AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  Idées avatarsIdées avatars  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
Les rumeurs pleuvent sur Hush Hush, et nul n'est à l'abri de voir ses affaires privées exposées au grand jour... Les réputations sont plus difficiles que jamais à tenir sur New-York, et votre voisin pourrait bien changer de trottoir en vous voyant le matin. Pourtant, au milieu de ce chaos, la deuxième édition du D A R E s'apprête à offrir à tous une finale apocalyptique.
(c) disjointed societies 2K21.


Leslie A. Sunderland
Leslie A. Sunderland
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19576-leslie-a-sunderland-o-luke-hemmings#1085617 https://www.disjointedsocieties.com/t19586-leslie-sunderland#1086593 https://www.disjointedsocieties.com/t19676-leslie-sunderland#1091533 https://www.disjointedsocieties.com/t19843-leslie-sunderland#1094573
Surnom : Les', Sunny
Âge : 27
Origines : Australiennes par son père et américaines par sa mère
Occupation : A nouveau escort chez Palette suite à la fermeture du Bacchus où il était barman
Lieu de résidence : Appartement dans le Queens
A New York depuis : Revenu début 2018 après 11 ans d'absence
Situation Amoureuse : Pris à son propre jeu, sa vie est désormais rythmée par la sienne et son âme prend le même chemin
Orientation sexuelle : Les humains de manière générale
Trigger Warning : Exemples de TW : suicide / mort / viol / violence excessive / maladies mentales / pédophilie / racisme / homophobie / transphobie / cruauté animale / inceste / enlèvement / grossesse / fausse couche / avortement / Pornographie / RP hot cru / Addictions / automutilation / bodyshaming / discrimination / (trans-)misogynie / religiophobie / classisme...

Listing RPs - Liens

1m85 - Piercings à la langue et la nuque - Son accent australien est toujours encore perceptible dans sa voix - Souvent une clope aux lèvres
uc
Hope there's someone (ft. Diego) 0is9
  • Aucune association
Hope there's someone (ft. Diego) VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 2864
Faceclaim : Luke Hemmings
Crédits : me
Inscription : 11/11/2020
Multicomptes : Gregoire Kent
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : Régulière
Fréquence de SMS : Quotidienne
Instant Crush
Hope there's someone (ft. Diego) WtHvdh8l_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 13 Nov 2020 - 12:47

Hope there's someone
Diego & Leslie

Octobre 2019
Bronx, NYC




Que se serait-il passé s'il n'avait pas décidé de rendre visite à sa mère, là ? S'il avait changé ce plan pour simplement poursuivre sa petite vie dénuée de but mais qui, malgré tout, lui convenait ? Juste vivre au jour le jour, c'était ça le plan, ça l'avait toujours plus ou moins été, parce-qu'à passer une enfance tellement bancale qu'on se demande si demain ne sera pas le fameux ''dernier jour'', mieux vaut ne plus se poser ce type de question et simplement se laisser porter par la vie. Parce-que quand il se les posait, il virait mal, Leslie, et seule la drogue savait détourner suffisamment son esprit de ces craintes qui restaient, malgré les années, bien ancrées. Les downs étaient évidemment moins supportables, ne faisant qu'exacerber la mauvaise humeur dont il pouvait parfois faire preuve. Plutôt ironique d'ailleurs, de se dire que malgré cette enfance complètement catastrophique, à voir sa génitrice en manque, en up, en down, en pseudo-coma dû à l'abrutissement de son cerveau, il se réfugiait lui-même dans cet échappatoire. Qu'est-ce qui les différenciait alors, tous les deux ? Peut-être que ses efforts étaient vains, peut-être qu'au fond ils étaient bien trop semblables. Peut-être qu'il atteindrait un jour la finalité qui la guettait, elle. Mais cette fatalité faisait également partie des évidences potentielles auxquelles l'Australien préférait ne pas penser, auxquelles il valait mieux ne pas penser, pour sa propre stabilité mentale.

La scène qui se jouait désormais devant lui n'était que trop anxiogène pour le gamin qu'il avait été à l'époque et qui vivait encore quelque part en lui. À peine le bouclé avait-il poussé la porte pour entrer dans l'appartement qu'il avait été frappé par des souvenirs qui dépeignaient encore de manière bien trop nette les parois de son esprit. Une odeur de renfermé qui prenait au nez, les pièces plongées dans une semi-obscurité, des restes de nourriture traînant çà et là en plus du bordel habituel, les placards ouverts, et le silence. Un silence de mort. La gorge nouée, le cœur palpitant au point de cogner dans ses tempes, le grand s'était précipité dans la chambre de sa mère. Nouvelle vision d'horreur. Elle était là, étendue sur son lit, le regard dans le vague, bouche entrouverte. Là sans être là. « Leslie... » Petite voix larmoyante et pleine de détresse qui le tirait de ses propres cauchemars, le poussant à poser son regard clair sur la fillette qui approchait dans le couloir. Leur génitrice attendrait, il y avait plus urgent, là. Allant vers elle, il s'accroupissait, la prenant doucement dans ses bras. « Je suis là, ça va, Liv » murmurait-il alors que l'enfant ne pouvait retenir ses sanglots, s'accrochant fort à lui comme si sa vie en dépendait. Et peut-être était-ce bien le cas.

« T'es toute seule comme ça depuis quand ? » Il connaissait la réponse à cette question pour l'avoir lui-même expérimentée bien trop de fois : trop. La concernée se contentait d'ailleurs de hausser les épaules. « J'ai mangé des gâteaux... » Information qui semblait futile, sortie de nul part, mais qui témoignait bien du fait que la gamine ne pouvait compter sur sa mère pour s'occuper d'elle. « Qui est là ? Sortez de chez moi ! » Cette voix, celle juste avant la tempête. Même après toutes ces années, Leslie ne la reconnaissait que trop bien. « Tu vas aller dans ta chambre, te boucher les oreilles et tu n'en sors pas avant que je vienne te chercher, ok ma puce ? Ça va aller » murmurait-il à sa demi-sœur, déposant un baiser sur son front avant qu'elle ne s'éloigne, doudou bien trop abîmé serré fort contre elle. L'instant d'après il se relevant, prenant une profonde inspiration en entrant dans la chambre de sa mère, cette dernière cherchant visiblement quelque chose. « Oh, c'est toi mon ange. » Cette appellation, bordel qu'il la détestait. Toujours accompagnée d'un grand sourire complètement atteint par l'addiction, d'un regard tellement vacillant qu'il en devenait presque fou. « Depuis quand t'es dans cet état ? » Semblant bloquer quelques secondes, sourcils froncés, la femme balayait la question d'un geste de la main. « Aide moi à chercher. Je sais plus où j'ai mis ma seringue. Est-ce que tu peux me donner un peu d'argent mon ange ? Il ne me reste plus qu'une dose et... » Et voilà, ils y étaient, encore. « Non. » Sec, froid, sans appel.

« ''Non'' ? Tant pis, je vais me débrouiller sans toi, comme je l'ai toujours fait. » Oh il le sentait clairement le reproche dans son ton, celui qui sous-entendait que si elle avait pu vendre le corps de son gamin, elle aurait pu s'épanouir d'avantage dans sa consommation abusive. Ou peut-être qu'elle aurait fini par en crever bien plus vite. Peut-être que ç'aurait été la solution, au final ? Allant jusqu'à elle, il lui prit doucement le poignet. « Tu vas rien faire du tout. C'est trop là. J'appelle les services sociaux et je te fous en désintox, c'est pas négociable. » Les menaces tant redoutées, suffisantes pour qu'elle le repousse violemment, le blond trébuchant sur un pot au sol, se rétamant de tout son long, sa tête venant heurter une étagère. « Tu feras rien, Leslie. Rien du tout !! Et tu m'enlèveras pas ma fille !! C'est clair ?! » Déjà elle revenait vers lui, prête à lui sauter à la gorge s'il le fallait, une lame en main. Se relevant, décontenancé une seconde par sa tête qui tournait sans doute dû au choc au sol, ses prunelles s'étaient assombries. « Tu envisages aussi de la vendre, elle ? T'as définitivement pas appris d'aimer ton gamin entre temps ? » Aucune réponse attendue là non plus, mais il n'en fallut pas plus pour que la femme se jette sur lui, lui hurlant de sortir de chez elle, de sortir de leur vie. Il n'aurait pas dû revenir. Il n'aurait même pas dû survivre à l'époque. Paroles qui laissèrent une vive trace dans le cœur de l'Australien qui n'eut pas le loisir de s'y attarder, forcé de bloquer sa génitrice pour l'empêcher de le blesser. Ou pire.

Il avait clairement senti la lame du couteau filer sur son avant bras, une douleur lancinante y naissant bien que la plaie n'était pas très profonde. Repoussant la concernée en pleine crise de folie, il sortait rapidement de la pièce, récupérant au passage la clé de la porte pour la refermer derrière lui et ainsi y bloquer sa mère. « M'enferme pas là ! Ouvre cette porte !! T'aurais dû crever petit merdeux, tu m'entends ?! T'aurais dû crever !! » Dos appuyé contre la porte, Leslie déglutit difficilement, tâchant de ravaler l'émotion qui le prenait aux tripes. Il aurait dû y être habitué, depuis le temps, à ces crises, déjà forcé de les gérer lorsqu'il était enfant, mais il y avait certaines choses auxquelles il était impossible de se faire, même avec toute la volonté du monde. Passant une main sur son visage, il prenait son téléphone, appelant immédiatement la police. Un état rapide de la situation : une toxico en pleine crise paranoïde, dangereuse, une gamine laissée seule. Situation bien trop urgente pour attendre simplement les assistants sociaux. Ayant donné son nom et son numéro, le grand avait raccroché, s'efforçant de reprendre en contenance pour se rendre dans la chambre d'Olivia.

Elle était là, prostrée dans un coin, ses genoux remontés contre elle. Mains sur les oreilles, yeux fermés forts, des larmes sillonnant ses joues. Combien de fois avait-il lui-même été dans cette situation ? Combien de fois avait-il subit directement les crises de sa mère ? A quel point en avait-il été détruit ? Restait qu'à espérer qu'Olivia serait sauvée à temps pour ne pas écoper de la même instabilité psychologique que lui. Doucement il venait poser une main sur la tête de la fillette qui sursautait avant de lever vers lui ses yeux gorgés de larmes. « C'est fini, Liv. Je te laisse pas, d'accord ? On va attendre ici que la police arrive, ça va aller. » Des mots qui avaient pour but de la rassurer elle autant que lui. Des mots qu'il aurait voulu entendre lorsqu'il était dans cette même situation, avant qu'il ne soit trop tard. « J'ai peur... » « Je sais » soufflait-il en se calant à son tour dans le coin contre le mur, prenant sa cadette dans les bras, caressant doucement ses cheveux tout en se mettant à chantonner doucement. Le choix de la chanson n'avait aucune importance, ce qui comptait, c'était de couvrir au moins un peu les hurlements et insultes de leur mère le temps que la police arrive.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra



I get some pills but not some help from love junkies in their private hell. Green light, red wine, and I don't feel fine.
♪♫♪
©crackintime

Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Parra, Bichito.
Âge : 23
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : En couple avec Gregoire Kent
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : / pédophilie /Cruauté animal / Pour le reste cela dépend si cela sert l'intérêt du rp. Je peux faire un effort à condition que ce soit raisonnable.

Hope there's someone (ft. Diego) 10e8025c0e6482513bd0d5c858d541b90eb40dc9

rp en cours


Tu détestes être seul avec toi-même. Tu cherches toujours l'aventure pour oublier les choses importantes. Tu vis à coup d'adrénaline dans les veines, et tu oublies qu'il doit y couler du sang, et rien d'autre.
nc
  • Aucune association
Hope there's someone (ft. Diego) VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Mask
Pronom : NC.
Messages : 2671
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : @strangelove sur Bazzart pour le vava
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Alan Bell, Clark Lewis
Nombre de mots par RP : 1000
Fréquence de RP : hebdo
Fréquence de SMS : quotidien
Instant Crush
Hope there's someone (ft. Diego) DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 16 Nov 2020 - 23:21
Hope There's Someone ... Leslie & Diego

C'était sa quatrième garde de nuit et Diego s'ennuyait déjà. Sous l’œil critique de son superviseur, le lieutenant Gonzalez, il triait les dossiers des archives de l'année 2001 à 2007. Merveilleux. L'éclate. Exactement pour cette raison qu'il était devenu flic, d'ailleurs. Pour trier des dossiers à presque une heure du matin alors qu'il pourrait être endormi bien au chaud au fond de son lit. Il avait déjà considéré l'idée de remettre en cause sa vocation dans la police quand Kent était passé Lieutenant. Son lieutenant. Et avait outrepassé cette faiblesse en se disant qu'il finirait par monter les échelons, lui aussi. Mais au vu des activités qui lui était réservées, il n'était pas prêt de passer ne serait-ce que sous-lieutenant.

Alors il était là, l'agent Parra, malheureux qu'il était devant son tas de paperasse jaunit à trier. Poussant un soupire à fendre l'âme, le téléphone sonna et le lieutenant se leva d'un bond : «  On a un appel du Bronx Parra ! Intervention ! » Diego le fixa, interdit : intervention ? «  Allez bouge gamin ! » Le jeune homme se leva aussi vite que possible et attrapa ses affaires qu'il commença par faire tomber sur le sol sous la précipitation. «  Bon sang Parra ! On se bouge ! » Diego suivit son supérieur au pas de course : «  Oui Lieutenant Gonzalez ! »

Les deux hommes rejoignirent un autre binôme et prirent la voiture pour gagner l'adresse donné par le donneur d'alerte. Diego sentait déjà son corps trembler sous l'excitation et l'appréhension. Après tout... C'est pour vivre ce genre de situation et aider les gens que tu as choisi ce métier, pas vrai Diego ? Vrai. Parce qu'ainsi, tu pourras protéger ceux qui n'ont pas la pouvoir de leur faire eux-même. Tu pourras épargner à d'autres familles de vivre le drame que la tienne a dû endurer... Ouais, parce que si quelqu'un avait été là pour protéger ta tante, elle serait encore présente et ton grand-père n'aurait pas perdu l'esprit. Quand le lieutenant gara la voiture devant l'immeuble, ils montèrent les marches quatre à quatre et toquèrent à la porte de l'appartement : «  Police ! Ouvrez ! » Aucune réponse. Le lieutenant fit signe au jeune homme d'ouvrir la porte et il s’exécuta, ouvrant la porte en fracas. Rapidement, les quatre policiers firent le tour de l'appartement et Diego se retint de se pincer le nez devant l'odeur qui émanait de la cuisine et du salon. Comment quelqu'un pouvait réellement vivre dans ce taudis ? En entendant une femme hurler, les policiers se dirigèrent vers l'origine du bruit et la maîtrisèrent rapidement, lui passant les menottes. La femme se débattu pendant de longues minutes et Diego ne put que l'observer se faire plaquer au sol alors que ses deux collègues tentaient de la maîtriser : «  Fais le tour de l'appartement gamin, on nous a signalé qu'il y avait une enfant. »

Déglutissant, le jeune policier continua alors l'inspection de l'appartement en faisant fi des cris déments de la femme. ça va aller Parra, t'es courageux. T'es courageux et tu dois être fort parce qu'il y a un enfant ici qui a besoin de ton aide et qui doit être terrifié par les cris que pousse sa mère.
Diego continua d'inspecter l'appartement et finit par tomber sur une chambre d'enfant où il entendit des pleures... Entrant prudemment dans la pièce, il tenta d'une voix claire: " C'est la police... Il n'y a plus rien à craindre..." . Tombant alors nez à nez avec une petite fille et un homme d'une vingtaine d'année, il se stoppa, les dévisageant quelques secondes avant de se reprendre. Il prit son talkie-walkie: " Enfant localisée. Elle est avec un homme. Attente d'instruction, Terminé." Le talkie-walkie grésilla :" Application du protocole 5b, Terminé." Le jeune s'approcha alors prudemment des deux personnes et questionna d'une voix qui se voulait apaisante: " Hey... Monsieur? C'est vous qui nous avez appelé ?" questionna-t-il, continuant d'avancer: " On va doucement sortir de l'appartement et vous emmenez tous les deux au poste, d'accord?" Il déglutit: " Mais pour ça, Monsieur, Je dois m'assurer que vous n'êtes pas armé..." Il se stoppa à quelques mètres des deux: " Est-ce que vous pourriez lever les mains en l'air et me laisser vous fouiller ? On vous conduira ensuite à la voiture..." Attendant la réponse de l'autre homme, il capta sa blessure et le filet de sang qui s'en échappait : " On vous soignera, aussi..." ajouta-t-il, attendant la réponse des deux autres.

Priant pour qu'ils soient coopératifs, il resta immobile, patientant simplement. Leur laissant le temps d'intégrer qu'il était là et qu'il n'était pas une menace pour eux.

.
:copyright: 2981 12289 0


Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Leslie A. Sunderland
Leslie A. Sunderland
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19576-leslie-a-sunderland-o-luke-hemmings#1085617 https://www.disjointedsocieties.com/t19586-leslie-sunderland#1086593 https://www.disjointedsocieties.com/t19676-leslie-sunderland#1091533 https://www.disjointedsocieties.com/t19843-leslie-sunderland#1094573
Surnom : Les', Sunny
Âge : 27
Origines : Australiennes par son père et américaines par sa mère
Occupation : A nouveau escort chez Palette suite à la fermeture du Bacchus où il était barman
Lieu de résidence : Appartement dans le Queens
A New York depuis : Revenu début 2018 après 11 ans d'absence
Situation Amoureuse : Pris à son propre jeu, sa vie est désormais rythmée par la sienne et son âme prend le même chemin
Orientation sexuelle : Les humains de manière générale
Trigger Warning : Exemples de TW : suicide / mort / viol / violence excessive / maladies mentales / pédophilie / racisme / homophobie / transphobie / cruauté animale / inceste / enlèvement / grossesse / fausse couche / avortement / Pornographie / RP hot cru / Addictions / automutilation / bodyshaming / discrimination / (trans-)misogynie / religiophobie / classisme...

Listing RPs - Liens

1m85 - Piercings à la langue et la nuque - Son accent australien est toujours encore perceptible dans sa voix - Souvent une clope aux lèvres
uc
Hope there's someone (ft. Diego) 0is9
  • Aucune association
Hope there's someone (ft. Diego) VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 2864
Faceclaim : Luke Hemmings
Crédits : me
Inscription : 11/11/2020
Multicomptes : Gregoire Kent
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : Régulière
Fréquence de SMS : Quotidienne
Instant Crush
Hope there's someone (ft. Diego) WtHvdh8l_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 4 Déc 2020 - 15:45

Hope there's someone
Diego & Leslie

La fillette dans ses bras, une main caressant doucement ses cheveux, Leslie faisait au mieux pour essayer de l'apaiser, pour faire fi de ses propres souvenirs, murmurant une chanson sans queue ni tête afin de couvrir un tant soit peu les cris de leur mère. Pleurs, rage, insultes, paranoïa, tout y passait. Avait-il seulement déjà envisagé qu'une telle chose arriverait ? Bien sûr que oui. Pour l'avoir vécu lui-même bien trop de fois étant enfant, il avait pertinemment conscience que c'était un problème latent, bien trop récurrent. Même l'idée qu'il ait un jour à appeler les flics pour la sécurité d'Olivia était quelque chose qu'il avait envisagé dès qu'il avait découvert que sa génitrice avait un deuxième enfant. La sauver elle avant qu'elle ne soit trop foutue afin de lui éviter de devenir comme lui. Il l'avait envisagé, mais il n'avait clairement pas pensé que ça se passerait là, maintenant. Et pourtant la situation parlait pour elle : les tremblements de la blondinette contre lui, l'attente qui semblait interminable, les souvenirs destructeurs et encore intacts dans son crâne qui y étaient bien trop semblables, dépeignant dans son esprit un tableau bien sombre. Il était désolé, tellement désolé qu'elle n'ait pas eu la chance d'avoir un meilleur début de vie que lui, désolé de devoir lui infliger une telle situation. Désolé, aussi, de s'être fait emporter par son père pour le protéger. Peut-être que s'il l'avait laissé, s'il avait grandi ici, il aurait pu éviter ça à la fillette. Sans doute en aurait-il été que plus foutu, brisé, mais au moins aurait-il pu la protéger avant ce stade critique.

Les coups à la porte remplacèrent sa voix qui se retrouvait coupée net par la surprise, Olivia levait vers lui de grands yeux apeurés, comme un appel silencieux à ne pas la laisser, ne surtout pas la lâcher. Deux options : soit il restait ici avec elle, espérant qu'il s'agisse de la police et pas d'un voisin trop curieux, soit il allait ouvrir avec elle et lui infligeait de passer devant la chambre de leur mère. Pas acceptable, cette seconde option. Le temps qu'il réfléchisse, un fracas assourdissant se fit entendre, arrachant un cri à la fillette qui se recroquevillait d'avantage contre le grand. « Ça va aller ma puce. » Simple murmure alors qu'il la serrait un peu plus fort, déposant sa joue contre ses cheveux en inspirant profondément. Impossible de fermer les paupières, là, il lui suffirait de le faire pour se perdre dans les affres de ses souvenirs, qu'ils semblent bien trop réels. Et il ne pouvait pas se permettre de flancher, pas maintenant. Il n'était plus ce gamin complètement abandonné et démuni face à la dure réalité dans laquelle il évoluait, il ne l'était plus depuis de longues années déjà, et pourtant, comme à chaque altercation de la sorte, Leslie avait le sentiment que ce gosse brisé était à deux doigt de prendre le pas sur l'adulte qu'il était devenu. Cet adulte qui ne savait plus quoi attendre de la vie, complètement désabusé et trop instable. Nul doute qu'il avait bien trop de bagages sur les épaules, poids que seule une thérapie pourrait alléger, mais les drogues étaient plus efficaces, aussi ironique soit cette échappatoire destructrice.

Poser doucement ses mains sur les oreilles de la fillette pour l'épargner au mieux d'entendre les cris de sa mère qui, visiblement, se débattait. La préserver du son des menottes, d'un corps qui se faisait mettre au sol. La préserver, elle, et se prendre seul sur les épaules tous les poids de la situation, qu'ils soient passés ou présents. Ceux à venir sans doute aussi. Inspirant profondément pour essayer de contrôler ses propres émotions qui entravaient douloureusement sa cage thoracique, il murmurait un « je suis tellement désolé, Liv. Tellement désolé... » qu'elle n'avait sans doute pas entendu mais qu'importait. Si seulement il avait pu la préserver de tout cela, de ce qu'il avait lui-même traversé. Si seulement il avait la force, aussi, de protéger le gamin au fond de lui plutôt que de le laisser à l'abandon en le réduisant au silence à coups de substances toutes plus discutables les unes que les autres. « Shhht » qu'il murmurait en réponse aux pleurs de sa sœur, la berçant doucement avant que des pas approchants ne se fassent entendre, la porte s'ouvrant sur un flic. Figé, le bouclé se contentait de l'observer, attentif au moindre bruit qui pourrait subvenir du couloir, comme si quelque chose en lui craignait que sa génitrice ne les terrasse tous, qu'elle finisse par reprendre son emprise, encore et encore.

À la question posée, il se contentait de hocher la tête, se relevant avec prudence sans lâcher la fillette qui restait accrochée à lui, visage caché dans son cou. Elle tremblait, Olivia, le tenant fort comme la seule bouée de sauvetage qu'il représentait, là. Le policier poursuivant, Sunderland avait froncé les sourcils. S'assurer qu'il n'était pas armé ? « C'est une blague ? » laissait-il filer, trop tendu, trop excédé. Comment cet abruti pouvait-il lui demander une telle connerie alors qu'il était évident qu'il ne représentait en rien un danger, là ? L'esprit embrumé tant de terreur quant à la situation et les souvenirs, que de rage, l'Australien ressentait clairement ce cocktail dangereux se répandre dans ses veines tel un poison. La peur n'était-elle après tout pas à l'origine des pires actes des Hommes ? Il se devait pourtant de garder son calme, d'une parce-qu'il n'avait aucune envie d'être pris pour cible par une quelconque enquête, de deux et surtout, parce-qu'il devait garder son calme devant la blondinette. Rester maître de ses émotions, lui montrer qu'elle pouvait s'appuyer sur lui, qu'il tenait le choc. Un soupir agacé filant de ses lèvres, Leslie déposait prudemment sa demi-sœur au sol, celle-ci se calant instinctivement derrière lui. « C'est pas important, mon bras. Il faut s'occuper d'elle en priorité. Je ne sais pas depuis de temps elle a pas mangé. » Informations qu'il jugeait importantes alors qu'il levait les mains pour laisser le champ libre à l'autre, le fixant de cet air bien trop sombre. Sans doute aurait-il besoin de soins sur son bras mais, en l'instant, c'était bien le dernier de ses soucis. « Tu restes avec moi, hein ? » La voix encore gorgée de larmes d'Olivia qui crispait ses doigts sur la veste du plus grand, levant vers lui un regard implorant. « Ne t'en fais pas Liv, tu ne seras plus toute seule maintenant, d'accord ? » Un bref sourire maladroit adressé à la concerné alors qu'au fond, il espérait ne pas se retrouver séparé d'elle, ne pas avoir à la laisser avec des inconnus. Douce illusion, sans doute, parce-qu'il se doutait bien qu'il devrait s'entretenir avec un flic sans elle, mais hors de question de la laisser revenir avec elle.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra



I get some pills but not some help from love junkies in their private hell. Green light, red wine, and I don't feel fine.
♪♫♪
©crackintime

Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Parra, Bichito.
Âge : 23
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : En couple avec Gregoire Kent
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : / pédophilie /Cruauté animal / Pour le reste cela dépend si cela sert l'intérêt du rp. Je peux faire un effort à condition que ce soit raisonnable.

Hope there's someone (ft. Diego) 10e8025c0e6482513bd0d5c858d541b90eb40dc9

rp en cours


Tu détestes être seul avec toi-même. Tu cherches toujours l'aventure pour oublier les choses importantes. Tu vis à coup d'adrénaline dans les veines, et tu oublies qu'il doit y couler du sang, et rien d'autre.
nc
  • Aucune association
Hope there's someone (ft. Diego) VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Mask
Pronom : NC.
Messages : 2671
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : @strangelove sur Bazzart pour le vava
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Alan Bell, Clark Lewis
Nombre de mots par RP : 1000
Fréquence de RP : hebdo
Fréquence de SMS : quotidien
Instant Crush
Hope there's someone (ft. Diego) DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 3 Jan 2021 - 18:04
Hope There's Someone...


La voix froide qu'il utilisait en s'adressant à son talkie-walkie ne lui ressemblait pas. Mais c'était bien là le lot de tout policier. Faire fi des sentiments, de ses propres mœurs pour appliquer les protocoles. C'était d'ailleurs le 5b qu'on lui demandait de mettre en place : Sécuriser la victime et neutraliser les suspects. Et cet homme qui tenait étroitement la petite fille contre lui, semblant la consoler du mieux qu'il le pouvait, restait un suspect. Mais tu ne peux pas appliquer bêtement le protocole quand ce genre de scène se déroule sous tes yeux, hein Diego ? Non. Probablement était-ce pour cette raison que sa voix se fit trop douce, trop apaisante, trop compréhensive envers cet inconnu. Il lui expliqua ce qu'il allait se passer, qu'ils allaient les sortir de cet appartement mais que pour cela, il était d'abord contraint de lui passer les menottes pour qu'il puisse s'assurer qu'il n'était pas armé et qu'il ne représentait pas une menace : «  Non, ce n'est pas une blague. Je vous prie de coopérer, pour le bien de la petite. » répliqua patiemment le jeune homme devant l'exaspération et le visible désespoir de l'autre. La petite fille s'accrochait désespérément à lui et Diego sentait déjà l'instant dramatique qu'il allait devoir déclencher : les séparer. L'homme finit par obtempérer et déposa la fillette sur le sol, cette dernière vint se réfugier derrière lui et Diego remarqua le bras abîmé du suspect. Il lui indiqua qu'il serait soigné une fois qu'ils auraient rejoins le poste de police.

Le blond lui répliqua d'un ton alarmé qu'il n'était pas important et que la petite fille était une priorité, qu'elle n'avait probablement pas mangé depuis longtemps. «  On va s'occuper d'elle. » Confirma le brun en s'approchant prudemment de l'autre, faisant fi de son regard bien trop soutenu. Il contourna l'homme et vint se placer dans son dos, faisant reculer la petite fille contre le mur : «  ça va aller, je suis là pour t'aider » précisa-t-il à la fillette, pour la rassurer. Baissant les bras de l'homme pour lui passer les menottes, il ajouta :  : «  C'est le protocole. » afin de ne pas l'alarmer. Il commença alors à palper les côtes, le dos et le ventre de l'homme. Il descendit ensuite plus bas, tâtant les poches de son jean ou tout endroit où une arme aurait pu être dissimulée pendant que l'enfant et le suspect échangeaient des paroles gorgées d 'émotions. Faisant son possible pour ne pas en tenir compte et rester le plus impartial possible, il poursuivit la fouille avec attention. Une fois arrivé aux chevilles il se redressa poussa un petit soupire de soulagement et baissa les yeux vers les menottes, hésitant un instant à les lui retirer. Tu sais que tu n'en as pas le droit, Diego. Et tu ne peux pas prétexter ne pas le savoir. Déglutissant, il prit son talkie-walkie et appela son supérieur : «  Ici Parra. Le suspect n'est pas armé. Ai-je l'autorisation de lui retirer les menottes ? » Questionna-t-il, sans grande espoir toutefois. «  Application du protocole 5b jusqu'à sont terme. On envoie l'assistante sociale. Terminé. »

Sentant déjà son cœur se serrer à ce qui allait se passer, Diego maintint les poignets de l'homme au moment où la professionnelle passa le pas de la porte et se dirigea vers la fillette : «  On va simplement lui donner les soins dont elle a besoin pendant que l'on vous parle. » Expliqua-t-il alors que la petite fille hurlait, se débattant furieusement des bras de l'assistante sociale. Elle fut rapidement rejoins par un autre officier de police qui maintint la fillette dans ses bras et l'emmena à l'extérieur de l'appartement. Le blond commença également à se débattre et Diego le força à rester immobile : «  Je vous déconseille de bouger, plus vous serez calme, plus vite vous la retrouverez. » prévint-il en tentant de le calmer, contraint de le faire tomber sur les genoux pour le maîtriser : «  Je suis désolé. Mais il faut que vous restiez calme, pour son bien à elle. »

(c) AMIANTE + Poésies Cendrées. (icons)
@Leslie A. Sunderland




Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Leslie A. Sunderland
Leslie A. Sunderland
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t19576-leslie-a-sunderland-o-luke-hemmings#1085617 https://www.disjointedsocieties.com/t19586-leslie-sunderland#1086593 https://www.disjointedsocieties.com/t19676-leslie-sunderland#1091533 https://www.disjointedsocieties.com/t19843-leslie-sunderland#1094573
Surnom : Les', Sunny
Âge : 27
Origines : Australiennes par son père et américaines par sa mère
Occupation : A nouveau escort chez Palette suite à la fermeture du Bacchus où il était barman
Lieu de résidence : Appartement dans le Queens
A New York depuis : Revenu début 2018 après 11 ans d'absence
Situation Amoureuse : Pris à son propre jeu, sa vie est désormais rythmée par la sienne et son âme prend le même chemin
Orientation sexuelle : Les humains de manière générale
Trigger Warning : Exemples de TW : suicide / mort / viol / violence excessive / maladies mentales / pédophilie / racisme / homophobie / transphobie / cruauté animale / inceste / enlèvement / grossesse / fausse couche / avortement / Pornographie / RP hot cru / Addictions / automutilation / bodyshaming / discrimination / (trans-)misogynie / religiophobie / classisme...

Listing RPs - Liens

1m85 - Piercings à la langue et la nuque - Son accent australien est toujours encore perceptible dans sa voix - Souvent une clope aux lèvres
uc
Hope there's someone (ft. Diego) 0is9
  • Aucune association
Hope there's someone (ft. Diego) VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 2864
Faceclaim : Luke Hemmings
Crédits : me
Inscription : 11/11/2020
Multicomptes : Gregoire Kent
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : Régulière
Fréquence de SMS : Quotidienne
Instant Crush
Hope there's someone (ft. Diego) WtHvdh8l_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 24 Jan 2021 - 23:04

Hope there's someone
Diego & Leslie

Coopérer pour le bien de la petite, en quoi serait-ce ''bien'' pour elle de voir le bouclé, seul repère dans tout ce putain d'enfer, se faire menotter comme s'il était le coupable de tout cela ? Comme s'il était aussi dangereux que leur génitrice ? Aucune logique dans ce putain d'agissement, du moins une logique que Leslie ne comprenait pas le moins du monde, là. Sûr que si ça n'avait pas été pour Liv, il n'aurait pas pris le risque d'appeler ainsi les flics, d'avoir à se confronter à eux, pas alors qu'il avait tout faire pour les fuir quelques années auparavant, mais la situation était telle qu'il devait penser à la fillette avant lui, obligé de mettre ses propres appréhensions et angoisses de côté pour son bien à elle. Et maintenant voilà où ils en étaient, elle paniquée, à s'accrocher à lui comme une bouée de sauvetage, et lui menotté, complètement impuissant et désemparé face à la situation, son bras blessé devenant le cadet de ses soucis. C'était de toute façon loin d'être la première fois qu'il écopait d'une séquelle physique infligée par sa mère, une simple fois de plus, mais qu'est-ce que ça pouvait bien changer d'expliquer cela aux hommes en uniformes ? Ils pourraient tout aussi bien penser que la femme avait agi en légitime défense et qu'il était lui-même l'attaquant donc, inutile de perdre de l'énergie à batailler sur ce point pour l'instant. Le concerné ramenait d'ailleurs bien vite l'attention sur la blondinette, expliquant qu'elle n'avait pas dû manger depuis un temps, tout pour qu'ils fassent attention à elle plutôt que de s'occuper bêtement de lui foutre des menottes alors qu'il y avait plus urgent à gérer pour l'instant. Elle venait de voir sa mère taper une crise d'hystérie monumentale, sans doute pas la première, peut-être n'avait-elle pas besoin de voir son frère suspecté de la sorte.

Le jeune flic venant se caler dans son dos pour lui passer les bracelets métalliques, Olivia n'avait eu d'autre choix que de reculer contre le mur, tremblante, lançant à son aîné des regards lourds de détresse. « Le protocole, vous avez que ce mot là à la bouche putain » qu'il sifflait, tendu, ne bougeant toutefois pas pendant la fouille, se contentant d'adresser quelques paroles rassurantes à la fillette bien qu'il le savait : ce ne serait pas suffisant pour lui éviter le traumatisme de toute cette situation, la prise en main par les autorités encore loin d'être terminée. Écoutant l'échange entre le flic et celui qui devait être un supérieur, l'Australien inspirait profondément. Putain de protocole 5b, putains de flics qui se contentaient d'appliquer bêtement ces procédures de la manière la plus robotisée qui soit, délaissant purement le côté humain dont ils auraient pourtant eu plus que besoin, là. L'enfant alors âgée de cinq ans avait entre temps récupéré son doudou laissé au sol dans le coin à côté d'elle, le serrant fort contre elle comme pour se rassurer, bien consciente qu'elle ne pouvait avoir droit pour l'instant à la sécurité des bras de Leslie.

Le temps avait semblé interminable jusqu'à ce que l'assistante sociale se points, le blond sentant clairement ses poignets entravés d'avantage, comme si le flic se préparait à la suite, et sans doute avait-il amplement raison. Tout ne fit qu'empirer à l'instant même où la concernée arrivait au niveau d'Olivia, qu'elle la prit dans ses bras pour l'emmener ailleurs. « Non ! Je veux pas y aller ! Leslie ! Viens avec moi Leslie ! » Bras tendus vers lui, il amorçait un pas vers elle, agrémentant son mouvement d'un « posez la ! » un brin trop agressif, se retrouvant cependant coupé dans son élan par la poigne de l'agent toujours dans son dos. La peur, la détresse, c'était ce qui emplissait les larmes de la fillette, ses joues inondées de ce déchirement. La rage, l'inquiétude, la haine, c'était ce qui filait dans ses larmes à lui. Il les haïssait, tous ces enfoirés qui ne faisaient qu'aggraver la situation, les séparant alors que sa cadette avait déjà assez souffert, alors qu'elle avait juste besoin de garder cette sécurité toute relative qu'il pouvait lui apporter. « Lâchez-moi ! » sifflait-il à l'attention du flic, se débattant, avant que ce dernier ne le fasse plier, le propulsant de force sur ses genoux pour le maintenir au mieux tranquille. Humiliation qui ne fit qu'accentuer la rage qui bouillonnait en lui, ayant au moins le mérite cependant de le laisser plus tranquille.

« J'en ai rien à foutre de vos excuses là. Elle vient de voir sa mère péter un plomb, de l'entendre hurler à la mort, et vous la privez encore du seul repère qu'elle ait. Elle a cinq ans putain, à quel point vous êtes inhumains pour faire des conneries pareilles ?! » Trop sec, son ton, trop amer, son regard relevé vers l'autre porteur de cette haine qu'il ne prenait même pas la peine de masquer, la haine mêlée à l'impuissance. « Vous voulez parler ? Allez-y, qu'on finisse ça rapidement. » Le plus vite possible de préférence, qu'il puisse la retrouver et panser les plaies que son âme portait à cause de leur génitrice. Calmé malgré son regard toujours clairement assassin et ses muscles bien trop tendus, l'escort était prêt à se laisser embarquer Dieu savait où afin d'en effet terminer ce bordel.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra



I get some pills but not some help from love junkies in their private hell. Green light, red wine, and I don't feel fine.
♪♫♪
©crackintime

Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Parra, Bichito.
Âge : 23
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : En couple avec Gregoire Kent
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : / pédophilie /Cruauté animal / Pour le reste cela dépend si cela sert l'intérêt du rp. Je peux faire un effort à condition que ce soit raisonnable.

Hope there's someone (ft. Diego) 10e8025c0e6482513bd0d5c858d541b90eb40dc9

rp en cours


Tu détestes être seul avec toi-même. Tu cherches toujours l'aventure pour oublier les choses importantes. Tu vis à coup d'adrénaline dans les veines, et tu oublies qu'il doit y couler du sang, et rien d'autre.
nc
  • Aucune association
Hope there's someone (ft. Diego) VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Mask
Pronom : NC.
Messages : 2671
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : @strangelove sur Bazzart pour le vava
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Alan Bell, Clark Lewis
Nombre de mots par RP : 1000
Fréquence de RP : hebdo
Fréquence de SMS : quotidien
Instant Crush
Hope there's someone (ft. Diego) DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 21 Fév 2021 - 22:02
Hope There's Someone...


Le protocole, oui. Un protocole souvent injuste que Diego avait parfois du mal saisir. Comme pouvait-on appliquer le protocole alors que cette gamine hurlait, alors qu’elle ne voulait qu’être dans les bras de son frère. Kent, son tout nouveau lieutenant, aurait dit qu’il fallait l’appliquer en toute circonstance. Que les règles étaient faîtes pour être respecter et pour protéger la population. Le désespoir du blond qu’il tenait par les bras lui souleva le cœur. Tu réagirais comment, toi, si on emmenait ta sœur ou ton frère apeuré loin de toi ? Il en serait probablement malade. Mais Diego était un tout jeune flic et à part appliquer les directives du chef d’intervention, il ne pouvait rien faire d’autres. Les mots – se voulant rassurant – qu’il adressa au blond ne semblèrent pas aider le moins du monde. L’homme se débattant, il fut contraint de le mettre à genoux, le maintenant au sol. Il tenta de s’excuser, Diego, de lui faire comprendre qu’il devait rester calme pour ne pas envenimer la situation.

Encore une fois, cela n’aida pas et l’homme lui hurla qu’il n’en avait rien à faire de ses excuses, l’accusant d’être inhumain : « Calmez-vous. » se contenta-t-il de répondre. Il l’informa alors qu’ils allaient l’emmener au poste de police pour l’interroger et qu’il fallait qu’il coopère pour que toute cette situation puisse se dénouer rapidement avec la meilleure issue possible. Le blond fut alors emmené en bas de l’immeuble par le jeune policier, le trajet dans l’ascenseur fut tendu et Diego n’osa dire quoi que ce soit. Bien sûr, il se doutait de la suite qu’allait prendre cette soirée : c’était sa première intervention avec ce genre de contexte et il n’était pas sûr d’en avoir les épaules. Conduisant l’homme jusque dans la voiture de police, il lui baissa la tête pour ne pas qu’il se cogne et referma la porte derrière lui. Montant à l’avant de la voiture avec son coéquipier, Spencer, ils regagnèrent le poste de police. Ce fut encore Diego qui conduisit le plus âgé jusqu’à la salle d’interrogatoire et lui proposa maladroitement un verre d’eau. Le sous-lieutenant Shefford le rejoignit derrière la fameuse vitre teintée et insonorisée et lui désigna le blond installé à la table, menottes retirées : « Okay Parra, tu vas lui mettre la pression. Ce type s’appelle Leslie Sunderland et sa mère est connue de nos services pour consommation de stupéfiant récurrente. On soupçonne qu’elle appartienne à un gang et que par extension, son fils aussi. » Diego dévisagea l’homme à ses côtés : sérieusement ? Tout ce qu’avait fait cet homme, Leslie, avait été d’appeler les secours pour sauver celle qui devait être sa petite sœur. Pourquoi fallait-il qu’il lui mette la pression ? « Vous êtes sûr ? On est obligé d’en arriver là ? » Son supérieur le dévisagea : « T’es encore en période d’essai Parra et c’est moi t’évalues. Alors tu arrêtes tes états d’âmes et t’obéis aux ordres et tu fermes ta gueule. » Le bouclé n’apprécia pas de se voir parler ainsi et demanda d’un air suspicieux : « Il en pense quoi le lieutenant Kent ? » le regard que lui lança l’homme calma son impertinence. Son supérieur trouva cependant judicieux d’ajouter : « T’as qu’à aller lui demander. Je suis sûr qu’il sera ravi de voir que tu désobéis encore aux ordres. T’as eu quoi la dernière fois déjà ? Ah oui… T’as été de nuit pendant deux semaines. »

Baissant le regard, Diego sentit ses oreilles bourdonner sous la pression. Déglutissant, il adressa un dernier regard à son supérieur avant d’entrer dans la salle d’interrogatoire. Le dossier concernant la mère de Sunderland sous le bras, il le dévisagea : « Okay… Leslie, c’est ça ? » dit-il en prenant place en face de lui : « On va discuter tous les deux. »






(c) AMIANTE + Poésies Cendrées. (icons)
@Leslie A. Sunderland



Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum