AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-72%
Le deal à ne pas rater :
Cdiscount à Volonté à 8€ au lieu de 29€
8 € 29 €
Voir le deal


Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 060f MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 1juq MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Eztv
you were made to go out

MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Rfnw MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Ngu7
  • Aucune association
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 3 Déc - 20:16
❝ indestructibles. ❞
-- (moon & sun 1).


Marla, il y avait l’orage qui grondait en elle. La foudre qui s’animait derrière les prunelles océaniques. Les traits lumineux et vifs, scindant la voûte azurée, à maintes reprises. Et le cœur se serrait, en baissant les mirettes sur la plaie encore fraîche de sa cuisse. De nombreux points tentaient de réconcilier sa peau, d’abolir l’écart creusé par ce poignard, enfoncé dans sa chair. Stigmate suintant de perles carmin encore intactes, jonchant le galbe de la jambe, jusqu’à s’éteindre sur le parquet. C’est qu’elle se débrouillait pour nettoyer et soigner sa plaie, pour ne pas avoir une addition trop salée à rembourser. Elle n’avait pas choisi de foutre les pieds à la clinique, Marla, ni même que Noah tombe sur sa vieille carcasse, parsemée de constellations bleutées et d’hémoglobine. Marla, elle s’imaginait déjà inanimée, victime d’une vengeance d’un ennemi oublié. Ce n’était pas la première fois, la poupée, qu’elle touchait, du bout de ses doigts feutrés, le ciel noir de cendres. Fracassée pour un oui ou un non, tabassée pour une pomme gardée, la violence, elle s’y faisait, l’épousait de tout son corps, lorsque la moitié ténébreuse se manifestait. Elle voulait seulement se changer les idées, Marla et tout s’était métamorphosé en une toile écarlate, d’une déesse à l’agonie. D’une charogne sublimée par Baudelaire. Sous une nuit étoilée, admirée par Van Gogh. Et le sang, comme élixir de jouvence, étalé sur le derme laiteux, altérant la teinte immaculée de la peau. Lueur morbide. L’ombre d’une risette crispée jonchait ses pulpes charnues, frémissant en glissant la gaze de désinfectant sur sa blessure, trop fraîche pour rester insensible, aux picotements qui la terrassaient. Douleur intense, pas vrai ? Venant presque à regretter de s’être mêlée à la foule, la nuit passée. « Putain. » La pince tombait sur le sol et les larmes perlaient aux coins de ses prunelles, incapable d’aller plus loin, d’achever les soins. Sensible, la jolie, mais elle n’y arrivait plus. Sûrement, demanderait-elle à Suhee de l’aider à désinfecter la meurtrissure. Alors, elle jetait l’éponge, refermait le pansement dessus en se levant, de sa démarche saccadée, coupée d’un boitement négligé. Elle traînait de la patte, Marla, refermant son sac à dos après y avoir glissé la trousse de secours. Et Yogi s’asseyait, toujours aussi sage, le temps de lui mettre sa laisse puis de se mettre en route. Ayant pour habitude de rendre souvent visite à son amie, elle y avait laissé quelques affaires, notamment celles de son chien, adopté récemment. Une bouille qui embellissait ses journées, rendues difficiles depuis quelque temps. Les nuits s’enchaînaient et la même douleur déchirait ses cordes vocales, à hurler à s’en briser la voix. L’esprit martelé par des visions infernales, des traumatismes encore ancrés dans sa chair. Une boîte de Pandore jamais fermée ni scellée, si bien que les maux allaient et venaient, comme un cadis au supermarché. L’autoroute des peines. Ainsi, le duo évoluait dans les ruelles de Manhattan, d’une démarche peu assurée, la gueule tiraillée par la douleur qui l’habitait. Perles de sueur ruisselaient sur ses tempes, plaquant quelques mèches sur le front humide. Yogi, il faisait attention à ne pas trop tirer, à rester de peu en avant, veillant ainsi sur sa maîtresse, qui mettait bien trop longtemps à progresser, sur une si petite durée. Alentour : le thermomètre tirait la gueule, avec les températures glaciales, agressant son épiderme, enfin emmitouflé sous des vêtements chauds et en bon état. Une pensée, cependant, pour ses haillons l’ayant accompagné tout ce temps. Le souffle court, les escaliers manquaient de l’achever, jusqu’à l’appartement de Suhee : porte contre laquelle elle toquait, à bout de souffle et les pommettes teintées de cramoisi. Signe d’un effort trop intense et d’une santé vacillante. Une blessure sur laquelle elle devrait mentir, Marla, prenant soin de Suhee en lui dissimulant son goût prononcé pour les combats de rue : seul secret pour cette poupée si chère à son cœur. Moitié complémentaire, âme jumelle, depuis la nuit des temps. Et ce serait encore une nuit dans ses bras, pas dans d’autres. Sur son cœur, pas un autre.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Ven 4 Déc - 19:21

( moon & sun )

i n d e s t r u c t i b l e s



JUST LIKE MAGIC,, ARIANA GRANDE
1:43 ━━━━●━━━━━━━━━ 3:51
⇆ㅤㅤㅤㅤ◁ㅤㅤ❚❚ㅤ ▷ㅤㅤㅤㅤ↻

c’est un sourire qui se dessine sur les pulpes de sa bouche, à grandir dès lors que les notes musicales reconnues sonnent, résonnent contre les murs de son appartement. et elle lâche tout ce qu’elle tient, suhee. se frotte les mains pour en retirer les paillettes de farine, ne s’occupe pas de cette crème rosée qui s’écoule sur le marbre. et elle s’évade, elle s’égare, suhee; délaisse le plan de travail - c’est un carnage ! - elle déambule dans la pièce, frôle le parquet de ses pieds nus, elle danse suhee. elle vole, suhee. les mains qui glissent contre les hanches, remontent le long de son buste, se perdent dans les cheveux attachés. elle se dandine, danse comme si c’était la dernière fois. à chanter les paroles du bout de ses lèvres, claque des doigts, paupières fermées. elle a l’impression d’être seule au monde ; bonheur glissant dans les marbrures comme un élixir, c’est comme un baume réconfortant sur les cicatrices visibles sur l’épiderme, ❝ good karma my aesthetic — les paroles n’ont jamais étaient aussi réelles à ses yeux, les bras se lèvent vers ce velours sombre. keep my conscience clear, that's why i'm so magnetic ; persuadée que le bonheur attire le bonheur. et malgré les genoux écorchés, les maux cachés, elle sourit suhee. n’a jamais cessé de sourire. manifest it, i finessed it revient alors sur les pas, s’accroche au plan de travail. glisse vers le bas. avant de remonter lentement, rire de ses bêtises. take my pen and write some love letters to heaven à se bouffer les lèvres ; les orbes qui s’éclairent,, les étoiles brillent ce soir.

❝ done qu’elle s’exclame, après avoir porté la dernière touche à ce gâteau qu’elle lui a réclamé, qu’elle a fait de bon cœur avant son arrivée - le visage se redresse, le regard se pose sur l’horloge, elle ne devrait pas tarder. sourire bien heureux, elle inspire une bouffée de courage avant de nettoyer le carnage qu’elle a fait. une fois terminée, elle se lave les mains. choppe un de ses chats à la volée avant de se poser sur son canapé en attendant l’arrivée de marla. malgré l’effort de s’échapper, son chat capitule enfin dans ses bras et c’est lorsqu’il se met à ronronner qu’on cogne à la porte. le relâchant à son plus grand bonheur, elle se lève de son canapé pour aller ouvrir la porte. mais, la vision n’est pas celle qu’elle espérait. ❝ marla ! l’inquiétude & la peur transforment la joie sur son visage, ouvre la porte plus grande, laisse passer le chien pour attraper le sac de la jeune femme. ❝ t’es en âge ! qu’est-ce qu’il s’est passé ? glisse un bras autour de sa taille pour la supporter un peu. ❝ viens t’asseoir sur le canapé
(c) ekolta
Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 060f MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 1juq MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Eztv
you were made to go out

MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Rfnw MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Ngu7
  • Aucune association
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 7 Déc - 22:54
❝ indestructibles. ❞
-- (moon & sun 1).


L’avancée douloureuse, hargneuse : le palpitant s’emballait, au rythme des pensées. Des pas lents, la patte traînée, comme un putain de bagage trop lourd, dont les roues venaient de céder sous le poids massif. Marla, elle grognait. Mélange de frustration et de colère, que de s’être laissée atteinte, au lieu de rester sur ses gardes. L’esprit pas mal embrumé par les coups reçus, Marla, elle sortait tout juste de combat lorsque la lame s’était enfoncée dans sa chair. Pas le temps de savourer ces deux hommes au sol, qu’un troisième se la jouait justicier de l’ombre, tortionnaire, perforant le derme divin d’une lame impure. Salissant l’âme candide en apparence, s’alignant aux côtés de l’émanation obscurcie. Celle refoulée, occultée, qu’elle ne montrait que très peu, de peur de choquer. Incapable de l’assumer, cette part d’ombre. Habituée à la violence depuis les premiers cris, Marla, elle y avait toujours baigné, se persuadant qu’il s’agissait d’affection comme une autre. Dans le déni, pensant qu’elle ne méritait que cela, que l’amour ne lui était pas destiné. Et c’était dans les ruelles sombres, où des cris féroces retentissaient, où l’on déguerpissait à la moindre sirène, que la poupée s’animait. Que les ombres étaient lâchées comme des chiens fous. Enragés. De cruor. De coups et blessures. Un aller droit vers la débauche, qui menait à la plus infernale des chutes. Se perdre, totalement, ignorant qui elle était, désormais. Juste une carcasse trimballée, un but en tête, sous le regard larmoyant d’un chien peiné de voir sa propriétaire dans un état si pitoyable. C’est qu’elle peinait dans les rues, dans les marches, des perles de sueur sur les tempes, ruisselant le long du dos, avant de s’échouer sur le creux de ses reins. Chute céleste humide. Patraque, les doigts tremblants frappaient la porte, faisant place au visage lumineux, puis soucieux de son amie. Moitié d’âme, Suhee. Sa perle précieuse, s’empressant de venir en aide à la coquille vide. À un poil du malaise vagal lorsque sa croupe s’échouait sur le divan, basculant le visage en arrière en fermant des yeux. Elle essayait de se calmer, la brune, glissant ses doigts autour de sa ceinture pour la défaire, faire glisser son jean. « Dis-moi que tu sais désinfecter une plaie… » Qu’elle murmurait, en la regardant de ses prunelles scintillantes. Marla lui cachait des choses, par nécessité, besoin de la protéger et de la préserver, ne pas ternir l’image qu’elle se faisait d’elle. Marla rêvait d’oublier les secrets, de se laisser pleinement aller, mais le cœur se voilait d’incertitude. L’aimerait-elle encore ? La perdre serait se perdre un peu plus, sur la voie de l’impardonnable. « Je n’arrive pas à retirer les croûtes… » Et la voix faiblissait, tremblait, les dents s’entrechoquaient : putain de blessure, putain de destin s’acharnant. À croire que son existence était une roue à dix cases, dont huit affichait une écriture capitale carmin : le mot « violence ». Et peut-être bien qu’une larme ou deux traçaient leur chemin sur ses pommettes : un cocktail explosif, Marla, dont l’explosion dégommerait tout sur son passage.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 14 Déc - 15:42

( moon & sun )

i n d e s t r u c t i b l e s



JUST LIKE MAGIC,, ARIANA GRANDE
1:43 ━━━━●━━━━━━━━━ 3:51
⇆ㅤㅤㅤㅤ◁ㅤㅤ❚❚ㅤ ▷ㅤㅤㅤㅤ↻

la main sur la poignée, le palpitant chute de sa hauteur. les couleurs se dissipent de son visage à la seconde où ses orbes se posent sur la silhouette de son amie; le sourire s’efface et c’est l’inquiétude qui se peint sur les traits de la poupée. le regard qui suit l’entrée du chien avant de reposer toute son attention sur marla. attrape le sac d’un coup de main avant de l’aider à rentrer. c’est de tout son poids qu’elle se laisse trainer, comme si —

comme si elle avait retrouvé son pilier ;
la jambe qui traîne, suhee peine à l’emmener sur le canapé et quand elle y est enfin, c’est un profond soupir qui se détache de ses lèvres. les doigts qui glissent dans les mèches de cheveux avant de couvrir sa bouche. silencieuse, l’incompréhension lui vole les mots de la bouche. n’ose prononcer la moindre question, de peur de se confronter à une réalité qu’elle refuse de toucher. elle ne sait pas ce qu’il s’est passé et elle ne veut pas savoir, aussi égoïste soit-elle, elle ne veut pas savoir pour son propre bien. et surtout parce qu’elle ne pourra rien faire pour arranger ça. elle se laisse tomber sur le canapé, un peu éloignée de la silhouette douloureuse de marla ; à deux doigts de disparaître dans les limbes de l’inconscience. poupée sans raison, elle la regarde faire, lutter pour retirer ce pantalon. entrave d’un mal qu’elle regarde avec horreur. la demande est claire, simple, pourtant douloureuse. elle sursaute suhee, les orbes qui brillent des premières vagues. ❝ oui qu’elle murmure ; parce que bien malgré elle, elle a appris à le faire. à détourner le visage, les paupières qui se ferment avant de se lever. les poings se serrent face à la plainte. ❝ j’arrive, ne bouge pas qu’elle laisse entendre, c’est faible, tremblant. gamine qui quitte le salon pour aller dans sa salle de bain. le palpitant battant à s’en décrocher dans la poitrine, les mains tremblent quand elle attrape la boîte à pharmacie. avant de revenir rapidement vers le salon. s’installe de nouveau à côté d’elle avant de secouer la tête. ❝ allonge-toi, ce sera plus simple qu’elle demande, pose la boîte sur la table basse alors qu’elle l’aide à s’installer. pantalon retiré si facilement qu’elle le jette dans un coin de la pièce avant de reporter son regard sur le pansement imbibé. ❝ ne me dis rien, je ne te demanderais pas ce qu’il s’est passé. ; parce que le passé est connu, mais le présent est caché. parce qu’elle sait qu’elle aura beau imploré, marla ne fera rien de ce qu’elle lui demandera. c’est à genoux, qu’elle commence alors à s’occuper du pansement ; le retire délicatement avant de se bouffer les lèvres. la plaie n’est pas belle. ❝ est-ce que tu as pris quelque chose ? doliprane ? antibiotiques ?
(c) ekolta
Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 060f MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 1juq MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Eztv
you were made to go out

MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Rfnw MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Ngu7
  • Aucune association
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
MOON & SUN » INDESTRUCTIBLES. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 15 Déc - 19:48
❝ indestructibles. ❞
-- (moon & sun 1).


Ce ne serait probablement pas leur meilleure soirée, en dépit de l’odeur succulente émanant de la pièce. L’estomac insensible, l’esprit embrumé par la peine. Une douleur. Plusieurs ? Tentant de s’accrocher à son amie, pour ne pas commettre l’irréparable. Elle se souvenait, alors, Marla, de ces journées passées, dans les bras l’une de l’autre, l’estomac rempli grâce à sa cuisine. Des heures dépensées à ses côtés, pour rattraper le temps perdu et l’incompréhension générale face à l’absence de Marla. Des années à crever dans les ruelles, à subir les désagréments d’une vie d’échec, sous les regards méprisants, d’une foule de pacotille. Le palpitant scarifié, de part en part : des lames sanguinolentes et des cicatrices innombrables. Une force d’âme, résistante, la brune, elle, qui enchaînait et cumulait les malchances, la violence la foudroyant. Inlassablement. Comme si son existence s’était métamorphosée en une mare de plasma, dans laquelle ses petons plongeaient, jusqu’à y foutre la tête et ne plus pouvoir en sortir. Capitulant sous le poids massif d’une charge émotionnelle trop imposante, à étouffer. Se tuer à petit feu. Comprenant, peu à peu, que l’on ne voulait pas d’elle. Que dès sa conception, elle avait été regrettée et mise sur la touche, à l’entente de ses premiers cris stridents, brisant la voûte étoilée. L’émanation marquée au fer rouge d’une croix mortuaire. Et à nouveau, une plaie justifiait le tout : malmenée, à feu et à sang, jusqu’à enterrer sa charogne. Putain. Elle n’en pouvait plus, Marla, pensait à ingurgiter un trop-plein de comprimés et ne plus s’éveiller, le palpitant amorphe sous les coups d’un surdosage. D’une peine de mort. Elle se perdait peu à peu, Marla, dans ses pensées couleur carmin. La fin au bout des lèvres, prenant le temps nécessaire pour prononcer la sentence finale. Et les larmes perlaient, encore, encore, épousant l’arrondi de ses pommettes, décédant sur la mâchoire tendue. Marla, au bord du précipice, face à son amie. Inutile de se dissimuler derrière de faux sourires ou de prétendre aller bien : plus rien n’allait, depuis trop longtemps. La lumière ne l’atteignait plus. Le bonheur évaporé, ne la méritant pas, cette dose de bien-être. La carcasse allongée, abandonnée, sur le divan, elle fermait les prunelles, pressait l’extrémité de ses doigts sur celles-ci. Pour empêcher le chagrin de s’exhiber, de… Se montrer si vulnérable, que l’image ne quitterait plus l’esprit de Suhee, mais c’en était trop. Trop pour une seule femme. « J’ai envie de mourir… » Qu’elle murmurait, d’une voix déglinguée, fusillée par des sanglots. Une gorge serrée et des mirettes océaniques s’ouvrant sur le visage de la moitié, lui confiant tout ce qui lui faisait mal. « Je veux mourir… » Qu’elle répétait, Marla, avec sa frimousse ravagée par un chagrin incommensurable. C’était un mélange de tout : de l’amour inexistant d’une famille à l’harcèlement, jusqu’à la rue, la prison, les agressions et les manipulations, elle saturait. N’en pouvait plus. Trop de poids, des valises trop lourdes. Des peines à n’en plus pouvoir. Sur le point d’éclater. De se réduire au néant.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Sam 26 Déc - 17:52

( moon & sun )

i n d e s t r u c t i b l e s



JUST LIKE MAGIC,, ARIANA GRANDE
1:43 ━━━━●━━━━━━━━━ 3:51
⇆ㅤㅤㅤㅤ◁ㅤㅤ❚❚ㅤ ▷ㅤㅤㅤㅤ↻


les demandes restent en suspend, les réponses sont absentes - l’inquiétude déforme les traits du visage de l’ange; le coeur ravagé par les battements trop rapide. l’inconfort gronde en elle, alors qu’elle s’affaire à retirer le pansement sale et vilaine est la plaie. elle déglutit, fait taire les questions qui sont hurlés par le coeur. elle ne veut pas savoir, ça fait peur, trop peur. elle ne s’attendait pas du tout à ça, pas à ce genre de soirée désastreuse quand elle avait dit oui pour qu’elle vienne - oubliés sont les gâteaux fait, oubliée est la joie qu’elle avait ressentie quelques instants avant d’ouvrir la porte. oublié. profondes sont les fissures sur le myocarde, se transforment en crevasses quand les mots déchirants sont murmurés par une marla à l’agonie - l’enfant de la nuit se fige, les mains au-dessus de la blessures; les orbes sont submergés par les larmes naissantes, c’est un hoquet de peur qui s’échappe de la barrière de ses lèvres alors qu’elle détourne lentement la tête vers la jeune femme. ❝ tu n’as pas le droit de dire ça … [ elle a le droit ] la mâchoire qui se contracte, les doigts qui tremblent. elle secoue la tête, fait danser les mèches de ses cheveux contre ses joues humides. tu n’as pas le droit de me laisser c’est un souffle, un murmure à peine audible; pourtant, elle se montre égoïste suhee - refuse l’éventualité qu’elle disparaisse de son monde. elle n’a pas le droit. c’est comme ça. tu m’as comprises ? t’as pas le droit de me laisser qu’elle prononce; la voix qui se brise sur les notes. mélodie défectueuse. les paupières se ferment un instant, à essuyer les joues sur son épaule. tu te tais et tu me laisses faire okay ? la peur, la colère gronde dans la voix, coup de tonnerre. elle ne sait pas faire ça, suhee, pourtant, les doigts s’activent autour de la plaie, dansent comme des artistes; bon, je t’ai demandé de te taire mais … t’es allée à l’hôpital ? qu’elle demande, se sent un peu stupide, la voix tremblante, quasi certaine de la réponse qu’elle aura. marla, elle ne va pas à l’hôpital, beauté sauvage qui n’a connu que la froideur des rues et des hommes. elle déglutit, jette un coup d’oeil paniqué vers son visage. dis-moi que t’es allée à l’hôpital et que tu ne t’es pas recousue toute seule elle prie, elle espère que le massacre sur sa jambe n’est que le dessin maladroit d’un nouveau médecin - refuse d’admettre la réalité. parce qu’au fond de son coeur, elle sait ce qu’il en est. ❝ je ne m’imaginais pas ce genre de soirée entre filles … tu me le paieras ok qu’elle geint, comme une enfant, tente de divertir les pensées froides qui se profilent dans son esprit. elle refuse la réalité, la camoufle par une ironie mal placée, maladroite.
(c) ekolta
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum