AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Ventilateur sur pied – Hauteur réglable – Oscillation ...
21.99 €
Voir le deal


Gregoire B. Kent
Gregoire B. Kent






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18481-gregoire-b-kent-o-francisco-lachowski-05-09#1019281 https://www.disjointedsocieties.com/t18545-gregoire-kent https://www.disjointedsocieties.com/t18547-gregoire-kent
Surnom : Greg
Âge : 27
Origines : Brésilien et polonais
Occupation : Lieutenant à la brigade des stups
Lieu de résidence : Loft 15 au cœur de Manhattan
A New York depuis : Toujours
Situation Amoureuse : En couple avec Diego mais toujours marié à son boulot
Orientation sexuelle : Seuls les hommes attirent son regard
Trigger Warning : Mort / Addictions / Pornographie / RP hot cru

Listing RP - Liens

1m94 - Tatouages sur les clavicules et avant-bras gauche - Souvent des cernes sous les yeux - Rabat-joie en chef
If you got questions or you need advice, then talk to God
'Cause He's the only one that listens even when you think He isn't
Even good people are great at making bad decisions
(NF)
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 Cpq0
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 2
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 1277
Faceclaim : Francisco Lachowski
Crédits : Avat par babine
Inscription : 28/08/2020
Multicomptes : Leslie S., Alexis W. & Sören S.
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : 2-3 fois par semaine en fonction des moments
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Mer 18 Nov - 12:19

I really wish I hated you...
Diego & Greg

Pas celui qui avait besoin de s'excuser ? Il aurait voulu y croire à ces mots, Gregoire, mais la culpabilité était bien trop prononcée pour qu'il y parvienne, et il était clairement conscient d'avoir sa part à jouer dans tout ce bordel. Tout aurait été différent s'il n'était pas autant terrifié à l'idée de s'ouvrir à quelqu'un, de parler clairement de ses sentiments et ce qu'il ressentait de manière plus globale. Tu aurais pu éviter tellement de choses, de drames. Peut-être à nouveau que ton père a raison : tu aurais dû y passer toi, pas Sam. Malgré ces sombres pensées, il hochait brièvement la tête en entendant le plus petit lui dire que tout irait bien, essayant de se raccrocher à ces mots pour ne pas sombrer d'avantage, la brève caresse sur sa joue l'apaisant le temps de quelques secondes. Le concerné s'étant d'avantage rapproché, signe que malgré les mots durs qui avaient été échangés par messages, tout n'était peut-être pas entièrement perdu, pas complètement terminé. Rassure-toi comme tu peux. Automatiquement, il lui avait demandé comment il allait, bien plus soucieux de son état à lui que du sien. Bloquant sur le petit sourire de celui qu'il aimait, il fermait à nouveau les yeux quelques secondes en sentant ses lèvres se déposer tendrement sur sa joue. Geste qui raviva une nouvelle émotion dans son regard, la boule dans sa gorge ne faisant que s'accentuer. Dieu qu'il l'aimait. À en crever.

La question lui étant retournée, il avait simplement secoué la tête en déglutissant, détournant le regard avant de lui demander s'il était seul. Et il l'était. Soufflant un « oui » pour confirmer le fait qu'il l'était lui aussi, il s'était apprêté à reprendre, coupé dans sa volonté par le barman. Ils gênaient, visiblement. N'ayant aucunement l'énergie de se relever, le grand ne bronchait une fois de plus pas lorsque son amant passait un bras autour de sa taille pour l'aider dans cette entreprise. Au moins, sa présence avait quelque chose de rassurant. Aussi rassurante que douloureuse, là, parce-que tu te détestes à te foutre aussi minable devant lui. « T'es pas obligé... » répondait-il quand le plus jeune informait qu'il le ramenait chez lui, validant finalement le fait que sa veste était à la consigne. Le tout récupéré, ils finirent par sortir du club, s'engouffrant dans un taxi, le forçant à quitter la chaleur de celui qu'il aimait. Récupérant le sac en papier qu'il lui tendait, il ne résista pas à l'envie de tendre une main pour la poser sur le bras du concerné. Plus qu'une simple envie à dire vrai, c'était plutôt un besoin, là. Le besoin de le savoir à côté, de ne pas perdre ce contact, comme s'il en avait autant besoin que l'air qui filait dans ses poumons.

Lui adressant un simple « merci », bien plus semblable à un murmure, le tatoué avait inspiré profondément, laissant sa tête tomber contre l'appui-tête en fermant les yeux pour essayer de contrôler les effets du trop plein d'alcool. Le monde qui tournait, les nausées, ces pensées qui ne se taisaient pas. Mais au moins était-il présent. Le trajet, rapide, s'était déroulé dans le silence jusqu'à ce qu'ils arrivent devant l'immeuble où résidait le plus âgé. Avant même qu'il envisage de payer le taxi Diego s'en était chargé, l'aidant à en sortir avant qu'ils ne se mettent en route vers le bâtiment. Une minute plus tard ils entraient dans l'appartement du lieutenant, toujours appuyé sur le plus petit, Phoenix ne tardant pas à se pointer. Pas le meilleur plan de le faire entrer considérant les plaquettes de médocs qui traînent sur la table basse, dans la cuisine, dans la chambre... Vrai. Mais l'idée qu'il reparte était bien trop insupportable, bien plus que celle de lui laisser voir à quel point il était foutu, là.

La porte refermée, il se tournait vers son amant, livide. « Tu... restes ? » Ça te briserait qu'il dise non, hein ? Parce-que t'as tellement à lui dire. Tellement besoin de lui. Et pourtant, il avait pleinement conscience que sa demande était plus qu'égoïste, qu'il ne pouvait en rien lui imposer de rester auprès de lui. « J'aimerais qu'on parle » ajoutait-il d'un air grave avant que son amant n'ait pu répondre, son regard implorant planté dans sien. « S'il te plaît... » T'es pitoyable, Kent, à le supplier comme ça. L'ombre de toi-même. À quel moment t'as pu devenir aussi minable ? Pas le temps d'attendre une quelconque réponse cependant qu'il se retrouvait à plaquer ses mains devant sa bouche, forcé à se précipiter aux toilettes, son estomac bien trop malmené pour pouvoir contenir encore tout l'alcool ingurgité. Serait-il encore là ou en profiterait-il pour filer ?
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra




xxx

ANAPHORE



Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Bichito.
Âge : 24
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole. Il a également des origines Portugaises par son père.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : Ses yeux balayent les corps, les visages mais ne se posent que sur son âme soeur.
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : homosexualité / violence morale / violence physique / violence sexuelle / détresse psychologique.

n.c


Higher, Faster, Stronger.
nc
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : elle.
Messages : 2719
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : Mask
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Clark Lewis, Betty B. Williams
Nombre de mots par RP : tout dépend ~
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 23 Nov - 11:09
Greg & Diego
I really wish I hated you


Diego ne retint pas un petit soupir de soulagement en voyant que le plus âgée coopérait, lui indiquant qu'il n'était de toute façon pas obligé de l'aider. En refermant sa prise sur sa taille et sur son bras, le rapprochant un peu plus de lui, il répliqua : " Non, je n'y suis pas obligé. Mais c'est hors de question que je te laisse ici tout seul." Qui sait ce qui pourrait lui arriver ? Il pourrait se faire braquer, quelqu'un pourrait abuser de lui de multiples façons possibles et ça Diego ne pourrait pas l'accepter. Il avait été là pour lui quand il avait manqué de finir sa nuit, complétement ivre, dans les bras d'un inconnu. C'était à son tour d'assurer et de le sortir de cette situation sans le moindre mal. Et s'il avait de la chance, il pourrait même le sortir de cette souffrance qui semblait le ronger si profondément. Et ta souffrance à toi, tu y penses ? Non, il n'y pensait pas. Parce que Grégoire était sa priorité. Sa priorité, étant au-dessus de tout le reste.


Ils récupérèrent la veste du plus âgé et le sac de sport de Diego et ils prirent un taxi. Le jeune flic tendit un sac en papier à son amant pour lui permettre de ne pas tâcher les sièges du véhicule. A peine la voiture eut-elle démarrée qu'il sentit la main du tatoué se poser sur son bras. L'homme lui murmura un "merci" bien bas et bien trop douloureux qui souleva le cœur du plus jeune. Pour toute réponse, Parra récupéra la main de Gregoire posée sur son bras et embrassa sa paume avant de venir entrelacer leurs doigts.


Une fois que le taximan les déposa devant l'immeuble, Diego régla la course et aida son amant à sortir de la voiture. Il l'aida ensuite à monter jusqu'à son appartement et récupéra ses clefs dans la veste du plus vieux pour ouvrir la porte, bien conscient qu'il aurait plus de facilité à le faire que l'autre. Une fois la porte ouverte, il l'aida à y pénétrer et manqua de tomber quand Phoenix vint faire la fête à son maître. Le canidé se rendit toutefois vite compte que quelque chose clochait et il commença à couiner :" Il va aller mieux mon grand, va te coucher Phoenix... !"Répliqua-t-il à l'animal qui commençait à se mettre dans leurs pattes.


Une fois que le chien fut - à contre cœur - dans son panier, Diego referma la porte tant bien que mal et tenta de conduire son amant jusqu'à son canapé. L'entendant lui parler, il s'arrêta et le fixa, le trouvant soudainement très livide : " Hey, ça va ?"Questionna, inquiet, ne prêtant pas de suite attention à la question du plus âgé. Il resserra sa prise sur sa taille et tenta d'avancer avec lui avant de l'entendre reprendre la parole. Il aimerait qu'ils parlent ? Diego n'eut pas le temps de répondre avant que Kent ne plante son regard implorant dans le sien et qu'il le supplie de rester. Encore une fois, il n'eut pas le temps de répondre puisque le plus âgé se détacha de lui pour se ruer aux toilettes. Diego resta un instant interdit en le voyant filer, hésitant entre le suivre ou à l'attendre ici.


A-t-il vraiment envie que tu le vois dans cet état ? Tu ne voudrais pas que l'on te suive toi. Mais il n'était pas question de lui à cet instant, non, et Greg avait indubitablement besoin de lui. Diego le rejoint alors dans la salle de bain et le trouva la tête dans la cuvette : bon sang... Il s'approcha de lui et vint s'agenouiller à ses côtés, déposant une main chaleureusement dans son dos : " C'est très bien, laisse tout sortir..." dit-il en lui caressant le dos pour l'apaiser. Une fois que Gregoire eut visiblement finit de vomir, il se leva : " Bouge pas, je reviens." indiqua-t-il en allant dans la cuisine pour lui récupérer une verre d'eau. En remplissant le liquide dans le verre, il loucha sur les boîtes de médicaments présents sur le plan de travail. N'avait-il pas vu d'autres comprimés sur la table basse en entrant ? Pourquoi Gregoire prenait-il autant de médicaments ? Une vague d'angoisse enserra son estomac alors qu'il retournait dans la salle de bain. Il prit un mouchoir dans la boîte présente sur la vasque et commença par lui nettoyer la bouche avec douceur avant de lui tendre le verre d'eau : " Bois ça et prends une douche, je m'occupe de te faire un truc à manger." Devant le regard de Gregoire, il précisa " On parlera après, d'accord ? J'irai nulle part, je ne bouge pas." Et avant de le laisser, il lui embrassa avec douceur le front : " ça va aller, tu vas réussir à te doucher seul ?" Demanda-t-il tout de même, inquiet.


Pando


Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Gregoire B. Kent
Gregoire B. Kent






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18481-gregoire-b-kent-o-francisco-lachowski-05-09#1019281 https://www.disjointedsocieties.com/t18545-gregoire-kent https://www.disjointedsocieties.com/t18547-gregoire-kent
Surnom : Greg
Âge : 27
Origines : Brésilien et polonais
Occupation : Lieutenant à la brigade des stups
Lieu de résidence : Loft 15 au cœur de Manhattan
A New York depuis : Toujours
Situation Amoureuse : En couple avec Diego mais toujours marié à son boulot
Orientation sexuelle : Seuls les hommes attirent son regard
Trigger Warning : Mort / Addictions / Pornographie / RP hot cru

Listing RP - Liens

1m94 - Tatouages sur les clavicules et avant-bras gauche - Souvent des cernes sous les yeux - Rabat-joie en chef
If you got questions or you need advice, then talk to God
'Cause He's the only one that listens even when you think He isn't
Even good people are great at making bad decisions
(NF)
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 Cpq0
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 2
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 1277
Faceclaim : Francisco Lachowski
Crédits : Avat par babine
Inscription : 28/08/2020
Multicomptes : Leslie S., Alexis W. & Sören S.
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : 2-3 fois par semaine en fonction des moments
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Ven 27 Nov - 14:39

I really wish I hated you...
Diego & Greg

Elle était complètement dans le vague, sa tête, le grand oscillant entre présence et brèves absences, les doigts de sa main libre filant brièvement dans les poils du canidé en guise de salutation. Il remerciait Diego, au fond, de ne pas encore le lâcher, parce-qu'il y aurait fort à parier que son équilibre s'en retrouverait bien trop précaire. Comme ta vie sans lui, en fait. En direction du canapé, toujours soutenu, il n'avait pas pris la peine de répondre à la question de son amant. Non, ça n'allait pas. Pas du tout. Mais au moins était-il là. Et elle grandissait, cette crainte de le voir s'en aller. Pire qu'une simple crainte, c'était une angoisse viscérale qui lui tordait le bide, le poussant à presque le supplier de rester. Il se détestait, là, tellement violemment. Probablement même plus que ton propre père. Kent avait toujours été son pire juge. Un juge qui le condamnerait encore et encore, à perpétuité. Le jeune n'avait cependant pas eu le temps de répondre, le tatoué forcé à filer, l'estomac au bord des lèvres.

S'il avait craint que son amant en profite pour filer, il n'en fut rien, et à peine quelques secondes plus tard il put sentir sa présence, une main filant sur son dos. Des paroles et une présence rassurantes qui le poussèrent pourtant à fermer les yeux, une larme perlant au coin de son regard. Ça te rend malade qu'il te voit comme ça, pas vrai ? La haine que tu te portes a plus aucune foutue limite, là. Mains crispées sur le sol, il finit par se reculer, s'asseyant à même le sol en un soupir douloureux, la vue toujours aussi vacillante même s'il se sentait un peu moins barbouillé. Juste un peu, parce-que son cœur restait bien trop serré pour qu'il puisse affirmer se sentir bien. L'entendant dire qu'il revenait, il se décalait encore un peu, calant son dos contre le mur à côté des toilettes en soupirant, yeux clos. « T'es qu'un crétin, Kent » murmura-t-il pour lui-même une fois seul, à bout. Diego revenant, il rouvrait les yeux, plantant sur lui son regard vitreux. Il était aux petits soins, nettoyant sa bouche, lui donnant un verre d'eau. Même lui a remarqué que t'es tellement pitoyable que t'es même plus foutu de t'occuper de toi.

Prenant une gorgée d'eau de sa main tremblante, il bloquait net aux paroles du jeune, une certaine panique perceptible dans son regard. Parce-qu'il a peut-être juste pas l'intention de t'écouter. Il va te préparer à bouffer et s'en aller. Sans doute est-ce le mieux à faire pour son propre bien. Mais les mots ajoutés par le concerné le rassurèrent un peu, le poussant à hocher la tête, inspirant au baiser sur son front. Si la nouvelle question du jeune était pleine de bienveillance, elle ne fit qu'accentuer d'avantage l'image pitoyable que Gregoire avait de lui-même. « Ça va aller » soufflait-il finalement, se relevant tant bien que mal, appuyé au mur. Avant que le plus petit ne quitte la pièce, il avait attrapé son poignet, captant son regard. « C'est bon de te voir... » Et sur ces mots il l'avait relâché, s'éloignant doucement vers la douche avant de s'atteler à ôter ses vêtements. Ils étaient lents, ses gestes, son équilibre toujours aussi précaire, l'estomac retourné même si l'alcool abrutissait un peu moins son esprit. Juste assez pour que la réalité soit lourde à porter. L'eau brûlante filant sur sa peau, il s'était laissé glisser sur le carrelage de la douche, remontant ses genoux contre lui pour les entourer de ses bras, y déposant son front. Canalise tes pensées. Contrôle ton rythme cardiaque. Accueille la peur. Parce-que les sujets que tu vas aborder avec lui seront lourds. Le point de non retour. Mais il ne se défilerait pas. Diego méritait des explications, il méritait sa franchise.

Après un temps sans doute trop long, le tatoué quittait la douce chaleur de l'eau, s'essuyant pour finalement enfiler un jogging et un sweat et enfin rejoindre la pièce à vivre. Son teint était toujours aussi blafard, son regard cerclé de cette marque évidente de sommeil aux abonnés absents. Un brin moins attaqué par l'alcool, il restait néanmoins à fleur de peau, ayant le sale sentiment que la moindre émotion se retrouverait décuplée. Rien que la manière dont ton cœur s'agite en le voyant sur le canapé en dit déjà long. S'asseyant à l'autre bout dudit canapé, son regard captant brièvement l'assiette fumante de pâtes déposée sur la table basse, les anxiolytiques à peine plus loin, il portait ses prunelles ambrées sur son cadet. « J'aurais préféré que tu n'aies pas à voir tout ça... moi... » De simples mots qui avaient noué sa gorge, émotion bien trop vive qui le poussait à baisser la tête en inspirant pour tenter de la ravaler, sans doute en vain. Parce-que c'est évident que tu culpabilises beaucoup trop, que tu peux à peine te supporter. Récupérant l'assiette, il avala une fourchette avant de la reposer sur la table. Pas d’appétit. Aucune autre envie que le toucher, lui. Et c'est ce qu'il fit, tendant une main vers son genou pour le caresser doucement, son regard relevé vers le sien. Il va falloir que tu parles, Kent. Maintenant ou jamais.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra




xxx

ANAPHORE



Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Bichito.
Âge : 24
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole. Il a également des origines Portugaises par son père.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : Ses yeux balayent les corps, les visages mais ne se posent que sur son âme soeur.
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : homosexualité / violence morale / violence physique / violence sexuelle / détresse psychologique.

n.c


Higher, Faster, Stronger.
nc
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : elle.
Messages : 2719
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : Mask
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Clark Lewis, Betty B. Williams
Nombre de mots par RP : tout dépend ~
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 27 Nov - 21:05
Greg & Diego
I really wish I hated you


Le visage livide, l'air peu assuré, le regard honteux et empli de souffrance : voilà le douloureux spectacle qui s'imposait à ses yeux. Peu certain, Diego lui demanda s'il parviendrait à se laver seul. La honte déjà bien perceptible dans les yeux du plus âgé sembla s'accentuer et Diego s'en voulut d'avoir posé la question. Il avait un peu reculé, décidé à lui cuisiner quelque chose de consistant à se mettre dans le ventre. Il fut cependant retenu par la main du plus grand qui s'était refermée sur son poignet. La voix de son amant s'éleva et Diego lui offrit un nouveau sourire attendri : " Pour moi aussi." Répliqua-t-il en venant une nouvelle fois porter sa main à ses lèvres, lui embrassant chastement avant de le laisser se déshabiller et de se rendre dans la cuisine.


Une fois qu'il eut entendit l'eau commencer à couler, le jeune s'affaira dans la cuisine et prit une casserole dans laquelle il fit chauffer de l'eau. Il fouilla quelques instants dans les placards et trouva un sachet de pâtes. Pheonix vint à sa rencontre et couina à ses pieds, passant entre ses jambes dès qu'il bougeait d'un mètre : " T'as faim, c'est ça ?" questionna-t-il. Il remplit la gamelle du canidé et ne vit aucune réaction de sa part. Ah... Pas ça ? Non... Visiblement pas. Parra finit par comprendre qu'il était simplement inquiet et lui caressa la tête avec précaution : " Calme toi mon vieux, ça va aller ok ?"


Mettant les pâtes dans l'eau bouillante, il fixa une nouvelle fois les comprimés présents sur le plan de travail et prit une des boîtes en main, lisant les recommandations et l'usage conseillé... Des anxiolytiques ? Cela eut l'effet d'une balle qui venait trancher la chaire de sa poitrine. Il recula de quelques pas en laissant tomber les médicaments sur le sol : A quel point souffrait-il pour prendre autant d'anxiolytiques ? La gravité de l'état mental et physique de Grégoire prit alors tout son sens et il eut peur. Terriblement peur que tout ça ne finisse par le tuer. Combien de temps pouvait-on vivre en prenant ces choses de manière si répétée ? Probablement pas très longtemps... Et ça, ça t'est insupportable pas vrai ? Diego sentit une larme couler une long de sa joue. Oui, c'était insupportable. D'autant plus qu'il savait qu'il en était responsable, de cet état. Tu vois le mal que tu continues à lui faire ? Ne sois pas égoïste et cesse de le tourmenter de la sorte.... Que devait-il faire ? Devait-il démissionner ? Devait-il s'éloigner de lui pour arrêter de le faire souffrir ? Et toi Diego ? Est-ce que tu ne souffriras pas sans lui ? Si bien sûr que si.


En entendant l'eau cesser de couler, il s'essuya les yeux et égoutta les pâtes avant de les servir dans une assiette. Il prit des couverts, un verre d'eau et alla déposer le tout sur la table basse devant le canapé où il s'installa. Allé Diego, tu dois prendre soin de lui là, tu dois prendre sur toi. En voyant Gregoire revenir de la chambre vêtu d'un jogging et d'un sweat, il s'arma de son sourire, tentant de faire fi de ce visage bien trop blanc et de ces cernes bien trop creusées. Il le vit s'assoir à l'autre bout du canapé et déglutit en l'entendant parler. Il aurait préféré qu'il ne voit pas cela de lui ? Au contraire, Diego préférait savoir dans quel état il se trouvait réellement. Il ne voulait pas de ses sourires s'ils n'étaient pas sincères. Il voulait être là pour lui et ce même quand ça n'allait pas. Mais a-t-il envie que tu sois là, lui ? Le temps n'était pas à la réponse à cette question : " Je préfère t'avoir vu, au contraire." Répliqua-t-il avec un sourire qui se voulait rassurant mais qu'il avait du mal à tenir. " Comment aurais-je pu t'aider autrement ? "Continua-t-il. Il lui désigna l'assiette encore fumante sur la table basse : " Mange, ça te fera du bien."


Kent récupéra l'assiette et entreprit d'en manger une bouchée. Cela ne fut visiblement pas à son goût car il la reposa sur le meuble : " Greg... Il faut que tu manges..." insista le plus jeune en lui adressant un regard presque suppliant. Pour toute réponse, le plus âgé tendit une main vers son genou et le caressa avec douceur, plantant ses yeux dans les seins. Le plus jeune poussa un petit soupir. Ce regard... Ce désespoir... Et puis merde. Il dégagea la main de son ainé de son genou avant de venir rompre la distance qui les séparait. Le prenant dans ses bras, il le serra avec douceur contre lui, caressant son dos et sa nuque de ses mains. " Pourquoi ?" Demanda-t-il en le serrant d'autant aux creux de ses bras: " Pourquoi est-ce que tu t'infliges tout ça ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Est-ce que c'est à cause de ce j'ai fait ? Est-ce que c'est moi qui te fais tout ce mal ?" sa question était sortie telle une fusée, il n'avait pas réellement eu le temps de la penser. La réponse serait probablement difficile mais il était prêt à encaisser. Il était prêt à le faire si cela pouvait permettre à Grégoire d'aller mieux. Parce que tu le feras passer avant tout le reste. Même avant ta propre vie.

Pando


Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Gregoire B. Kent
Gregoire B. Kent






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18481-gregoire-b-kent-o-francisco-lachowski-05-09#1019281 https://www.disjointedsocieties.com/t18545-gregoire-kent https://www.disjointedsocieties.com/t18547-gregoire-kent
Surnom : Greg
Âge : 27
Origines : Brésilien et polonais
Occupation : Lieutenant à la brigade des stups
Lieu de résidence : Loft 15 au cœur de Manhattan
A New York depuis : Toujours
Situation Amoureuse : En couple avec Diego mais toujours marié à son boulot
Orientation sexuelle : Seuls les hommes attirent son regard
Trigger Warning : Mort / Addictions / Pornographie / RP hot cru

Listing RP - Liens

1m94 - Tatouages sur les clavicules et avant-bras gauche - Souvent des cernes sous les yeux - Rabat-joie en chef
If you got questions or you need advice, then talk to God
'Cause He's the only one that listens even when you think He isn't
Even good people are great at making bad decisions
(NF)
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 Cpq0
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 2
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 1277
Faceclaim : Francisco Lachowski
Crédits : Avat par babine
Inscription : 28/08/2020
Multicomptes : Leslie S., Alexis W. & Sören S.
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : 2-3 fois par semaine en fonction des moments
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Jeu 10 Déc - 10:21

I really wish I hated you...
Diego & Greg

Si la présence du plus jeune avait réellement quelque chose de rassurant, notamment parce-qu'il était le seul dont il avait besoin, elle était également source d'anxiété, aussi contradictoire que cela soit. Parce-qu'il ne supportait pas l'idée que Diego puisse le voir de la sorte. Kent pouvait envoyer chier le monde, ceux qui se montraient trop insistants devant ses traits tirés, mais pas lui. Il se sentait bien trop mis à nu, bien trop vulnérable, d'autant plus parce-que son amant était le seul à avoir toutes les cartes en mains pour le briser totalement. C'est pas ce qui est déjà plus ou moins entrain d'arriver ? Tu mets ton boulot en péril pour lui, vous vous prenez salement la gueule, et voilà où t'en es rendu. Pitoyable, Kent. Et le regard lourd d'inquiétude du plus jeune ne faisait que lui rendre l'image de ce qu'il était, en cet instant. Un homme bien trop fragile, bien loin de l'image qu'il avait toujours montrée au monde. Pas un mensonge en soi, ni même une fausse identité, il montrait simplement cette part de lui qui savait se relever de tout, ne parlant pas réellement de tout ce qu'il avait pu traverser dans sa vie. Mais Diego savait, du moins une partie. Le regard éteint du grand brun parlait de toute façon pour lui.

Le plus jeune affirmant qu'il préférait le voir, même comme ça, avançant que sinon il n'aurait pas pu l'aider, Gregoire avait simplement haussé les épaules en guise de réponse. Tant que t'accepteras pas de lâcher du leste, de te lâcher un peu la grappe à toi-même, il pourra faire ce qu'il veut pour t'aider ça changera pas tes angoisses. Une vérité. Mais Diego avait droit à la vérité. Goûtant la nourriture sous le conseil de son cadet, il ne tardait pas à reposer l'assiette. Pas que ce n'était pas bon, simplement qu'il était incapable de manger, là, le cœur au bord des lèvres. Il y avait plus important pour l'instant que manger. Lui. Toujours lui, même avant ta propre santé. Tendant une main vers son amant afin de toucher son genou, il cherchait son regard, comme si ses yeux pourraient parler pour lui, comme s'il pourrait tout comprendre sans même qu'il n'ait à parler. Sauf qu'ils n'en seraient pas là si c'était le cas. Si le lieutenant avait su parler, ils n'en seraient pas à une situation aussi critique.

Sa main se retrouvant dégagée de son genou, la gorge du tatoué s'était nouée. Peut-être que t'es vraiment allé trop loin, cette fois, et qu'il en a marre d'attendre quelque chose qui ne viendra jamais. L'instant d'après le plus petit se rapprochait, venant le prendre dans ses bras. Une étreinte rassurante qui poussait Gregoire à inspirer profondément pour contrôler le flot d'émotions qui s'animait en lui. Il ne tardait pas à passer un bras autour de lui également, calant sa tête dans son cou. Il ne se rendit que d'autant plus compte d'à quel point il avait eu besoin de ce contact, un simple échange qui l'aidait à se sentir un peu plus entier. Plus entier et angoissé à la fois. Parce-que si tu veux avoir une chance de le garder, il va falloir parler, Kent. Être transparent et te mettre à nu, laisser entrevoir ces faiblesses qui te bouffent. Déglutissant, il se figeait net à la question du plus jeune. Un simple mot avant qu'il ne poursuive, le serrant d'avantage contre lui. Et Diego pensait que tout était de sa faute. Fermant les yeux, Gregoire soufflait un simple « non ». Pas réellement de sa faute, pas directement. Il se foutait dans cette situation lui-même, simplement parce-qu'il ne parvenait pas à passer au dessus de ses craintes. Mais le moment était venu.

Doucement il s'extirpait de son étreinte, prenant ses mains dans les siennes, un brin tremblantes. Elle tournait toujours, sa tête, ses sens à fleur de peau dû à l'alcool, mais il ne se défilerait pas. Pas cette fois. Relevant le regard vers lui, le tatoué inspirait. « C'est pas ta faute, Diego. C'est juste... moi, qui fait n'importe quoi, qui suis pas capable de parler clairement de ce que je ressens et de ce qui me fait peur » commençait-il avant de baisser à nouveau les yeux. La suite ne serait pas simple à sortir. « J'ai peur parce-que... j'ai beaucoup trop perdu tout au long de ma vie. Chaque personne que j'ai laissé entrer dans mon cœur... A commencer par Sam. » N'était-il pas le commencement d'un enfer duquel il ne sortirait jamais réellement ? « Je t'ai ensuite perdu, toi, et... même si j'en ai rien laissé paraître j'en ai beaucoup souffert. » Pas un reproche, même s'il pouvait être perçu comme tel, mais quitte à être honnête, autant l'être jusqu'au bout. Au fur et à mesure de ses mots, ses yeux s'étaient gorgés de larmes bien qu'il fixait toujours leurs mains jointes. « J'ai mis du temps à m'en remettre et j'ai eu une relation avec un homme au début de l'automne dernier mais... il est décédé il y a quelques mois. » Elias. Ce n'était que la deuxième fois qu'il en parlait à voix haute, la première ayant été à Kitson, à peine une dizaine de jours plus tôt.

« J'en viens juste à me dire que c'est mon chemin, de perdre chaque personne qui compte... et ça me terrifie tellement que je m'efforce de repousser le monde entier, mais la vérité c'est que... » Marquant un temps d'arrêt, il déglutit une nouvelle fois, une larme filant sur sa joue alors qu'il relevait les yeux vers lui, cherchant dans son regard la force nécessaire pour aller au bout de ses pensées. « La vérité c'est que je t'aime, Diego, à en crever. J'ai jamais cessé de t'aimer... et l'idée de te perdre à nouveau me terrifie. Peut-être qu'un jour tu te lasseras, ou que la vie t'arrachera à moi elle aussi et je... je pourrai pas le supporter » concluait-il, ses derniers mots mourant à moitié dans un sanglot alors qu'il serrait un peu plus ses mains. « Je suis tellement désolé » ajoutait-il en baissant à nouveau la tête pour masquer ce qu'il se jouait dans son regard, ne pouvant retenir les larmes qui sillonnaient ses joues. L'alcool te réussit pas, Kent. Pas du tout. Et peut-être que c'est la dernière fois que tu as la chance de lui dire tout ça. Peut-être que tu l'as déjà perdu.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra




xxx

ANAPHORE



Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Bichito.
Âge : 24
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole. Il a également des origines Portugaises par son père.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : Ses yeux balayent les corps, les visages mais ne se posent que sur son âme soeur.
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : homosexualité / violence morale / violence physique / violence sexuelle / détresse psychologique.

n.c


Higher, Faster, Stronger.
nc
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : elle.
Messages : 2719
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : Mask
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Clark Lewis, Betty B. Williams
Nombre de mots par RP : tout dépend ~
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 13 Déc - 10:22
Greg & Diego
I really wish I hated you



La nuit était bien avancée et la fatigue mentale ainsi que musculaire narguait furieusement Diego Parra, jeune flic raté de New York. Raté parce qu’il n’y avait pas de meilleur adjectif pour le qualifier. Un enfant raté, le dernier de sa fratrie. Incapable de rejoindre l’entreprise familiale. Raté parce qu’il ne cessait de décevoir ses parents. Un flic raté, incapable de respecter les règlements. Raté, parce qu’il ne cessait de pousser les limites de plus en plus loin. Un amant raté, incapable de ne pas faire souffrir celui qu’il aimait. Raté, parce qu’il ne cessait de lui demander toujours plus, sachant pertinemment qu’il n’en avait pas le droit.


Et il était là, assis à côté de lui sur le canapé en attendant qu’il mange son assiette de pâte, fronçant les sourcils en le voyant reposer l’assiette. Il insista pour qu’il continue de manger mais l’autre ne l’écouta pas, se contentant de tendre une main vers son genou. Diego croisa son regard et un frisson le parcourut. Pas le genre de frisson qu’il ressentait habituellement à ses côtés, non, un frisson de pure angoisse. Parce qu’il voyait dans son regard était véritablement terrifiant. Une peur viscérale de le perdre le prit aux tripes et il dégagea sa main de son genou pour venir le prendre dans ses bras, le serrant doucement contre lui. Se sentant terriblement mal d’être responsable de son état, il eut besoin de le lui demander. De lui demander à quel point il lui faisait du mal. Et il le fit. Lui demandant pourquoi il se mettait dans cet état et s’il en était responsable. Le plus jeune avait terriblement peur de sa réponse, comme si elle allait déterminer le reste de sa vie. Et en effet, ça le serait. Parce qu’une vie sans lui n’a plus de sens, n’est-ce pas ?


Le murmure de Kent commença par le soulager. Un soulagement rapidement rattrapé par l’inquiétude quand il s’extirpa de ses bras pour prendre ses mains dans les siennes et pour le fixer de cet air bien trop tourmenté. Les mains tremblantes, le plus âgé avait relevé son regard vers lui et prit la parole. Pas de sa faute à lui ? C’était Gregoire qui faisait n’importe quoi et qui était incapable de lui parler clairement de ce qu’il ressentait et ce qui lui faisait peur. Il le vit baisser le regard et Diego déglutit, sentant que quelque chose d’important était en train de se jouer à cet instant. Quelque chose de primordiale et le moindre de ses mots ou gestes serait déterminant pour la suite. La suite de quoi ? La suite de tout. Parce que voilà ce qu’il représente à tes yeux : tout.


Le grand brun reprit la parole, expliquant qu’il avait déjà tant perdu tout au long de sa courte vie et que toutes les personnes qu’il avait laissé l’atteindre avaient fini par le laisser. Le prénom de son frère jumeau dans sa bouche sembla le briser un peu plus. Était-ce seulement possible ? Tu les vois bien les larmes qui commencent à inonder ses yeux, non ? Comment as-tu pu passer à côté de ça ? Comment as-tu pu ignorer qu’il souffrait autant ? Son amant reprit, ajoutant qu’après Sam, il l’avait perdu lui et que même s’il n’avait rien montré de ce qu’il avait ressenti, il en avait souffert. Beaucoup. Diego papillonna des cils, serrant un peu plus ses mains dans les siennes : « Je suis désolé… » Murmura-t-il, sentant un poids envelopper son cœur. L’homme qu’il aimait reprit en avouant qu’il avait mis du temps à s’en remettre et le plus jeune déglutit difficilement, sentant également des larmes envahir ses yeux. La suite de ses mots le fit cependant légèrement froncer les sourcils et serrer sa gorge. Il avait eu une relation avec un homme au début de l’automne dernier ? Qu’est-ce qu’il t’arrive Diego, t’es pourtant pas quelqu’un de jaloux. Grégoire avait totalement le droit de refaire sa vie, tu l’avais dégagé de la tienne.


Et la fin de la phrase de Greg l’acheva. Son compagnon était décédé il y avait de cela quelques mois. A quel point es-tu un monstre, Diego ? A quel point es-tu égoïste pour penser à toi alors qu’il te confit tout ça ? Et surtout, à quel point as-tu fait souffrir Grégoire en t’imposant à lui de la sorte ? Tu as ignoré tous ses appels à l’aide. Tu as ignoré toutes ses supplications quand il te demandait de lui laisser de l’espace et du temps. T’es qu’un putain d’enfoiré. Une larme coula le long de sa joue et il fit son possible pour ne pas se laisser aller, l’écoutant simplement.


Et encore une fois, la suite de la confession du tatoué se fit plus difficile que le reste. Il en venait donc à se demander si ce n’était pas son destin : de perdre chaque personne qui comptait pour lui. Et ça lui faisait peur, qu’il disait, au point qu’il veuille repousser le reste du monde. A quel point Gregoire se sentait-il seul, hein ? Tu t’es plains auprès de lui un nombre incalculable de fois que tu étais seul au monde alors qu’il est certainement la personne la plus seule qui puisse être. Relevant difficile le nez vers Grégoire, il avait vu une larme s’enfuir du coin de son œil pour venir mourir jusqu’aux bout de sa joue. Tu te rends compte à quel point il souffre pour t’expliquer tout ça ? Est-ce que tu le mérites vraiment ? Bien sûr que tu ne le mérites pas : avec tes caprices et tes reproches mal placées. Puis il croisa enfin les yeux de l’homme qu’il aimait et qu’il était en train de détruire par son égoïsme et son immaturité. Kent poursuivit alors et ses mots lui coupèrent souffle.



La vérité ? Restant immobile, le regard perdu, il mit un moment à vraiment intégrer ce que Gregoire venait de lui avouer. Et alors qu’il le voyait baisser la tête pour pleurer, laissant visiblement la pression s’échapper enfin, le premier réflexe de Diego fut curieusement de vouloir s’enfuir – parce que tu fuis dès que ça devient trop difficile hein ? Espèce de lâche. – mais il ne bougea pas d’un pouce. Ses yeux s’inondèrent également de larmes : celui qu’il aimait l’aimait aussi et il n’avait jamais cessé de le faire et l’idée de le perdre une nouvelle fois le terrifiait. Kent avait dit qu’un jour il se lasserait peut-être de lui ou que la vie les séparerait de nouveau et qu’il ne pourrait pas le supporter.



Le temps qu’il réalise ce qu’il venait de se jouer sous ses yeux et qu’il comprenne le sens de tous ses mots, il était simplement resté là à fixer le vide, les mains de son amant dans les siennes. Tant d’émotions le transperçaient à cet instant : la peur. La peur de le perdre lui ou de ne pas être à la hauteur de l’amour qu’il lui portait. La peur de finir effectivement par disparaître de sa vie et de le laisser seul. La peur de ce qu’il pourrait faire ou devenir si cela devait arriver. Il ressentait également de la colère. De la colère envers lui-même pour avoir été aussi lâche à l’époque de l’école de police. En colère aussi parce qu’il ne l’avait pas écouté quand il lui avait demandé de lui laisser du temps. En colère d’avoir était aussi insouciant et d’avoir touché à la drogue en manquant de faire perdre son emploi à celui qu’il aimait. En colère envers lui-même, de le mettre dans cet état. Cette relation, qu’ils entretenaient, avait-elle réellement sa place au sein de leur vie ? Oui. Bien sûr que oui. Puisque tu ne pourrais pas vivre sans lui. Et enfin, il ressentait paradoxalement un grand bonheur. Le bonheur d’être aimé en retour. Le bonheur que Gregoire s’ouvre ainsi à lui pour la toute première fois.


Au-delà de tous ces sentiments bien trop intenses en lui, il devait agir. Simplement fixer le plus grand pleurer était inacceptable et cela faisait bien trop longtemps qu’il encaissait seul. Minutieusement, il le força à lui lâcher les mains et vint le prendre contre lui, le serrant peut-être un peu trop fort. Il inspira profondément en passant une main derrière sa nuque pour tenter de contrôler les larmes qui inonder son visage : « Je suis tellement désolé Gregoire… » Murmura-t-il en le berçant doucement. Il déglutit, en fermant les yeux pour tenter de contenir toutes les émotions qui s’agitaient en lui : t’aurais bien besoin d’un petit joint là hein ? Non, tu n’en as pas besoin. Tu n’en auras plus jamais besoin. Parce que la seule chose dont tu aies besoin c’est lui. « Je suis désolé pour tout ce que je t’ai dit et pour tout ce que je t’ai fait. » continua-t-il : « Je suis désolé que tu aies dû endurer tout ça seul et…Je m’en veux tellement de ne pas avoir su écouter ce que tu essayais de me dire… » Il poussa un petit soupir alors qu’il renforça son étreinte contre lui : « Je suis désolé que tu aies perdu cet homme et… Et je suis… Je suis juste désolé pour tout… » Un sanglot sortit de sa gorge et il ne put s’empêcher de lui embrasser la joue : « Je suis conscient que je te fais du mal et j’ai peur de continuer à t’en faire parce que je ne suis qu’un sale gosse égoïste et immature qui ne se préoccupe pas assez des répercutions de ses actes… » Il déglutit : « Mais en dépit de tout ça, je n’arrive pas à accepter l’idée de te laisser t’éloigner de moi. » Il renifla : « Je t’aime à tel point que je serais prêt à tout pour toi. Tu pourrais me demander n’importe quoi, je le ferais sans hésiter parce que c’est toi et… Et ça me fait peur à moi aussi mais… Ce qui me fait encore plus peur c’est de te perdre. »


Il se tût un instant pour tenter de rependre consistance : échec. Il reprit cependant la parole : « Alors... Même si ça nous fait peur à tous les deux, tout ça, j'aimerais qu'on se laisse une vraie chance. Parce que ma vie n'aurait pas de sens si tu n'es pas avec moi. »


Et il enfuit sa tête dans son cou, lui caressant avec tendresse l'arrière de la tête. Attendant simplement que l'un comme l'autre puisse se calmer et que le plus âgé lui donne sa réponse ce qu'il venait de demander. Tu es conscient qu'elle pourrait t'achever, cette réponse ? Oui.


Pando


Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Gregoire B. Kent
Gregoire B. Kent






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18481-gregoire-b-kent-o-francisco-lachowski-05-09#1019281 https://www.disjointedsocieties.com/t18545-gregoire-kent https://www.disjointedsocieties.com/t18547-gregoire-kent
Surnom : Greg
Âge : 27
Origines : Brésilien et polonais
Occupation : Lieutenant à la brigade des stups
Lieu de résidence : Loft 15 au cœur de Manhattan
A New York depuis : Toujours
Situation Amoureuse : En couple avec Diego mais toujours marié à son boulot
Orientation sexuelle : Seuls les hommes attirent son regard
Trigger Warning : Mort / Addictions / Pornographie / RP hot cru

Listing RP - Liens

1m94 - Tatouages sur les clavicules et avant-bras gauche - Souvent des cernes sous les yeux - Rabat-joie en chef
If you got questions or you need advice, then talk to God
'Cause He's the only one that listens even when you think He isn't
Even good people are great at making bad decisions
(NF)
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 Cpq0
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 2
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 1277
Faceclaim : Francisco Lachowski
Crédits : Avat par babine
Inscription : 28/08/2020
Multicomptes : Leslie S., Alexis W. & Sören S.
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : 2-3 fois par semaine en fonction des moments
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Dim 24 Jan - 22:41

I really wish I hated you...
Diego & Greg

L'alcool jouait pour beaucoup dans sa décision de tout lui dire, tout sans le moindre filtre, sans prendre la peine de peser ses mots et omettre des vérités, simplement dire les choses telles qu'elles étaient. Il méritait cette franchise, Diego, il méritait que le plus âgé cesse de faire l'égoïste à vouloir se protéger, de prendre lui-même une décision de part les éléments qu'il aurait alors en sa possession, il avait le droit, lui plus que quiconque, de voir ce qu'il y avait réellement au fond de son être bien trop malmené par la vie. Aveux qui n'étaient pas exprimés avec facilité, au contraire. Le poids était lourd sur ses épaules, presque autant que dans son cœur, rendant sa respiration bien trop difficile, les mots hésitants, sa tête ne tournant que d'avantage tant sous les effets de l'alcool que des émotions trop vives qui lui retournaient le crâne. Parce-que ça te coûte de lui dire tout ça, d'exprimer à voix haute tout ce qui te ronge, comme s'il te suffisait de le dire pour le perdre lui aussi, pour actionner les engrenages qui mèneraient à cette fatalité. Parler de Sam, d'Elias, de Diego, jouer cartes sur table en exposant un discours un brin décousu par ses consommations et toutes les pensées pleines d'anxiété qui fusaient dans son crâne, le tout ajouté à trop peu de sommeil, un trop plein de médication aussi, cocktail qui le rendait bien plus vulnérable qu'il ne l'était d'habitude. Il se détestait, là, il se détestait de se montrer de la sorte devant son cadet, de laisser entrevoir l'image de ce type bien plus brisé et fragile que ce qu'il ne semblait l'être d'habitude.

Avouer à voix haute ce qu'il ressentait, lui dire combien il comptait, combien il était vital, soutenir son regard le temps de quelques secondes afin de lui laisser voir la sincérité de ses propos, chaque mot pesé malgré son état. Quelques secondes à peine avant qu'il ne baisse à nouveau la tête, incapable de soutenir plus longtemps cet échange visuel, des larmes de détresse trop longtemps contenues filant sur ses joues. T'es putain de pitoyable, Kent, tu le sais ? Oui, il le savait, du moins était-ce l'image qu'il avait de lui, là, alors qu'il craquait complètement pour la première fois devant quelqu'un. Toujours trop encaisser, trop porter sur ses épaules, toujours tout laisser de côté pour ne pas laisser voir tout ce qui le rongeait littéralement de l'intérieur, tous ces démons qui le terrifiaient. Il n'y arrivait plus, pas là, pas devant lui, et la honte s'immisçait en lui à l'instar du désespoir. Dieu qu'il aurait aimé assez fort pour pouvoir exprimer son amour sans flancher, pour ne pas se laisser terrasser par tout cela, par le vide béant laissé par les fantômes du passé, par un futur probablement tout aussi vide qui le paralysait plus que de raison. Sauf qu'à continuer à agir comme ça, à te laisser bouffer par tout ça, t'es juste entrain de passer à côté de ce que la vie peut t'offrir, de passer à côté de lui. Réalité qui lui valait un nouveau sanglot, le poussant à serrer inconsciemment les mains du plus jeune dans les siennes, comme pour s'y raccrocher d'avantage, pour puiser un semblant de force dans sa présence qui, peut-être, ne serait bientôt plus qu'un souvenir aussi flou que tout le reste.

Il s'étirait en longueur, le silence, signe sans doute de la lourdeur de ses aveux, de la nécessité d'y réfléchir avant de pouvoir apporter une quelconque réponse aux paroles formulées. Peut-être le bouclé cherchait-il un moyen de lui dire que c'était trop ? Qu'il ne pouvait pas porter un tel sentiment, ni maintenant ni jamais, peut-être même qu'il lui dirait que c'était déjà ce qui l'avait incité à s'éloigner à l'époque, en partie. T'es terrifié, pas vrai ? Terrifié à l'idée qu'il s'en aille, qu'il se sente étouffé par cet attachement tellement vif qu'il pourrait indéniablement tout détruire sur son passage. Mais peut-être qu'un rejet immédiat serait plus facile à encaisser qu'une perte dans quelques temps, tu penses pas ? Peut-être, ou pas, il n'en savait plus rien à dire vrai, bien trop perdu en l'instant pour penser de manière cohérente. Et Diego lâchait ses mains malgré sa brève résistance. Il va partir. T'as tout gagné, Kent. A peine le temps de relever vers lui un regard paniqué que ses bras se refermaient autour de lui, laissant le plus grand interdit quelques secondes. Il était désolé, qu'il disait. Pour quoi ? Qu'importait. Il n'avait pas à l'être, pas du tout. Lui rendant son étreinte, Gregoire fermait les yeux, inspirant profondément, ayant plus que jamais besoin de ce contact, de sa présence, de juste ne pas se sentir aussi seul qu'il ne l'avait été les jours précédents, ne pas être sans lui.

A nouveau sa voix s'élevait, exprimant cette fois bien plus clairement le fond de ses pensées. Il semblait s'en vouloir, beaucoup. De ce qu'il avait dit, fait, pas entendu. Fronçant les sourcils, Greg avait dégluti, soufflant un simple « c'est rien » en sentant ses lèvres se poser sur sa joue suite au sanglot de l'homme qu'il aimait. La suite en vint à lui serrer considérablement le cœur, bloquant son souffle un instant. Diego affirmait être conscient de lui faire du mal... était-ce une manière d'amorcer le fait qu'il allait le quitter ? Tout arrêter ? Comme une justification valable ? « Je... » T'es même plus capable de parler, de rien d'autre que de le serrer encore un peu contre toi en réalité, à profiter bêtement de ce contact comme s'il s'agissait de la dernière fois. Il n'eut de toute façon pas le temps de rajouter quoi que ce soit d'autre, Diego reprenant, et il l'écoutait, le lieutenant, le plus attentivement du monde malgré les informations qui se mélangeaient dans son esprit. Il n'arrivait pas à le laisser s'éloigner, malgré sa demande de lui laisser du temps, malgré le fait qu'il disait être prêt à tout pour lui. Paroles qui faisaient tant écho à ce qu'il pensait lui-même, à cet amour inconditionnel qu'il éprouvait à son égard depuis des années déjà, malgré la distance et les accrocs.

Sans voix, le grand se contentait de serrer un peu plus fort Diego contre lui, ne pouvant retenir un sanglot. Ridicule, mais maintenant que les vannes étaient ouvertes, les barrières tombées, il lui était bien plus difficile de ravaler toutes les douleurs gardées bien trop longtemps. Toutes ces pertes, cette peur dévorante, tous ces sentiments qui faisaient battre son cœur autant qu'ils avaient le pouvoir de le réduire à la poussière. Peut-être que c'est bien ça le plus difficile à encaisser, te dire qu'il a toutes les cartes en main pour te foutre complètement en l'air, tout en sachant qu'il est aussi le seul à pouvoir recoller les morceaux. Sentant son cadet enfouir le visage dans son cou, ses doigts filant dans ses cheveux, Greg inspirait, réfléchissant à ses derniers mots bien que la réponse était toute évidente à ses yeux. Tant pis pour la peur, pour les risques, Diego ne valait-il pas tous les risques du monde ? Un peu de temps avec lui n'était-il pas suffisamment précieux pour qu'il profite de chaque seconde plutôt que de tuer dans l’œuf la chance d'évoluer à ses côtés, même un peu ? Bien sûr que si. « C'est d'accord... je... ça n'a pas de sens non plus sans toi » qu'il commençait, la gorge encore trop nouée, caressant à son tour doucement la nuque du concerné.

« Mais... ne culpabilise pas, d'accord ? Ne t'en veux pas pour ce que tu as pu dire, ou pour ne pas avoir écouté, ce n'est pas ta faute, du tout. C'est moi je... j'aurais dû en parler plus tôt. Je suis désolé. » Fermant fort les yeux, il se prenait quelques instants pour simplement s'imprégner de ces mots qu'ils avaient échangé, se préparant au nouveau tournant que prendre leur relation, pour la seconde fois déjà. Reste qu'à espérer que ça se terminera pas de la même manière que la première fois... Déglutissant, il se détachait doucement de lui, juste assez pour planter son regard dans le sien, déposant ses mains de par et d'autre du visage du plus jeune. « Je t'aime, Diego. » Le redire, une fois encore, autant de fois qu'il le faudrait, parce-que ça n'avait pas de prix, de le regarder dans les yeux en lui disant cela, sans filtre ni fioriture, juste lui dire en lui laissant voir au fond de ses prunelles qu'il en pensait chaque mot du plus profond de son être.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra




xxx

ANAPHORE



Diego Parra
Diego Parra






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Bichito.
Âge : 24
Origines : Canadienne ( par sa mère), Espagnole ( par son père). Diego a la nationnalité Américaine, Canadienne et Espagnole. Il a également des origines Portugaises par son père.
Occupation : Cascadeur.
Lieu de résidence : Manathan, en ménage avec Gregoire Kent.
A New York depuis : Sa naissance, c'est un New Yorkais pure souche!
Situation Amoureuse : Ses yeux balayent les corps, les visages mais ne se posent que sur son âme soeur.
Orientation sexuelle : Gay
Trigger Warning : homosexualité / violence morale / violence physique / violence sexuelle / détresse psychologique.

n.c


Higher, Faster, Stronger.
nc
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Mask
Pronom : elle.
Messages : 2719
Faceclaim : Shawn Mendes
Crédits : Mask
Inscription : 30/06/2020
Multicomptes : Clark Lewis, Betty B. Williams
Nombre de mots par RP : tout dépend ~
Fréquence de RP : hebdo
Je suis plutôt : dark.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 DbtPdFil_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 15 Fév - 21:15
Greg & Diego
I really wish I hated you


Le cœur battant la chamade, la poitrine prisonnière sous un poids bien trop lourd, Diego avait tenté de lui demander pardon. Pardon, pour être un idiot pareil, pour n’en faire toujours qu’à sa tête. Pardon pour lui avoir imposée cette relation alors que le plus âgé ne cessait de lui demander du temps. Et comme d’habitude, Diego n’avait pensé qu’à lui. Il n’avait pensé qu’à ce qu’il ressentait lui et n’avait imaginé les douleurs que portait son compagnon. Douleurs Ô combien terribles et irrémédiables pour la plupart : Comment tu feras pour remplacer cet homme qu’il a perdu, hein ? . Greg avait fini par lui répondre que ce n’était rien et Diego lui avait embrassé la joue alors que le plus âgé sanglotait. Le cœur serré et les morts lourds de sens, le plus jeune avait avoué qu’il savait qu’il lui faisait du mal, qu’il n’était pas la personne la plus saine pour rester à ses côtés et que, pourtant, tel l’égoïste qu’il était, il ne pouvait pas envisager une vie sans l’avoir à ses côtés. Encore une fois, Diego, tu ne penses qu’à toi . Le serrant de toutes ses forces contre lui, comme pour l’empêcher de s’en aller. Le plus grand lui rendit son étreinte et le nouveau sanglot qu’il poussa lui retourna le cœur.

Et voilà… Tu vois le mal que tu lui fais ? Encore ? Oui, il le voyait. Et pourtant, bien que la chose la plus raisonnable à faire aurait été de prendre ses distances et de le quitter, pour lui laisser le temps qu’il demandait, pour arrêter de le faire souffrir, Diego était catégoriquement contre cette idée. A cet instant, Gregoire était aussi essentiel que l’oxygène et s’il le laissant s’en aller, il finirait par étouffer. Désemparé à la fois par ses propres pensées et par les pleurs de son ainé qui cessait de pleurer, Diego enfouis sa tête dans son cou, attendant sa réponse à sa proposition : il voulait qu’ils essayent, qu’ils le laissent une vraie chance de s’aimer l’un l’autre sans sabotage ou culpabilité. Juste eux deux, seuls face au reste du monde.

Caressant doucement ses cheveux, Diego était de plus en plus anxieux à mesure que le silence faisait face à sa proposition. Greg cherchait-il un moyen de refuser ? Allait-il lui dire qu’il ne voulait plus s’embarquer là-dedans ? Probablement. Et cette expectative le poussa à le serrer un peu plus fort contre lui : c’était peut-être la dernière fois qu’il le prenait dans ses bras. « C’est d’accord » venait de répondre Grégoire. Diego ouvrit de grands yeux et sentit de nouvelles larmes noyer ses yeux. Du soulagement, de la reconnaissance et de l’amour, tant d’amour. Était-ce humainement possible d’aimer quelqu’un ainsi ? L’autre reprenait, lui demandant de ne pas culpabiliser pour ce qu’il avait pu dire, que rien n’était sa faute. Qu’au contraire, qu’il était lui-même responsable d’avoir gardé le silence. Diego déglutit et renifla, secouant la tête : « Ne sois pas désolé… Peut-être m’aurais-tu parlé si j’avais été moins con… » murmura-t-il en continuant de l’enlacer. Sentant l’autre se dégager de lui, Diego le regarda sans comprendre. Greg faisait peine à voir, le visage boursoufflé, les yeux rouges et cet air épuisé sur le visage témoignait de toute la difficulté qu’il avait à affronter le quotidien ces temps-ci. ça fait quoi de savoir que t’es responsable, hein ? Diego chassa cette idée, se montrant attentif à ce qu’essayait de lui dire son amant. Ce dernier vint prendre son visage entre ses mains et ses mots coupèrent le souffle du plus jeune. Encore. Une décharge le traversa et ses yeux s’emplirent à nouveau de larmes. Venant soudainement prendre le visage de celui qu’il aimait entre ses propres mains, Diego combla le peu de distance qui les séparait pour venir prendre ses lèvres. Jamais un baiser ne lui procura autant de sensations jusqu’alors. Un somptueux mélange d’amour, de douleur et de faim. Une faim insatiable de lui. Comme si chaque nouveau baiser ne seraient jamais suffisants. Ce baiser était désespéré. Et Diego l’était aussi : désespérément et irrémédiablement amoureux de cet homme. Cet homme qui était pourtant son exacte opposé. La vie n’était-elle pas taquine ?

Finissant par se reculera pour venir coller son front contre celui de Gregoire, à bout de souffle : « Je crois que mon cœur va exploser… » murmura-t-il avant de venir embrasse sa joue puis de recaler sa tête dans son cou, inspirant profondément, se sentant soudainement épuisé : « J’ai l’impression que j’arriverai jamais à te lâcher… » Et c’était vrai, il se pouvait s’empêcher de toucher cette peau alors qu’une de ses mains quittaient sa joue pour venir caresser son dos. Tu es conscient que cet amour que tu éprouves pour lui, il l’a aussi éprouvé pour un autre ? Et que cet autre il n’a pas choisi de le laisser s’en aller ? L’a-t-il seulement laissé partir ? N’est-il pas toujours présent, là, quelque part au fond de lui ? T’es égoïste, t’es tellement égoïste que tu ne supportes pas l’idée de le partager, même avec quelqu’un qui est mort. Mais la vie était ainsi et Diego devrait accepter ce fait. Il devait prendre Greg comme il l’était et partager son cœur avec un autre contre qui il ne ferait probablement jamais le poids. Qui ferait le poids face à un mort de toute façon… ?



Pando


Soy el desesperado, la palabra sin ecos, el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
by wiise
Gregoire B. Kent
Gregoire B. Kent






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18481-gregoire-b-kent-o-francisco-lachowski-05-09#1019281 https://www.disjointedsocieties.com/t18545-gregoire-kent https://www.disjointedsocieties.com/t18547-gregoire-kent
Surnom : Greg
Âge : 27
Origines : Brésilien et polonais
Occupation : Lieutenant à la brigade des stups
Lieu de résidence : Loft 15 au cœur de Manhattan
A New York depuis : Toujours
Situation Amoureuse : En couple avec Diego mais toujours marié à son boulot
Orientation sexuelle : Seuls les hommes attirent son regard
Trigger Warning : Mort / Addictions / Pornographie / RP hot cru

Listing RP - Liens

1m94 - Tatouages sur les clavicules et avant-bras gauche - Souvent des cernes sous les yeux - Rabat-joie en chef
If you got questions or you need advice, then talk to God
'Cause He's the only one that listens even when you think He isn't
Even good people are great at making bad decisions
(NF)
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 Cpq0
  • Aucune association
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 2
Pseudo : Jesse
Pronom : Il
Messages : 1277
Faceclaim : Francisco Lachowski
Crédits : Avat par babine
Inscription : 28/08/2020
Multicomptes : Leslie S., Alexis W. & Sören S.
Nombre de mots par RP : ~800
Fréquence de RP : 2-3 fois par semaine en fonction des moments
Je suis plutôt : dark et chill.
Instant Crush
I really wish I hated you... (ft. Diego) - Page 2 7SUAyPN9_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Modérateur ✧
(#) Dim 28 Fév - 23:52

I really wish I hated you...
Diego & Greg

Peut-être Gregoire aurait-il dû lui dire, qu'il n'était pas encore prêt, qu'il avait encore besoin de temps, du temps pour accepter de reprendre le risque de perdre quelqu'un de plus, du temps pour accepter l'idée que, malgré ses efforts, il ne pouvait s'empêcher de l'aimer, lui, de tout son être, chacune de ses cellules éperdument éprises de lui, aussi vital que l'oxygène ou le soleil. Il en avait atrocement besoin, de ce temps, mais il avait encore plus besoin de la présence de son cadet, de cette proximité, de lui plus que quoi que ce soit d'autre. Son état d'ébriété plutôt avancé n'aidant d'ailleurs pas à garder un semblant de contrôle sur ses émotions, ces dernières ne s'en retrouvant qu'exacerbées, lui rendant impossible de contenir ces larmes, image même de ces lames qui lui lacéraient le cœur, de tous ces poids qu'il ne parvenait présentement plus à porter sur ses épaules. Ça t'a coûté de lui raconter tout ça, d'exposer ce qu'il se joue en toi, de mettre tes faiblesses à jour, toi qui a toujours été du genre à trop encaisser, à tout intérioriser, mais la peur de le perdre a été bien plus forte que ta volonté de te fermer encore. À quel prix, Kent ? Assume et deal avec sa demande, maintenant. Laisser les barrières au sol, ne pas se borner à vouloir les redresser encore et encore, accepter l'inacceptable, pour lui, pour eux.

Ainsi donc, le tatoué était allé à l'encontre de tous les principes qu'il s'était fixé acceptant la demande du plus jeune, sans la moindre condition, accord qui ôtait un poids de ses épaules tout en en rajoutant un autre, celui qu'il craignait, cette peur viscérale de le perdre lui aussi. Mais au moins pourrait-il l'avoir à ses côtés, là, et tous les autres jours que le Grand là-haut leur accorderait. T'es sûr que tu veux parier sur Lui et sa bonne volonté ? Après tout ce qu'il t'as déjà pris ? Non, il n'était sûr de rien, mais il aimait suffisamment Diego pour accepter enfin de se jeter tête la première dans l'inconnu avec tout ce que cette décision impliquait. Des excuses furent alors formulées, celles de ne pas avoir parlé plus tôt, de n'avoir pas eu ce courage, excuses rapidement balayées par le bouclé qui restait fermement accroché à lui, ses paroles poussant Greg à soupirer. Il détestait l'entendre se mépriser de la sorte, percevoir le jugement dur qu'il s'infligeait à lui-même, alors, tant pour apaiser ses maux que parce-qu'il était grand temps de lui dire enfin, il avait pris son visage entre ses mains, lui soufflant ces mots que ses yeux avaient pourtant hurlé à tant de reprises, que ses gestes avaient laissé transparaître sans l'ombre d'un doute. Je t'aime, aveu prononcé à haute voix qui semblait provoquer une vague d'émotion considérable dans le regard de son vis-à-vis, ce dernier venant lui accorder un baiser qui suffit à balayer tout le reste. Véritable bouffée d'oxygène après une apnée qui lui avait semblé durer une éternité, peut-être avait-elle même débuté à l'instant où il lui avait tourné le dos, des années auparavant. Et là il le retrouvait, ce souffle de vie si précieux, maintenant qu'enfin le voile était levé sur ses sentiments, qu'il pouvait le laisser comprendre tout ce qu'il représentait à ses yeux.

Son front désormais contre le sien, l'esquisse d'un sourire était venu fleurir sur ses lèvres, accompagné d'un « le mien aussi » murmuré. C'est surtout ta tête qui va exploser, avec ce trop plein d'alcool et toutes ces réflexions que la situation t'as poussé à faire, mais ça casserait l'ambiance de balancer ça, sans doute. La tête du plus petit recalée dans son cou, le lieutenant avait à nouveau passé ses bras autour de lui, caressant doucement sa nuque du bout des doigts, ses paupières closes. Aux paroles qui venaient briser le silence, il avait à nouveau souri. « Rien ne t'oblige à me lâcher. » Et c'était une vérité, du moins pour l'instant. À dire vrai, lui non plus n'avait aucune envie de le voir s'éloigner, là. Forcé à rouvrir les yeux dû à sa tête qui tournait trop à cause de l'alcool, il soupirait doucement, déposant un baiser sur la tête de celui qu'il aimait. « Je ne veux plus qu'on soit en froid... pas comme ça. Je sais que je suis en partie responsable, et j'en suis désolé, mais tu comptes plus que qui que ce soit d'autre, Diego, et rien ne pourra changer cela, jamais » qu'il disait, principalement pour apaiser ses propres tourments, redéposant sa joue contre la tête du concerné. Une part de lui était réellement apaisée, sereine, à sa place, emplie d'une plénitude certaine, l'autre part était bien plus soucieuse mais il s'appliquait à la faire taire pour l'instant, n'ayant de toute façon pas l'énergie de s'y attarder d'avantage. Une seule chose avait de l'importance à ses yeux, là : lui.
CODE BY ÐVÆLING // @Diego Parra




xxx

ANAPHORE



Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum