AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le Deal du moment : -20%
Charmast Batterie Externe 23800mAh 4 Sorties et 2 ...
Voir le deal
23.99 €


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Jeu 5 Nov - 18:06
Des semaines enfermées dans ce bureau à essayer de bosser sur le gang encore et encore. J'avais fini par installer un canapé-lit dans mon bureau qui était assez grand pour en avoir un. Oui, je n'avais clairement pas la force de sortir ou encore de me rendre dans cet appartement qui lui appartenait. Et pourtant, je devais faire les cartons, reprendre mes affaires pour les rassembler quelque part. Au moins, ici, je sais que rien ne m'arrivera. De toute façon, je ne mettais même plus le pied à l'extérieur. J'allais de la salle de sport, à la douche et ensuite à nouveau dans mon bureau pour travailler. J'étais devenu totalement un ermite qui ne bougeait plus, ne sortait plus. Et mangeait à peine. Sauf quand ma sœur ou encore les gars me ramenais de quoi manger. Je voyais bien Abel, Tizi ou encore Mack tenter de prendre soin de moi. Mais en cet instant, je n'acceptais aucune aide. J'avais encore le regard de Kai qui me revenais en mémoire, lui qui venait de mourir entre mes mains. Les douches avaient retiré ce sang que j'avais sur les mains et pourtant, j'avais tout de même l'impression d'en avoir encore sur mon corps. Je dormais à peine 3 heures par nuit. Et encore, quand je ne me réveillais pas dans un sursaut à cause d'un cauchemar. J'étais le sous-chef, je me devais de protéger les miens pour éviter qui leur arrive quoi ce soit. Il y avait eu assez de morts.

Mais aujourd'hui, j'avais besoin de sortir un peu, prendre l'air frais, me changer les idées. J'avais fermé tous les dossiers, mon ordinateur. Casque dans ma main, je venais rejoindre cet endroit que j'appréciais beaucoup depuis quelques mois maintenant. J'avais l'impression de ne pas être revenu depuis des années. Soupirant, j'espérais que ce n'était pas fermé. Me garant devant ce café. Je finissais par rentrer pour rejoindre une table tout au fond. Toujours la même depuis que je connaissais cet endroit. Et comme à mon habitude, je prenais un grand café avec du caramel et une pointe de canelle. J'étais compliqué, mais je sais qu'ici, je trouvais toujours ce que j'aimais. Le regard dans le vide, je ne bougeais pas. C'était étrange de voir un homme comme moi ici.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Ven 6 Nov - 18:40
un soupir s’échappe discrètement des lippes de la jeune femme. incapable de se défaire de l’humeur qui la tient captive depuis son réveil; c’est comme une boule grandissante dans le creux de son être. incertaine, aussi, de la nature de cette sensation. les sourcils sont froncés, les orbes noisette captives des mots qu’elle n’arrive pas à lire depuis dix minutes. elle reste bloquée sur la même ligne sans savoir pourquoi. les paupières se ferment finalement, le corps bascule en arrière et un grognement éteint gronde faiblement. elle tourne en rond et ça l’énerve. si ce n’est pas dans son habitude d’abandonner, pour cette fois-ci, elle fait un exception. se relevant de son fauteuil, elle quitte son bureau pour s’aérer ((s’occuper)) l’esprit par des tâches qui ne requiert pas de matière grise. attrapant un chiffon et un spray nettoyant, elle s’en va lustrer quelques taches déjà propres sous les regards curieux de ses employés — il est certain qu’ils ne s’aventureront pas à contrer sa décision, bien conscient que quelque chose cloche chez la jeune femme.

à ses yeux, le temps est précieux, mais elle n’a aucun mal à gâcher quelques instants afin de se vider la tête de ces problèmes sans significations — lippes pincées, regard dans le vide alors que sa main tourne dans le même sens depuis trois minutes. elle se redresse brutalement avant de lâcher une plainte. dandine le corps sur place. le palpitant pèse lourd dans la cage dorée. suhee se revêt d’un nuage. un nuage qui cache sa lumière. appelée à la réalité par une de ses collègues, elle s’excuse avec une moue fatiguée. les nuits sont courtes en ce moment, les sentiments ne sont que des méli-mélo qu’elle n’arrive pas à gérer et les papiers s’entassent sur le bureau. elle a l’impression de perdre pied en ce moment, rien ne se passe comme prévu. guidée par la plus jeune de l’équipe, elle attrape le plateau qui se doit d’être servi à un des clients du café. les prunelles s’attardent sur le numéro de table ; pensée furtive à ce visage familier qu’elle n’a pas vu depuis.

la jeune femme s’avance alors, tête baissée, les épaules lourdes jusqu’à son client - et elle jure que le coeur fait chute libre quand ses noisettes se posent sur lui. ❝ you — qu’elle souffle après quelques secondes. secoue la tête, sourcils froncés. dépose le plateau sur la table alors qu’elle appose ses deux mains sur les hanches. ❝ donne moi ton téléphone, maintenant — qu’elle ordonne. elle gronde suhee, c’est pas dans son habitude. mais l’inquiétude est grande. ❝ roan. —
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Ven 6 Nov - 21:30
Je ne savais pas si c'était une bonne idée de venir dans ce café, sortir du QG, le seul endroit où j'étais en sécurité. Mais je n'en pouvais plus d'avoir tous ses regards sur moi qui me jugeais. Je savais bien qu'une partie des CR ne me trouvait pas à la hauteur pour être le sous-chef en ce moment. Mais je n'avais pas le choix, c'était mon rôle. Et même si j'avais perdu l'être que j'aimais, je me devais de rester debout. Il n'aurait pas voulu que je me renferme sur moi et que je craque. Même si j'avoue qu'en ce moment j'avais un peu trop d'idées noires, beaucoup trop même. Donc peut-être que me rendre dans un endroit mignon, avec de la vie ne me ferais pas de mal. Et j'avoue qu'ici, je me régale toujours. Autant reprendre un peu de force avant de retourner travailler. Assis à ma table dans mon coin, j'avais pris un crayon et une feuille pour me mettre à dessiner. Car oui, c'était une passion que j'avais oubliée depuis beaucoup trop longtemps. Et pourtant, ça me permettais de me changer les idées. Mais je sursautais en entendant une voix, la sienne. Par contre, elle était un peu trop froide à mon goût. Relevant le visage vers elle, je tentais de faire un sourire, difficile, mais j'en faisais un. "Bonsoir Suhee." Oui, je connaissais son prénom, l'ayant vu sur son badge. Par contre j'étais surpris par la question qu'elle me posait. "Que je te donne mon numéro maintenant ? C'est une étrange manière de demander un numéro de téléphone." Et j'étais même curieux de savoir pourquoi je lui donnerais mon numéro. Même si au fond de moi , je sais que j'allais lui donné mon numéro. Mais je me demandais tout de même pourquoi elle le voulait. "Est ce qu'il resterait une part de gâteau s'il te plait."
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mer 2 Déc - 12:01
c’est pesant, c’est oppressant; capture les sens en des pensées un peu éparpillées, la rendant incapable de se fixer sur quelque chose de précis. il y a ce petit truc en elle qu’elle n’arrive pas à décrire, cette incertitude qui enserre l’être dans des serres qu’elle n’arrive pas à fuir. ça coule en ses marbrures, comme un poison ; rend l’âme un peu trop terme à son goût. elle n’aime pas cet état. sourcils froncés, bout de nez plissé, tête baissée, chiffon sur l’épaule, commande qui repose sur le plateau qu’elle tient à bout de bras, elle s’avance vers ce client qui attend son dû. mais, suhee, elle tente désespérément de fuir les pensées vagabondes — parce que si elle peut trop, elle pense mal, incapable de déchiffré la moindre effluves d’idées. c’est brouillon. comme une poupée docile, elle arrive à la table et lorsque son regard se relève pour se poser sur le client,,
son palpitant fait chute libre, s’écrase au sol et c’est une profonde inquiétude qui ravage les sens quand elle s’avance, plus déterminée que jamais, vers cette silhouette qu’elle n’a pas vu depuis des jours. plateau posé sur la table, elle grogne, elle quémande son téléphone sans même lui adresser une marque de politesse ; n’en a que faire pour l’instant, trop habitée par cette peur inconnue. les bras se croisent et elle minaude une moue contrariée. lèvres jointes, sourcils froncés. ❝ chut. qu’elle souffle. les mains s’agrippent au tissu de son vêtement. ❝ bonsoir qu’elle marmonne, la tête qui dévie sur le côté. elle serait presque mignonne suhee, à taper du pied comme une enfant. ❝ je t’en donnerais une à condition que tu me donnes ton numéro. et elle est convaincue que c’est une bonne chose, que c’est la chose à faire. ❝ tu étais passé où, je me suis inquiétée pour toi. je ne te voyais plus, je pensais qu’il t’étais arrivé quelque chose. du coup, laisse-t-elle entendre, d’une voix rapide. la main qui se tend vers lui. paume de main levée vers les cieux. ❝ ton numéro. au moins, je saurais que ça va. ce n’était pas forcément dans ses habitudes, mais, certaines personnes avaient le don de piquer son coeur et ne plus en sortir. ❝ tu vas bien au moins ? les traits qui se dérident peu à peu, les lèvres se pincent. l’inquiétude se transforme peu à peu en une forme de tristesse.
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum