AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-49%
Le deal à ne pas rater :
Coffret Hot Wheels Monster Trucks Circuit de course + petite voiture ...
25.49 € 49.99 €
Voir le deal
-33%
Le deal à ne pas rater :
COOKINGBOX – Barbecue 58cm à Charbon de bois (Jusqu’à 10 ...
59.99 € 90.01 €
Voir le deal


Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

SERIAL LIAR • ft minki 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 SERIAL LIAR • ft minki 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 SERIAL LIAR • ft minki Cf65389082be1633e8c03014e28c458d SERIAL LIAR • ft minki Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
SERIAL LIAR • ft minki LHCIncHs_o
  • United Heart
SERIAL LIAR • ft minki 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7499
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
SERIAL LIAR • ft minki HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 4 Déc 2020 - 6:23
SERIAL LIAR

@Minki Hwang & LEVI „


Vendredi 4 décembreEnfin. Enfin, l’album tant attendu était sorti. Enfin, la pression était redescendue, l’angoisse elle aussi. Ces mois d’absence, ces longues semaines d’inactivité pourtant rudement productive, tout ça s’achevait enfin pour laisser un tout nouveau disque voir le jour, un disque dont chaque titre soulignait une situation vécue, un sentiment qu’il ne pouvait exprimer qu’en le chantant à plein poumon, tel qu’il jouerait sa vie au dépend de quelques vers. Comme à chaque sortie d’un nouveau cd, une mêlée de fans campaient devant l’entrée de son immeuble, à attendre dans le froid pour l'apercevoir ne serait-ce qu’une poignée de secondes et comme à chaque fois, il descendait toujours avec de l’avance pour s’assurer pouvoir s’autoriser de traîner un moment avec eux, leur céder photos et autographes pour s’en aller quelques vannes plus tard, après une flopée de ‘je t’aime’ auxquels il répondait d’un sourire. Son père, ou du moins, celui qui portait biologiquement ce titre, se tenait à ses côtés, les traits étirés par une expression qui semblait souligner sa surprise quant au succès presque indécent de l’enfant qu’il n’avait pas eu l’opportunité d'élever et de voir grandir, non sans un rire amusé par la situation, celui-ci s’installait dans la voiture afin d’être conduit, selon ses dires, à un prétendu entretien d'embauche.

“-Ta mère serait vraiment fière de toi, A.” déclarait-il, de cette initiale qu’il disait l’avoir toujours nommé comme tel, même à l’opposé du globe l’un de l’autre “-Je t’assure, ce n’est pas du vent, Florence, ta maman, serait éperdument fière de son garçon, de l’artiste que tu es et des valeurs que tu défends, je sais que ça te rends triste qu’elle ne soit pas là pour le voir, mais je suis sûr qu’elle sait et que tu continues de la faire sourire.” et c’était tout ce dont il avait besoin d’entendre, les mots justes pour apaiser cette vague à l’âme qui l’accablait lorsqu’il pensait à elle 《 -Ceci dit, j’suis pas sûr qu’elle soit ravie de voir que tu mets du bourbon dans mes céréales pour remplacer le lait. 》

Les éclats de rires fusaient, une touche d’humour pour apaiser l’atmosphère mélancolique qui, doucement, s’était instaurée. La voiture démarrait sous l’ambiance douce et calme, son géniteur sortait une flasque qui, une fois ouverte, embaumait sa vieille jeep d’une odeur d’alcool sucré, caramélisé et après s’être désaltéré de quelques gorgées, il tendait son bien à son fils qui, arrêté au feu rouge, l’observait, perplexe. C’est alors que Caleb soumettait sa justification, et pas des moindres. En effet, le quatre décembre n’était pas un jour comme les autres, puisque au-delà de la sortie de son album, il était aussi question de l’ouverture officielle du label qui avait, par ailleurs, trouvé son nom ; Caïd’s Records. Un acte de pure folie ou un clin d'œil à Leith, il en était le seul auteur et n’avait pas encore prévenu son co-directeur du choix final, désirant nettement plus préserver le mystère et se satisfaire de son expression lorsque le voile serait levé sur les lettres roses qui dominaient la devanture. Alors, pour fêter cet instant, ce renouveau en tête à tête, Levi acceptait la flasque pour s’abreuver d’un bourbon exquis tandis qu’il n’était pas même trois heures de l’après-midi.

Le trajet reprenait son cours, embrumé par les nombreux bouchons. Le fait est, l’écran de son téléphone s’allumait sous la notification d’un message, soulignant l’heure, notamment son retard et le pas lourd sur l’accélérateur, pressé de retrouver son ami, il déposait son père devant une épicerie et lui souhaitait bonne chance d’un large sourire qui se voulait encourageant. Si sa vie n’avait pas débuté de toute beauté, il voyait là l’opportunité de s’en construire une nouvelle, rien qu’à lui, dont il serait le seul maître, maître de ses actes, de ses décisions, où personne, personne autre que lui n’aurait à tirer les ficelles. Cela dit, son manque de ponctualité ne lui permettait pas de se terrer davantage dans ses pensées et, manquant de griller un feu, il se rendait chez Minki en enfreignant à de multiples reprises le code de la route. Peut-être que ce manque insatiable qui lui creusait l’estomac résultait de l’absence de médicaments dans son organisme depuis vingt-quatre heures, une absence qui lui coûtait de ressentir ses émotions déjà bien désordonnées par le double de ce qu’il en était d’habitude. Cependant, la conversation constructive ayant eue lieu la veille avec son géniteur quant à son traitement et ses effets ne l’avait pas laissé de marbre ; “-Tu ne vois pas qu’ils essaient de te contrôler ? Tous, ils essaient tous de te contrôler, toi et ce que tu as dans la tête, c’est pas une maladie A, c’est une chance d’entendre ce que tu entends, ça te rends plus fort et ça leur fait peur, c’est eux les fous, arrête de prendre ces trucs là, ne laisse personne te contrôler de la sorte”, tel avait été son premier conseil de père et, sans l’ombre d’un doute, d’une hésitation, sans même y réfléchir à deux fois, il l’avait écouté au pied de la lettre.

Le véhicule garé en vrac dans le parking de la résidence, la hanse de son sac à dos était jetée à la volée sur son épaule et c’est d’un pas rapide qu’il retrouvait les murs de cet immeuble désormais profondément familier. Il demeurait le seul endroit neutre, le seul à n’avoir jamais connu ses déboires, son chaos, sa tempête, le seul lieu où ses ravages s’éteignaient, où ses démons prenaient la fuite et ses plaies cicatrisaient, le seul où il se sentait réellement à sa place, où il ne se sentait ni trop, ni pas assez. Le sourire béat scotché aux lèvres, Levi se noyait dans les souvenirs de la veille, oubliant presque les parois trop étroites de la cage d'ascenseur, bercé par le souvenir d’un parfum, d’une étreinte, trop courte mais inconcevable de l’admettre, tout comme il l’était de justifier ce rictus qui ne daignait pas le quitter depuis le réveil. Sa vie retrouvait enfin un semblant de sens, tout semblait s’assimiler, trouver sa place et lui le premier, lorsqu’il ouvrait la porte de l’appartement pour voir Minki, là, à quelques mètres seulement de lui. Un coup de pied dans cette dernière et elle claquait derrière son échine, soulignant son arrivée alors qu’il laissait son sac tomber au sol afin de se ruer sur lui, tel l’enfant qu’il devenait en sa présence. Ses bras l’enlaçaient aussitôt, avant même de le saluer.

《 -Tu m’as manqué, minou. 》qu’il disait, resserrant davantage son étreinte 《 -C’est bon de rentrer à la maison. 》avouait-il, lui qui ne dormait plus là depuis l’entrée récente de Caleb dans sa vie 《 -Je viens de me souvenir que j’ai une montre dans mon sac, le sac que j’ai jeté comme un malpropre, est-ce que c’est grave si elle est cassée ? Parce que j’ai du scotch sinon. 》toujours souriant, il daignait se détacher pour croiser son regard 《 -Ace est pas là ? 》.


design ϟ vocivus // icons ϟ vocivus


call out my name
you're on top ✻ i put you on top, i claimed you so proud and openly babe, and when times were rough, i made sure i held you close to me, so call out my name and i'll be on my way.

Levi sera dans le coma jusqu’au 10.06.



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum