AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment : -57%
Gonfleur électrique Xiaomi Mi Portable Electric ...
Voir le deal
29.99 €


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mer 2 Déc - 1:30:40

“if the world stop spinnin round and heaven falls to the ground, i'll be by your side. if the sun don't shine, if the worlds don't fell, if the oceans dry, our love will survive.”
w/ @Johan A. Rosewood


Un instant en dehors du temps nous apaise, et je te sens t'abandonner pas à pas, dans cet élan que tu rejoins avec plaisir. Puis tes lèvres se crispent sur les miennes et je comprends de suite que quelque chose cloche. Et alors mes yeux se rouvrent avec stupeur, ta main se plaque contre mon torse, sèchement. Un geste qui me fait redescendre de suite alors que tes mots écorchent mes oreilles. Bouche entrouverte, je t'observe à nouveau accablé par le poids de ta noirceur. Un simple baiser n'aura pas délivré le maléfice jeté par des années à ne pas t'aimer, et je suis incapable de t'apprendre cela. La seule chose que je puisse t'apprendre est d'accepter l'amour que tu reçois. Je sais que tu n'es pas une cause perdue. Tu es une lumière dans une ampoule brisée, une flamme étouffée par un socle de verre.

Je ne peux tout simplement pas reculer, là, maintenant. Je te regarde et déplace mon seul bras disponible pour venir essuyer, de quelques doigts, les larmes qui tentent de se frayer un chemin sur ton visage. ... C'est vraiment ce que tu veux ? Que je m'en aille, que je te laisse seul, là ? Impossible de croire pareille sottise, et je doute que ce soit le choix le plus judicieux que celui de te laisser seul à te morfondre avec tes ombres tortionnaires. Johan... Je ne vais pas t'abandonner. Je ne sais pas exactement pourquoi je dis ceci, et surtout comme ça, mais je n'arrive pas à formuler correctement le fond de ma pensée. Comment te dire que j'ai la possibilité de te faire lâcher les rennes de ton manège infernal afin de te faire danser chaque nuit au rythme de nos coeurs battants ? Pourtant, mon visage se ferme à mesure que la situation m'échappe, comme piqué par ce rejet. Je ne peux pas gagner chaque bataille mais au moins, je gagnerai cette guerre pour toi, Johan. Que cela nous amène sur un terrain de bonheur ou que nous devenions fantômes, du moment que tu finisses par être libre, enfin libre.

Si tu veux que je parte, dis que ça te dégoûte, que je te dégoûte ose-je te défier. Toi qui ne recule devant aucun tant que tu en signes le contrat, voudras-tu relever celui-ci ? Et si tu veux simplement rester ainsi alors ferme les yeux et laisse moi te bercer... Je ne vais pas... T'embrasser à nouveau. Tu as une porte de sortie, tu as deux solutions. La pilule bleue ou la pilule rouge. Laquelle désires-tu prendre ? Fais attention, chacune est vouée à de lourdes conséquences, et qui sait vers quel club dramatique nos âmes se tourneront. Mes pupilles fixent ton menton tant je finis par ne plus oser te regarder fermement pour l'instant. Te rends-tu compte que je cherche à apporter douceur là où la peau est rêche, apporter tendresse là où les mots coupent, apporter espoir là où les limites ont été atteintes ? Demain, tout sera plus simple alors laissons nous nous bercer ce soir, juste le temps de cette soirée. Je te promets et ce pour toujours.



credits img/gif: tenor + ckyunoirs
code by lumos s.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mer 2 Déc - 1:30:57

“if the world stop spinnin round and heaven falls to the ground, i'll be by your side. if the sun don't shine, if the worlds don't fell, if the oceans dry, our love will survive.”
w/ @Daemin Kang


tu t'accroches à ce dernier espoir, à cette dernière chance de repenti, à cette ultime bataille avant la damnation éternelle. ta poigne est si féroce, mais si fragile la fois. ton corps est fatigué, son esprit est épuisé, il souhaite juste renoncer et se reposer ; se reposer cet havre de paix que sont les bras du preux jeune homme. tu as envie de te laisser disparaître dans sa musculature finement dessinée que tu jalouse d'un désir brûlant, sa douceur abritée que tu ne connais que depuis. alors que tu croyais, que tu espérais que, comme tous les autres, il t'aurais laissé te morfondre dans tes idées noires, te laisser te faire submerger par tes démons, il reste. vaillant, il reste sur le champ de bataille. il ne capitule pas face à tes pleurs et il reste, fier comme artaban, jurant de ne jamais te laisser te noyer. jamais il ne va pas t'abandonner ? toi, qui t'es tant enfui, qui a laissé sur le bord de la route tant de relations, ça te pique. comment pourrait-il ne jamais t'abandonner, toi, et tes millions défauts ? comment peut-il s'enticher de toi au point de t'offrir sa vie, alors qu'il t'as vu au pire de toi-même ? cette locution t'arrête dans tes pleurs quelques instants et te coupe presque le souffle. daemin, tu n'es pas un menteur. alors pourquoi est-ce que quelque chose de si absurde sort de ta bouche ?

c'est surréaliste. ta main est sur son torse, mais il ne veut pas partir. il ne veut pas bouger. comme un puissant mirage, il ne quitte pas ta vue embrumé qui ne possède que sa présence pour seul objet de contemplation, que son visage comme unique oeuvre d'art. ultime joute céleste qui t’emmènera en enfer ou au paradis, le guerrier te lance un défi, simple comme un jeu d'enfant, n'est-ce pas ? juste un mot, et tu seras libéré. juste un mot et ton âme sera sauvée, johan. prenant cet occasion comme une aubaine, tu ouvre la bouche, certain de ton coup. tu... non, mauvaise approche. tu ne pourrais jamais dire qu'il te dégoûte. cette chaleur qu'il provoque en toi, elle t’enivre et t'empêche de mentir à ce sujet. ton corps tout entier crie la vérité, johan.  ç... ça  me... un petit effort, et tout est terminé. juste un effort, johan, et ton cauchemar prend fin... ou plutôt, est-ce ton rêve s'échappera ? tu ne peux pas le savoir avant d'avoir fait ton choix. ça me... dégoute... le mot se meurt avant sa fin dans un pleurs. tu ne pas. c'est trop. tu n'es jamais assez fort pour combattre tes sentiments, ce déluge dans ton esprit te chamboule et tout ton corps se contracte. tu ne peux pas mentir, johan. c'est plus fort que toi. pas sur ce sujet-là. tout ton être t'en empêche. tu laisse ta tête tomber sur le torse du jeune homme, comme signe d'abandon. tu as perdu. tu as tout perdu. tu te sens pitoyable. tu souffre de tout ton être et tu rejette ton seul onguent. tu es un perdu éternel, ton cerveau se vide, tu ne peux plus penser à rien ; c'est comme si tu n'avais jamais exister, tout ce qui existe, en ce moment, c'est toi, ton corps, et celui de daemin. tu souhaiterais que ce moment soit ton tombeau, et pourtant, il pourrait être celui de te renaissance. tu appuie, de plus en plus, ta tête au creux de son torse. c'est là où tu voudrais être, à l'intérieur de daemin. dans son cœur.




credits img/gif: tenor + ckyunoirs
code by lumos s.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mer 2 Déc - 1:31:44

“if the world stop spinnin round and heaven falls to the ground, i'll be by your side. if the sun don't shine, if the worlds don't fell, if the oceans dry, our love will survive.”
w/ @Johan A. Rosewood


Les corps se tendent, le silence sonne bruyamment aux oreilles comme des ultrasons, et pourtant, rien ne me fait bouger, pas même toi. Je ne fais que te fixer et je ne sais pas pourquoi je me suis rendu à être franc, à être fort alors qu'à être ainsi, je me rends vulnérable aussi. Est-ce la meilleure des choses que d'oser encore une fois à dévoiler son jeu alors que rien n'est vraiment dit, promis, écrit ? Il est parfois préférable de fermer sa bouche mais ce n'est pas comme cela que je raisonne. Je préfère accepter et m'endurcir, et au mieux, rayonner et m'épanouir. Et toi, tu es une pierre si douce, il m'est impossible de te laisser rigide. Ce serait comme t'abandonner. Tout s'est accéléré, rien ne nous est promis, pas mêmes nos coeurs. Je ne sais pas ce que tu ressens, je ne sais même pas ce que je ressens mais une chose est certaine, et c'est que je veux le savoir.

Un mot, deux lettres et mon coeur s'arrête. C'est un putain de coup de poing en plein coeur que tu me mets, Johan. Pendant une courte seconde, je crois voir flou. Tu reprends, et je sers les dents, je bloque mes yeux et je sens mon intérieur se recroqueviller. C'est ça de laisser le choix à quelqu'un de te faire mal, car comme un animal blessé, s'il veut s'enfuir par peur, il le fera. C'en est presque un instinct de survie. J'ai envie de t'arrêter et de te laisser dormir sur mon lit, aussi simplement que ça. Que ma gorge m'irrite soudainement, que mes joues tremblent et comme je prie que mon visage ne transparaisse rien, même si je sais pertinemment que c'est de marbre qu'il se revêtit. Chacun son système de défense, le mien est le déni corporel. Et tu l'as activé. En quelques foutus syllabes, tu as ameuté la garde et le château est maintenant protégé. Et au moment où je veux prendre la parole pour m'avouer vaincu pour la soirée, le dernier mot se perd dans ta bouche ainsi que ta tête dans mon creux. Un semi sentiment de soulagement prend place mais il est déjà trop tard. Ce mot, ce foutu mot. Ce que j'ai pu l'entendre, ce que j'ai pu le détester, comment ai-je pu penser un seul instant que tu t'en servirais ? Tu étais si proche du but, si proche de raturer la déclaration que je te tendais. Au final, tu l'auras inondé de tes larmes et d'autres. Mes bras se resserrent autour de toi, et je pose ma tête presque au dessus de la tienne, te berçant timidement. Mes lèvres tentent de se cacher dans ma bouche et, à plusieurs reprises, je dois les sortir pour respirer convenablement, sans t'alarmer. Nos visages se font inconnus, alors dans le silence criard, qui maintenant nous endort, je laisse couler la lave, scarifiant mes joues creuses. Mon regard figé devant moi, comme fixant la mort que tu m'as presque infligée en voulant me faire du tord.

La douleur est là, et elle scalpe les parois de mon muscle battant. Mes larmes l'accompagnent dans une symphonie sourde. Ta chaleur détend mes autres muscles mais le mal est fait quant à celui qui brûle. Je ne suis pas un surhomme, juste un individu qui arbore des muscles d'apparence pour combler le plus fragile en mon fond. Et bêtement, je le mets à l'épreuve, persuadé qu'il pourra gonfler comme les autres mais en vain. Quelle bêtise que de vouloir toujours donner de soi quand il est évident qu'il faut plus de distance pour apaiser sa proie. Laisse moi une nuit pour récupérer, et demain les choses n'auront pas changé. Ou si. Ou non. Qui sait ce qu'il adviendra. Sache que je ne t'en voudrai pas. Même si le coeur pique, même si le coeur exige, j'ai promis avec lui, et je ne reviens pas dessus. Mon corps qui t'encercle toujours prouve ma bonne foi : je ne t'abandonnerai pas. Si la douceur est moins forte, si l'affection est moins prenante, tu sauras pourquoi. Mais là, continue de laver mon tee-shirt de tes larmes, de laisser le bruit de tes sanglots prendre le pas sur l'absence de bruit accaparant mon ouïe. Que cette cacophonie continue de taire les agissements auditifs des pleurs que je déverse.



credits img/gif: tenor + ckyunoirs
code by lumos s.
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum