AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les personnagesLes personnages  Idées avatarsIdées avatars  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro – Larges roues ...
193.99 € 349.99 €
Voir le deal


Aller en bas
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 2 Sep - 21:12
Après avoir jeté un coup d’œil dans ton miroir et enfilé une veste en jeans, voilà que tu quittais ton petit appartement. Tu avais l’habitude de discuter davantage avant de prendre le chemin vers quelqu’un. Peut-être que les hommes croyaient que c’était ce que vous vouliez, vous les femmes. Que vous aviez besoin de connaitre un peu la personne dont vous aviez à faire avant de se jeter dans son lit. Pourtant, avec elle, cette Jasmine, vous n’aviez pas eu à parler trop l’une de l’autre. Vous vous plaisiez. C’était l’important. Puis tu devais avouer que le corps d’une femme te manquait et celui de ton interlocutrice semblait plus que désirable. Les bras croisés sous ta poitrine, tu marchais dans les rues du Bronx en direction de son appartement. Tu savais peu d’elle, mais tu avais le sentiment qu’elle te ressemblait. Le même quartier, les mêmes intérêts. Le sexe. Les drogues. C’était prédit que cette soirée serait belle. Ça ne te prit pas trop de temps pour te retrouver chez elle. Tu n’avais pas pris le temps de te changer, portant un simple t-shirt avec des shorts en jeans. Tes dessous étaient un peu plus excitants. Tu portais de la traditionnelle dentelle. Tu n’avais rien d’autre que cela de toute façon, blanche pour cette journée-ci. Pour ta part, tu avais passé la journée à bosser alors tu venais de rentrer et étais plutôt tranquille. Tu te demandais dans quel état tu allais retrouver la jeune femme. Si jamais la consommation était déjà débutée, tu tâcherais de la rattraper. Comme elle t’avait dit, la porte n’était pas verrouillée. Tu entras donc doucement en espérant être au bon endroit. « Jasmine? » Tu refermas la porte derrière toi en t’avançant dans l’appartement. « J’espère que tu es déjà nue, parce que je suis prête! » Tu lâchas un petit rire en l’imaginant sans aucun vêtement, étendue sur le canapé.

@Jasmine Sparks
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
girl on girl. (Jasmine) Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
girl on girl. (Jasmine) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Tango
Messages : 8285
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
girl on girl. (Jasmine) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 2 Sep - 21:34
Une conversation sur le Net, un léger flirt et une honnêteté désarmante. Voilà ce que je voulais et voilà ce que cette jolie Sue-Ann m’avait donné. Cette femme au corps de rêve selon ses photos était tellement excitante que j’avais fait ce que je faisais de mieux : je l’ai directement invité chez moi. Elle était comme moi; franche, sensuelle et open pour tout ce qui avait attrait à la baise et à la drogue. Il n’avait pas fallu bien longtemps pour qu’elle accepte mon invitation et savait tout comme moi que ce n’était pas pour une soirée pyjamas. Ce soir, aucun vêtement ne serait toléré, c’était pour cette raison d’ailleurs que je n’ai même pas pris la peine d’enfiler quelque chose par-dessus mon string rose pastel en dentelle ainsi que mon soutif fait du même matériel. Étendue sur le canapé avec l’esprit déjà échauffé par cette conversation, j’attendais son arrivée en tentant tant bien que mal de ne pas faire glisser ma main sous mon string pour me caresser un peu. Je devais l’attendre, ça serait meilleur avec ses doigts, ses lèvres ou sa langue. « Eh merde » Gémis-je en cabrant légèrement mes hanches, sentant une douce chaleur se diffuser dans mon ventre. J’étais vraiment excité là. Comme si elle avait senti à quel point je l’attendais avec impatience, elle poussa la porte de mon appartement et appela doucement mon nom. « Je suis ici » Répondis-je en restant couchée sur mon canapé afin de lui offrir une jolie vision lorsqu’elle me trouverait. Éclatant d’un rire franc lorsqu’elle indiqua son espérance de me trouver nue, j’ai fermé les yeux pour savourer le frisson de désir qui m’électrisa à ces mots. « Presque…et je suis plus que prête aussi » Dis-je en redressant la tête alors qu’elle pénétrait le salon. Sexy à damner un sein, des yeux hypnotisant et des lèvres pulpeuses à souhait…bon sang, elle était sublime! Consciente de la dévorer du regard avec une étincelle affamée, je me suis mordue la lèvre inférieure et je lui ai fait signe d’approcher de moi. « Vient me dire bonjour…et retire tes fringues » Ordonnais-je d’une voix empressée, désirant sentir son corps contre le mien au plus vite.

@Sue-Ann Collins


girl on girl. (Jasmine) Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 2 Sep - 21:53
Tu fus rassurée en entendant sa voix, mais excitée également. Oh c’était loin de la première fois que tu débarquais chez quelqu’un comme cela sans le connaitre, dans l’intention d’avoir des rapproches. Mais il y avait toujours un peu d’adrénaline à découvrir cette personne. Pour ce qui est de Jasmine, tu avais le pressentiment de bien la saisir. Après tout, elle avait été assez directe et tu ne doutais aucunement en rentrant chez elle. Il arrive souvent que les paroles sont un peu en l’air et de ce fait, tu n’es certaine d’être sur la même longueur d’ondes que l’autre… Cela donne de plutôt bonne situation d’ailleurs! Mais dès ton arrivée, tu en rajoutas en faisant ton souhait de sa nudité. Tu suivis sa voix pour te diriger vers ce qui semblait être le salon. Sa réponse t’intrigua. Presque nue? Alors, tu aurais le droit à de la lingerie? Enfin, tu arrivas face à elle et ton regard se posa sur son corps, en effet couvert -quelque peu- d’un ensemble rose pastel. Tu craquais déjà. « Wow j’approuve, tu es très sexy. » La vision de son visage d’ange sur ses photos avait changé. Tu sentis la chaleur envahir ton propre corps alors que tu t’avançais vers elle. Tu sentais son regard te détailler et tu ne te gênais pas pour faire de même. Tu remarquas facilement ses courbes généreuses, sa poitrine surtout. La jeune femme était toujours aussi direct et cela te fit sourire. Dans le fond ça te plaisait, parce que pourquoi perdre son temps? Tu retiras donc ton t-shirt, laissant tomber tes cheveux noirs sur tes épaules. Ça ne prit pas trop de temps pour que ton short rejoigne ton top au sol et tu repris ton chemin vers elle. « Te dire bonjour… » Tu te mis à genoux au sol, juste à côté d’elle. « Comme ça, ça te va? » Tu plantas ton regard dans le sien, ta main venant chercher son menton pour tourner sa tête vers toi. Sans attendre de réponse, tes lèvres rejoignirent les siennes avec envie.
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
girl on girl. (Jasmine) Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
girl on girl. (Jasmine) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Tango
Messages : 8285
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
girl on girl. (Jasmine) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 2 Sep - 22:16
Seulement quelques minutes s’est écoulé depuis notre dernier échange de message et pourtant, les secondes semblent longues avant qu’elle n’arrive jusqu’à mon appartement. Oserait-elle se pointer? Je ne pense pas qu’elle fasse partie de ces femmes à dire un truc salace pour ensuite rire timidement, mais ne savait-on jamais. Bon sang, j’espérais sincèrement qu’elle était aussi directe que ce qu’elle m’avait montré sur le net, j’étais déjà trop excité pour tolérer une frustration! Par chance, elle se présenta réellement chez moi et ses paroles semblèrent aussi franches que ce qu’elle avait pu me dire en ligne. Une franchise indécente, comment ne pas aimer? Sa voix chaude et sensuelle me fit presque gémir tant j’avais envie d’elle et son compliment sur mon apparence n’aida pas à me calmer. Esquissant un sourire qui aurait pu sembler angélique s’il n’était pas aussi pervers, je lui ai fait un clin d’œil coquin avant de répondre : « Je le suis encore plus lorsqu’on m’arrache mes sous-vêtements ». Pourquoi prendre le temps de flirter timidement alors que nous voulions simplement la même chose? Elle me voulait et je la voulais, il n’y avait pas de bouquin à écrire sur une histoire d’amour! « Tu es tellement appétissante » Soufflais-je en fixant son corps alors qu’elle retirait ses fringues, me léchant les lèvres en imaginant déjà tout ce que nous pourrions faire. Je n’avais maintenant qu’une envie, la coucher sur la table du salon pour parcourir son corps de mes lèvres. Je voulais l’entendre gémir mon nom, sentir son corps se tendre sous mes caresses et la sentir jouir contre moi. Toujours souriante, je l’ai regardé s’agenouillée près du canapé et je me suis légèrement tournée vers elle pour la regarder. Le contact de ses doigts contre ma peau m’électrisa alors qu’elle déposa ses lèvres doucement contre les miennes. Enivrer par le goût qu’elle laissa sur ma langue, j’ai glissé ma main dans ses cheveux pour l’attirer encore plus vers moi, gémissant d’envie lorsque ma langue caressa la sienne. « J’aurais préféré que tu vienne t’installer sur moi pour que je puisse un peu mieux te caresser, mais c’était pas mal » Soufflais-je à son oreille avant de glisser mes lèvres contre son cou pour embrasser la gorge avec envie, ma main libre venant déjà jouer avec son soutif pour attraper l’un de ses seins.

@Sue-Ann Collins


girl on girl. (Jasmine) Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Lun 2 Sep - 22:37
Ton intérêt pour les femmes remontait. En réalité, tu l’avais toujours su. Tu considérais que les deux sexes avaient quelque chose à apporter de différents et cela ne se comparait pas. Parfois, tu avais davantage envie de l’un ou l’autre, mais tu devais avouer que si tu avais simplement envie de sexe, c’était plus facile de se tourner vers les hommes, puisque c’était évident de savoir si tu les excitais ou non. Chez une femme, si tu n’es pas assez directe, tu te demandes toujours si elle est juste sympa ou si elle a envie de toi. Au moins, avec Jasmine, tu as bien tombé. De plus, elle est carrément ton genre et tu es impatiente de voir ce qu’elle savait faire. Elle parlait déjà de retirer ses vêtements -pour ce qui en reste- et tu n’avais pas de difficulté à te l’imaginer. Tu l’avais déjà bien détaillé et cette dentelle te permettait de voir un peu. « Je n’en doute pas, mais je trouve cette couleur sur ta peau si parfaite… » Ce petit rose sur sa peau caramel, il n’y avait rien de plus selon toi. Tu adorais la lingerie, autant la porter que l’admirer. Pour ta part, ta peau était des plus blanches, tout comme la lingerie que tu portais, ce qui clashait avec l’encre noir qui couvrait ta peau. Et elle n’avait rien vu, une partie était encore cachée. Son commentaire t’arracha un sourire. « Appétissante? Ne te gêne pas pour goûter… » Tu n’avais pas peur des mots et être goûtée, mangée faisant clairement partie de tes envies dans l’instant. D’ailleurs, ton regard s’arrêta sur ses belles lèvres pulpeuses dont tu t’approchas, jusqu’à poser les tiennes dessus. Ta main glissa vers sa nuque alors que tu approfondissais ce baiser, jusqu’à ce que vos langues se rejoignent. Tu sentais l’excitation monter dans ton corps, avec tous les images que tu t’étais faite en tête en chemin vers son appartement, ça te prenait peu pour réagir. « Je suis là, prend ton temps. Je n’ai aucunement l’intention de partir. » Au contraire, tu avais tout ton temps devant toi, pour elle. Un frisson parcourut ton corps tandis que les lèvres de la jeune femme glissaient sur ton cou. Tes yeux se fermaient, te permettant de te concentrer sur tes sensations. Tu étais entièrement sobre et tu avais bien envie de changer cet état. « Tu m’as parlé de pilules… » Cela n’était pas passé dans l’oreille d’une sourde. Ce n’était pas tout le monde qui aimait le faire avec, alors autant en profiter! Tu te redressas un peu pour venir grimper sur elle, t’installant à califourchon sur ses cuisses. Tes mains glissaient sur son ventre, montant jusqu’à sa poitrine alors que tu la regardais, joueuse, te demandant de quoi ta compagne était capable.
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
girl on girl. (Jasmine) Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
girl on girl. (Jasmine) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Tango
Messages : 8285
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
girl on girl. (Jasmine) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Lun 2 Sep - 23:11
Pourquoi mettre un genre lorsqu’il s’agit de prendre du bon temps? Je n’étais pas du genre à dédaigner un passe-temps jouissif simplement à cause du sexe d’un partenaire. D’ailleurs, mon premier baiser m’avait été donné par une femme lorsque j’étais ados et il ne lui avait pas fallu beaucoup de temps avant de me convaincre de la rejoindre dans son lit. Sue-Ann serait-elle aussi dégourdie ou se laisserait-elle désirer un peu? Je n’avais rien contre le jeu du chat et de la souris, mais vu mon état déjà avancée d’excitation, je n’avais pas envie de me faire mener en bateau. Par chance, la belle à la peau de neige semblait être sur la même longueur d’onde que moi. Mouillait-elle déjà? J’avais bien envie de le découvrir avec mes lèvres, mais il c’était trop prématuré pour y penser immédiatement. Sue-Ann méritait plus qu’une baise facile et vide de sens, elle méritait la passion et une jouissance si violente qu’elle s’en déchirerait la voix. Jouant avec la mince corde rose de mon string lorsqu’elle complimenta la couleur de l’ensemble, j’ai mordillé ma lèvre avec un sourire espiègle. « Alors je les enlèverai tout doucement pour que tu puisses voir la dentelle descendre sur ma peau » Rétorquais-je d’une voix emplie de désir alors que mes yeux parcouraient sa silhouette. Sous-vêtement blanc sur une peau aussi nacrée et lumineuse. J’avais l’impression que ma bouche pourrait y laisser des marques aussi indélébiles que les tatouages qu’elle portait comme une reine. Son culot me plut instantanément lorsqu’elle m’encouragea à la gouter. « Ne t’inquiète pas, je compte bien profiter de ce délicieux corps dans les moindres détails » Murmurais-je doucement, de plus en plus excité par cette tensions qui s’installait entre nous. Il ne faudrait pas grand-chose pour qu’une étincelle embrase nos corps et qu’on se saute au cou pour baiser passionnément. Elle le savait, je le savais. Le baiser que nous échangeâmes fut suave, sensuel, enivrant. Assez pour que je me presse contre elle, assez pour me faire gémir lorsque nos langues jouèrent ensemble avant que je ne m’intéresse à son cou pour faire monter la pression en elle. « Oh…tu parles de ça? » Dis-je lorsqu’elle mentionna les pilules. J’ai glissé une main sous mon soutif pour en retirer un petit sachet contenant de l’ecstasy. Lentement, j’ai ouvert le sachet et j’ai saisi un comprimé pour le porter à ses lèvres. « Allez, ouvre la bouche » Dis-je avant de déposer un second comprimé sur ma langue alors qu’elle s’installait à califourchon sur mes cuisses. « Huum » Gémis-je lorsqu’elle se frotta un peu trop près de ma chatte déjà bien sensible à tout frôlement et qu’elle glissait ses mains sur mon ventre jusqu’à mes seins. Mes mains se portèrent directement contre ses hanches avant d’empoigner ses fesses à pleines mains, ne la quittant pas du regard. « Je te veux » Dis-je avec empressement et envie, redressant mon buste pour attraper son soutien-gorge entre mes dents. Dans cette position, il était difficile de bouger et pourtant, mes dents laissèrent place à mes lèvres pour embrasser lentement la courbe de son sein droit.

@Sue-Ann Collins


girl on girl. (Jasmine) Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mar 3 Sep - 0:19
La brunette te disait qu’elle allait alors retirer sa lingerie doucement et cette pensée ne te déplaisait pas. Un striptease avec cela? Tu savais que ta compagne allait être impatiente, tout comme toi d’ailleurs. Depuis ces quelques messages échangés, en quelques minutes à peine, tu avais eu hâte de la retrouver, de l’embrasser, de la toucher… Le désir pur et simple. « J’en rêve déjà. » Littéralement, tu te demandais si tu n’étais pas en train de rêver. Tout était trop parfait. Pour toi, ces moments avant l’acte étaient un grand plaisir. Même si cela te tuait parfois d’attendre, tu savais que ça valait la peine au final et jamais tu ne regrettais. La tension montait et tu étais bien heureuse d’avoir déjà retiré tes vêtements. De ton côté, ça te permettait de ne pas étouffer sous la chaleur qui prenait emprise sur ton corps, et de celui de Jasmine, d’avoir une magnifique vue sur ton corps. C’était donnant-donnant. Tu la provoquais à nouveau et heureusement pour toi, ses réponses étaient plus que satisfaisantes. « Il est tout à toi. » Il ne manquait qu’une chose qui t’avait bien excité à son sujet, l’idée de consommer avec elle. On dirait presque que tu as affaire à ta jumelle, tu ne pourrais demander mieux. D’ailleurs, à ta demande, tu la vis sortir un petit sachet de son soutien-gorge. Ton regard suivi son geste tandis que ta lèvre était emprisonnée entre ses dents. Tu hochas de la tête pour confirmer, même si à cette vue, tu eus envie d’y aller déposer tes lèvres, mais pour l’instant, elle te demandait d’ouvrir ta bouche et tu le fis sans même faire attention à ce qu’elle venait y déposer. Tu lui faisais confiance, puis il n’y avait aucune drogue que tu n’avais jamais essayé alors ça ne te faisait pas peur. Tu l’avalas pouvoir te reconcentrer sur le corps de la jeune femme. Celle-ci semblait avoir la même idée en tête, puisque tu sentis ses mains venir agripper tes fesses. « Moi aussi. » L’attente avait assez duré, voilà que la belle s’attaquait à ton sein. Un gémissement s’échappa de ta bouche en sentant ses dents, se changeant en plus par la suite avec ses baisers. L’une de tes mains vint se poser derrière sa tête alors que, doucement, ton bassin venait bouger contre le sien. Cette dentelle qui couvrait ton intimidité et la sienne frottait l’une contre l’autre, ce qui ne faisait qu’augmenter ton excitation. Après quelques instants, tu viens appuyer sur ses épaules, l’obligeant à s’allonger de nouveau. « Laisse moi faire… » Entreprenante? Tu l’as toujours été. Puis tu as envie de la découvrir et de lui faire plaisir en même temps. Tu commences donc par venir lui voler un baiser, t’attaquant par la suite à son cou pour dangereusement descendre vers sa généreuse poitrine.
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
girl on girl. (Jasmine) Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
girl on girl. (Jasmine) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Tango
Messages : 8285
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
girl on girl. (Jasmine) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mar 3 Sep - 9:41


girl on girl. (Jasmine) Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Anonymous
Invité






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Invité ✧
(#) Mar 3 Sep - 23:23
Almarik Sawyer-Keohane
Almarik Sawyer-Keohane
En ligne






Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Barbie/ Girafe-boy
Âge : 43
Origines : Scandinave naturalisé en Amérique
Occupation : Propriétaire de Caprices Interdits (Chocolaterie)
Lieu de résidence : Cottage dans le Queens
A New York depuis : 39 ans
Situation Amoureuse : Marié à Mao Sweeney-Keohane
Orientation sexuelle : Homosexuel
14 février 1977 à Trondheim : Naissance d’Almarik, fils unique d’un couple pas très fortuné de pêcheurs et d’ouvriers. Il nait légèrement malade et faible.

3 décembre 1982 : Découverte d’une souche très agressive de la leucémie chez le gamin et bien vite, les soins qui lui sont prodigués dans sa ville natale ne sont plus suffisant. Papa Sawyer perd également son boulot et commence à désespérer. Au bout d’une année à regarder le gamin dépérir et de constater qu’il n’y a pas de travail pour eux à Trondheim, le père de famille marche sur son orgueil et demande à son propre père de lui prêter l’argent suffisant pour déménager en Amérique, là où tous les rêves deviennent réalités.

19 mars 1984 : Almarik entre au New York-Presbyterial Hospital/Weill Cornell Medical Center et commence à y recevoir de lourds traitements de chimiothérapie destinés à éliminer la leucémie qui ronge de plus en plus vite sa petite vie. Il ignore tous des soucis financiers de ses parents et vit entièrement à l’hôpital sans jamais visiter le misérable petit appartement qui sert de logement à son père et sa mère. L’American dream’s n’est pas aussi bien qu’on le leur avait laissé miroiter.

13 Juillet 1984 : Almarik frôle la mort une première fois. Les traitements sont trop lourds pour son corps affaibli, mais pourtant, il trouve encore la force de se battre, chanter et sourire. C’est un petit combattant sans peur. À 19h38, on le réanime une première fois. Son cœur recommence à battre, plus fort qu’il n’a jamais tambouriné jusqu’à maintenant dans sa poitrine. Ironiquement, c’est approximativement une heure plus tard que le cœur de son père cessera de battre pour toujours, après avoir reçu une poutre d’acier dessus alors qu’il travaillait illégalement sur un chantier de construction.

21 janvier 1985 : Devenu veuve, la mère d’Almarik accumule les dettes et il devient évident que son misérable salaire de femme de chambre ne suffira pas à payer les soins médicaux onéreux de son unique fils. C’est environs au même moment, qu’elle remarque d’étrange marque sur le corps de son fils, surtout au bas de son corps. Elle tente d’en parler au gamin, mais ce dernier évite beaucoup trop le sujet à son goût. Elle décide d’en glisser un mot au médecin et ce dernier lui promet de payer tous les soins médicaux d’Almarik si elle tenait le secret…secret. Une question éthique et morale s’imposa alors à Eladora Sawyer : Valait-il mieux dénoncer le violeur de son fils et condamner son enfant à mourir du cancer ou fermer les yeux pour offrir à sa chaire une chance de vivre? Elle ferma les yeux. Pendant 8 longues années, malgré les supplications de son fils de le sortir de l’hôpital.

14 février 1993 : Peut enfin sortir de l’hôpital pour son seizième anniversaire, après avoir vaincue la leucémie trois fois. Le seul et unique acte de violence et de mécontentement qu’il a en seize ans, c’est là qu’il le donne, au médecin qui l’a violé pendant toutes ces années, avec le consentement silencieux de sa mère. Un coup de poing. Un unique coup de poing avant de quitter cet hôpital pour de bon.

16 juin 2001 : Bénéficiaire de nombreux prêt et bourse et nouvellement naturalisé Américain, Almarik Sawyer gradue finalement de son cours d’architecture, des idées pleins la tête, mais peu de clients prêt à payer pour ses immeubles loufoques et rigolo. Il tente de leur montrer l’avantage d’avoir des hôpitaux amusant pour rendre la vie plus facile aux enfants malades, mais il trouve peu d’oreilles attentives à ses explications.

16 Juillet 2010 : Mariage d’Almarik et Rebecca Mason, malgré l’interdiction de la famille de la belle. Ils étaient tous les deux de brillants architectes et s’aimaient d’un amour presque enfantin.

21 mai 2012 : Naissance de son fils et décès de sa femme qui était pourtant en bonne santé. En fait, Rebecca Mason (sa femme) lui a caché l’existence d’une grossesse à risque de peur qu’il lui demande d’avorter et elle mourut d’une hémorragie. Almarik devint veuf et père dans la même heure.

21 Septembre 2015 : Almarik tente de se relever d’une profonde dépression où il a sombré dans un profond alcoolisme. Tentant de cacher son état d’ébriété le mieux possible, il s’occupa de son fils du mieux qu’il pouvait, soutenu par une personne qui devint rapidement sa meilleure amie et son soutien moral. Plus il travaillait à dessiner des immeubles qu’il détestait, plus il buvait. C’est un peu par hasard qu’il se découvrit une passion pour la confection de chocolat, après avoir décidé sur un coup de tête de cuisiner un peu n’importe quoi.

01 janvier 2016 : Ouverture de sa chocolaterie « Caprices Interdits » sous le thème d’un monde imaginaire et fantastique. Boutique munie d’immenses arbres en sucre aux pommes en chocolat aux multiples cœurs fondants, de décors mangeable en confiserie et de couleurs chatoyantes, on le traite de fou d’ainsi quitter un métier payant pour ouvrir quelque chose d’aussi enfantin et pourtant, Almarik trouve enfin le courage de cesser de boire pour commencer une vie plus sainte.

7 novembre 2019 : Rencontre entre Mao et Almarik. Ce qui aurait dû être des retrouvailles entre amis sonna un puissant changement dans le corps et le cœur de notre Scandinave préféré. Almarik ne connaissait pas Mao, c’était son neveu qu’il venait rencontrer dans ce Pub chaleureux et pourtant, dès les premières secondes, toute son attention fut tourné vers cet Irlandais tatoué et fascinant. Almarik qui s’était toujours considéré hétérosexuel devint obsédé par l’idée d’embrasser cet homme, de sentir ses mains contre sa peau et son souffle contre son cou. Même si les proches de Mao voyaient cette fascination d’un mauvais œil, Almarik décida d’écouter son cœur et de foncer. Il voulait découvrir ces nouvelles sensations et il voulait les découvrir avec Mao. Un regard lui avait suffi pour savoir qu’il le voulait. Un baiser lui avait confirmé que c’était lui, l’amour de sa vie. Eh oui, Almarik était aussi romantique et fleur bleue que les princes de films d’animations.

17 décembre 2019 : Un peu plus d’un mois après leur première rencontre, Almarik met Mao au défi : le rejoindre à Las Vegas pour se marier devant un Elvis. Une union originale, mal bel et bien officielle. Était-ce précipité? Évidemment. Est-ce qu’Almarik regretta ce choix? Pas du tout, parce qu’il aimait désespérément et totalement son époux. Il aurait simplement préféré qu’Aaron (Son fils) soit présent ainsi que leurs proches.

2020: Adoption du petit Marmaduke âgé de quelques mois seulement et retour du cancer d'Almarik.
Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.
girl on girl. (Jasmine) Tumblr_n0bvz7ZG551qdg533o1_250
  • Red Harvest Cross
  • Smiling Foundation
girl on girl. (Jasmine) VEo0rLeU_o
RPs : 0
Pseudo : Tango
Messages : 8285
Faceclaim : Alexander Skarsgard
Crédits : Carreau, Casper
Inscription : 20/08/2019
Multicomptes : James, Almarik, Démeter
Nombre de mots par RP : 200 à 2000 mots
Fréquence de RP : Un peu tous les jours
Fréquence de SMS : Tous les jours
Ticket to Heaven
girl on girl. (Jasmine) T96H27gU_o
01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
Citoyen de NYC ✧
(#) Mer 4 Sep - 10:40


girl on girl. (Jasmine) Essai1

Is tú buille mo chroí...
Is leatsa mé, go dtí deireadh an ama, agus níos faide i gcéin.
Contenu sponsorisé






01
ingame
02 zone libre
03
hors-jeu
(#)


Revenir en haut
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum