AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
mon bloc note
the end
La grande pomme ne dort jamais. Alors que tous pensaient que le calme reviendrait sur la ville et que les gens se préparent au festival à venir, c'est une série vols qui font progressivement la une des journaux locaux. Nul n'a encore réussi a appréhender les auteurs de ces délits ou définir leurs cibles de prédilection. Faites bien attention à vous.
(c) Disjointed Societies 2021


Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

underrated youth - ft. Ace. - Page 2 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Cf65389082be1633e8c03014e28c458d underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 LHCIncHs_o
  • United Heart
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7499
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 23 Oct 2020 - 5:43
underrated youth
@Ace Park & LEVI
La tête qui tournait, vite, trop sûrement, pas aussi vite que tournait constamment le monde autour de lui, avec ou sans alcool dans le sang. Tout semblait toujours aller à vive allure lorsque lui ne pouvait pas suivre, sauf ce soir. Non, pas là, pas ici, maintenant, aux côtés de cette âme, miroir étonnant de la sienne. Non, il lui était facile d’être qui il était, facile de dire tout haut ce qui, habituellement, gardait pour lui, facile de parler, de vivre et d’exister, d’exister vraiment. C’était difficile, souvent, de subir le regard des autres, de sonder cette lueur d’incompréhension dans les iris, la déception, régulièrement, aussi. Pourquoi tu fais ça, pourquoi, pour qui, comment. Des questions, toujours trop de questions. Je suis malade, qu’il voudrait dire, crier, hurler, à tout le monde, au monde entier. Malade pour de vrai, pour de bon. Maladie aux pulsions incontrôlables, aux penchants chaotiques, il ne contrôlait pas, il ne contrôlait plus alors là, face à ce garçon qui partageait une poésie identique à la sienne, il se sentait un peu plus humain, un peu moins monstre, compris, surtout.

《 -Ta façon d’être, de te tenir, de d’exprimer, chacun de tes faits et gestes soulèvent un mystère, même ton regard reste une énigme, il est compliqué de te sonder, c’est ce que j’trouve intriguant. 》confiait-il en sortant de ses songes passagers 《 -C’est une grande qualité. 》

Peut-être était-ce son goût pour le danger, pour l’inconnu qui le poussait à dire de telles choses, mais elles étaient sincères et son honnêteté se lisait dans les traits qui dessinaient son visage. Levi n’avait pas la langue dans sa poche, il ne ratait jamais l’occasion de dire ce qu’il pensait, ce qui dansait sur la langue finissait inévitablement au bord des lèvres, quoi qu’il lui en coûte, il préférait nettement dire la vérité que de bercer quelqu’un par l’illusion d’un mensonge. Et là, présentement, il n’avait pas la moindre raison de lui mentir. Alors, après cet aveu, la conversation se nouait davantage et l’artiste lui faisait part de la non égalité de la situation. Il faisait une réclamation peu ordinaire, digne de la folie qui l’habitait, à la hauteur de ses vices ; il voulait qu’il lui fasse mal, qu’il le fasse saigner, le voir à l’œuvre et se délecter d’un spectacle dans lequel il jouerait un rôle. C’était tout ce qu’il demandait, il demandait simplement à ressentir, ressentir comme il n’en avait pas l’habitude et si c’était des mains d’une âme qui partageait les mêmes tempêtes, alors il le prenait comme un privilège.

《 -J’peux comprendre. 》affirmait-il lorsque son interlocuteur lui faisait part de sa préférence quant à agir à l’abris des regards 《 -J’te suis. 》

Sans même se soucier une seconde de ce qui pourrait potentiellement lui arriver, du quelconque danger qu’il représentait et dans lequel il se jetait la tête la première, Levi décidait de le suivre aveuglément. Il s’était levé et traversait la foule à sa suite, comme s’ils se connaissaient depuis des années, comme s’il avait une entière confiance en lui, assez pour l’autoriser, pour lui demander de lui faire mal. La plus part de son entourage le savait dérangé, différent, instable, mais ils étaient tous, tous sans exception, loin de se douter qu'il était pire, pire que ce qu’ils pouvaient imaginer, pire qu’un cauchemar. Non pas pour autrui, mais bel et bien pour lui même. Dieu sait combien de cicatrices dentaires arboraient son corps et témoignaient du désordre psychique qui l'accablait ; de ses épaules à ses bras, elles restaient dissimulées dans l'ombre d'un pull, d'une veste. Celles qui décoraient ses mains étaient le seul souvenir visible qu'il ne pouvait cacher à l’œil du monde. Elles étaient là, là pour souligner combien il lui était vital d'avoir mal.

Ce soir, il avait trouvé le moyen de se blesser à nouveau, non par simple fait de souffrir mais parce qu’il avait besoin d’avoir mal pour se sentir vivant et nulle ne pourrait l’arrêter, l’euphorie l’avait emportée sur la raison. C’en était fini, il n’existait plus la moindre once de lucidité, de bon sens, de conscience. Il n’était plus que chaos et dommage collatéral. Alors, lorsque son acolyte levait le ton pour faire fuir deux adolescents, son sourire venait reprendre sa place initiale. Levi entrait dans la pièce à son tour et fermait la porte par le biais d’un coup de pied, l’écho effroyable emboitait la question que venait de poser son vis à vis et il engendrait quelques pas, dans l’optique de rompre quelque peu la distance.

《 -J’suis pas du genre à revenir sur ce que j’dis. 》qu’il rétorquait, franchissant un pas supplémentaire, les yeux vagabonds sur cette silhouette visiblement confiante quant à ce qu’elle s’apprêtait à faire 《 -J’attends que ça. 》attestait-il finalement, un sourire amusé au bord des lèvres 《 -Ne me fais pas attendre, fais moi mal et fais le bien. 》

Le feu vert avait été donné, il ne pouvait aucunement faire marche arrière, et quand bien même, il ne le voulait pas.





Ace Kang
Ace Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Petit Loup par l'homme que tu aimes, King lorsque tu remplis des contrats pour Canvas, mon bébé par ta mère.
Âge : 28
Origines : Coréennes et Australiennes
Occupation : Tu travailles dans le service de communication de Palette depuis le 09/11/2020 mais tu es aussi escort pour eux depuis 2012/2013. En parallèle, et dans la plus grande discrétion possible, tu es un tueur à gage pour le compte de Canvas.
Lieu de résidence : Tu possèdes un appartement dans Brooklyn que tu partages avec la princesse de ton cœur mais vous habitez depuis peu chez Minki Hwang.
A New York depuis : Depuis tes dix ans, une arrivée dont tu te serais bien passé si tu avais su tout ce que tu vivrais ici.
Situation Amoureuse : En couple avec Minki Hwang depuis peu, tu es aussi dans une relation plus que passionnelle avec Kit Hi Pyo.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Trigger Warning : suicide / mort / viol / pédophilie / violence excessive / racisme / homophobie / relation toxique / addictions / RP hot cru

Links :
Minki
Leith
Kitty
Levi
Please, don't leave me
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 437a291d9ec5d80603ce81f58e9831ecec4e53ac
  • United Earth
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 7
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 12004
Faceclaim : Bang Christopher Chan
Crédits : Nuit d'hivers ((avatar)) ; 2503s ((icons))
Inscription : 14/07/2020
Multicomptes : Emrys Dabrowski (Harry Styles), Ruby Moore (Perrie Edwards) & Isaac T. Rosewood (Jackson Wang)
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dès que je peux
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 CS1Q9YYl_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Dim 25 Oct 2020 - 17:41
underrated youth
Il y a cette curiosité dans ta voix. Cette insécurité aussi, cette preuve presque unique de ton mal-être intérieur. Tu ne manques pas de confiance en toi habituellement, c’est même le contraire. Tu as souvent cette arrogance qui peint tes traits de cet air si hautain et provocateur, mais, ce soir, tu n’es pas le Ace habituel. Tu es celui qui se laisse tenter par ce poison qu’est l’alcool, qui accepte cette cigarette que l’on te tend sans même se demander s’il ne fait pas une erreur. Sûrement parce que tu es une erreur à part entière. Enfant trop sage, adolescent brisé, étudiant amoureux et dévasté qui est devenu ensuite un adulte meurtrier et sadique. Tu n’as jamais su faire les bons choix, après tout. Cela se ressent dans toute ta vie privée, que ce soit de tes amis qui te tirent plus vers le bas que ce que la société voudrait, à tes relations “amoureuses” qui te détruisent ou que tu traites comme si tu t’en moquais. Mais tu ne devrais pas être comme ça et tu le sais mieux que quiconque. Pourtant, tu ne peux t’empêcher de te dire que tu ne te verrais pas vivre autrement que maintenant. Souriant aux informations que te transmets Levi, tu es plus que flatté par ses propos avant de hausser simplement les épaules. “Sûrement parce que je ne laisse pas n’importe qui sonder mon esprit. Peut-être que tu en auras le privilège un jour…” Une façon de dire que tu ne serais pas contre l’idée de le revoir, de passer du temps avec cet homme qui te ressembles tant que tu devrais en avoir peur. Mais tu trouves ça excitant, dans le fond, de voir que tu n’es pas unique.

Comme tu es excité par sa demande. Ton envie de partager une de tes passions avec lui se manifestant brutalement dans tout ton être alors que tu hésites pourtant quelques secondes. Tu n’es pas en état, Ace. Tu ne sais même pas comment tu fais pour tenir encore debout alors que ton sang a sûrement été remplacé par tout l’alcool que tu t’enfiles depuis des semaines. Mais tu as envie de répondre favorablement à sa supplique, de satisfaire son envie et de combler ce vide que tu ressens. Alors tu imposes des conditions, accepte l’idée seulement si vous n’êtes que tous les deux lors de ce moment presque intime. Tes lèvres s’étirent dans ce sourire presque trop heureux pour ce pacte que vous venez de passer. “Bien.” Et tu traverses cette foule sans prêter attention aux jeunes qui t’entoures. Si tu étais quelqu’un d’autre, quelqu’un de bien, tu leur dirait sûrement d’arrêter de toucher à ces conneries que sont les drogues mais tu n’arriverais même pas à convaincre ton propre frère. Alors tu te permets seulement de faire dégager ceux qui étaient prêts à se défoncer dans cette pièce où tu t’apprêtes à exposer une partie de ton être à ce presque inconnu. Débarrassé de cette veste qui t’encombrait, tes manches roulées le long de tes bras qui font apparaître tes veines prêtes à exploser, tu t’assures que ton compagnon est toujours en accord avec l’idée.

Le regard ancré sur son visage, tu l’analyse quelques secondes avant de pencher doucement la tête sur le côté. T’es comme un prédateur face à sa proie, cherchant simplement le meilleur moyen de le blesser rapidement et fortement. “Tu me plais bien… C’est dommage que je sois obligé de t'abîmer.” Parce qu’il n’en ressortira pas indemne et tu le sais très bien. Car tes poings sont de véritables armes, l’une de tes victimes en a d’ailleurs payé le prix cher. L’un de tes poings se referme, se prépare à frapper, alors que tu réduis la distance entre vos deux corps en avançant de quelques pas. Et tu frappes un premier coup dans son ventre, ta main libre venant se poser sur son épaule pour le maintenir contre toi et l’empêcher d’avoir un mouvement de recul. Réflexe automatique de chaque corps qui se fait frapper. Tu n’as pas fait attention à la force que tu mettais dans ce coup et tu t’en fiches, venant murmurer à son oreille. “J’espère seulement que tu ne m’en voudras pas de ne pas être délicat.” Car tu te redresses aussitôt et, dans un sourire presque pervers, vient lui donner un coup de poing dans le visage. Tu ne t’es jamais vraiment battu avec quelqu’un qui te le demandais en dehors des combats organisé par ton corps mais ce plaisir que tu ressens vient se mêler à l’excitation provoquée par cette demande inattendue. Tu attends quelques secondes, lui laissant un léger temps de répit au cas où il voudrait mettre un terme à tout ça avant de venir attraper délicatement sa gorge. Tes doigts se resserrent autour d’elle alors que tu plonges ton regard dans le sien. Tes démons sont libérés de leurs chaînes à présent. “Tu n’as aucun regrets ?”






Neuktae
Ace Park ☽ The start of a new life in a world where the slightest mistake can be fatal. A happy life with the loves of his life.
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

underrated youth - ft. Ace. - Page 2 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Cf65389082be1633e8c03014e28c458d underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 LHCIncHs_o
  • United Heart
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7499
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 25 Oct 2020 - 19:33
underrated youth
@Ace Park & LEVI
Cette soirée avait débutée du mauvais pied, elle avait promit de le secouer d’un ennui tel qu’il serait resté assit au bar jusqu’au levé du soleil, à quémander un brin d’action, à patienter pour un sursaut de vie, un frisson, un courant d’adrénaline, sans jamais, ô grand jamais, obtenir ce pourquoi il était venu. Cependant, les plans du ciel avaient été détournés par une seule âme, ils avaient été déjoués d’un seul geste, d’une seule voix. Les événements s’étaient enchaînés, était-ce le hasard, ou ce qu’on appelait communément le destin, il ne saurait le dire. Tout ce dont il avait conscience ne semblait pas réel, des aveux aux mots échangés comme des secrets qu’ils seraient les seuls à partager, le cours de la nuit avait emprunté un chemin inattendu, imprévisible, qui lui, faisait le serment d’être à la hauteur de ce pourquoi il était venu, ce pourquoi il était resté, là, dans l’ombre d’une ambiance qui ne lui ressemblait pas et garantissait de lui offrir un million de raison de repousser à plus tard l’heure où il s’en irait. Les dires de son semblable allaient jusqu’à lui soumettre que leurs deux âmes, aussi chaotiques soient-elles, pourraient de nouveau se croiser, qu’importe le temps, le lieu, peut-être étaient-elles finalement destinées à semer tempêtes et ravages autour d’elles, ensembles.

Rapidement, le ton de la soirée changeait pour s’orner d’une température qui plaisait davantage à l’artiste. Chaque seconde qui se dérobait au temps devenait intéressante et soulevait combien ils étaient les mêmes, combien leur différence pouvait s’avérer un atout, une force, irrémédiablement destructrice, mais une force qu’ils ne pouvaient se résoudre à nier. Alors, sur ses talons, il l’avait suivi à travers la foule, à travers ce hâvre fêtard où rien de ce qui l’entourait n’avait plus la moindre importance. Tout ce pourquoi il était venu se trouvait là, sous ses yeux, dans cette pièce où seules leurs âmes cabossées, abîmées, écorchées vives, se faisaient face et s’apprêtaient à s’allier l’une à l’autre d’une violence telle qu’elle laisserait une empreinte indélébile. Une question claquait dans l’air, s’assurant un total consentement, mais il était trop tard pour refuser, trop tard pour songer faire demi tour sans avoir goûter au fruit des démons eux-mêmes, trop tard pour laisser cette opportunité lui échapper, pour sentir l’enfer lui filer entre les doigts sans avoir pu s’en délecter, alors l’enfant terrible acquiesçait et donnait sa permission, lui délivrant carte blanche, le droit de le blesser jusqu’à ce qu’il en soit épuisé, jusqu’à ce que le feu brûlant qui fusait dans son regard ne s’éteigne sous le poids du chaos.

《 -J’te plairais probablement plus encore après, le sang rend les choses plus intéressantes, ne doute pas de son pouvoir. 》rétorquait-il, d’un ton particulièrement confiant quant à ce qu’il avançait.

Et sur ses mots, la distance était réduite à néant, une main sur l’épaule, son poing d’acier venait abattre ses foudres dans l’abdomen de l’artiste. La force avec laquelle il frappait n’avait rien d’anodine, elle soulignait toute la rage qu’enfermait son vis à vis et en disait plus sur lui que tout ce qu’il avait pu lui confier jusque là. La douleur se répandait sous son épiderme endolori, bloquant un geignement étouffé dans les tréfonds de sa gorge alors que la voix de son interlocuteur sifflait à son oreille, elle soufflait des syllabes distinctes, des dires qui sonnaient comme des mots doux. Quand bien même l’envie de lui répondre lui chatouillait l’estomac, il était soumis au silence lorsque son poing dévastateur ricochait sur sa mâchoire, le submergeant d’une multitude de sensations divines. Le goût délicat et addictif sur sang se répandait sur ses papilles, il le sentait imbiber sa bouche douloureuse, remplir ses veines d’une excitation palpable et, malgré ce son plaintif lui ayant échappé, un rire cristallin émanait de ses lèvres sur laquelle sa langue glissait et la colorait d’un rouge écarlate. Il ne voulait et ne pouvait pas en perdre la moindre goutte.

Enfin. Enfin, il sentait ce coeur de givre battre à plein régime, enfin, il le sentait occuper sa poitrine. Cet organe qui lui servait uniquement de muscle avait trouvé un moyen de pulser autre que pour sa simple survie, il prônait en roi, en maître et lui permettait enfin de ressentir pleinement, de ressentir vraiment, d’être vivant, humain, juste un peu, juste un moment. C’est alors qu’il éprouvait ce besoin irrépressible de plus, d’encore, de pas assez, que les doigts prédateurs de son semblable se hissaient jusque son cou pour l’étreindre d’une emprise qui le ravageait d’un frisson de vie, un frisson qui parcourait son échine et réclamait davantage. Levi ne cherchait pas à se défendre, tel était le but, il voulait seulement endurer, encaisser, subir et apprécier ce qu’on lui donnait, non, ce soir il n’était pas question de lutter. Leurs iris partaient à la rencontre les uns des autres et se croisaient au beau milieu de ce jeu dangereux, les mots tombaient et lui arrachaient un sourire franc, il n’en existait nullement de plus sincères que celui qu’il lui adressait présentement.

《 -Pas le moindre. 》qu’il affirmait, les pupilles dilatées par l’adrénaline 《 -C’est tout c’que t’as à me donner ? 》renchérissait-il, le ton provocateur 《 -J’en veux encore. 》réclamait l’artiste, n’ayant jamais été aussi sûr de lui 《 -Je t’ai demandé d'me faire saigner Ace, fais moi mal, j’en veux plus, ça m'effraie pas et t'en as autant envie que moi, j'le vois, j'le sens, alors cogne, abîme moi encore. 》






Ace Kang
Ace Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Petit Loup par l'homme que tu aimes, King lorsque tu remplis des contrats pour Canvas, mon bébé par ta mère.
Âge : 28
Origines : Coréennes et Australiennes
Occupation : Tu travailles dans le service de communication de Palette depuis le 09/11/2020 mais tu es aussi escort pour eux depuis 2012/2013. En parallèle, et dans la plus grande discrétion possible, tu es un tueur à gage pour le compte de Canvas.
Lieu de résidence : Tu possèdes un appartement dans Brooklyn que tu partages avec la princesse de ton cœur mais vous habitez depuis peu chez Minki Hwang.
A New York depuis : Depuis tes dix ans, une arrivée dont tu te serais bien passé si tu avais su tout ce que tu vivrais ici.
Situation Amoureuse : En couple avec Minki Hwang depuis peu, tu es aussi dans une relation plus que passionnelle avec Kit Hi Pyo.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Trigger Warning : suicide / mort / viol / pédophilie / violence excessive / racisme / homophobie / relation toxique / addictions / RP hot cru

Links :
Minki
Leith
Kitty
Levi
Please, don't leave me
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 437a291d9ec5d80603ce81f58e9831ecec4e53ac
  • United Earth
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 7
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 12004
Faceclaim : Bang Christopher Chan
Crédits : Nuit d'hivers ((avatar)) ; 2503s ((icons))
Inscription : 14/07/2020
Multicomptes : Emrys Dabrowski (Harry Styles), Ruby Moore (Perrie Edwards) & Isaac T. Rosewood (Jackson Wang)
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dès que je peux
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 CS1Q9YYl_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Lun 26 Oct 2020 - 19:18
underrated youth
La violence. Ce mot qui sonne comme le plus beau des refrains à tes oreilles. Tu n’as jamais eu d’aversion pour tous les actes qui se montraient être violents, dangereux, et tu préfères même cela à la douceur. Sûrement est-ce la raison pour laquelle tu n’arrives plus à trouver de relations amoureuses saines. Ou de relation saines tout court. Tu fréquentes des hommes violents, ton corps marqué par les coups qu’ils y déposent, et tu as même eu une relation mêlant le charnel à l’amitié avec une meurtrière. Tu vis constamment dans une atmosphère où la violence et le sang ne sont que des éléments présent tout le temps. Et ce n’est pas cette soirée qui va t’empêcher de prendre cette dose d’adrénaline qui te plait tant. Que ce soit par ce coup que tu as reçu au début de la soirée ou par cette demande plaisante que Levi exprime. Quittant le bar, abandonnant le barman à qui tu adresses un dernier sourire avec l’espoir de pouvoir le draguer une fois ta tâche terminée Arrivé dans cette pièce à l’écart, cet espace d’intimité qui s’ouvre à vous le temps de quelques mouvements, tu te mets à l’aise et pose le regard sur lui. Tu n’as pas peur, sachant très bien ce que tu t’apprêtes à faire. Les mots s’échappent de tes lèvres, viennent exprimer cette attirance que tu as pour ta future victime. Et sa réponse te satisfait encore plus que ce que tu aurais pu espérer. “J’ai hâte de voir si tu as raison, alors.”

Et tu fais disparaître cette infime distance entre vos deux corps, ton poing venant s’abattre comme la foudre de Zeus dans l’abdomen de ton acolyte. Tu fais pas dans la dentelle, loin de là, mais tu t’assures tout de même qu’il reste debout en posant une main sur son épaule de ta main libre. Tu t’en voudrais de casser ton nouveau jouet avec un seul coup, de ne pas pouvoir t’amuser de cette violence et de cette opportunité qu’il t’offres sur un plateau d’argent. Et tes mots, empli de cette douceur qui te caractérise que très rarement, viennent se perdre contre sa peau dans un souffle chaud. Tu n’attends pas de réponse, ne lui laisse pas l’occasion d’en donner une, alors que ton poing s’abat une nouvelle fois sur son corps. Son visage cette fois, faisant apparaître lentement ce liquide carmin qui te râvi tant. Mais c’est son rire qui te provoque le plus de plaisir, faisant entrer cette impression de folie que tu apprécies. Tu aimes ce qu’il se passe, tu aimes le voir dans cet état. Ta main libre vient encercler sa gorge, la serrer tendrement entre tes doigts fins et abîmés, alors que tu t’amuses de cette situation. Vos regards qui se rencontrent, se rejoignant dans cette lutte de pouvoir où tu ressors gagnant face à cette soumission du plus jeune. Et tu rigoles à ton tour, charmé par cette vague de désir que tu ressens instinctivement. Il te plaît vraiment mais pas comme les autres personnes que tu rencontres. Tu es attiré par son âme, par cette passion que vous avez tous deux en commun.

“T’es insatiable, c’est ça ?” Ce n’est pas un reproche, loin de là. C’est même un compliment que tu lui adresses alors que tu observes son corps. Tu pourrais lui faire mal de tellement de manières, le torturer à ta façon, mais tu ne veux pas le traiter comme tu le ferais avec n’importe qui. Car tu sens que ce ne sera pas votre dernière rencontre, pas la dernière fois que tu auras la chance de pouvoir défouler ta colère sur son enveloppe charnelle. Tu resserres ton emprise sur sa nuque, remontant ton regard jusqu’au sien alors que tu penches légèrement la tête sur le côté. Ta langue passe distraitement sur ta lèvres, accentuant ce côté dominateur que tu laisses ressortir avant de sourire finement. “Tu aimes ça, non ? Mais tu aimes pas ça comme les autres, non. Tu aimes vraiment avoir mal, voir le sang qui s’échappe sous mes coups ?” Car toi tu aimes ça aussi même si tu as tendance à éviter les coups dès que tu le peux. Ton emprise sur sa nuque se serre encore plus mais tu fais tout de même attention à ne pas le priver de l’air nécessaire pour qu’il reste conscient. Et ton poing s’abat de nouveau dans son abdomen, à côté de l’endroit où tu as mis le premier coup. Et tu en mets un second aussitôt, ne prenant pas le temps de le laisser souffler. “Parce que moi… J’aime ça.”






Neuktae
Ace Park ☽ The start of a new life in a world where the slightest mistake can be fatal. A happy life with the loves of his life.
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

underrated youth - ft. Ace. - Page 2 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Cf65389082be1633e8c03014e28c458d underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 LHCIncHs_o
  • United Heart
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7499
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 27 Oct 2020 - 4:23
underrated youth
@Ace Park & LEVI
Juste une fois. Juste une. Telle était le discours d’un addict, juste une fois, pour finalement réitérer et changer de discours pour une dernière fois. Une dernière fois avant la prochaine. Le cercle vicieux reprenait sa course et ne laissait aucune issue possible, que des épreuves, des obstacles et cette lumière au bout du tunnel, cette lumière que prônait le monde entier, elle n’existait pas, elle n’était qu’un mythe, qu’une illusion, une légende urbaine, tout ça, tout cet engouement au sujet de la paix intérieur, c’était des foutaises. Levi avait cessé de se blesser, de s’écorcher la peau à la force des dents, sous la contrainte, sous la douceur d’un mensonge. On lui avait promit le ciel, la lune et les étoiles, on avait déclaré sous serment, la main sur le cœur, que oui, après la tempête, le soleil brillait plus que jamais, qu’il existait bel et bien une lumière, une lumière prodigieuse, somptueuse, divine. Et pourtant. Pourtant il s’était sevré de cette douleur qu’il s’infligeait pour se sentir vivant, il avait suivi ce long chemin ombrageux ou seul l’obscurité survolait son âme et pourtant, cette lumière n’était jamais venue jusqu’à lui. Jamais. Un coup du sort, peut-être, mais un coup brutal, violent, trop sûrement, assez pour souligner qu’il était plus sage de faire demi-tour, d’enlacer ses vieux démons et laisser le chaos décorer sa vie sous tous ses artifices. La douleur elle, elle ne mentait pas, jamais.

Alors, là, entre ces murs où résidait la tempête elle-même, l’enfer sous sa forme la plus humaine, il avait trouvé sa place. Une place qui lui correspondait, où il pouvait s’autoriser à libérer ses penchants pour le danger, le sang et tout ce que ça englobait, une place qu’on lui refusait depuis toujours, qu’on jugeait déplacée, dérangée, une place qui semblait pourtant être si proche de la simplicité, ici, à l’abris des regards. Il n’avait pas besoin de dire qu’il était malade, que le vice, le drame, la discorde et l’anarchie rythmait sa vie depuis le premier jour de sa tragique existence. Il n’avait nullement besoin de mots pour que Ace comprenne, pour qu’il comprenne et qu’il accepte alors de lui partager sa poésie cinglante en le décimant de ses poings. Sa fureur faisait rage et le secouait de mille et unes façons, d’un million de sentiments différents qu’il prenait grand soin d’assimiler et de chérir plus qu’il ne le ferait avec n’importe quoi d’autre. Chacune de ses cellules, chaque particules s’épanouissaient dans ce cyclone de colère, sous cette vague d’agressivité, de violence, de brutalité, prête à tout emporter sur son passage, pour ne laisser que des lambeaux.

Les mots de son interlocuteur tombaient telle une ondée en plein été, ses yeux roulaient sur sa silhouette et dieu sait quelles étaient les pensées qui vagabondaient dans son esprit à cet instant précis, tout ce qu’il savait, tout ce dont il avait pleinement conscience relevait de ses traits tirés par le venin, le venin toxique d’une violence qui lui paraissait familière et que si l’envie le prenait, il pourrait aisément lui ôter la vie. Quoi qu’il advienne des prochaines minutes, de ses désirs les plus profond, s’il voulait lui déchirer l’âme, la réduire à néant, faire de son existence un amas de cendres, il le pouvait, il le laisserait faire, mourir de ses mains, aussi funeste était le songe, semblait un péché auquel il serait prêt à succomber. C’était dangereux, dangereux d’être lui-même, parce que là où l’insanité résidait, la lucidité n’était plus. Son esprit n’était qu’une infime cage où les démons les plus nocifs étaient enfermés les uns avec les autres, jugeaient d’une sentence et se manifestaient si férocement qu’ils le poussaient à n’être plus que l’ombre de ce qu’il était réellement. Là, ce soir, il avait trouvé le moyen de faire taire chacun d’entre eux et aussi étrange soit-il, il n’entendait plus rien, seulement le silence, enfin, juste un peu de silence, sans voix, sans cris tyranniques, sans rires crispants, juste du silence et quelques pensées quant à la fureur des coups dont il se délectait ouvertement.

Ses doigts dominants resserraient leur étreinte, embrasant sa peau d’un frisson certain alors que les regards brûlants de la même flamme se croisaient à nouveau. Des mots, encore, toujours plus marquants, auxquels il s’apprêtait à rétorquer, à répondre de la même sincérité, mais cette emprise lacérant son cou s’accentuait davantage et lui imposait de se taire, d’apprécier chaque souffle de violence qui lui était offert. Alors qu’un sourire satisfait venait naître sur ses lèvres, les coups tombaient et son abdomen en faisait les frais. L’air s’était bloqué dans sa cage thoracique, ne laissant émaner qu’un geignement rauque, le souffle court sous la puissance inébranlable de ses poings, sa main s’était saisie du t-shirt de son vis à vis et serrait le tissu entre ses doigts. La respiration erratique, bruyante à souhait, il n’en avait jamais assez, pourtant, la douleur, aussi omniprésente était-elle, le martelait de part en part. Levi n’y pouvait rien, il ne pouvait se résoudre à lutter contre ses démons, contre ses vices les plus ancrés, le poison gisait dans ses veines, flottait sous sa peau depuis de trop nombreuses années. Il n’en sortirait jamais, il était foutu, complètement, irrémédiablement, et ça lui plaisait. Les dires de son semblable embrumait son esprit et lui arrachait un sourire, un sourire qui soulignait son instabilité, la malsanité de cette passion boulimique, de ce désir irrassasiable, de ce besoin avide de brutalité, de sang et de barbarie.

《 -J’adore ça. 》qu’il attestait, tentant de reprendre un quelconque contrôle sur sa respiration sifflante 《 -Ta violence m’impressionne assez pour me demander quel goût tu as. 》continuait-il, le regard piqué par une curiosité corrosive 《 -Si t’as le sang aussi brûlant que les poings, il doit probablement être divin. 》

Cette symphonie de coups, cette harmonie haineuse avait de toute évidence confirmé ce qu’il pensait déjà et qui demanderait, un jour peut-être, vérification. Ses doigts relâchaient son t-shirt et grimpait jusque son col pour l'empoigner sans la moindre délicatesse, s’arrachant lui-même un ricanement amusé, le poids de l’adrénaline faisait effet, c’était une certitude indéniable, il ne répondait plus de rien.

《 -Si t’aimes ça, alors pourquoi est-ce que tu me fais pas plus saigner que ça ? 》l’interrogeait Levi, un brin provocateur 《 -J’suis sûr que tu peux faire mieux, montre-moi vraiment ce dont tu es capable et j’te fais le serment qu’on se reverra. 》






Ace Kang
Ace Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Petit Loup par l'homme que tu aimes, King lorsque tu remplis des contrats pour Canvas, mon bébé par ta mère.
Âge : 28
Origines : Coréennes et Australiennes
Occupation : Tu travailles dans le service de communication de Palette depuis le 09/11/2020 mais tu es aussi escort pour eux depuis 2012/2013. En parallèle, et dans la plus grande discrétion possible, tu es un tueur à gage pour le compte de Canvas.
Lieu de résidence : Tu possèdes un appartement dans Brooklyn que tu partages avec la princesse de ton cœur mais vous habitez depuis peu chez Minki Hwang.
A New York depuis : Depuis tes dix ans, une arrivée dont tu te serais bien passé si tu avais su tout ce que tu vivrais ici.
Situation Amoureuse : En couple avec Minki Hwang depuis peu, tu es aussi dans une relation plus que passionnelle avec Kit Hi Pyo.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Trigger Warning : suicide / mort / viol / pédophilie / violence excessive / racisme / homophobie / relation toxique / addictions / RP hot cru

Links :
Minki
Leith
Kitty
Levi
Please, don't leave me
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 437a291d9ec5d80603ce81f58e9831ecec4e53ac
  • United Earth
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 7
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 12004
Faceclaim : Bang Christopher Chan
Crédits : Nuit d'hivers ((avatar)) ; 2503s ((icons))
Inscription : 14/07/2020
Multicomptes : Emrys Dabrowski (Harry Styles), Ruby Moore (Perrie Edwards) & Isaac T. Rosewood (Jackson Wang)
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dès que je peux
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 CS1Q9YYl_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Jeu 29 Oct 2020 - 1:01
underrated youth
Tu endures continuellement ce besoin d’exprimer ce que tu ressens, ton coeur ne sachant pas garder bien longtemps tes sentiments. Sûrement est-ce dû à toutes ces années où tu as caché ta souffrance, ta colère et, surtout, ta honte. T’as honte de toi, dans le fond. Parce que tu donnes la vision d’un homme fort, d’un être humain que rien ne peut effrayer, et tu as eu peur pendant huit ans d’un monstre. D’un homme qui est devenu plus faible que toi avec le temps mais qui arrive tout de même à te provoquer de l’angoisse. Heureusement, ta famille ne vit plus avec lui donc tu peux soulager ta conscience et te dire que tu n’as plus à les éloigner de lui. Sauf que cela n’a pas suffi pour calmer cette colère si vive qui conserve une grande place dans ta vie. Sans elle, tu ne serais sûrement pas devenu ce que tu es actuellement. Et tu n'hésites que rarement à la montrer lorsqu’on t’en donnes l’occasion.

Ce soir, tu en as besoin. Tu n’arrives plus à vivre avec ce trop plein de violence et de colère qui te détruis un peu plus chaque jour. Tu n’as pas eu l’occasion de la laisser s’exprimer en début de la soirée, ton taux d’alcoolémie et la surprise ayant été trop prenante pour que tu puisses te montrer vraiment brusque. Levi était intervenu à temps, avait empêché l’autre de s’en prendre trop à toi. Et il t’avait montré ce côté de lui qui t’avait attiré dès le premier coup qu’il avait mis à l’idiot qui allait sûrement te briser en quelques secondes. Mais ce n’est que partie remise puisque la soirée prend une tournure des plus plaisante. Ayant encore un peu plus d’alcool dans le sang qu’avant, tu n’as plus vraiment les mêmes notions de survie et tu ne sais plus où placer la barre du raisonnable. Alors, perdu dans cet esprit contradictoire, tu ne peux t’empêcher de penser que sa demande est plus que raisonnable. Pourtant, elle ne l’est pas. Qui pourrait penser, avec toute la logique du monde entier, que demander de se faire brutaliser est une demande raisonnable ? Sûrement toutes les personnes qui ne sont pas comme toi. Toutes celles qui ne baignent pas dans la violence et dans l'alcool.

Enfermé dans cette bulle d’intimité, cette pièce où le sang ne va pas tarder à couler sous la puissance de tes poings. Tu as hâte d’exprimer ce trop plein d’émotion, de satisfaire l’envie insatiable de ce presque inconnu qui te fait de l’œil. Les premiers coups de poings percutent rapidement l’abdomen et la mâchoire du plus jeune, laissant exprimer cette envie de faire souffrir quelqu’un. N’importe qui. Tu te moques de l’identité de celui que tu abîmes du moment que tu peux t'abimer les poings. Et Levi semble vouloir être la victime parfaite, une âme “innocente” qui ne demande qu’à être souillé de tes poings et du sang qui s’échappera de son corps lorsque tu le frapperas. Provoqué, tu n’hésites pas à répondre à ces mots par deux nouveaux coups. Sentir sa main agripper ton haut réussit à te faire sourire un peu plus. Et tes mots fusent aussi vites que tes mouvements, exprimant la plupart de tes pensées, avant de le laisser reprendre doucement son souffle et te répondre. Desserrant un peu plus l’emprise sur sa nuque, tu laisses ton regard se balader sur son corps avant de te concentrer sur ses paroles. Un brin de folie dans les yeux, tu retiens de peu un sourire en coin alors que tu penches doucement la tête, offrant presque ta nuque. “Qu’est-ce que tu attends pour me goûter…?” Tu joues une fois de plus avec le diable, Ace, mais tu aimes toujours autant cela.

Tu le laisses faire lorsqu’il décide d’attraper ton col, amusé par cette situation qui te sembles être si plaisante. Qui aurait pu croire que tu te trouverais un partenaire de jeu lors de cette soirée ? Et que ce dernier aurait exactement les mêmes goûts que toi sur ce qui concerne la violence et le sang. Et ce goût pour la provocation, qualité commune dans vos deux âmes. Les yeux qui se roulent légèrement, venant observer le plafond le temps d’une seconde à peine, avant d’afficher un visage légèrement sérieux. “Je m’en voudrais de te détruire, tu sais… Mais si c’est ce que tu souhaites, il suffit de demander.” Il lui suffit de te dire qu’il veut que tu le brises, que son corps devienne une toile inachevée que tu t’appliquerait à reproduire encore et encore jusqu’à trouver le bon ensemble de couleurs. La promesse de le revoir, si tu t’appliques à le faire saigner, te motives encore plus alors que tu prends tout de même le temps d’être doux. De tromper ses sens en posant délicatement ta main libre sur sa taille. “J’espère que cette seconde rencontre sera aussi plaisante que celle-ci…” Et ta main se ferme de nouveau en poing, montant rapidement pour venir cogner une fois de plus sa mâchoire alors que tu libères l’emprise sur son cou. Tu ne cherches même plus à le retenir près de toi, alternant entre des coups dans son ventre et dans son visage. Ta violence s’abat comme un orage sur son corps jusqu’à ce que tu te calmes. Tu n’as pas pris le temps de compter tes coups mais tu sais qu’ils étaient loin d’être doux et tendres. Le regard satisfait, tu observes tes doigts qui se sont colorés d’un rouge sang avant de lancer un sourire à ton cadet. “Satisfait ?”






Neuktae
Ace Park ☽ The start of a new life in a world where the slightest mistake can be fatal. A happy life with the loves of his life.
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

underrated youth - ft. Ace. - Page 2 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Cf65389082be1633e8c03014e28c458d underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 LHCIncHs_o
  • United Heart
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7499
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 2 Nov 2020 - 2:49
underrated youth
@Ace Park & LEVI
Rien. Non, rien ne valait plus la peine de souffrir que d’être noyé sous une rafale de coups, rien ne lui faisait plus de bien qu’avoir mal, profondément et intensément mal. C’est son corps qui vibrait sous la douleur, son âme suppliait, désespérée d’en recevoir davantage, plus, toujours, elle désirait l’excès, quémandait l’inévitable, la fatalité. Un sentiment incompris d’autrui, une émotion en vrac, un besoin, un besoin irrépressible, nocif, corrosif, qui résidait ses veines et empoisonnait son bon sens, un besoin létal de souffrir assez pour s’assurer d’être en vie, pour s’assurer d’être humain. Parce que là, dans son adn, logeait une erreur, une erreur que nulle ne pouvait effacer, personne ne pouvait la maîtriser, la corriger, elle était là, initialement depuis toujours et faisait de sa tête, de son corps et de son âme, le sentier des émotions perdues, un terrain vague pour y exercer le vice, pour y semer tempête et chaos, son esprit était le champ de bataille, ses mains des armes, massives et assoiffées de violence, une violence telle qu’il la récoltait ce soir, telle qu’il l’avait réclamé.

Alors oui, peut-être que ses thérapeutes avaient raison, peut-être qu’il n’était pas totalement prêt à vivre une vie en société, peut-être qu’il n’était pas assez lucide pour gérer les troubles aléatoires qui s’emparaient de son contrôle à la moindre faute d’inattention, peut-être oui, peut-être qu’ils avaient tous raison, ces trafiquants d’espoirs. Peut-être bien qu’il n’avait plus rien de normal, qu’il n’existait plus rien, non, plus rien de bon à sauver chez lui, peut-être était-il définitivement fou, complètement dingue, barge, cinglé, aliéné, déséquilibré, givré, ravagé, peut-être oui, peut-être qu’il était irrémédiablement dérangé et quand bien même, le seul à qui ce fait pourrait porter problème était le même qui avait solennellement offert carte blanche à un presque inconnu pour l’abîmer jusqu’à qu’il n’en est plus la force. Ledit malade se fichait pas mal de ses capacités à encaisser, des répercussions, des conséquences, ça engendrait des séquelles qu’il serait le seul à voir, le seul à comprendre, le seul à soigner. Parce qu’il n’existait personne au monde, personne, qui puisse comprendre combien il était difficile de vivre dans sa tête, dans sa tête désordonnée, avec ce bruit, ce bruit assourdissant, trop fort, tout le temps et ce corps, ce corps qui se pliait à ces voix discordantes, ce corps qui luttait sans arrêt, sans relâche en priant pour du répit, pour cinq minutes de paix, trois minutes de silence, alors non, personne, diable personne ne savait et personne, jamais plus personne ne pourrait lui retirer cette façon violente qu’il avait d'extérioriser.

Parce qu’à ce moment même, alors que la voix de son tortionnaire faisait écho en clamant combien il aimait ça, alors que les coups étaient assénés d’une brutalité sans nom, tout semblait étrangement calme. Il n’entendait plus la moindre voix, le moindre son, le moindre cri, tous ces rires stridents, ces réverbérations crispantes, ces ordres glaçants, il n’entendait rien, rien d’autre que les battements effrénés de son coeur qui pulsaient férocement contre ses tempes, il n’existait plus que la voix de Ace, sa voix et le bruit que faisait ses poings lorqu’ils entraient en collision avec son corps. Ce corps dénué de secousses, de tremblements, de visions d’horreurs constantes, ce corps qui n’était plus qu’un corps, qu’une masse de chair, qu’un punching-ball qui recevait sans broncher, sans émettre la moindre crainte de flancher d’une seconde à l’autre. La douleur se répandait dans ses veines comme un poison dont il se délectait ouvertement, chaque impact lui arrachait un geignement qui soulignait la barbarie qu’il avait lui-même autorisée. Les mots tombaient encore mais le monde tournait trop vite, trop vite pour qu’il ait réellement le temps d’assimiler chacun d’entre eux. Les paupières closes, il appréciait le coeur qu’il mettait à l’ouvrage, il appréciait cette faim inassouvie d’encore, de plus, il appréciait ce côté insatiable qu’ils partageaient et sous le coup divin qui ricochait sur sa mâchoire, il engendrait un pas de recul, un seul, un réflexe qui soumettait que son corps en avait assez, mais ce sourire sanguinaire qui logeait son visage, lui, ne sonnait pas pareil.

Il ouvrait alors les yeux sur la silhouette floue de son vis à vis, l’esprit embrumé, il secouait vivement la tête pour se remettre les idées en place, non sans laisser émaner un rire cristallin, un rire fin mais un éclat de rire malsain, la folie audible jusque dans son timbre. Les traits de son bourreau attitré reprenaient leur forme distincte et sous le poids de sa question, il restait muet, essuyant d’un revers de manche, l’écoulement sanguin qui tâchait son menton et se dissipait jusque sur son cou. Ce goût délicieusement acide habitait sa langue, mais là encore, ça n’était pas assez. ça ne l’était jamais vraiment, rien ne parvenait à le satisfaire, rien, il en voulait toujours plus et c’était probablement ce qui causerait sa perte. L’adrénaline atténuait cette douleur qui le ravagerait tôt ou tard, alors, sans rétorquer un mot, il rompait la mince distance qui les séparait l’un de l’autre et, sans plus de cérémonie, il saisissait l’une de ses mains pour contempler les séquelles qu’avait laissé cet agréable moment de partage.

《 -Ta poésie est un cadeau du ciel. 》qu’il déclarait le plus simplement du monde, relâchant sa main pour croiser son regard 《 -Et maintenant plus que jamais, j’ai très envie de te goûter. 》

Sous le poids de ses mots, ses doigts venaient agripper sa mâchoire, un geste ferme, sans l’ombre d’une hésitation, sans la moindre once de délicatesse. Ses yeux précédemment ancrés dans l’abîme de ses iris déviaient de tableau, ils venaient se perdre sur la naissance de son cou, sur cette veine particulièrement visible et sur l’étendue des dégâts qui lui était possible de faire. Cette parcelle de peau ne demandait qu’une chose, une seule et tel qu’on le dit, le meilleur moyen de résister à une tentation, c’est d’y céder et il céda. Sa denture relâchaient l’emprise qu’elles avaient sur sa propre lèvre inférieure, cette bouche encore rouge écarlate chavirait sur cet épiderme encore intact et sa main libre, elle, prenait d’assaut son col sur lequel il tirait durement, assez pour dévoiler l’aube de son épaule, assez pour lui arracher un sourire, nettement assez pour venir insinuer ses dents dans sa chair d’une force impitoyable et ça, ça c’était assez pour le rendre heureux. Laisser le sang monter jusque ses papilles, le laisser rouler sur sa langue, celle qui apprivoisait la nouveauté et l’appréciait plus que quiconque, celle-là même qui, satisfaite, glissait sur les marques dessinées sur cette peau désormais tâchée pour n’en laisser aucune goutte. Les pupilles dilatées par l’extase même, son regard venait à nouveau se poser sur lui, desserrant doucement son emprise sur cette mâchoire aiguisée, sans daigner la lâcher.

《 -Divin, comme je l’imaginais. 》affirmait Levi, le souffle court 《 -Est-ce que tu m’autorises à recommencer ? 》l’interrogeait-il avant de finalement renchérir 《 -Si t'acceptes, d'abord il faut que tu saches qu’il y a des chances pour que j'réponde plus de rien, ensuite, il me faut savoir l'endroit que j'peux mordre qui te fera souvenir de moi au moins jusqu'à la prochaine fois, mais j'répète que c'est à tes risques et périls.》









call out my name
you're on top ✻ i put you on top, i claimed you so proud and openly babe, and when times were rough, i made sure i held you close to me, so call out my name and i'll be on my way.

Levi sera dans le coma jusqu’au 10.06.
Ace Kang
Ace Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Petit Loup par l'homme que tu aimes, King lorsque tu remplis des contrats pour Canvas, mon bébé par ta mère.
Âge : 28
Origines : Coréennes et Australiennes
Occupation : Tu travailles dans le service de communication de Palette depuis le 09/11/2020 mais tu es aussi escort pour eux depuis 2012/2013. En parallèle, et dans la plus grande discrétion possible, tu es un tueur à gage pour le compte de Canvas.
Lieu de résidence : Tu possèdes un appartement dans Brooklyn que tu partages avec la princesse de ton cœur mais vous habitez depuis peu chez Minki Hwang.
A New York depuis : Depuis tes dix ans, une arrivée dont tu te serais bien passé si tu avais su tout ce que tu vivrais ici.
Situation Amoureuse : En couple avec Minki Hwang depuis peu, tu es aussi dans une relation plus que passionnelle avec Kit Hi Pyo.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Trigger Warning : suicide / mort / viol / pédophilie / violence excessive / racisme / homophobie / relation toxique / addictions / RP hot cru

Links :
Minki
Leith
Kitty
Levi
Please, don't leave me
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 437a291d9ec5d80603ce81f58e9831ecec4e53ac
  • United Earth
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 7
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 12004
Faceclaim : Bang Christopher Chan
Crédits : Nuit d'hivers ((avatar)) ; 2503s ((icons))
Inscription : 14/07/2020
Multicomptes : Emrys Dabrowski (Harry Styles), Ruby Moore (Perrie Edwards) & Isaac T. Rosewood (Jackson Wang)
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dès que je peux
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 CS1Q9YYl_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Mar 3 Nov 2020 - 20:09
underrated youth
Le contrôle. Cette mauvaise manie que tu possèdes, apprivoise, et qui vient souvent te pourrir la vie. Toute ta vie repose sur cette notion de contrôle, cette image d’ange que tu tentes de renvoyer à ta mère pour éviter de l’inquiéter. Cette vision d’un gentil petit serveur qui ne ferait pas de mal à une mouche mais qui n’hésite pas à mettre dehors ceux qui ne respectent pas le règlement du café où tu travailles. Pourtant… Tu es loin d’être innocent, Ace. Tu as bien trop de sang qui coule sur tes mains pour pouvoir oser te proclamer comme la victime d’un affreux mensonge. Tu es un meurtrier. Un multirécidiviste. Mais, si tu as bonne conscience, tu ne peux que t’en vouloir lorsque tu sais que l’innocence de ton petit frère, de celui que tu aimes le plus au monde, s’est retrouvée détruite par l’un de tes meurtres. Ta violence, maintenue en toi par des chaînes pendant de nombreuses années, s’est exprimé le seul jour où il ne fallait pas.Mais comment lui dire, lui faire comprendre que tu n’as pas tué un innocent. Que ce n’est pas le visage de l’ordure que tu as tué qui apparaissait devant tes yeux. C’était celui de Charles, cet homme qui avait juré qu’il allait prendre soin de vous lorsqu’il s’est marié avec votre mère. Et qui t’as fais du mal pendant des années, qui t’as obligé à faire des choses obscènes et à en subir pour satisfaire ses envies les plus primaires et dévastatrices. Que c’est à cause de lui que ton corps n’est plus qu’un amas de nerfs qui sont constamment sur le point de lâcher. Tu ne peux pas exprimer tout cela, tu le sais Ace.

Alors tu exprimes ta colère d’une autre façon. Te défoulant pour faire disparaître la douleur que tu ressens chaque jour et qui te bousilles de l’intérieur. T’es presque étonné de voir que personne n’a remarqué plus tôt ce que tu faisais. Que t’as su passer à travers le filets pendant des années avant de devoir confronter ton petit frère et le fait qu’il sait que tu peux être bien plus violent -bien trop- que ce que tu laissais croire. Depuis, tu faisais encore plus attention qu’avant. Parce que si Leith avait pu te voir ce jour-là, rien ne pouvait prouver qu’il était le seul à t’avoir déjà vu agir ainsi. Profitant des combats clandestins du gang, tu as aussi la manie de te battre avec des inconnus lors des soirées alcoolisées auxquelles tu participes. Des batailles presque trop sages à des bagarres générales où tu finis bien trop abîmé. Et, ce soir, t’es celui qui peut se permettre d’abîmer les autres. Bien que le taux d’alcool dans ton sang soit tout sauf raisonnable, tu as encore l’esprit clair. Tu sais très bien que tu ne devrais pas faire cela, que tu ne devrais pas accepter de t’en prendre à quelqu’un que tu ne connais pas mais qui te le demandes si gentiment. Et les coups pleuvent sur son épiderme, viennent le colorer d’un sang carmin qui est plaisant à regarder.

Ayant mis fin aux coups que tu portais sur Levi, tu laissais un léger silence s’installer autour de vous. Tu ne bougeais pas d’un centimètre, voulant lui laisser le temps de reprendre son souffle et ses esprits s’il le voulait. Et ton regard observe chacun de ses gestes, chacune de ses respirations. Tu as frappé fort, Ace. Tu t’es imposé très peu de limites et le picotement dans ton poing vient te le rappeler. Pourtant, tu arrives à être surpris quand il vient attraper l’une de tes mains entre les siennes. “Et ton corps… Une page vierge sur laquelle on peut prendre du plaisir à écrire.” Ta main retombe le long de ton corps, se dernier se tendant le temps de quelques secondes lorsque ton vis-à-vis vient attraper ton visage. Tu sais ce qu’il s’apprête à faire et tu n’es pas le moindre du monde effrayé. Car tu l’as voulu, tu as provoqué ce moment en le défiant. Peut-être est-ce ton côté masochiste qui ressort, cette envie de ressentir de la douleur à ton tour qui prend le dessus, mais tu en as besoin. C’est dans un gémissement, mêlant douleur et plaisir, que tu accueilles ses dents dans ta peau. L’une de tes mains vient agripper son haut alors que l’autre glisse dans ses cheveux pour tirer légèrement dessus. Tu ne saurais décrire le mélange de sensations que tu ressens, sachant seulement que tu ne veux pas qu’il arrête. Pourtant c’est ce qu’il fait, laissant un goût de trop peu dans tout ton être.

Les paupières mi-closes, tu cherches à reprendre ton souffle alors que ton regard se pose sur son visage. Tu l’observes, l’analyse, et te laisse presque transporter par cette vision presque divine que tu as devant toi. La pression sur ta mâchoire se fait plus légère mais tu n’y prêtes presque pas attention. “Il est si bon que cela…?” Tu te demandes à quel point il peut l’être mais ton attention se porte sur les mots qu’il prononce. Une demande similaire à la précédente mais qui impose beaucoup plus de conditions. Tu ne recules pas pour autant, ta main glissant de ses cheveux pour venir se poser sur la joue que tu caresses tendrement. “Tu n’as pas besoin de me le demander.” Tu réfléchis pourtant, cherchant l’endroit le plus propice pour qu’il laisse les marques de ses dents sur ton corps. Tu te souviendras sûrement de lui, même sans ça, alors tu finis par hausser légèrement les épaules. “Recommence ici. Fais toi plaisir autant que tu le veux, je suis ta page blanche.” Tu plonges ton regard dans le sien, penchant un peu la tête sur le côté pour lui faciliter l’accès à cette zone où le sang vient rougir ta peau.






Neuktae
Ace Park ☽ The start of a new life in a world where the slightest mistake can be fatal. A happy life with the loves of his life.
Levi Welch
Levi Welch






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t18906-levi-welch-o-dominic-harrison-03-10#1042859 https://www.disjointedsocieties.com/t18961-levi-welch https://www.disjointedsocieties.com/ https://www.disjointedsocieties.com/t21177-levi-welch#1169917 https://www.disjointedsocieties.com/t18954-levi-welch-o-ouvert#1045263
Surnom : levi pour ce qu'il en est aujourd'hui, alo pour les vieux démons du passé.
Âge : 22
Origines : franco-britanniques et américaines, il a vu le jour à bâle mais a grandi sous le ciel velvet de californie.
Occupation : producteur, auteur, compositeur, interprète, ceo de son propre label et fouteur de trouble à ses heures perdues.
Lieu de résidence : manhattan, un triplex avec deux de ses potes.
A New York depuis : trois ans désormais.
Situation Amoureuse : dans une relation sans véritable nom qui le rend plus heureux qu'il n'ose l'admettre.
Orientation sexuelle : volatile de lit en lit, d'âme en âme, préférence masculine, horrifié par l'emprise des femmes.
Trigger Warning : suicide, mort, maladies mentales, pornographie, addictions, violences, inceste, violence animale.

underrated youth - ft. Ace. - Page 2 4ef2959836c2023b7e20d7557c6605f6 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 3483045802677ad727bcd14dbe803ce4 underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Cf65389082be1633e8c03014e28c458d underrated youth - ft. Ace. - Page 2 Dfbb0a14c471b2105be47a635acb2afd
le p'tit blabla is coming soon les potes.
first you wanna fight,
then you wanna fuck.
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 LHCIncHs_o
  • United Heart
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 2StvcuH6_o
RPs : 0
Pseudo : dunk, dk pour les copains.
Pronom : il/elle.
Messages : 7499
Faceclaim : dominic harrison (yungblud)
Crédits : artistxsstuff (ic) ; drake (signa) ; corvidae (av).
Inscription : 25/09/2020
Multicomptes : forty cook // boniface santos.
Nombre de mots par RP : 500 à plus de 4000 mots selon mon inspi.
Fréquence de RP : régulière, plusieurs fois par jour ou par semaine, ça dépend de mes dispos.
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 9 Nov 2020 - 23:21
underrated youth
@Ace Park & LEVI
Les mots. Les mots, plus que le sang, plus que la violence, plus qu’une partition de piano, plus que la douce mélodie d’une musique qui se joue au gré de la pluie qui frappe les carreaux, les mots plus que n’importe quoi étaient importants pour lui, il les entendait tous et retenait chacun d’eux, chaque parole, chaque promesse, chaque serment, les mots étaient son calmant, sa kryptonite, les mots plus que n’importe quoi d’autre, tenaient une place viscérale, dans sa vie, dans ses veines, dans l’esprit embrumé qu’il traînait comme un fardeau. Chaque syllabes avaient le pouvoir d’atténuer les voix, d’apaiser la tempête, de freiner l’inévitable, d’imposer la paix, un semblant de paix, ne serait-ce qu’un instant, un seul, durant lequel il se sentait normal, au moins un peu, juste un peu ordinaire, comme les autres, un instant pendant lequel sa différence n’était pas un poids, un défaut, un dysfonctionnement, mais seulement un détail, infime, un détail qui ne comptait pas, qui ne comptait plus. Alors, il utilisait les mots à foison, il les utilisait, les usait à s’y perdre, à s’y noyer, à couler dans leur vaste pacifique, il se laissait distraire, toucher, bercer par des phrases, des phrases qui n’étaient pas les siennes mais celles d’autrui et ce soir, là, à ce moment précisément, il assimilait celles de son interlocuteur et imprégnait en sa mémoire d’une empreinte indélébile chacune d’elles, comme un joyau, comme un cadeau, tel un talisman.

Ce soir, il avait trouvé quelqu’un, quelqu’un avec qui partager sa poésie, lugubre, morbide, bancale à souhait, une poésie aux proses douteuses, aux vers maladroits, une poésie faite de ce que le monde redoutait le plus, de ce que tous repoussaient comme la peste, comme le choléra, une poésie à l’existence aberrante pour autrui, divine pour ceux qui l’appréciait à sa juste valeur. Peut-être qu’il était dérangé, oui, peut-être qu’il était tout ce que les gens pensaient de lui, peut-être qu’il incarnait entièrement ce que ses thérapeutes disaient qu’il était, les analyses étaient probablement justes, peut-être que l’humain n’existait plus, peut-être avait-il été avalé par cet amas de voix, de colère et de rancœur, peut-être oui, peut-être que seul le monstre résidait désormais dans ses veines. Pourtant, à cette seconde, lorsque les mots de son semblable émettaient leur sincérité, lorsqu’ils s'immisçaient sous sa peau et y répandaient leur vérité, ses encéphales en sous régime s’apaisent d’un automatisme déconcertant. C’était mieux que l’alcool, mieux qu’une cigarette après le sexe, mieux qu’avaler trois pilules pour se sentir exister, mieux que l’odeur des pancakes au matin, c’était mieux qu’un milkshake au beau milieu de la nuit, mieux que ça, mieux que n’importe quoi, être compris pour la première fois, c’était mieux, mieux que la vie, mieux qu’exister, c’était vivre, vivre vraiment.

Alors il perdait le fil, le fil du temps, du moment, les mains se perdaient, sur les corps, dans les cheveux, le sang coulait, à flot, abondamment. Et là encore, il l’autorisait, il lui permettait de recommencer, de laisser ses dents le marquer de son passage, d’un passage brutal, violent, chaotique et d’y laisser sa trace. Sans se faire prier davantage, sans prononcer le moindre mot, sans rétorquer quoi que ce soit, ses dents s’infiltraient à nouveau sur sa peau, proche de la morsure précédente et s’insinuait dans sa chair. Les yeux clos, il se délectait du liquide sucré qui imbibait doucement sa langue, éparpillait ses bienfaits jusque dans ses veines. Sa main, détenant prisonnière sa mâchoire, relâchait son emprise pour se hisser un chemin jusque sa nuque, une parcelle de peau inédite dans laquelle ses ongles s’enfonçaient indélicatement. Son cœur battait à tout rompre, secoué par ce renouveau et c’en était terminé, il ne pouvait plus contenir sa soif insatiable, ce besoin irrépressible d’encore, de plus, de toujours plus. Cette lutte contre ses propres désirs désordonnés était vaine et alors qu’il songeait à tenir bon, il prenait conscience qu’il était déjà trop tard.

《 -Putain. 》 marmonnait l'artiste, frôlant d'un doigt le nirvana 《 -Ça m'rend dingue. 》

Et en effet, dans son élan indomptable, inarrêtable, son corps était venu pousser celui de son interlocuteur, l’emprisonnant entre ce dernier et le mur, paroi contre laquelle sa paume libre venait prendre appuie, à mille lieux d'ici, Levi n’était plus que le pantin de ses émotions refoulées et ne contrôlait plus le moindre de ses faits et gestes. Ses dents quittaient l’épiderme d’Ace pour en retrouver la totale possession, un nouvel endroit, une nouvelle morsure, une nouvelle marque, plus haut cette fois, à distance des deux dernières. C’était le moment, le moment idéal qu’avait choisi les voix pour se déchaîner, certaines le suppliant de continuer, réclamant davantage, tandis que d’autres, plus fébriles, lui hurlaient d'arrêter, d'arrêter maintenant, avant d'aller trop loin, avant de le regretter. Tu pourrais le tuer, là, si facilement. Cette phrase suffisait, elle suffisait à le ramener sur la terre ferme, à soumettre à sa denture de lâcher prise. Le souffle court, les lèvres écarlates, il redressait la tête pour affronter le regard de son vis à vis, les iris pétillants d’une lueur indéchiffrable.

《 -J’vais m’arrêter là avant de devenir complètement fou, mais j’ai déjà très envie de recommencer. 》confiait-il, s’humectant les lèvres pour en récolter la moindre goutte d’hémoglobine qui tentait de lui échapper pour tracer son chemin le long de son menton 《 -J’pourrais volontiers te mordre toute la nuit, mais ça serait pas raisonnable. 》

Sa main, précédemment sur le mur, tombait sur son épaule et ses doigts glissaient, étrangement délicatement, sur les morsures dont le sang s’écoulaient encore avant de, doucement, présenter son index imbibé de sang devant les lèvres d’Ace.

《 -Si tu veux mon avis, en comparaison, le mien n’est pas de taille mais tu devrais en juger par toi-même, cède à la tentation et goûte. 》










call out my name
you're on top ✻ i put you on top, i claimed you so proud and openly babe, and when times were rough, i made sure i held you close to me, so call out my name and i'll be on my way.

Levi sera dans le coma jusqu’au 10.06.
Ace Kang
Ace Kang






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Petit Loup par l'homme que tu aimes, King lorsque tu remplis des contrats pour Canvas, mon bébé par ta mère.
Âge : 28
Origines : Coréennes et Australiennes
Occupation : Tu travailles dans le service de communication de Palette depuis le 09/11/2020 mais tu es aussi escort pour eux depuis 2012/2013. En parallèle, et dans la plus grande discrétion possible, tu es un tueur à gage pour le compte de Canvas.
Lieu de résidence : Tu possèdes un appartement dans Brooklyn que tu partages avec la princesse de ton cœur mais vous habitez depuis peu chez Minki Hwang.
A New York depuis : Depuis tes dix ans, une arrivée dont tu te serais bien passé si tu avais su tout ce que tu vivrais ici.
Situation Amoureuse : En couple avec Minki Hwang depuis peu, tu es aussi dans une relation plus que passionnelle avec Kit Hi Pyo.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Trigger Warning : suicide / mort / viol / pédophilie / violence excessive / racisme / homophobie / relation toxique / addictions / RP hot cru

Links :
Minki
Leith
Kitty
Levi
Please, don't leave me
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 437a291d9ec5d80603ce81f58e9831ecec4e53ac
  • United Earth
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 VEo0rLeU_o
RPs : 7
Pseudo : Laura
Pronom : IEL.
Messages : 12004
Faceclaim : Bang Christopher Chan
Crédits : Nuit d'hivers ((avatar)) ; 2503s ((icons))
Inscription : 14/07/2020
Multicomptes : Emrys Dabrowski (Harry Styles), Ruby Moore (Perrie Edwards) & Isaac T. Rosewood (Jackson Wang)
Nombre de mots par RP : De 250 à 1500
Fréquence de RP : Dès que je peux
Je suis plutôt : dark et chill.
Young Idiot
underrated youth - ft. Ace. - Page 2 CS1Q9YYl_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Administrateur ✧
(#) Jeu 12 Nov 2020 - 20:16
underrated youth
Si tu n’étais pas habitué à ce monde de violence, tu serais presque effrayé de ce que tu es capable de faire. Tu aimes te battre, tu aimes voir les autres souffrir. Et tu as besoin de souffrir, de ressentir une douleur physique assez forte pour oublier que rien ne va dans ta tête. C’est un vrai fouilli, tes émotions devenant de plus en plus intenses et te mettant souvent ko avant même que tu ne t’en rendes compte. Tu passes facilement d’un sentiment à l’autre, te retrouvant souvent avec les larmes aux yeux sans que tu ne le veuilles. Tu ne comptes plus les fois où tu t’es retrouvé avec les larmes aux yeux ou dans ton coin à tenter de retrouver ton souffle. Mais tu gardes ça pour toi, ne voulant inquiéter personne. Tu ne mérites pas l’attention des autres, de toute façon. Concentré sur cette ambiance si intime qui s’est instaurée entre toi et ce presque inconnu, inconnu qui ne le sera bientôt plus tant ton corps et ton esprit te réclame de t’en rapprocher, tu ne fais pas attention à la violence que tu mets dans tes coups. Tes poings te font mal, sûrement pas aussi mal que le corps de Levi, alors que tu t’arrêtes enfin.

Et c’est à ton tour de devenir la proie, de laisser ta place d’adversaire pour t’offrir volontairement aux crocs de celui qui veut te marquer. Tu es habitué à cela bien que, d’ordinaire, ce soit plus dans une optique de possessivité qu’autre chose. Alors tu acceptes sans hésitation, ton corps se tendant quand ses dents viennent à la rencontre de ta peau. Tu ressens ce mélange de plaisir et de douleur, en oublie presque le lieu où tu te trouves. Tu serais prêt à tout abandonner pour que ça continue, pour qu’il vienne apaiser ton esprit en saccageant ta peau de ses morsures. C’est presque jouissif pour toi de sentir ton sang s’échapper de cette façon de ton corps. Tu ressens toutes les sensations comme si elles étaient décuplées, le laissant recommencer sans problème lorsqu’il t’en demande l’autorisation.Tu ne comptes pas les frissons qui parcourent ton corps lorsque sa main quitte ta mâchoire et que ses doigts viennent à la rencontre de ta nuque, la marquant de ses ongles. Et tu te laisse manipuler, venant rencontrer ce mur de ton dos alors que tes mains se perdent sur son corps et dans ses cheveux. Tu en veux plus, en demande plus involontairement, alors que ton corps ne cesse de te faire comprendre que tu aimes ça plus que de raison. Et un sourire étire tes lèvres, preuve supplémentaire que tu n’es pas comme ce que la société le voudrait. Que tu ne sais pas répondre aux normes attendues. Alors… Deviens dingue. Dingue de toi, s’il le veut.

Et tu le laisses recommencer, tu le laisses prendre possession de ta nuque sans t’en plaindre. Tu en paieras peut-être les frais dans les jours à venir, la foudre de Minki pourrait venir à ta rencontre et te faire regretter ce moment de plaisir intense. Mais tu t’en moques sur le moment, voulant juste te laisser souffrir et apprécier cela. Tes doigts longent sa chevelure, viennent se perdre dans sa nuque, et tu t’apprêtes à serrer doucement cette dernière lorsque Levi se redresse finalement. Un sentiment de frustration s’éprend une fois de plus de toi alors que tu fais une petite moue. Le regard perdu sur chacun de ses mouvements, tu es en admiration devant cette couleur carmin que tu vois encore sur son visage. Je ne pensais pas que le raisonnable était fait pour nous… Ta voix exprime ta légère déception alors que tu fermes les yeux, affaibli par ses doigts qui se baladent sur ta nuque. Les rouvrant lorsque tu n’en sens plus le toucher, tu poses tes yeux sur ce doigt devant positionné devant ta bouche avant de lancer un regard amusé au plus grand. Quand tu veux et où tu veux. Et tu viens attraper avec délicatesse son poignet, tes lèvres se refermant sur ce doigt que tu prends le temps de lécher avant de le libérer dans un sourire. C’est vrai qu’il est pas mal. Mais tu as envie de goûter le sien, de savoir s’il a vraiment raison. Alors tu remonte ta main jusqu’à sa mâchoire, l’enserrant doucement avant de froncer les sourcils. Il faudrait que je puisse comparer, par contre…






Neuktae
Ace Park ☽ The start of a new life in a world where the slightest mistake can be fatal. A happy life with the loves of his life.
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
✧
(#)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum