AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  Idées avatarsIdées avatars  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

-17%
Le deal à ne pas rater :
Disque SSD Interne – 860 QVO – 1To à moins de 100€
99.66 € 119.99 €
Voir le deal


Aller en bas
Blanche `Stiletto` Bauer
Blanche `Stiletto` Bauer






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t15655p10-blanche-stiletto-bauer-o-kristen-stewart#846347 https://www.disjointedsocieties.com/t15940-blanche-stiletto-bauer#847545 https://www.disjointedsocieties.com/t15941-blanche-stiletto-bauer#847569 https://www.disjointedsocieties.com/t15938-blanche-stiletto-bauer-uc#847532
Surnom : Stiletto
Âge : 27
Origines : Française, américaine.
Occupation : Propriétaire de l'Euphoria, cabaret burlesque
Lieu de résidence : Manhattan
A New York depuis : Toujours.
Situation Amoureuse : Fiancée à Arié Adams.
Orientation sexuelle : Pansexuelle.
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] 9rnz (( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Obc1 (( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Im2r
Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n'ont pas de prix.
☾☾
Il y a des moments dans l'existence où une porte s'ouvre et où votre vie dérape dans la lumière. De rares instants où quelque chose se déverrouille en vous. Vous flottez en apesanteur, vous filez sur une autoroute sans radar. Les choix deviennent limpides, les réponses remplacent les questions, la peur cède la place à l'amour. Il faut avoir connu ces moments. Ils durent rarement.
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Tumblr_p85vbyIVHS1w6f1yao8_400
  • LGBT+
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] VEo0rLeU_o
RPs : 16
Pseudo : SA.
Messages : 434
Faceclaim : Kristen Stewart
Crédits : january blues
Inscription : 02/06/2019
Multicomptes : Calypso Burgess
Nombre de mots par RP : Entre 400 et 2000.
Fréquence de RP : Autant que mon job me le permets.
Fréquence de SMS : tous les jours, si c'est possible
Keep Talking
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Dim 13 Oct - 16:55

“A(e)nd Tomorrow ” & [Blisha] Le couperet était tombé. Aiguisé, tranchant, blessant. Perforant ton cœur et ton âme en deux. Parce que tu devais renoncer à tout Blanche, tu devais abandonner, pire encore t’abandonner. T’étais à l’aube d’un changement dans ta vie, et tu semblais incapable de le faire. La peur t’anesthésiant l’esprit, embrumant tes rêves et ambitions. Paralysée. Asphyxiée. La colère t’avais embrasé l’âme, parce que c’était pas ton genre d’être si peu précautionneuse, aussi stupide. Puis la tristesse avait submergé tes yeux, transformant tes yeux turquoise en un torrent de larmes intarissable. Parce que tu savais, oh oui, tu le savais que tout allait se détruire, et s’éparpiller au quatre vents, et que tu pourrais rien y faire Blanche. C’était fini. Parce qu’il prendrait peur, comme toi, et que tu le connais par cœur Blanche, il refusera de se faire emprisonner qu’importe les circonstances. Et tu refusais ça aussi, pour lui, parce que tu refusais de le voir ternir, et s’éteindre. Il était bien trop beau, bien trop lunaire et solaire pour qu’il disparaisse parce que vous n’avez pas été vigilant. Alors t’allais tout lui dire, malgré ses silences, malgré ses doutes. Mais tu n’allais rien lui demander en échange, parce qu’il ne te devait rien, pas même son amour. Tu préférais le voir libre que derrière les barreaux. Alors tu t’étais armée de toute ta force, et t’avais confié ton fils à Kali. Parce qu’il était temps qu’il sache. T’avais commandé un taxi, et malgré ta cheville plâtré, tu t’étais déplacée jusqu’à chez lui. Tu pris l’ascenseur, et tu sonnais à son appartement. Votre dernière soirée passée ici te revenait en boucle, te crevant le cœur, embuant tes yeux de larmes alors qu’il t’ouvrait la porte. T’étais pitoyable avec tes béquilles et tes yeux brillants, mais t’avais plus le choix. T’arrivais même pas à lui sourire.

« - G. Merci de m’accueillir, j’dois te dire quelque chose. »

Tu ne savais pas si tu devais entrer ou non, s’il t’acceptait encore dans sa vie, parce qu’il ne t’avait plus rien dit depuis qu’il était avec Zia. A vrai dire, t’ignorais tout de sa vie désormais, parce que sans le vouloir, il t’en avait exclue, et bordel ce que t’en crevait. De son absence dans ton quotidien. Tu pris une grande inspiration et tu continuais, sans jamais croiser son regard parce que t’en avais pas réellement la force.

« - J’sais que c’est compliqué dans ta vie en ce moment, j’sais aussi que t’es perdu, entre Zia et moi, et j’te demande pas de choisir. Parce qu’il y a pas de choix à faire. Juste, j’ai un truc à te dire, et j’veux pas que tu prennes peur, ou que ça interfère dans ta vie. Parce que ça ne le doit pas. Tu te dois de continuer ta vie comme elle, surtout si t’es heureux. »

T’étais bien trop sincère Blanche, tu t’occultais complètement, altruiste jusqu’au bout. Perchée sur tes béquilles, tu cherchais à garder l’appuis, mais t’ignorais si ta douleur la plus profonde était celle de ton cœur ou celle de ta cheville, aussi morcelé que ton âme.

 
code by solosands


@Grisha Cooper


and now we are alive
“je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part”
Arié Adams
Arié Adams






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t11531-grisha-cooper-o-liam-hemsworth#581111
Surnom : Arié
Âge : 31
Origines : Israélien
Occupation : Peintre de génie, l'inspiration retrouvé & Président de son agence d'architecture dans Manhattan.
Lieu de résidence : Manhattan
A New York depuis : la fin de ses études à Yales
Situation Amoureuse : Fiancé à Blanche et en passe de se marier avec sa belle
Orientation sexuelle : Hétéro
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.Lorem ipsum dolor sit amet,
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous.
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Q74vnljU_o
  • LGBT+
  • Smiling Foundation
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] 2StvcuH6_o
RPs : 15
Pseudo : Kalriiel
Messages : 1645
Faceclaim : Rami Malek
Crédits : "jenesaispas"
Inscription : 27/03/2019
Multicomptes : Min-ho l'héritier & Hua le romancier
Nombre de mots par RP : 500 environ, pas beaucoup plus en ce moment.
Fréquence de RP : Pour le moment je dirais 1 rp par semaine, le temps de se remettre dans le bain. Mais j'espère pouvoir rp tous les jours ensuite.
Fréquence de SMS : Si possible tous les jours, si je trouve des gens pour ça !
Keep Talking
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] 3tPdme55_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 19 Nov - 23:28
J’ai peur, oui, je suis mort de peur. Depuis que j’ai reçu ce message, depuis qu’elle m’a dit vouloir me parler. On c’était mit d’accord pour me laisser du temps, elle c’était éloigné pour mon bien. Je ne le voulais pas, mon choix était déjà fait, mais je ne pouvais lui dire, pas comme ça. J’étais certain qu’elle ne pouvait attendre d’avantage, elle voulait une réponse et je serais obligé de la lui donner. Pourquoi j’hésitais ? J’étais pourtant certain de mes sentiments pour elle. J’avais peur, mais peur de quoi ? Encore une fois, j’ignorais les raisons de ce blocage, de cette fuite en avant. Comme si je refusais de perdre ma liberté si chèrement gagné. Pourtant, je n’en avais plus besoin, je ne souhaitais qu’une seule chose, c’était passer le restant de mes jours avec elle. Mais, l’ombre de ces chaînes, prêtent à m’emprisonner, semblait une fois encore, retenir mon pied, ce fameux pas que j’avais besoin de franchir, si je souhaitais être enfin honnête avec moi-même. Ce soir je pourrais enfin passer le cap, elle y veillera, j’en étais persuadé. En attendant, à mesure que les heures, puis les minutes s’égrenaient, j’avais la sensation que mon corps être, jusqu’à la plus petite cellule, était prête à exploser. Si j’avais de nature lâche, j’aurais surement pris mes jambes à mon coup pour ne plus avoir à ressentir tout ça, pour ne pas avoir à l’affronter.

Pourtant, quand l’heure fut venue, j’étais là, le visage creusé par la fatigue, les cernes faisant noircir un regard pourtant écarquillé par la peur et la panique. J’avais peint, toute la journée, refusant de me rendre au bureau, incapable de me concentrer dans quelque chose, j’ai laissé mes sentiments, mes noirs pensées s’étaler sur les diverse toiles éparpillés dans mon salon. Le loft ne ressemblait plus à rien, des torchon imbibés de peinture, des vêtements qui trainaient sur le canapé et moi, dans un vieux débardeur et un vieux jogging décousu. Où était passé cet homme constamment tiré à quatre épingles, surement caché en attendant le verdict d’une histoire prête à éclabousser le reste de son existence. Je ne me reconnaissais plus. Quand l’interphone retenti, je n’eus aucun doute sur l’identité du visiteur. J’ouvrais la port, alors que mon regard tombait dans le sien et en voyant sa détresse dans ses prunelles brillantes de larme, tous mes doutes, mes peurs s’envolèrent, fuyant l’étau implacable qui venait écraser littéralement mon palpitant. Elle parle, sa voix est brisée, tout comme mon cœur en cet instant, je ne peux supporter de la voir comme ça. Je n’ai qu’une envie, c’est la serrer dans mes bras et lui dire à quel point je l’aime. Puis elle mentionne Zia, puis je m’arrête aussi de penser, elle fait totalement fausse route, je l’entends, mais j’enregistre plus, car je suis persuadé qu’elle fait une énorme connerie en disant ça. Moi, qui voulais tout déballer de manière romantique, c’est raté. Car mon doigt se pose sur ses douces lèvres pour la faire taire.

« S’il te plait. Il n’y a plus de Zia. Elle n’existe plus, je ne veux plus entendre parler de cette femme. », je le dis d’une voix qui se veut forte, convaincante, je l’espère en tout cas, mes mots contrastes surement avec mon regard tremblant. Je lui prends ensuite sa main avec douceur pour la faire rentrer dans mon loft, je ferme la porte derrière elle et sans jamais la lâcher, je l’emmène dans mon salon, la laissant découvrir mon joyeux bordel. « Il n’y a que toi qui compte et jamais ça ne changera. Tu es la seule à me connaître vraiment, la seule à me faire vibrer. », disais-je, alors que cette fois-ci ma voix se brisait, en lui faisant face, avant qu’une larme coule sur ma joue. Puis un rire nerveux s’échappe de mes lips, comme un hoquet ou un spasme. « Je ne suis personne si tu n’es pas là pour m’aimer. La preuve… », disais-je, dans un souffle, en englobant tout mon salon, d’un geste de ma main libre.
Blanche `Stiletto` Bauer
Blanche `Stiletto` Bauer






Voir le profil de l'utilisateur https://www.disjointedsocieties.com/t15655p10-blanche-stiletto-bauer-o-kristen-stewart#846347 https://www.disjointedsocieties.com/t15940-blanche-stiletto-bauer#847545 https://www.disjointedsocieties.com/t15941-blanche-stiletto-bauer#847569 https://www.disjointedsocieties.com/t15938-blanche-stiletto-bauer-uc#847532
Surnom : Stiletto
Âge : 27
Origines : Française, américaine.
Occupation : Propriétaire de l'Euphoria, cabaret burlesque
Lieu de résidence : Manhattan
A New York depuis : Toujours.
Situation Amoureuse : Fiancée à Arié Adams.
Orientation sexuelle : Pansexuelle.
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] 9rnz (( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Obc1 (( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Im2r
Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n'ont pas de prix.
☾☾
Il y a des moments dans l'existence où une porte s'ouvre et où votre vie dérape dans la lumière. De rares instants où quelque chose se déverrouille en vous. Vous flottez en apesanteur, vous filez sur une autoroute sans radar. Les choix deviennent limpides, les réponses remplacent les questions, la peur cède la place à l'amour. Il faut avoir connu ces moments. Ils durent rarement.
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] Tumblr_p85vbyIVHS1w6f1yao8_400
  • LGBT+
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] VEo0rLeU_o
RPs : 16
Pseudo : SA.
Messages : 434
Faceclaim : Kristen Stewart
Crédits : january blues
Inscription : 02/06/2019
Multicomptes : Calypso Burgess
Nombre de mots par RP : Entre 400 et 2000.
Fréquence de RP : Autant que mon job me le permets.
Fréquence de SMS : tous les jours, si c'est possible
Keep Talking
(( a(e)nd tomorrow )) [Blisha#3] HVmgDqjG_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 2 Déc - 17:17

“A(e)nd Tomorrow ” & [Blisha] Le cœur en prison, les barreaux enserrant ton âme et ton esprit, t’étais pieds et poings liés Blanche. Lié à un destin à jamais étroitement mêlé au sien. Que vous le vouliez ou non. T’avais appris à accepter chaque épreuve de la vie Blanche, avec une certaine philosophie, mais là, t’avais due mal à voir une issue favorable à ta condition, à ta situation. T’avais beau avoir une certaine blancheur dans ta vie, c’était le noir qui absorbait les abysses de ton existence. Comme une ombre menaçante, le danger de la solitude. Parce que la première fois il y avait Amor, il y avait Absolem. Mais là Blanche, il y avait qui pour t’épauler quand tu seras sur le point de donner vie ? Le néant. A part lui, s’il le souhaitait. Mais t’étais plus sûre de rien Blanche, juste de tes convictions, de tes désirs. Le désir de donner vie qu’importe les sacrifices, le désir de vivre avec lui qu’importe ses ambitions, le désir de simplicité. Tu ne voulais plus te prendre la tête Blanche, et juste vivre, qu’importe les conséquences d’un tel choix. Avancer, sans jamais oublier. Lasse d’aimer à unique sens, tu voulais vivre et ressentir, désirer et aimer. Et seul Grisha t’apportait cet amour à double tranchant que tu désirais tant. Il obsédait tes pensées, vivait dans tes songes, et son absence pesait en toi comme un poids mort. Tu devais le retrouver qu’importe le temps passé, le temps perdu. Et cette chute, cette immobilité forcé t’avais ouvert les yeux Blanche : il était venue le temps de vivre pour toi. Nul temps n’effacera l’amour que t’éprouvais pour lui. Il devait le savoir.

Et ton cœur tambourinait dans ta poitrine alors que tes mains tapaient sur la porte. Supplice, divin caprice d’un dieu qui n’avait que faire de la douleur de ton âme. Douleur physique, douleur psychique, t’étais lasse du mal. Avide de bien, avide d’aimer. L’étau comprimant ton cœur à mesure que tes mots passent la barrière de tes lèvres, tu vides ton sac, tes pensées, croisant l’azur de ses yeux qui te font perdre la tête. Une larme coule sur ta joue parce que tu sais que la mise à mort, c’est toi qui va la donner. Il met son doigt sur tes lèvres pour te faire taire, et il fait aussi taire tes peurs les plus profondes Blanche : qu’il y en ai une autre que toi. Jalousie picorant ton cœur. Il disait vérité, tu le savais, au ton de sa voix, et immédiatement, ton cœur eut un repos. Ta main dans la sienne, tu t’appuyais contre lui, boitant péniblement. Os cassé comme ton âme. Mais tu sentais dans son regard l’ombre d’une hésitation, flamme qu’allait trembler quand tu prononcerais tes mots Blanche. Et tu murmures lentement.

« - Il n’y a que toi dans ma vie. »

Nul place pour autre personne que Grisha. Il te connaissait plus que toi-même, tout comme toi. Il te faisait vibrer comme nul autre auparavant. Triste constat, toi qu’aime tant le monde. Tu balayais du revers de ta main, tendrement, ses larmes, et d’un sourire, t’essayais de taire sa douleur. Blanche, tu savais le désastre de vos vies si vous n’étiez plus là l’un pour l’autre, mais c’est le propre de l’humain de s’auto détruire. Le résultat était là, devant vous.

« - Jamais rien ne m’empêchera de t’aimer, soit en sûre G. »

C’était vrai, tout comme ce qui suivait. Tu pris une grande inspiration, plongeait tes opales dans les siennes, larmes aux bord des yeux.

« - Je suis enceinte G. Et de toi. »

Le couperet était lâché, et nul savait si vos têtes allaient s’envoler.

 
code by solosands


@Grisha Cooper


and now we are alive
“je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part”
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
(#)


Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum