AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
-24%
Le deal à ne pas rater :
Purificateur d’air & Ventilateur Dyson TP02 (Programmable – ...
399 € 527 €
Voir le deal


Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 16 Nov - 14:21
Il n'avait pas tord sur le fait que mon regard pouvait laisser transparaître de l'innocence. Mais c'est parce que je m'étais battu pendant des années pour cacher tout ce que mes yeux avaient put voir. Des images qu'un enfant ne devrait pas voir quand il est si jeune. Des souvenirs qui ne disparaissent pas aussi facilement, malheureusement. Dans un sens, j'étais tout de même content qu'il y voit de l'innocence. Les victimes que je secourais n'avaient pas besoin de découvrir un homme qui avait une enfance brisé. Au contraire, il avait besoin d'innocence et de protection. "En effet, c'est quelque chose que j'ai appris. L'innocence qui ne laisse rien transparaître d'autre." Cela s'apprenait, c'était comme un masque que je me mettais. Surement un moyen de me protéger aussi. Il était difficile de faire confiance. En tant que policier, j'en avais vu des victimes et des cas tous différents les uns que les autres. Mais avec Alan, je ne voulais pas lui cacher qui j'étais. Même si j'avoue que j'étais impressionné face à lui. Je ne sais pas si c'était son regard ou encore sa posture. Il avait cette manière de faire comprendre les choses sans trop de difficulté. Tout comme le fait que j'essayais de lui enlever la cravate. Il venait vite me faire comprendre qu'il était bien ainsi et qu'il ne voulait pas. Peut-être que j'avais été trop brusque, je ne sais pas. Il avait vraiment ce dont de me perturber. Entre ce baiser échangé qui était loin d'être innocent et maintenant ce rejet. Et pourtant, il me faisait me sentir tellement différent. Je ne pouvais pas le cacher. Manger allait nous faire du bien et surtout, j'allais penser à autre chose que se baiser. J'étais content d'avoir réussi le repas et qu'il aime surtout. "C'est la folie, avec ce qui se passe avec ce The vigilance, ses habitants qui décident de faire justice eux même. C'est loin d'être le plus reposant." Je n'allais pas lui mentir, c'était la folie et tous les jours en arrivant au travail, on se demandait à quelle sauce on allait être mangé. "Non , Kent me brosse dans le sens du poil dernièrement. Il peut être froid comme compréhensif. Et vu ce qui est arrivé, ça va. Même si ce n'est pas tout rose tout les jours." Et je ne pouvais pas en vouloir à Gregoire. Il était un très bon chef et j'avais vu ce côté compréhensif à la suite de la mort de ma mère. Faisant un sourire alors qu'il me confiait qu'ils nous haïssaient nous les flics. "Une grosse partie de la population réagi comme ça, tu sais. Enfants comme adultes. J'ai même déjà eu à faire à des personnes qui nous remerciait pour un geste et un mois plus tard, ils nous jettent des pierres." Quand on ne va pas dans leur sens, ils savent très bien le faire comprendre. "Et quand on est enfant, on fui l'autorité et la police est clairement ce qu'on fui. Je te rassure, je l'ai fui pendant longtemps quand j'étais jeune." Ma mère me disait de ne pas leur faire confiance, qu'ils pouvaient me retirer de sa garde. C'était compliqué de comprendre la police, un système incompris. "Et aujourd'hui, tu dînes avec un policier." Lâchant un petit rire terminant de manger. "Qu'est-ce qui t'a donné envie de te lancer dans la politique?"
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mer 2 Déc - 22:54
Le jeune policier semblait paradoxalement heureux de conserver une part d’innocence. Tu trouves ça paradoxale car toi tu n'en as jamais eu Noah, de l’innocence. Le politicien le questionna alors sur son travail, curieux de savoir comment la police de New York utilisait la somme d'argent qu'il avait offerte. Le sujet de "The Vigilent" fut abordé et il secoua légèrement la tête, en léger désaccord avec les propos de son hôte: " Effectivement, les gens ne devraient peut-être pas se faire justice seuls mais... Parfois ils n'ont peut-être simplement pas d'autres choix, tu ne crois pas? Après, c'est certain que The Vigilent est fou et qu'il n'agit pas par désespoir." Tu penses ça parce que tu n'as pas eu d'autres choix que de te faire justice tout seul, n'est-ce pas Noah? L'image lui revenait souvent en tête, dans ses cauchemars. La lame qu'il apposait contre le cou de son beau-père endormi, la chair qu'il tranchait, le cri étouffé par le sang de cet homme qui avait fait de sa vie un enfer. Et un sentiment de profond soulagement...Parce que ce qui te fait peur Noah, ce n'est pas d'avoir tué cet homme, non, c'est l'idée de payer pour ce que tu as fait. A l'évocation de Gregoire Kent, Alan afficha un léger sourire. Ce gosse avait bien grandis. C'était divertissant de le voir à cette fonction et d'être si rangé et scrupuleux de suivre les règlements... D'autant plus quand il repensait à l'époque où le plus jeune sortait largement du cadre. " J'imagine qu'il doit te ménager." répliqua-t-il avant d'ajouter qu'il détestait les flics étant enfant. Il ne les aimait pas beaucoup plus aujourd'hui à vrai dire, il avait simplement compris comment il pourrait s'en servir pour mener à bien le projet qu'il s'était fixé: faire de NYC un lieu moins sombre, plus sécurisé, sans toute cette vermine qui l'avait vu naître. Le brun répliqua qu'une grande partie de la population réagissait comme lui. Alan haussa un sourcil: " Des pierres, sérieusement?" questionna-t-il avant d'écouter la suite: " Moi aussi j'ai fuis la police quand j'étais enfant." Littéralement, parce que tu vendais de la drogue, mais ça, tu ne le verbaliseras pas... Souriant devant l'ironie de la situation, effectivement, il répliqua: "Et quel flic..." d'un air entendu.

La nouvelle question de son vis-à-vis le fit sourire alors qu'il déposait sa fourchette: " Je ne sais pas si tu le sais Alexander, mais avant d'être adopté, j'étais un pauvre gosse du Bronx." expliqua-t-il, il ne s'en cachait pas mais ne le criait pas non plus sur les toits : " J'ai connu la misère, j'ai connu la faim et j'ai connu la violence." Il adressa un léger sourire à son hôte, captant son regard: "Je n'entrerai pas dans les détails, mais j'ai connu le pire que cette ville ait à offrir et quand j'ai été adopté, j'ai voulu faire quelque chose pour aider les personnes vivent quotidiennement l'enfer qu'a été ma vie avant mon adoption." Il but une gorgée de vin:" les Bell, mes parents adoptifs, m'ont payé l'université et j'ai eu la chance d'étudier l'économie et de découvrir la politique. C'est devenu une vocation et j'ai compris que la meilleure façon de rendre cette ville, puis ce pays, meilleur, c'est d'être aux commandes." Reposant son verre, il soupira : "C'est pourquoi je comprends les motivations de The Vigilent mais... Je souhaite faire les choses autrement et d'agir légalement." Devant l'air de son compagnon, il ajouta: " Tu ne t'attendais pas à ça, hein?" Léger sourire, sincère cette fois. Parce qu'il aimait la politique plus que tout autre chose. Parce qu'elle était sa raison de vivre. Parce que sans cette ambition, il ne serait que l'ombre de lui-même.

@Alexander Stilston
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Dim 3 Jan - 17:16
]
Un regard innocent, qui pourtant avait vu tellement de chose, beaucoup même. La violence, le sang, la tristesse. Le bonheur était arrivé beaucoup plus tard. L'amour de ma mère pourtant avait toujours été présent. Mais je sais très bien qu'au fond de moi, mon regard n'était pas innocent, même si je laissais croire le contraire. Cette carapace que j'avais appris à forger autour de moi. La vie ici m'avait permis de vivre autrement, d'être plus serein dans la vie. En tout cas, cela faisait tout de même plaisir à entendre. Je n'étais pas devenu se montre que mon père avait voulu. Même si en cet instant, j'aurais voulu que ma mère soit présente pour me conseiller. Je ne connaissais rien à l'amour, j'aurais aimé l'avoir à mes côtés pour me conseiller. Surtout qu'Alan était loin d'être le plus simple à comprendre. Ses réactions changeaient tout le temps. Finissant par passé à table, une épreuve en plus, espérant qu'il allait se régaler. Je ne faisais pas des repas comme dans les grands restaurants où il m'avait amené. Souriant alors que je me mettais de plus en plus à l'aise en sa présence. "Faire justice seul, non , pour moi ce n'est clairement pas la solution. Après, je suis policier, c'est sûrement pour cette raison que je pense ainsi. " Même si je sais qu'au fond de moi, j'aurais été capable de tuer mon père si un jour, je le recroisais. Mais ce n'était pas la solution, cela faisait peut-être du bien, mais on se mettait en danger et ça ce n'était pas une vie. "Tu sais, les pierres sont des projectiles vraiment simple pour nous affaiblir. On fini par s'y habituer et être encore plus sur ses gardes. Pourquoi tu fuyais la police ? " J'étais curieux.

Posant ma fourchette à mon tour alors qu'il venait m'en dire plus sur son enfance. Écoutant son récit avec attention. La pauvreté, la violence, cela me rappelait malheureusement mon enfance. "Je ne m'attendais pas à ce que tu aies eu une enfance ainsi. Mais je ne peux que comprendre tes motivations. J'ai connu à peu prêt pareil, la violence ou encore notre enfance nous pousse à vouloir aider notre prochaine.Toi en devenant le maire de cette ville et moi en devenant policier. Défendant les femmes et les enfants en détresse. Et tu as raison, il y a une autre manière de réagir. En tout cas, tu as beaucoup de courage de te lancer dans la politique. Ce n'est pas donné à tout le monde." Finissant de manger mon assiette. "Il faut avoir des ambitions et les tiennent sont bonne, je suis sûr que tu vas réussir." Lui faisant un sourire alors que j'attendais qu'il ai fini pour commencer à débarrasser la table. Mettant tout dans le lave-vaisselle. "J'espère que le repas t'a plus." Je dois avouer que le stress montait peu à peu alors que le repas venait touché à sa fin. Un stress qui venait se mélanger à l'envie. L'envie de découvrir du plaisir en sa compagnie, même si c'était encore nouveau pour moi. Je devais ralentir les battements de mon coeur et profiter de l'instant présent. "Tu veux faire quoi?" Continuant de ranger un peu.
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum