AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  Idées avatarsIdées avatars  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-39%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
229.99 € 379 €
Voir le deal


Aller en bas
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Sam 9 Nov - 10:45
DIX NEUF HEURES TRENTE - J'avais pleins de péchés mignons oui, mais le plus important devait surement être le chocolat. Lorsqu'en scrollant sur meet, je suis tombée sur le profil masculin de Almarik, un séduisant homme blond, étant chocolatier. Que demande le peuple? Ces deux informations combinées m'avaient suffit pour me convaincre de lui parler sur meet mais aussi de directement y faire un tour pour voir et goûter ses merveilles. J’espérais que tous mes sens seraient mis à l'épreuve lors de cette découverte. Le chocolatier m'avait donné l'adresse dans le Queens, munit de mon GPS, j'arrivais sur les lieux en empruntant un taxi en quelques minutes. Habillée à la cool je découvrais la belle façade de la chocolaterie. Je poussais la porte d'entrée et me retrouvais en un rien de temps dans un nouvel univers qui ne demandait qu'à être découvert. Instinctivement je cherchais le propriétaire des lieux que je ne voyais pas encore. Il se faisait tard, j'étais à ce moment là, seule cliente présente dans la chocolaterie. Je sortais mon téléphone pour informer mon beau de ma venue. Il devait surement être dans le labo de la cuisine en train de concocter une nouvelle recette pensais-je . 
@Almarik Sawyer
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Tango
Messages : 8354
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Sam 9 Nov - 11:24
Tenue:
 

La journée avait été riche événement et la soirée promettait d’être encore plus surprenante. Après tout, il était très rare que j’invite quelqu'un à visiter ma chocolaterie en dehors des heures d'ouverture, mais cette jolie jeune femme avait été tellement enthousiasmé par le décors de ma boutique que ça avait été instinctif. Je devais remplir mes présentoirs pour demain de toute façon, ce n’était pas comme si elle obligeait à rester là. Avoir de la compagnie serait sans aucun doute très plaisant, moi qui était souvent seul avec moi-même ces derniers temps. Je venais tout juste d’entrer sous la douche lorsque mon téléphone sonna, m’indiquant que j’avais un message. Mince, elle avait été beaucoup plus rapide que je ne l'aurais cru! Sortant rapidement de la douche sans être parvenu à me débarrasser de l'odeur du chocolat qui collait à ma peau en permanence, j'ai passé un rapide coup de serviette sur mon torse avant d'enfiler rapidement un jeans et une chemise blanche. Boutonnant le vêtement rapidement sans remarquer que mon corps était beaucoup trop humide pour le tissu, j'ai déboulé dans la boutique avec un large sourire, passant une main dans mes cheveux humide pour tenter de les discipliné.  « Désolé de mon retard, je prends souvent ma douche dans mon laboratoire avant de garnir mes présentoirs » M'excusais-je en m’approchant d'elle pour lui faire la bise. Hum, elle était très jolie , cette gourmande nocturne, remarquais-je tout de même, dans mon empressement. « Tu as trouvé facilement? » demandais-je en fermant l’enseigne lumineuse qui indiquait que le commerce était ouvert.

@Maya Laneil


Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Sam 9 Nov - 11:58
DIX NEUF HEURES TRENTE - Quelques instants plus tard, Almarik apparu à l'entrée. Chemise blanche, laissant transparaître le torse humide et musclé, je ne pouvais pas m’empêcher de me rincer l’œil et j'aimais ça. Une bonne soirée en perspective se tramait. Il s'excusa de son retard en évoquant le fait qu'il prenait toujours sa douche avant de garnir ses présentoirs. Une image sensuelle se formait dans mon esprit mais je chassais ces pensées peu chastes et lui répondit en riant nerveusement : « Mmm il n'y pas de soucis t'inquiètes ! Et puis c'est pour le bien de la vitrine ! ». Le bel homme se rapprochait de moi pour me faire la bise. Ma main droite se posa sur son épaule gauche en lui faisant un bisou sur chacune de ses joues. Avais-je facilement trouvé la boutique ?  « Oui le taxi est Google Maps s'en sont chargés pour moi » lui répondais-je en lui faisant un petit clin d’œil. J'étais réellement impatiente et excitée de découvrir ce petit bijou chocolatier mais aussi d'en apprendre plus sur son propriétaire. D'autant plus qu'il avait attisé en toi cette envie de parcourir son corps, l'image de son corps humide restait dans mon esprit, elle ne voulait pas s'en aller.  « Tu vas me faire une petite visite guidée ?  » lui demandais-je avec tellement d'enthousiasme qu'il a du voir la passion qui animait mon regard. Regard qui ne mentait jamais d'après les dires de mon entourage.  Par quelle pièce allait-on commencer la visite ?
@Almarik Sawyer
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Tango
Messages : 8354
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Sam 9 Nov - 15:31
Une peau chaude de la couleur du caramel le plus onctueux, des yeux aussi sombre que le coeur d'un océan perdu, un corps à se faire damner plus d'un sain, ma visiteuse était vraiment le genre de femme que l'on pouvait difficilement oublier. Le cœur battant à la chamade par la course effrénée que je venais de faire entre mon labo et ma boutique, je la regardais, le souffle légèrement fou et alors que je me sentais idiot. J'aurais dû prendre au moins le temps de m’éponger comme il faut plutôt que de me présenter comme ça devant elle! « En fait, je sens tellement le chocolat lorsque je sors d'ici que je pourrais faire faire un coma diabétique à tout ceux qui me frôle » Plaisantais-je en souriant largement, frissonnant lorsque ses lèvres frôlèrent la peau de mes joues. Il était rare que je me retrouve seul en présence d’une jeune femme, il fallait dire. Reculant d’un pas, j’ai éclaté de rire lorsqu’elle mentionna Google map et le chauffeur de taxi. C’est vrai que dit ainsi, ma remarque pouvait sembler stupide, mais en même temps, je ne faisais pas tant de publicité pour le moment. Chose qui devrait changer dans les jours à venir si je trouvais le bon publiciste. « Google nous connaît? Chouette! » dis-je joyeusement en lui rendant son clin d’œil malicieux. La proposition de la jeune femme me fit sourire largement. Lui faire visiter ? Pourquoi pas? « Avant de te faire visiter, goûte ça : c’est un chocolat au lait avec une pointe de piment fort et un coulis de framboise à l’intérieur » Dis-je en faisant apparaître une truffe sans ma main et l'approcher de ses lèvres doucement. « Notre conversation m'a inspiré ça en attendant de mieux te connaître, tu ne peux pas refuser de gouter »Dis-je d’une voix charmeuse en souriant en coin.


Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Dim 10 Nov - 2:07
DIX NEUF HEURES TRENTE - Faire un coma diabétique ? Cette idée était plutôt excitante à vrai dire : « Je suis sure que même si ça arrivait tu aurais su me réanimer » lui dis-je d'un air taquin. Alamarik semblait amusé quant à mon utilisation de Google Maps, qui était étonné que Google connaisse son enseigne : « Google vous connait oui et c'est super pour gagner en visibilité sur internet ! ». Avant de me faire visiter les lieux, le bel homme me fit goûter une de ses nouvelles créations fraîchement inspirée de notre conversation en approchant ses délicats doigts près de ma bouche. J'aurais été idiote de refuser une telle proposition. Mes lèvres s'entrouvraient, s'approchèrent de ses doigts et englobèrent le chocolat ainsi que volontairement une partie de ses doigts. Ma mâche était lente afin de prendre le temps d'analyser le gout de cette petite merveille avant de lui répondre « Hmmmmm...C'est exquis ! Je valide totalement cette nouvelle création ! » .Était-ce seulement le chocolat que je validais ou bien plus ? J'étais curieuse de savoir comment il arrivait à trouver ses idées et quel était le processus de fabrication de ses créations. « Qu'est-ce qui t'a précisément inspiré pour cette nouvelle création dans notre conversation ? Je n'y connais rien dans ce domaine. Apprenez-moi tout Professeur Sawyer, je serais votre apprentie du soir »lui dis-je en me mordillant la lèvre inférieure. J'étais particulièrement d'humeur séductrice ce soir, et j'avais envie de lui montrer tout ce dont j'étais capable si jamais le bel homme s'approchait dangereusement de moi.   
@Almarik Sawyer
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Tango
Messages : 8354
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 10 Nov - 13:55
Je rêve où cette femme me drague ouvertement? Toujours souriant alors que je parlais de coma diabétique, je me demandais si c’était réellement le cas où si c’était ce que je voyais parce que j'avais envie de la croire gourmande au-delà des chocolats. Sans être entièrement chaste ces dernières années, je n’avais pas eu une vie sexuelle très active. La monoparentalité était un véritable tue-l'amour parfois. « Évidemment, je ne te laisserais pas mourir aussi bêtement. Le monde à besoin de ta beauté pour le coloré » Dis-je en souriant en coin, mes yeux pétillants de malice. Le fait d'apprendre qu’on était déjà un peu connu grâce à Google me fit sourire. Moi qui travaillais sur une campagne publicitaire pour lancer le site internet, ça tombait bien! « Tant mieux, ça aidera le site internet à se faire mousser! » dis-je joyeusement avant de me dépêcher d’attraper le chocolat que j'avais spécialement créé après notre brève conversation. Le portant à ses lèvres pour qu'elle le goûte, j’ai frissonné des pieds à la tête en sentant sa bouche se refermer sur mes doigts. Avait-elle conscience de comment ce simple geste était d'une sensualité incroyable ? Faisant lentement glisser mes doigts hors de l’emprise de ses lèvres, j’ai tenté de cacher mon trouble en répondant à son appréciation : « Je vais le nommer le cœur de la reine. Chaud, passionné, bouillant » Comme cette femme, de toute évidence. Me rapprochant d'elle alors qu’elle me demandait d'expliquer mon flot créatif, j'ai déposé ma main sur sa joue et je l’ai doucement caressé. « le chocolat au lait pour ta peau, la douceur de la framboise pour tes lèvres et le piment pour le caractère que j’ai deviné » Soufflais-je en souriant doucement, ma main quittant sa joue pour se déposer sagement sur sa hanche. « L’inspiration est partout, il suffit de s'en saisir à pleine main » Dis-je avec malice en lui faisant un clin d’œil joueur.


Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 11 Nov - 12:18
DIX NEUF HEURES TRENTE - Almarik me fit une remarque qui me faisait directement sourire en disant que le monde avait besoin de moi pour être coloré : « Tu sais parler aux femmes toi » lui dis-je tout en caressant la pointe de son menton. Le monde du web était clairement un domaine à ne pas mettre de coté lorsqu'on se lançait dans un commerce, chose que je pouvais aisément comprendre : « Carrément! Et puis je suis sure qu'il y aura de bon avis laissés sur ta chocolaterie». La douceur qu'il venait de me faire goûter serait nommée cœur de la reine. Le bel homme s'était inspiré de ce qu'il avait percé de moi pour l'a créer. J'étais flattée et rien ne pouvait me faire plus plaisir que d'avoir été l'inspiration de sa nouvelle création  « J'aime savoir que je suis une femme inspirante à tes yeux en tout cas. Tu me trouves bouillante à ce point? » . J'avais plus d'un tour dans mon sac pour qu'il me trouve plus bouillonnante encore.  Sa main se posa sur ma hanche. A cet instant précis, une décharge électrique traversa tout mon corps. Avait-il tout autant que moi envie de passer à la vitesse supérieure ? J'aimais prendre mon temps parfois mais Almarik était particulièrement sexy pour me laisser de marbre. « Je dois admettre que tu es particulièrement chaud également » lui dis-je en plantant mon regard dans le sien après avoir passé ma main derrière sa nuque. Il pourrait saisir tout ce qu'il voulait de moi. Ce soir j'étais à lui, prête à faire ressortir la tigresse qui demeurait en moi. Je me rapprochais encore plus près de lui puis ajoutais : « Surtout avec cette chemise laissant apparaître ton torse mouillé» en posant l'autre main sur son torse.
@Almarik Sawyer
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Tango
Messages : 8354
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Jeu 14 Nov - 15:27
Un large sourire ornant mes lèvres, je ne peux qu’apprécier le culot de cette jolie jeune femme qui ne semble pas manquer de piquant. Plutôt que de bégayer à répétition de timidité face à mes compliments, elle me caresse le bout du menton avec jeu. « Oh, je sais parler aux femmes seulement lorsque vient le temps de dire la vérité » Rétorquais-je d’une voix suave en baissant mon regard vers elle alors que la conversation charmeuse laissa place à quelque chose de plus protocolaire; la publicité web de ma boutique. « Tu es trop gentille, je veux surtout que les avis soient sincère » Dis-je avec simplicité. Je ne serais pas l’un de ces propriétaires qui tenterait de faire gonfler sa popularité en payant pour de bons commentaires ! Seulement, je préférais beaucoup plus parler de chocolat que de publicité, surtout lorsque j’avais la muse de ma dernière création si près de moi. « J’attends de voir à quel point tu l’es, mais comme pour la création de ces douceurs, j’y vais à l’instinct avec toi » Répondis-je après lui avoir caressé la joue et les lèvres du bout de mes doigts. Déposant ma main contre sa hanche alors que je me rapprochais un peu plus d’elle, mon sourire en coin devint de plus en plus joueur alors que je la voyais d’humeur à jouer. D’ailleurs, son compliment concernant mon apparence physique me fit grogner d’amusement. Chaud? Pourquoi pas. L’une des mains de la belle se posa sur ma nuque alors que je pouvais maintenant sentir la chaleur de son corps pulser contre moi. « Hmmm…réchauffe-moi alors, ma reine » Susurrais-je avant de capturer ses lèvres des miennes, allant gouter le goût du chocolat directement sur sa langue alors que je la soulevais du sol pour la plaquer contre le mur derrière elle. « Désolé, je crois que tu es mouillée aussi maintenant » Murmurais-je d’une voix rauque avant de recommencer à l’embrasser, affamé, à la recherche de cette sensation euphorisante qui me fuyait depuis si longtemps.


Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Dim 17 Nov - 10:20
DIX NEUF HEURES TRENTE - Le bel homme me compliment sur ma soit disant gentillesse, de ce coté de ma personne que je n'avais pas coutume de montrer en réalité. Almarik aimait préférait la sincérité aux beaux mensonges ce qui était compréhensible. Tout comme lui, je n'aimais pas le manque de sincérité, cependant, parfois on n'avait pas toujours le choix pour sauver les apparences. Chose que ma famille n'avait cesser de me répéter depuis petite.  « Je te comprends. Je suis sure que leurs avis sont sincères. Ils n'auraient aucun intéret à mentir sauf si tu les a payé pour mais ça m'étonnerait » lui dis-je le regard remplit de malice.  L'homme a la chevelure dorée était incontestablement tout aussi joueur que moi. Et je devais admettre que cette tension qui se trouvait entre nous m'amusait beaucoup.  « Alors dans ce cas, je vais rapidement découvrir quel type d'instinct tu as» lui répondis-je alors que sa main me caressa la joue, les lèvres et que son corps se rapprocha du mien. Le feu vert pour passer à la vitesse supérieure venait clairement d’être énoncé par mon partenaire, me demandant de le réchauffer. Je n'eus pas le temps de répondre, qu'il s'empara de mes lèvres à pleine bouche. Mes paupières se fermèrent afin de savourer pleinement ce baiser. Les lèvres s'entrouvrirent et laissèrent place à une danse à laquelle seules les langues étaient admises. Je sentais mon corps flotter avant de venir se plaquer contre le mur derrière moi. La fougue ? C'était sans doute ce que je préférais aussi. Alamarik voulait me faire mouiller, il était plutôt bien parti. Je lui répondais en toute modestie : « Pas suffisamment à mon gout mais c'est en bon chemin» avant de reprendre notre baiser là il en était. Mes se glissaient en dessous de chemise pour venir caresser son dos, avant de se poser sur son beau torse musclé. Je dégrafais rapidement les boutons de la chemise de mon partenaire tout en ne le quittant pas du regard en affichant un grand sourire. Ma main venait se poser sur les portes du paradis du plaisir à travers son jean. Impatiente, je venais sauvagement caresser l'engin qui commençait à s'endurcir.
@Almarik Sawyer
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer VEo0rLeU_o
RPs : 1
Pseudo : Tango
Messages : 8354
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Ven 22 Nov - 7:19
Oui, je détestais les faux semblants et les mensonges. Je préférais cent fois plus une vérité blessante qu’à un mensonge réconfortant. Mes parents m’avaient cachés mon état de santé pendant des semaines lorsque j’étais gamin et c’est seulement après avoir sérieusement frôlé la mort que les médecins m’avaient réellement expliqué ce qu’était la leucémie. Je m’étais alors promis d’être le plus honnête possible. Face à cette jolie fleur sauvage, je ne pouvais que louanger sa beauté et sa gentillesse, si je voulais être honnête. En plus, j’adorais son sourire moqueur empli de malice. « Je ne suis pas suffisamment riche pour dépenser l’argent de la boutique aussi stupidement » Riais-je en passant ma main dans mes cheveux. Je préférais avoir de vrais avis plutôt que n’importe quoi. Je comptais sur la prochaine publicité pour marquer les esprits. Quelques chose de suave, sexy, qui expliquerait en une image le nom de ma boutique. Après tout, le chocolat était sexy, même si on ne voulais pas nécessairement l’avouer. Les paroles de Maya étaient clairement séductrices et c’est avec envie que je me suis rapprocher d’elle pour l’embrasser avec fougue, ma langue allant chercher la sienne avec envie, comme si j’étais en quête d’une réponse. Impatient, j’ai soulevé la jolie métisse dans mes bras pour la plaquer contre le mur, j’ai froncé les sourcils légèrement lorsqu’elle mentionna le fait qu’elle n’était pas encore mouillée comme elle le voulait et j’ai soupiré : « On va tenter de résoudre ce problème alors », alors que nous recommencions à nous embrasser, ses mains caressant mon torse avant d’ouvrir ma chemise.


Is this the chocolate factory of wonders? • Almarik Sawyer Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
(#)


Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum