AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment : -24%
Purificateur d’air & Ventilateur Dyson TP02 ...
Voir le deal
399 €


Emrys Dabrowski
Emrys Dabrowski






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19599-emrys-dabrowski-o-harry-styles https://www.disjointedsocieties.com/t19635-emrys-dabrowski https://www.disjointedsocieties.com/t17105-ace-park-ouvert-isaac-t-rosewood-ouvert
Surnom : Em', un surnom court mais que tu affectionnes.
Âge : 27
Origines : Anglo-polonais, t'as vécu à Londres jusqu'à tes quatorze ans.
Occupation : Anciennement chanteur, acteur et mannequin, tu ne sais plus vraiment quoi faire de ta vie depuis que ton agence t'as viré le mois dernier.
Lieu de résidence : Tu vis depuis peu dans un nouvel appartement à Manhattan mais tu squattes régulièrement l'appartement de ton amoureux ou celui de ton garde du corps.
A New York depuis : que tu as seize ans
Situation Amoureuse : Officiellement célibataire, ton cœur est pourtant pris par un tueur au sourire charmeur à qui tu as confié ta vie entière.
Orientation sexuelle : Pansexuel
Trigger Warning : Ceux du personnage : Relations toxiques • scarification • possessivité/jalousie/obsession forte • addictions • tendances autodestructrices • viol

U.C.
If you want me, come get me.
I'm not who you think || Forty 9cc1160c6f61682a42e3d0e88a5ec22873f44576
  • United Heart
I'm not who you think || Forty 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 8945
Faceclaim : Harry Styles
Crédits : firesofbeltane ((avatars)) flordecapomo ((icons))
Inscription : 22/06/2020
Multicomptes : Ace Park et Isaac T. Rosewood
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dépend du moment
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
I'm not who you think || Forty T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Lun 16 Nov 2020 - 23:14


I'm not who you think
@Forty Cook & Emrys


Les bruits de conversations autour de toi viennent te perturber, ils t’empêchent même de te concentrer sur ton propre flot de pensées. La chemise à moitié ouverte, un verre placé dans l’une de tes mains, tu joues avec l’une des nombreuses chaînes qui reposent le long de ta ceinture. Tu t’ennuies un peu mais tu fais comme si tout allait bien. Tu dois conserver cette image parfaite d’un chanteur que tout le monde admire, de celui qui fait des dons dès qu’il le peut. Alors tu gardes ce sourire de façade, cherchant une occupation. D’habitude, tu peux te permettre d’embêter ton garde du corps vu qu’il doit te suivre dans n’importe lequel de tes déplacements. Mais Leandro n’a pas pu venir ce soir et ça t’ennuie profondément. À la place, tu fais affaire à l’un de ses collègues que tu ne vois que très rarement et qui est bien trop professionnel à ton goût. Alors tu fais de ton mieux pour lui échapper, te faufilant entre les invités lorsqu’il ne prête pas assez attention à toi. Et tu discutes avec bon nombres de personnes, faisant l’effort d’être sociable alors que tu désires simplement t’éclipser le temps d’ingérer un de ces poisons en forme de bonbons que tu apprécie tant. Coincé dans une discussion qui ne te passionne pas tant que cela, tu observe les alentours avant de poser ton regard sur une chevelure que tu as déjà vu passer plusieurs fois devant tes yeux durant la soirée. Tu n’y prêtes cependant pas plus attention que cela, prétextant avoir repéré au loin une connaissance pour t’éloigner de cet homme politique qui te raconte une fois de plus ses souvenirs de chasse et d’enfance. Sujets qui, l’un comme l’autre, n’ont pas eu la chance d’obtenir ton intérêt. Et tu t’éloignes de la pièce principale, rejoignant l’un des balcons en t’assurant que ton chien de garde n’a pas repéré ton absence. Appuyé contre un muret, tu fouilles tes poches à la recherche du saint graal de la soirée. Un paquet de cigarette mêlant tubes de nicotines et pilules de plaisirs. En glissant l’une sur ta langue, tu récupères le poison filtré et ton briquet pour venir empoisonner une fois de plus tes poumons. Tu joues avec le feu, sachant pertinemment que fumer pourrait venir foutre ta voix, ainsi que ta carrière, en l’air si tu venais à tomber malade à cause de tous les produits toxiques contenus dedans. Le regard posé sur le ciel, observant les milliers d’étoiles que tu as la chance de pouvoir observer, tu ne prêtes même pas attention à tout ce qu’il se passe autour de toi. Tu ne détournes même pas ton attention quand tu sens une présence non loin, quand tu entends une voix s’élever dans une discussion téléphonique. T’es perdu dans ton monde, Emrys. Et ça te fait beaucoup de bien.


(c) MORNING RAIN

Forty Cook
Forty Cook






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19429-forty-cook-o-lee-felix-relance-08-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19597-forty-cook#1087862 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-forty-cook-ouvert#1045262
Surnom : forty pour ce qui reste de l'humain, black mamba pour l'assassin.
Âge : 22
Origines : américano-coréen et australien.
Occupation : à la tête d'un casino de prestige aux yeux du monde, meurtrier impitoyable à l'abris des regards.
Lieu de résidence : brooklyn, un triplex à la sécurité infaillible.
A New York depuis : toujours, de retour en ville depuis cinq mois.
Situation Amoureuse : célibataire et bourreaux des cœurs, le sien ne bat plus pour personne.
Orientation sexuelle : fluide mais la haine étanche pour la gente féminine.
Trigger Warning : morts violentes/ meurtres / violence excessive / rp hot.

I'm not who you think || Forty VZP4bsGC_o I'm not who you think || Forty JEXZ9Ebl_o I'm not who you think || Forty Gq7WuOSz_o I'm not who you think || Forty Uw1dSdIJ_o
le p'tit blabla is coming soon les potes.
il y a du feu sous mes paupières,
et les cendres de mes vingt-ans.
I'm not who you think || Forty Giphy
  • Aucune association
I'm not who you think || Forty VEo0rLeU_o
RPs : 3
Pseudo : (re) dunk, coucou c'est moooi
Pronom : il/elle.
Messages : 1356
Faceclaim : lee felix
Crédits : truthicons (ic) sœurs d’armes (av) little wolf (signa)
Inscription : 31/10/2020
Multicomptes : levi w., boniface s. & baby r.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots
Fréquence de RP : régulière
Je suis plutôt : dark.
Double Trouble
I'm not who you think || Forty 71soFdC0_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 23 Nov 2020 - 0:27


I'm not who you think
@Emrys Dabrowski & FORTY


Comme l’écran de son téléphone le lui soulignait, il était l’heure. Là où une poignée d’âmes dormaient déjà paisiblement, la sienne s’apprêtait à vivre. La nuit était tombée sur la grosse pomme et il était enfin l’heure, l’heure au serpent de répandre son venin, de semer son poison, de dérober souffle et pouls, d’ôter la vie aussi facilement qu’on arrachait son jouet à un enfant. Pour se faire, il avait troqué ses vêtements habituels pour un costard hors de prix, jetant ses pulls larges et ses jeans au fond du placard pour des tissus fins, cintrés, tout de noir vêtu, aux boutons de manchettes d’une argenterie étincelante, gravé de ses initiales. Si la tenue était de mise ce soir, le lieu s’y prêtait lui aussi. Des convives d’une noblesse sans faille, d’autres au succès inébranlable, des invités aussi riches que corrompus et il était l’heure, l’heure pour l’un d’eux de siffler son dernier soupir. Le frileux maladif crissait une dernière mêlée d’injures à l’égard de son propre accoutrement, jugeant ce dernier bien moins confortable que ce qu’il avait l’habitude de porter, c’est alors qu’il hissait son éternel blouson en cuir dans un sac à dos, sac qui se trouvait déjà chargé d’un sweat et d’une multitudes de munitions en cas d’un quelconque dérapage. Bien que ses plans A n’aient jamais connu l’échec jusqu’ici, l’assassin insaisissable qu’il était ne désirait pas tenter le diable et prenait toujours grand soin d’avoir une solution de secours et fin prêt, de la cravate soigneusement nouée aux dagues qui logeaient les poches intérieures de sa veste, il prenait la route à moto en destination du crime parfait.

Comme il était prévu, Forty n’était pas rentré par la grande porte, comme l’auraient fait ces nombreux noms qui figuraient sur la liste d’or. Non, de manière bien moins conventionnelle, le meurtrier s’était procuré les plans du bâtiment pour passer par les conduits d’aérations, abandonnant son sac dans les faux plafonds des toilettes pour s’insinuer une place, l’air de rien, parmi la foule d’invités. Sa flasque de whisky en main, sa silhouette se faufilait à travers la foule depuis une heure déjà, en quête de sa cible. Son regard vagabondait, attentif, analysant les moindres faits et gestes qui l’entouraient, rien ne passait ses filets, de la main baladeuse de cette épouse sur son amant à cet homme qui plongeait une pilule dans son verre. Le temps filait et sa proie échappait à son champ de vision plus d’une fois au cours de la soirée, le plus souvent pour intégrer une conversation à la volée, généralement avec ces mêmes personnes. Ses allers-retours entre ceux-là et le bar étaient fréquents, trop pour qu’il n’agisse sans craindre d’être repéré avant d’avoir pu frapper. L’impatience embrasait ses veines, l’embrasait d’un sentiment de frustration, cette même impatience qui résidait sous sa peau et lui murmurait à l’oreille combien la hâte d’enfoncer la courbe d’une lame dans l’épiderme d’autrui était viscérale, balayant l’envie par le besoin.

Chaque opportunité ratée soulignait la présence de ce garçon, toujours le même, ce garçon à l’allure soignée, aux traits fins et visiblement, un brin ennuyés. Celui-là qui, plus que de raison, s'accaparait son attention, son entière concentration. Ce n’est qu’alors qu’il le voyait s’éloigner qu’il prenait conscience de s'être égaré dans une simple contemplation, assez pour avoir vu sa prochaine victime lui filer entre les doigts pour la énième fois depuis son arrivée. Sa poigne, irritée, resserrait son emprise autour de sa flasque, l’esprit fulminant sous la confusion, les avoir vu se disperser tous les deux à quelques minutes d’intervalles le laissait perplexe et les suppositions prenaient rapidement vie, fusaient à foison et lui ordonnait de mettre un terme à ses doutes en allant éradiquer les questions à leur source. Son flacon d’alcool regagnait sa place dans l’une des poches intérieures, troquant son poison caramélisé contre une lame courbée qu’il glissait discrètement dans la manche de sa veste, un geste habile qui soumettait son habitude quant à la situation. La brise fraîche caressait son visage, ses iris observateurs faisaient le tour et se posaient sur le fruit de ses interrogations, là, seul, assis à quelques mètres. D’un coup d’épaule, il heurtait une âme pendue à son téléphone, se frayait un chemin jusque cet inconnu aussi intriguant qu’envoûtant et sans un mot, l’assassin enjambait le muret sur lequel son vis à vis prenait racine. Il s’asseyait à ses côtés, les yeux ancrés sur ce visage étranger. D’un geste sec, il dénouait sa cravate, laissant celle-ci pendre, désinvolte, autour de son cou alors que la dague gravé d’un serpent se hissait jusque dans sa paume à la température de givre, aussi froides que ses dires.

《 -Bonsoir, trésor. 》qu’il déclarait d’un ton particulièrement neutre, empruntant pourtant un surnom commun à sa fureur meurtrière 《 -Pardonne-moi, les présentations n’ont pas été faites mais tu m’en voudras pas de passer outre les formalités, pas vrai ? 》renchérissait Forty, glissant la pointe aiguisée de sa lame sur la cuisse de son interlocuteur, exerçant une pression maîtrisée, assez pour ne pas le blesser mais lui soumettre son sérieux《 -Très bien, pour commencer, inutile d’appeler à l’aide, de crier ou de t’épuiser à trouver un moyen d’attirer l’attention, si tu t’oses à tenter quoique ce soit, je t’arracherais les cordes vocales. 》continuait-il, sans laisser le moindre doute sur ce qui pourrait potentiellement lui arriver 《 -Maintenant que tu sais à quoi t’en tenir, voilà comment on va procéder, je vais te poser des questions auxquelles tu répondras sans broncher, si t’essaies de mentir ou de me la faire à l’envers, j’appuierai sur la dague, elle sectionnera l’artère fémorale et je te regarderais te vider de ton sang. 》expliquait le bourreau, prêt à le soumettre à de multiples tortures s’il l’y poussait.

Sa vision nuancée d’un parfait monochrome s’attardait sur chacun des détails que constituaient son semblable, particulièrement confus. Il était étrange de constater qu’il n’avait nullement l’allure d’un complice et ne s’en rapprochait pas le moins du monde, de près ou de loin. Néanmoins, l’assassin restait sur ses gardes et prônait la méfiance comme un mode de fonctionnement, il était plus facile d’admettre son erreur que de la laisser se dérober à son attention.

《 -Je t’ai vu plusieurs fois aux côtés de Pritzker, il avait l’air de chercher à t’avoir toujours dans son champ de vision, alors dis moi, qu’est-ce qu’une personne comme toi, fout avec une ordure pareille ? 》



(c) MORNING RAIN

Emrys Dabrowski
Emrys Dabrowski






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19599-emrys-dabrowski-o-harry-styles https://www.disjointedsocieties.com/t19635-emrys-dabrowski https://www.disjointedsocieties.com/t17105-ace-park-ouvert-isaac-t-rosewood-ouvert
Surnom : Em', un surnom court mais que tu affectionnes.
Âge : 27
Origines : Anglo-polonais, t'as vécu à Londres jusqu'à tes quatorze ans.
Occupation : Anciennement chanteur, acteur et mannequin, tu ne sais plus vraiment quoi faire de ta vie depuis que ton agence t'as viré le mois dernier.
Lieu de résidence : Tu vis depuis peu dans un nouvel appartement à Manhattan mais tu squattes régulièrement l'appartement de ton amoureux ou celui de ton garde du corps.
A New York depuis : que tu as seize ans
Situation Amoureuse : Officiellement célibataire, ton cœur est pourtant pris par un tueur au sourire charmeur à qui tu as confié ta vie entière.
Orientation sexuelle : Pansexuel
Trigger Warning : Ceux du personnage : Relations toxiques • scarification • possessivité/jalousie/obsession forte • addictions • tendances autodestructrices • viol

U.C.
If you want me, come get me.
I'm not who you think || Forty 9cc1160c6f61682a42e3d0e88a5ec22873f44576
  • United Heart
I'm not who you think || Forty 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 8945
Faceclaim : Harry Styles
Crédits : firesofbeltane ((avatars)) flordecapomo ((icons))
Inscription : 22/06/2020
Multicomptes : Ace Park et Isaac T. Rosewood
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dépend du moment
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
I'm not who you think || Forty T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Lun 23 Nov 2020 - 9:53


I'm not who you think
@Forty Cook & Emrys


Dans ton monde, comme presque tout le temps lorsque tu es seul, tu as l’esprit qui vague un peu partout. Le regard fixé sur les étoiles, ta vision n’est dérangée que par la fumée qui s’extirpe de tes lèvres dans de fins filets. Tu te détends lentement, la pilule avalée commençant à disperser ses effets relaxants et enivrants dans ton corps. Tu n’as qu’une seule hâte : partir de ce lieu qui est plus soporifique qu’autre chose. Bien sûr, tu dois faire attention à ce que tu dis et montre donc tu fais tout pour cacher le fait que tu t’ennuies. En temps normal, tu profites de ces soirées pour embêter ton garde du corps habituel. Mais il n’est pas là ce soir, ce que tu vas d’ailleurs lui faire payer, et tu te retrouves avec un remplaçant qui n’arrive même pas à t’empêcher de disparaître de son champ de vision. Cela ne te dérange pas pour autant, te permettant de te réfugier dans un endroit vide de monde et qui t’accueille sans aucun soucis.

Tu ne remarques pas tout de suite que tu n’es plus seul, bien trop perdu dans tes pensées et idées. Profiter d’un ciel étoilé te permet toujours de trouver de l’imagination pour tes musiques. Mais tu te fais surprendre par une voix qui monte jusqu’à tes oreilles. Le visage qui se tourne vers celui de l’inconnu, tu observes ce faciès qui ne te dis rien en fronçant les sourcils. Tu te demandes qui peut bien être cet homme qui semble se permettre seul de se poser à tes côtés. Tu ne repères en lui aucun des signes qui aurait pu te confirmer que c’est simplement un fan qui est trop entreprenant et ça te perturbe. Car tu ne vois aucune autre raison, si ce n’est celle d’un homme en manque de compagnie, qui justifierait sa présence. Alors tu te détends, persuadé que tout va bien, et t’apprêtes à répondre. Sauf qu’il est trop rapide pour toi et reprend déjà la parole. Si, d’un point de vue extérieur, la scène semble plus que normale et que l’on peut simplement voir deux hommes l’un à côté de l’autre ; toi, tu sens la lame sur ta jambe. Et tu te figes, perdant instantanément cette sensation de bien-être que tu ressentais. T’as déjà fait face à des gens qui voulaient t’impressionner, te blesser, mais la plupart d’entre eux voulaient seulement se venger de toi après avoir découvert que tu avais été l’amant de leur partenaire. Cependant, tu n’avais pas l’impression que c’était le cas de cet homme qui semble être beaucoup plus jeune que toi. Alors tu gardes le silence, tentant de paraître le plus détendu possible. T’as cette sensation d’adrénaline, se mêlant à cette peur intense que tu ressens, qui vient te pousser à vouloir faire des choses stupides. Mais la simple pensée de mourir sans avoir pu dire au revoir à ta mère t’effraie bien trop vite.

T’es donc sage, hochant lentement la tête quand il t’impose les règles. Et un frisson traverse ta colonne vertébrale à la simple entente de cette menace concernant ta vie. D’accord… Pour une fois que tu étais sage, il faut que quelqu’un vienne te mettre dans une situation dangereuse. Laissant tomber ta cigarette, cette dernière s’étant consumée pendant que tu prêtais attention à l’homme armé, tu hausses un sourcil en entendant sa question. De qui tu parles ? C’est qui ton Pritzker là ? T’es complètement perdu, te demandant si tu ne faisais finalement pas face à une personne qui aurait été trahi par une personne avec qui tu aurais eu une relation. J’sais pas c’est qui ton mec mais je le connais pas moi. Sauf s’il est du genre à faire des soirées anonymes. Là j’y peux rien s’il t’as trompé. Je prends pas les cartes d’identité de chaque personne qui passe dans mon lit. Tu hausses les épaules, prenant même le risques de te bouger légèrement pour mieux lui faire face. Puis franchement. S’il t’as trompé c’est qu’il t’aimait pas hein. On est pas infidèle quand on est amoureux, apparement.



(c) MORNING RAIN




Overwhelmed
I get overwhelmed so easily
My anxiety creeps inside of me
Makes it hard to breathe
What's come over me?
Feels like I'm somebody else
Forty Cook
Forty Cook






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19429-forty-cook-o-lee-felix-relance-08-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19597-forty-cook#1087862 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-forty-cook-ouvert#1045262
Surnom : forty pour ce qui reste de l'humain, black mamba pour l'assassin.
Âge : 22
Origines : américano-coréen et australien.
Occupation : à la tête d'un casino de prestige aux yeux du monde, meurtrier impitoyable à l'abris des regards.
Lieu de résidence : brooklyn, un triplex à la sécurité infaillible.
A New York depuis : toujours, de retour en ville depuis cinq mois.
Situation Amoureuse : célibataire et bourreaux des cœurs, le sien ne bat plus pour personne.
Orientation sexuelle : fluide mais la haine étanche pour la gente féminine.
Trigger Warning : morts violentes/ meurtres / violence excessive / rp hot.

I'm not who you think || Forty VZP4bsGC_o I'm not who you think || Forty JEXZ9Ebl_o I'm not who you think || Forty Gq7WuOSz_o I'm not who you think || Forty Uw1dSdIJ_o
le p'tit blabla is coming soon les potes.
il y a du feu sous mes paupières,
et les cendres de mes vingt-ans.
I'm not who you think || Forty Giphy
  • Aucune association
I'm not who you think || Forty VEo0rLeU_o
RPs : 3
Pseudo : (re) dunk, coucou c'est moooi
Pronom : il/elle.
Messages : 1356
Faceclaim : lee felix
Crédits : truthicons (ic) sœurs d’armes (av) little wolf (signa)
Inscription : 31/10/2020
Multicomptes : levi w., boniface s. & baby r.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots
Fréquence de RP : régulière
Je suis plutôt : dark.
Double Trouble
I'm not who you think || Forty 71soFdC0_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 3 Déc 2020 - 16:54


I'm not who you think
@Emrys Dabrowski & FORTY


L’heure tournait et l’éloignait chaque minute davantage du plan précisément orchestré qu’il avait soigneusement mit en place. Cependant, l’imprévu, l’adrénaline et le danger ne l’effrayait plus, plus depuis longtemps. L’indifférence gisait dans ses veines, au même titre que le whisky et l'instinct, jusqu’ici infaillible. Le givre qui ornait son cœur était perceptible jusque dans les tréfonds de ses iris, de la température glaciale de sa peau à ses traits considérablement impassibles, il ne faisait aucun doute qu’il pourrait ôter la vie à n’importe qui, n’importe quand, n’importe où, sans éprouver le moindre regret, le moindre remord, ni même la moindre émotion. Cette apathie qui terrifiait quiconque croisait son chemin résidait ses gènes depuis sa renaissance, celle où l’enfant devenu adulte trop tôt était né, où le monstre, la bête, l’ennemi avait laissé remonter en surface tous les sévices subis, toutes les rancœurs, toute la colère, pour s’en forger une arme massive, un élément de destruction, un pouvoir ultime, fatal, létal, qui, le plus souvent, éradiquait les problèmes d’un cruel sombre, d’une manière douloureuse, sanglante et sans scrupules. Son appétit colossal de vengeance, son insatiable besoin de justice n’épargnait personne et lorsqu’un nom figurait sur sa liste déjà bien aiguisée, l’âme était condamnée et terminait l’ébauche de sa piteuse vie dans sa collection étanche de crime déjà commis.

Ce soir, la ruse était de mise pour s’acquitter de sa tâche favorite, celle qui laissait les mains écarlates et le cœur léger, cette tâche redoutable qui suscitait précaution et méticulosité. Un obstacle, un seul, s’était mit en travers de sa route, route sinueuse qui le retardait et repoussait à plus tard le moment où il rentrerait chez lui, dans son havre sécurisé à foison, trop sûrement, là où ses cinq alliés aux crocs acérés l’attendaient. Ce détail, mais pas des moindres, portait certainement un nom, ceci dit, l’assassin faisait comprendre qu’il n’y prêtait pas la moindre importance, probablement sous la hâte de quitter les lieux, notamment cet accoutrement trop fin, trop léger qui, inconfortable, laissait passer la brise et venait le frigorifier davantage. Son regard, observateur à souhait, ne quittait pas ce visage à quelques mètres seulement du sien, pourtant les détails qui le constituaient ne lui avaient pas échappés. Des tatouages à sa tenue différente de celles des convives présents en ces lieux, cette expression relativement ennuyée, ses mains aux indices multiples qui laissaient croire qu’il était probablement quelqu’un de manuel, la désinvolture de sa posture qui elle, soumettait un total détachement à ce qui se déroulait à l’opposé du balcon. Cette liste longue et déroutante de détails qui insinuait le doute dans son esprit, le doute concernant une quelconque implication dans l’affaire qu’il était venue traiter.

Ses mots tombaient, son venin planait dans l’air sous la douce pression exercée par sa dague favorite. Ses yeux ancrés dans les émeraudes qui le confrontaient pour rétorquer des paroles qui venaient d’autant plus appuyer ses interrogations. Le serpent n’attaquait pas sans raison, il dérobait des vies pécheresses, des vies vicieuses qui, sans l’ombre d’un soupçon, en avaient abîmer d’autres dans leur intérêt, dans un but de satisfaction, de perversité du pouvoir, de l’extase de régner, de garder sous emprise. Son poison s’instaurait dans les veines déjà empoisonnées de ses victimes, des veines salies par l’addiction du chaos, des veines coupables qui appartenaient aux êtres les plus sombres, des êtres torturés par des désirs dérangés, qui bousillaient la vie d’autrui par plaisir narcissique et là, à l’instant, ce regard qui perçait le sien, cette prose de sincérité qui émanait de cette bouche le laissait croire qu’il n’était aucunement lié à ce désordre environnant, à ce chahut diabolique. Malgré cette controverse, cette indétermination, cette incertitude qui le laissait perplexe, il restait sur ses gardes, méfiance maladive l’y obligeant par simple mesure de sécurité.

《 -Regarde-moi, regarde-moi bien et dis-moi si j’ai l’air d’un mec qui se déplacerait par défaut d’infidélité. 》qu’il rétorquait, ses orbes sombres traversant les siens 《 -Malheureusement pour toi, il aurait été préférable que ce soit le cas, or, je suis pas là pour jouer aux petits amis jaloux, mon rôle c’est d’éliminer qui m’emmerde et j’ai tendance à avoir le meurtre facile alors je te conseille d’être un brin moins insolent trésor, si tu tiens un tant soit peu à ta vie. 》lui recommandait le bourreau, faisant davantage pression sur sa lame dans l’objectif de l’égratigner de manière superficielle pour appuyer ses propos 《 -Pritzker est resté non loin de toi toute la soirée, il semblait te suivre où que tu ailles, alors laisse moi te dresser le tableau, cet homme qui te lâchait pas des yeux est un prédateur sexuel qui détient à son actif une centaine de victimes, toutes décédées dans des circonstances horriblement douloureuses, bien sûr, il ne laisse jamais aucune trace, les flics n’ont jamais pu l’arrêter, tu sais pourquoi ? parce qu’il est doté d’argent et de pouvoir, chose que tu sais probablement déjà si tu le couvres. 》expliquait-il, cherchant un détail dans ses expressions, un détail qui lui ôterait tous ses doutes 《 -Alors voilà ce que je crois, il y a deux possibilités, la première et la plus plausible selon moi, tu ignores qui il est, ce qu’il a fait, mais il t’a payé pour ne pas avoir à se retrouver seul ce soir, la deuxième et non des moindres, t’es certainement sa prochaine cible et dans ce cas, tu cours un réel danger. 》

Les suppositions s’achevaient à peine lorsque le balcon venait être occupé par une troisième présence. Discrètement, sa lame quittait la cuisse de son semblable pour se hisser dans la manche de sa veste, cependant, il restait assit là, à ses côtés, sa paume froide ayant remplacé la présence de sa dague. Ses iris indéchiffrables s’élevaient pour se poser sur cet homme, debout près d’eux, le regard malsain et deux verres en main, dont l’un était tendu à son semblable.

“-Tiens, je t’ai apporté un verre, Emrys, c’est ça ? on m’a beaucoup parlé de toi ce soir, je tenais à te rencontrer enfin, désolé si j’interromps quelque chose, j’ignorais que tu n’étais pas seul.” intervenait la voix tant attendue de sa proie, une proie qui désormais, ne pourrait pas lui échapper 《 -Emrys, alors ? Pas commun comme prénom, ça sonne bien, ceci dit, je te conseille vivement de refuser ce verre. 》préconisait le meurtrier, le ton particulièrement ferme, sachant pertinemment qu’une dose assommante de ghb planait assurément dans le nectar alcoolisé 《 -Emrys, j’te présente Pritzker, Alric Pritzker. 》




(c) MORNING RAIN



you broke me first
now suddenly you're asking for it back ✻ could you tell me, where'd you get the nerve, you could say you miss all that we had but i don't really care how bad it hurts when you broke me first, yeah, you broke me first.
Emrys Dabrowski
Emrys Dabrowski






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19599-emrys-dabrowski-o-harry-styles https://www.disjointedsocieties.com/t19635-emrys-dabrowski https://www.disjointedsocieties.com/t17105-ace-park-ouvert-isaac-t-rosewood-ouvert
Surnom : Em', un surnom court mais que tu affectionnes.
Âge : 27
Origines : Anglo-polonais, t'as vécu à Londres jusqu'à tes quatorze ans.
Occupation : Anciennement chanteur, acteur et mannequin, tu ne sais plus vraiment quoi faire de ta vie depuis que ton agence t'as viré le mois dernier.
Lieu de résidence : Tu vis depuis peu dans un nouvel appartement à Manhattan mais tu squattes régulièrement l'appartement de ton amoureux ou celui de ton garde du corps.
A New York depuis : que tu as seize ans
Situation Amoureuse : Officiellement célibataire, ton cœur est pourtant pris par un tueur au sourire charmeur à qui tu as confié ta vie entière.
Orientation sexuelle : Pansexuel
Trigger Warning : Ceux du personnage : Relations toxiques • scarification • possessivité/jalousie/obsession forte • addictions • tendances autodestructrices • viol

U.C.
If you want me, come get me.
I'm not who you think || Forty 9cc1160c6f61682a42e3d0e88a5ec22873f44576
  • United Heart
I'm not who you think || Forty 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 8945
Faceclaim : Harry Styles
Crédits : firesofbeltane ((avatars)) flordecapomo ((icons))
Inscription : 22/06/2020
Multicomptes : Ace Park et Isaac T. Rosewood
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dépend du moment
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
I'm not who you think || Forty T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Jeu 10 Déc 2020 - 12:27


I'm not who you think
@Forty Cook & Emrys


Tu n’as jamais été du genre prudent, la violence faisant partie de ta vie depuis plusieurs années maintenant. Depuis ta naissance même puisque tu as vu la colère de ton géniteur gronder en lui avant de chercher à s’exprimer, ta mère payant le prix lié à ta naissance. Tu avais été l’élément déclencheur de la pire des violences, oubliant parfois que tu n’étais qu’un enfant innocent qui ne demandait qu’à être aimé. Si ta mère a pu te donner de l’amour, tu n’en as jamais eu de celui qui aurait dû t’aimer comme son fils. Et maintenant… Maintenant tu cherchais à trouver le moindre frisson qui pourrait te faire vibrer. La drogue, l’alcool, la scène… Tout cela n’était qu’une mascarade pour cacher ta propre douleur. Que pourrait dire tes fans s’ils apprenaient que les marques présentes sur les ¾ de ton corps ne sont pas des blessures et cicatrices dues à des bagarres. Sûrement que tu leur ferais peur s’ils savaient que tu as tatoué une grande partie de ton corps pour les cacher. Et là… Là, tu te retrouves dans une situation qui te pousse à ressentir cette sensation agréable de peur. Ce frisson qui parcourt ta colonne vertébrale vient te rappeler que tu n’as jamais pu ressentir ça en étant seul. Pourtant tu ne devais pas te retrouver en danger ce soir. C’était seulement une soirée banale, même ennuyante, et tu avais même cru que tu allais mourir d’ennui. Et là tu te retrouvais avec une menace de mort bien plus réelle. Sauf que tu joues tout de même à l’idiot, voulant le provoquer pour savoir ce qu’il te veut. Si tu savais à quel point ta débauche allait pouvoir te sauver, ce soir, tu en serais presque étonné.

Sa voix monte jusqu’à tes oreilles, vient t’hypnotiser par cette froideur qui en ressort alors que ses mots sont durs. Pourtant tu obéis, laissant ton regard se perdre dans ses yeux que tu analyses. Il dégage cet aura qui pourrait t’effrayer. Mais tu fais preuve de “courage”, ou plutôt d’imbécilité, en continuant de rester droit face à lui. Hm… J’avoue que je serais sûrement déjà aus sol si t’avais été quelqu’un de jaloux venant venger une infidélité. Sa voix te provoque un nouveau frisson, te perturbant par les mots qu’il utilise. Une moue légèrement boudeuse, tu lèves les yeux au ciel avant de hocher la tête. T’es pas drôle comme mec mais… D’accord. Une légère grimace traverse ta cuisse, te perturbant quelques secondes avant de soupirer et de reprendre ton sérieux. Et il y a ce frisson désagréable qui vient te traverser quand tu apprends ce qu’est l’homme qu’on te soupçonne de côtoyer. Et tu t’offusques de voir que quelqu’un puisse croire que tu peux être lié à quelqu’un qui s’en prend à des innocents. J’sais pas ce que tu sais mais jamais de la vie je m’associerai avec un mec comme ça. C’est une putain de pourriture qui mériterait de souffrir autant que ses victimes. Et tu te figes en entendant ses hypothèses, prenant conscience que tu es peut-être la cible d’un détraqué qui n'hésitera pas à te faire souffrir juste par amour pour ce qu’il fait. T’apprêtant à répondre, prêt à poser un millier de questions, tu poses ton regard sur l’homme qui s’approche de vous.

Le regard perdu, tu te tournes légèrement vers l’inconnu et l’observe en penchant la tête. Un sourcil haussé, ta main se posant sur celle de l’homme à tes côtés, tu ne sais pas trop comment réagir. Alors tu ne réponds pas tout de suite, venant attraper le verre de ta main libre sans pour autant le porter à tes lèvres. Lassé de la situation, tu tournes ton visage vers ton “ami” et l’écoute sagement avant de hausser les épaules. Tu retiendras rapidement mon prénom, ne t’inquiète pas chéri. Tu poses de nouveau ton regard sur Alric, te redressant légèrement en affichant un sourire qui sonne tellement faux que tu en es toi-même étonné. Alric, c’est ça si j’ai bien compris ? Bien que j’sois heureux de rencontrer une nouvelle personne, j’pense pas vous avoir permis de me tutoyer ? Tu prends cet air de diva que tu utilises avec les personnes que tu n’aimes pas et pose ton verre à côté de toi, le faisant tomber par inadvertance. Oops… Quel maladroit je fais. Un léger rire quitte tes lèvres alors que tu descends du muret, ne lâchant pas pour autant la main que tu tenais. On pourrait peut-être aller m’en chercher un tous ensemble, non ? J’suis persuadé que c’était un alcool que je n’aimais pas, en plus. Et mon ami pourra boire avec nous, comme ça. Tu ne sais pas à quoi tu joues, Emrys, mais tu espères ne pas être en train de faire une erreur.



(c) MORNING RAIN




Overwhelmed
I get overwhelmed so easily
My anxiety creeps inside of me
Makes it hard to breathe
What's come over me?
Feels like I'm somebody else
Forty Cook
Forty Cook






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19429-forty-cook-o-lee-felix-relance-08-11 https://www.disjointedsocieties.com/t19597-forty-cook#1087862 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-forty-cook-ouvert#1045262
Surnom : forty pour ce qui reste de l'humain, black mamba pour l'assassin.
Âge : 22
Origines : américano-coréen et australien.
Occupation : à la tête d'un casino de prestige aux yeux du monde, meurtrier impitoyable à l'abris des regards.
Lieu de résidence : brooklyn, un triplex à la sécurité infaillible.
A New York depuis : toujours, de retour en ville depuis cinq mois.
Situation Amoureuse : célibataire et bourreaux des cœurs, le sien ne bat plus pour personne.
Orientation sexuelle : fluide mais la haine étanche pour la gente féminine.
Trigger Warning : morts violentes/ meurtres / violence excessive / rp hot.

I'm not who you think || Forty VZP4bsGC_o I'm not who you think || Forty JEXZ9Ebl_o I'm not who you think || Forty Gq7WuOSz_o I'm not who you think || Forty Uw1dSdIJ_o
le p'tit blabla is coming soon les potes.
il y a du feu sous mes paupières,
et les cendres de mes vingt-ans.
I'm not who you think || Forty Giphy
  • Aucune association
I'm not who you think || Forty VEo0rLeU_o
RPs : 3
Pseudo : (re) dunk, coucou c'est moooi
Pronom : il/elle.
Messages : 1356
Faceclaim : lee felix
Crédits : truthicons (ic) sœurs d’armes (av) little wolf (signa)
Inscription : 31/10/2020
Multicomptes : levi w., boniface s. & baby r.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots
Fréquence de RP : régulière
Je suis plutôt : dark.
Double Trouble
I'm not who you think || Forty 71soFdC0_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 11 Déc 2020 - 13:06


I'm not who you think
@Emrys Dabrowski & FORTY


Les mots tombaient, son vis à vis semblait réfuter irrévocablement l’idée, refusait catégoriquement d'être associé à ce nom qui baignait dans le vice, nageait dans la corruption et flottait dans la perversité. Le dégoût imprégnait les pores de sa peau, soulignait davantage sa posture de victime et lui soumettait une vérité irréfutable. Le doute ne subsistait plus, cependant il était déjà trop tard. L’accusé entrait dans l’arène et ne laissait aucunement le temps à l’assassin de lui conseiller de déserter les lieux avant qu’il n’y sème son chaos. Ses iris dénués de couleur suivaient attentivement chaque mouvement d’une impassibilité indéchiffrable, de ce verre cueilli du bout des doigts au regard fiévreux que portait l’indésirable sur celui qu’on nommait apparemment Emrys. Tout n’était qu’une question d’observation, il suffisait de relever les détails et le schéma se dessinait dès lors tout seul. D’un seul coup d'œil, il avait pu déceler une arme dissimulée à l’arrière de sa ceinture, couverte par le tissu fin d’une veste de costard qui ne laissait nul doute quant à ce fait. Le verre tombait au sol et le ramenait à l’instant, hors d’une quelconque contemplation, au même titre que cette voix rauque, douce propriétaire de son semblable qui l’étonnait par la férocité d’une audace qu’il n’aurait pu lui deviner.

Sa main était prisonnière d’une autre, pour la première fois depuis des mois. Une sensation qu’il ne se connaissait plus, la chaleur nouvelle d’une paume étrangère, cette sensation qui lui paraissait inconnue et pourtant indéniablement familière. Celui-ci quittait sa place initiale et le meurtrier engendrait la même action, se levant du muret sur lequel ils étaient tous les deux précédemment assit. Son regard mono-chromate quittait le doux paysage de ce faciès aussi intriguant qu’il était angélique pour porter son attention sur la nature bientôt morte que représentait le fruit du diable, à quelques mètres d’eux seulement. Ce dernier, les sourcils froncés, semblait réfléchir un moment, chose que le bourreau pouvait constater à cette simple veine qui logeait son cou et doublait de volume à vue d’oeil, ce fin voile de sueur qui résidait son front, ses tempes et s’en allait s’échouer le long de sa jugulaire, cette mâchoire serrée, trop sûrement et ses pupilles sombres qui, sans l’ombre d’un doute, se dilataient sous la frustration de voir son plan échouer d’une telle façon. Un bref silence s’était alors fait un nid, de courte durée mais persistait à se montrer terriblement pesant, jusqu’à son terme.

“-Oui mais, enfin, je voulais converser seulement avec toi et peut-être aller quelque-” débutait-il, maladroit, cherchant vainement un moyen de s'octroyer son exclusivité 《 -Il me semblerait l’avoir entendu dire qu’il ne t’avait pas autorisé à le tutoyer alors tu le vouvoies, est-ce que c’est clair ? 》le coupait l’assassin d’un ton particulièrement sec 《 -Moi vivant, il n’ira nulle part avec toi, Pritzker. 》qu’il renchérissait, la voix menaçante et les traits catégoriques, pourtant, son pouce caressait furtivement le dos de la main de la proie en question, un geste qui se voulait à première vue rassurant “-Bien. Alors je ne vois plus qu’une solution, il me faut te tuer d’abord, ensuite je cracherais sur ton cadavre et je baiserais ta pute jusqu’à ce qu’elle en crève.”

D’un geste vif, leur interlocuteur extirpait son arme et la pointait sur eux, le doigt sur la gâchette. Malgré la situation qui, d’un point de vue externe, paraissait irrémédiablement précaire, le tortionnaire gardait son calme olympien et n’était pas le moins du monde paniqué par ce qui se produisait sous leurs yeux. Cependant, sa main froide quittait celle plus chaude de son semblable afin de prendre place devant lui pour faire rempart. Les regards se défiaient mais il savait, il savait qu’il avait gagné avant même de miser. Peut-être par expérience, probablement par instinct mais surtout par réflexion, il avait des capacités que ses adversaires lui connaissaient et pour lesquelles il était inévitablement craint, notamment cette fâcheuse manie d’anticiper les actions comme des coups de poker, avoir une longueur d’avance ne relevait plus du hasard, de la chance mais de cette intelligence aiguisée dont il avait apprit à se servir. Là encore, celle-ci lui servait et leur sauverait assurément la vie. Alors, dans un élan déroutant, l’air profondément détaché, il tournait le dos au potentiel agresseur et ôtait sa cravate dénouée de son cou pour la glisser autour de celui de son vis à vis, ses iris électriques croisaient aussitôt les émeraudes qui le confrontaient, lui arrachant un clin d’oeil qui ne collait nullement avec l’atmosphère de la situation.

《 -Tu me gardes ça un moment trésor, j’en ai pas pour longtemps. 》qu’il assurait avant de lui tourner le dos à nouveau pour affronter sa cible, future victime de ses pulsions meurtrières “-J’peux savoir qui t’es au juste, putain ?” crachait son aîné, le ton ferme《 -Forty, Forty Cook. 》déclarait-il, un léger goût amer sur la langue face à celui qui, sans scrupules et en toute impunité, lui avait arraché un être cher de la plus barbare des manières 《 -Je déduis à ton air débordant de fausse culpabilité que tu sais qui je suis et pourquoi je suis là, pas vrai ? Laisse moi quand même te conter l’histoire de cette fille de dix-sept ans à qui t’a arraché la vie, je sais que tu t’en souviens parce qu’elle était, comment t’as dis déjà, différente, c’est bien ça ? 》narrait-il d’un timbre étonnamment calme, engendrant un pas en avant pour rompre la distance, assez pour que le canon du revolver ne heurte son abdomen “-Recule connard, je savais pas que c’était un Cook, d’accord ? j’suis désolé mais ça le ramènera pas alors dégage avant que j’te fume.” s’énervait son interlocuteur, jouant avec un feu dont il sous-estimait les capacités《 -Si tu désires être un tant soit peu menaçant, il aurait fallu songer à retirer le cran de sécurité. 》lui faisait alors remarquer son bourreau, sa dague se hissant dans sa paume meurtrière et d’un geste habile et sec, lui assénait une entaille sur le poignet pour lui faire lâcher la prise sur son arme 《 -Tu devrais aller m’attendre plus loin trésor, le spectacle risque fort de te déplaire. 》

Sur ces mots soufflés à Emrys telle une confidence qu’il partagerait durant une vie entière et pour toutes celles d’après encore, sa poigne de givre venait saisir sa cible par le cou, la terreur lisible jusque dans les abysses de ses iris, celui-ci saisissait son bras par réflexe, par simple mécanisme de défense. Impitoyable, sa lame aussi froide qu’un hiver enneigée, aussi gelée que sa peau à l'année, s’insinuait dans sa chair, lacérait son ventre et percutait son organisme de plein fouet, sous un geignement de douleur étouffé, l’iris brillant d’effroi.

《 -Cesse de geindre comme un porc, ça c’était seulement pour avoir manqué de respect à ses pronoms, on dit elle, enfoiré, pas il, est-ce que c’est clair ? 》un hochement de tête, il capitulait par dépit, parce qu’il n’avait nullement d’autres options et de ce fait, le tranchant courbée de la dague s’insérait davantage《 -Celui-là c’était pour ton manque de politesse, on ne traite pas un joyau de pute, tu m’entends ? Jamais. 》qu’il soulignait en ôtant sèchement le poignard d’argent de son thorax, les orbes pétillants de satisfaction 《 -Si tu savais comme je l’ai rêvé, de t’entendre me supplier pour ta vie comme ma soeur ne l’a jamais fait, parce qu’elle avait ça elle au moins, de la dignité, alors ce soir tu vas mourir de la même façon que t’as vécu ta piteuse petite vie, en te vidant du sang que t’as déversé sur des centaines de vies et diable, savoir que mon visage sera le dernier que tu verras pourrait presque me faire jouir, alors supplie-moi, laisse moi t’entendre une dernière fois avant de t’arracher les cordes vocales. 》ses doigts s’étaient hissés sur le col froissé de cette chemise luxueuse, les traits soulignant la sentence irrévocable qu’il lui avait choisi depuis bien trop longtemps “-J’suis désolé, j’aurai pas dû le- enfin la- merde, j’suis désolé, on est pas obligé d’en arriver là Cook, s’te plaît, pitié, laisse moi partir, je t’en prie, je suis désolé d’avoir insulté ta salope de cop-”

Le bruit sourd de la lame, des veines qui cédaient et le sang jaillissait de l’épaisse entaille qui décorait sa gorge tel un collier pour venir immaculé le visage de l’assassin. Sa poigne relâchait le tissu qui en était captif et le corps sans vie s’écroulait sur le sol d’un son de masse. Sa dague recouvrait sa place dans sa poche interne et le tortionnaire tournait les talons pour venir recueillir la chaleur de ce regard qui lui, semblait renfermer des amonts de secrets, une multitude d’énigmes qui ne quémandaient qu’à être percées à jour.

《 -J’apprécie moyennement le terme de salope, j’ai préféré le couper avant qu’il ne t’insulte une seconde fois, j’espère ne pas t’avoir trop effrayé. 》qu’il disait après avoir remarqué sa silhouette, toujours présente sur les lieux 《 -Je ne peux pas sortir par l’entrée principale, ça serait du suicide, ceci dit, si tu veux poursuivre cette soirée et me laisser l’opportunité de me faire pardonner les menaces inutiles que je t’aies faites alors rejoins moi en bas dans une dizaine de minutes. 》proposait Forty, bien moin strict et sévère qu’il ne l’avait été plus tôt 《 -Et fais moi plaisir tu veux, jette le verre qu’il t’a donné à la poubelle, vos deux empreintes sont dessus, tu pourrais être suspecté. 》

Sans en dire davantage, il lui tournait le dos et désertait le balcon, abandonnant derrière lui, une victime supplémentaire et un potentiel témoin oculaire.





(c) MORNING RAIN



you broke me first
now suddenly you're asking for it back ✻ could you tell me, where'd you get the nerve, you could say you miss all that we had but i don't really care how bad it hurts when you broke me first, yeah, you broke me first.
Emrys Dabrowski
Emrys Dabrowski






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19599-emrys-dabrowski-o-harry-styles https://www.disjointedsocieties.com/t19635-emrys-dabrowski https://www.disjointedsocieties.com/t17105-ace-park-ouvert-isaac-t-rosewood-ouvert
Surnom : Em', un surnom court mais que tu affectionnes.
Âge : 27
Origines : Anglo-polonais, t'as vécu à Londres jusqu'à tes quatorze ans.
Occupation : Anciennement chanteur, acteur et mannequin, tu ne sais plus vraiment quoi faire de ta vie depuis que ton agence t'as viré le mois dernier.
Lieu de résidence : Tu vis depuis peu dans un nouvel appartement à Manhattan mais tu squattes régulièrement l'appartement de ton amoureux ou celui de ton garde du corps.
A New York depuis : que tu as seize ans
Situation Amoureuse : Officiellement célibataire, ton cœur est pourtant pris par un tueur au sourire charmeur à qui tu as confié ta vie entière.
Orientation sexuelle : Pansexuel
Trigger Warning : Ceux du personnage : Relations toxiques • scarification • possessivité/jalousie/obsession forte • addictions • tendances autodestructrices • viol

U.C.
If you want me, come get me.
I'm not who you think || Forty 9cc1160c6f61682a42e3d0e88a5ec22873f44576
  • United Heart
I'm not who you think || Forty 2StvcuH6_o
RPs : 2
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 8945
Faceclaim : Harry Styles
Crédits : firesofbeltane ((avatars)) flordecapomo ((icons))
Inscription : 22/06/2020
Multicomptes : Ace Park et Isaac T. Rosewood
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dépend du moment
Je suis plutôt : dark et chill.
Ticket to Heaven
I'm not who you think || Forty T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Dim 13 Déc 2020 - 21:00


I'm not who you think
@Forty Cook & Emrys


Dans quelle situation viens tu de te mettre, Emrys ? Ou plutôt, comment as-tu pu te retrouver entraîné dans cette situation alors que tu voulais simplement échapper à la surveillance du remplaçant de ton garde du corps ? Pourtant tu te retrouves là, coincé entre cet inconnu qui semble vouloir te protéger de l’enfoiré qui vient de s’approcher de toi. La main du blond dans la tienne, tu entrelace vos doigts alors que ton regard se pose sur le visage de l’inconnu qui semble être la personnification du diable. Et, là, c’est le drame. Tu te montres insolent, provoque directement celui qui veut te faire du mal. Et tu cherches une échappatoire, une façon de pouvoir rester loin de l’homme qui veut te faire du mal. Et il reprend la parole, te fait hausser un sourcil quand il te tutoie de nouveau. Pourtant tu pensais lui avoir fait comprendre qu’il ne pouvait pas le faire. Mais tu n’as pas le temps de lui rappeler que ton partenaire le fait pour toi, te faisant sourire doucement quand tu sens la légère caresse sur le dos de ta main. Et la situation dégénère bien trop vite à ton goût, ton corps se figant dès que tes yeux se posent sur l’arme que Pritzker vient de sortir. En quelques secondes, tu te retrouves hors de portée de la main du blond et tu te trouves caché par son corps. L’insulte t’étant destinée te fait lever les yeux au ciel, l’habitude d’entendre pire que cela ayant pris le dessus sur la douleur que tu aurais pu ressentir. Et tu chuchotes, plus à toi-même que pour les autres. J’suis peut-être une pute mais un enfoiré comme lui ne me toucheras jamais… Tu fronces les sourcils quand ton partenaire se tourne pour te faire face, le trouvant provoquant à souhait, et le laisse passer sa cravate autour de ton cou. Le regard plongé dans le sien, tu ne peux t’empêcher de sourire en voyant son clin d’œil. Si ça peut te faire plaisir.

Et tu recules de quelques pas, assez pour être hors de portée du moindre coup qui pourrait s’échapper et s’abattre sur toi. Les bras qui pendent le long de ton corps, tu observes la scène comme si tu n’étais qu’un simple spectateur qui assiste à une séance de cinéma. Et tu obtiens enfin le nom de celui qui est là pour te sauver. Forty… Un prénom doux qui traverse ton esprit alors que tu te renfermes dans un silence imbrisable. Et tu es perturbé par l’échange des deux hommes, ne comprends pas de qui ils parlent tous les deux. Et tu obéis une fois de plus, te montre docile, alors que tu recules jusqu’au muret et t’y adosse en croisant les bras. N’importe qui aurait peur en voyant la scène qui se dessine sous tes yeux. Mais tu n’es pas n’importe qui et tu grimaces simplement quand tu vois du sang apparaître sur le sol. Les coups s’enchaînent et tu es touché par la façon dont Forty te décrit. Tu n’as pourtant rien d’un joyau si ce n’est le fait que tu es brut et que l’on doit te travailler pour que tu deviennes quelque chose que l’on peut admirer. Mais tu n’es qu’un vulgaire caillou en ce moment, le genre de pierre qu’on lance dans un lac en espérant les voir rebondir avant de couler. Tu acceptes tout de même le compliment, ton regard suivant tous les mouvements que tu perçois avant de froncer les sourcils quand Forty force l’ordure à le supplier pour sa vie. Comme une douce ironie, un beau mensonge, tu écoutes les paroles du presque mort et perçoit cette crainte dans sa voix. Il est terrifié mais doit pourtant se douter qu’il va perdre la vie. Car tu ne penses pas, même si tu ne le connais pas, que le blond va l’épargner. Cette pensée ayant à peine fini de traverser ton esprit vient être confirmée quand le corps sans vie s’écroule au sol. Une moue traverse ton esprit quand tu te rends compte qu’il allait encore t’insulter mais tu t’en fiches, haussant simplement les épaules.

Tu es dingue, Emrys, non ? Tu cilles à peine devant une scène de meurtre plutôt barbare et tu ressens cette adrénaline qui te donnes la chair de poule. Tes pupilles se posent sur le visage taché de Forty, t’arrachant une légère grimace en comprenant que la pourriture qui vient de perdre la vie a osé le tâcher de son sang. Effrayé ? Mh… Non, ça va. C’était plutôt spectaculaire de te voir lui ôter la vie mais il le méritait, après tout. Mais tu feras attention, il a réussi à te salir... Et tu l’écoutes sagement, la tête légèrement penchée sur le côté, avant d’hocher la tête. Je le ferai. Mais de quoi parles-tu, Emrys ? De ce verre que tu vas jeter ou plutôt de ces retrouvailles qu’il te propose ? Qui sait. Tu l'observe s’éloigner sans un mot, prenant le temps de souffler un bon coup, avant de retirer ta propre cravate pour ne pas attirer le regard sur cette double épaisseur de tissus qui reposent autour de ton coup. Sans jeter un seul regard au corps sur le sol, tu récupères les morceaux du verre en faisant attention de ne pas te couper et profite d’une vitre ouverte pour rejoindre la foule et te mêler aux centaines d’inconnus qui ne se doutent pas une seule seconde qu’un meurtre a eu lieu ce soir. Peut-être qu’ils ne le sauront pas avant plusieurs heures mais tu dois te faire discret. Échappant du mieux que tu le peux à l’attention de ton garde du corps qui semble te chercher partout, tu t’approches d’une poubelle et y fait tomber discrètement le verre, le recouvrant de plusieurs couches de serviettes en papier. Te rends-tu compte que tu viens de te rendre complice d'un homicide ? Sûrement mais tu t’en fiches. Tu as déjà ton ticket pour les enfers depuis bien longtemps donc ce n’est pas cela qui va t’y envoyer. Un regard lancé à ton téléphone te fait prendre conscience que tu dois encore patienter avant de descendre alors tu t’approches d’un serveur, lui emprunte une coupe de champagne que tu vides d’une traite avant de faire la même chose en prenant une seconde. L’envie de fumer, ou de t’embrouiller l’esprit avec une pilule, se fait pressante mais tu résiste et quitte la salle de réception pour rejoindre les escaliers. Tu te feras sûrement engueuler par ton agent demain mais la curiosité est bien trop forte et prend le dessus sur ta raison. Tes pas te guident enfin à l’extérieur du bâtiment et tu cherches la silhouette du meurtrier qui t’as sauvé. Mais tu ne le repères pas, sûrement parce que tu ne sais pas où chercher, et décide d’aller t’adosser contre un mur en sortant une cigarette que tu portes entre tes lèvres.



(c) MORNING RAIN




Overwhelmed
I get overwhelmed so easily
My anxiety creeps inside of me
Makes it hard to breathe
What's come over me?
Feels like I'm somebody else
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum