AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-23%
Le deal à ne pas rater :
-300€ sur ce PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
999 € 1299 €
Voir le deal


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mer 2 Déc - 22:11


se défoncer jusqu'à l'ennui
featuring @Primrose Basch


L’hiver est là, bel et bien présent dans tous les recoins de la Grosse Pomme. Et toi, tu navigues à vue : espérant à chaque coin d’rue l’apercevoir. Mais tu t’traines, tes fantômes derrière toi, les cernes sous les yeux et le regard sombre. Pull noir, pantalon noir, capuche sur la tête et mine renfrognée : qui oserait seulement te confronter, l’espace d’un instant ? Tout est flou. Froid. Pourrie. Tes pieds foulent le bitume de la terre alors qu’ton esprit est en enfer : et ça tourne, encore et encore. On t’torture, à n’plus savoir comment faire pour que tu exploses. Mais tout est retenu au plus profond d’ton être : rien n’sort. Ni les mots. Ni les maux. Le Bronx dépassé, t’arrive dans quelques quartiers du Queens que tu sais appartenir à ta nouvelle famille. Brooklyn te semble si loin désormais : elle est si loin désormais. Et qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? Te lamenter jusqu’à la fin d’tes jours ? Peut-être bien, à en juger par le trou béant qu’elle a laissé dans l’creux d’ton poitrail. Tu suffoques. La respiration calme. T’as l’impression d’te noyer dans un océan invisible : comme si la succube t’avait emporté dans sa chute. Elle est morte : et toi, t’es resté là. Face à c’que la vie a de plus horrible à t’offrir : une existence seul. L’ultime affront. L’peu d’humanité en toi, enterré avec elle. Manhattan. Les beaux quartiers. La neige tombe, un peu. Et tu sais encore que tu n’dormiras pas ce soir : tu veilleras sans doute, du haut d’un clocher, sur une ville qui semble continuer d’tourner. Ca t’donnes le tournis. Tu t’demandes souvent comment tu peux rester statique, alors que le monde est là, à courir dans tous les sens ? La gerbe. Tu relèves la tête, un instant, au milieu d’un grand boulevard sans circulation. Le silence est apaisant. Il contraste tellement avec l’enfer dans ton crâne.

Te garder hors de la tête. Me tirer hors de ma peine.


(c) MORNING RAIN



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum