SOUTENEZ NOUS
top rpg



Aumaric Roy




Messages privés:  

Aumaric Roy
Dernière visite : Hier à 19:34
Envoyer un message privé 
http://www.disjointedsocieties.com/t4677-aumaric-roy-tom-hardy#177124
http://www.disjointedsocieties.com/t4759-aumaric-if-i-had-a-heart#179957
http://www.disjointedsocieties.com/t4820-aumaric-roy#182899
Citoyen de NYC
Citoyen de NYC
Hey ! T'as déjà entendu parler :
du mec qui n'a aucune expression et qui préfère survivre plutôt que de vivre ?
qui ressemble à :
Tom Hardy ?
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle :
Aumaric
j'ai :
37
ans et je vis à New York depuis :
37 ans
Je passe mes journées à :
travaillé dans un garage, comme garagiste, et très mal payé
mais dans mes temps libres, j'aime :
énormément le sport, je pratique de la boxe amateur
Je suis :
célibataire, j'ai pas le temps, ni l'envie. J'ai déjà eu des copines, mais absolument pas des copains. T'as crus que j'allais assumé ça ? Rêve pas
et j'habite :
dans le bronx. Pas compliqué à retenir, t'as qu'à poser ton regard sur ma gueule pour savoir où j'habite
IRL je m'appelle :
Sandrine ou Sanie
mais tu peux m'appeler :
#Sanie
En RP, je fais environ :
300 et 2000 mots.
En ce moment j'ai :
de la place pour un nouveau RP
et :
j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai :
38
messages, :
0
rps postés et ce compte existe depuis le :
06/04/2019
Je joue aussi : :
personne, ça reste mon unique compte.
Voir un profil - Aumaric Roy Tumblr_o3a3lrqF4Y1ubu24ho1_500
“Be the change that you wish to see in the world.”
AUMARIC ROY

(1.) Je suis intégralement tatoué. J’ai des tatouages qui sont complètement moches, que j’ai fait durant une soirée un peu bourré. Et d’autres, c’est littéralement une histoire, mon passé, ma vie. J’ai toujours aimé marquer mon corps de cette manière. Outre le fait d’avoir des cicatrices, je les caches la plupart du temps derrière l’encre. Après, je vais pas mentir. Qu’on me prenne pour un fou ou pas, je m’en branle un peu. Mon corps, c’est mon corps. C’est aussi simple que ça. (2.) Chaque nuit, chaque nouvelle conquête. Je ne dors jamais seul, et si c’est le cas. Je préfère dormir dans le canapé plutôt que dans mon lit. J’ai des paralysies du sommeil, je dors pas sans médicament. Un vrai gamin, non ? Sans doute. Mais ça, faut en vouloir à ce bâtard qui m’a servi de père. (3.) En parlant de mon père, mon père est en prison. Je pense qu’il va crever là-bas et j’ai jamais été le visiter. J’étais pas si jeune que ça, quand il a butter ma mère, je devais avoir quatorze ans. Depuis, plus aucune nouvelle. Je sais même pas où ma mère a été enterrée. Je sais plus rien de cette famille, ou de mes oncles, rien. C’est comme si on m’avait effacé le passé. Mais les images, les hurlements. C’est dans la tête. (4.) J’ai été placé dans plusieurs familles d’accueils. Aucune n’a réellement voulu de moi. Parce que j’étais parano, parce que j’arrivais pas à l’école. À dix-huit ans, j’ai dû me débrouiller. Et c’est pas plus mal d’ailleurs. J’ai jamais connu de l’affection, seulement ma mère m’en donnait, et on me l’a arraché. (5.) On vit pas dans un film. Je veux pas de l’aide, je veux pas qu’on me sorte de l’enfer où je suis. J’ai accepté cette réalité depuis la mort de ma mère. J’ai accepté tout ça. Et je compte crever dans cette ville, aussi pitoyable que maintenant. Alors non, je veux pas de pitié. Je veux pas de votre tendresse. (6.) J’ai fait deux ans de prisons, de vingt ans jusqu’à mes vingt-deux ans. Vol à mains armées, rien que ça. Si seulement on savait les trucs les plus importants. Étrangement, j’ai pas croisé mon père dans les cellules. J’ai connu la merde, on imagine pas comment les prisonniers sont traités. Ouais, vous allez dire qu’on le mérite. Vous êtes juste des cons. Je dis pas qu’on mérite pas, je dis qu’on est mal traités. La bouffe est immonde, je te parle pas du confort du lit. Et il faut l’ouvrir pour pas qu’on te marche dessus. Qu’on te crache dessus, même. Si je suis fier ? Non, j’ai pas réussi mon coup. (7.) J’ai des émotions, des sentiments, mais la plupart sont mauvais. J’ai été bercé dans ce monde de merde, et je sais pas gérer la tendresse. C’est même pas une excuse. Je sais juste pas, et je flippe vite quand on commence à devenir délicat avec moi. J’ai jamais fait l’amour, je fais que baiser. J’ai jamais eu des surnoms, jamais de rendez-vous dans des restaurants. C’est pas moi ça, ça me ressemble pas. Mais peut-être que je le veux, ou pas. J’en sais rien, je vais pas m’étendre là-dessus alors que je galère juste à expliquer mon manque d’expression. (8.) J’habite dans un petit appartement dans le Bronx. J’ai aucune photo sur les murs, aucun souvenir. Il y a rien qui ferait qu’on pourrait en apprendre sur moi. Je préfère pas. Je préfère garder tout ça secret, comme mon mental, mon état psychologique. J’ai l’air malade à l’extérieur, mais si on prendrait au moins deux minutes pour réellement en savoir plus. On pourrait voir que je suis un bon gars, tombé dans une mauvaise vie. Avec un mauvais passé. C’est pas ma faute, et vous le savez. Quand on pose un regard sur moi, quand on me regarde comme si j’avais fait en sorte d’avoir cette vie. C’est pas le cas. Mais je fais avec. Je préfère noyer mon malheur dans des verres, dans de la drogue, dans des coups d’un soir. Que de réaliser réellement à quel point je vais mal. (9.) J’ai des démons qui hurlent dans ma tête. J’ai plusieurs vois qui me disent quoi faire, comment agir. Et j’ai ma conscience, qui elle, enroulée dans un coin de la pièce, me regarde avec pitié et pourtant avec douceur. J’ai peur d’eux, mais je tente d’être plus fort. Je voudrais pouvoir réussir à oublier tout ça. Mais je ne peux pas. Ils sont là, sans arrêt. Chaque nuit quand je tente de fermer les yeux, je peux les sentir à côté de moi, le souffle sur ma peau. Je sais qu’un jour ils vont finir par me tuer. (10.) Faut quand même que j’avoue ce trait. J’ai peur qu’on m’abandonne. J’ai beau être le gars solitaire, si je vois que je suis bien avec toi, je vais avoir peur de me réveiller et de plus te voir dans ma vie. Je sais pas d’où vient cette peur. Mais elle me bouffe. Mais je sais que je dois taire tout ça. Mais je sais juste pas comment. Même avec la pire volonté, on le voit dans mes yeux. Et c’est de pire en pire, chaque jour qui passe.


LOVE STORY
Ludwik: Il y a des années, on a commencé à se fréquenter. On couche ensemble, mais un dégoût me prend aux tripes à chaque fois que je ressens du plaisir avec toi. N'importe qui, sait que je suis bisexuel. Mais au fond de moi, je me dégoûte. Mais je ne cesse de penser à toi, et à ton corps.
Ellina fiore: J'ai toujours eu un mauvais penchant pour toi, mais quand tu t'es barré. J'ai pas voulu savoir, j'ai simplement arrêté de te chercher. Mais dès que j'ai su que tu avais reposé tes pieds dans cette ville. J'ai pas pu m'empêcher. Tu es différente.


FAMILY TREE
Meilleur(e) ami(e): Ubbe: Meilleur ami depuis tant d'années. Rien ni personne ne peut nous séparer. Je suis ton monde, tu es le mien. Je te protège, et je donnerai ma vie pour te savoir bien.

OTHER RELATIONSHIPS
Employées:
potes:
Ambiguïté:
Pas encore définit: Daya: Je t'ai à l'oeil depuis quelques temps. Tu bosses pas pour moi, mais je vais faire le nécessaire pour t'avoir.
FUCK OFF
Ennemis:
RPS:
Ludwik
Daya
Ubbe
présent
Faceless Ones