Partagez | 
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort
qui ressemble à : dylan rieder. (old money)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj
j'ai : 26
ans et je vis à New York depuis : toujours
Je passe mes journées à : faire marcher mon business,
mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange.
Je suis : infréquentable
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana
mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet.
En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots.
En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Lun 7 Jan - 21:28


taj, c'est le poing qui fait encore mal après cette altercation passer entre deux rues, un mauvais pressage, un mauvais coup, c'est les mains qui se sont mêler aux paroles, un chien abattu qui cogne et qui grogne devant la gueule désintéressée de taj. le soupir achalé, devant un cocker tenue en laisse par sa pute, taj, la perte de temps qu'il lui consacre et la salive qu'il préfère cracher au sol que la gâcher en ouvrant sa bouche, aucun mot  à ce moment-là, c'était le silence froid et le regard espiègle, les poings qui serrent, les terminaisons nerveux qui s'entremêle et s'entrechoc, puis cette pression sanguine qui fulmine et progresse dramatiquement vers son cerveau. taj, qui plaque son tibia contre sa jugulaire, puis les pêches qui doucement percute contre sa pommette, devenue violâtre, à force de lui bousiller la gueule, brut et sauvage, intense et sanguin, sans comprendre les raisons de sa haine, taj, il a frappé, son air arrogant sur la face, ce demi-rictus presque moqueur, taj, un moment de transe et son corps devient flammes, puis il consume son adversaire, les mains qu'il décrasse sur sa gueule, le reptile qui éjecte son venin, plus vite que n'importe qui, taj un goût d'amertume dans la bouche et le corps qui pendouille en enfer. taj, il se souvient de cette altercation, de ses enchaînements, il se souvient aussi de julia, julia et ses grands mots, julia qui envenime une situation déjà complexe. il a encore les nerfs, parce qu'il ne l'a pas assez touché, la pulpe de ses doigts semblable à de l'acide, taj, il a mal, parce qu'il veut plus. il s'éclate intérieurement, le rouge de sa gueule casser. julia derrière lui qui tente tant bien que mal de rester à sa hauteur. le sol du QG franchis. taj, il veut se calmer, alors il bouge, il claque ses pieds contre le sol, comme un gamin, il tente d'extérioriser sa rage, comme un gamin, il marmonne ses protestations et fait les cent pas, il cogne contre le sol et se ressasse la scène encore et encore sans comprendre ce qui avait dérangé la transaction, puis pourquoi cette réaction à l'extrême, le nez dans la marchandise. puis, taj, il prend conscience alors que c'était peut-être l'un de ses plus gros monstres qu'il venait de perdre, un de ses plus gros monstres qui pouvait se retourner contre lui. un monde de requin dicté par la suprématie, éliminé les incapables pour régner en seul roi. et devant lui, il a julia, la rose est vive et cru, douce et enjolivé, épineuse et désarmante, julia, c'est un paradoxe complémentaire, un doux rêve presque trop beau. taj, il s'accroche et s'arrache à son cou, de cette corde invisible qui les rapproche, qui les bouffent, à en bouffer l'os. julia son calmant, sa sagesse, la douceur entre les braises, la loyauté dans ce monde de fourbe.. julia, elle qui avait toujours un avis sur sa situation, celle qui l'accompagne depuis maintenant six ans et qui connaît taj mieux que lui-même ne se connaît..
taj, le poing encore dur qu'il vient cogner contre sa cage thoracique, un besoin vital de retrouver son calme, que la raison lui revienne. devant elle, il veut garder la tête froide, il ne veut pas se montrer violant, parce qu'il ne veut pas qu'elle prenne peur sous ce regard qui tire un air cadavérique, taj, il ne veut pas voir le monstre qu'il est à travers ses yeux. une âme en lambeau, qui bascule et qui tremble. taj, il s'assoit sur une table l'esprit maintenant plus apte à réfléchir, il tente une nouvelle fois de se rejouer la scène dans sa tête, encore une fois, il ne comprend pas. _ t'as compris son numéro à l'autre, toi ? les yeux dans les yeux, taj, l'air interrogatif sur le visage. Il tente de comprendre la situation dans tous les angles. _ quel intérêt pour un clebs de jouer les négociateurs avec moi ? dis-moi ? la main qui frappe au vent, taj, embrumé. tu payes mille balles ta came.. l'accent qu'il porte sur le mot came. donc son patron à les thunes qu'il prononce en conclusion et les nerfs qui remonte, et la pression qui remonte, l'avant-bras qu'il mord pour contenir sa rage avant de balbutier putain, il m'a foutue dans la merde ce bouffon. le rire nerveux qui pointe. taj, comme les tréfonds qu'il aperçoit depuis la terre, le regard perdu entre haine et haine.
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté
qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia
j'ai : 23
ans et je vis à New York depuis : toujours.
Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes,
mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue.
Je suis : accro à son regard de braise,
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle
mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété
En RP, je fais environ : 1200 mots
En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
http://www.disjointedsocieties.com/t395-julia-godfrey-o-taylor-marie-hill#2637 http://www.disjointedsocieties.com/t488-julia-o-let-go-of-the-illusion-it-could-have-been-any-different http://www.disjointedsocieties.com/t498-julia-godfrey
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Mar 8 Jan - 0:05


tes cheveux au vent, ton corps bouillonnant, ton cœur brûlant, le bruit de tes talons qui résonne dans les ruelles désertes de brooklyn. sur le chemin, pas un son. juste ce silence pesant qui règne entre vos deux êtres. le bruit de ses pas, puis des tiens qui tentent de le rattraper à vive allure. taj, qui essaie de se calmer, de chasser toute la frustration et la colère qu'il éprouve à ce moment précis. alors il accélère, te laissant quelques mètres derrière. tu sais qu'il en a besoin. alors tu cherches pas à le dépasser. tu cherches pas à démarrer un discours qui ne servirait à rien d'autre qu'envenimer les choses. dans la situation catastrophique qui vient de se dérouler, t'as tous les torts. sauf qu'il ne le sait pas encore. taj, il ignore que c'est de ta faute. que s'il vient de perdre un de ses plus gros clients c'est par ta maladresse et uniquement à cause de ça. parce que t'as merdé julia. t'as pas pris la bonne marchandise. tu t'es plantée. t'as pris celle de moins bonne qualité, celle qui était réservée aux chiens possédant moins de moyens que ces gens là. pourtant, t'aurais pu apaiser cette guerre en devenir. t'aurais pu éviter cette confrontation futile, qui n'a menée à rien de plus qu'à ces douloureuses ecchymoses sur vos corps blessés. à cause de ta fierté mal placée, simplement parce que tu ne supportais pas l'idée d'avouer ta faute et de l'assumer, t'avais tout fait foirer. t'avais ouvert ta grande gueule, laissé se délier ta langue trop bavarde alors que t'étais pas en position de force. et parce que t'étais incapable de reconnaître ton erreur, tout s'est envenimé. taj, il se retrouvait de nouveau mêlé à ce corps affamé de chair humaine, à ces poings frappant plus fort que la foudre, lorsque le ciel était lui-même en colère. et toi, t'avais foncé dans le tas en même temps que lui, t'avais agrippé la crinière de cette idiote qui l'accompagnait, et qui t'insupportait au plus au point. puis tu l'avais frappée, tu t'étais défoulée sur elle en sachant pertinemment que la seule fautive de cette bagarre, c'était toi. julia, trop arrogante pour afficher ses faiblesses. julia, têtue, qui préfère se prendre une raclée, plutôt que de dire qu'elle avait apporté la mauvaise drogue. taj, de son côté, se décomposait. fou de rage, transcendé par les ténèbres qui prenaient possession de son âme, au fil des mots âpres qui arrivaient jusqu'à ses oreilles. parce que les flammes qui brûlaient dans ses yeux étaient trop fortes pour se laisser étouffer. parce qu'il n'allait pas s'arrêter là, devant toute cette provocation que lui adressait son interlocuteur. malgré la main de fer avec laquelle il gérait ses affaires, il arrivait parfois quelques petites bavures. ce soir en était la preuve.
ta lèvre entaillée, qui te fait souffrir à chaque fois que tu tentes d'ouvrir la bouche pour lui parler. tes vêtements déchirés, noircis par les traces de ses bottes qui t'ont piétiné. pourtant pas de mot, rien ne sort. alors tu le suis, comme le toutou obéissant que t'as toujours été depuis ces six dernières années. il referme la porte de votre qg, ta voix n'a toujours pas refait surface. tu sais pas comment lui dire que c'est ton erreur, mais que t'as pas réussi à l'avouer en temps et en heure. taj, le côté sombre prenant souvent le dessus sur ses bons traits de caractère. le connaissant, il allait repartir dans sa folie destructrice. mais tu peux pas rester comme ça plus longtemps. ses prunelles sombres te dévisagent. taj, qui ne comprend toujours pas comment la situation a pu dégénérer de la sorte. tu t'en veux terriblement. t'aurais aimé lui dire que c'était pas grave, que c'était qu'un bouffon parmi tant d'autres et que les affaires continueraient avec de nouveaux acheteurs. mais ta conscience t'en empêchait. tu pouvais pas garder ça pour toi plus longtemps. tu restes silencieuse, non loin de lui. tu t'approches de la table sur laquelle il réside -pour tenter de calmer ses ardeurs-  puis tu viens lui faire face. t'as presque peur de lui avouer. t'as mal au ventre, tu stresses. parce que tu le connais par cœur. tu sais qu'il va s'emporter et qu'il ne te  pardonnera pas aussi facilement. tes iris qui appréhendent sa réaction, tu soupires, venant plaquer les paumes de tes mains sur ta tête amochée. tu regrettes putain. tu regrettes. " écoute taj... " ta voix raillée qui tente de poursuivre, tes iris qui viennent se planter dans les siens. t'essaies pas d'esquiver. tu sais que la sanction sera inévitable. " arrête de parler de toutes ces choses qui ne riment à rien. arrête de penser à toutes ces conneries. parce que tout est faux. c'est ma faute. " ta main qui vient se poser sur sa cuisse, resserrant l'emprise autour de son pantalon. " j'ai merdé. j'ai échangé la marchandise. " tu viens mordre ta lèvre inférieure, tes yeux s'évanouissent sur le sol. ton cœur se fige, manque un battement à la suite de cet aveu. cette putain de boule au ventre qui ne part pas. t'es incapable de soutenir plus longtemps ce regard noir qui t'assassine, alors tu te recules. tu préfères battre en retraite, parce que tu sais que son courroux sera violent. tu te tiens debout, face à lui, tu baisses la tête, prête à accepter ton châtiment. ce déferlement de haine qu'il va déverser à ton égard. tous ces mots blessants que tu vas te manger en pleine figure. taj, tu sais de quoi il est capable. tu sais qu'il sera pas tendre avec toi. son business, c'est l'une des choses qui lui importe le plus. et apprendre que t'as saboté son travail, et qu'en plus t'as refusé de l'avouer devant ses clients... t'étais indéfendable, julia. une parfaite abrutie. " j'suis désolée putain. " bougonnes-tu dans un soupir, presque inaudible. la tête inclinée en direction de tes jambes. tes maigres jambes qui tremblent comme des feuilles, à l'idée de récolter la tempête que t'as semée.


@Taj Rose



does she make you feel wanted like i did, make you feel like you're the one thing that matters. you let her head rest on your chest, but when you close your eyes you'll be seeing my face again. i'll be crossing your mind, and then you'll wake up to find that she's not me.

icon by chrysalis, sign by astra, gifs by me
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort
qui ressemble à : dylan rieder. (old money)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj
j'ai : 26
ans et je vis à New York depuis : toujours
Je passe mes journées à : faire marcher mon business,
mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange.
Je suis : infréquentable
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana
mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet.
En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots.
En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Mar 8 Jan - 22:12


dans son abyssal sombre et enténèbre, il fume à s'en éructer les poumons, poumons noirs à la nuit, qui hurle la trachée bousiller son amour pour la destruction, le corps à l'abandon, son âme raccrochée aux silences que seul le mort peut observer. il joue sans remords à un jeu qu'un homme sage, par le trouble, par quiétude, ne tacherait pas d'y feindre, de peur d'y laisser des gouttes d'un rouge épais. il tranche et décape, éteint et balaye, il montre sa suprématie, il détruit son illégitime, pour être seul face au jugement des élus, le parchemin explosé, détériorer, mutilé comme son propre cœur. puissions faire de lui un homme que le temps emporte par faiblesse, mais que les souvenirs accrochent, accordés lui la légende d'un escobar, qu'il reste riche, des années suivant son dernier souffle. taj, explosion d'une saveur métallique et froide, la dent qui toque contre le fer, l'esprit paralysé. taj, le poing toujours serré et la tête toujours déboussolée, un bordel qu'il ne contrôle pas. l'esprit qui s'échauffe, l'esprit qui s'attarde sur ce gars au sol, la tête en sang, le corps à mal. et taj, il a l'âme qui dévie dans un mauvais mood, de ses pulsions sauvage qu'il ressent dans le bas-ventre, de cette excitation qui grimpe à son apogée. heureusement qu'il a julia, elle reste à ses côtés, bien silencieuse, après une situation pareil, bien trop douce, bien trop calme, julia qui commence à comprendre, qui commence sûrement à assimiler que sa rébellion et son caractère à réveiller le coma des mortels, n'était qu'une chose futile qui ne faisait que titiller les oreilles déjà rouge et bouffer de taj. julia, sa princesse au regard souvent dans le vide, ce regard perdu qui voit plus loin maintenant, qui voit trop loin, comme le sentiment de la perdre, alors il se raccroche à elle, encore un peu plus qu'avant, parce qu'il sent comme le besoin vital de l'avoir à ses côtés, le besoin de se sentir fort à travers ses yeux, de se sentir protecteur et adulé. taj, il veut être le héros qu'il n'a pas pu être pour sa petite sœur avant elle. depuis le premier jour, julia, c'est son objectif, son obsession maudite sur qui il laisse les ravages de sa colère vulgaire et brut à travers son corps de jeune femme frêle et délicieuse. taj, qui s'excuse intérieurement de la laissée proche de lui, bien que son état puisse lui faire faire des choses qu'il ne veut pas, des chose qu'il ne contrôle pas, comme un alcoolique attiré par sa source, comme un toxicomane attirer par sa poudre, taj, addictif et poignant, l'homme qui à l'âme au diable, funeste destin d'un homme brisé par sa vie brisé par ses addictions, puis autour, il pique et détonne, il accroche quelques épines dans la peau de ses proches, qui en souffre et se déchire. taj, comme la destiné d'être seul qu'il veut éviter à tout pris, parce qu'il veut se sentir compris malgré des fêlures complexes que la plupart rejette et perce.
taj, qui se passait les louanges de juila en boucle dans sa tête, cette femme, c'est pour la vie, comme la seule pour qui il pourrait crever si la situation le demandait, taj, l'homme pas assez bien pour cette petite fille devenue femme. puis le poids de sa présence à ses côtés qui arrive à le tempérer, à lui faire comprendre qu'il ne fallait pas craquer. et sa main qui doucement se dépose sur sa cuisse, une main qu'il recouvre de la sienne, le regard qui fixe à présent sa tête baissée et apeurer, comme une petite fille qui s'apprête à avouer une bêtise, taj, il n'aime pas la tournure que ça prend, il n'aime pas le contrôle qu'elle exerce sur lui à ce moment-là. julia, la main qui se ressert à présent son jean, le remord qui se lit au bout de ses lèvres. taj, les yeux qu'il ferme, en pestant intérieurement, avec l'immense espoir qu'elle ne s'apprête pas à lui annoncer quelque chose qu'il n'a pas envie d'entendre. _ j'ai merdé. j'ai échangé la marchandise.. taj, la main qu'il claque contre sa tête, le regard sanguinolent qui transperce et flingue. le corps qui ne tient plus en place, il se lève, les paroles qui fusillent, martyrise et qui bute. putain, mais quelle conne ! qu'il bombarde en plein qg, l'idée qu'elle ait pu lui dissimuler ça tout le long du trajet, qu'elle ait pu ne rien dire devant le client, quitte à ce qu'il perde son meilleur potentiel client. crève telle la pute que tu caches derrière tes faux-airs de fille bien.. qu'il marmonne assez fort, qu'elle puisse entendre à quel point il avait la haine contre elle. Il s'approche et recule, il veut la toucher pour la blessé, mais ses bras n'y arrivent pas, un blocage de l'intérieur, un interdit qu'il tente de briser.

@Julia Godfrey
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté
qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia
j'ai : 23
ans et je vis à New York depuis : toujours.
Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes,
mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue.
Je suis : accro à son regard de braise,
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle
mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété
En RP, je fais environ : 1200 mots
En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
http://www.disjointedsocieties.com/t395-julia-godfrey-o-taylor-marie-hill#2637 http://www.disjointedsocieties.com/t488-julia-o-let-go-of-the-illusion-it-could-have-been-any-different http://www.disjointedsocieties.com/t498-julia-godfrey
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Mer 9 Jan - 23:18


t'avais pris la pire des décisions possibles en décidant de lui mentir. en décidant de ne pas avouer ton erreur tant qu'il en était encore temps. t'avais poussé le vice jusqu'à un point de non retour, jusqu'au point de lui faire perdre ce précieux client qui aurait pu lui rapporter des milliers de dollars. mais puisque c'était toi, t'espérais qu'il soit compréhensif. t'allais t'attirer ses foudres, te prendre une sacrée remontrance. pourtant si ça avait été un de ses gars, il l'aurait déjà battu, jusqu'à ce qu'il en perde connaissance. alors t'espérais, qu'il te pardonnerait un jour. t'espérais qu'il t'en voudrait pas trop longtemps, malgré l'énorme erreur que tu venais de commettre. t'allais probablement perdre sa confiance, plus jamais être mêlée à ses affaires importantes. parce que t'avais merdé. complètement. ton visage crispé, ta voix incertaine, lorsque tu croises ses prunelles qui te sondent et qui tentent d'avoir ton avis sur la situation. tu sais pas quoi lui dire. tu cherches les mots, telle une enfant prête à reconnaître sa bêtise. t'appréhendes sa réaction. tu profites des dernières secondes de calme avant qu'il ne reparte en trombe dans son animosité. tu le fixes, t'as pas envie d'ouvrir la bouche. ta main qui vient serrer son jean, comme si tu t'accrochais à ton seul point de repère. taj. ton pilier. celui qui t'a tendu la main lorsque plus personne n'était là pour toi. celui à qui tu dois la vie. celui qui t'a permis de rester à ses côtés. ils t'ont graciée, t'ont accordé ce répit que t'aurais probablement pas eu sans son intervention. ton brun ténébreux, le visage marqué par les brûlures de la vie. ses yeux pourtant si purs, si étincelants. dedans t'avais pu remarquer cette lueur. t'avais pu reconnaître la bonté au fond de son âme. et même si à présent il n'était en rien celui qu'il avait pu être par le passé, il avait toujours en lui cette partie qui ne s'était jamais éteinte. cette part de lui qui en faisait un homme bon, et bienveillant. c'est un autre taj qui a fini par se construire, au fil des années. cet homme distant, secret, t'as appris à le découvrir. tu t'en es rapprochée trop vite, contre ton gré. il a fait voler en éclats ton humanité, faisant de toi sa chose. tu lui appartenais, et tu n’avais pas le droit de te révolter. non, ça t'étais interdit. sous peine de te retrouver seule, errante avec l’ombre de toi-même. consciente de l’absurdité de la situation, tu luttais contre cette noirceur qui t'envahissait peu à peu. comme un air de rébellion qui planait au dessus de tes épaules. t'avais tellement changé depuis ces six dernières années, aux côtés des night walkers, que t'étais devenue une autre personne. autrefois, julia timide, julia qui n'ouvre pas la bouche, qui se fait victime. tout ce que tu n'es plus maintenant. t'es passée d'un extrême à l'autre. et tu sais pas si c'était mieux avant, ou si c'était pire. t'as presque aucune limite à ton comportement, aucun filtre lorsque tu dois dire les choses que tu penses ou les faire comprendre.
pourtant ce soir, t'es comme une gamine. t'arrives pas à parler. rien ne veut sortir.  puis tu te décides enfin. t'avoues toute la vérité, tu te recules, de peur qu'il entreprenne une réaction excessive. tu baisses les yeux, tu te fais silencieuse. julia, gênée. julia, soumise. taj qui se lève de son perchoir, en commençant à t'insulter. il en avait le droit. après ce que t'avais fait, tu t'attendais pas à ce qu'il passe l'éponge aussi facilement. tu réponds pas, tu déglutis difficilement. puis il te souhaite de crever, te traite de pute. et t'as du mal à l'accepter. tu sais qu'il en pense pas un mot. que c'est sous l'effet de la colère. mais t'es blessée. t'es heurtée dans ton estime, dans tes sentiments. qu'il puisse utiliser des mots aussi forts contre toi. tu relèves la tête, tu serres les dents, croisant ses iris incandescents. " j'y penserais la prochaine fois. à crever. peut-être qu'au final je serai mieux qu'ici. " balances-tu en soupirant. tes babines qui se retroussent en un rictus plein d'arrogance, lorsque t'entends les mots qu'il grogne. " la pute, elle t'emmerde taj. j'suis uniquement une pute à tes yeux, parce que tu me traites comme telle. " tu sais jamais te taire quand il le faut. même quand t'as tort, t'es capable de l'ouvrir et de changer de sujet. de retourner la situation, dire les choses qui te font du mal et qui te pèsent. et c'est exactement ce que tu comptes faire avec taj. ses remontrances, se couplant aux tiennes. ton sac que t'as bien envie de lui vider sur la gueule, même si c'est pas le moment. c'est le seul moyen de défense que tu trouves pour lui tenir tête. il s'approche de toi, les poings serrés, et instinctivement, tu fermes les yeux. mais tu ne bouges pas. tu restes statique, attendant la sentence, s'il avait envie de te l'infliger. il t'a jamais frappée. jamais touchée, pour autre chose que de recevoir tes faveurs. quand il était énervé, parfois, il se défoulait sur ton corps. pas par la violence, mais par vos rapports. comme si t'étais son objet. le moyen qu'il avait trouvé pour décompresser. alors si c'était ça, la raison pour laquelle il t'avait fait entrer dans le groupe ce soir là, t'aurais préféré ne jamais y aller.
t'attends quelques secondes, t'ouvres de nouveau les yeux, ne ressentant aucun coup supplémentaire s'ajouter sur ton corps abîmé. tu ne perçois pas non plus le contact de son bras qui t'attirerait vers le canapé, pour arracher tes vêtements et se venger en faisant taire ta bouche insolente. rien de tout ça. t'es en tort depuis le début, mais tu peux pas t'empêcher de le chercher. de le provoquer pour qu'il aille plus loin. parce que c'était ça l'essence même de votre relation. " c'est tout ? ce soir tu vas pas me tirer par les cheveux et me faire crier, pour calmer ta rancune ? " dis-tu fermement, ton sourire s'éclipsant de ton visage déterminé. tes bras qui lentement, font glisser la fermeture de ta jupe. t'as besoin de lui montrer. besoin de lui expliquer ce que tu ressens dans ce rôle d'esclave qui ne te convient plus. tu devais régler tes comptes avec lui ce soir. autant en finir une bonne fois pour toutes. ton vêtement qui tombe sur le sol, ta peau frêle et marquée par les coups de cette chienne, qui se dévoile. ton dessous comme unique rempart. tu le regardes en chien de faïence. taj, ce connard pour qui t’éprouves un grand attachement. taj, celui qui te prend pour acquise, alors que t'es pas sa propriété. taj, ce mec violent avec un cœur aux plaies purulentes, mais qui pourtant s'occupe de toi telle la prunelle de ses yeux. taj, à qui t'as envie de faire comprendre comment tu te sens. parce que tu supportes plus d'endosser ce rôle. parce que cette corde au cou qu'il t'a attachée te fait atrocement souffrir. ça te brûle les entrailles, ça t'empêche d'avancer. t'es prisonnière de son emprise. " alors, on règle ça comment ce soir ? tu me baffes ? tu me baises ? je crève ? " grondes-tu, tes prunelles qui soutiennent les siennes.

@Taj Rose I love you



does she make you feel wanted like i did, make you feel like you're the one thing that matters. you let her head rest on your chest, but when you close your eyes you'll be seeing my face again. i'll be crossing your mind, and then you'll wake up to find that she's not me.

icon by chrysalis, sign by astra, gifs by me
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort
qui ressemble à : dylan rieder. (old money)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj
j'ai : 26
ans et je vis à New York depuis : toujours
Je passe mes journées à : faire marcher mon business,
mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange.
Je suis : infréquentable
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana
mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet.
En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots.
En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Sam 12 Jan - 12:23


la rage aux mains qu'il tente de canaliser, en vain, taj, les douleurs vives qui vienne tout droit de son cœur inanimé. l'enfer agglutiné à l'adn. funeste vie, où détruire, supprimer, brûler est un mode de vie. de son corps aux hématomes rouge et blèches, comme les marques d'un rouge à lèvres dont la bouche baveuse et rêveuse se tord de faim et d'amour sur l'abdomen. le cœur charbon, fumeux, asphyxiant, le regard qui se perd entre les cendres chaudes, il s’épuise et se condamne à flamber dans les méandres si tortueux de ses pensées. de ses limbes, on vole au plus profond de son âme, malheureuse. enténèbre, enfouis sous l'assurance d'un homme à terre. le rouge à l’œil et le corps qu'il crispe, parce qu'il n'est pas bien, parce qu'il veut assouvir son besoin de faire mal, et julia, devant lui qu'il n'arrive pas même à toucher. une colère à bousiller ses abats, le regard incandescent qu'il pointe en sa direction, julia, celle qui complique ce qui n'avait pas à l'être, celle qui gâche et bousille ses projets, d'avenir puis professionnel, taj, une peau brûlante et des désir inassouvies. taj et julia, la maladie d'être à deux, dans un idéal imparfait, dans un cocon d'illusion ankylosé, dans une fausseté qui leur va si bien et pourtant qui fait si mal. taj et julia, l'amour de l'autre est maladif, primitif, mais passionnel et émotionnel puis enfiévré et déboussolant. taj, l'impression d'être plus, l'impression d'être roi dans ses yeux, d'avoir l'image de celui qu'il a toujours voulu être, entre ses fêlures si sombres, le regard d'un homme marqué par le doux rictus d'une femme. mais ce respect qu'elle portait autrefois envers lui qui peu à peu se laisse mourir entre ses prunelles azur, n'en restant qu'un souvenir doucereux et désarmant. julia, elle commence à se comporter en femme, en femme valeureuse, dont la parole claque quand elle parle, elle a su se faire respecter, là ou beaucoup de femme chez eux on lamentablement et pathétiquement échoué, julia elle a le respect des plus grands, elle avance dans un monde qui lui ressemble peu, un monde où la féminité n'a que sa libre expression dans un plaisir charnelle, enfouis sous les draps trempé de sueur, agonissant, fauves, on parle pas d'amour chez les night walkers, on parle de baise animal, sauvage, ils s’exposent dans les flammes. julia, elle est indépendante en restant attaché à taj, pourtant, elle n'a plus besoin de taj et lui, il ne peut pas le supporter, alors il devient fou, il se contrôle plus, et quand il la voit loin de lui, c'est la corde qu'il tire pour l'attirer vers ses pieds, julia, territoire et terre conquise qu'on tente de lui subtilisé, qui tente de lui échapper, mais qui s'accroche, la corde endommagée, qui perd au fil du temps devient môle et les attaches entre deux paumés qui peu à peu s'estompent pour laisser place aux reproches.
julia, c'était mieux quand elle ne savait pas ouvrir sa grande gueule, c'était mieux il y a quelques mois. un changement d’attitude qui perturbe son business, qui perturbe leur vie commune, qui le perturbe. trois minutes de brusque et intense reproche, taj, il ne comprend pas d'où lui vient la haine qui l'accuse à tort de faire d'elle sa pute, taj, c'est la colère qui parle, c'est des mots qui perturbes et qui font mal, julia, c'est la vérité qu'elle lui explose en pleine gueule, c'est le secret qu'elle gardait au fond de son être, les choses qui la rendent distante, parce qu'au final si julia change, c'est parce que taj, c'est enfermé dans un idéal qui ne lui correspond pas, dans quelque chose qui ne bouge pas. julia, elle lui sort des incompréhensions, des choses qu'il ne voulait pas entendre, elle retourne une situation, elle le perturbe, doit-il s'excuser, doit-il se défendre, où alors attaquer. _ j'y penserais la prochaine fois. à crever. peut-être qu'au final, je serai mieux qu'ici. parce qu'il ne comprend pas, parce qu'il sent la vérité lui transpercer le cœur, il sent un souffle froid au-dessus de sa tête, la cage thoracique qui enfle, qui fait mal. julia, une foule de sentiment à la dérive qui emporte et taj, qui se noie sous cette vague d'émotion brut. _ crève ? bouffe toi les entrailles ? brûle-toi ? tu veux que j'te dise quoi, désolé ? taj, le corps qui bouge pour contrôler ce qui le rend sénile depuis des jours. Pour contrôler ses poings et la rage qui s'en dégage. et julia qui devant lui, ébranle, arrache et déstabilise. _ tu oublies d'où tu viens, julia. tu oublies trop vite.. qu'il lui rejette presque à la gueule. _ et tu m'craches à la gueule. tu craches au visage de celui qui t'as offert une seconde vie. les mains qui se claquent pour en faire quelques sombres applaudissements. julia, elle change de sujet, elle essaye de retourner la situation en sa faveur, mais taj, il n'est pas dupe.
taj, ce sont les pas qui s'avancent dangereusement vers julia, julia dont la colère la rend moche et détestable, qui la rend méprisante et insolente. taj, les crocs qui attrapent sa lèvre inférieure, il y laisse sa marque. son front qu'il colle au sien, taj, il ne comprend pas, alors il tente de recréer cette connexion incendiaire. la main qu'il pose dans le creux de son cou, il l'attrape pour mieux contrôler, goûter, contempler. t'as buté mon business, femmes des rues. ses mains qui doucement se resserrent contre sa glotte et sa respiration de plus en plus saccader, son teint presque bleuté, taj, il se sent de nouveau roi et grand, face à une julia sans défense. _ tu me répugnes, sale pute. dans sa douleur aux allures douce, il s'empare de ses lèvres pour plus y décrocher. taj, le paradoxe attirant. et julia qui provoque, julia, qui ne sait pas se taire, elle cherche, elle veut trouver cet enfer qui anime taj.


@Julia Godfrey
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté
qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia
j'ai : 23
ans et je vis à New York depuis : toujours.
Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes,
mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue.
Je suis : accro à son regard de braise,
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle
mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété
En RP, je fais environ : 1200 mots
En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
http://www.disjointedsocieties.com/t395-julia-godfrey-o-taylor-marie-hill#2637 http://www.disjointedsocieties.com/t488-julia-o-let-go-of-the-illusion-it-could-have-been-any-different http://www.disjointedsocieties.com/t498-julia-godfrey
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Sam 12 Jan - 23:32


vous aviez oublié l'essentiel, vous-mêmes, pour finir par vous perdre l’un dans l’autre, et dans cette relation qui prenait toute la place, trop de place. à quoi bon au final ? finir par se déchirer, se détester. puis se perdre. à trop vivre au bord du précipice, vous avez fini par y tomber. à vous laisser surprendre par cette épaisse brume de laquelle vous n'arrivez plus à sortir. tu le provoques. encore et encore. tu cherches à l'énerver, à le faire dépasser toutes ses limites. t'écoutes ce qu'il a à te dire, tu restes silencieuse, te faisant spectatrice de son monologue qui parfois te donne envie de rire. ton sourire malicieux, tu applaudis après lui pour souligner ses dires. " une seconde vie ? super, j'aurais pas pu espérer mieux que de devenir ta chienne ! " t'as plus envie de le voir. plus envie de le sentir, ni de le toucher. plus envie de le supporter, de lui sourire. tu le méprises. celui qui te prend pour son jouet. celui qui se considère comme ton propriétaire, qui te prend pour acquise. comme s'il t'avait passé la bague au doigt, alors que vous êtes loin d'être amoureux. parce que chez les night walkers y avait aucun sentiment en jeu. aucune futilité de la sorte qui venait embrumer vos esprits échaudés. c'était sauvage, un besoin primaire que ces connards de mâles alpha exprimaient envers les femelles de votre groupe. sauf que taj, il n'avait jamais été comme les autres. il t'avait donné plus. il t'avait respecté. sauf que ce soir, tu préférais fermer les yeux sur ses bons côtés. le mettre dans le même sac que tous les autres. oublier son odeur à jamais. sa peau douce qui te rendait folle d'envie, n’est plus qu’une surface rugueuse et détestable. t'arrives pas à contrôler ton bide qui se serre, lorsque vous vous disputez. ce sentiment de tristesse qui t'envahit, lorsque tu le déçois. taj, il avait les yeux sincères, desquels on observe l’amour violent et passionné. mais il n’est plus capable, ni de voir, ni de comprendre, ton cœur qui saigne abondamment.
ses doigts, qui viennent serrer ton cou jusqu'à te faire manquer d'air. la puissance de sa poigne, ta vie qui réside entre ses mains. les vagues de sanglots qui remontent dans ta gorge endolorie. celle qu'il a presque étranglée. son front brûlant contre le tien. ta respiration qui tente de reprendre un rythme régulier. taj, excessif dans ses gestes alors que t'étais rien qu'une femme. humaine, ayant le droit à l'erreur. une femme qui jouait la provocation avec lui. t'allais toujours plus loin, toujours plus fort. comme le besoin de le rendre fou pour lui faire réaliser les choses. là en l’occurrence, que t'étais plus son jouet. que c'était terminé. il te traite encore de pute, s'amusant à appuyer là où t'avais mal. taj, qui tente de se voiler la face et de te rabaisser un peu plus. pourtant c'était lui, qui t'avait élevé à ta position, lui qui t'avait montré le chemin à suivre pour devenir reine de ce royaume. tu serres les dents. t'es énervée contre lui. tu lui en veux. vos souffles chauds qui s'entremêlent, saccadés, vos prunelles qui se fixent inlassablement, et qui ne peuvent mentir. vos corps s’appellent l'un à l'autre. le désir omniprésent. cette putain de corde que t'as envie de couper, mais qui te retient à nouveau, de t'enfuir loin de lui. ses lèvres qui s'emparent sauvagement des tiennes. tu restes victime de ton bourreau, quelques secondes. une poignée de secondes où tu demeures statique, avant de le repousser et de venir claquer ta main contre sa joue râpeuse. ce bruit sourd qui retentit et qui le laisse sans voix " j'suis pas une pute. moi c'est julia. rentre-toi ça dans le crâne. " t'es blessée, vexée qu'il ne t'estime pas mieux que toutes ces filles de fortunes. tu te croyais spéciale, différente des autres. mais au final tu restes juste sa poupée. sa marionnette docile, dont il pouvait abuser à chaque fois que l'envie lui en prenait. sauf que tu voulais plus faire ça. t'avais décidé d'en finir. c'était la dernière fois. la dernière fois que tu acceptais d'être traitée de la sorte. tes yeux qui le transpercent tel des poignards, ta main qui saisit son t-shirt. ta voix grave, distante, qui vient effleurer son oreille. " nous deux, c'est la dernière fois. la dernière fois qu'on joue à ce petit jeu. après, c'est fini. taj et julia, c'est terminé " dis-tu fermement, tes doigts passant de son haut à sa crinière ténébreuse. ses mèches folles venant recouvrir son visage, tu les balaies pour les passer derrière son oreille. tes yeux qui se perdent dans les siens, dans ce regard où tu vois pourtant des choses fortes qui y résident. tu sais que vous deux, c'était vrai. que c'était fort, intense, brûlant, comme ces flammes qui réduisent ton cœur en cendres avec le temps. taj, tu l'aimes. mais pas de la manière que t'aimes raph. pas au point d'accepter de rester auprès de lui pour toujours. tu t'es perdue en chemin, ton esprit brouillé qui ne demande qu'à rejoindre celui qui te fait vibrer. et même si ce n'est pas taj, t'as un mal de chien à te détacher de lui. parce que tu lui portes beaucoup d'affection, votre lien, puissant, te prend aux tripes et t'empêche de l'abandonner. parce que c'est lui qui a été là pour toi, tout ce temps. c'est lui, qui a fait de toi ce que tu es à présent. c'est à lui que tu dois la vie, lui qui a évité le naufrage de ton âme vagabonde. alors t'es paumée julia. t'es perdue plus que jamais. tu veux courir vers raph, mais t'arrives pas à partir comme ça. ces ressentis qui te prennent aux tripes, et qui te disent de pas le laisser, pas tout de suite. il n'est pas prêt. pas encore. " rien qu'une fois, taj... on écrit la fin de l'histoire. et on referme ce putain de livre. " murmures-tu face à lui, ta joue venant se nicher contre la sienne. parfois, il faut juste être capable d'accepter que certaines personnes ne sont qu'un morceau de ta vie, et pas toute la vie. il y a un jour où il faut accepter que la plupart des gens sont juste de passage. votre histoire a besoin d'être clôturée. vos cœurs apaisés. tu profites de son contact, de la chaleur de son souffle près de ton oreille. tes doigts qui glissent dans sa crinière brumeuse, qui caressent lentement les contours de son visage, comme pour l'apaiser. pour tenter de calmer ce bordel que t'avais foutu dans sa vie. tu te recules, lui faisant face de nouveau, tes lèvres s'approchant lentement des siennes, tes bras venant se nouer derrière son cou. puis à nouveau, ce contact entre vos deux lippes, qui te fait frissonner. le goût de ses baisers que tu connais par cœur, mais auquel t'allais devoir dire adieu. tes bras qui deviennent incontrôlables, qui le serrent plus fort, trop fort, contre ton corps abîmé. ta respiration qui s'emballe, tu veux qu'il te fasse l’amour, une dernière fois. sentir que les sentiments ont bien existé. qu'il ne t'a jamais menti...

@Taj Rose



does she make you feel wanted like i did, make you feel like you're the one thing that matters. you let her head rest on your chest, but when you close your eyes you'll be seeing my face again. i'll be crossing your mind, and then you'll wake up to find that she's not me.

icon by chrysalis, sign by astra, gifs by me
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort
qui ressemble à : dylan rieder. (old money)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj
j'ai : 26
ans et je vis à New York depuis : toujours
Je passe mes journées à : faire marcher mon business,
mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange.
Je suis : infréquentable
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana
mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet.
En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots.
En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Dim 13 Jan - 15:03


besoin de réconfort dans son silence, besoin d'un moment pour baisser la garde, parce que taj, les poings sont toujours serrés, parce qu'il lui manque cet amour qu'il cherche dans un pôle infini, un amour qu'il remet en julia, sans comprendre qu'elle n'est pas cette personne, mais taj, il se persuade, parce que julia, c'est celle pour qui son corps et son être entier pourrait passer la ligne, oui, taj, il pourrait mourir pour les beaux yeux de julia, comme cette relation de famille, comme avant quand taj et sa sœur.. julia le reflet de quelque chose qu'il souhaite désirer, sans pour autant le vouloir. julia et taj, comme le besoin de se détacher, le besoin de respirer après plus de six ans passé sans lumière, dans les fumés d'un enfer enténèbre. julia, les paroles qu'il n'arrive pas à comprendre, le cœur qui rate un bon, taj, il se sent presque sans échappatoire, obligée de regarder la vérité en face, pourtant julia, c'est un repère, dans ce monde sanguinolent, rempli de testostérone et de peur, il s'est habitué à sa présence, julia, elle est comme sa femme, son bras droit, quelqu'un sur qui il peut se rattacher, confier ses secrets les plus lourds et son passif des plus noir. taj, il ne comprend pas sa réaction et cherche à analyser, décortiquer, dans l'espoir d'y trouver une réponse qui le satisfait lui, mais rien à faire, plus rien à faire, les minutes passent dans cette pièce, julia entre ses mains, elle n'a jamais était aussi loin de lui qu'en ce moment même. taj, il a du mal à réaliser, que julia est aujourd'hui prête à voler d'elle même, taj, il ne veut pas se mettre dans la tête, qu'elle n'est plus aussi attachée à lui pour rester à ses côtés, alors le piquant au cœur et les yeux rouges pour contrôler la peine qui s'empare de son âme, cette déception d'y avoir cru, cette déception d'avoir passé du temps avec elle, d'avoir perdu des alliés pour elle, de l'avoir privilégié avant son propre business. taj, il se pose une tonne de question, sa tête est actuellement un bordel de sentiment et d'animosité. julia, est-elle faite pour ce monde ? _ une seconde vie ? super, j'aurais pas pu espérer mieux que de devenir ta chienne ! encore des piques vicieuses qu'elle plante dans son âme, taj qui reste silencieux, parce qu'au final, il n'avait rien à dire, taj, le regard penseur croisant les prunelles coléreuses de julia, il ne l'avait jamais vu aussi sérieuse et cru dans ses paroles, taj, la colère qui remonte, peut-être que julia et taj, ça s'est fait sans l'accord du destin, qu'ils se sont cherché et trouvé pour mieux cacher leur mal-être, pour mieux se contrôler, qu'ils ont défiés les lois pour réussir à faire de leur amour une réalité faussée. taj la peur de finir seul sûrement, le fauve qui doucement se replie, pour seule maison, les bras frêles de sa chose, chose qui lui échappe.
fulgurance entre deux âmes abîmées, taj, les mains qui relâchent sa proie. le monde qui s'écroule peu à peu devant lui, sans savoir comment retenir sa démolition complète. de toute façon taj, il ne connaît que le malheur, entouré de flammes noirâtre et vives, taj, destiné à être seul, il essaye de se rattacher, mais qu'importe, il finit toujours seul, un destin qu'il essaie d’enterrer, quitte à bouffer la vie des autres, la vie de julia. _ t'es une pute, t'es ma pute. et ma pute, elle est conne, puis bête, ma pute, c'est un fardeau qui m'perturbe, ma pute j'la partage pas. qu'il lui sort, le martyre entre ses lèvres, sa tête, son corps, taj, il n'est plus dans un état stable, alors il tente de la piquer pour qu'elle réagisse, pour qu'elle le trouble, pour qu'elle enlève le haut une fois de plus, parce que, taj, il espère qu'elle perde en confiance sous son étreinte, elle espère qu'elle se dise, qu'il n'y a aucun échappatoire et que quoi qu'il arrive, taj et julia, c'est une histoire ou la corde à beau être abîmée, elle ne lâchera jamais. mais, la manière dont julia tente de faire comprendre à taj, qu'eux deux, c'était l'histoire d'une dernière fois, ça le refroidit, dans ses bras, à regarder le sol pour évité de croiser son regard trop sérieux. taj, il préfère éviter de se confronter la vérité, presque trop blessante, même pour taj, alors il peste, il lâche soupire d'incompréhension. _ tu me rends fou, j'te comprends plus. qu'il dit de la manière la plus simple qui soit. _ j'veux pas que tu te casses. loin. je sais pas ce qui y'a à l'extérieur de plus beau que nous, j'veux pas savoir, mais sache que j'suis pas prêt à te voir partir. une déclaration de la bouche de taj, quelque chose de rare, quelque chose qu'il n'a jamais fais. un loup à terre qui tente de retrouver sa meute. un loup à terre qui demande de l'aide. _ arrête de jouer à ça. arrête avec ton regard trop franc, ça te ressemble pas.. arrête juste de parler et viens m'prouver que t'as plus besoin de moi. qu'il lance dans un air de défi. _ viens me montrer comme t'as changé. taj, les mains qu'il dépose sur sa taille, le feu ardent entre à poitrine qui le fait se sentir fort. Julia, le corps qui décolle du sol et son dos qui plaque contre le mur blanc. taj, il s'empare une seconde fois de ses lèvres et succombe à la chaleur passionné de ses baisers qui se multiplie, la cadence qui accélère et les souffles qui s’entremêle, la passion et le désir qui s'empare de leurs êtres, deux âmes en lambeau qui se recherche et se trouve. liaison au goût amer et puissant, liaison si fausse et pourtant si forte.


@Julia Godfrey
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté
qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia
j'ai : 23
ans et je vis à New York depuis : toujours.
Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes,
mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue.
Je suis : accro à son regard de braise,
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle
mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété
En RP, je fais environ : 1200 mots
En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
http://www.disjointedsocieties.com/t395-julia-godfrey-o-taylor-marie-hill#2637 http://www.disjointedsocieties.com/t488-julia-o-let-go-of-the-illusion-it-could-have-been-any-different http://www.disjointedsocieties.com/t498-julia-godfrey
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de ce canon de beauté qui ressemble à : taylor marie hill ? (©havana.) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : julia j'ai : 23 ans et je vis à New York depuis : toujours. Je passe mes journées à : faire tourner la tête des hommes, mais dans mes temps libres, j'aime : surtout ouvrir ma bouche insolente, et laisser se délier ma langue fourchue. Je suis : accro à son regard de braise, et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : estelle mais tu peux m'appeler : alittlebitofrain / tété En RP, je fais environ : 1200 mots En ce moment j'ai : aucune disponibilité pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 979 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Dim 13 Jan - 19:45


taj, il comprend pas ton changement d'attitude. il arrive pas à saisir ce volte-face que t'effectues en plein milieu de votre dispute. tu t'apprêtais à recevoir ta punition, mais t'avais réussi à retourner la situation. à changer de sujet pour lui balancer ce qui te pesait. lui avouer tes tourments, cette douleur qui oppressait ton âme, et qui t'empêchait de vivre épanouie. taj, l'emprise dont tu voulais te défaire. tu voulais avancer, réaliser des choses par toi même. taj, surprotecteur, prêt à tout pour tes beaux yeux, comme t'étais prête à beaucoup pour lui en retour. taj, qui n'arrive pas à saisir ce point final que tu veux mettre à votre relation ambiguë. c'est pas de l'amour. ni de l'amitié. c'est quelque chose d'indéfinissable, entre les deux. un palier qui n'existe pas, et dans lequel tu veux plus rester bloquée. t'étouffes, tu peines à respirer entre deux mondes, entre ton cœur qui vacille pour raph et pour ton attachement envers taj. tu les aimes tous les deux. mais tu sais bien que tout se terminera pas comme tu le souhaites. t'as pas envie que ça se finisse en bain de sang. pas envie qu'ils se battent pour toi. tu veux juste pouvoir choisir, être libre de tes actions. et taj, il t'en empêche. il te séquestre dans votre bulle, dans cet empire qu'il a bâti pour toi, mais dans lequel t'as plus envie de vivre. il continue à t'insulter, restant braqué sur ses positions, borné dans sa manière de voir les choses. tu soupires, t'attrapes ta tête entre tes mains. tu te dis que t'arriveras jamais à lui faire comprendre ce que tu ressens. tu sais qu'il veut pas ta souffrance. tu sais qu'il te souhaite uniquement le meilleur. alors tu veux lui faire comprendre que t'es mal. que t'es pas bien. cette douleur omniprésente que tu te trimbales chaque jour, sans être capable de l'atténuer. tu veux juste qu'il compatisse. qu'il accepte que t'aies plus envie de lui appartenir. alors tu te rapproches de lui, loin de toi l'envie de lui faire encore plus mal au cœur. tes bras viennent l'enlacer, tes yeux qui cherchent les siens, fuyants, évitant de croiser ton regard transperçant. taj, il refuse de voir la vérité. il préfère se voiler la face. ta main caresse doucement ses cheveux, tu l'écoutes te parler, fixant le mur en face de toi. " je sais. " murmures-tu dans son oreille, peinée d'entendre sa voix incertaine, sa respiration qui semblait perturbée par tout le bordel que t'avais foutu entre vous. " je pars pas. pas maintenant. mais un jour faudra te faire à l'idée. alors détache-toi de moi. laisse moi libre. " ton cœur qui se serre par cette révélation, tu sais qu'il est blessé, qu'il est atteint par tes mots. " je joue pas taj. j'ai jamais été aussi sérieuse que maintenant. c'est moi. c'est la vraie julia qui te parle, qui te crie que ça va pas. " tu te recules, fixant ses prunelles désabusées. ta gorge nouée, t'avais mal. mal de lui dire tout ça. ça te broyait les entrailles de le blesser alors qu'il avait toujours été là pour toi. mais votre relation n'était pas saine. elle était toxique, addictive, vous empêchant l'un l'autre de vous épanouir chacun de votre côté. tu pouvais plus tenir. t'allais devenir dingue si vous continuez comme ça. tu veux plus faire semblant. lui faire croire que tout va bien. que t'es heureuse. donner l'illusion que t'es forte et intouchable. mais non... parce que tu n'es qu'une femme. une simple femme, qui tente par tous les moyens, de sortir la tête de l'eau. taj qui reprend la parole. qui te dit de te taire. de lui prouver que t'as plus besoin de lui, que t'as changé. ses mains qui glissent sur ta taille, qui te font frissonner. ce contact qui te manquera, que tu veux à tout prix arrêter. parce qu'il n'est pas bon pour toi. parce que vous deux, ça ne mènera nulle part. vos yeux tristes, inanimés, qui viennent se recueillir ensemble. t'as la boule au ventre julia. t'as peur de le perdre. tu veux pas faire une croix sur lui. parce que taj c'est ton pilier. taj t'auras besoin de lui, toute ta vie. ses bras qui t'étreignent fermement, qui te soulèvent tel un poids plume. ton dos qui cogne contre ce mur rugueux. ses lèvres qui s'emparent des tiennes. ton palpitant qui s'emballe. tes mains qui agrippent frénétiquement ses cheveux, ton corps qui se cambre sous ses baisers. la chaleur de sa peau contre la tienne, vos souffles brûlants qui se rencontrent, pour mourir finalement l'un dans l'autre. toujours au creux de ses bras, t'as l'impression d'étouffer. ton cœur te fait mal, comme s'il se fissurait peu à peu. tous ces souvenirs qui viennent te hanter. tous ces moments qui surgissent à nouveau dans ton esprit. taj et julia. une relation fusionnelle bien que conflictuelle. un partenaire, un ami, un amant, un confident. trop de choses pour une seule et unique personne. taj, aux mille facettes. t'aimerais tellement pouvoir garder votre relation en mettant des barrières. mais tu sais qu'il n'acceptera pas. ni lui, ni raph.  t'es dans une impasse, incapable de sortir de ces tourments qui te bouffent et te tuent à petit feu. t'en peux plus. tu suffoques. c'est trop dur. tu te détaches de lui, mettant fin à vos baisers. laissant glisser ton corps contre le mur pour retourner sur la terre ferme. t'essaies de reprendre ta respiration, le fixant de ton regard triste. tes yeux qui peu à peu, deviennent rouges. " merci pour tout ce que t'as fait. sache-le. j'oublierai rien. " cette voix tremblante, incertaine, qui sort de ta gorge nouée. c’est dur de lui faire ça. à lui, qui t'a trouvée. lui, qui t'a aidée à te reconstruire. tu pouvais pas mordre cette main qu'il t'avait tendue. pas renier tous ces sentiments qui se sont peu à peu tissés entre vous. les larmes qui coulent finalement le long de tes joues frêles. tes yeux qui cherchent à nouveau les siens. ta main qui attrape la sienne, le besoin de son contact rassurant. parce que rien de tout cela n'avait été un jeu. tu t'étais jamais moquée de lui. t'avais jamais triché. jamais simulé. non. avec taj, tout était sincère. mais ça pouvait plus continuer. après ce soir, tu mettras un terme à tout ça. tu instaureras des distances. même si t'étais pas prête, et lui non plus...



@Taj Rose



does she make you feel wanted like i did, make you feel like you're the one thing that matters. you let her head rest on your chest, but when you close your eyes you'll be seeing my face again. i'll be crossing your mind, and then you'll wake up to find that she's not me.

icon by chrysalis, sign by astra, gifs by me
Citoyen de NYC

avatar
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort
qui ressemble à : dylan rieder. (old money)
Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj
j'ai : 26
ans et je vis à New York depuis : toujours
Je passe mes journées à : faire marcher mon business,
mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange.
Je suis : infréquentable
et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana
mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet.
En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots.
En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP
et : j'accepte
qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317
messages, : 5
rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent
Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Hey ! T'as déjà entendu parler : de l'homme fauve au cœur mort qui ressemble à : dylan rieder. (old money) Eh bien, c'est moi ! On m'appelle : taj j'ai : 26 ans et je vis à New York depuis : toujours Je passe mes journées à : faire marcher mon business, mais dans mes temps libres, j'aime : cogner mes phalanges contre un visage d'ange. Je suis : infréquentable et j'habite : brooklyn
IRL je m'appelle : ana mais tu peux m'appeler : coco, red scarlet. En RP, je fais environ : 400,1000 (puis moins puis plus) mots. En ce moment j'ai : de la place pour un nouveau RP et : j'accepte qu'on intervienne dans mes RPs. J'ai : 317 messages, : 5 rps postés et ce compte existe depuis le : 05/01/2019

présent Night Walkers
Citoyen de NYC
dark flood rises. ( julia )
(#) Hier à 21:24


la cassure du cœur, un peu brutale, un peu violente et rien de doux. leur lien qui s'estompe en un élan mélancolique, taj et julia, c'était trop beau pour être simple, trop compliquer pour être sain,eux le savent, à quel point leur relation est mauvaise, à quel point cette relation leur bouffe le peu d'amour qu'il leur reste à donner, gaspiller pour mieux souffrir, deux âme qu'on perd au fond d'un paradis imposteur. le regard inoccupé, complètement décousu, une vérité sombre et macabre, taj, un besoin vital d'elle, puis julia, un besoin vital de respirer, la cage thoracique prête à péter son myocarde, battant si faiblement quand elle le voit, avec amertume et dédain, qu'elle le regarde maintenant, comme une raison de s'enfuir, julia, trop longtemps dans le noir, elle perçoit cette lumière qu'il tente de combler. taj et julia , totalement brisé et les miettes d'un temps qui s'élève vers le haut, ne laissant qu'un vague souvenir acide et morose d'eux à deux. oui, le temps qui joue, puis qui fait mal, qui déboîte, parce que son cœur bat d'un rythme saccadé puis appuyé, rayé puis éclaté, son cœur, c'est un bon dans un autre, jamais bien placé, toujours défectueux, toujours indécis. les battements qui gonflent la poitrine au point d'en écarteler le membre fautif de son mal-être. et la déchirure qui peu à peu s’élargit, un trou dans le cœur qu'il tente de combler, julia en face de lui, aucun sentiment, aucun amour, un profond attachement, une envie purement masculine, envie de posséder, guider, hanter, une envie de protéger beaucoup trop présente, de casser, de garder, il pense trop fort, alors il a tendance à confondre son envie d'être amoureux, puis son besoin d'être accompagné. julia qu'il tient fermement entre ses bras. pas besoin d'elle, pas besoin de son odeur, ni de ses yeux, pas besoin de ses mots, ni de ses reproches. taj, besoin de rien. _ j'peux pas te laisser, julia, tu comprends jamais rien, ici t'as pas ton mot à dire. t'as rien à jacter non plus. avec moi, tu t'sens pas libre ? très bien, j'en ai rien à foutre. en allant vers moi, tu savais très bien dans quoi tu t'embarquais, bébé. les mains qui glissent pour mieux prendre appui. _ julia si tu pars j'te bute, avant même que tu n'aies le temps d'me demander pardon. il ment dans les yeux, d'un ton sérieux, mais pas assez, lorsqu'il voit sa bouche, il en bâcle sa phrase, comme un appel au désir, mordante et rosée, il pourrait y goûter encore un instant, un moment à jamais sans lasser, un goût chaleureux dans la bouche qui prend, qui transporte là où le diable n'oserait pas y mettre pied.
des mots qui marquent à la tête, motif de son trouble, de ses colères, de ses craintes, gravé à la pierre, taj, il vrille, quand il la voit si sérieuse, elle était prête à le quitter, prête à l'oublier. Taj, le cœur en peine qui s'accroche à un dernier espoir, un dernier besoin primitif besoin d'être assouvis. Julia, elle ne peut pas partir, elle ne peut pas garder de taj et julia, cette fin qui n'est pas eux. _ ne m'arrête pas, ne me dis pas que nous deux, c'était rien. julia qu'il repose au sol, les mains brûlantes qui la désapent, julia, il avait chaud de la voir couverte, de la voir si froide, si insolente à son égard, alors taj, ça le rend dingue, taj, il est pressé de la voir se tordre sous ses baisers monstrueux, sous son être qui doucement manque d'espace. taj, de ses baisers furtifs qui décortique le cou de julia, de son haut qu'il enlève pour mieux admirer ce chef d’œuvre, beauté froide et raffinée, splendeur d’harmonie et de courbes. taj, il dégrafe son soutien-gorge, il prend appui et goûte, comme une liaison dangereuse et toxique, taj, il prend un appétit dans l'interdit, julia, un corps à faire danser le diable.
dark flood rises. ( julia )
(#)


dark flood rises. ( julia )
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Batman The Dark Knight Rises [DVDRiP]Action
» [Stinger's Story n°9] The Dark Knight Rises + Justice Squad
» The Dark Knight Rises
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels

DISJOINTED SOCIETIES :: Section RP: New York
 :: Brooklyn District :: Winthrop Car & Limo Service