AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-30%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Rafraîchisseur 4 en 1 – Ventilateur – Brumisateur – ...
79.99 € 114.95 €
Voir le deal


Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

OPATZ » SWEATER WEATHER. 060f OPATZ » SWEATER WEATHER. 1juq OPATZ » SWEATER WEATHER. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
you were made to go out

OPATZ » SWEATER WEATHER. Rfnw OPATZ » SWEATER WEATHER. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
OPATZ » SWEATER WEATHER. Ngu7
  • Aucune association
OPATZ » SWEATER WEATHER. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
OPATZ » SWEATER WEATHER. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 29 Nov - 13:51:26
❝ just us, you find out, nothing that i wouldn't wanna tell you about, no 'cause it's too cold, for you here and now. so let me hold both your hands in the holes of my sweater.
-- (opatz 1).


Le froid, hein ? Ça faisait remonter des souvenirs enfouis, des songes disparates, qu’elle aurait aimé oublier, effacer d’un battement de cils. Ne plus se faire malmener par des chimères et oublier les frissons la terrassant à chaque sortie nocturne, citadine. Et la brise fraîche, la nuit précoce, les gerçures la marquaient, dont chaque effluve glacial la ramenait quelques années en arrière. Les phalanges enfoncées dans les poches de sa veste chopée en friperie pour quelques maigres dollars, elle avait le sourire, Marla, à profiter de la chaleur de ses fringues, sans pour autant oublier son uniforme, sa tenue signature des jours passés. Le jean troué, les converses bousillées et le sweat trop large, dont le noir déteignait de jour en jour, affichant une teinte rougeâtre des plus calomnieuses. Marla, il lui arrivait de ne pas en revenir, lorsque ses doigts passaient sur le pantalon en velours côtelé vert foncé, sur ce pull ancien dont le col se fermait avec une fermeture : allure vintage, pour la poupée. Un univers se mêlant parfaitement au sien, harmonie sublime, n’est-ce pas ? Même sous l’astre lunaire, elle rayonnait de bonheur, Marla, agissant comme si rien ne lui menait la vie dure, alors que dans le fond, les entrailles se barraient, la carcasse faiblissait. Emprise presque fatale des pensées. À tourner, retourner, foutre en l’air. Ne laisser que des ruines et des cendres. Des cendres et des ruines. Douloureux, pas vrai ? Incapable de dresser un tel constat face à sa gueule incandescente, celle qui distribuait de la joie sans demi-mesure : excessive, dans ses attentions envers le monde, Marla. À sourire aux inconnus, à acheter des repas pour les sans-abris, la main tendue aux âmes esseulées, pour mieux oublier. S’oublier. Refouler son mal-être, occulter son addiction, cadenasser le malheur, en espérant que personne ne mette la main dessus. Fallait pas prendre le risque de la voir brisée, qu’on la voit sous une apparence peu valorisante. Fallait pas se rendre compte que les nuits étaient percées de cris, que le manque de somnifères la faisait trembler dans son lit, qu’elle pouvait se faire un mal de chien pour tenter d’apaiser les tourments, les tremblements exacerbés de son enveloppe. Prête à se briser sur la cheville la trahissait, répandant les morceaux sur le sol, à jamais défoncée par la dureté de la vie, Marla. Et le rythme de la marche s’accélérait, le dos tordu sous le poids de ses sacs remplis de courses : peu de choses, plutôt proche de son argent la jolie, mais suffisamment pour tenir une petite semaine. Elle laissait aller un son exaspéré en sentant les premières gouttes d’une pluie diluvienne sur son front, ruisselant de sa mâchoire à sa nuque, lui arrachant un frisson désagréable le long de l’échine. Et une flaque fatale, Marla, elle glissait, se fracassait à même le sol, ses courses renversées sur le bitume, avec pour pièce centrale, sa vulnérable carcasse. Les yeux humidifiés par des larmes de chagrin et de douleur, elle se redressait, la brune, mettant instinctivement ses doigts sur le coude abimé, qu’elle sentait saigner. De nouveaux bleus ne tarderaient pas à apparaître sur l’enveloppe, qui peinait à se relever, violentée par le fracas du rideau humide et par la douleur de la chute. Elle faisait peine à voir, la brune trempée, à quatre pattes pour rassembler ses provisions, au milieu des passants qui la méprisaient ou l’ignoraient. La malchance incarnée en une existence.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Dim 29 Nov - 16:10:04


Sweater Weather / Opatz #1

le ciel grisâtre qui trônait au dessus de New-York avait comme un effet similaire aux somnifères. Opale sentait depuis le début de la journée ses yeux peiner à tenir ouvert convenablement. le corps reposant alors lourdement dans sa longueur sur l'assise de son canapé. ses paupières se faisaient lourdes. son corps léger. et elle plongeait, par courtes intervalles, dans les bras de Morphée. et la journée semblait prendre des airs d'éclair. les heures tournaient sans jamais qu'elle ne quitte plus de cinq minutes l'antre de ses rêves. les nuits étaient nombreuses, mais parfois bien trop courtes pour ses envies de repos grandissantes. elle mettait cela sur le coup de la grossesse Opale, mais comme chaque année elle n'y loupait pas. elle tombait en plein dedans tous les douze mois. la déprime hivernale qu'entraînait le douloureux mois de novembre, l'emportant avec lui dans sa chute. mais il y avait aussi ce bébé qui lui faisait quelques frayeurs par moment, provoquant alors de vives douleurs sur tout son corps, désormais épuisé. ce corps qui ne demandait que quelques heures de repos, de sommeil en plus, malgré les heures au soleil haut dans le ciel. mais la voilà rapidement apprêté. les paupières désormais bien ouvertes et les iris redécouvrant l'environnement dans lequel elle se trouvait alors qu'une voix s'élevait à côté de son oreille. téléphone à la main, elle peinait à attacher la laisse de Bambi, son jeune chien, alors que son amie et partenaire se fondait en excuse dans un appel qui l'avait tiré de son sommeil. « Va prendre ton avion, je vais réussir à gérer les derniers préparatifs en ton absence. » qu'elle lâchait en riant légèrement avant de raccrocher et de quitter son appartement, laisse à la main. et c'est un long soupire qui s'échappait de ses lèvres alors qu'elle mettait enfin un pied dehors après presque deux jours sans être sortit d'entre ses murs tel la princesse des dessins animés que l'on viendrait secourir. mais aujourd'hui ce n'était pas elle la princesse en détresse quia avait besoin d'aide. qui avait besoin d'une main tendue pour l'aider à se relever et faire face. les gouttes de pluie qui frappaient contre le tissu de son parapluie, la tenant à l'abri de ce temps plus que déprimant. son regard c'était posé sur elle, Marla, alors que Bambi tirait sur sa laisse pour avancer. alors elle se laissait guider par ses pas, s'approchant doucement de la jeune femme avec un doux sourire accroché à ses lèvres. tendant le bras pour laisser son parapluie la protéger à son tour. « Tu ne sais toujours pas tenir sur tes pieds ? Ca faisait longtemps.. » qu'elle lâchait calmement avant de se baisser comme elle le pouvait, autant que son ventre rond lui permettait, pour attraper quelques affaires étalées au sol.

@Marla Katz OPATZ » SWEATER WEATHER. 532282167



(c) MORNING RAIN

Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

OPATZ » SWEATER WEATHER. 060f OPATZ » SWEATER WEATHER. 1juq OPATZ » SWEATER WEATHER. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
you were made to go out

OPATZ » SWEATER WEATHER. Rfnw OPATZ » SWEATER WEATHER. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
OPATZ » SWEATER WEATHER. Ngu7
  • Aucune association
OPATZ » SWEATER WEATHER. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
OPATZ » SWEATER WEATHER. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 29 Nov - 20:38:22
❝ just us, you find out, nothing that i wouldn't wanna tell you about, no 'cause it's too cold, for you here and now. so let me hold both your hands in the holes of my sweater.
-- (opatz 1).


Minable, à bouffer le bitume de son corps, évitant d’y coller son front, de se rendre encore plus lamentable. Marla, elle ne se sentait pas souvent honteuse : fallait bien dire que la rue l’avait habitué, endurcie, à se confronter au mépris humain, à ces regards dégradants, comme si elle faisait tache. Le genre de défaut tombé sur une toile après avoir passé des heures dessus. Le vilain petit canard, qu’elle aimait penser. Peu de charité et de chaleur dans les ruelles de New York, parce que les sans-abris incarnaient énormément de choses, mais peu vertueuses et exemplaires. L’on en voyait trop nombreux se tuer à coups de drogue et d’alcool, à trimer en faisant la manche, à trimballer un nuage de puanteur sur des kilomètres. Ruser, être malin, trouver les meilleures ressources et réfléchir, sans arrêt, pour enchaîner les jours, s’assurer un avenir à l’aube d’un nouveau jour. Ou tout bonnement se laisser mourir, dans l’indifférence, le froid, sans personne pour pleurer ou chercher la cause de la mort. Non, finir à la rue était une fin de l’humanité, de la valeur humaine. Rares étaient les mains tendues, elle le savait et en demeurait reconnaissante, envers toutes ces âmes généreuses, l’ayant hébergé, aidée, en prenant soin d’elle, lui tenir compagnie quelques jours, avant de disparaître. La bougeotte, Marla, incapable de s’ancrer définitivement à un endroit, curieuse de découvrir le monde, à défaut, le moindre recoin de New York. S’intégrer, se faire apprécier ou déprécier, qu’importe, Marla, elle avait vu la ville sous de nombreux angles, aspects. Et dans chaque coin, les regards dédaigneux étaient les mêmes. Pas une seule main tendue face à sa carcasse éclatée sur le sol, à gémir, à contenir ses larmes pour éviter de se donner un peu plus en spectacle. Pathétique chute aux Enfers, Marla. Comme si sa vie était une représentation pitoyable, attirant pitié et rire. Rire et pitié. Putain. Qu’est-ce qu’elle avait mal aux coudes, aux genoux, à l’âme, en voyant ses courses prendre l’eau. À genoux au milieu des passants pressés, la pluie martelant son épiderme, son cuir chevelu et son expression affaiblit, rivée sur ses provisions si précieuses. C’est alors qu’une voix lui parvenait, au travers le rideau diluvien, étirant une risette émotive. Et elle ne pouvait pas s’empêcher de pleurer, Marla, constamment à fleur de peau, mélange pas très joyeux d’émotions en tout genre. La joie de revoir Opale couplée à ses pensées suicidaires aux problèmes n’égayant pas son existence. Un trop-plein qui la faisait craquer, comme un enfant à bout de nerfs. Attendrissante dans l’exercice, un peu moins en tenant compte de la scène : c’en était un peu plus ridicule, à tendre les mains pour remplir à nouveau ses sacs, sans cesser de pleurer. Les paroles s’échappaient de ses lèvres tremblantes, mais aucun propos censé n’en sortait, rien. Que des sanglots et des mots fébriles, loin de lui rendre justice. Cela donnait des « hbjkjlbhbjnkl » incohérents. Affolée, bousculée, à se redresser et tenir sur des jambes flageolantes et son corps venait se blottir contre celui de son amie, balayant un instant le cercle de chair bousculant son ventre plat. Quelques secondes, puis, le corps reculait, pour passer une main sur le ventre de la femme enceinte. « Hein ? Mais comment ? Enfin… Quoi ? » Un sourire au milieu des larmes, l’allure d’une femme totalement déboussolée, mélangeant le soleil et la pluie, sur le point de former un délicat arc-en-ciel avec sa risette enjôleuse.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mar 1 Déc - 21:55:49


Sweater Weather / Opatz #1

« Tu devrais faire attention et tenir un peu mieux sur tes pieds. Ca sert à ça aussi ... tenir debout » douce plaisanterie qui s'échappait de ses lèvres étirées en un sourire quelque peu moqueur. et seul sa main encore libre venait laisser ses doigts se refermer sur les quelques courses qui jonchaient encore le sol. les replaçant en vrac dans les sacs que tenaient son amie. son autre main tenant encore fermement la laisse de Bambi, qui s'agitait dans un coin, mais aussi le parapluie qu'elle s'efforçait de garder au dessus d'elles d'eux. bloquant les quelques gouttes de pluie qui menaçaient de leur tomber dessus. mouillant leur épiderme et laissant leurs chevelures s'imprégner d'eau. « Marla ... » qu'elle lâchait d'une voix douce en entendant ses sanglots. digne d'un murmure par peur de briser quelque chose par les simples vibrations de sa voix qui venaient alors fendre l'air. les mois étaient passées, mais son inquiétude n'avait pas diminuer. elle c'était inquiétée Opale. elle c'était questionnée sur la situation de la jeune femme. est-ce qu'elle allait bien ? est-ce qu'elle s'en sortait ? est-ce qu'elle avait quelqu'un pour veiller sur elle et l'aider au besoin ? que des questions qui restaient sans réponses et qui attendaient encore de l'avoir. de voir ce point d'interrogation qui trônait à la fin être finalement remplacé par un point. suivit d'une phrase qui viendrait donner suite. qui viendrait apporter matière à apaiser ses inquiétudes. mais ce n'était pas ce qu'elle récupérait actuellement de ses retrouvailles plus qu'hasardeuse. pas pour le moment. un léger rire vint remplacer son sourire le temps de quelques secondes. un rire entre excitement et malaise sans doute. « Oui ... Je pensais te l'avoir dis une fois avant de partir, mais oui je suis enceinte. Enceinte de 8 mois. » et ses iris se mirent a briller à cette simple phrase. à la simple pensée de devenir maman dans quelques semaines. l'attente n'était plus très longue et elle trépignait d'impatience Opale. « Et toi comment tu vas ? » et sa main qu'elle venait déposer sur le bras de son amie. simple geste, mais rempli d'affection et de tendresse. une approche presque habituelle.

@Marla Katz OPATZ » SWEATER WEATHER. 532282167



(c) MORNING RAIN

Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

OPATZ » SWEATER WEATHER. 060f OPATZ » SWEATER WEATHER. 1juq OPATZ » SWEATER WEATHER. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
you were made to go out

OPATZ » SWEATER WEATHER. Rfnw OPATZ » SWEATER WEATHER. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
OPATZ » SWEATER WEATHER. Ngu7
  • Aucune association
OPATZ » SWEATER WEATHER. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
OPATZ » SWEATER WEATHER. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 2 Déc - 20:48:34
❝ just us, you find out, nothing that i wouldn't wanna tell you about, no 'cause it's too cold, for you here and now. so let me hold both your hands in the holes of my sweater.
-- (opatz 1).


Le sourire, l’éternel, étirait ses lèvres charnues, même si les yeux laissaient perler une pluie d’émotion. Façade émotive de celle qui retrouvait peu à peu les âmes charmantes ayant peuplé sa vie de citadine à ciel ouvert. Opale, elle lui laissait un goût délicat en bouche : un sentiment de protection qu’elle lui avait fait ressentir, lorsqu’elles s’étaient trouvées ensemble. Puis, Opale, elle s’en était allée, avait réussi à s’en sortir, l’aidant de temps à autre, avant de s’en aller, de s’envoler vers une nouvelle destination. Goût de l’aventure misérable. Tenter sa chance aux quatre coins de New York, en croisant les doigts, que l’on veuille bien lui donner l’occasion de se relever, qu’importe le domaine. Pourvu que son séjour ne s’éternise pas. Pourvu que l’enveloppe ne crève pas de froid, sous les regards méprisants. Opale, elle ne lui souhaitait que du bonheur, maintenant qu’un passé les reliait. Maintenant que sa tête brune se mêlait à la sienne, sous le rideau de pluie, elle se sentait bouleverser, submerger par diverses émotions, toutes différentes. La joie à l’émotion, que de voir une nouvelle main tendue, que de réaliser que leur lien demeurait intacte et qu’Opale, elle ne lui en voulait pas d’être partie, sans un mot. Juste maladroite, Marla, dans tout ce qu’elle entreprenait. À s’en aller, priorité à sa survie et l’esprit qui vaquait de droite à gauche : insouciante, Marla, malgré le milieu rural dans lequel elle avait grandi. Ces années de désespoir ancrées dans la chair. Et les larmes, elles, n’arrêtaient pas de couler, ruisselant sur ses pommettes, en s’alliant aux perles de pluie, un tableau frôlant la divinité. C’est qu’elle était à fleur de peau, tout l’émouvait et l’enrageait ces derniers temps, Marla. Alors, ce n’était pas étonnant de l’entendre bégayer, à prononcer des palabres incompréhensibles et tremblantes, laissant un aperçu du chaos dans lequel elle pataugeait. « J’ai oublié ! » Qu’elle s’exclamait en essuyant ses joues, loin de se soucier de son apparence de chien trempé, avec ses sacs installés de nouveau sur ses épaules. « Tu vas bientôt exploser ! » Et un rire communicatif résonnait, brisait définitivement avec son chagrin intempestif. L’on voyait bien que le soleil évitait de répondre à son interrogation, se baissant quelques secondes pour caresser l’animal et les invitait à trouver refuge chez elle, à seulement deux ou trois pas de là. Allure pressée, pour se mettre au chaud et ranger ses courses, en laissant Yogi, son Shiba Inu, récemment adopté, faire connaissance avec les nouvelles arrivées. « Tiens. » Qu’elle disait d’une petite voix, lui permettant de se sécher, avant de s’installer sur le divan. Sans jamais perdre le sourire, Marla : rayonnante, irradiante de bonheur face au visage d’Opale et son ventre si rond, qu’elle en était encore surprise. « Je n’aime pas les enfants, mais je ferai un effort pour toi. » Parce qu’elle refusait de la reperdre de vue, sa pierre précieuse, Marla, maintenant que leurs chemins s’étaient recroisés. Virages communs, elle espérait. Sans le savoir, Opale, elle allégeait son cœur d’un poids lourd, opprimant : celui installé depuis un moment, depuis que sa vie à l’allure idyllique s’était effondrée avec ces agressions. Inutile de les évoquer, la nuit lui suffisait à revivre en détails tout ceci : jamais de répit, beaucoup trop de cris brisant la voûte étoilée et un cœur qui ne se reposait jamais. À cran. Essayant de vaincre son addiction aux médicaments, essayant de mettre au sol le marasme. Victorieuse, dans ses songes utopistes.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Ven 4 Déc - 22:06:44


Sweater Weather / Opatz #1

ses bras qui venaient encercler les corps de son amie quand celle-ci vint fondre dans les siens. le cœur qui se réchauffait alors presque instantanément à ce simple contact. peau contre contre. ou plus ou moins. ses doigts qui se laissaient aller dans des douces caresses sur son dos. et ce geste, pourtant aussi simple pouvait-il être, avait étiré un sourire à Opale. soulagement qui la gagnait d'enfin pouvoir poser son regard sur son amie. de pouvoir la serrer dans ses bras et de sentir son souffle contre sa peau. sa poitrine, monter et descendre contre la sienne, au rythme de ses respirations discontinues à cause de ses quelques larmes. de ses quelques sanglots qui venaient la secouer dès qu'elle avait entendu sa voix. capter les vibrations de ses douces paroles. douloureuses absences de l'une comme de l'autre qui les avaient tenues éloignées durant des mois durant. ce plaisir d'enfin revoir l'autre devant elle. et au fond, c'était comme ci elles ne c'étaient jamais quittées. comme ci Marla n'avait pas cessé de divaguer dans les rues de New-York. vue sans être vue. comme ci Opale n'avait jamais fuit la ville pour son pays natal. elle ne l'avouerait jamais, mais au fond d'elle elle le savait. elle avait fuit. « Mais je suis là pour te le rappeler. » petit rire qui s'échappait de ses lèvres alors qu'elle laissait une main distraite se perdre à nouveau sur les courbures de son ventre. « Je me sens énorme j'en peux plus ... J'ai hâte d'accoucher je ne vais pas te le cacher. Vivement la nouvelle année, j'y serais presque. » et elle aimait ses mois de grossesse Opale. mais elle était impatiente. elle trépignait de hâte un peu plus chaque jour qui passait. à chaque lune qui se couchait dans le ciel sombre tacheté de clarté, pour laisser place au soleil et au ciel lumineux. ses sourcils se fronçait et ses expression chaleureuse et douce s'apaisait un peu devant le silence de son amie. et elle voulait lui reposer la question. curieuse du bien être qu'elle espérait l'habitait. mais les mots se tuent à la rivière de ses lèvres. se perdant sur sa langue pour retourner au point de départ. aucun son ne sortait. juste un nouveau sourire léger qui étirait la commissure de ses lèvres alors qu'elle la suivait dans la marche qu'elle avait entreprit. et ce fut la surprise et une joie certaine de voir qu'elle avait enfin un endroit où vivre convenablement. un toit constant au dessus de la tête. son regard brillait. ses iris légèrement humide de larmes. les hormones de femme enceinte la faisait presque craquer. mais elle réprimait un sanglot en venant s'installer au côté de Marla. « Dans quelque temps je vais te surprendre à vouloir garder mon fils pour me laisser une soirée de libre pour moi. » et elle riait Opale car elle savait que cela viendrait presque au miracle. mais elle était comme touché de la remarque de son amie. « C'est un bel endroit, je suis contente que tu es enfin un appartement et un si beau chien pour te tenir compagnie. Vraiment ... Je suis contente pour toi. » et elle était sincère dans ses paroles.
@Marla Katz OPATZ » SWEATER WEATHER. 532282167



(c) MORNING RAIN

Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

OPATZ » SWEATER WEATHER. 060f OPATZ » SWEATER WEATHER. 1juq OPATZ » SWEATER WEATHER. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
you were made to go out

OPATZ » SWEATER WEATHER. Rfnw OPATZ » SWEATER WEATHER. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
OPATZ » SWEATER WEATHER. Ngu7
  • Aucune association
OPATZ » SWEATER WEATHER. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
OPATZ » SWEATER WEATHER. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 8 Déc - 14:48:33
❝ just us, you find out, nothing that i wouldn't wanna tell you about, no 'cause it's too cold, for you here and now. so let me hold both your hands in the holes of my sweater.
-- (opatz 1).


Marla : la joie. Le bonheur. Face aux autres, grâce aux autres. Puis, la destruction : celle qu’elle s’acharnait à exécuter sur sa propre personne, se tuer à petit feu, lorsque les lumières n’étaient pas braquées sur elle. Des blessures et carences occultées, pour ne pas prendre le risque d’inquiéter. Des traumatismes anciens et récents, qu’elle tairait, pour le bien-être de sa précieuse amie. De sa perle retrouvée. L’air semblait plus facile à respirer, désormais qu’Opale avait croisé son chemin, reliant leur présent en nostalgie du passé. Bouleversée, Marla, aux larmes de joie et de tristesse, un mélange de tout, le corps contre celui de la belle. À l’image de leurs nuits blottie l’une contre l’autre, la frimousse de Marla sur sa poitrine, se laissant bercer par les pulsations régulières, ces bras protecteurs autour de sa carcasse. Drôles de dames qu’elles furent. Qu’elles demeurent, à l’image de ces retrouvailles pluvieuses et humides : c’était comme si les perles étaient le reflet du rideau de pluie. Le prolongement d’un tout, d’une harmonie subtile et divine. Somp(tueuse). À se plonger dans cette ville frappée d’eau, pour retrouver la chaleur d’un logement, jurant considérablement avec la froideur des ruelles. La dureté d’un sol contre le moelleux d’un canapé de velours. La douceur des tissus contre l’agressivité du béton, irritant les épidermes. Et une certaine fierté s’ajoutait au tout, parce qu’elle se sentait soulager, constamment, d’avoir survécu, en mettant le pied entre ces murs. D’avoir été suffisamment courageuse pour survivre, s’endurcissant au fil des jours passés à l’extérieur, quand une majorité retrouvait la chaleur et le confort d’une maison, d’une famille. En voilà une histoire à en faire pleurer les chaumières, même si la réussite ne pointait pas encore le bout de son nez. L’argent remplissait ses poches et bientôt, tout bientôt, elle pourrait prétendre à mieux, Marla. Payer un appartement, se sentir enfin chez elle et pas comme une touriste, profitant des services d’un hôte trop généreux. Même si l’entièreté de la décoration lui ressemblait, elle n’oubliait pas, que ce n’étaient pas ses moyens qui assuraient le logement. Le sourire ne suffisait pas à combler ce besoin d’appartenance et l’envie que d’être maîtresse de son destin. Une bonne fois pour toute. Et ses paumes chaleureuses glissaient sur celles de son amie, caressant délicatement de sa peau fraîche, celle de la brune, affichant une risette crispée. « Je ferai de mon mieux. » Parce qu’elle ne savait pas y faire avec les enfants : c’était à peine si elle avait porté ses sœurs le jour de leur naissance. Une maladresse et ce serait la fin pour ces êtres si fragiles, vulnérables. « Mais prend une assurance, on ne sait jamais… » Qu’elle plaisantait, sans trop le faire. Son visage ne tardait pas à se déposer sur l’épaule d’Opale, toujours en quête de tendresse, Marla, sans réellement s’en rendre compte. « Merci… Mais je n’ai aucun mérite. » Qu’elle murmurait en laissant ses phalanges délicates se balader sur le ventre arrondi de la future maman. « Je peux te demander qui est le papa ? » Qu’elle demandait en fermant ses paupières, apaisée suite à ces retrouvailles, sereine, Marla, les démons bien loin d’elle.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Ven 11 Déc - 14:51:33


Sweater Weather / Opatz #1
« Tu sais que je te taquine ?! » doux sourire qui venait habiller son visage alors qu'elle venait exercer une légèrement pression sur les mains de son amie. son regard était tendre comme toujours à ses côtés. rempli de toute bonté et d'un intérêt certain pour son bien être. Opale avait toujours revêtue cette couronne de celle qui faisait attention à l'autre. qui n'hésitait pas à potentiellement élever la voix quand les influences mauvaises pointaient le bout de leur nez. laissant leurs charmes faire effet sur son amie fragile. laissant ses bras encercler son corps parfois fébrile pour la réchauffer lors des nuits fraîches, sombres et surtout humides. l'accueillant par la suite dans son antre qu'elle partageait avec un autre. un étranger qu'elle avait apprit à connaître et qu'elle avait laissé entrée dans son cercle. découvrir une part de ses blessures, mais tout en restant la chanteuse de mensonge qu'elle était. les paroles dansant parfaitement sur sa langue et passant la barrière de ses lèvres sans trop de problèmes. et elle s'en voulait pour ça Opale. douce précieuse qui mentait sur son passé autant qu'elle respirait quand elle encourageait à l'honnêteté. « Je le ferais. » et elle riait doucement la coréenne, laissant son corps se relâcher et s'enfoncer dans les courbes du canapé sur lequel elle était installée. balançant sa tête en arrière. ses paupières se fermant brièvement et ses lèvres qui s'entrouvraient légèrement pour laisser passer un soupire. « Aucun mérite ? » son visage se faisait plus interrogateur, perdu, alors que ses iris venaient se poser sur son amie. la questionnant silencieusement d'un simple regard. « Le plus important reste que tu ai désormais un toit au-dessus de toi. » en cette fin d'année qui approchait, entraînant des heures fraîches tout au long des journées, Opale se sentait plus sereine de savoir son amie désormais entre les murs d'un appartement. laissant la chaleur de cet endroit la réchauffer pleinement. elle n'avait plus à s'inquiéter de son rythme de vie qu'elle était elle même heureuse d'avoir laissé de côté désormais. « Mmmh oui ... » et elle restait brièvement silencieuse Opale. réfléchissant à la meilleure des façons pour présenter la situation. « Il s'agit de Tomoaki et je te le dis parce que c'est toi, que tu es mon amie. C'était l'histoire d'une fois et me voilà enceinte maintenant. » enceinte et au milieu d'une situation quelque peu complexe ou le père de cet enfant peinait à se projeter. a prendre par à ses responsabilités qui arrivaient.

@Marla Katz OPATZ » SWEATER WEATHER. 532282167
( sorry, ce n'est pas fameux )



(c) MORNING RAIN

Marla Katz
Marla Katz






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19767-marla-katz-o-charleen-weiss-29-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19802-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19804-marla-katz https://www.disjointedsocieties.com/t19805-marla-fleur-celeste
Surnom : Kiddo, Katz.
Âge : 26
Origines : Allemandes.
Occupation : Étudiante aux Beaux-Arts vendant ses services en tant qu'artiste free-lance et Fleuriste, en job étudiant.
Lieu de résidence : Maisonnette (Queens) avec Mathias. ♡
A New York depuis : ses dix ans.
Situation Amoureuse : Il n’y a que les yeux de l’amour qui comptent.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Trigger Warning : J'aborde en rp : conflits familiaux, violence (physique, mentale, infantile), manipulation, délinquance, sexe, enlèvement, pauvreté (ancienne SDF), troubles du comportement alimentaire, pensées suicidaires, anxiété, dépression, relations toxiques, addiction (somnifères).

Je refuse de jouer : cruauté animale (non, non et re-non), viol, prostitution, mort.

OPATZ » SWEATER WEATHER. 060f OPATZ » SWEATER WEATHER. 1juq OPATZ » SWEATER WEATHER. 0knu
hey kiddo
☽ DON'T BE AFRAID ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
you were made to go out

OPATZ » SWEATER WEATHER. Rfnw OPATZ » SWEATER WEATHER. 5ybb
homeless
☽ J'ENTENDS LES LOUPS ☾
OPATZ » SWEATER WEATHER. Eztv
dans la nuit
Elle était belle dans la nuit, à la lueur de la lune ronde. Des rubans dansent dans ses cheveux et le vent rie à ses côtés. Sur les chemins parsemés d’étoiles, elle brille de mille feux. Ses mains implorent le ciel au temps qui se suspend. Une envolée d’oiseaux nous rappelle, qu’elle était belle, elle.
OPATZ » SWEATER WEATHER. Ngu7
  • Aucune association
OPATZ » SWEATER WEATHER. VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : BRAINDEAD.
Pronom : Elle.
Messages : 813
Faceclaim : Charleen Weiss.
Crédits : Romanov (avatar), Myself (signature), Ethereal (icons).
Inscription : 22/11/2020
Multicomptes : Baby Meï.
Nombre de mots par RP : 200 - 600 mots.
Fréquence de RP : Lorsque j’ai envie.
Je suis plutôt : Dark et chill.
Young Idiot
OPATZ » SWEATER WEATHER. Lsxz6sHY_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 13 Déc - 23:00:53
❝ just us, you find out, nothing that i wouldn't wanna tell you about, no 'cause it's too cold, for you here and now. so let me hold both your hands in the holes of my sweater.
-- (opatz 1).


Une risette crispée s’en venait étirer les lippes de Marla, sous le regard récréatif de son amie. Loin d’être à l’aise avec les enfants, la simple idée de devoir garder un être si fragile la crispait. Marla, elle était de ces esprits évasifs, la tête ailleurs, des rêveries plein le crâne, d’un naturel maladroit, qui arrachait des sourires. Elle ne faisait jamais exprès de se donner en spectacle, de se la jouer tête en l’air et d’enchaîner les bourdes, physiques ou orales. Sûrement qu’un costume de clown lui irait à merveille, adressant des risettes enjôleuses au public, qui l’acclamerait, face à ses prunelles azurées voilées d’émotion. Non, ce n’était définitivement pas la bonne personne pour s’occuper d’un enfant et elle espérait qu’Opale plaisantait, qu’elle ne lui confierait pas son boulet pour profiter de la vie. Une vie de couple avec des animaux suffisait à la poupée, qui ne se voyait pas finir seule, encore moins avec des bambins évoluant entre ses gambettes. Vision pittoresque frôlant le cauchemar pour celle qui se sentait soulager face à la supercherie, quand bien même la grossesse était réelle. Son visage, s’en venait, se nicher sur l’épaule de la précieuse, fermant un moment les yeux, laissant ses phalanges se perdre sur le ventre arrondi de la femme. La peau était vraiment élastique et le corps surprenant, qu’elle pensait, en projetant l’image d’un bébé dans le ventre d’Opale. Fallait de la place et du courage, pas étonnant que les nouvelles mères affichaient des valises de fatigue après la naissance. Des détails qui la faisaient frissonner, Marla. Elle ne savait définitivement pas y faire avec les mioches et l’univers de la maternité, alors dans le fond, Marla, elle se surprenait à croiser les doigts. Espérer qu’elle ne perde pas les eaux sur son canapé, qu’elle n’accouche pas ici, sous ses prunelles paniquées. Ainsi, un long soupir s’ensuivait, soudainement endormi par la plénitude de l’instant, la sérénité que l’étreinte d’Opale lui procurait. Ce sentiment de sécurité intacte, en dépit du temps qui était passé. « D’accord. » Elle ne poserait pas plus de questions, la brune, sachant à quel point ce genre de situation était complexe, prise de tête, lorsque le gosse n’était pas désiré ou issu d’une union solide, stable. Marla, elle avait été une de ces gamines pas voulues, mais qui était née, sous les regards dépités des géniteurs, la haïssant dès ses premiers pleurs. La vie marquée d’une croix mortuaire, la tombe déjà creusée à quelques secondes d’existence. « Tu connais le sexe ? Je me doute que tu l’appelleras Marla si c’est une fille. » Qu’elle disait d’une voix amusée, ne cachant pas le rire qui la prenait, en resserrant son enlacement autour de son amie. « Que je suis contente de te retrouver… » Qu’elle murmurait ensuite, le soulagement audible dans la tonalité de sa voix légèrement grave. C’était qu’elle revivait Marla, avec un nouveau repère dans sa vie. Le soleil semblait renaître de ces cendres, prenant la dominance sur la lune et les simulacres, déambulant au creux de son cœur, teinté de noirceur.
(c) TORTIPOUSS.






les yeux fermés, je
LIS SUR TES LÈVRES
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mar 15 Déc - 17:34:01


Sweater Weather / Opatz #1
« C'est compliqué avec Tomo, du moins la situation qui entoure et ressort de cette grossesse l'est. Mais ce que j'ai hâte d'être enfin maman. » ce qui avait toujours été un sujet brûlant, tabou, dans sa dernière relation, allait finir par devenir réalité. cette envie d'être mère. de porter la vie pendant des mois durant. de pouvoir tenir dans ses bras cet être si fragile et si attendrissant. sentir son cœur son gonfler de bonheur à la simple vision de ses yeux à moitié clos, peinant à rester ouvert dans les premiers temps. sentir ses petits doigts entourer de sa si légère poigne son doigt. avoir le regard brillant d'amour et bienveillance quand il se pose sur ses traits enfantins. elle en avait toujours eu l'envie Opale, le faisant régulièrement savoir à son ex compagnon quand il faisait encore partit de sa vie. les espoirs de le voir changer d'avis un soir. de l'entendre lâcher ses quelques mots à son oreille : ayons un enfant. ou de voir la test se montrer positif dans la plus grande des surprises alors que leurs buts communs n'étaient pas pointer en cette direction. c'était comme un rêve qui allait se réaliser dans les prochaines semaines. l'attente qui restait était interminable et la douce Opale trépignait d'impatience. fatiguée de ce corps de femme enceinte qu'elle traînait d'un bout à l'autre de son appartement ou dans les rues de la Grande Pomme. « Mais je sais que cette nouvelle l'a prit au dépourvu quand je lui ai annoncé être enceinte .. de lui. » qu'elle lâchait une nouvelle fois, le regard fixé devant elle et une main venant se perdre elle aussi sur les courbes de son ventre. rencontrant, frôlant, par moment celle de son amie. elle se livrait quelque peu Opale, le besoin de parler sans doute. et c'est le rire de Marla, se mélangeant au sien, qui la ramenait sur terre. « Je suis désolé Marla, mais je doute que ton prénom convienne pour un garçon ... » et son regard laissait briller une lueur faussement désolé. plus moqueuse qu'autre chose alors que son sourire s'agrandissait aux paroles de la jeune femme. « Je suis contente aussi ... Tu m'avais manqué. » qu'elle lâchait d'une petite voix, les iris attendris et ses doigts venant replacer une mèche de cheveux derrière l'oreille de son amie.

@Marla Katz OPATZ » SWEATER WEATHER. 532282167



(c) MORNING RAIN

Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum