard et je déteste les gens qui ne savent pas faire preuve de ponctualité. Je t’attends pour rentrer chez moi ! Mon plaid, un bon verre de vin et Netflix commencent à s’impatienter, et moi aussi d’ailleurs ! J’agrémente ce message d’une ribambelle de smileys qui vont de l’agacement à l’amusement et trahissent la patience relative qui continue malgré tout d’être la mienne. Leith peut s’estimer heureux que je sois occupé à siroter un café, bien au chaud, le nez rivé dans une paperasse qui, décidément, est interminable. Plus de deux jours à compléter des papiers, à éditer des rapports en retard à défaut de pouvoir être sur le terrain, là où je m’éveille véritablement. New-York est calme, ces derniers temps, une affirmation relative quand on sait la criminalité qui ronge cette ville au quotidien mais mes affaires sont au point mort et aucune nouvelle enquête ouverte ces dernières heures ne concerne notre département. « Wolf, quelqu’un pour toi à l’accueil ! » Je relève la tête, hors de mon dossier, et réalise qu’une pluie de messages m’attend sur mon portable. J’ai perdu la notion du temps, absorbé par mes notes, et une petite vingtaine de minutes s’est écoulée. « Très bien. Préviens-le de mon arrivée ! » Je me redresse, fonce en direction des sanitaires, la tête ailleurs, pour brièvement rincer ma tasse d’un très rapide coup de jet et l’abandonne sur mon bureau, près de l’ordinateur que j’éteins dans la foulée avant d’attraper ma veste et mon insigne que j’accroche à mon jean pour pouvoir quitter les bureaux à l’étage et rejoindre le hall d’accueil. Il est là, un sourire en coin, agacé d’avoir attendu et je le coupe de mon index pointé dans sa direction, avant même qu’il puisse ouvrir la bouche. « Chacun son tour, d’attendre ! » Qu’il considère cela comme une revanche personnelle, même si je n’avais pas prévu de l’oublier. « On marche ? » Je lui propose, venu ce matin en métro. « Ne rêve pas, cela dit… Je ne t’escorte pas jusqu’à chez moi ! » Il tente toujours de me subtiliser cette information, une petite adresse qui, je le sais, ferait la différence et nous éloignerait de ce rapport que j’ai déjà du mal à garder purement professionnel. « Qu’as-tu à me donner sur l’affaire Jenkins ? »


icon code sleipnir.




Leith Kang
Leith Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : tianshi, "p'tit nerd", ainsi de suite. ET KANG KANG SURTOUT
Âge : 25
Origines : coréennes par le papa défunt, australiennes par la maman. il a la nationalité américaine.
Occupation : ancien étudiant, a failli obtenir son master en ingénierie civile, a été viré en août 2020 + co-propriétaire d'un label de musique avec Levi Welch, il est aussi son batteur + indic
Lieu de résidence : brooklyn.
A New York depuis : 2003.
Situation Amoureuse : célibataire depuis peu, il ne veut plus se laisser aller dans une autre relation, bien trop brisé par la dernière, celle avec isaac. perturbé par ses émotions qui le submergent, il enchaîne les conquêtes.
Orientation sexuelle : bisexuel, se découvre polyamoureux depuis peu.
Trigger Warning : violence mentale & physique + détresse mentale + addictions (drogue) + tendances autodestructrices + personnage & relations toxiques + possessivité/jalousie exacerbée

j'évite : le rp hot cru (je privilégie les ellipses) + l'inceste + le cannibalisme

(chapter one), informer Rgdz(chapter one), informer Htbf(chapter one), informer Fomc(chapter one), informer Adx1
I try getting drunk, as if I don't care, ooh
(chapter one), informer V7ff
  • Aucune association
(chapter one), informer VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 18746
Faceclaim : hwang hyunjin (skz)
Crédits : (a) soeurs d'armes (s) siren charms (i) ???
Inscription : 21/07/2020
Multicomptes : minki hwang
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
(chapter one), informer Wh9lQgGX_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Mar 15 Déc - 16:32:51
" informer "
Old man & young rebel | @Lugos Wolf

Les éclats de rires transpercent l’air, les discussions s’animent, les tapes amicales se réceptionnent, aujourd’hui, comme beaucoup d’autres jours, Leith s’arme de sa carapace d’enfant chahuteur. Loin de lui l’image du garçon timide de l’époque, il aborde sans cesse ce sourire narquois, les railleries provocatrices fusant à chaque minute passée. Son téléphone vibre, mais il ne semble pas le remarquer, trop en immersion dans la conversation qu’il a avec ses « amis ». Une bande de jeunes peu fréquentables, qu’il a croisé sur le chemin en voulant aller au poste de police. Leurs pupilles sont tout aussi dilatées que les siennes, un joint pour lui équivaut à une cigarette : ce n’est rien pour lui. Pour d’autres, c’est signe de délinquance, de criminalité. Sûrement pour ça qu’on les regarde étrangement. C’est l’énième vibration qui le sort de sa torpeur et le mobile sorti de sa poche, il écarquille les yeux, lâchant un « oh merde ». Lugos. Un prénom étrange pour un homme qui l’est tout autant. Du moins, c’est ce qu’il se dit. Aka le vieillard, selon lui. En réalité, il n’en rien, il le trouve même… beau. Beaucoup trop beau. Lui et son sourire éclatant et ses discours moralisateurs – qui l’agace fortement il faut le dire. Un soupir s’extirpe de ses lèvres, il salue brièvement ses amis et accoure à la station. Posé près du comptoir de la réception, il attend… et attend… l’impatience grondant en lui, il a envie de râler. Le pied qui tressaute, il est prêt à débarquer dans son bureau (mais il n’en a pas le droit). Il ne peut que l'harceler de messages. Enfin, il le voit arriver. Ses lèvres s’entrouvrent, il compte lui lancer une pique, cependant à peine a-t-il le temps d’entreprendre le geste qu’un doigt se glisse sur sa bouche. Ses sourcils se froncent un instant, puis s’affaissent, exaspéré. M’ouais, go marcher, hein… pas comme si j’avais l’choix, qu’il grommelle. Ses mains dans ses poches, il le suit et lève les yeux au ciel, l’imitant dans une ribambelle de « gneu gneu gneu ». C’est pas la mort d’aller chez toi hein. Ou peut-être que si. Cette tension qui règne entre eux n’est pas que professionnelle, il le sait, et malgré son envie persistante d’obtenir son adresse un jour, il a peur que… ça dérape. Sans savoir où est-ce qu’ils pourraient aller, il se contente de le coltiner, le paysage défilant lentement. A sa question, il boude intérieurement. Ça y est, les affaires sont les affaires et ce, un peu trop rapidement à son goût. Il aborde un air qui se veut sérieux (autant qu’il puisse l’être, son cerveau embrumé par la weed ne l’aidant en rien). Hmm… Il se perd dans ses réflexions légèrement désarticulées – rien de très grave, mais assez pour le déconcentrer – avant de sortir de sa torpeur. Marcher à côté de Lugos, ça lui donne chaud en plus. Pourquoi est-ce qu’il est canon, comme ça ? Ah ! s’exclame-t-il, se réveillant enfin. Tu peux être fier de moi j’ai recueilli plein d’infos, ha ha ! Ça faisait genre une semaine que j’essayais d’en apprendre plus sur le frère Jenkins et… comment dire… Le suspense avant tout, il le fait languir. On m’a invité à une soirée où il était, pas le genre posée et tranquille hein, on est pas des vieux comme toi. J’y suis allé avant-hier et j’ai tapé la discut avec lui. En vrai c’est un chouette type si on retire le fait qu’il ait braqué des banques. Il passe une main dans ses cheveux, tentant de paraître cool, alors qu’il esquisse un sourire en coin. Complètement en immersion dans son histoire, comme s’il racontait le conte du siècle il ajoute : Du coup, il m’a dit que j’avais l’étoffe d’un rebelle et il m’a proposé de l’aider. Genre t’sais… porter les sacs de fric et tout… en vrai j’sais pas si c’est un piège, parce que le mec m’a fait vite confiance. J’ai essayé d’en savoir plus, mais y a eu une bagarre ce soir-là. Trop dommage p’tain. Voilà voilà, c’tout.


icon code sleipnir.




- - But why is my heart still the same?
Without any time to think
My body is going to the club
Without any emotion
Just to avoid loneliness
I'm disappearing with a strange girl outside
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
(chapter one), informer EuYxyPzq_o
  • United Heart
(chapter one), informer VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
(chapter one), informer 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 16 Déc - 20:11:22
" the wait is over "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Leith Park

Ce rendez-vous n’a rien d’exceptionnel, j’irais même jusqu’à dire que la fréquence de ces derniers s’est multipliée depuis peu. Conséquence d’une suspension quelque peu discutable d’un collègue qui a fait l’imbécile et s’est retrouvé à la porte. Le malheur professionnel des uns faisant le bonheur des autres, j’ai pu me rapprocher de cet informateur qui joue son rôle à merveille. Que dire, si ce n’est qu’il m’a permis de faire un sacré bond en avant il y a peu après une période de surplace insupportable dans mon enquête. Ce n’est pas rare, il ne s’agit pas d’un aveu de faiblesse mais plutôt d’une phase qu’il est presque impossible d’éviter lorsqu’on planche sur une affaire aussi complexe que celle-ci. Jenkins, ce nom pourrait aisément me réveiller en pleine nuit après un mauvais cauchemar. À croire que l’obsession finira bientôt par l’emporter sur tout le reste. J’en viendrais parfois même à regretter mon statut de militaire, une époque à laquelle j’étais forcé de mener des interrogatoires, bien-sûr, mais les enquêtes étaient différentes, bien plus concrètes et faciles à mener avec une véritable perspective de progression à même le terrain. Ici, tout est plus compliqué. Le moindre mouvement nécessite des heures et des heures de paperasse, de négociations qui retardent des échéances pourtant essentielles. Flic et militaire, ce n’est pas tout à fait le même monde et je cherche encore mes marques. Poireauter comme je suis obligé de le faire dans mon bureau en attendant l’arrivée de Leith, ce n’est pas ce que je préfère mais le temps passe à une vitesse folle dès lors que je me lance dans mes rapports en retard. Les rôles s’inversent dans la foulée et monsieur se retrouve à m’attendre à son tour. Je me délecte de l’agacement qui filtre dans son regard, nettement plus attendri qu’affecté par un tel accueil. Il est mignon, Leith. Toujours très agréable, du genre à fatiguer très rapidement mais dans le bon sens du terme. Il a une présence particulière, un charisme qu’il n’utilise malheureusement pas à bon escient. Il me frustre, Leith, et je ne manque jamais de lui faire savoir qu’il passe à côté de son potentiel en agissant tel qu’il le fait. D’autres flics s’abstiendraient de vouloir absolument le pousser vers le haut, une telle attitude est mauvaise pour les affaires mais je m’en fiche… Je m’inquiète pour lui, incapable de ne pas réagir avec le cœur. « Tu me ferais presque verser une larme, tu sais ? Presque, parce qu’après je me rends compte que tu as ingéré des substances peu recommandables rien qu’en observant tes yeux complètement explosés et je réalise qu’un peu d’air frais ne te fera pas de mal. » Un gosse, j’ai vraiment l’impression d’avoir un gamin face à moi parfois… « T’emmener chez moi et puis quoi encore ? Je ne veux surtout pas me faire égorger dans mon sommeil à la première contrariété. » Je ne le pense pas capable d’une telle chose, je ne l’espère pas sanguinaire... Je ne le perçois pas ainsi. Tu n’as jamais été sensible aux charmes d’un assassin. Une excuse comme une autre, qui dissimule une toute autre réalité, celle qui menace de trahir un manque de professionnalisme qui ne m’a jamais caractérisé. Celui qui pousse mes prunelles à se perdre là où tout m’interdit d’aller. Quelques pas se transforment en mètres. Le quartier est paisible en dépit des sirènes qui ne cessent de rugir, climat naturel d’une ville qui, de toute manière, ne dort jamais vraiment. Le silence me rend nerveux, comme toujours, m’inspire des conversations qui pourraient ouvrir cette boite de Pandore que je tente de garder close, coûte que coûte. Tu veux absolument faire les choses à ton image, dans les règles malgré la tentation, malgré ce désir que tu nourris d’apprendre à le connaitre différemment. Son dossier m’a appris des tas de choses jusqu’à maintenant, c’est certain, mais ce n’est pas cette dimension qui m’importe… Il est bien là, le problème. Des mots savamment utilisés et orchestrés au service d’une tension grandissante et d’un suspense insupportable. Je ne tiens plus en place, me détourne en une légère accélération qui me permet de le devancer et de lui bloquer le passage. Je me plante devant lui, droit comme un piquet, les mains contre les reins, le t-shirt mal réajusté dans le feu de l’action et l’interrompt, impatient. « Tu vas finir par me rendre dingue ! » Et pas qu’à cause de tes mots. Cette langue bien pendue me fait sourire autant qu’elle m’offre des opportunités de m’indigner comme je le fais présentement. Il me fait tourner en bourrique. Je m’abreuve de ses informations, acquiesce systématiquement en un signe manifeste de l’intérêt que je lui porte. La balade peut reprendre à présent. « Pas des vieux comme moi… Trou du cul ! » Je souffle, mutin, sans jamais m’aventurer à le regarder dans les yeux. Les opales rivées droit devant, sur la rue qui nous entoure. « Tu as pu obtenir une adresse malgré tout ? Un lieu de rendez-vous si tu venais à accepter sa proposition ? » Un tuyau qui me permettrait d’obtenir des résultats en le prenant la main, littéralement, dans le sac. « Tu n’iras pas ! Que les choses soient claires ! Je n’hésiterais pas à te menotter s’il le faut, pour t’empêcher de t’y rendre et garantir ta sécurité ! On sait tous les deux que tu es trop impulsif, foufou et imprudent ! » Je le toise finalement du regard, le ton ferme, résolu et renforcé par cet index que je tends dans sa direction en un seul et unique avertissement avant passage à l’action. Je ne me le pardonnerais pas si quelque chose lui arrivait à cause de cette enquête. À cause de moi ! « Tu as bien bossé… Comment puis-je te remercier ? Tu as envie de grignoter quelque chose ? » Une douceur sucrée comme on peut en trouver des tonnes en ville. Je suis d’humeur généreuse ce soir.


icon code sleipnir.




Leith Kang
Leith Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : tianshi, "p'tit nerd", ainsi de suite. ET KANG KANG SURTOUT
Âge : 25
Origines : coréennes par le papa défunt, australiennes par la maman. il a la nationalité américaine.
Occupation : ancien étudiant, a failli obtenir son master en ingénierie civile, a été viré en août 2020 + co-propriétaire d'un label de musique avec Levi Welch, il est aussi son batteur + indic
Lieu de résidence : brooklyn.
A New York depuis : 2003.
Situation Amoureuse : célibataire depuis peu, il ne veut plus se laisser aller dans une autre relation, bien trop brisé par la dernière, celle avec isaac. perturbé par ses émotions qui le submergent, il enchaîne les conquêtes.
Orientation sexuelle : bisexuel, se découvre polyamoureux depuis peu.
Trigger Warning : violence mentale & physique + détresse mentale + addictions (drogue) + tendances autodestructrices + personnage & relations toxiques + possessivité/jalousie exacerbée

j'évite : le rp hot cru (je privilégie les ellipses) + l'inceste + le cannibalisme

(chapter one), informer Rgdz(chapter one), informer Htbf(chapter one), informer Fomc(chapter one), informer Adx1
I try getting drunk, as if I don't care, ooh
(chapter one), informer V7ff
  • Aucune association
(chapter one), informer VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : nath ou natho
Pronom : elle
Messages : 18746
Faceclaim : hwang hyunjin (skz)
Crédits : (a) soeurs d'armes (s) siren charms (i) ???
Inscription : 21/07/2020
Multicomptes : minki hwang
Nombre de mots par RP : je fais court en ce moment (~200/300)
Fréquence de RP : 1 à 2 par semaine
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
(chapter one), informer Wh9lQgGX_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Sam 19 Déc - 13:47:29
" informer "
Old man & young rebel | @Lugos Wolf

Leith retient de justesse une énième moue boudeuse, il faut croire qu’en la présence de Lugos, c’est une expression faciale qu’il aborde le plus. Après tout, il n’est pas comme les autres, lui. Toujours à trop s’inquiéter, à le sermonner… il n’est pas habitué à ça. Non, généralement les flics ne cherchent pas à l’aider à « vaincre » ses maux. La preuve, Diego s’amusait à fumer avec lui plutôt qu’à l’en empêcher : pas que ça le dérange, loin de là. Le petit rebelle a tendance à se braquer quand on pointe son problème avec la drogue et là, c’est tout pareil. Wolf semble remarquer ses yeux explosés, comme il précise, et le silence est la seule réponse qu’il lui apporte. Autant esquiver, pas vrai ? Fort heureusement, le sujet dévie et son visage s’illumine un peu plus. Il laisse échapper un ricanement amusé, alors qu’il le suit. Arrête un peu, j’aurais à peine le temps de réfléchir à ça que t’auras déjà contrecarré mes plans. Et puis, il n’est pas question de l’égorger, il s’est plutôt imaginé juste traîner dans l’appartement… ou quelque chose de plus charnel, mais il balaye vite la pensée. S’ensuit la fameuse raison de leur petit rendez-vous. Jenkins. Il devine que le suspense tue le flic sur place, ce qui l’égaye plus que tout. C’est drôle de le voir attendre les informations… et soudain, il ne s’y attend pas, Lugos se place devant lui, l’incitant à s’arrêter brusquement. Son regard s’abaisse automatiquement sur le t-shirt mal arrangé, repérant alors une parcelle de sa peau. C’est sûr qu’il est beau… et ce corps. Il déglutit, ses joues prenant une teinte légèrement rosée, puis remonte enfin ses yeux dans les siens. Je pensais que t’étais déjà dingue de moi, dommage, qu’il taquine, la malice peignant ses iris. La balade reprend, il ignore l’injure (note à lui-même : il faut absolument qu’il continue de le traiter de vieux). Une adresse… il cherche, farfouille dans son esprit désarticulé, fronce les sourcils, sa moue réfléchie s’accentuant. Il n’a pas le temps de lui répondre que Wolf enchaîne : ça y est, les discours moralisateurs – saupoudré de l’index accusateur. Il lève les yeux au ciel, se secouant légèrement comme le ferait un sale gosse qui râle. De toute façon j’ai même pas d’adresse ! ‘fin… j’m’en souviens pas… faudrait que je tente de contacter le type et que j’essaye de voir avec lui. Un peu frustré de ne pas participer activement, et surtout parce qu’il ressent l’inquiétude de l’homme à côté de lui, il aimerait ne pas juste servir à donner des informations. Il pourrait faire bien plus, mais ce serait clairement dangereux. Il l’observe, surpris : il veut le remercier ? Il entrouvre les lèvres, puis les referme, il aime pas qu’on lui paye des trucs. Euh… pourquoi pas, ouais ? Un peu gêné, il réfléchit. On pourrait aller au Starbucks ? En vrai, j’ai un peu faim, c’est à cause de la weed et tout…


icon code sleipnir.




- - But why is my heart still the same?
Without any time to think
My body is going to the club
Without any emotion
Just to avoid loneliness
I'm disappearing with a strange girl outside
Lugos Wolf
Lugos Wolf






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t20101-lugos-wolf-o-avatar-incertain-13-12 https://www.disjointedsocieties.com/t20172-lugos-wolf#1112082 https://www.disjointedsocieties.com/t20173-lugos-wolf#1112089 https://www.disjointedsocieties.com/t20174-lugos-wolf#1112091
Surnom : Wolfie, une référence geek que ses amis aiment utiliser pour le comparer au loup qui apporte régulièrement son aide à un certain Mike dans le jeu vidéo Until Dawn. Mélange de gentillesse, de tendresse et de férocité, comme cet animal qui ne recule devant aucun danger et se bat pour ses convictions et ceux qu'il aime.
Âge : 28
Origines : Principalement américaines, des racines françaises du côté paternel et britanniques du côté maternel.
Occupation : Anciennement militaire déployé en Afghanistan (Capitaine, O-3 d'un escadron), éprouvé sur la durée par toutes les horreurs dont il a été témoin, parfois investigateur, sur le terrain au nom de la "paix". De retour au pays depuis janvier 2020 et Lieutenant de Police depuis (Detective Bureau).
Lieu de résidence : Brooklyn, un entre-deux intéressant d'un point de vue purement financier. Immeuble n°3 (appartement 18).
A New York depuis : toujours, malgré une interruption de plusieurs années au gré de ses missions partout à travers le monde.
Situation Amoureuse : Consacrée à une liberté qui permet de nager à vue, une relation longue qui n'a pas survécue à plusieurs années de déploiement en Afghanistan et un désir d'être surpris plutôt que de provoquer le destin.
Orientation sexuelle : Bisexuel assumé depuis toujours, il aurait pu être dangereux de s'affirmer à l'armée mais personne ne l'a jamais confronté à ce sujet-là.
Trigger Warning : Mort / Violence excessive / Injures / RP' hot

(Ce que je ne tolère pas en rp') : Cruauté animale, inceste, viol.

Lugos, un prénom celtique, inspiré par la mythologie qui l’accompagne. Une référence qui me va plutôt comme un gant. Lugos, ou, « Le Lumineux ». Une divinité spécialisée dans la communication, protecteur des arts. Je ne suis peut-être pas un artiste, mais j’ouvre grand mes yeux d’enfant devant le moindre morceau de bravoure cinématographique. ⌑ Les années quatre-vingt-dix, âge d’or musical aux yeux de plusieurs générations. Des classiques à ne plus savoir quoi en faire et un garçon qui vient au monde quelques minutes, à peine, après son frère. Des jumeaux (Neji Wolf) que tout opposera assez rapidement. ⌑ Une mère qui aime pudiquement, un père très absent, héros et bourreau à la fois. Une armoire à glace à l’éducation primitive, conservatrice diront certains. Un homme qui ne demande l’avis de personne et ne s’inquiète pas de blesser les autres. Un héros aux yeux d’une Nation tout entière, le Diable en chair et en os aux prunelles de ses enfants. ⌑ Un frère que j’ai toujours tenté de protéger en usant et abusant de mon aura de fils prodige. Moi qui, contrairement à Neji, me vouais au même chemin que mon paternel, à une carrière militaire qui ferait la fierté d’un père beaucoup trop sévère et violent. Combien de coups de ceinture, de remarques acerbes, de gifles… Tout le monde a perdu le compte, avec les années. ⌑ Bisexuel affirmé, une sexualité qui a toujours été assumée, et cela depuis mon plus jeune âge. Un premier baiser échangé avec une fille et une mauvaise impression qui m’a donné envie de faire mon coming out à treize ans, puis de me défaire de ma virginité l’année suivante avant une découverte tardive du sexe en compagnie féminine. Une préférence marquée pour les hommes malgré tout, au plus grand désespoir d’un père qui, dès lors, n’a eu de cesse d’assister impuissant à la dégringolade de son fils dans son estime. ⌑ À peine diplômé et déjà enrôlé (2010). Quelques années de formation, de petites missions à même la base militaire new-yorkaise puis l’obtention d’un premier grade (lieutenant) synonyme de premiers déploiements (2013). Un parcours initiatique dans les pas de mon propre père, lui-même envoyé en Irak en son temps (2014-2017). Un second grade (Capitaine) et l’accès à de nouvelles responsabilités. La formation d’une équipe à part entière, d’une famille embarquée en Afghanistan pour une mission sur le long terme. La violence d’un terrain sous-estimé, d’une réalité qui glace le sang et hante jusqu’au plus profond de tes rêves et un traumatisme, comme ultime coup de grâce, qui mène à une démission en mai 2019 avant rapatriement en janvier 2020. Lieutenant Détective depuis 2020, en conflit avec un père qui ne m’adresse plus du tout la parole et estime qu’une pédale dans mon genre n’aura de toute manière jamais assez de cran pour avancer dans la vie.

Célibataire, adepte des relations d’un soir, d’étreintes régulières qui n’engagent rien et n’entrainent pas le moindre problème. Ce n’est pourtant pas faute de rêver à une belle histoire, mais quelque chose semble toujours me retenir de franchir un tel pas. ⌑ Solaire, malgré une stature qui inspire la méfiance de prime abord. Je ne suis pourtant qu’optimisme et joie de vivre. Accroché à la vie au point où mes proches me taquinent souvent en sous-entendant que je sors tout droit d’un dessin animé utopiste. Mon monde, il est pourtant bien plus sombre que cela. Je préfère juste me concentrer sur la lumière afin d’éviter d’être emporté par une obscurité qui fait mal. ⌑ Sportif de haut niveau, entrainement militaire oblige, je continue à énormément m’entrainer à la salle de sport, le tout en combo avec plusieurs sports de combat qui enrichissent ma pratique professionnelle. Une petite dose de natation en supplément, lorsque la musculation me sort par les yeux. ⌑ Engagé, fervent défenseur de la cause LGBT+ au point de participer à l’ensemble des événements organisés dans les environs, qu’il s’agisse d’une Pride ou d’une manifestation plus sensible. J’apporte un soutien financier, bien-sûr, mais surtout humain à plusieurs associations qui apportent leur aide à des jeunes isolés à cause de leur sexualité. Un combat que j’ai également mené à mon échelle, que je continuerais toujours à mener contre mon père. ⌑ Gourmand, ne m’offrez pas de cookies au risque d’être récompensés par une demande en mariage. La nourriture est mon pêché mignon, j’irais même jusqu’à dire qu’il s’agit de mon talon d’Achille.

GREGOIRE (collègue)
chapitre 1 (en cours)
CLARK (psychologue / collègue)
chapitre 1 (en cours)
YURI (bénévole, allié dans l'urgence)
chapitre 1 (en cours)
DIEGO (ancien collègue, asset)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 2 (en cours)
chapitre 3 (en cours)
LESLIE (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
MACK (match NYCMEET)
chapitre 1 (en cours)
CHANI (blind date)
chapitre 1 (en cours)

TERMINÉS / ANNULÉS
MARLA (lien annulé Marla)
chapitre 1 (abandonné Marla)
LEITH (informateur)
chapitre 1 (abandonné Leith)
ALAN (politicien / allié)
chapitre 1 (en cours)
SETH (suspect initial, match NYCMEET)
chapitre 1 (sujet terminé)
When you’re constantly thinking of others and what they must be thinking or feeling or expecting, you wind up in this perpetual state of trying to please them. You see yourself through their eyes and you lose sight of who you are. Michael Soll
(chapter one), informer EuYxyPzq_o
  • United Heart
(chapter one), informer VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BOY BYE
Pronom : IL
Messages : 402
Faceclaim : James Yates
Crédits : monocle.
Inscription : 06/12/2020
Multicomptes : Aucun DC.
Nombre de mots par RP : 400-1800 mots
Fréquence de RP : Plusieurs fois par semaine (disponible)
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
(chapter one), informer 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 29 Déc - 0:58:47
" the wait is over "
Patience is not the ability to wait, but the ability to keep a good attitude while waiting. | @Leith Park

Tu sais depuis le tout début que tu n’es pas un policier comme les autres. Tu ignores s’il s’agit de ton expérience sur un autre type de terrain, en Irak, puis en Afghanistan ou s’il est tout bonnement possible de résumer cet excès d’humanité au travail par la présence d’un cœur gros comme le monde, étouffé sous l’épaisse couche musculaire que tu as plaisir à développer quotidiennement. Le constat est sans appel, dans tous les cas. Je dénature avec une large partie de mes collègues, capable d’une immense empathie envers les victimes, parfois même envers certains des criminels que nous plaçons derrière les barreaux. Tu t’es habitué à les entendre te rabâcher leurs théories au sujet de ton inexpérience relative dans le domaine. Très souvent tenté de leur rappeler que tu as passé plus de temps qu’il n’en faut dans les rangs de l’armée pour attester des pires penchants de l’humanité, que tu as parfois même participé à des horreurs au nom d’une paix qui a fini par t’arracher un segment de ton âme que tu ne retrouveras jamais… Tu hésites souvent à leur rabattre le caquet, eux et leur expérience se limitant à la criminalité new-yorkaise, eux qui, pour la plupart, n’auront heureusement jamais à composer avec le terrorisme à grande échelle ou les champs de bataille dignes de certains films de guerre. Tu prends ton souffle pour le faire à chaque fois, puis tu te souviens qu’ils gagneraient et que toi, tu n’as pas besoin de les convaincre pour être à l’aise dans tes baskets. Capable du meilleur comme du pire. À même de composer un juste milieu sans faiblir sans être effrayé par la transition d’un extrême à l’autre. C’est ainsi que devraient être formés les policiers. Des caméléons à même de se frayer un chemin partout, en dépit des circonstances. Quand j’observe Leith, la lueur qui brille discrètement dans son regard est la première chose qui m’interpelle. Ce petit détail à côté duquel tout le monde peut aisément passer mais que je prends à cœur d’exploiter. Ce gosse, je ne peux pas m’empêcher de vouloir le tirer vers le haut. Des indics, j’en trouverais des dizaines et des dizaines en m’en donnant les moyens mais lui… Il est unique en son genre ! Comment pourrais-je encore me regarder dans une glace en profitant de ses atouts alors que ce potentiel, il pourrait l’utiliser à bon escient pour se sortir d’un tel cercle vicieux ? « Tu as tout à fait raison ! Mais je me suis promis de ne pas tout bousiller à l’intérieur de mon appartement et je me connais… Je ne recule jamais devant un bon vieux corps-à-corps pour mener à bien mes interpellations les plus musclées ! » L’image qui se dessine dans mon esprit est différente du sens premier de mes mots, bien moins habillée, plus à même de faire bondir une fièvre qui empourpre rapidement mes joues. « Mauvaise idée, n’est-ce pas ? Tu ne pourrais pas l’encaisser… Le placage, j’veux dire ! » Parce qu’il aurait surement du mal à encaisser… Tu t’arrache l’intérieur de la joue en une tentative désespérée de garder ton sang-froid en ne laissant rien paraitre. La température relativement basse à cette période de l’année me permet de garder un semblant de substance. Caméléon, comme toujours, même si cette armure se fend parfois un peu trop à ton goût ! Déjà dingue de lui, je secoue la tête de gauche à droite, pas suffisamment désinhibé pour oser me confronter à de telles éventualités. Il occupe une place étrange dans ton quotidien, tu ne peux pas le nier. « Tu dis n’importe quoi ! Ça va les chevilles ? Pas trop enflées ? Parviens-tu encore à supporter le poids de tes âneries en fin de journée ? » Je taquine à mon tour, d’un fin sourire qui laisse à peine filtrer ce second degré qu’il serait aisé d’interpréter comme de véritables reproches s’il ne me connaissait pas un peu mieux que cela. Ses informations me comblent de satisfaction, mais ma nature profonde reprend bien trop rapidement le dessus, au risque de me ralentir dans mon enquête. « Non. Tu en as déjà suffisamment fait ! Ton aide m’a été précieuse, mais je ne t’en demande pas davantage ! » Je ne veux surtout pas qu’il se risque à jouer avec le feu. J’ai vu trop de monde se brûler les ailes à ce petit jeu. Je paierais pour le frapper lorsqu’il mentionne à nouveau l’herbe consommée plus tôt dans la soirée. « Personne ne t’as mis un couteau sous la gorge et forcé à la fumer, cette weed… À ce que je sache ?! Ne compte pas sur moi pour te plaindre ! » En revanche… « Je connais un restaurateur rapide ouvert jusque très tard le soir. Ses burgers sont à tomber et ses frites sont maison… Ça te branche ? La bouffe est peut-être plus grasse qu’un Starbuck, mais elle te nourrira nettement plus aussi et puis… Moi aussi, j’ai un petit creux ! »


icon code sleipnir.



Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum